Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > François Bayrou condamné à une hibernation quinquennale ?

François Bayrou condamné à une hibernation quinquennale ?

Malgré ses 18.5% au premier tour et son projet ambitieux de nouveau parti politique, on voit mal comment François Bayrou et son Mouvement démocrate pourraient subsister avec poids dans le visage politique lors des cinq prochaines années. Chronique d’une période creuse forcée s’annonçant pour le leader orange...

Un tel score au premier tour d’une élection présidentielle pourrait laisser rêveur. Une telle présence lors de la première semaine de l’entre-deux-tours pourrait même susciter certaines jalousies. Cependant, en ne franchissant pas ce cap si crucial du 22 avril, François Bayrou est malgré lui entré dans une logique implacable dominée par un bipartisme démocratiquement choisi par les Français avec une légitimité sans faille : une chute inéluctable, peut-être provisoire mais probablement suffisamment importante pour tenir éloignés les centristes purs et durs de toute joute politique d’ici 2012, date où Bayrou pourrait éventuellement faire son retour en sauveur anti-Sarko selon comment se seront déroulées ces cinq prochaines années.
En effet, comment pourrait-on croire à un score pesant du nouveau Mouvement démocrate aux élections législatives de juin ? Entre d’un côté un UMP qui n’a jamais été aussi puissant et qui sera, qui plus est, dopé par le président Sarkozy en personne dans les divers meetings de campagne, et d’un autre côté un PS revanchard vers qui les déçus du Sarkozisme se tourneront en masse afin d’offrir à la France un contre-pouvoir suffisant. Voilà François Bayrou et ses hommes "au milieu", comme ils aiment si bien l’être, mais cette fois-ci pris dans un étau difficilement ébranlable.
Outre ce bipartisme appelé à se renforcer, entre également en jeu la difficulté de lancer un tout nouveau parti, clairement et simplement amené à démarrer de zéro tant les proches amis de François Bayrou semblent un par un rallier la machine UMP. Dernier en date, Hervé Morin, lui pourtant le bras droit de Bayrou pendant les présidentielles, qui a annoncé lundi vouloir finalement rejoindre la majorité en dénonçant plus ou moins indirectement l’attitude "oppositive" de François Bayrou. A ceci se rajoutent les précédentes défections d’entre les deux tours allant du député UDF du Loir-et-Cher Maurice Leroy (pas tendre depuis avec François Bayrou) à l’ami personnel et député du Gard, Yvan Lachaud, sans oublier les déclarations de la directrice de campagne Marielle de Sarnez le soir même des résultats du 6 mai, annonçant à demi-mots sur TF1 son éventuelle tentation de travailler avec l’UMP (annonçant finalement sa fidélité au MD quelques jours plus tard)...
Au final, le nouveau MD aura du mal à rassembler les 18.5% du 22 avril autour de ses différents candidats législatifs, puisque l’UDF menace de faire scission et de continuer à exister en parallèle tout en étant associé à l’UMP. Il ne pourrait donc rester au MD qu’une dizaine de % (12 selon les premiers pré-sondages des législatives), soit à peine suffisant pour espérer se maintenir au deuxième tour dans une majorité de circonscriptions...
Que doit donc faire Bayrou pour que son Mouvement démocrate tienne la route et ne sombre pas totalement dans l’oubli ? Selon moi, il doit justement accepter de sombrer ou plus précisément de s’éclipser ne serait-ce que l’espace de quelques années, le temps de se construire et de tranquillement progresser dans une opposition peut-être grandissante selon les potentiels échecs de la présidence Sarkozy. En attendant, pour les législatives, François Bayrou doit probablement se préparer à ce qui va ressembler à un gros échec, tout en espérant obtenir une petite dizaine de députés, peut-être 50 au maximum, même si ce nombre sera déjà très difficile à atteindre.
Cependant, Bayrou saura-t-il être patient ? Cèdera-t-il à la tentation de possibles alliances avec le PS entre les deux tours de juin au risque de tout perdre, comme le PS d’ailleurs, et de se mettre en danger pour 2012 ? Car l’objectif de François Bayrou et de son MD, c’est désormais plus 2012 que juin 2007. Voilà pourquoi, selon moi, il leur faudra se contenter d’une position d’attente afin de construire un grand projet durable et implacable pour les prochaines échéances présidentielles, et ainsi laisser le PS eventuellement se déliter (voire même se scinder) dans une opposition dure et sans relâche. Le MD pourra ainsi tenter de revenir frais et dispo présenter un programme plus ou moins "révolutionnaire" dans cinq ans.
Le Mouvement démocrate est donc bien un parti d’avenir, pour cela il doit prendre le temps de se forger une identité en dehors de toute alliance et de rassembler massivement autour de François Bayrou. Ceci ne sera pas possible en un mois, les législatives seront donc surtout une sorte d’entraînement grandeur nature pour les hommes de François Bayrou, histoire de poser les premiers jalons d’une force politique qui s’avèrera peut-être forte, voire dominatrice, après les échéances de 2012...

Moyenne des avis sur cet article :  4.39/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • Obox 9 mai 2007 14:04

    Bonne synthèse, mais je trouve qu’il reste encore trop dans les lignes éditorialistes de la presse. En effet, pratiquement toute la presse mise sur une quasi disparition du parti de François Bayrou. Mais la question qu’il faudrait plutôt se poser est : Que serait devenu l’UDF sans les positions prises dans la campagne de Bayrou ? Pour ma part, il aurait naturellement disparu en devenant un courant de l’UMP. Hors, aujourd’hui, les choses ne sont pas aussi simples : il permet d’ouvrir la voie vers la social démocratie. En fait le mouvement démocrate n’aurait pas pour but de représenter un parti homogène. Il aurait un courant social démocrate, démocrate chrétien et gaulliste. Le parti va vraisemblablement grossir progressivement jusqu’à 2012, par le ralliement de députés déçus de la politique de la pensée unique de leurs partis respectifs.


    • Eve 10 mai 2007 10:21

      Obox :

      Effectivement. Exit l’UDF, vive les démocrates, qu’importe le temps que cela prendra.


    • Zellgadis 9 mai 2007 14:12

      J’aimerai bien savoir pourquoi cet article tombe en deuxième sur les news de google.... juste après un article sur les vacances de sarko...

      Si certains cherchent encore, moi je pense savoir.

      Dixit : Des fois on à l’impression d’être pris pour des cons, mais la on en est sûr. (Aleveque)

      Merci.


      • Yannick J. Yannick J. 9 mai 2007 16:03

        Euuuhh oui perso je ne sais pas pourquoi.... pourrais-tu éclairer ma lanterne ?

        d’avance merci...


      • Thomas Thomas 9 mai 2007 14:14

        Bonne analyse. Il lui manque toutefois à mon sens un élément important (et imprévisible à ce stade) : le devenir du PS.

        Si le PS explose ou se repositionne plus clairement à gauche, toute sa composante sociale-démocrate (électeurs et membres du parti) risque fort d’être tentée par l’aventure démocrate. Si la version sociale-démocrate l’emporte en revanche, Bayrou risque effectivement de se sentir très très seul.

        De toute façon, il ne peut plus se rallier à l’UMP sans passer pour une girouette. Après avoir perdu ses électeurs de droite qui ne lui pardonneraient pas cette inconstance, il se couperait de ses électeurs de gauche qui lui reprocheraient (à juste titre) de trahir son credo centriste.

        Enfin, votre estimation à 50 députés est excessivement optimiste mais plausible toutefois SI ses électeurs du 1er tour lui sont fidèles ET si le PS a l’intelligence de se désister dans les triangulaires où il risquerait de favoriser des candidats UMP. Je pense déjà que reconstituer un groupe parlementaire de taille au moins égale à l’actuel serait un beau pied de nez à ceux qui l’enterrent et à ceux qui l’ont trahis.


        • coriace 9 mai 2007 14:41

          Pour ma part, je préfère penser qu’il existe dans ce pays des gens capables de penser par eux-mêmes, sans qu’on leur dicte ce qu’il doivent faire, dans la mesure où « c’est déjà perdu ».

          Je persiste à me retrouver dans les idées du mouvement démocrate dont le nom me plait beaucoup. Je n’ai pas voté au hasard, mais plus sûrement pour des idées modérées, puisant leur fondement dans la tolérance et l’ouverture sur l’extérieur, « sans parti pris impliquant d’être de gauche ou de droite ».

          La seule possibilité d’être entendue aujourd’hui est celle de voter comme je l’entend aux législatives (la présidentielle du 2ème tour ne m’ayant pas laissé grand choix) voter pour qui je le souhaite même dans un combat perdu d’avance, c’est le seul droit démocratique qui me restera pendant les 5 années à venir, je ne vais quand même pas m’en priver.

          D’autant et jusqu’à preuve du contraire que les candidats « UDF » rejoignant l’UMP ou du moins « prêtant serment d’allégeance » se doivent d’accepter la politique de ce parti, clairement établie lors de la campagne que nous venons de vivre soit une politique quelque peu éloignée du centre (on ne peut à la fois avoir « le beurre, l’argent du beurre et les faveurs de la crémière »).


          • Voltaire Voltaire 9 mai 2007 14:47

            Le PS a déjà exclu toute alliance ou accord avec le parti de François Bayrou. DSK a raté son OPA rapide, il ne faut rien attendre jusqu’aux législatives.

            Si François Bayrou refuse tout accord de désistement, en échange d’un soutien conditionnel à Nicolas sarkozy, non seulement il n’aura quasiment aucun député, mais il perdra ensuite ses élus locaux. Or, sans élus locaux, un parti est mort, comme l’exemple des Verts.

            François Bayrou et ses députés doivent arriver à un compromis : banco pour rentrer dans la majorité présidentielle, sous conditions (Etat impartial, contrôle dela dette etc...), mais création du Mouvement Démocrate, autonome, hors de l’UMP. Ce mouvement pourrait être une confédération, qui intégrerait l’UDF mais aussi des adhérents directs, et d’autres mouvements dans le futur (Cap21 etc...). Il pourrait ensuite lacher l’UMP à l’occasion de mesures inacceptables, et préparer sereinement 2012.

            Mais sans accord, le parti est mort-né je le crains, sauf si Bayrou nous sort quelques chose de son châpeau demain. Ses électeurs le suivent, mais sans élus, cela ne va pas loin...


            • Thomas Thomas 9 mai 2007 15:04

              Je pense que tout se jouera pour Bayrou entre les deux tours des législatives, en fonction des triangulaires.

              L’UMP et le PS ont pour l’heure un intérêt commun à « squizzer » le trublion centriste qui leur pique des voix à tous les deux. Après, si la fidélité des électeurs de Bayrou est démontrée au 1er tour des législatives, les accords de désistement se feront inévitablement, a priori plutôt avec le PS, puisque les triangulaires profiteront globalement à la dynamique UMP.

              Si Bayrou fait actuellement un pari, c’est celui de la fidélité de ses 18,5% d’électeurs.


            • Brynner 9 mai 2007 15:59

              Le soucis pour bayrou s’est qu’il est rarement arrivé premier dans une region, voire deuxieme. Donc je suppose que la seule facon de pouvoir glaner des sieges serait d’engager des tractations avec le PS. Mais a force de se positionner dans le ni droite ni gauche, il y perd également beaucoup, comment motiver un electorat plutot de droite lorsque l’on s’arrange avec le Ps et par la même comment motiver l’electorat plutot de gauche lorsque l’on s’arrange avec l’UMP. Il arrive a un moment ou sa thematique meurt, celle la même qui lui a permit de rassembler un peu moins de 19%.


            • OG OG 9 mai 2007 21:13

              Ce fantasme que l’UMP accepterait de s’allier avec Bayrou afin qu’il puisse avoir des deputes, pour qu’au premier pretexte creux venu, Bayrou reprenne sa soi-disant independance est derisoire. Penser ne serait-ce qu’une minute que l’UMP s’y preterait est faire preuve de bien peu de bon sens politique.


            • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 9 mai 2007 22:03

              « François Bayrou et ses députés doivent arriver à un compromis : banco pour rentrer dans la majorité présidentielle, sous conditions (Etat impartial, contrôle de la dette etc...), mais création du Mouvement Démocrate, autonome, hors de l’UMP. » (Voltaire)

              Et le rêve continue. Quand est-ce que vous écouterez enfin votre leader ? S’allier avec NS et l’UMP tout en se donnant la possibilité de s’opposer à leur politique quand les élus de MP le jugeront bon (ce qui s’appelle être indépendants) ? Vous vous moquez ou quoi ? Vous voyez NS s’allier avec des indépendants qui pourraient, à tout moment, en tant que tels, se transformer en opposants ?

              NS et l’état impartial ? Avec le petit jeu cynique de NS avec son ami V. Bolloré , cela promet, en effet !

              Décidément j’aurais tout entendu de votre part...


            • Rage Rage 9 mai 2007 23:03

              Bonsoir,

              Pour une fois, je ne te suis pas Voltaire.

              Si F.Bayrou vient à virer sa cutie, à trahir sa pensée, ses convictions, et à retourner à la soupe à l’UMP comme beaucoup d’autres, alors non seulement il disparaîtra du champ, mais en plus il ne pèsera rien.

              L’UDF est un leurre maintenant. Un leurre porté par 20 et quelques députés qui croient - et surtout veulent leur circonscription- qu’ils pourront faire valoir leurs idées dans un gouvernement bleu foncé et qui n’en aura clairement rien à faire de leurs idées. Si les députés UDF existent, c’est bien pour faire « bonne figure » devant l’opinion et élargir à priori la domination sans faille de l’UMP.

              Bayrou dans l’UDF-UMP-FN ? Qu’y fera t’il et que fera t’il ? Fusiller son image, celle qui lui a drainé 7 millions de voix et définitivement en faire un looser de ni ni au beau milieu des Morin and co qui pèsent maintenant moins de 3% des voix ? Ou bien, affronter la tempête de 2007, comme il a affronté celle de 2002, en faisant vivre une minorité lui permettant de porter ses convictions au plus haut ? La différence ? Cette fois-ci Bayrou PEUT être dans l’opposition, il aura sa liberté de parole, et cela change tout.

              Les lignes du PS vont changer, mais si lui, affirme ses idées, quitte à se positionner en « centre gauche » et surtout en opposition à ce qu’il a combattu toute sa vie, alors beaucoup, beaucoup le suivront.

              Cela ne fera pas 50 députés aux législatives du fait du scrutin, mais cela fera un redoutable opposant pour les échéances à venir. Si le MD existe, aux régionales, aux Européennes etc.. il peut peser et monter en charge.

              Bayrou est face à un choix, le choix d’une vie : se rallier à la soupe et sombrer dans l’oubli ou bien assumer son destin, sa traversée du désert et accomplir ce pour quoi il s’est battu.

              La route pour briser Sarkozy et l’UMP, ainsi que la « secte PS » - même si je pense qu’elle va imploser-, sera une route longue et difficile. Mais l’heure venu, forgé par les difficultés, il sera et pourra renverser la table.

              Et cette fois-ci, ce ne sera pas 18,5%, mais 30% au 1er tour, ratissant tous ceux qui ont douté à juste titre des girouettes UDF ou « voté utile ». Voilà le pari à tenir.

              Le PS peut aussi tenter le pari, mais pour cela, il faut qu’il coupe définitivement avec des courants Fabiusien d’un autre temps.


            • Céline Ertalif Céline Ertalif 10 mai 2007 00:20

              Rage et S Reboul ont raison, F Bayrou ne peut pas faire demi-tour vers l’UMP. La liberté consécutive au largage des députés dépendant de l’électorat de droite va lui redonner de la marge. Pour faire quoi ? Mais ce qu’il fait depuis 5 ans déjà ! Il est le meilleur opposant à l’Assemblée Nationale, surtout quand le PS n’a pas de leader. Et vous croyez que 5 ans d’UMP-sarkosysme ça va se passer tranquillement, dans une nouvelle ère post-villepiniste d’amitié ?

              Je ne crois pas au centrisme, je ne crois qu’à un phénomène de transition, délicat à gérer. L’ennui pour Bayrou, c’est que les occasions de s’exprimer vont être rares à court terme, mais elles seront saignantes. Le leader de l’opposition, quoi qu’en disent les éléphants et les députés UDF, c’est Bayrou. Cela fait partie du résultat des Présidentielles 2007.


            • Voltaire Voltaire 10 mai 2007 08:46

              Les prévisions actuelles, même s’il faut s’en méfier, ne permettent pas à François Bayrou d’obtenir un groupe parlementaire à l’assemblée. Ce qui réduit considérablement sa capacité de se faire entendre. Pire, un très grand nombre d’élus locaux ne le suivront pas sans possibilité d’alliances. Or, ce réseau d’élus locaux est indispensable à la survie de tout mouvement politique, ne serait-ce que pour avoir 500 signatures pour se présenter à la présidentielle, mais aussi bien sûr comme vivier pour les élections nationales, et sénatoriales.

              Si François Bayrou ne propose pas de stratégie d’alliance viable, malgré l’enthousiasme de ses troupes et la légitimité de son combat, il se mettra en difficulté considérable.

              Je comprend fort bien que les socialistes l’y poussent : les déclarations de ces derniers, à part quelques élus locaux, montrent bien qu’ils ne souhaitent surtout pas avoir un concurent pour 2012 et feront tout pour le torpiller. Un mouvement Démodrate sans élus est la meilleure chose qui puisse leur arriver.

              Mais, même si j’ai une très grande admiration pous les quelques députés qui défendent cette idée noble d’une nouvelle politique, basée sur l’approbation constructive des textes et l’indépendance d’idées, je ne vois pas comment cela peut fonctionner à court terme, étant donné le mode de scrutin actuel.


            • Rage Rage 10 mai 2007 10:35

              Bonjour,

              Là où je partage ton avis Voltaire, c’est qu’effectivement il y a des difficultés administratives, financières et locales à surmonter. C’est un fait, s’il « repart de 0 », il n’aura plus les avantages d’un groupe comme l’UDF.

              Et alors ?

              Beaucoup d’élus locaux pensent qu’il vaudra mieux pour eux avoir l’étiquette MD que l’estampille « majorité présidentielle molle », surtout aux municipales, là où les accords seront très réduits pour laisser des maires UDF prendre la main.

              Bayrou peut reconstruire très vite, et plus solidement en plus, avec des troupes qui seront soutenues plus vivement que les Ex-UDF. Que pèsera l’UDF alors ? Pas grand chose, moins de 5%, et encore moins avec l’assimilation à l’UMP.

              Bayrou devrait aligner des candidats en face des « mangeurs de soupe », même si ce sont de vieux « amis », et cesser de croire qu’il arrivera à les rallier à l’avenir (parce que c’est cela qu’il pense) : s’il veut « sauver » des députés, il faudra « voler » des circonscriptions aux UDF, au moins affaire de voir les rapports de force du 1er tour...

              Bref, quoiqu’il advienne, dorénavant il doit forger un centre gauche et construire pour l’avenir : le chemin sera long, mais il sera formateur.


            • Nadette 9 mai 2007 15:01

              Bonjour, Pour une fois, je suis en désaccord avec vous Voltaire. Il me semble que Bayrou a atteint un point de non retour concernant l’UMP. Il se décribiliserait s’il rentrait soudain dans le moule. Comme l’auteur de l’article, je pense qu’une traversée du désert s’annonce, car l’UMP va chercher à tuer dans l’oeuf le MD, et le PS va essayer d’assurer ses propres députés avant tout. C’est donc une conquête de terrain de long terme que Bayrou engage, en espérant que ses électeurs le suivront plus qu’ils ne suivront les anciens UDF. Sachant qu’avec des alliances à droite, son groupe atteignait péniblement 29 députés, je suis très pessimiste pour les législatives. Cela ne m’empêchera pas d’être à ses côtés, mais je sais que je pars pour « un marathon et pas un 100m »


              • Thomas Thomas 9 mai 2007 15:09

                Tout à fait d’accord avec le point de non retour. Bayrou ne mériterait pas plus de crédit ou d’estime que ceux qui l’ont laché s’il rejoignait tout penaud la majorité présidentielle. Et ce serait pour y fermer sa g..., donc pas le meilleur moyen de préparer 2012.

                Il est encore jeune pour un aspirant président, mais il n’a plus l’âge de préparer un plan à 10 ou 15 ans. Pour lui, ce sera 2012 ou rien. Il préfère sans doute que le mouvement centriste disparaisse plutôt que de le voir végéter comme il faisait jusqu’à la fin 2006.

                Peu de politiciens ont le courage de jouer quitte ou double avec leur avenir. En tout cas, aucun des UDF ralliés à l’UMP ne l’a eu.


              • Rage Rage 9 mai 2007 23:10

                Pour poursuivre avec ces commentaires : 1. Sarkozy et l’UMP ne laisseront pas un gars comme Bayrou être susceptible de leur poser des problèmes. 2. Les « députés » UDF ont vendu leur âme, certes, mais qu’en est-il des sénateurs et des élus locaux ? Que vont-il peser déjà qu’ils ne pesaient RIEN avec une majorité bleu écarlate ? Je serais au PS, j’alignerai mes meilleurs troupes en face des crétins de l’UDF : beaucoup seront prêts à mettre au placard ces opportunistes. 3. Bayrou doit engager un marathon et doit se résigner à occuper un centre gauche le temps de construire sur du solide et non sur des hypocrites. Il pensait que la politique était un milieu de verreux : maintenant, il en est certain. Néanmoins, à lui tout seul il pèse encore 6 millions de voix : beaucoup de Verts, de PC et autres aimeraient en dire autant...

                Je serais lui, je serais sans pitié maintenant : les ex de l’UDF veulent aller à la soupe ? Très bien, alignons des candidats MD dans toutes ces circonscriptions là : on verra bien vers qui se tournera l’électorat, et quelles alliances seront à l’oeuvre...


              • Jean-Marie Déant Jean-Marie Déant 9 mai 2007 15:37

                La plupart des députés UDF ont donc, tels des rats, quitté le navire préférant faire obligeance à NS et assurant ainsi leur probable réélection. Comment peut on accorder le moindre crédit à ces représentants du peuple qui font passer leur interêt personnel avant leurs convictions ? Décidement, François Bayrou et ses quelques fidèles dont J. LASSALLE (vous vous souvenez le député des pyrénées qui avait effectué une grève de la faim il y a quelques mois) auront fort à faire dans la recomposition annoncée du paysage politique de notre pays. Espérons qu’un jour, l’embellie arrivera et qu’enfin nos compatriotes voteront pour des hommes et des femmes politiques qui se respectent et qui font passer leurs idées avant leur propre interêt. ils sont encore heureusement quelques uns à ne pas avoir perdu leur âme. ce noyau se verra renforcé par l’arrivée de jeunes idéalistes déjà dans le sillage de FB. Ils sont là, présents et ardents dans leurs commentaires sur la toile et s’approprient allègrement, ce qui est particulièrement réjouissant, le débat démocratique qui s’annonce finalement vivifiant pour notre pays. Ouvrons les écoutilles, les hublots, les sabords et ventilons le bord, de l’air tonifiant se profile dans la prochaine risée.


                • Rage Rage 9 mai 2007 23:14

                  Battons nous, forces démocratiques. Battons nous, car nous allons subit pendant 5 ans. Mais ce qui ne nous tuera pas, nous rendra plus fort.

                  Nous sommes maintenant dans l’opposition : à nous de construire sur les erreurs qui seront commises pour changer la donne en temps venu.


                • gg 9 mai 2007 15:43

                  Je trouve l’article et les commentaires intéressants dans ce qu’ils rélèvent en creux. François Bayrou n’est plus seul maitre de son destin. Son avenir dépend aujourd’hui de l’attitude de ses adversaires. La politique est un combat d’idée certes, mais surtrout un combat. L’idée d’une traversée du désert salutaire est romantique mais guère réaliste. Un homme politique qui veut se donner un destin national doit pouvoir compter sur des militants et des élus. Bayrou aura sans doute les militants mais il risque fort de lui manquer les élus. Quel espace pourra bien trouver le MD si l’UDF continue sa route avec l’aide de l’UMP comme cela s’annonce. D’autre part l’intérêt politique du PS n’est certainement pas de venir au secours de Bayrou, il va avoir beaucoup d’autres problèmes à gérer... La magnifique aventure du premier tour de la présidentielle reposait sur trop d’ambiguités qui aujourd’hui apparaissent au grand jour.


                  • bernard29 candidat 007 9 mai 2007 15:50

                    Je crois que Bayrou a un gros problème. Je ne sais même pas si le parti démocrate pourra être présent aux législatives.

                    Il faudrait que l’UDF accepte de se transformer en parti démocrate. Or ce soir les députés et sénateurs qui ont rallié Bayrou ont demandé un comité excécutif de l’UDF. Ils peuvent trés bien empêcher cette transformation, en demandant la tenue d’un congrès du parti ( et reporter ce congrés de transformation après les législatives). Ou alors ils peuvent aussi forcer Bayrou à la démission pour faire son nouveau parti.

                    Le combat politique ce n’est pas seulement l’ambition du leader, surtout lorsqu’il n’a pas réussi son pari. L’élement nouveau c’est que bayrou n’a pas été au deuxième tour, et que les 2/3 du comité exécutif de l’udf n’est peut être plus derrière le changement attendu de Bayrou.

                    Ainsi en plus de l’évidence d’un échec pour le futur parti démocrate aux législatives ( bipolarisation) il y aura peut être une impossibilité juridique de porter le parti démocrate sur les fonds baptismaux avant ces élections.


                    • Thomas Thomas 9 mai 2007 16:15

                      Bayrou peut fort bien arguer d’un contretemps administratif pour se présenter sous l’étiquette UDF. Tout le monde saura qu’il s’agit en réalité du nouveau MD et il coupera l’herbe sous le pied aux divers défecteurs qui voudraient se présenter sous cette étiquette.


                    • daryn daryn 9 mai 2007 16:32

                      aujourd’hui sur www.udf.org :

                      8<---------8<---------8<---------8<----

                      Conseil national de l’UDF le 10 mai De 10h00 à 14h30 à la Mutalité, 24 rue Saint-Victor, 75005 Paris - métro Maubert Mutualité

                      Le vice-président de l’UDF en charge des questions statutaires, Didier Bariani, a expliqué que les Conseillers nationaux se prononceront « sur une résolution présentée par le président de l’UDF, François Bayrou, qui aura pour objet de créer le Mouvement démocrate ». La marque « Mouvement démocrate » a été déposée à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI). Didier Bariani a également expliqué que « les statuts de l’UDF ne seront ni modifiés, ni amendés, ni complétés demain » : « L’UDF dans sa dénomination, ses statuts et son règlement reste totalement intacte. Elle sera membre fondateur, ou partie constituante, du Mouvement démocrate ». Ainsi, d’autres formations pourront également s’y joindre si elles le souhaitent. Didier Bariani a annoncé qu’il y aura à terme « un Congrès constitutif du Mouvement démocrate ». Enfin, le nom « UDF - Mouvement démocrate » a été déposé au ministère de l’Intérieur : c’est le nom qui désignera la formation politique à laquelle se rattacheront les candidats aux élections législatives. (09/05/07)

                      8<---------8<---------8<---------8<----

                      personnellement, j’attends l’explication de texte de demain soir...


                    • daryn daryn 9 mai 2007 16:34

                      Il n’y a pas que 2012. Les européennes de 2009 seront un milieu de gué interessant.


                    • Nadette 9 mai 2007 16:48

                      Et les municipales en 2008 !


                    • bernard29 candidat 007 9 mai 2007 17:23

                      oui, les européennes représentent sans doute une échéance trés utile pour le futur mouvement démocrate


                    • OG OG 9 mai 2007 21:16

                      @ THOMAS : Je croyais que votre ami Bayrou etait au dessus des maneouvres politiciennes ?


                    • Thomas Thomas 9 mai 2007 23:17

                      @OG

                      Je suis effectivement un partisan de Bayrou. Mais le mot « ami » suggère que vous m’attribuez un parti pris et un manque d’objectivité qui ne me paraissent pourtant pas être la caractéristique principale de mes écrits. Peut-être en avez-vous une perception différente...

                      Ensuite, il existe une frontière ténu entre les « manœuvres politiciennes » et la stratégie politique. Disons que la principale différence ce situe à mon sens dans l’éthique. Si un candidat use de ses relations avec des propriétaires de grands médias pour en barrer un autre, c’est une basse manœuvre politicienne. Si un candidat pari sur les dissensions au sein d’un autre parti, un positionnement politique habile ou une déclaration subtile, c’est de la stratégie. Toute ressemblance avec des personnes existantes.. etc etc


                    • nantor nantor 9 mai 2007 16:37

                      Le problème n’est pas seulement de savoir si Bayrou et le futur MD vont effectivement faire 18% aux législatives. Ces élections ne sont pas à la proportionnelle, et les candidats MD risquent fort de se retrouver souvent 3°, donc exclus du second tour. Le découpage de la carte risque d’être, encore une fois, très important.

                      Je pense que sa seule chance de peser fort sera de « récupérer » quelques socialistes (type DSK ?) déçus de la décision de ne rien changer au PS ; avec quelques têtes d’affiche, le MD peut percer. Il lui restera ensuite à espérer avoir assez de députés pour faire un groupe parlementaire (je crois qu’il en faut 30 ?).

                      Sinon la traversée du désert médiatique risque d’être très longue et très difficile ... En plus, il n’a pas que des copains dans les médias, à part Marianne.


                      • slaf 10 mai 2007 00:07

                        Tout à fait d’accord mais n’oublions pas que Bayrou gagnait quelque soit le candidat au second tour. Il faut se demander pourquoi. C’est bien sur sa personnalité et son programme novateur qui n’a rien à voir avec l’UDF traditionnel rivé au RPR.

                        Il se peut très bien comme dans ma région de droite et d’extreme droite qu’au deuxieme tour on est une triangulaire ou une quadrangulaire.

                        Il se peut très bien que le vote se tourne alors vers le Mouvement Démocratique. Car le FN se maintiendra partout ou il le peut.

                        Le rabbatage médiatique actuel des ex UDF ne jouera pas ici car nos vieux votent FN et UMP c’est sur, ce sont eux qui sont faibles d’analyse et lobotomisés par les medias de masse.

                        Toujours dans ma région les jeunes gens ont bien compris que Bayrou n’est pas UDF-UMP mais une vraie autre voie moderne et le futur ex-PS ira vers Bayrou (sans alliance mais seulement si Bayrou est devant le PS). Et là tout est largement possible pour son mouvement.

                        Allez, je parie sur une surprise, sans parler du sud Ouest ou il va faire mal très mal au vieux PS à cause des triangulaires.

                        Alors il y a toujours l’effet post électoral mais NS ne trompant pas son monde de droite. Peut être a t il tromper les électeurs du FN mais pas les UDF, les vrais progressistes et informés et les gens de gauche. Bon nombre des 40% UDF votant NS au second tour l’ont fait parcequ’il fallait faire un choix. Ils ont fait la mort dans l’ame un choix sur la partie économique. Les 40% qui ont votés PS l’ont fait par stratégie (qui pour moi est meilleur smiley on voit bien ce qui se passe, c’était cousu de fil blanc. Par contre ils revoteront sans problème Bayrou au 1er tour des législatives.

                        Reste à savoir si l’ensemble des 19% est bien un élan centriste.

                        bon voilà Et vive le mouvement démocrate.


                      • Thomas Thomas 9 mai 2007 16:55

                        @gg

                        Entendons-nous bien, le PS n’a à ce jour AUCUN intérêt à faciliter l’accession de l’UDF à l’assemblée.

                        Deux éléments extérieurs à l’UDF vont toutefois être déterminants :
                        - l’avenir du PS, repositionnement à gauche ou vers le centre gauche ? Dans le premier cas, certains ténors à tendance démocrate risquent de devoir se chercher un nouveau parti (et la création d’un nouveau parti de centre gauche n’est pas réaliste), dans le second, Bayrou se fera siphonner la moitié gauche de son électorat.
                        - le résultat du 1er tour des législatives et les configurations triangulaires PS-MD-UMP qui pourront imposer au PS des accords stratégiques avec le MD pour barrer la route à l’UMP.


                        • flec 9 mai 2007 17:40

                          Je ne suis pas certaine que François Bayrou soit condamné à une hibernation quinquennale. Il a plus exactement 5 ans pour peaufiner son message porteur et affiné son mouvement. Il faut savoir également que le Mouvement Démocrate est attendu par nombre d’électeurs du 1er tour. Les électeurs qui ont voté pour un rassemblement, qui ont voté pour un discours « ni droite, ni gauche, mais ensemble » ne sont pas prêts à voir disparaitre la lueur d’espoir qu’ils ont aperçue avec la campagne électorale menée pas François Bayrou. Le chemin est semé d’embuches, il est difficile mais avec des fidèles comme M. Lassalle et Mme de Sarnez et d’autres, il est possible. Le gros risque c’est de voir le PS refuser toute alliance avec le MD, mais ce sera difficile à argumenter pour le PS, sans se discréditer complètement.


                          • vivelecentre 9 mai 2007 19:26

                            «  »« La plupart des députés UDF ont donc, tels des rats, quitté le navire »«  »

                            pas du tout !!!!! ils respectent leurs convictions et leur électorat

                            ce n’est pas parce que Bayrou bascule a gauche , soutient (par défaut) Royal et se prononce contre le candidat Ump que l’ensemble de l’udf devrait suivre bayrou dans son aventure personnelle !

                            Les députés ne quittent pas l’udf , c’est Bayrou qui veut saborder le parti de notable, selon sa nouvelle expression alors qu’il l’a dirigé pendant des années ( quel manque de décence...)pour se créer un parti sur mesure pour sa carrière personnelle et ses visées de 2012 !!!!

                            Les Bayrouistes ont toujours des facilités pour renverser les situations mais c’est quand même Bayrou qui a franchit la ligne , pas les autres !!!!!!!


                            • slaf 10 mai 2007 00:16

                              Sauf erreur on n’a pas vu les mêmes élections. Le programme de l’ex UDF n’a rien d’un programme de gauche. De plus l’ensemble des UDFs quittant le navire (et ce ne sont pas des rats mais des opportunistes) ont soutenu Bayrou sur une 3ème voie qui n’est pas à gauche mais rationnelle. Bien loin des utopies de l’UMP qui ne pourront pas tenir leurs promesses il n’y a qu’a voir le déficit du mois de Mars (même s’il y a un décalage, marrant toujours de bonnes excuses) réalisé par notre bon vieux UMP (les memes oui oui les memes). L’ensemble de l’UDF était derrière ces arguments il y a 30 jours. Programme qu’ils ont tous fait en collaboration.

                              Pourquoi changer d’avis ? Ha les promesses et l’adoubement font toujours leurs effets !


                            • adam0509 adam0509 9 mai 2007 19:36

                              on a dis pareil de l’UDF en 2002 après la création de l’UMP...

                              Et pourtant ils ont eu 29 sièges...


                              • noel 9 mai 2007 20:42

                                POurquoi être si pessimiste ? Il n’est pas du tout impossible que l’élan du 1er tour des présidentielles se renforce et que les rangs de ceux qui s’opposent au bipartisme grossissant aprés l’élection de NS, le score des MD soit détonnant. Rappelez vous que tous les sondages donnaient FB vainqueur s’il etait au 2eme tour


                                • Hansi Kürsch 9 mai 2007 21:50

                                  Vous savez, j’ai personnellement été séduit par la campagne et le propositions de François Bayrou avant le 1er tour des élections présidentielles. J’ai donc voté pour lui et je resterai fidèle à l’homme ainsi qu’à son MD pour les législatives, car je crois profondément en son désir de changement.

                                  Cependant, mon article se veut réaliste, peut-être un peu pessimiste certes mais je vois mal comment un tout nouveau parti, démarrant de zéro car déjà renié par certains UDF et qui plus est bloqué au beau milieu d’un bipartisme renforcé, pourra véritablement peser d’ici les prochaines élections présidentielles. Mais bon, j’espère me tromper, et si c’est le cas j’en serai le premier ravi ! :)


                                • slaf 10 mai 2007 00:20

                                  Par ce que l’espoir fait vivre et que cet homme sent l’honneté. Il est très loin des girouettes que dis je des éoliennes smiley que sont les dirigeants de l’UMP.


                                • Eve 11 mai 2007 11:30

                                  Vous le verriez dans une boule de cristal que cela vous rassurerait et vous permettrait de faire des choix à coup sûr ?

                                  Quelle époque !

                                  Souscrivez une assurance complémentaire, qui sait...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès