Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > François Bayrou, vrai européiste et faux patriote

François Bayrou, vrai européiste et faux patriote

Le courage politique, la cohérence, l’honnêteté intellectuelle et le respect des citoyens devraient être des vertus cardinales pour tout candidat à la magistrature suprême… Le moins que l’on puisse dire, c’est que la plupart des politiques aujourd’hui sur la ligne de départ présidentielle en manquent singulièrement ! C’est notamment le cas de François Bayrou.

Malgré ses récentes postures « souverainistes » et son désormais fameux « produire français » sorti du chapeau à quelques semaines des élections, François Bayrou reste bien évidemment le partisan convaincu de l’Europe fédérale qu’il a en réalité toujours été. Alors qu’en bon petit soldat il a systématiquement soutenu tous les abandons de souveraineté consentis par la France sur l’autel de la construction européenne : favorable au Traité de Schengen en 1985, ne s’abstenant sur le Traité de Nice en 2001 que parce que celui-ci n’allait pas assez loin, mais votant à nouveau pour le Traité de Maastricht et l’Euro en 1992 ou pour le traité Constitutionnel rejeté en 2005 par les Français, texte refourgué de force et par la fenêtre -avec la bénédiction de l’UMP, du PS et du Modem réunis- sous le nom de Traité de Lisbonne par un Sarkozy fraîchement élu en 2007, Bayrou se moque vraiment du monde lorsqu’il se vante sur France 2 chez Ruquier de n’avoir pas voté le dit texte pour des raisons démocratiques (12mn40s à 15mn 10s) :

Car l’« andouille du Béarn » était bel bien favorable à ce « nouveau mini traité ». Pas vraiment nouveau, faussement mini, mais véritable acte de forfaiture, avalisé par la quasi-totalité de nos élus qui n’hésitèrent pas en cette triste occasion à s’asseoir sans vergogne sur le suffrage populaire. Et oui, les faits sont têtus et les paroles aujourd’hui -heureusement !- demeurent. Que constate-t-on en effet lorsque l’on consulte ses interventions de l’époque ? Qu’il déclara notamment : « Je voterai ce traité, mais je considère qu’on a laissé en route des choses qui étaient essentielles pour l’avenir, l’idéal européen. Ne me demandez pas d’enthousiasme, je n’en ai pas ». Et encore « Je vais voter oui sans enthousiasme. On aurait voulu que cela soit un grand pas en avant pour l’Europe. C’est très loin de cette ambition… On a tellement besoin d’Europe que, si on peut la débloquer, cela sera mieux que rien… Tout ce qui peut débloquer l’Europe, aussi peu que cela soit, je l’accepte et je le soutiens. » On ne saurait être plus clair !

Et Les archives de l’Assemblée Nationale nous montrent bien que François Bayrou a voté le projet de loi constitutionnelle modifiant le titre XV de la Constitution, le 4 Février 2008, donnant ainsi son accord de fait pour la ratification du traité de Lisbonne quelques jours plus tard par l’Assemblée Nationale et par le Sénat (1).

Le fait de savoir s’il avait eu finalement à l’époque la cohérence -ou le courage- de glisser son bulletin dans l’urne du oui n’est dès lors plus qu’un point de détail qui prouverait même, si l’on faisant semblant de croire le Président du Modem lors de cette sortie télévisée, une certaine lâcheté ou pour le moins un vrai manque de cohérence, « qualités » dans un cas comme dans l’autre bien peu honorables ! Mais le plus drôle est que si l’on en croit Jean Quatremer -qui n’est pas taxable d’euroscepticisme- sur son blog : « François Bayrou, quant à lui, était absent… mais ce n’était nullement intentionnel : victime d’un choc allergène, il était hospitalisé lors du scrutin. » (2)

La mauvaise foi du bonhomme atteint effectivement des sommets élyséens ! Dieu merci pour lui, le ridicule ne tue pas ! On en vient parfois à le regretter, d’ailleurs…

Mais Bayrou peut toujours mieux faire dans la posture et la duplicité : nouveau porte-drapeau de la souveraineté populaire et du patriotisme économique et politique, il se dit dans le même mouvement et par ailleurs prêt à ratifier le traité européen conclu lundi dernier pour imposer aux nations une stricte discipline budgétaire. Cet énième traité prévoit l’inscription d’une règle d’or dans la Constitution de chaque pays signataire, amputant ainsi un peu plus gravement les dernières bribes de souveraineté qui restaient encore aux Etats de l’Union, leur interdisant dès lors qu’il serait instauré toute liberté et toute autonomie en matière budgétaire. La dictature financière européenne est en route, et Bayrou en est totalement d’accord : « Je suis prêt à voter à tout moment cette règle d’or », a notamment dit l’impétrant…

Les grands naïfs qui ont cru au soudain revirement patriotique du patron du Modem comprendront ils enfin de quoi Bayrou est vraiment le nom ?

ML – La Plume à Gratter


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Laurent Watrin Laurent Watrin 3 février 2012 11:41

    Il me semble - mais je peux me tromper - que l’auteur commet une erreur de jugement. L’urgence de remettre en avant « la production nationale » n’est pas incompatible avec des positions fortes pour une Europe plus démocratique et une ambition économique dans l’Union. Dans un discours récent, cet été, lors de l’université du MoDem, Bayrou a rappelé que pour lui, « la France et l’Europe, c’est la même chose ». Mais il se trouve que la Nation n’est pas en contradiction avec la volonté fédéraliste européenne. Cette vision est partagée par beaucoup chez les partisans de François Bayrou.


    • Vieux Sachem 3 février 2012 11:56

      Je trouve l’article plus polémique que réaliste ; par contre, la réaction de Laurent Watrin, plus mesurée et plus documentée me séduit davantage, parce que non sectaire et même consensuelle.


      • Furax Furax 3 février 2012 12:37

        Ils veulent tous une Europe plus démocratique !
        Pour connaître la réalité de leurs intentions c’est extrêmement simple :
        Qu’ils promettent, si ils sont élus de soumettre le prochain traité qu’ils sont en train de concocter à REFERENDUM !


        • Aldous Aldous 3 février 2012 18:45

          Oublier ce mot, il est maudit. Plus jamais ces ’démocrates’ ne nous laisseront l’opportunité de voter sur un choix crucial.


          Ils savent que nous savons que l’UE est une autour loupe antidémocratique.

          Par contre ils vont sans doute multiplier les fausses élections comme Lille de l’euro parlement qui n’a aucun pouvoir législatif.

          Le véritable pouvoir législatif étant réservé au COREPER.

        • COVADONGA722 COVADONGA722 3 février 2012 16:45

          ce bon citoyen echappe à l’isf car il se déclare exploitant agricole bref ce monsieur propre ........


          • 100reproches 100reproches 3 février 2012 22:51

            ce qu’il est aussi depuis... 1974 à la mort de son père.


          • yquem 3 février 2012 16:45

            Votre propos est haineux, violemment agressif, inutilement insultant. Visiblement quand Bayrou , dans un vote concernant l’Europe, vote contre ou s’abstient, cela semble vous mettre dans une fureur incontrôlable (du à un prurit surement…), vous me faites penser à Louis de Funès s’acharnant sur l’idée qu’il se fait de son ennemi !!

            Vous mettez même en doute qu’il ait pu être hospitalisé au moment d’un des scrutin, alors que son malaise a commencé en public à Canal+ et qu’il a été hospitalisé juste après !!

            C’est vrai que Bayrou voudrait faire de l’Europe un continent solidaire envers les pays qui le composent, ce qui est une question fondamentale pour que les pays ne soient plus à la merci de la spéculation financière et puissent conserver voire retrouver leur souveraineté.

             Le fait de mettre en commun une partie de leurs prérogatives permet aux Etats d’être plus fort, de mieux se protéger, et de définir des politiques (transport, aéronautique, développement durable, …) de plus grande envergure.

            Mais bon, paix et fraternité, Monsieur La Plume à Gratter !


            • La Plume à Gratter La Plume à Gratter 3 février 2012 17:04

              Mon cher Yquem

              vous dites donc vous même que Bayrou était hospitalisé au moment du scrutin... Il n’a donc pu ni voter contre ni surtout comme il ose le prétendre dans cet interview s’abstenir par esprit démocratique. CQFD !
               
              C’est ni plus ni moins ce que justement j’écris : il ment effrontément lorsqu’il prétend le contraire ! Et cela, je persiste et signe, c’est assez minable. Si Bayrou n’avait pas été indisposé, il aurait voté ce texte, comme il l’avait affirmé d’ailleurs lui même à l’époque. Relisez ses déclarations d’alors ! Le reste n’est que posture électoraliste.

              Enfin, et pour ce qui est des espérances que vous semblez mettre dans une Europe « solidaire » pour « lutter contre la spéculation financière », « retrouver sa souveraineté », « se protéger et définir des politiques de plus grande envergure »...

              Si les trente années de déconstruction européenne que nous venons de vivre, prônant l’ouverture absolue des frontières, la libre circulation des capitaux et la « concurrence libre et non faussée », choix cautionnés systématiquement par François Bayrou -qu’on me démontre le contraire- ne vous ont pas ouvert les yeux... Je ne peux hélas rien pour vous !

              L’amour est aveugle... Il ne rend pas lucide.

              Amitiés

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès