Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > François Hollande en voie de « ségolénisation » ?

François Hollande en voie de « ségolénisation » ?

L’étrange accord socialiste-écologiste pourrait avoir créé une brèche profonde dans la crédibilité tant du candidat socialiste que des Verts français. Un tel cafouillage est invraisemblable. Sans compter que cet accord consacre une grande braderie plus qu’un réel accord de gouvernement. On est très loin du programme commun de 1981.

C’est Daniel Cohn-Bendit qui parle de ségolénisation du candidat Hollande. Fanfan-la-Tulipe fait comme Ségolène en 2007 : alors qu’elle avait le vent en poupe, une confortable avance dans les sondages et qu’elle incarnait une part de rêve et de ferveur populaire, elle s’est sabotée elle-même.

Etre candidat à la présidence de la République ne s’improvise pas. Or l’accord et ses cafouillages ont tout du bricolage d’amateur. Pour mémoire, alors que la première version contenait la réduction de production du MOX (nécessaire au fonctionnement des centrales nucléaires), la version du PS ne la mentionnait plus quelques heures plus tard. Après semble-t-il un coup de téléphone de l’entreprise maître d’oeuvre dans le nucléaire en France et dans le monde : Areva. Puis après deux jours où Hollande fut étonnement silencieux, n’affrontant pas la controverse, la version PS contenait à nouveau le paragraphe en cause. Indécision ? Mollesse ? Versatilité ? Hollande n’est-il qu’un grand méchant mou ?

Plusieurs constats peuvent être faits après cet incident. Le premier est que Fanfan ne maîtrise pas son dossier. S’il suffit d’un coup de fil d’Areva pour lui faire retourner sa veste, puis d’une pression des Verts pour qu’il la retourne encore une fois, l’ex de Ségolène est une girouette sans consistance et sous influence. Il ne maîtrise d’ailleurs pas plus le parti que le dossier. Mitterrand n’aurait pas fait une telle erreur : il aurait anticipé et dirigé ses troupes.

Un autre constat est la facilité avec laquelle le PS a lâché des circonscriptions aux Verts alors que leur candidate est à la traîne dans les sondages. Quelle peut être la stratégie qui pousse le PS à faire un tel cadeau aux Verts ? Besoin de leurs voix sur le nom de Hollande au deuxième tour de la présidentielle ? Ils les auront de toutes façons, avec ou sans accord. Paraître moins hégémonistes ? Alors ils auront des députés Verts susceptibles de faire obstacles aux projets socialistes ou de négocier chèrement leur ralliement pour chaque vote.

Le PS montre en tous cas la limite de son engagement écologique. Il ne lâche pas l’EPR car il sait que les français ont peur de perdre encore plus leur industrie et d’avoir plus de chômage.
EPR-Flamanville-est-ouest.jpg
Quant aux Verts ils ont montré autre chose : que leurs convictions s’arrêtent là où commence leur intérêt électoral. Ils acceptent l’EPR contre un paquet de circonscriptions. Les convictions sont à géométrie variable. La démagogie post-Fukushima a fini d’opérer, si tant est que les écolos aient été sincères sur ce sujet.

Ils se retrouvent aujourd’hui avec une Eva Joly désavouée, obligée de vendre un programme auquel non seulement elle ne croit pas mais qu’elle a combattu avec force. L’arrêt de l’EPR était l’un des pôles majeurs.

« Eva Joly l'annonce très clairement. Elle ne transigera pas sur l'EPR de Flamanville, même si cela doit aboutir à un échec des négociations actuelles avec le PS. Il n'y a pas de Plan B. »

Que doit-elle faire maintenant ? Soutenir la continuation de l’EPR à Flamanville quitte à paraître incohérente et sans aucune autorité sur son parti ? Ou continuer à le refuser et dénoncer sans équivoque l’accord PS-EELV, dénonçant du même coup la direction de son parti ? Sa situation est sans issue et elle devrait renoncer à être candidate. Ce qui mettrait un peu plus les Verts dans la panade et achèverait de leur ôter tout crédit. De toutes façons ils ont déjà perdu leur crédit. Il n’y a plus vraiment de programme Vert. Quant à madame Joly, elle s’en sort en incriminant l’UMP après avoir refusé l’accord ! On est dans l’incohérence totale (vidéo ci-dessous).

piranha2.jpgDerrière cet accord électoral il y a une OPA de la piranha Cécile Duflot sur le parti Europe Ecologie Les Verts. Parti qu’elle mène tout droit à la ringardisation. Elle est en train de « mitterrandiser » EELV et brade ses propres convictions pour quelques députés de plus. A moins qu’elle n’ait pas de convictions autres que de se faire sa place personnelle sur la scène politique française. N’y a-t-il donc plus d’idées ni de pensée à gauche ?

Aujourd’hui Fanfan-la-Tulipe a envoyé une de ses soldates, Karin Berger, pour parler de 50 milliards d’économie supplémentaire et d’un plan qui liquiderait la dette en deux ans et ramènerait la croissance dès la troisième année. Elle ajoute : « On est un peu tôt dans la campagne pour donner des éléments précis, mais notre ligne est qu'il faut évidemment continuer un contrôle des dépenses extrêmement strict. » Ce qui signifie que l’état major de Hollande ne sait pas comment il fera concrètement. Mais cela permet de détourner le sujet et de ne plus parler du marchandage où le PS brade des circonscriptions pendant qu’EELV brade ses convictions.

Et ces gens-là veulent gouverner ? Pauvre France.


Moyenne des avis sur cet article :  2.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • eric 19 novembre 2011 13:09

    Tout a fait d’accord, mais je pense que l’on pourrait généraliser la question : cela fait 4 favoris PS de suite à des élections présidentielles qui s’avèrent être de très médiocres candidats.
    Jospin, qui a réussi a se faire battre même par Le Pen.
    Ségolène.
    DSK.
    Hollande.
    Dans les quatre cas, ils ont été choisit, soit par le parti, par les médias, par les adhérents à 10 euro ou par les primaires. C’est dire si le PS a tout essayé.
    Or, il n’est pas possible qu’il n’y ait pas des personnalités, charismatiques, compétentes dans ce grand parti qui reste quand même la principale force d’opposition.

    Cela validerai l’hypothèse que, parti bureaucratique représentant des bureaucrates, il est victime des lois de Parkinson. Ne peuvent gagner que les plus médiocres, qui ne font pas trop d’ombres aux autres ou les plus hypocrites : ceux qui parviennent le mieux a faire croire qu’ils sont inoffensifs.
    On pouvait penser que Hollande, qu’ils jugent tous en privé comme l’un des plus brillant d’entre eux était celui là. Mauvaise pioche !

    Il y a là un problème « systémique » qui ne pourrait être résolu que si il y avait de vrais débats d’idées, idéologiques au sein du PS (mais c’est vrai de toute la gauche confère les luttes à mort à la tête des écolos entre candidats de même sous tendance).

    Conclusion, ce n’est pas la fatalité, l’injustice ou l’abêtissement par TF1 qui explique les échecs successifs, mais bien l’absence de renouvellement de la pensée de gauche qui débouche sur de simples querelles de personnes dans un contexte bureaucratique.

    La « reconstruction » reste à l’ordre du jour.


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 19 novembre 2011 13:12

      Tant qu’il ne sera pas en voie de sarkozysation il pourra dormir tranquille.


      • pissefroid pissefroid 19 novembre 2011 13:19

        Excellent !


      • eric 19 novembre 2011 13:51

        Tout a fait, je crois que c’est exactement ce qu’il fait...il somnole.
        Mais c’est quand même dur pour les gauches parce que cela les mets face à leur responsabilités et à leur nature profonde. C’est bien un candidat à leur image qu’elles se sont choisit...


      • hommelibre hommelibre 19 novembre 2011 13:56

        Pour Eva Joly, elle pourrait lâcher EELV et de continuer sa campagne en candidate indépendante, en formant un comité qui lève des fonds pour elle. Qu’elle s’affranchisse totalement d’EELV.

        Il ne serait alors pas exclu qu’elle monte à 8 ou 10% d’intentions de vote en peu de temps. Mais elle pourrait aussi être gommée. Le problème est que maintenant elle est dans une position si inconfortable, si peu crédible, que je ne sais pas ce qui serait le pire pour elle.


        • Richard Schneider Richard Schneider 19 novembre 2011 17:35

          @ hommelibre :

          J’espère que vous plaisantez quand vous affirmez qu’Éva Joly pourrait se présenter en candidate indépendante à la prochaine présidentielle.
          Où trouverait-elle les fonds et les cinq cents signatures ?
          Croire qu’elle pourrait atteindre les 10% d’intentions de vote, ce n’est pas sérieux non plus. Avec un parti qui la soutient (?), elle ne dépasse même pas les 5-6%, alors seule ...
          Je crois qu’elle a fait une erreur politique en imposant une date butoir aux négociations avec le PS. Seule la possibilité d’avoir un groupe à l’Assemblée intéressait réellement ELLV. Et Cécile voulait une circonscription facile à Paris, en vue des des municipales !
          Moi, ce que je regrette, c’est que Hollande ne se soit pas conduit en « patron ». Sur cet épisode, il aurait dû prendre exemple sur Mitterrand. 

        • LE CHAT LE CHAT 19 novembre 2011 15:26

          Eva Joly est en train elle ,de se liepitziser !
          je ne serais absolument pas surpris qu’elle jette l’éponge , tant elle ne décolle pas dans l’opinion !
          si le but des verts était de faire un bon score pour faire pression sur Flamby , il auraient du voter Hulot qui aurait ramassé le double de voix car beaucoup plus consensuel .

          EELV restera encore longtemps un groupuscule de gauchistes attardés .....


          • Fergus Fergus 19 novembre 2011 16:29

            Bonjour, Le Chat.

            Si Eva Joly ne décolle pas dans les sondages, elle sera contrainte par son propre camp de jeter l’éponge. Eu égard à l’état de ses finances, EELV ne peut en effet plus se permettre de ne pas être remboursé des frais de campagne. C’est pourquoi la priorité était de parvenir à un accord avec le PS garantissant un nombre de sièges suffisant aux législatives pour rééquilibrer les comptes. La politique, c’est aussi de la gestion. On peut évidemment le regretter...


          • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 19 novembre 2011 16:42

            Salut Fergus, Le Chat.

            Je pense que ce raisonnement est également valable pour Chevénement. Quand il aura la certitude d’obtenir quelques sièges à l’Assemblée, ou un poste dans le gouvernement, il se retirera.


          • Richard Schneider Richard Schneider 19 novembre 2011 17:11

            Beaucoup de choses à dire à propos de l’article.

            Le cafouillage PS-EEVL fait très mauvais effet. Les tripatouillages concernant les futurs sièges à l’AN sont franchement déplorables ! D’autant plus que Hollande est loin d’avoir gagné la prochaine présidentielle ... Et comme dit le dicton : « il ne faut pas tuer la peau de l’ours etc ... »
            Ce que je ne comprends pas : « C’est combien de divisions (ou plutôt de bataillons), les Verts ? » Les derniers sondages ne leur attribuent qu’aux alentours de 5% des intentions de vote !
            Il serait temps que Hollande se mette dans la peau du « patron » de la Gauche. Si les écolos ne voulaient pas signer une alliance avec le PS, eh bien, il fallait les laisser aller seuls au combat. Incroyable que ce soit EELV qui impose au PS le tempo d’une négociation ! 
            Si Hollande ne bat pas Sarkozy (et ce n’est pas du tout impossible), au lieu d’un seul EPR avec du mox, il y en aura deux ou trois en plus, après 2012 ... De toute façon, je ne sais pas pourquoi les socialos se font du mouron : si les Verts veulent avoir un groupe à l’Assemblée, ils vont bien être obligés avant les législatives de d’entendre avec le PS.
            À moins ... à moins que certains leaders socialistes (la dame du Nord ?), n’ayant pas accepté leur défaite, « jouent » les empêcheurs de danser en rond. On ne peut être certain de rien avec ce parti - voir 2007.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès