Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > François Hollande candidat en 2017 ?

François Hollande candidat en 2017 ?

« La présidentielle, Hollande y pense en nous rasant. » (Guillaume Bachelay, devenu député socialiste).

_yartiFH2016090801

Qui peut croire sérieusement qu’un Président de la République sortant de 62 ans puisse songer à ne pas se représenter pour un second mandat ? Qui peut croire que celui qui a toujours cru au miracle de la fin du chômage, faute d’y mettre tous les moyens rationnels, ne croira pas à sa chance in extremis ? Qui peut croire enfin que celui qui a déjà profité d’événements imprévisibles et inespérés (comme l’affaire d’un Sofitel aux États-Unis) ne rejouera pas une seconde fois ? Le Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, vient déjà de préciser les choses : il souhaite cette nouvelle candidature (déclaration du 9 septembre 2016). Si lui ne la souhaitait pas, qui d’autre en voudrait donc ?

Le jeudi 8 septembre 2016 à la Salle Wagram, à Paris, le Président de la République François Hollande a participé en principe à un colloque sur la démocratie face au terrorisme, organisé par la Fondation Jean-Jaurès. En réalité, ce fut un discours de campagne d’un pas-candidat qui voudrait rempiler pour cinq ans.

Ses propos s’adressaient très explicitement à Alain Juppé (« L’identité n’est ni heureuse, ni malheureuse. »), à Nicolas Sarkozy, à Bruno Le Maire, à Emmanuel Macron, à Arnaud Montebourg, à Benoît Hamon, à Jean-Luc Mélenchon… mais il aurait pourtant été intéressant que ses propos s’adressassent d’abord aux Français. Cela aurait été peut-être trop lui demander. Trop baigné dans la politique politicienne, François Hollande ne pense plus qu’à une seule chose, se faire réélire l’année prochaine.

Certes, un sondage récent insistait pour dire que 88% des sondés ne voulaient pas de la candidature de François Hollande, qui est le Président de la République le plus impopulaire de l’histoire de France. Toutes les hypothèses de tous les instituts de sondages situent les intentions de vote en sa faveur entre 10 et 15% et il serait disqualifié, dans tous les cas, pour le second tour.

Mais avec lui, on sait aussi qu’il ne faut jamais déclarer vaincu d’avance un prétendant avant la bataille. Jacques Chirac n’avait que 14% d’intentions de vote en automne 1994. Sa bataille cruciale n’est pas celle du second tour (il est convaincu que Marine Le Pen y serait qualifiée), mais celle du premier tour, avec deux objectifs : nettoyer les candidatures à gauche, et dépasser le candidat LR.

François Hollande n’a pas non plus oublié de fustiger Marine Le Pen, et même Donald Trump : « Nous savons qu’à chaque fois que, quand la démocratie doute d’elle-même, le nationalisme, le populisme, la démagogie y trouvent leur confort. Leurs partisans ont toujours le même discours, ils prétendent incarner le peuple contre les élites, dont ils sont généralement issus [cette phrase s’adressait aussi à Emmanuel Macron], et au niveau le plus élevé. Cela vaut en France, en Europe, et même aux États-Unis. ».

Et aussi étonnant que cela pourrait être, François Hollande pourrait réussir à franchir le premier tour. Parce que le camp LR est très divisé et que huit candidats vont s’affronter sans pitié pendant deux mois pour la primaire LR. Parce que François Hollande est en excellente forme physique et mentale : il a du ressort, de l’énergie, de l’optimisme pour lui, et peu de candidats en ont autant (pour ainsi dire, seuls Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon peuvent être à son niveau de "candidatude").

Personne ne conteste que le discours de Wagram est son premier véritable discours d’entrée en campagne électorale. Il a rappelé une chose simple : il a été élu au suffrage universel direct le 6 mai 2012, et peu de ses concurrents peuvent en dire autant (aucun sauf… son rival de 2012) : « Je veux le dire, au nom du suffrage universel, dont je suis, finalement, encore jusqu’au mois de mai, le seul qui ait eu l’onction : dans une démocratie, il y a l’élection. Ah, ce n’est pas facile, l’élection ! Il faut la mériter, il faut s’y préparer. Et il faut respecter les citoyens. ».

Le problème de François Hollande, c’est qu’il n’a jamais respecté les citoyens. Ses électeurs tout autant que l’ensemble du peuple français. Ne serait-ce que ce 8 septembre 2016 où il a scandaleusement dénaturé un colloque très intellectuel (sur le terrorisme en plus !) pour faire son discours très partisan (à ses côtés, tous ses courtisans du parti socialiste résiduel qui comptent encore sur lui pour leur propre carrière).



Tout le monde trouve normal que François Hollande parte déjà en campagne. Même la nouvelle chaîne de télévision, France Info (TV), multiplie les rappels hagiographiques sur ce discours, donnant ainsi raison au journaliste Daniel Schneidermann : « la chaîne imaginée, voulue, rêvée par l’Élysée pour tenter de sauver 2017, bricolée à toute allure (…) qui va disputer au populisme sensationnaliste (…) le territoire périlleux et fascinant de l’info continue » (1er septembre 2016. Journaliste qui a rappelé avec raison, d’ailleurs : « De toute cette pelote embrouillée, se dégage la même conviction : la vieille croyance antique, magique, increvable, que ce sont les médias, et notamment la télévision (…) qui "font" une élection. Mais non. Ils ne "font" pas élire un candidat. (…) Tout au plus, reflètent-ils et amplifient-ils des thèmes, un climat, un air du temps. De manière d’ailleurs chaotique et aléatoire, et souvent en tirant dans les coins. » (8 septembre 2016).

Le thème du terrorisme (prévu de longue date) tombait bien puisqu’une tentative d’attentat devant Notre-Dame de Paris venait d’avorter (le 3 septembre 2016). Ce ratage n’a hélas pas pour origine la perspicacité des forces de l’ordre mais provient d’une succession de bêtises du gang de trois femmes fanatisées.

Face à cette réalité, il y a de quoi trembler de peur qu’une prochaine tentative d’attentat soit un peu "mieux" préparée… Que François Hollande fasse un bon diagnostic n’en fait pas forcément un bon médecin : « Le terrorisme islamiste ensanglante tous les continents, occupe des territoires, déstabilise des pays, massacre des populations, organise des attentats qu’il commandite ou qu’il inspire. (…) Cet ennemi est cruel, il endoctrine, enrôle et envoie ses recrues frapper des innocents. Cet ennemi est insatiable, il veut détruire le passé car les civilisations lui font horreur et interdire l’avenir parce qu’il va jusqu’à nier l’humanité. ».

Les incantations présidentielles sans crédibilité seraient risibles si des vies humaines n’étaient pas si terriblement en jeu : « Au terme de la lutte, la démocratie triomphera. (…) La démocratie sera toujours plus forte que la barbarie qui lui a déclaré la guerre. ». Et de continuer sur le même ton : « Les démocraties gagnent toujours les guerres. (…) C’est ainsi que les démocraties ont vaincu le nazisme. ». Il a dû apprendre l’histoire du monde dans "Pif Gadget"… en oubliant le rôle décisif de l’Union Soviétique de Staline dans la déconfiture du IIIe Reich de Hitler

_yartiFH2016090802

Sur le thème économique et social, François Hollande a joué aussi à "c’est-celui-qui-dit-qui-est". Pourfendant ceux, de ses adversaires, qui souhaiteraient adapter le modèle social français aux impératifs des temps actuels, il leur a pourtant donné raison : « Le modèle social doit sans cesse être modernisé, réformé, complété, pour pouvoir être adapté aux aspirations personnelles sans que son financement n’entrave la compétitivité des entreprises. »… et il a poursuivi avec un esprit résolument comique : « C’est d’ailleurs le sens des réformes que j’ai conduites depuis 2012, et dont je vous ferai grâce du rappel, ce serait trop long, cela nous prendrait la journée. » !!

Et pourtant de les rappeler en oubliant quelques détails, comme : « Notre système d retraites a été sauvegardé » sans dire que c’est grâce aux réformes de François Fillon en 2004 et d’Éric Woerth en 2010 ! Il a asséné des contrevérités comme « Les inégalités se sont réduites » (d’où a-t-il sorti ce constat ?).

François Hollande ne respecte pas les Français. Il les prend pour des demeurés. Il les assomme d’impôts et de taxe (30 milliards d’euros) au début de son quinquennat et il croit retrouver les faveurs des contribuables avec sa prétendue baisse d’impôt de …seulement 1 milliard d’euros ! Et ne parlons pas des entreprises, qui verraient une baisse de l’impôt sur les sociétés… seulement en 2020, soit trois ans après le départ du gouvernement actuel ! Pour un homme qui considère urgent de rendre les entreprises compétitives dans le monde globalisé, c’est assez curieux. En quatre ans, une entreprise a largement le temps de péricliter, de perdre un marché, des commandes, de s’effondrer par manque d’investissement… (j’ai travaillé pour une entreprise dont plus de la moitié du chiffre d’affaires correspondait à des produits qui n’étaient même pas conçus quatre ans auparavant).

François Hollande n’a jamais respecté non plus ses propres électeurs. Je peux comprendre leur déception. Je n’ai pas voté pour lui, et si j’avais voté pour lui, je n’aurais pas été déçu, car ceux qui avaient un peu de connaissance sur l’homme, ses réalisations, sa psychologie, auraient vite imaginé qu’il allait être un tel fossoyeur de la Ve République. Celui qui apporterait, sur un plateau d’argent, le pouvoir à une Marine Le Pen dédiabolisée, gauchisée, "pacifiée" même, "apaisée" comme le prétendent ses nouvelles affiches électorales. Entre un quart et un tiers de l’électorat, voici le SEUL bilan palpable aujourd’hui du quinquennat de François Hollande !

Ayant voté pour François Bayrou au premier tour du 22 avril 2012, je me suis posé la question du choix pour le second tour. Nicolas Sarkozy, Président sortant, était peut-être énervant, mais il était respectueux de la parole donnée. Il était peut-être cynique mais il ne prenait pas ouvertement ses interlocuteurs pour des demeurés pathologiques. Les vieilles ficelles de François Hollande sont éculées. Il a cinquante ans de retard et l’ère des réseaux sociaux, de l’actualité immédiate, des buzz, impose un minimum de respect dans les discours, les promesses, les engagements.

Finalement, mon choix s’était porté sur les valeurs et pas sur la politique économique. La politique économique m’aurait de toute façon porté à préférer Nicolas Sarkozy à François Hollande, mais j’ai connu beaucoup d’amis qui, plaçant, avec raison, les valeurs devant la politique économique, ont choisi François Hollande.

J’avais notamment écrit que « tout laisse à penser qu’en cas d’élection de François Hollande, le FN relooké en parti marine au culte de la personnalité encore plus criant qu’à l’époque paternelle verrait son audience encore monter » et que « [la] conséquence, c’est aussi un renforcement du parti de Marine Le Pen qui a toujours prospéré sous les gouvernements de gauche qui, par une erreur de discernement, ne va pas manquer d’accroître les inégalités sociales et la précarité » (4 mai 2012).

Or, mon analyse de l’époque a été que François Hollande ne défendait aucune valeur. Aucune morale. Pas qu’il soit immoral (il est comme quasiment tout le monde, cherche à faire le bien si cela sert ses intérêts), mais qu’il n’est pas pourvu de structure de valeurs. De structure personnelle. Jacques Chirac pouvait certes passer en quelques années du travaillisme à la française au thatchérisme, mais il avait un fond de valeurs très fortes, celles qui lui ont fait prononcer le discours du Vel’ d’Hiv’ du 16 juillet 1995 ou celles qui lui ont fait refuser systématiquement toute alliance avec l’extrême droite, même quand cela aurait pu l’avantager électoralement.

Pour François Hollande, je ne ressens aucune colonne vertébrale morale. Il a permis, dans la plus grande discrétion législative, que les embryons humains puissent devenir de simples matériaux d’expérimentation scientifique… Il a montré qu’il n’avait jamais dû éduquer ses enfants pour proposer à une adolescente de (re)venir en France sans ses parents… Il a réformé la loi sur l’interruption volontaire de grossesse en dénaturant son esprit d’origine… Enfin, il n’a pas hésité, après les attentats de Paris du 13 novembre 2015, à puiser dans le programme du Front national pour déconcerter ses adversaires de l’UMP avec la déchéance de la nationalité (l’arroseur fut néanmoins arrosé ; trop de cynisme tue le cynique !).

Il n’avait jamais gouverné avant d’arriver à l’Élysée. Il ne savait faire que de la politique politicienne. Il a joué le rôle du mystérieux "Caton", supposé élu de droite, qui avait écrit "De la Reconquête" en 1983, et qui avait plongé la droite dans la suspicion mutuelle (c’était une opération tordue téléguidée par l’Élysée mitterrandien, et l’exécutant était ce jeune énarque qui avait un peu de temps devant lui car affecté à la Cour des Comptes, choisie car cela lui donnait justement du temps pour la politique !).



Si l’on veut comprendre les raisons de ses décisions depuis 2012, il suffit de les prendre selon la seule perspective de ses intérêts tactiques de politicien chevronné : la fusion insensée des régions (pour éviter un effondrement socialiste aux élections régionales ; objectif à moitié atteint), la retenue à la source de l’impôt sur le revenu (avoir les faveurs de l’aile gauche du PS au congrès des 5 au 7 juin 2015 à Poitiers ; objectif raté), le droit de vote aux étrangers (là, il y a renoncé par manquement de majorité, l’objectif aurait été d’avoir les faveurs d’une certaine population, pourtant heurtée par le mariage gay), etc.

Résultat, François Hollande a montré qu’il était le Président le plus calamiteux de la Ve République. Il ne l’a pas été par des actions certes discutables mais défendables, mais par ses intentions purement politiciennes, qui n’ont rien à voir avec l’intérêt général, ni avec l’intérêt économique des Français, ni avec l’intérêt national de la France. Et aussi par une communication qui montre à quel point il prend les Français pour des demeurés. Persévérer dans ce type de langue de bois ne peut faire que le jeu des extrêmes qu’il fustigeait pourtant ce 8 septembre 2016 avec cette explication fort valable, dommage qu’il soit aveugle de ses propres mots : « Que l’espérance vienne à manquer, que la défiance gagne, aussitôt, l’extrémisme fait son retour. ». Mais qui diable est responsable, en France, depuis 2012, de cette défiance qui frappe si durement le gouvernement ?

_yartiFH2016090803

C’est pour cela que, dans tous les cas, il me serait impossible de voter pour François Hollande lors d’un second tour. Je ne pourrais assumer non seulement les erreurs futures mais aussi les erreurs du quinquennat actuel car voter pour lui serait lui donner quitus de son action actuelle et passée. Quand j’affirme cela, j’en mesure la gravité, car je ne souhaite pas, non plus, favoriser l’élection de Marine Le Pen. Pourtant, je connais certains amis, modérés comme moi, refusant tout compromis avec les extrêmes, qui refuseraient, comme moi, obstinément, d’accorder leur voix à François Hollande lors d’un second tour, le cas échéant.

Dans certains sondages, François Hollande serait vaincu par Marine Le Pen dans l’hypothèse d’un second tour. Ce choix, entre François Hollande et Marine Le Pen, serait une véritable catastrophe pour l’avenir de la France et un boulevard pour les extrêmes. François Hollande en rêve car il croit qu’il gagnera sans difficulté. Il se trompe.

J’en viens à ma conclusion : si vous souhaitez éviter à tout prix l’élection de Marine Le Pen au second tour, le meilleur moyen, c’est de ne surtout pas voter pour François Hollande au premier tour. Toute voix au premier tour lui apporterait la capacité d’être qualifié au second tour, mais il ne serait pas forcément en position de favori.

J’avais déjà évoqué le cas dès le 22 septembre 2014 lors du retour politique de Nicolas Sarkozy : après avoir voté pour Jacques Chirac au second tour de 2002, les électeurs socialistes se retrouveraient peut-être obligés de voter pour Nicolas Sarkozy, le cas échéant, dès le premier tour de 2017 s’ils voulaient résolument barrer la route à une Le Pen. Ce serait cocasse…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (12 septembre 2016)
http://www.rakotoarison.eu

(Les cinq photographies modifiées proviennent de clichés de la Présidence de la République).


Pour aller plus loin :
(Presque) pas candidat ?
La lepénisation de François Hollande.
Hors-sol.
Sept maux sur ordonnances.
Emmanuel Macron.
Le terrorisme islamiste.
Nuit Debout.
Qui l'eût crue ?
Faut-il haïr le football ?
Présidentielle 2017.
La France archaïque.
L’entre-soi.
Le discours au Théâtre du Rond-Point le 3 mai 2016 (texte intégral).
Grande nation cherche Président de la République.
Manuel Valls.
La méthode de François Hollande, efficace à 0%.
Le livret citoyen.
François Hollande, le grand calculateur.
François Hollande et le manque d’ambition.
François Hollande et Angela Merkel.
La déchéance de la République ?
L’annonce de la déchéance de la nationalité (23 décembre 2015).
La démission de Christiane Taubira (27 janvier 2016).
François Hollande sécuritaire (16 novembre 2015).
Loi n°2015-912 du 24 juillet 2015 relative au renseignement.

_yartiFH2016090805

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.41/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 12 septembre 10:50

    En 2017, l’élection consistera à choisir le moins pire de tous.

    le pen : protectionnisme illusoirement unilatéral. pas de commentaires.

    Sarkozy : on a déjà donné 600 milliards de dette supplémentaire.

    Juppé : immense économiste devant l’éternel.
    C’est lui qui possède le plus grand potentiel socio-économique ! ! !

    Alain Juppé, 1996 :
    « L’Etat est un mauvais actionnaire, a tranché le gouvernement Juppé. Le prix de vente de Thomson en est la démonstration : si l’entreprise ne vaut plus que 1 franc, c’est qu’elle fut mal gérée. »
    http://www.liberation.fr/evenement/1996/10/30/quatre-questions-sur-une-privatisation-a-1-franc-valeur-du-groupe-logique-de-la-vente-au-secteur-pri_185500

    2006 :
    Thomson ne vaut plus 1 franc symbolique.
    http://www.liberation.fr/futurs/2006/03/27/thomson-ne-vaut-plus-1-franc-symbolique_34424
    L’offre de rachat serait de 5 milliards d’Euros. Loin, très loin du franc symbolique auquel Alain Juppé avait estimé la valeur de Thomson, à l’époque où il voulait le céder au coréen Daewoo. C’était en 1996. Il y a dix ans pile.

    Enfin, en tout état de cause et pour être parfaitement clair, ce n’est certes pas « l’extrême intelligence supposée » de Juppé (« Le meilleur d’entre nous » selon Chirac) qui a fait monter la valeur de Thomson de 1 Franc en 1996 à 5 milliards d’Euros en 2006...

    2016 :
    Aujourd’hui, cet homme présente-t-il une seule proposition socio-économique innovante, réaliste et progressiste ?...

    P.S. :
    Un Repris de Justice sera-t-il le prochain Président de la République Française ?
    https://blogs.mediapart.fr/andremarchal/blog/020116/un-repris-de-justice-sera-t-il-le-prochain-president-de-la-republique-francaise

    Fillon : a gouverné sans états d’âme pendant 5 ans avec Sarkozy.

    Le Maire : à découvrir sans illusions

    Bayroux : aucune idée de son programme socio-économique

    Macron : à découvrir sans illusions

    Montebourg : économiste éthéré

    Mélenchon : politique antilibérale voire anticapitaliste 

    Poutou : anticapitaliste

    Artaud : anticapitaliste


    • Trelawney Trelawney 12 septembre 11:28

      @Jean-Pierre Llabrés
      Les prochaines élections présidentielle vont avoir un incidences sur les législatives. Avant il y avait 2 groupes : (gauche et droite) et la majorité venait de l’Elysée. Aux prochaines législatives il y aura 3 voir même 4 groupe : la droite extrême avec le FN, la droite « républicaine » avec le LR, les radicaux et centristes de gauche avec le PS, la gauche avec PCF Front de gauche etc.). Le LR ne fera pas le plein des voix, car dans le nord est comme dans le sud est c’est le Fn qui va truster les voies. Le PS (centre gauche) sera minoritaire car déroute annoncée. La gauche ferra plus de voix que le PS.

      Donc le Fn et la gauche pourront voter majoritairement contre certaines lois du gouvernement LR. Pour cette raison le LR devra :

      Soit faire rentrer des membres Fn au gouvernement (avec Sarkozy c’est possible), soit agir par ordonnance (et prendre le risque d’avoir du monde dans les rues).

      Pour une fois dans ces élections, le premier tour aura plus d’importance que le second tour.


    • Daniel Roux Daniel Roux 12 septembre 11:06

      Le vrai problème n’est pas que Hollande se présente.

      Comprenez que le système en place ne permet pas l’émergence de personnalité autres que celles qui sont choisies par des partis au fonctionnement anti démocratique et opaque.

      La réalité est que nous n’avons pas le choix !

      A partir de là, il vaut mieux que le prochain dictateur soit un félon de droite, atlantiste, cynique et sans vergogne, qu’un bouffon obsédé, conduit par ses instincts et par l’obsession de son enrichissement personnel.

      Le problème est que Sarkozy se présente. Sarkozy est celui qui a détruit l’influence politique de la France dans l’UE. La France ruinée, ne respectant aucun de ses engagements, représentée par un hurluberlu clownesque, a perdu tout crédit.

      Lorsque Hollande arrive au pouvoir, ses marges de manœuvres budgétaires sont de zéro. la dette a doublé entre 2007 et 2012, à 95% du PIB et, surtout, 500% des recettes. Il n’y a aucune marge de manœuvre budgétaire, aucune relance possible, du moins si l’on veut remonter la pente, un jour (sauf à annuler des dettes).

      Sarkozy représente tout ce qui va mal en France, le communautarisme haineux, l’affairisme, le népotisme, le clientélisme, la démagogie, la trahison des élites, l’atlantisme péteux, l’agressivité caractérielle. Il incarne le fossé entre les citoyens/ sujets et les élus/maîtres. 

      Alors, j’ose le dire, tout sauf le pire, tout sauf Sarkozy.


      • périscope 12 septembre 17:27

        @Daniel Roux
         Excellente réponse !

        Comme en 2002, au P.S T.S.S

        mais, alors, ça concernait Ségolène !


      • périscope 12 septembre 17:34

        @Daniel Roux correction

        J’ai écrit 2002, c’était en 2007

        T.S.S (Tout sauf Ségolène) deviendra

        T.S.S = Tout sauf Sarkozy

        Peut-être, reste t’il des panneaux  ?


      • Hector Hector 12 septembre 11:16

        Bonjour Sylvain, bonjour à tous,
        Le plus terrible, c’est que dans quelques mois, TF1 et les autres vont nous proposer un quintet de politiciens voyoux et tous repris de justice qui vont nous rejouer le même air qu’en 2012 et que malheureusement c’est l’un d’entre eux qui sortira vainqueur encore une fois.
        Il y a environ un mois, lors d’un diner chez mon amie qui ne l’est plus en grande partie depuis ce soir là, j’ai amené la discussion sur les prochaines présidentielles.
        Inutile de parler des dernières législatives, ils ne s’en rappellent même pas et pourtant, ils votent tous et font leur « devoir de citoyen » !!!
        Malheur à celui qui s’abstient.
        Nous étions cinq couples.
        Je précise que tous les gens présents ce soir là sont des profs à la retraites, minimum B+4 et donc des gens supposés instruits et informés et logiquement pourvus d’une conscience politique et sociale puisqu’ils ont formés et instruits des milliers d’enfants
        Personne dans le lot ne connaissait F.A., l’UPR et son programme, même en gros.
        Sortir de l’UE, de l’OTAN et de l’EURO : ILS S’EN FOUTENT !!!
        A la rigueur il discute de Mélanchon, l’amuseur, le serpent, le recruteur, la voiture balai, etc...
        Mais rien de sérieux.
        Rien qui puisse amener un véritable changement.
        Pour eux l’EU c’est cool, on peut aller partout avec la même monnaie mais ils ne se rendent pas compte des ravages que cela fait sur notre économie.
        Pour eux l’EU c’est cool, intégration, vivre ensemble, modernisme, partage, mais ils habitent des quartiers chics, pavillonnaires ou le voisin est leur semblable avec concours du plus gros 4x4.
        Pour eux l’EU c’est cool, c’est la paix, l’entraide, les aides à ces pauvres gens qui n’ont pas de ressources mais qui travaillent pour des sociétés françaises sous les lois économiques et sociales de leurs Pays d’origine avec rémunération à l’avenant.
        Et pourtant ils vont en vacances dans des pays ou le niveau de vie leur permet de dépenser sans compter et sans se rendre compte de l’exploitation des travailleurs de ces pays par nos sociétés occidentales aux détriment des nôtres.
        Retrouver notre souveraineté nationale et avoir les coudées franches cela ne les concernent pas, ils ne comprennent pas.
        Et combien sont dans le même esprit ?
        Personne ou presque ne s’est rappelé le référendum de 2005 et la ratification en douce du traité de Lisbonne trois ans plus tard. 
        INCROYABLE !!!
        Naturellement, moi qui ne suis bon qu’à faire le clown au piano dans ces soirées, moi qui suis loin d’avoir leur capacité financière qui leur permet de raconter leur dernier voyage en Australie (si, si) ou ailleurs, le plus loin possible d’ailleurs, çà fait plus chic, la colère m’a pris devant ce désintéressement de la situation socio-économique de notre Pays et après quelques mots bien sentis mais en réalité désespéré, je suis rentré chez moi, à 130 km de là.
        Je n’y suis jamais retourné et mon couple et parti à vau-l’eau, Cool.
        Que faut-il faire pour mettre ces gens-là et les autres en face des difficultés et des restrictions que nous impose l’UE et leur faire comprendre qu’il faut en sortir dare-dare ?
        A ce propos je me permets de féliciter FIfi qui sans relâche et avec une constance admirable nous rappelle que l’on peut faire différemment.


        • EtincelledeMer EtincelledeMer 13 septembre 10:36

          @Hector
          Ils existent encore ces gens ?

          Le moment où ils ne pourront plus ignorer approche, un moine allemand avait déjà cristallisé ce type d’attitude dans les années 50  :

          « Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes,
          je n’ai rien dit,
          je n’étais pas communiste.

          Lorsqu’ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
          je n’ai rien dit,
          je n’étais pas social-démocrate.

          Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes,
          je n’ai rien dit,
          je n’étais pas syndicaliste.

          Lorsqu’ils sont venus me chercher,
          il ne restait plus personne
          pour protester. »



          Et c’est vrai à chaque fois, il n’y a que l’étiquette de la répression qui change, mais les moyens coercitifs ne deviennent que plus redoutables à travers la technologie.
          Avec les données numériques, on pourra se voir taxé de complotiste subversif pour une chose que l’on aura dite (ou plutôt écrite), il y a 5 ans ou plus et qui à l’époque, était considérée comme une opinion banale.

        • EtincelledeMer EtincelledeMer 13 septembre 10:38

          @EtincelledeMer
          Ha ! j’ai oublié, ce moine s’appelait Martin Niemöller.


        • Robert Lavigue Robert Lavigue 13 septembre 11:00

          @EtincelledeMer

          A propos... Ce moine était un pasteur protestant !


        • flourens flourens 12 septembre 11:25

          tout est déjà écrit, il suffit qu’il arrive 2eme derrière MLP et le tour est joué, concernant la « gauche », le PS va présenter à la primaire une flopée de candidat dit « de gauche » pour bien diviser et un seul, disons centre gauche droite« François, d’ou même s’il ne fait que 18% (sa cote de popularité) au 1er tour des primaires il est à peu près sur d’être choisi, à droite, susciter un maximum de candidatures pour éparpiller les votes (c’est la que l’on comprend la candidature Macron rien n’est du au hasard) et à gauche aussi un max de candidats, d’ou une dispersion des votes (sauf pour Marine qui fera entre 30 et 40% si on continue comme ça)appuyer fortement sur le »je suis pire mais en face c’est encore pire donc prenez le moins pire" et au 2eme tour, jouer le thème du grand méchant loup jusqu’à l’écoeurement et le tour est joué
          CQFD, donc pas la peine de se déplacer aux urnes


          • Habana Habana 12 septembre 14:10

            @flourens
            Effectivement, Sarkozy aussi n’a qu’un seul combat à mener et il le sait : gagner les primaires LR (les répugnants). Après ça, il suffira juste de manipuler les quelques centaines de milliers d’abrutis qui n’avaient pas votés au premier tour, en leur foutant la trouille avec je ne sais quels arguments débiles de dernière minute ! Pour les autres, ceux qui auront « veauté » Hollande au premier tour (bien que ce soit juste simplement inimaginable, il y en aura quand même), ils n’auront qu’à faire les girouettes comme à leur habitude ! Le tour est joué, la boucle est bouclé...longue vies aux escrocs qui nous gouvernent depuis 40 ans !

            PS (qui veut dire Post Scriptum et non Partit Socia....beurk) : Comment pouvez-vous affirmer que Marine puissent être pire ? (pire que quoi ou qui d’ailleurs ???). Si on mène les comparaisons, elle est très loin du compte ! Fustiger systématiquement ceux qui ne sont en rien responsables de la situation, ce sont les méthodes bien crasseuses (mais efficaces sur les QI de moules marinières) de l’Herpès (LRPS). Laissez leur ce privilège ! D’autre part, si vous ne vous déplacez pas aux urnes (votre CQFD), merci de rester chez vous AUSSI pour le deuxième tour ! Car si c’est pour « veauter » à l’envers, ça sert à rien (à part faire chier 45% de la population (pour l’instant) !)

          • flourens flourens 12 septembre 15:17

            @Habana
            j’ai pas dit que Marine serait pire, encore que je le pense fortement, j’ai simplement rappelé que leur propagande se fera, non pas sur le social ou l’économie, mais sur le rejet de l’autre, le slogan de tous sera (et plus particulièrement de Hollande) « je suis pire mais les autres sont encore pires »


          • zygzornifle zygzornifle 12 septembre 12:06

            l’horreur continue .... un escroc de droite en train de pulvériser la gauche ....


            tous ceux atteints du syndrome de Stockholm vont se veauter pour lui ....

            il n’y a rien a attendre de cette baudruche identique a un Sarkozy ou un Juppé ils utilisent les électeurs comme moi mon pcul , il a fait le sale travail de la droite et du medef mais les lauriers ne seront pas sur sa tete mais dans la sauce qui l’accompagnera quand il se fera bouffer .... 

            • Aristoto Aristoto 12 septembre 13:15

              qui peut croire que le 11 septembre 2001 le vol 93 n ait pas ete abbattu par l armee amercaine apres que les deux premier vol detournee se soit ecraser sur les deux tour. qui peut croir qu apres deux crach d avion, l ordre donne a toute l aviation civil d aterrir et la non reponses du vol 93 aux communication l armee soit rester assise attendant tranquillemebt que cet avion se decide rnfin d une cible.

              et au passage enieme article minable de la part de notre tocard centriste (je parle d un point de vue seulement structurelle...parce que le fond c perdu d avance avec le petit sylvain et sa cocoote boyante d eau tiede qui lui sert de cerveau)


              • vachefolle vachefolle 12 septembre 18:20

                @Aristoto

                Est-ce que vous avez une preuve quelconque de ce que vous avancez... ???

                la question de savoir si cet avion a été abattu par l’armée ou s’est écrasé au sol à cause d’une révolte des passagers ou de l’incompétence de pilotage des terroristes est une question sans intérêt. Dans tous les cas les passagers seraient morts, et ça ne remet pas en cause le point fondamental que l’avion était détourné par des terroristes islamistes souhaitant le crasher quelque part.

                Aujourd’hui l’avion serait clairement abattu si il menaçait une zone peuplée, c’est certain.
                Il y a 15 ans, ce type de terrorisme suicidaire sans négociation était une première, et les avions de chasse ne se promenaient pas avec des missiles chargés a tout bout de champ.

                Si vous voulez une exemple, il y a 10 ans, les militaires qui se promenaient dans les gares n’avaient pas de cartouche, seul le chef les avaient dans son sac...

                Aujourd’hui ce n’est plus la cas, les temps changent (en pas mieux) et on ne peut raisonner aujourd’hui avec la mentalité d’hier.


              • ZenZoe ZenZoe 12 septembre 14:17

                Ce sera Sarkozy ou Hollande. Les deux le savent, c’est la raison pour laquelle ils s’accrochent.
                Je rêve d’un boycott massif, je rêve d’une armée de citoyens qui descendent dans la rue avec des panneaux « dégagez », mais ça n’arrivera pas.
                Non, on aura bien l’un ou l’autre, et la France continuera sa descente aux enfers.


                • flourens flourens 12 septembre 15:28

                  @ZenZoe
                  descente aux enfers, la France non, puisqu’elle croule sous le fric au point d’être championne du monde de distribution de dividendes, mais en revanche, les Français, eux, vont morfler


                • ZenZoe ZenZoe 12 septembre 16:11

                  @flourens
                  Il faut faire la différence entre ce qui va dans la poche de l’état et ce qui va dans les poches des actionnaires privés.
                  Moins il y aura d’argent dans les caisses de l’état, plus les services publics se dégraderont et plus le contribuable sera harcelé, indépendamment de ses placements éventuels ici et là.


                • fred.foyn fred.foyn 12 septembre 15:44
                  L’homme est vaniteux, mégalo et sans compétences...juste remettre le couvert pour bénéficier de quoi mettre du carburant dans sa nouvelle voiture allemande et son scooter japonais..

                  • SamAgora95 SamAgora95 12 septembre 18:15

                    Evidemment qu’il va se présenter sinon il serait que la moitié d’un con !



                    • vachefolle vachefolle 12 septembre 18:22

                      Ni Hollande, Ni Sarko....

                      Il reste qui, Macro et Juppe


                      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 12 septembre 18:37

                        @vachefolle

                         JUPPÉ ? ? ? smiley  smiley  smiley smiley  smiley  smiley smiley  smiley  smiley 

                        Juppé : immense économiste devant l’éternel.
                        C’est lui qui possède le plus grand potentiel socio-économique ! ! !

                        Alain Juppé, 1996 :
                        « L’Etat est un mauvais actionnaire, a tranché le gouvernement Juppé. Le prix de vente de Thomson en est la démonstration : si l’entreprise ne vaut plus que 1 franc, c’est qu’elle fut mal gérée. »
                        http://www.liberation.fr/evenement/1996/10/30/quatre-questions-sur-une-privatisation-a-1-franc-valeur-du-groupe-logique-de-la-vente-au-secteur-pri_185500

                        2006 :
                        Thomson ne vaut plus 1 franc symbolique.
                        http://www.liberation.fr/futurs/2006/03/27/thomson-ne-vaut-plus-1-franc-symbolique_34424
                        L’offre de rachat serait de 5 milliards d’Euros. Loin, très loin du franc symbolique auquel Alain Juppé avait estimé la valeur de Thomson, à l’époque où il voulait le céder au coréen Daewoo. C’était en 1996. Il y a dix ans pile.

                        Enfin, en tout état de cause et pour être parfaitement clair, ce n’est certes pas « l’extrême intelligence supposée » de Juppé (« Le meilleur d’entre nous » selon Chirac) qui a fait monter la valeur de Thomson de 1 Franc en 1996 à 5 milliards d’Euros en 2006...

                        2016 :
                        Aujourd’hui, cet homme présente-t-il une seule proposition socio-économique innovante, réaliste et progressiste ?...

                        P.S. :
                        Un Repris de Justice sera-t-il le prochain Président de la République Française ?
                        https://blogs.mediapart.fr/andremarchal/blog/020116/un-repris-de-justice-sera-t-il-le-prochain-president-de-la-republique-francaise


                      • JMichel (---.---.255.94) 12 septembre 21:19


                        François Hollande candidat en 2017 ?

                        Sans aucun doute, c’etait une de ces promesses, diminuer le nombre de chomeur, par tout les moyens, surtout a coup de radiations en bande organisé.

                        Sale crapule


                        • Marignan Marignan 13 septembre 08:17

                          La démocratie, ce sont toujours les moins légitimes qui en parlent le mieux. Et ce n’est surtout pas synonyme de vote. Rappelons-nous que F. Hollande n’a recueilli que 29% des suffrages exprimés en 2012, il est donc très loin de faire l’unanimité. Les élections à deux tours ? c’est fait pour imposer un imposteur à la majorité qui n’en veut pas.

                          Deux questions : est-ce que le coût de ce meeting va être porté au débit des comptes de campagne de F. Hollande ou bien va-t-il lui aussi déjà tricher comme son jumeau Sarkozy ? qui a payé ce meeting ? le peuple qui ne veut pas de lui et le manifeste à 90% ? Il y a un mot pour cela, du vol (organisé).


                          • zygzornifle zygzornifle 13 septembre 09:18

                            David Copperfield le grand illusionniste va mettre au point la campagne 2017 de Hollande , il y aura une quantité incroyable d’illusions, de trucs, de manipulations, d’effets optique, de passe passe pour flouer son public béa hélas déjà atteint du syndrome de Stockholm, attendons nous a du grand spectacle pour 2017 ou les mensonges deviendrons des vérités , le cannabis passera pour de la camomille face a tant de manipulation des sens , le paradis artificiel du PS va nous entraîner dans un maelstrom ou la réalité sera rejetée et ou le mensonge sera roi ..... 


                            • phan 14 septembre 23:07

                              Pourquoi ne pas poser la vraie question : faut il traduire Hollande en justice ?

                              Hollande avec son ministre des affaires étrangères Fabius (Al Nostra fait du bon boulot, et l’attentat terroriste du Rainbow Warrior) , et l’argent saoudien ont mis à feu et à sang la Syrie.

                              Sarkozy avec son ministre des affaires étrangères Juppé, et l’argent quatari ont mis à feu et à sang la Libye.


                              Quand Hollande faisait éloge à  Yitzhak Shamir :

                              voir le communiqué de François Hollande, le samedi 30 juin 2012 

                              http://echosdesmontagnes.blogspot.fr/2012/07/palestine-francois-hollande-israel.html

                              Dans le journal de Lehi, Shamir écrivait en 1943 : « Nous devons réfuter toutes les jérémiades contre le recours à la terreur par des arguments simples et évidents. La terreur est une arme de guerre. Nous menons un combat national et nous pouvons nous passer des doutes moraux comme d’une rage de dents. Une bonne fois pour toutes : la terreur fait partie de la guerre politique. »

                              http://mai68.org/spip/spip.php?article12


                              • phan 14 septembre 23:14

                                WIKILEAKS a assez de preuves pour traduire HOLLANDE en justice

                                http://fr.awdnews.com/politique/selon-assange,-wikileaks-a-assez-de-preuves-pour-traduire-hollande-en-justice

                                APPEL A TOUS LES MAGISTRATS : Le Président de la République se rend coupable de haute trahison !

                                http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/appel-a-tous-les-magistrats-le-138322


                                • phan 14 septembre 23:15

                                  Situation fiscale : le maître Hollande dépasserait-il l’élève Cahuzac ? http://www.economiematin.fr/news-francois-hollande-fiscalite-cahuzac-fraude L’affirmation du président selon lequel « La France va mieux », alors que 66 millions de Français pensent, eux, qu’elle va plus mal. Le risque le plus grave aujourd’hui, c’est ce déni de réalité. La croissance économique est bloquée. Le chômage continue d’augmenter. Le système éducatif est menacé d’effondrement. La France est marginalisée en Europe. Dire « cela va mieux », c’est mettre le pays au bord de la crise de nerfs. http://www.lejournaldupeupledefrance.com/2016/04/croissance-chomage-education-la-france-au-bord-de-la-crise-de-nerfs.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès