Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > François Bayrou, baudruche ou espoir de la République française ? (...)

François Bayrou, baudruche ou espoir de la République française ? (2)

L’isolationnisme politique de Bayrou a été suicidaire. Et pourtant, la statue du Commandeur continue à se forger pour cet opposant d’un nouveau type. Suite.

Dans le premier article, j’évoquais la lente ascension de François Bayrou comme personnage politique majeur du paysage français, ainsi que les critiques parfois antagonistes qu’il a essuyées après l’élection présidentielle de 2007.

Depuis quelques semaines, François Bayrou réapparaît dans les médias français alors qu’il subissait jusque-là une couverture très confidentielle.


Mais pourquoi ce retour en grâce dans les médias ?

Apparemment, au départ, parce que François Bayrou a été le seul à protester contre le poker gagnant de Bernard Tapie. Le soutien de Tapie à Sarkozy semblerait avoir trouvé ici sa contrepartie pécuniaire.

Je n’ai pas beaucoup entendu de leaders socialistes protester contre ce nouveau gros lot qui profite à Bernard Tapie. Parce qu’il a été un ancien ministre de François Mitterrand ?

Pourtant, ce n’est pas la première fois que Bayrou se trouve seul dans ses protestations.


Poule aux œufs d’or privatisée

Rappelez-vous, bien avant l’élection présidentielle de 2007, qu’il n’y avait que Bayrou à avoir contesté la privatisation des sociétés d’autoroute. Aucun membre officiel de l’opposition socialiste. Sociétés très rentables données à « des copains et des coquins » selon une vieille expression de feu Michel Poniatowski, mais, aussi, inflation prévisible des tarifs des péages.

Résultat, quelques années plus tard, tous ceux qui empruntent les autoroutes le savent, des hausses de prix exagérées, avec un véritable cynisme de la part de ces sociétés privatisées. Leur convention avec l’État plafonnait la hausse de prix, mais en moyenne. Ainsi, certains tronçons avec très peu de passages ont vu leurs tarifs stagner, voire baisser pendant que les tronçons très fréquentés sont devenus de plus en plus chers.

Certes, on pourrait toujours dire que l’entretien des autoroutes à fort trafic coûte plus cher que celles désertiques. Cependant, comme l’avait anticipé François Bayrou, c’est bien le peuple français qui a été doublement lésé.


Constance et impasse

Depuis une dizaine d’années, François Bayrou a ainsi pris quelques marques, semé quelques prises de position qui montrent à la fois une certaine vision des choses, constante, et le courage de l’avoir exprimée.

Le véritable point d’achoppement reste cependant son comportement entre les deux tours de l’élection présidentielle 2007.

Avec une campagne de premier tour basé sur "ni droite ni gauche", l’absence de François Bayrou au second tour ne pouvait aboutir qu’à une impasse politique et à un dilemme.

On lui a reproché d’avoir annoncé qu’il ne voterait pas pour Nicolas Sarkozy au second tour. Quand je dis "on", je peux aussi m’inclure, même si tout le monde s’en moque, puisque je lui ai aussi reproché cela.

J’avais alors trois considérations : la continuité de son discours d’avant premier tour (ni Sarkozy ni Royal) qui nécessitait de ne prendre position ni contre ni pour l’un des candidats du second tour, la nécessité cependant d’être responsable et de prendre position clairement en faveur de l’un ou de l’autre des candidats (d’où le véritable piège de ce discours qui imposait à son auteur d’être présent au second tour), et, enfin, l’aspect suicidaire qui lui fit perdre son groupe parlementaire (le refus de compromission électorale est un argument peu acceptable quand on observe ce qu’il s’est passé lors des municipales de mars 2008).


Une position centrée sur les valeurs

La motivation affichée par François Bayrou était, elle, sur un autre plan. Sur celui des valeurs. L’ambition très forte du personnage rendait peu crédibles ces considérations morales. On préférait dire en effet : il préfère s’opposer pour devenir le principal opposant à Nicolas Sarkozy. C’est un peu vrai, mais pas tout à fait juste.

Les préoccupations morales de François Bayrou étaient très fortes et après plus d’un an de sarkozysme présidentiel, beaucoup d’élus UMP sont obligés de le lui reconnaître.

François Bayrou rappelle : « Les raisons pour lesquelles j’avais indiqué que je ne voterais pas pour Nicolas Sarkozy, qui reposaient sur un conflit de valeurs et non des antagonismes de personnes comme on a voulu le faire croire, ne peuvent plus aujourd’hui être ignorées par personne », en complétant : « Il y a aujourd’hui très peu de gens qui résistent à cette réalité. Les syndicats ont été désarmés, mis à terre et moqués. Et il ne faut pas oublier que beaucoup de gens ont peur. C’est pourquoi j’ai un devoir de rassemblement pour construire une opposition démocratique et républicaine. »

Et de là à parler des valeurs républicaines et pas du contenu politique du programme gouvernemental.

François Bayrou attaque en effet les « grosses dérives » du pouvoir actuel. Il condamne ainsi Nicolas Sarkozy : « Jamais personne n’avait entraîné la France là où Nicolas Sarkozy l’entraîne aujourd’hui. Il transgresse tout ce qui était l’essentiel du consensus républicain. »

Sur le fichier Edvige, indigné que les tous les candidats aux élections soient fichés ou encore des mineurs de 13 ans, il est encore plus sévère : « Où va-t-on ? Quel régime est-on en train de mettre en place ? Quelle société est-on en train de construire ? »

Un sénateur de l’UMP lui a même avoué, à Versailles, lors du vote en Congrès de la révision constitutionnelle, qu’il avait eu raison : « Vous êtes le seul à avoir dit depuis le premier jour ce qui se passe à présent, et on ne voulait pas vous croire. »

Car les transgressions de Nicolas Sarkozy sont nombreuses et inquiètent avec raison bon nombre de citoyens.

Face à celles-ci, François Bayrou se montre comme le rempart le plus solide et le plus cohérent pendant que les éléphants socialistes piétinent dans leurs divisions.


Dans le troisième article, je préciserai les atouts et handicaps d’une éventuelle prochaine candidature de François Bayrou à l’élection présidentielle.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (12 août 2008)


Pour aller plus loin :

François Bayrou persévère dans son rôle d’opposant (31 juillet 2008).

Les votes et interventions du député des Pyrénées-Atlantiques (31 juillet 2008).

Les transgressions de Nicolas Sarkozy.



Documents joints à cet article

François Bayrou, baudruche ou espoir de la République française ? (2) François Bayrou, baudruche ou espoir de la République française ? (2)

Moyenne des avis sur cet article :  4.21/5   (71 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Scaevola 13 août 2008 12:13

    C’est du blabla ces deux articles mais c’est dans l’air du temps : on s’interesse plus à la forme du discours et aux petites stratégies qu’au fond. Ce qui me semble interessant, ce sont les idées, les projets, dit autrement quelle est la vision de FB pour la France ? pour l’Europe ? En un mot, y en a marre de la politique "politicienne" !


    • Mescalina Mescalina 13 août 2008 12:47

      Merci pour vos articles que je trouve construits, documentés et dans la tradition des journalistes politiques qui tendent au mieux vers l’objectivité (au mieux car c’est impossible). Il manque cette 3ème partie pour se faire un jugement global.


      • LE CHAT LE CHAT 13 août 2008 12:48

        les militants penchent pour la baudruche !  smiley
        http://farm3.static.flickr.com/2117/2250911141_5607ba835f.jpg?v=0


        • TALL 13 août 2008 13:20

          François Bayrou, baudruche ou espoir de la République française ?

          Ce n’est pas incompatible. Je pense qu’il y a bon espoir d’y voir une nouvelle baudruche..... smiley


          • misol misol 13 août 2008 16:23

            il est le seulhomme politique aujourd’hui qui défend des valeurs, quant à son projet il existe bel et bien (projet d’espoir) mais "on" s’est bien gardé d’en parler à l’époque. De toutes façons nous n’aurons pas ele choix : Besancenot qui ne veut pas être au pouvoir mais veut la révolution (l a de bonne idées) ou Bayrou le seul qui pourrait faire respecter notre pays, avec un projet social et humaniste , car la gauche ne se remetra pas de sitô de ses erreurs ...


            • logan 13 août 2008 21:07

              il défend que dalle, rien qu’à la première occasion il a trahit le nom de son partie
              appelé à voter pour ou contre la révision de la constitution qui permettra ou non la ratification du traité de lisbonne par le parlement alors que le peuple avait rejeté exactement le même traité par référendum, il aurait pu défendre la démocratie en votant contre, obligeant ainsi Sarkozy a avoir recours au référendum pour ratifier le traité de Lisbonne, et bien il a voté pour la révision de la constitution et permis ainsi au parlement de désavouer le peuple, véritable déni de démocratie ...


            • Alsips 20 août 2008 14:23

              Pour votre information, il a voté Contre la reforme des institutions



            • Cotcodec 13 août 2008 17:19

              @ l’auteur, vos articles font un peu trop Brosse à Reluire pour être honnêtes.........

              @ propos de M. Bayrou :

              Bon, eh bien maintenant, on a vu comment on faisait pour, en un an , détruire un parti politique, briser sa crédibilité personnelle et dilapider une assise électorale énorme aux Présidentielles. Sacré bilan quand même, faut reconnaître.

              Resterait à trouver comment faire l’inverse... M’étonnerait que Bayrou en soit capable - à supposer qu’il le souhaite réellement. C’est quoi cette histoire de Trilatérale pour le chantre de la fierté française au sein d’une Europe émancipée ? Et cette histoire de soutenir un UMP contre le candidat MoDem afin de s’assurer une mangeoire à un Conseil Régional, pour le chantre de l’indépendance politique et le pourfendeur des magouilles ?

              En regardant concrètement le bilan de Bayrou depuis début 2007, il a attiré sur lui une énorme partie orpheline de l’électorat, constituée des électeurs souhaitant un équilibre entre social et libéral et désirant davantage de moralité en politique. Une fois ces électeurs regroupés, il les a plantés.

              Ce comportement fait tout de même très téléguidé... Comme si l’on avait voulu le faire exprès ! Vous trouvez pas ça bizarre, vous ? Et on se souvient que la campagne de Bayrou a été très poussive sur la fin, comme s’il ne voulait pas gagner, et puis sa valse-hésitation avec Ségolène entre les deux tours alors qu’il aurait été Premier Ministre, et puis la nullité de la campagne aux Législatives, et son comportement autocratique au sein du MoDem... Et là, on se rappelle que Bayrou et Sarkozy étaient très très copains à une époque.

              On va certainement me dire que je psychote, mais faut reconnaître que s’il le faisait exprès, il ne ferait sans doute pas mieux, si ?

              Conclusion, je n’ai pas renouvelé mon adhésion au Modem et me voilà "apartide". Et mon petit doigt me dit que je suis loin d’être seul dans ce cas.

              cotcodec


              • Imhotep Imhotep 13 août 2008 19:17

                 Et c’est bien, si c’est la vérité que vous étiez au MoDem ce dont je doute car on imagine mal comment vous auriez pu adhérer en en disant tant de mal, tant de l’homme que de sa stratégie aux législatives, oui c’est bien que vous le quittiez. Les 60 000 restants ne s’en porteront que mieux. Qu’il y ait des mécontents, je ne connais pas un parti qui n’en ait. En revanche le score permanent en haut de tableau qu’il a dans les sondages montrent que vous êtes minoritaires. Et votre discours est le même sans arguments de fond que les sarkozyaque. Vous allez imaginer en plus qu’il aurait fait exprès de perdre. Lorsqu’on en vient à ce niveau d’analyse on en juge vos autres arguments.


              • Cotcodec 13 août 2008 20:27

                Imhotep,

                J’apprécie en général vos articles sur Agoravox et j’aurais donc aimé que vous me répondiez sur le fond. D’autant que je sais ma position fort répandue parmi les Modémistes. Il ne vous sert à rien de la rabaisser de la sorte. Quant à me vouer aux gémonies pour l’avoir exprimée... Une telle attitude ne peut que me conforter dans ce que je pense.

                Comme vous, j’ai été séduit par les discours de Bayrou pour les Présidentielles et même depuis. Ses prises de positions sont courageuses et en général ce qu’il dit rejoint ma pensée. Ce qui n’est pas trop difficile étant donné que, pour résumer, je me situerais politiquement du côté des Barre, Delors & Co.

                Je dis simplement que les actes de Bayrou lors de la construction du MoDem ont été en contradiction avec les positions qu’il défend. Il ne s’est pas comporté en pluraliste... mais en autocrate. Et que lors des municipales, il s’est comporté en politicien magouilleur de base. Vous n’êtes pas d’accord ? Alors, exliquez-moi le traitement réservé à Juillard. Et expliquez-moi Billière.

                Sur ces bases, je m’interroge. L’image que je m’étais forgée de Bayrou ces derniers temps, comme beaucoup de gens, est essentiellement fondée sur ses discours. Et peu sur son action politique... Par la force des choses, me répondrez-vous, puisqu’il n’est pas aux affaires. Mais puisque ses quelques actions contredisent ces beaux discours, n’est-il pas légitime de se demander si, finalement, ceux-ci n’étaient pas que du vent ? Si Bayrou, au fond, ne cherchait pas simplement à récupérer ce gisement électoral ? A son profit ou celui de quelqu’un d’autre ?

                Alors, baudruche ou faux-nez ? Ou sincère ? Mais même dans ce cas, il ne serait pas exempt de reproches. Illisible en tout cas. Qu’il commence donc par démocratiser son parti.

                En attendant, dans le doute, je m’abstiens. A moins bien sûr que vous ne me guidiez vers la Vérité !

                cotcodec


              • Cotcodec 13 août 2008 20:31

                Imhotep,

                J’ajouterais que votre commentaire fait très "casse-toi pauvre con" et "t’es minoritaire, donc tu la fermes".

                Alors, qui est le "sarkozyaque" ?

                Si c’est ça, l’esprit MoDem...

                cotcodec


              • Mescalina Mescalina 13 août 2008 22:37

                Très surpris, vous perdez vos moyens Imothep, où est votre habituelle sagesse, où sont vos propos modérés (modémistes) et bien pesés ? Commentaire au ras les paquerettes digne d’un petit activiste de pacotille.
                Déçu.


              • austin 13 août 2008 17:43

                Espoir et non baudruche .C’est incontestable . François Bayrou est bien le seul homme politique que craint Nicolas Sarkozy.Il lui fait peur , ce qui explique l’acharnement que ce dernier met à vouloir le faire disparaître de la scène politique française . Non seulement Bayrou est un homme qui réfléchit avant de parler , en plus il ne parle pas pour ne rien dire . On ne peut en dire autant du président actuel qui veut occuper tout l’espace . Avec la complaisance de certains médias, il y réussit . Nous sommes prêts de l’overdose .Même les sarkozstes n’en peuvent plus ....


                • vivelecentre 13 août 2008 23:21

                  François Bayrou demande aux militants d’approuver une ligne. Si nous voulons comprendre le caractère pour le moins spécieux de la consultation, formulons les questions qui semblent avoir suscité ces réponses et qui viennent à l’esprit naturellement lorsque l’on lit ses « propositions », « suggestions » descendant d’en haut dessinant le chemin que le leader veut tracer courageusement envers et contre tous, dans ce monde politique que les militants du Modem voient hanté partout (y compris dans leur propres rangs) de traîtres, de corrompus, de menteurs.

                   

                  Question  : Est-il vraiment important de s’occuper aujourd’hui de notre société ?

                  Réponse de Bayrou : Il est vital de définir un projet nouveau pour notre société

                  autre réponse « possible »  : la société, on s’en fiche et on veut que rien ne change

                   

                  Question  : entre le modèle français et le modèle capitaliste pur, quel est votre choix ?

                  Réponse de Bayrou : Notre modèle français et républicain vise à l’amélioration de la situation de tous, alors que le mouvement du capitalisme financier encourage l’augmentation croissante et toujours accélérée des inégalités.

                  autre réponse « possible »  : notre modèle français vise à la détérioration de la situation de tous, alors que le mouvement du capitalisme financier encourage l’augmentation croissante et toujours accélérée de la justice sociale

                   

                  Question  : un alignement aveugle sur la position des USA vous semble t-il profitable ?

                  Réponse de Bayrou : L’alignement de la France est d’autant plus préjudiciable au moment où les excès de ce capitalisme ont déclenché une crise grave partie des Etats-Unis : les supprimes menacent les classes moyennes et le crédit, le système de santé est injuste, les prix des matières premières explosent, le dollar s’effondre, l’Irak est une impasse.

                  autre réponse « possible »  : l’ alignement de la France est une très bonne chose surtout au moment où les bienfaits du capitalisme ont déclenché une formidable bouffée de progrès : les subprimes permettent aux classes moyennes d’améliorer leur pouvoir d’achat, le système de santé est à son apogée, les prix des matières premières sont harmonieux, le dollar est stable, l’ Irak est une réussite.

                   

                  Question : quel est votre modèle de société ?

                  Réponse de Bayrou : Il faut que la société soit créative. Il n’y a pas de société qui fasse rayonner ses valeurs si elle est dominée économiquement et technologiquement. Les valeurs de création et l’esprit d’entreprise sont au centre de ce projet : l’entrepreneur, le chercheur et l’artiste, portent également la société créative indispensable au projet humaniste. La clé de la créativité, c’est l’éducation qui exige l’effort de tous et la solidarité de la nation.

                  autre réponse « possible »  : il faut que la société soit endormie. Les seules sociétés qui font rayonner leurs valeurs sont celles qui sont dominées économiquement et technologiquement. Les valeurs de création et l’esprit d’entreprise doivent être éliminées de notre projet : l’entrepreneur, le chercheur et l’artiste n’apportent rien dans la société sclérosée indispensable au projet anti-humaniste. Le cancer de l’ immobilisme c’est l’éducation qui doit être bannie, ce fléau qu’est la solidarité également.

                   

                   

                  Question  : Votre modèle social ?

                  réponse de Bayrou : Il faut un modèle social juste. Les réformes sont une nécessité pour adapter un pays aux temps nouveaux. Mais elles ne seront acceptées durablement, que si l’esprit de justice les inspire et les règle, et si on refuse les ghettos dus à l’argent, à l’origine, à l’âge, à la situation sociale.

                  autre réponse « possible »  : il faut un modèle social injuste. L’ immobilisme est une nécessité afin d’éviter un pays à s’adapter aux temps nouveaux. Cet immobilisme ne sera accepté que si l’esprit d’injustice les inspire et les règle, et si on promeut les ghettos dus à l’argent, à l’origine, à l’âge, à la situation sociale.

                   

                  Question : comment anticiper l ‘évolution de la société ?

                  Réponse de Bayrou  : Il faut que la société soit durable. La solidarité entre générations est une exigence aussi élevée que la solidarité à l’intérieur d’une génération. Nous sommes durement confrontés à des menaces sur l’équilibre de la planète et de nos pays. Le passage de l’énergie abondante et bon marché à l’énergie rare et chère, le choc climatique, le poids croissant des déficits et de la dette, le vieillissement de nos populations, les désordres monétaires sont autant de menaces sur l’avenir. La vertu du modèle humaniste, c’est l’équilibre.

                  autre réponse « possible »  : les théories sur le développement durable sont des fadaises. Entre les génération et à l’intérieur d’elles , le « chacun pour soi » doit prévaloir. L’équilibre de notre planète et de nos pays n’est pas menacé. Le passage de l’énergie abondante et bon marché à l’énergie rare et chère, le choc climatique, le poids croissant des déficits et de la dette, le vieillissement de nos populations, les désordres monétaires sont autant de bienfaits pour l’avenir. La vertu du modèle anti-humaniste, c’est le déséquilibre.

                   

                  Question : comment voyez-vous l’équilibre du monde ?

                  Réponse de Bayrou : Il faut l’équilibre des puissances et donc l’ Europe. Si l’on veut la justice internationale, il faut écarter la domination. Pour résister aux grandes puissances dominatrices, il faut faire naître un monde organisé. L’Europe rassemblée est le précurseur nécessaire des nécessaires organisations régionales. Voilà pourquoi le combat pour une Europe protectrice de diversité, respectueuse des peuples qui la composent, n’est pas seulement un combat pour nous-mêmes mais pour toute l’humanité.

                  autre réponse « possible »  : les déséquilibres mondiaux sont bénéfiques bannissons donc l’idée de l’ Europe. Si l’on veut l’injustice internationale, il faut encourager la domination. Pour se plier devant les grandes puissances dominatrices, il faut que la désorganisation du mode s’amplifie. Une Europe divisée est le précurseur nécessaire des nécessaires organisations centralisatrices. Voilà pourquoi le combat pour une ensemble de nations jacobines irrespectueuses des peuples n’est pas seulement un combat pour nous mêmes mais pour toute l’humanité.

                   

                  Question : Quid de la démocratie ?

                  Réponse de Bayrou  : Il faut une adhésion démocratique. Nous croyons que la démocratie exige la prise de conscience et de responsabilité des citoyens. Ils ont droit à la vérité du débat public et à la protection contre les abus de pouvoir. Ils ont droit à des institutions loyales, qui garantissent la séparation des pouvoirs, exécutif, législatif, judiciaire et la juste représentation des citoyens.

                  autre réponse « possible »  : il faut absolument un système autocratique. Nous pensons que cette autocratie exige l’abêtissement et l’irresponsabilité des citoyens. Ils n’ont pas droit à la vérité du débat public et à la protection contre de prétendus abus de pouvoir. Ils devront se contenter d’institutions arbitraires qui permettent le contrôle de l’exécutif du législatif et du judiciaire afin que les citoyens ne puissent avoir accès à leurs droits.

                   

                  Question : comment qualifier votre projet et quelle posture pour le défendre ?

                  réponse de Bayrou  : Ce projet humaniste, les citoyens l’attendent quand ils pensent à la France aussi bien qu’à l’avenir du monde. Au Mouvement Démocrate, fort de son indépendance, de le penser et de le porter !

                  autre réponse « possible »  : ce projet pour l’asservissement de l’être humain, les citoyens le rejettent, mais on saura leur imposer. A nous, forts de nos allégeances de manigancer et de magouiller pour cela !

                   

                   

                  Ce petit exercice démontre aisément ab absurdo la manoeuvre fallacieuse qui consiste à lancer des affirmations que le bon sens interdit de critiquer et asseoir sa légitimité sur le caractère unanime de leur approbation !

                   

                   


                  • Cotcodec 13 août 2008 23:52

                    @vivelecentre

                    Vous écrivez :

                    "formulons les questions qui semblent avoir suscité ces réponses et qui viennent à l’esprit naturellement lorsque l’on lit ses « propositions », « suggestions » descendant d’en haut dessinant le chemin que le leader veut tracer courageusement envers et contre tous, dans ce monde politique que les militants du Modem voient hanté partout (y compris dans leur propres rangs) de traîtres, de corrompus, de menteurs."

                    On est à mille lieux de la démocratie là !!! C’est quasi stalinien d’écrire des trucs pareils. A quand l’épuration ?


                    Quant à vos questions-réponses... Primo, les réponses de Bayrou ne sont que des paroles, aussi belles et généreuses soient-elles. Deuzio, elles sont contredites par ses actes. Tertio, aucun homme politique, aucun, ne peut répondre vos "réponses alternatives". Votre raisonnement par l’absurde est... absurde.

                    Expliquez-moi plutôt :
                     - la nature et la raison de ses liens avec la Trilatérale, pour le moins sujets à caution ;
                     - pourquoi on l’a aussi peu entendu sur le processus de ratification du mini-traité et sur le traitement réservé à l’Irlande ; on aurait attendu de quelqu’un ayant d’aussi belles "réponses" qu’il mette en avant le scandale de ces entorses au mécanisme démocratique le plus élémentaire,

                    - les raisons de ses comportements vis-à-vis des voix alternatives du MoDem, qui ont été muselées et/ou dénigrées, encore une approche très peu démocratique ;

                    - sa manoeuvre à Billière aux Municipales...

                    Du concret svp.

                    cotcodec


                  • vivelecentre 14 août 2008 07:35

                    Je crois que vous n’avez pas très bien saisi ( ou lu... ) l’exercice !

                    Dommage ! vous qui apparemment n’êtes pas fan du béarnais, cela avait pour intention de dénoncer les poncifs qui font si plaisir aux militants avides de croire en quelque chose et surtout de croire à un grand leader....

                     Dénonciation d’un discours creux, facile, plein de lapalissade, destiné à essayer de donner un "contenu" à la démarche centriste plutot bien coincé sur le plan des idées entre une droite et gauche peu différenciés histoire de "meubler " pour occulter un peu le programme principal et quasi unique ; Bayrou président .


                    • Cotcodec 14 août 2008 12:09

                      Vivelecentre,

                      Merci de votre réponse éclairante. Effectivement, j’étais passé complètement à côté du véritable sens de votre commentaire... faute d’en avoir saisi le second degré.

                      cotcodec


                    • manu_d_aveyron manu_d_aveyron 14 août 2008 09:02

                      Le Modem a une tête d’affiche, françois Bayrou.
                      Ce parti sera ce qu’en feront ces militants. Des élections internes se profilent à l’horizon, présentez vous, et vous pourrez influencer le Modem localement.


                      • pablo400_40 14 août 2008 14:31

                        Bonjour a tous
                        Espoit ou baudruche ?
                        Pour moi c’est clair :

                        - soit F.B condidére le Modem comme une machine a faire des élus et dans ce cas les compromissions sont inéluctables .Compte tenu des finances du parti seuls des notables pourront financer leurs campagnes, et c’est une baudruche.

                        - soit il permet la construction d’un parti de reflexion et de propositions claires sur les sujets qui nous préoccupent tous et c’est un espoir.
                        IL faut imperativement que les militants s’investissent le plus efficacement possible dans les commissions animées par C.Lepage et fassent connaitre le plus largement possibles les syntheses des débats.( Je ne suis pas CAP21).
                        En 2012 ce ne sont pas les élus qui donneront une majorité à F.B mais la solidité et la pertinence d’un projet largement partagé par les militants.
                        Cordialement
                        Pablo400


                        • volteface 15 août 2008 16:57

                          Mais vous rigolez ou quoi , bayrou, c’est un moyen pour retenir les gens qui n’iront pas se mouiller et qui ne viendront pas jouer les troubles fetes dans ce qui est entrain de se passer. Bayrou ne pourra jamais pretendre à quoique ce soit, il n’a aucun moyen et meme s’il veut faire la revolution bobo, une bonne partie de la population (LCR,PS,etc) ne verrait pas en lui la manifestation de quoique ce soit,

                          J’etais pour bayrou en Avril 2007, mais apres j’ai compris la mecanique et vers quoi on se dirige. Bayrou et besancenot sont des acteurs pour completer la matrice politique actuelle et ce seront juste des epouvantails d’un certain rejet.

                          La seule chance possible c’est une transformation transgenique du front national pour credibiliser les valeurs appropries à tort par le FN et qui ne sont pas les leurs, une certaine idée de la France, de la republique,du travail, des valeurs de droite famille,valeurs patriarcales, voire meme des valeurs spirituelles qui sont reprises malefiquement par sarkozy. donc pour moi bayrou , de grace oublions cette hypothèse mort née.

                          Regardons en face les boulets de canons qu’on va se prendre dans la figure incessament et comment sarkozy va se dresser comme une victime de la conjoncture internationale. et essayons de comprendre à partir des alliances atlantistes et les lobbies ce qui est entrain de se tramer. ayons un regard d’enfant, ce sera plus simple et plus vrai.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès