Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > François Bayrou, l’homme qui avait raison avant les autres

François Bayrou, l’homme qui avait raison avant les autres

Réduire la dette publique, moraliser la vie politique, restaurer un État impartial… voilà les thèmes chers au candidat Bayrou qui sont devenus aujourd’hui des enjeux cruciaux pour la démocratie française. Anticiper ces thèmes nationaux ne l’a pas forcément récompensé. Cassandre a toujours eu un rôle ingrat.

On dira ce qu’on voudra de François Bayrou, de son inadaptation à la Ve République, de son isolement politique, de son entêtement à défendre toujours les mêmes idées depuis vingt ans, de ses maladresses récurrentes en terme de stratégie politique, l’ancien candidat aux élections présidentielles de 2002, 2007 et 2012 avait raison !

Mais comme l’a écrit Edgar Faure (disparu il y a vingt-cinq ans) en couverture du premier tome de ses mémoires (« Avoir toujours raison, c’est un grand tort. »), il ne faut jamais avoir raison trop tôt en politique. Pourtant, il faut saluer les discours permanents de François Bayrou qui a su anticiper la plupart des thèmes centraux de la vie politique depuis une dizaine d’années. J’en veux pour preuve, deux sujets qui monopolisent les esprits ces derniers mois : la dette publique et la moralisation de la vie politique.


Réduire la dette publique

François Bayrou fut le premier candidat à une élection présidentielle à avoir insisté sur l’urgence de réduire la dette publique et sur la nécessité de présenter des budgets équilibrés (sans déficit).

Il l’a prôné dès 2002 à une époque où les thèmes sécuritaires (le serpent de mer électoral bien commode) masquaient les véritables enjeux du moment (en 2002, Jacques Chirac avait même promis une baisse de l’impôt sur le revenu, malgré la dette déjà massive).

Mais il en a fait surtout son thème prioritaire lors de la campagne présidentielle de 2007, n’hésitant à dire à chaque occasion qu’il ne fallait plus vivre au-dessus de nos moyens. Même s’il n’est arrivé qu’en troisième position, sa campagne raisonnable et dépassionnée a toutefois reçu une grand écho dans l’électorat face aux campagnes démagogiques et clientélistes de ses deux principaux concurrents, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. La crise des dettes souveraines qui a démarré durant l'été 2010 a montré à quel point les propositions de François Bayrou avaient été pertinentes.

yartiBayrouMorale02

François Bayrou les a répétées une fois encore lors de sa campagne présidentielle de 2012, la dette ayant alors augmenté de 50% en cinq ans, atteignant près de 1 800 milliards d’euros. Cela signifie que collectivement, chaque Français, bébé compris, doit rembourser 30 000 euros !

Et François Bayrou l’a encore répété dans une tribune au journal "Le Monde" publiée le 15 avril 2013 où il s’en est pris aux socialistes qui, à leur conseil national le 13 avril 2013, refusaient le principe du "sérieux budgétaire" mis en place par le gouvernement en laissant croire que cette rigueur nous était imposée par l’Union Européenne : « Contrairement à ce que voudrait nous faire croire le PS, ce n’est pas l’Europe, encore moins l’Allemagne, qui nous oblige à être sérieux et réformateurs ! C’est la situation même de la France. ».

Il est même allé loin dans son raisonnement : « Accepter l’idée qu’il serait mieux que l’Europe et Angela Merkel nous fassent la bonne grâce de nous permettre d’ouvrir à nouveau en grand les vannes, c’est prendre un immense risque. Pas pour l’Europe, pour nous-mêmes ! Car ce ne sont pas les Allemands qui paieront la facture ! C’est nous qui la paierons, en explosion des taux d’intérêt, en prélèvements supplémentaires, en alourdissement des conditions d’exercice de nos producteurs, en chômage supplémentaire, en crise sociale, au bout du compte en échec généralisé. ».


Moraliser la vie politique

L’autre sujet qui a envahi le débat politique depuis quelques semaines, c’est la moralisation de la vie politique. Et là aussi, François Bayrou a au moins un train d’avance. Il avait fait de ce thème l’un des trois piliers de sa campagne présidentielle de 2012 : "reconstruire la démocratie". Dès le 25 février 2012 (il y a plus d’un an), il avait promis, s’il était élu, qu’il organiserait un référendum sur la moralisation de la vie politique dès le 10 juin 2012, au même moment que le premier tour des élections législatives et il aurait fait appliquer les mesures notamment de non cumul pour les nouveaux députés.

Cela n’aurait sans doute pas empêché l’affaire Cahuzac ou une autre de sortir, puisqu’il ne s’agit pas ici d’une carence juridique mais d’une faute humaine et personne n’empêchera le mensonge individuel. Mais cela aurait assaini un climat délétère qui ressemble, pour François Bayrou, à celui des années 1930, celui de l’antiparlementarisme ("tous pourris") qui n’hésitait pas à se trouver des boucs émissaires, comme Roger Salengro (ici, Jérôme Cahuzac sert opportunément à François Hollande de contre-exemple).

yartiBayrouMorale03


Ces demandes de référendum "pleuvent" désormais. Harlem Désir avait repris la proposition de François Bayrou au début de l’affaire Cahuzac (au grand agacement élyséen), et François Bayrou en avait profité, au cours d’une conférence de presse le 3 avril 2013, pour mettre en ligne une pétition qui a déjà recueilli près de 54 000 signataires.

Selon certains sondages, plus de sept Français sur dix seraient favorables au référendum. Là encore, cela ne signifie pas grand chose : qu’y mettrait-on dans ce référendum ? Mais l’intérêt du référendum, c’est de sortir par le haut de cette crise très grave de confiance entre le peuple et ses élus. L’ère du soupçon rôde trop en arrière-plan pour permettre à la France de se redresser économiquement, car cette confiance est nécessaire pour faire accepter les efforts budgétaires. Le référendum permettrait de crever l’abcès bien mieux que cette misérable publication des déclarations de patrimoine des 38 ministres dont la transparence n’a rien apporté à la moralité.

Dans le court terme, François Bayrou pronostiquerait plutôt un remaniement ministériel, sur RTL le 9 avril 2013 : « C’est un gouvernement beaucoup trop nombreux, pléthorique, qui ressemble à un gouvernement des courants du PS. (…) Ce gouvernement-là ne pourra pas durer. Donc, d’ici quelques semaines, sauf accident, je pense qu’il y aura reconfiguration du gouvernement. ».

Il faut dire que François Bayrou n’est pas en défaut sur ce thème central. C’est même le sujet principal du livre "De la vérité en politique" paru le mois dernier (le 14 mars 2013). Il y rappelle que la vérité dite au peuple, partagée avec lui, est la clé de tout redressement. On notera d’ailleurs le titre fait écho au livre "La France peut supporter la vérité" écrit par François Fillon juste avant l’élection présidentielle de 2007, publié le 27 septembre 2006.

yartiBayrouMorale06


Mais bien avant encore, le 20 septembre 2011 sur France Inter, François Bayrou avait rompu le silence sur les valises remplies de billets. Il avait violemment accusé l’État (qu’il voulait impartial) d’être aux mains de réseaux occultes : « Ce que nous vivons fait honte à tout le monde, (…) le fait qu’on découvre au sein de l’État, des réseaux incroyables, deux, trois, quatre, cinq, des réseaux rivaux de corruption. ».

Puis, il avait lâché le scoop pour se parer d’une vertu singulière : « Lorsque des propositions de cet ordre m’ont été faites, les porteurs de valises se souviendront assez longtemps des réponses qu’ils ont entendues. » en prônant cette volonté de l’honnêteté : « C’est juste qu’on peut dire non ! (…) On peut évidemment remettre dans la vie politique française quelque chose d’élémentaire, qui est une honnêteté civique. Vous êtes en situation de responsabilités et vous êtes porteur vous-même d’une partie de l’image, de la vie du pays qui est le vôtre, de son équilibre intérieur. ».


À quoi pourrait maintenant servir François Bayrou ?

Ce n’est donc pas anormal que dans la classe politique, François Bayrou soit l’une des très rares personnalités à redonner confiance alors que la plupart des autres s’écroulent dans l’opinion publique. Il a toujours montré avec constance son honnêteté, sa foi en la vérité et sa volonté de faire entrer notre démocratie dans une période nouvelle où le peuple ferait de nouveau confiance en ses représentants. Au risque d’être pris pour le "gentil" de la classe.

yartiBayrouMorale08


Malheureusement, il serait très osé de faire une traduction politique de ce retour en grâce dans le cœur des Français : au contraire de grands hommes comme Thiers (le 17 février 1871), Clemenceau (le 16 novembre 1917), Pierre Mendès France (le 17 juin 1954), et De Gaulle (le 13 mai 1958), François Bayrou ne peut compter sur aucune force politique solide au sein du Parlement. Pire, sa décision de voter pour l’actuel Président de la République rend difficile ses propres critiques à son égard, et a rendu en plus impossible le rassemblement du centre.

Il y a donc des grandes chances pour que François Bayrou ne reste plus qu’un sage parmi les inactifs de la vie politique. Un homme dont on écoutera poliment les idées pourtant pertinentes et anticipatrices mais qui n’aura pas les moyens de diriger le pays. C’est le sort de toutes les Cassandre. À moins que…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (16 avril 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
L’alerte rouge de François Bayrou (tribune dans "Le Monde" le 15 avril 2013).
Pétition de François Bayrou pour un référendum (près de 54 000 signatures).
Le soldat Bayrou à sauver.
Pourquoi Bayrou ?
Bayrou avait refusé des valises pleines de billets.
Moralisation de la vie politique.
Bayrou 2007.
L’homme de Gourette.
Transparence et vie privée…
Le patrimoine des ministres au 15 avril 2013 (à télécharger).
L’affaire Cahuzac.
Faut-il interdire le mensonge ?
François Hollande.



 


Moyenne des avis sur cet article :  2.76/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 16 avril 2013 15:52

    Et après, il n’as pas été élu et ne peut rien faire pour notre pays.
    A nous d’assumer le choix du président en place...
    Je suis sur que le prochain ne sera pas mieux.


    • mario mario 16 avril 2013 17:19

      bayrou c’est holande bis . ses discours de sagesse...la dette, la dette , mais pas un brin de courage politique pour expliquer d’ou vient cette dette ni meme qui sont les responsables .

      un politicar pur beure , ca place est au ps ou udi et a defaut a l’ump ....c’est dire comme il a raison avant tout le monde !


      • Pyrathome Pyrathome 16 avril 2013 18:08

        « La France peut supporter la vérité »
        .
         Aucun problème.....
        Seulement certains risquent de ne pas s’en remettre, car tout dépend de quelle vérité le gugusse veut parler.....
        La vérité sur la crise ?
        La vérité sur la corruption généralisée ?
        La vérité sur la loi 1973, Pompidou/Giscard ?
        La vérité sur l’UE et l’Euro ?
        La vérité sur le 11 septembre ?
        La vérité sur les guerres de l’empire ?
        La vérité sur le NOM ?
        Vous la voulez la vérité vraie ?
        Vous allez l’avoir, mais le système n’y survivra pas, le capitalisme est déjà mort rien qu’à en parler....tout ça ne tient qu’au mensonge depuis + de 60 ans.....
        Alors tous ces guignols qui parlent de vérité, qu’ils la hurlent pour qu’on se marre un peu....
        Je suggère à Fionfion de vite retourner dans son château pour profiter du peu de temps qu’il lui reste....avant que la vérité vraie lui tombe sur le crâne, lui et ses amis....


        • Agerate Agerate 17 avril 2013 12:47

          Que répondre à l’afirmation d’une pensée si profonde et si subtilement exprimée ? .... Je sais, j’ai trouvé :

          LOL


        • Pyrathome Pyrathome 17 avril 2013 17:42

          LOL

          T’as raison, ça compense ton absence d’argument.....passe à l’ombre, tu vas attraper des coups de soleil, guignol......


        • Agerate Agerate 17 avril 2013 18:22

          Monsieur J’insulte-tout-le-monde-mais-je-vexe-si-on-ne-me-fait-pas-une-réponse-argumentée,

          Votre réponse me conforte dans la mienne.


        • leypanou 16 avril 2013 20:12

          « Il a toujours montré avec constance son honnêteté, sa foi en la vérité  » : pas sa foi en la vérité mais sa foi en sa vérité.

          Quant à parler d’honnêteté, c’est ridicule : s’il suffisait d’être honnête pour bien diriger un pays, beaucoup de pays sur la terre seraient dans la voie du progrès.


          • Agerate Agerate 17 avril 2013 11:56

            Entendons nous bien. Il est deux choses distinctes :
            - la vérité factuelle = le monde tel qu’il est. Un fait est ou n’est pas. Vrai ou faux.
            - la vérité personnelle = l’opinion. Dont on peut débattre.


            Les programmes économiques sont basés essentiellement sur le taux de croissance. Sarkozy et Hollande se sont tous deux basés sur des prévisions de 2%. Bayrou a basé le sien sur 0.5%.

            Un an plus tard quel a été la croissance ? 0.5% !

            Bayrou est-il plus intelligent ? Plus compétant ? Non. Bayrou a dit la vérité. Simplement.


            Et cette vérité n’est pas sa vérité. Ce n’est pas une opinion. C’est la réalité, tout simplement.


            Vous feriez preuve d’honnêteté en pronnonçant cette phrase toute simple : « Je ne partage pas l’opinion de Bayrou, mais il faut bien reconnaître que lui, au moins, ne raconte pas des bobards. »


            Est-ce si difficile à dire ?


          • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 17 avril 2013 14:04

            Si on se fie à la bonne mine de Bayrou alors, oui, il « a l’air » honnête. Mais on disait de Woerth et Cahuzac qu’ils incarnaient la probité, la droiture, l’intégrité... avant de se révéler comme d’authentiques crapules, des maîtres-experts de la fourberie. Évidemment je ne pense pas que le béarnais soit fait du même bois que ces deux voleurs mais bon, voilà, quoi. De même, quand on se remémore certains propos de Bayrou, on constate, de fait, qu’il s’est moins gouré que les autres sur les prévisions de croissance. Pertinence, flair, extralucidité, honnêteté, coup de pot ? Je n’en sais rien. C’est néanmoins à mettre à son crédit.

            Par contre, ce qui me gêne chez Bayrou ce sont les solutions proposées. Là, pour le coup, il n’a rien compris. Exiger « plus d’Europe » alors que ce machin infernal est gangrené par les lobbyistes, les banquiers, les nervis de Goldman Sachs et les hommes de main de l’idéologie néolibérale, c’est comme ouvrir toutes grandes les portes du poulailler sous le nez de la famille renard. Ce serait la garantie de la poursuite du pillage par les banksters et l’oligarchie Thatchero-cahuzaquienne.
            Et quant à l’idée de réformer l’UE de l’intérieur en la transformant en une espèce d’Etat providence à la Charles de Gaulle ou à la Mendès-France, ben... à part en déclarant la guerre à l’Allemagne et la moitié de l’Europe, je ne vois pas comment il pourrait y parvenir.


          • Dwaabala Dwaabala 16 avril 2013 23:07

            Whatever Will Be, Will Be

            Prochain titre : Bayrou, l’homme qui en savait trop.


            • kyodai ken kyodai ken 16 avril 2013 23:22

              C est qui Bayrou ?


              • soi même 17 avril 2013 02:03

                 Tien l’homme qui a inventer la poudre, aller fait moi rire, vite une autre !


                • thierry3468 17 avril 2013 08:21

                  Bayrou aurait pu jouer dans la cour des grands mais il s’est tiré une balle dans le pied....Ses discours sonnent creux et n’intéressent plus personne .Beaucoup ont cru en lui mais beaucoup ont été déçus.Un homme qui parle de réduire la dette publique ,est un ignorant ou pire un valet de l’oligarchie financière .....Bayrou est un bisounours dans un monde de requins .


                  • babeuf babeuf 17 avril 2013 08:31

                    bayrou, le prochain premier ministre du gouvernement hollande voila la vérité !!


                    • Marianne Marianne 17 avril 2013 09:32

                      Merci pour l’article, dans la même veine que celui que je viens de publier sur Mediapart :

                      Attention à la paranoïa sur l’Europe et Merkel !
                      Mais je ne suis pas d’accord sur votre conclusion qui laisse à penser que François Bayrou est maintenant réduit à un rôle de sage, de philosophe, mais sortant de l’action politique. Je crois au contraire que le fait d’avoir tenu bon jusqu’au bout pour défendre ses valeurs et sa vision courageuse de la réalité, sans avoir négocié de poste contre son vote, en ayant même sacrifié son mandat, va justement lui donner du crédit. Les Français commencent à le comprendre et c’est pourquoi il remonte tant dans les sondages (dans les 5 premières personnalités politiques, + 5 à 7 points quand TOUS les autres dégringolent), les journalistes aussi l’écoutent maintenant avec respect.

                      • Gauche Normale Gauche Normale 17 avril 2013 09:36

                        Ce n’est pas nous qui vivons au dessus de nos moyens, ce sont les riches qui vivent au-dessus de nos moyens. 


                        Bayrou, c’est la même chose que Sarkozy mais en plus moralisateur, plus culpabilisateur.
                        Sarkozy et Hollande faisaient au moins des promesses même si elles n’étaient bien sûr pas crédibles. Il ne nous dira pas plus qu’un Sarkozy ou qu’un Hollande que les dépenses n’ont pas augmenté mais que les recettes ont diminué. Le meilleur moyen d’avoir la vérité tant recherchée par FB serait de faire un audit, de faire sauter le secret bancaire mais ça il n’en parle jamais.

                        Il y a un déficit ? Prenons sur les 100 premières fortunes de France, il y a de quoi le combler ! Il n’entend pas une seconde remettre en cause le pouvoir des banksters. Il se plaint de taux d’intérêts trop élevés d’accord mais pourquoi serait-ce à nous d’en subir les conséquences ? Les taux pratiqués sont usuraires. La BCE prête à 1% et les banques à 7%-8%. Et et il veut nous faire payer sans remettre en cause ce système. Il est où son sens de la vérité ? Et du courage ?

                        Les historiens s’accordent à dire que l’héritage de l’Europe est la religion chrétienne. Or, cette religion interdit l’usure. Bayrou le chrétien osera-t-il dénoncer les pratiques tolérées par sa propre religion ?

                        • Inquiet 17 avril 2013 09:39

                          C’est l’histoire d’un maire d’une grosse et très riche commune qui a un beau frère chef d’entreprise de travaux public et un cousin banquier.


                          Un jour il décide de faire refaire les ronds-points de sa ville et d’autres travaux d’aménagements.
                          Bien évidemment l’appel d’offre est truqué et c’est le beau frère qui empoche la mise.
                          La commune aurait pu se contenter de faire refaire que les 3/4 des ronds-points mais soyons fou, on fera tout restaurer.

                          D’une estimation à 1 million d’euros on grimpe vite à 2 millions.

                          Qui plus est, la commune aurait bien pu financer cash (commune riche), mais il a été décidé d’emprunter auprès du cousin banquier.
                          Facture au contribuable à l’échéance : 3 millions d’euros.

                          Quelques années plus tard, le maire est battu aux municipales et son successeur révèle aux administrés la magouille.

                          L’ancien maire et ses complices sont poursuivis en justice.

                          Finalement, à la lumière de l’estimation des travaux qui auraient dû être réalisés, la commune ne sera facturé que 1 million d’euros, annulant ainsi les 2/3 de la dette.

                          -----------------------------------------------------------------

                          Morale de l’histoire : si Monsieur Bayrou veut pousser la Vérité jusqu’au bout est-il capable de reconnaître qu’un audit de la dette est indispensable vu l’importance des sommes en jeu ?
                          Ou alors, a-t-il peur de dévoiler les ententes illicites qu’il y aurait pu avoir entre les politiques et les possesseurs de la dette ?

                          D’ailleurs, qui sont les propriétaires de la dette en France ? -> une envie de Transparence et de Vérité Monsieur Bayrou ? Chiche ?

                          • ecophonie ecophonie 17 avril 2013 10:57

                            Je ne trouve rien pour confirmer vos assertions.

                            Un lien ?


                          • Inquiet 17 avril 2013 11:51

                            @ecophonie : c’est une allégorie


                            Maintenant, si vous pensez que cette fiction ne peut pas représenter la réalité, que tout est fait pour que tout le monde soit honnête et gentil et que par conséquence il serait fortuit de contrôler comment les puissants s’endettent pour nous refiler les créances par la suite,
                            c’est votre droit.

                            Moi je pense, que vu les montants et l’implication sociale, économique et organisationnelle qui sont en jeu, un audit de la dette n’est ni un luxe ni une vue de l’esprit d’un sale gauchiste altermondialiste.

                            Ais-je tord de penser cela ?


                          • julius 1ER 18 avril 2013 15:20

                            si Hollande était vraiment là pour changer les choses, cela aurait dû être la première chose à faire en entrant à l’Elysée, demander un audit de la dette afin de clarifier la chose en prenant la France à témoin, et montrer l’immense responsabilité de la droite dans ce gouffre qu’est la dette publique, il ne l’a pas fait et la Droite en toute démagogie lui imputera le désastre dans lequel on est à l’échéance de la prochaine présidentielle !!!!!!!!!!!!!


                          • Ricquet Ricquet 17 avril 2013 09:42

                            Bayrou = Europe, Europe = Atlantiste, Atlantiste (USA) = Nouvel ordre mondial (avec le sionisme et la banque)


                            C’est un résumé un peu court, mais maintes fois mis en exergue.

                            Avec Bayrou, c’est la forme qui change, plus gaulois (en apparence) que d’autres, mais tout aussi soumis (et partie prenante) au prochain marché atlantiste ou l’Europe devient province des USA.

                            (Se faire moucher par Cohn-Bendit : quelle honte !)
                            Aux chiottes...

                            • Agerate Agerate 17 avril 2013 12:12

                              Bayrou = Europe, Europe = Atlantiste, Atlantiste (USA) = Nouvel ordre mondial (avec le sionisme et la banque)

                              Rien que ça ?


                              C’est un résumé un peu court [...]

                              Oh, penses-tu ?

                              Moi je suis comme toi, je trouve ça tellement fatiguant les gens qui font des phrases longues et qui s’évertuent à observer le monde dans sa complexité. Là au moins on ne risque pas de se faire une entorse au cerveau !

                              Grace à toi le monde devient simple et je comprends tout. Merci, continue.

                            • Daniel54 Daniel54 17 avril 2013 09:49

                              Je partage tout à fait cette analyse de l’auteur de l’article . Nous avions au moment des élections des présidentielles deux candidats menteurs .........Effectivement F Bayrou avait raison avant les autres .
                              Souci de vérité, honnêteté , sincérité , des qualités qui font de F bayrou un personnage attachant .Certes , la vérité n’a pas toujours bonne presse et F Bayrou en a sans doute fait les frais . Mais si les électeurs voulaient bien réfléchir un peu plus avant de déposer leur bulletin de vote dans l’urne , nous n’en serions certainement pas là où nous en sommes aujourd’hui.
                              Voter F Hollande comme l’a fait FB au second tour des présidentielles, c’était un moindre mal ..........


                              • oncle archibald 17 avril 2013 10:24

                                Le premier qui dit se trouve toujours sacrifié
                                D’abord on le tue
                                Puis on s’habitue
                                On lui coupe la langue on le dit fou à lier
                                Après sans problèmes
                                Parle le deuxième
                                Le premier qui dit la vérité
                                Il doit être exécuté.


                                • chmoll chmoll 17 avril 2013 10:52

                                  c bayrout ou dayroute ?


                                  • Ariane Walter Ariane Walter 17 avril 2013 11:02

                                    Bayrou, celui qui voulait Mario Monti comme premier ministre ?

                                    Bon appétit !!!


                                    • Agerate Agerate 17 avril 2013 12:28

                                      Vous êtes au courant qu’à l’arrivée de Monti à la tête de l’Italie, ce pays était à deux doigts de sombrer dans la situation de la Grèce ? 

                                      Que sans son intervention l’Italie aurait connu une banqueroute qui aurait été un désatre pour le peuples, les pauvres et les classe moyennes (les riches, eux ont toujours les moyens de fuir et de se protéger) ?


                                      Au prix, certes d’efforts dificiles, avec baisse du PIB et chomage en hausse, et toutes les conséquences sociales dont nous sommes tous concients.

                                      Mais le drame, le vrai, a été évité.


                                      Vous pouvez ironiser, mais Bayrou n’a pas à rougir d’avoir soutenu cela.


                                    • Relladyant Relladyant 17 avril 2013 12:35

                                      Bayrou supportait le candidat de Wall Street, vous savez, la gauche qui, si elle n’est pas réélue, cause une panique sur les marchés ( a notre epoque, les marches paniquent si la « ’gauche’ » est virée...)


                                    • Ariane Walter Ariane Walter 17 avril 2013 13:08

                                      Agerate,

                                       

                                      Vous prêchez pour votre paroisse qui n’est pas celle des Italiens puisqu’ils l’ont jeté dehors.

                                      Ensuite les hommes de Goldman Sachs, excusez-moi.

                                      Quant à vos remarques sur le redressement de l’italie , je suppose qu’elles valent celles que l’on entend sur l’économie allemande qui est un marasme pour une part immense de sa population. Tout est question de point de vue.

                                      Bayrou appartient aux cancer-libéraux.

                                      Que le ciel nous en débarrasse.


                                    • Agerate Agerate 17 avril 2013 13:11

                                      @Relladyan : Aaaah ok je comprends mieux maintenant ! 

                                      A l’époque j’avais cru comprendre que les investisseurs (donc les économie de monsieur tout le monde à travers les assurances vie et autres, sans doute vous-même !) s’inquiétaient parce que l’Italie atteignaient 120% d’endettement et avec un déficit annuel énorme et que tous les voyants de l’économie étaient au rouge.

                                      Et que personne ne voyaient comment le clown Berlusconi pourrait résoudre le problème.


                                      Mais en fait grace à vous je viens de comprendre que tout est beaucoup plus simple. En fait les spéculateur avait peur de la gauche.

                                      Bah oui, tout simplement. Rien à voir avec l’économie en fait.


                                    • Agerate Agerate 17 avril 2013 13:22

                                      Ariane,

                                      Ce n’était pas vraiment la peine de me répondre car je connais déjà votre point de vue. Pour vous le monde se divise en deux catégories :

                                      - Les gens qui ont les mêmes opinions que vous, forcément formidables, intélligents, honnêtes et même beaux. A ceux-là vous êtes prête à écrire des poêmes enfiévrés.
                                       
                                      - Les gens qui ont une opinion différente de la votre. Ces gens sont des cancers. Il convient de les éliminer, par tous les moyens.


                                    • Relladyant Relladyant 17 avril 2013 13:24
                                      Décidemment vous ne comprennez rien. Les marchés ont mal réagi aux élections Italiennes car le candidat qui s’est fait éjecter etait... de gauche ; autrement dit, de nos jours, la gauche, c’est ce que les marchés aiment. Si Bayrou et les marchés soutiennent les meme remedes (dont on voit l’efficacité en Grece et au Portugal), il faut commencer a se poser des questions, ou, comme je le suggerais, cesser de faire de la politique.


                                    • Agerate Agerate 17 avril 2013 13:45

                                      Ne vous énervez pas, je suis d’accord avec vous : Bayrou devrait arrêter de faire de la politique et abandonner les millions de citoyens qui ont les mêmes opinons que lui.

                                      Comme ses électeurs (le centre démocrate indépendant) ne sont de toute façon pas représenté à l’assemblée je propose de leur retirer directement leur droits civiques, qui ne leur servent à rien. 

                                      Et puis on vous mettrait à la tête d’une commission qui déciderait de qui aurait le droit de participer à la vie politique, ou pas. 


                                    • Relladyant Relladyant 17 avril 2013 15:03

                                      « le centre-droit est mal représenté »


                                      >Ah bon ? Deja qu’entre le PS et l’UMP il n’y a aucune difference de fond, alors pour trouver des differences entre le « centre-droit » et le « centre-gauche » ou « l’aile gauche du centre-droit » et « la tendance droit de la gauche plutot au centre sur les bords », il va falloir se lever tot... tous ces fignolages marketing sont la pour faire croire qu’il y a de la pluralité quand il n’y en a aucune. A part peut-etre sur le redoublement en sixieme et les limitations de vitesse en ville.

                                    • Agerate Agerate 17 avril 2013 15:19

                                      « le centre-droit est mal représenté »

                                      Ca vous prend souvent d’inventer des citations ? Je n’ai jamais parlé de centre-droit.


                                      Y a-t-il des gens sérieux pour discuter sur ce forum ? Parce que je me sens seul, là...

                                    • Relladyant Relladyant 17 avril 2013 16:01

                                      Comme ses électeurs (le centre démocrate indépendant) ne sont de toute façon pas représenté’


                                      >> Ca veut bien dire que le « centre-droit est mal representé » non ? Autant pour moi, si vous preferez centre-gauche, ou centre-centre, ou centre-tendance gauche de la droite, ca ne fait aucune différence objective, je comprends qu’il y ait des petites querelles de chapelle et que vous teniez a marquer dans la denomination, la difference qui n’existe pas dans la réalité, mais moi je m’en tiens au politique, pas au marketing du produit.

                                    • ecophonie ecophonie 17 avril 2013 16:19

                                      @agerate : « Y a t’il des gens sérieux ? »

                                      Je vous lis seul contre tous depuis tout à l’heure, j’ai cliqué sur votre profil afin de voir si on pouvais envoyer un message privé genre « tu n’es pas seul », j’ai vu ce commentaire, donc voilà, tu n’es pas seul !!!


                                    • Pyrathome Pyrathome 17 avril 2013 17:48

                                      Vous pouvez ironiser, mais Bayrou n’a pas à rougir d’avoir soutenu cela...

                                      Bayroupette qui soutient Goldman sachs, vous m’en direz tant.....
                                      Un seul mot, un seul.....LOL


                                    • Agerate Agerate 17 avril 2013 18:33


                                      @Ecophonie : merci :) En vérité je sais très bien que nombreux sont ceux qui pensent comme moi. Ils gardent simplement le silence quand il s’agit surtout, comme sur ce forum, de répéter des formule toutes faites, de la pensée prêt-à-porter et des slogans simplificateurs.

                                      Ca décourage tout ceux qui savent que la vérité est plus complexe.

                                      @Pyrathome : ma parole, vous êtes vexé ? Il y aurait un coeur derrière le masque du troll incapable d’écrire un commentaire sans insulter tout le monde ?

                                      C’est tellement émouvant, ça y est, les larmes me viennent aux yeux.


                                    • Tall 17 avril 2013 11:02

                                      J’ai arrêté la lecture après les 4 premiers mots > Réduire la dette publique

                                      Puisque c’est justement ça la grosse erreur actuelle de l’UE : l’austérité qui crée de le récession.

                                      Car c’est ce qui fait que la zone euro est la dernière de la classe dans l’avancée de la reprise économique après le crash de 2008.

                                      Il faut comprendre que l’énorme ardoise du crash boursier de 2008 qui a été couverte par les pouvoirs publics, doit pouvoir être épongée sur un laps de temps convenable pour ne pas étrangler l’économie réelle.
                                      Et donc, il faut pendant quelques années accepter un accroissement de la dette publique et un peu d’inflation, c’est normal.

                                      Ceci dit, l’austérité récessionniste en zone euro n’est pas vraiment due à l’incompétence économique de ceux qui en sont responsables, mais plutôt à leur égoïsme nationaliste.
                                      Il s’agit des allemands, bien sûr, qui adoptent une logique compétitrice vis-à-vis des autres pays de la zone euro, au lieu d’être solidaire.
                                      Et du coup, l’euro est devenu un piège meurtrier pour les pays les + faibles.

                                      L’espoir pourrait venir de l’Italie ( n°3 de l’UE ) qui pourrait sonner le tocsin de l’euro, surtout si elle appuyée par la France ( n°2 ) où la grogne populaire monte de la même manière et pour les mêmes raisons.

                                      D’après les sondages actuels en Allemagne, Merckel est favorite aux élections de l’automne prochain. Il n’y a donc rien à attendre d’eux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès