Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > François Bayrou, suppléant présidentiel d’Alain Juppé (...)

François Bayrou, suppléant présidentiel d’Alain Juppé ?

Le positionnement central du futur candidat de la droite et du centre sera décisif dans son combat contre le FN à l’élection présidentielle de 2017. Après une division des postures très désordonnée sur la partielle du Doubs, l’UMP semble se ranger de l’avis de NKM au niveau national. Et François Bayrou n’a pas été inactif dans ce recentrage.



Le président du MoDem et maire de Pau, François Bayrou, a été l’invité de Patrick Chêne dans l’émission "Politique Matin" le jeudi 19 février 2015 sur LCP.

L’ancien candidat centriste à l’élection présidentielle a montré une nouvelle fois son indépendance politique en prenant ses positions de manière totalement autonome, sans l’esprit de clocher et selon sa propre cohérence politique.

Par exemple, en tant que maire de Pau, François Bayrou a complètement désapprouvé la décision de Robert Ménard, maire de Béziers, d’armer sa police municipale de pistolets, et d’en faire une large publicité. François Bayrou a déclaré avoir armé sa police municipale d’armes non létales, de Flash-Ball et de Taser. Le problème, c’est que le Taser est très dangereux et parce que considéré comme non létal, utilisé plus souvent que si c’était une arme létale.


La proportionnelle contre une majorité FN

François Bayrou a ainsi réaffirmé sa demande d’instauration d’un scrutin proportionnel pour les élections législatives, laissant croire que c’est le seul mode de scrutin existant en Europe (ce qui est faux) et que c’est le seul qui permettrait des majorités d’idées, et le rassemblement derrière des consensus par thème. Ce qui est également faux, la meilleure preuve étant qu’entre mai 1988 et mars 1993, les gouvernements n’avaient bénéficié d’aucune majorité absolue et faisaient adopter leurs projets de loi soit grâce à l’apport des députés communistes, soit, au contraire, grâce à l’apport des députés centristes, et cela dans une assemblée élue au scrutin majoritaire.

Un nouvel argument, à mon sens important, est venu au secours du scrutin proportionnel : avec l’effet majoritaire, un parti qui atteint 30% des voix peut devenir majoritaire à l’Assemblée Nationale, c’est le cas pour le PS en juin 2012. Or, cela signifie que le Front national pourrait très bien, un jour, grâce au scrutin majoritaire, devenir majoritaire en sièges. Et là, effectivement, François Bayrou a raison de s’en inquiéter, puisque le FN a montré depuis 2013 qu’il est capable de passer l’obstacle du premier tour et de rassembler au-delà de son électorat au second tour. Mais ce n’est pas avec un mode de scrutin qu’on doit lutter contre le FN. Et puis, on ne doit pas cuisiner les règles du jeu électoral pour favoriser ou défavoriser tel ou tel parti.


Contre l’adoption de la motion de censure

François Bayrou a également évoqué l’événement parlementaire de la semaine : s’il avait été député (il ne l’est plus), il n’aurait pas voté la motion de censure consécutive à l’application de l’article 49 aliéna 3 pour la loi Macron. Parce que justement, ce projet aurait pu faire l’objet d’un large consensus au sein de l’Hémicycle. Une manière de rappeler que la repolarisation du débat économique n’a pas beaucoup de sens si l’on ne regarde que l’intérêt général. Durant sa campagne présidentielle de 2012, François Bayrou avait prôné une mise en place d’un plan de redynamisation économique dans chaque secteur industrielle. La loi Macron est un premier essai pour déscléroser quelques secteurs économiques, sans doute beaucoup trop timidement pour avoir une influence notable sur la croissance et l’emploi (comme le nom de cette loi le mentionne).

yartiBayrou2015A02

En prenant cette position, il s’est opposé à ses amis de l’UDI qui sont pourtant très proches de lui sur la politique économique qu’il faudrait mener. Mais il a aussi permis à l’UMP de renforcer les attaques contre lui (il sert régulièrement de chiffon rouge pour les militants de l’UMP). Nicolas Sarkozy ne l’a pas raté le 19 février 2015, un moyen pour l’ancien Président de la République de cibler… son concurrent Alain Juppé.


Accord avec Alain Juppé

Et justement, François Bayrou a été très clair, on ne peut plus clair, sur l’éventualité de la candidature à l’élection présidentielle d’Alain Juppé : « Si Alain Juppé est choisi [lors de la primaire UMP], je n’aurai aucun mal à trouver un accord avec lui. ». En clair, il devient évident que le leader centriste ne se présenterait pas si Alain Juppé était candidat. En revanche, il laisse planer plus d’incertitudes dans un autre cas : « Si c’est Nicolas Sarkozy, nous serons libres et nous verrons ce que nous faisons. ».

Le journaliste Joseph Macé-Scaron s’est interrogé sur i-Télé le 19 février 2015 sur la raison pour laquelle François Bayrou, soutien indéfectible d’Alain Juppé, avait voulu quand même déclarer qu’il ne voterait pas la motion de censure, affaiblissant ce même Alain Juppé à l’intérieur de son parti.

Et pour cet éditorialiste, l’hypothèse la plus vraisemblable, ce serait qu’Alain Juppé n’irait pas jusqu’au bout de sa démarche présidentielle. Or, le créneau au centre droit est sans doute la clef du succès présidentiel de 2017, qu’il provienne du PS ou de l’UMP.

Jusqu’à maintenant, seul Alain Juppé occupait ce créneau. Nicolas Sarkozy avait prévu de revenir en politique par un recentrage mais lors de sa campagne à la présidence de l’UMP, il a dû droitiser très fort son discours à cause de la droitisation de la campagne de Bruno Le Maire.

Et François Fillon, considéré alors comme modéré, avait fait une grosse boulette médiatique à la rentrée 2013 où il avait refusé de prendre position entre un candidat FN et un candidat PS (il a récidivé pour l’élection partielle dans le Doubs). Une boulette qui l’a droitisé à outrance et qui l’a fait chuter dans les sondages. Il ne s’en est pas encore relevé. En effet, il avait choqué beaucoup de monde en déclarant le 8 septembre 2013 : « Je conseille de voter pour le moins sectaire. Cela peut arriver [que le candidat socialiste soit le plus sectaire], je ne dis pas que c'est toujours le cas, mais ça peut arriver. » (Europe 1).

Mais les postures évoluent.


Recentrage de Nicolas Sarkozy et de François Fillon

Ainsi, au bureau politique du 3 février 2015, Nicolas Sarkozy s’était montré beaucoup plus recentré que le reste de l’UMP en renonçant au ni-ni et en prônant une liberté de vote avec pour seule consigne de voter contre le FN. Et il a recommencé clairement sur Europe 1 le 19 février 2015 en condamnant tout accord local avec le FN : « Une voix pour Madame Le Pen est une voix pour la gauche. Tout responsable UMP qui conclura un accord avec le Front national sera immédiatement exclu. (…) Je ne suis en accord en rien avec elle. » en commentant l’actualité européenne : « Je dis à tous ceux qui ont voté et sont tentés de voter FN de regarder ce qui se passe en Grèce. L’extrême gauche et l’extrême droite, c’est la même chose ! Il n’y a aucune chance que Tsipras réussisse ! ».

Et Nicolas Sarkozy de considérer sa candidature pas obligatoire : « Si ce n’est pas moi, ce n’est pas moi. (…) Ce n’est pas obligatoire. Je suis revenu pour remettre de l’ordre dans ma famille politique et créer les conditions de l’alternance. On verra bien en 2016, au moment des primaires, lequel sera le mieux placé pour la présidentielle. ». Même si sa rancœur de 2012 n’est pas encore digérée contre François Hollande : « Quand on a expliqué pendant toute une campagne qu’on ferait une politique de gauche, qu’il n’y avait pas de crise dans le pays, que tout était dû à un certain Nicolas Sarkozy, (…) on crée les conditions de la révolte. » et contre la politique du gouvernementale : « Quand on n’a pas la force de convaincre sa majorité, on n’a pas la force de convaincre les Français. (…) Si on utilise l’arme nucléaire pour la toute petite loi Macron, comment pourront-ils faire passer les grandes réformes ? ».

François Fillon s’est également considérablement recentré dans la même journée en affirmant sur BFM-TV en se prononçant en faveur du candidat de la gauche en cas de duel PS/FN au second tour d’une élection présidentielle : « À une élection présidentielle, si ce qui était en jeu, c’était les valeurs de la République, bien entendu, sans aucune hésitation. Et j’espère bien que le candidat de la gauche appellerait à voter pour le candidat de la droite dans la même circonstance. » (19 février 2015).

François Fillon a justifié ce choix en considérant le programme du FN « absurde, c’est une sorte de mélange entre l’extrême gauche et l’extrême droite qui ne peut conduire qu’à la catastrophe économique. C’est un danger qui doit à tout prix être écarté. » et a rappelé l’époque où François Mitterrand, grâce à la proportionnelle, avait permis l’élection de 36 députés du FN entre mars 1986 et juin 1988 : « J’étais président d’une commission. J’en avais cinq dans ma commission, dont un qui avait été condamné à mort par contumace pour avoir tenté d’assassiner le Général De Gaulle. Cela montre que le danger est plus ancien qu’on le dit. ».


La concurrence du FN est la plus redoutable à la prochaine présidentielle

Ce double recentrage de deux concurrents présidentiables d’Alain Juppé pourrait ainsi s’expliquer par le fait que si Alain Juppé renonçait, François Bayrou aurait alors un boulevard dans son positionnement actuel (centre droit anti-FN), que François Fillon et Nicolas Sarkozy ne voudraient donc pas lui céder trop rapidement.

yartiBayrou2015A03

Il en ressort que François Bayrou, qui a été toujours clair sur son refus du FN, même s’il a actuellement peu de chance de remporter l’élection présidentielle (voir les récents sondages), a au moins eu cette influence salutaire de faire recentrer le débat politique à l’UMP sur des positions un peu plus républicaines.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (21 février 2015)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
La clairvoyance de François Bayrou.
Alain Juppé.
Nicolas Sarkozy.
François Fillon.
François Hollande.
Manuel Valls.
Les incohérences de la motion de censure.
L’auto-enfermement de Manuel Valls.
La proportionnelle aux législatives ?
Ni-Ni dans le Doubs.
Changement de paradigme.
Mathématiques militantes.
2017, tout est possible…
Le soldat Bayrou à sauver.
Pourquoi Bayrou ?
Bayrou a refusé des valises pleines de billets.
Moralisation de la vie politique.
Bayrou 2007.
L’homme de Gourette.

yartiBayrou2015A04


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 21 février 2015 09:17

    Tous ces vieux « Mamouths »...au rancard...ils coulent la France depuis 50 ans... !


    • Gnostic Gnostic 21 février 2015 10:01

       Ragoutoutou c’est le ragout de mon toutou j’en suis FOU

      RAGOUTOUTOU

       

      Votez Asselineau c’est le gars qu’il nous faut et ce n’est pas du pipeau

       

       


      • foufouille foufouille 21 février 2015 10:32

        vouloir un accord avec un voleur ne donne pas envie de veauter.


        • Laconique Laconique 21 février 2015 12:10

          François Bayrou gouvernera.


          • LOKERINO LOKERINO 14 décembre 2015 19:45

            @Laconique
            et non !!


          • Ben Schott 21 février 2015 14:51

            Écouter ce neuneu gascon parler (avec le trébuchage résiduel des bègues qui se soignent) de « valeurs républicaines » est assez rafraîchissant. Lui, le premier des européistes, le plus eurolâtre, et dont l’objectif est de brader ce qui reste de souveraineté du peuple !...


            • njama njama 21 février 2015 15:39

              Le problème avec Bayrou c’est qu’il ne parle pas assez vite, quand il sort une phrase, ses concurrents ont largement le temps d’en dire trois
              après pas étonnant qu’au bout de deux minutes, on zappe


              • Jean 22 février 2015 19:41

                @njama
                tu veux dire qu’il réfléchit ? c’est plutôt une qualité non ?


              • njama njama 22 février 2015 19:46

                @Jean
                s’il avait trois fois plus de temps d’antenne, ça ne poserait pas problème
                il faut reconnaître, il n’a pas de talent d’orateur


              • scorpion scorpion 21 février 2015 16:49

                On eu un dingue bling bling, excité bourré de tiques puis un neuneu à l’oeil bovin et con à bouffer du foin alors pourquoi pas le Palois, le forrest Gump de la politique, il pourra mettre Raskototo 1er sinistre, ça risque d’être chouette non ?


                • zygzornifle zygzornifle 21 février 2015 17:43

                  Juppé va créer 6 millions et demi d’emplois fictif pour ramener le chômage a zéro .....


                  • oncle archibald 22 février 2015 11:22

                    @zygzornifle

                    Bayrou proposait lorsqu’il s’est présenté à la présidentielle de 2002 d’exonérer de charges sociales les deux premiers emplois de toutes les entreprises. Cette mesure aurait eu et aurait encore pour effet quasi immédiat de permettre l’embauche de très nombreux salariés dans l’artisanat le commerce et les professions libérales, entreprises bien ancrées sur le territoire et qui ne délocaliseront jamais, tandis que les entreprises qui emploient de nombreux salariés délocaliseront quoi qu’il en soit pour augmenter les bénéfices de leurs actionnaires. Bayrou et Juppé c’est le pragmatisme, la simplicité, le bon sens, la raison. Foin d’idéologies fumeuses, et foin du clientélisme. Elisons des gens simples qui trouveront des solutions simples.

                  • oncle archibald 21 février 2015 18:31

                    Depuis plus de dix ans François Bayrou est le seul à proposer un programme, un vrai, viable, pragmatique et réaliste. Hélas il n’a pas le charisme suffisant pour entrainer une majorité derrière lui et pourtant … 


                    Donc si Alain Juppé, qui lui aussi est un homme pragmatique et réaliste, prenait la tête d’un gros centre droit avec l’appui de Bayrou je serai un soutien inconditionnel de cette initiative. En espérant que Juppé qui est plus à l’aise avec les médias, arriverait à entrainer une majorité derrière lui. 

                    Quoi qu’il en soit tant que la politique en restera à un bipartisme exacerbé aucune des reformes indispensables à la remise en ordre de marche de notre très beau pays ne sera possible. Honte à tous ceux de droite ou de gauche qui depuis plus de trente ans nous ont foutu délibérément dans la merde uniquement parce qu’ils cultivent une clientèle électorale.

                    • zygzornifle zygzornifle 22 février 2015 10:13

                      Bayrou future suppléant d’un triste personnage qui a eut affaire à la justice et a été condamné pour un délit grave, Juppé s’était même fait refaire une virginité au sirop d’érable au Canada, dire que pour n’importe quel poste dans une mairie on vous demande un casier totalement vierge......Quand un politique vole un bœuf il est condamné pour un œuf, quand un citoyen vole un œuf il est condamné pour un bœuf il est grand temps de chasser tous ces corrompus UMPS du paysage politique Français, tant qu’ils occuperont des postes clés nous seront toujours a leur merci..... 


                      • Berboral 22 février 2015 19:08

                        @zygzornifle
                        Alain Jupé a été condamné effectivement. C’est un peu la preuve que notre justice est pourrie.
                        Beaucoup ont compris qu’il a servi de fusible. Pour rappel il a été condamné pour avoir à la mairie de Paris été complice de l’emploi fictif de 7 personnes. Ni instigateur ni profiteur mais simplement complice de ne pas avoir refusé ce que Jacques Chirac, maire lors des faits et Président à l’époque du jugement lui avait demandé de faire. Jupé n’a pas fait appel de ce jugement. Mieux il a quitté toute ses fonction électives comprenant que beaucoup de Français sauraient faire la différence.
                        Maintenant honnêtement dites moi combien d’emplois fictifs existent dans les fonctions territoriales.

                        Premier ministre il voulait passé de 37.5 à 40 ans de cotisation pour la retraite. Tout les nuls sont sortis dans la rue ; trois semaines de grèves !. Aujourd’hui on en est à 42 et c’est pas fini.
                        Alors les corrompus comme vous dites, de ce niveau, s’ils devaient quitter la France. cette dernière deviendrait un désert.

                      • Berboral 1er mars 2015 21:29

                        Je me réponds à moi-même pour le plaisir de dénoncer les petites gens qui savent cliquer sur un moins mais qui n’ont aucun argument justificatif.

                        Et ces gens-là pensent qu’ils sont citoyens.
                        Ils aimeraient tout avoir sans se donner la peine de réfléchir, d’argumenter. 
                        Ils me font sourire !
                        Oui la France est en difficulté c’est sûr, mais par votre attitude on comprend pourquoi !

                      • Berboral 9 mars 2015 14:59

                        @Berboral
                        Tu as raison Berboral

                        Il y a vraiment des gens stupides mais il faut constater, accepter et faire avec !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès