Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > François Hollande : Je (ne) vous ai (pas) compris !

François Hollande : Je (ne) vous ai (pas) compris !

Jeu de communication politique. Rien de neuf sur le fond, aucun souffle nouveau pour engager un vrai redressement économique…

Initialement prévue pour quarante-cinq minutes, l’intervention du Président François Hollande sur France 2 ce jeudi 28 mars 2013 a finalement duré une heure et quart. Pour ne quasiment rien dire de nouveau. Il était interviewé par David Pujadas que j’ai trouvé, pour une fois, percutant (posant les bonnes questions au bon moment).

Ce n’est pas la première fois qu’on peut le constater mais depuis qu’il exerce ses fonctions de Président de la République, François Hollande n’a jamais imité que son prédécesseur Nicolas Sarkozy dans cette notion de vouloir être jugé sur ses actes et pas sur ses paroles alors qu’il ne cesse de travestir ses propres paroles.

J’ai relevé des phrases typiquement sarkozyennes : « Je suis dans l’obligation de faire. », « La différence, je ne suis pas dans le constat, je suis dans l’action. » etc.


Le boulet de l’héritage a fait long feu

Selon lui, il n’aurait rien fait depuis dix mois qui ne serait incompatible avec tout ce qu’il a dit pendant sa campagne présidentielle. À l’époque, il niait pourtant l’existence même de la crise et avait accusé son contradicteur des plus lourdes charges (un million de chômeurs en plus, 600 milliards d’euros de dette supplémentaire, pourtant dans ces 600 milliards, 400 milliards proviennent de la facture des 35 heures, selon la Cour des comptes etc.).

Aujourd’hui, il est aux commandes du pays depuis dix mois, il contrôle toutes les institutions du pays, les deux chambres du Parlement, le gouvernement, la plupart des collectivités territoriales (régions, départements, villes), et il continue de parler du "boulet" (selon le mot de son Ministre des Finances Pierre Moscovici en réponse polémique à une question du jour du sénateur Vincent Capo-Canellas) de l’héritage. Au fil du temps, il va falloir renouveler l’argumentation.


Mécanique incantatoire

Enfin, il a dû infléchir sa réflexion : ce qu’il n’avait pas prévu, c’était que la crise durât ! C’est sûr, tout son discours de campagne n’était justifié que par une opération du Saint-Esprit, que la croissance fût au rendez-vous de l’année 2013. Il a attendu ces dernières semaines pour reconnaître que ses objectifs budgétaires ne seraient atteints à la fin de 2013, alors que tout le monde, depuis des mois, le lui disait dans l’oreille.

Le pire, c’est que dans le discours hollandien actuel, on retrouve de nouveau les mêmes vessies qui se prennent pour des lanternes : deux années difficiles, et ensuite (sans explication), retour à la croissance et à l’emploi. Infléchissement de la courbe du chômage pour la fin 2013. Par une sorte d’incantation quasi-métaphysique (« parce que je pense que nous aurons de la croissance »).



Pour cela, il a prétendu en avoir donné les moyens, avec sa petite boîte à outils déjà existante : emplois jeunes, contrats génération, pacte de compétitivité, réforme du Code du travail sur la base uniquement de l’accord entre les partenaires sociaux, les 1 300 euros à chaque foyer pour la rénovation thermique (ce n’est même pas le prix d’une nouvelle chaudière !)… et rien de plus.


Les mesures nouvelles

Ah si. Poussé dans ses derniers retranchements, François Hollande a lâché quelques mesures supplémentaires, mais on voit bien que ce ne sera pas cela qui fera redémarrer l’industrie en France (car c’est de cela qu’il s’agit, il faut produire à nouveau en France si l’on veut recréer des emplois).

Il veut tout d’abord créer un "choc de simplification" pour les entreprises. Ce qui est toujours bon à prendre, certes, mais cela ne donnera aucun moteur, cela enlèvera juste quelques freins à l’activité.

Il veut aussi réformer la formation continue pour permettre à 50% des chômeurs d’avoir accès à une formation au bout de deux mois. Là aussi, c’est toujours bon à prendre, mais encore une fois, une formation permettra de mettre un postulant au niveau requis pour un poste donné, cela ne créera aucun poste supplémentaire.

Il a proposé que pendant six mois, l’argent bloqué pendant cinq ans provenant de la participation des entreprises (cela concerne quatre millions de salariés) soit débloqué librement, sans contrainte, sans condition, sans que les avantages fiscaux ne soient supprimés. Il compte avec cela pour redresser la consommation (qui, rappelons-le a de grandes chances de profiter à des produits d’importation).

Par ailleurs, il a annoncé un assouplissement fiscal pour la transmission ou la cession d’entreprises.


Taxe de 75%

Enfermé entre une promesse électorale très politique (qui est sans doute à l’origine de son élection) et une inconstitutionnalité, François Hollande a trouvé un moyen astucieux de contourner la difficulté pour la taxe de 75% sur les hautes revenus : ce seront les entreprises qui paieront cette taxe.

Notons que si cela peut décourager l’employeur, généralement, c’est à l’employeur que ce genre de revenus est déjà attribué, alors, l’entreprise paiera plus mais il n’y aura pas réduction des inégalités de rémunération avec ce genre de mesure (j’imagine que les laudateurs de Jean-Luc Mélenchon l’expliqueront mieux que moi !).

C’est cependant une porte de sortie honorable pour la personne François Hollande, mais l’image de la France a été sérieusement écornée à cause de ce genre d’annonce (certains investisseurs étrangers pensant que tous les revenus étaient taxés à 75%). Cette proposition avait été en effet balancée en pleine campagne électorale sur TF1, le 27 février 2012, au grand étonnement de son futur Ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, ce qui avait donné une nouvelle impulsion à sa campagne qui s’était essoufflée après la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy.


Objectif déficit à 3%

François Hollande a clairement renoncé à l’objectif des 3% de déficit pour la fin 2013, le reportant à fin 2014, ce qui présage de sérieuses discussions avec la Commission européenne.

Sur les finances publiques, il est venu expliquer qu’il fallait (enfin) réduire la voilure de l’État, avec une formule choc qui devrait faire florès : « Faire des économies, c’est la seule façon de ne pas défaire l’économie. ». D’ailleurs, comme pour réduire le chômage, l’objectif de rééquilibrer les finances publique est bien sûr louable, mais là aussi, le chemin pour y parvenir est très flou, d’autant plus qu’il manque de crédibilité avec le recrutement massif de fonctionnaires qu’il avait programmé.

yartiFH2013032805


Il ne cite que deux mesures pour réduire les coûts : le regroupement des achats de toutes les administrations publiques (cette mutualisation des achats n’est-elle pas déjà réalisée ?), qui devrait dégager 2 milliards d’euros, et la dématérialisation des documents administratifs.


Des métropoles pour réformer les collectivités locales

Pas grand chose de plus ? Si, il y a le seul axe possible de réduction des dépenses publiques, les collectivités territoriales. Aucun changement radical (on ne supprime pas d’échelon car il ne veut rien imposer par le haut), mais …au contraire, création d’une nouvelle entité, dans le cadre d’une nouvelle loi de décentralisation, la "métropole", qui pourrait prendre des compétences à la fois des rassemblements de communes et parfois des départements.

L’idée peut paraître censée, mais si on ne supprime pas en même temps d’autres échelons, cela va créer inévitablement de nouveaux doublons.

Sur les deux chapitres importants de sa prestation télévisée (retour à la croissance et rééquilibrage des finances publiques), François Hollande n’a pas du tout été convaincant et surtout, n’a donné, à part son verbe, aucune voie nouvelle efficace pour réindustrialiser la France.

En revanche, sur les autres sujets, il a été plutôt convainquant (comme le remarquait Jean-Louis Borloo).


Politique sociale

Sur la politique familiale, se félicitant de la bonne natalité en France, il a assuré qu’il ne bouleverserait pas le principe des allocations familiales : pas de fiscalisation et préservation de l’universalité. En revanche, il compte juste faire une modulation des montants en fonction des revenus, ce qui semble raisonnable.

yartiFH2013032802


Sur les retraites, se contredisant à moins de trois ans d’intervalle, François Hollande a déclaré envisager un prolongement de la durée des cotisations.


Les dépôts bancaires

Parce que la question s’est posée à Chypre et qu’elle se posera peut-être dans d’autres pays européens comme la Slovénie, François Hollande a assuré que tous les dépôts bancaires en France seraient absolument garantis, du moins jusqu’à 100 000 euros.


Mali et Syrie

François Hollande a été très convaincant sur son action au Mali, expliquant presque la larme à l’œil les trois objectifs qu’il s’était fixés et qui ont été remplis : stopper l’agression des terroristes, reconquérir les villes occupées par eux, et les déloger de leurs repères au nord du Mali. Il a toutefois reconnu que les otages français encore en vie n’ont toujours pas été localisés.

En revanche, il a été beaucoup plus vague pour la Syrie, tout en voulant rassurer à propos de la fourniture des armes aux rebelles syriens qui n’aura lieu qu’en cas de certitude que les armes n’iraient pas dans les mains d’islamistes, et confirmant que cette certitude n’existait pas pour l’instant. En clair, rien n’est prévu pour éviter la poursuite de ce massacre qui a déjà coûté la vie à cent mille personnes depuis deux ans.


Autres sujets

Sur le mariage pour les couples homosexuels, il a refusé de prendre en compte les manifestations qui s’y opposent et n’a pas été très convaincant, notamment parce qu’on ne connaît toujours pas sa position personnelle sur la PMA. On sait seulement qu’il est défavorable à la GPA.

Sur la politique pénale, François Hollande a clairement émis un signal à sa Ministre de la Justice Christiane Taubira pour qui la suppression des peines planchers est une mesure phare. Le Président de la République a expliqué alors qu’il allait retirer les peines planchers si on trouvait un dispositif contre la récidive. « Et vous l’avez trouvé ? » demanda fort justement David Pujadas. Réponse : « Oui, on va la trouver ! ». En clair, rien n’est fait.

François Hollande a surfé (comme son prédécesseur) sur un faux consensus sur la laïcité en remettant en cause la pratique d’une religion dans des espaces privés. Il a laborieusement expliqué qu’une « crèche associative » n’était pas une « crèche privée » (il faudrait donc lui expliquer que les associations comme les entreprises font partie justement du secteur privé) et en souhaitant une loi de circonstance pour enfreindre la liberté religieuse (au risque de se retrouver en porte-à-faux avec la Convention des droits de l’Homme).

yartiFH2013032803


Sur le cumul des mandats, il a décidé que cela se ferait avant la fin de son quinquennat et qu’un projet de loi serait adopté au conseil des ministres dès le 3 avril 2013.

Il a été convaincant sur les affaires politico-judiciaires, voulant préserver la présomption d’innocence tant pour Jérôme Cahuzac que pour Nicolas Sarkozy, ainsi que sur le "Hollande bashing" (hideuse expression journalistique), rappelant qu’il a le « cuir solide et les nerfs froids », lançant d’ailleurs un avertissement aux ministres dissonants, pour finir par appeler à ses vœux que : « Ma République doit être exemplaire et apaisée. ».


Juste de la communication…

Concrètement, François Hollande a fait un exercice de communication présidentielle, sur la forme, sensiblement équivalent à ceux de son prédécesseur. Sur le fond, rien de vraiment nouveau n’a été annoncé qui puisse redonner espoir dans la réindustrialisation de la France. Il reste avec ses habitudes de campagne, à savoir repousser toujours d’une année ses promesses (diminution du chômage, retour à la croissance, réduction du déficit budgétaire), petit jeu qui pourrait marcher si la mémoire des électeurs était courte.

Non seulement cette intervention n’inversera pas la courbe du chômage, mais probablement pas plus celle de la popularité présidentielle.

Contrairement à ses prestations précédentes, François Hollande s’est maintenant installé dans ses fonctions présidentielles (probablement que la guerre au Mali y a été pour quelque chose).

Mais il n’a redonné aucun souffle à un gouvernement largement dépassé par les événements, incapable d’assumer son autorité au sein de sa propre majorité, ne sachant pas traduire le message désabusé de nombreux électeurs, et surtout, il n’a donné aucune piste d’avenir au redressement français ni à la construction européenne. C’est pourtant dans ces moments-là qu’une volonté politique devrait être exprimée avec force.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (29 mars 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Bons baisers de Hollandie.
François Hollande et la Frondeuse.
François le clown ?
Le verbe roi.
La voile et la République, une nouvelle loi ?
La politique industrielle de François Hollande.
Le fantôme de Sarkozy.

yartiFH2013032806

 

 

 

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 29 mars 2013 08:28

    Intervention digne d’un Premier Ministre et indigne d’un Président de la République !

    Aucune proposition pouvant donner espoir aux Français(e)s.
    Vision à long terme ? Ambition ? Et cætera...


    • jmdest62 jmdest62 29 mars 2013 09:06

      @ l’auteur

      « ........Il était interviewé par David Pujadas que j’ai trouvé, pour une fois, percutant (posant les bonnes questions au bon moment)....... » 

      « Pujadas ..percutant » 
      OUAAAFFFFF ! trop bon  !!! quel humour !!! MdR (comme disent les d’jeuns) j’ai pas pu lire plus loin .....

      @+


    • Marc JUTIER Marc JUTIER 29 mars 2013 12:21

      D’où vient la DETTE ? Comment faire pour en sortir ? L’austérité n’est pas une fatalité et la croissance n’est pas la solution !

      Pétition « Pour que l’argent serve au lieu d’asservir : http://chn.ge/MMb6En  » + de 540 signataires.

      D’autre part, je suis candidat à l’élection présidentielle ou plus exactement à la prochaine primaire organisé par le PS pour élire le candidat du PS à la présidentielle et, à l’allure ou la cote du président actuel se dégrade, il n’est pas impossible qu’il y en ait une en 2016 ! cette démarche est donc très sérieuse mais vous n’entendrez pas parler de ma candidature à la TV ! ce que je dis dérange l’ordre établi, l’oligarchie au pouvoir. Je dénonce l’escroquerie monétaire qui est à la base de 95 % de nos problèmes et les « merdias » n’en parleront pas, l’omerta imposé par les banksters sur cette question est de rigueur !

      Merci de faire connaître l’avant projet de programme : 

      Non-violence et force de la vérité.

      - le texte complet en un seul clic : http://bit.ly/13ePmsy  ;

      - en 11 sections sur le blog de FC : http://fraternitecitoyenne.blog4ever.com  ;

      - textes : http://bit.ly/YVleNd (Reads : 360 pour NVFV ; 4600 pour NC et 10430 pour MONNAIE)

      - merci de partager également ces liens : http://bit.ly/Xq8hgB  ; http://bit.ly/Z5Ze2e ; Vidéos : http://wn.com/marcjutier ;

      - colloque du 19-09-2009 : « Nouvelle Civilisation 2012 » : http://dai.ly/jFPEId (4892 vues)

      - vœux pour 2013 à mes concitoyens : http://bit.ly/16YiCns (1485 vues)

      - rejoignez Fraternité Citoyenne sur fb : http://on.fb.me/10Qefbn (1726 membres)

      page facebook : http://on.fb.me/10QdAqh (953 j’aime)

      Accepteriez-vous d’être correspondant de ce programme dans votre département ? – http://bit.ly/VS0g5u .


    • Al West 29 mars 2013 08:45

      Peut-être le président Hollande est-il en mesure d’expliquer comment sont garantis les dépôts bancaires des Français à hauteur de 100,000 euros.

      Peut-être a-t-il, dans un moment d’inattention soudain, omis de préciser que les dépôts bancaires des Français dont le montant cumulé s’élève à 2000 milliards d’euros sont garantis par un fonds privé disposant de la gargantuesque somme de 2 milliards d’euros, soit 1000 fois moins que nécessaire.

      Evidemment, dans ces 2000 milliards, une certaine partie n’est pas censée être garantie par le gouvernement puisque appartenant à des comptes bancaires dépassant les 100 000 euros, mais quand bien même.

      Ou l’art de prendre les gens pour des cons.


      • bigglop bigglop 30 mars 2013 02:13

        Bonsoir à tous et à @Al West,

        Il faut toujours et encore rappeler que la loi dite de ’’séparation des banques’’ stipule que le Fond de garantie des dépôts est fusionné avec le Fond de Résolution Bancaire, donc la garantie des dépôts pourra être utilisée pour ’’sauver’’ une banque et adopté le 22/03/2003 par le Sénat :

         L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution peut également saisir le fonds de garantie des dépôts et de résolution de la situation d’un établissement de crédit, d’une entreprise d’investissement, d’une compagnie financière et d’une compagnie financière holding mixte, qui correspond aux prévisions de l’article L. 613-31-15 et donne lieu à la mise en oeuvre des mesures prévues à l’article L. 613-31-16.

        « L’Autorité peut demander au fonds de garantie des dépôts et de résolution d’intervenir auprès de la personne agréée pour reprendre ou poursuivre les activités cédées ou transférées en application du même article.

        « Lorsque le fonds de garantie des dépôts et de résolution est saisi, ne peuvent être mis à sa charge que les montants nécessaires après l’exercice par l’Autorité des prérogatives prévues au 9° du I de l’article L. 613-31-16.

        Hollande a fini, enfin, par reconnaître qu’il n’était pas un ’’Président Socialiste’’


      • Yohan Yohan 29 mars 2013 09:01

        Soirée Francois Mollande et David Pyjamas 

        Des formules creuses, de l’enfarinage. Le choc de simplification, c’est surtout le choc de la vacuité des formules.
        Quant à la formation professionnelle, la connaissant de l’intérieur, j’affirme qu’il est impossible de garantir sous 2 mois l’accès à une formation, pour plein de raisons qu’il serait trop long d’expliquer.

        • petrol 29 mars 2013 09:10

          Avec cette intervention télévisée il montre son incompétence et ouvre bien grand les portes pour le FN, c’est son but ?

          En accusant son prédécesseur, il signifie que la droite est nulle, il est nul aussi, donc il reste une 3ème option, le FN.

          Bein, c’est pas joli.


          • Yohan Yohan 29 mars 2013 09:17

            La France ne casse pas des Bricq à l’export, on comprend pourquoi. Le chef des bras cassés a parlé : le redressement c’est pour dans 2 ans. Hug !


            • Mr Dupont 29 mars 2013 11:24

              Oh joie !!!

              Monsieur le Président vient de découvrir le fil à couper le beurre

              Il vient de s’apercevoir qu’il va falloir rallonger le temps des cotisations pour partir à la retraite

              Qui va devoir rallonger son temps de cotisation par rapport à d’autres ?

              Poser la question c’est y répondre hélas


            • Mr Dupont 29 mars 2013 15:05

              Monsieur Yohan

              Cette Madame Bricq a des faux airs de Zézette du « Pére Noèl est une ordure »

              Les qataris ont pour eux au moins de pouvoir oublier cette vision clownesque dans leurs harems

              Le commerce extérieur est entre de bonne mains : certains états signent leurs contrats via leurs ambassades pour éviter qu’elle ne se déplace

               


            • eric 29 mars 2013 10:12

              Je n’ai évidemment pas perdu mon temps a écouter hollande, mais j’ai lu des compte rendus.
              Il aurait dit, « je ne suis plus un président socialiste » Pour moi, cela résume son intervention.

              En français, cela ne veut pas dire grand chose de clair.

              Est ce que cela veut dire qu’il n’est plus socialiste ? Qu’il n’est plus président, Qu’il a été un président socialiste mais est désormais un président non socialiste ? Depuis quand ? Pourquoi ? Et qu’est ce que cela veut dire ? Être socialiste est il incompatible avec le fait d’être le président de tous ? Est-ce une façon de s’excuser auprès des socialistes ? excusez les gars, mais depuis que je suis président je ne peu plus dire et faire n’importe quoi comme quand on était entre nous ? Aupres des francais ? je disais n’importe quoi mais a l’époque j’étais socialiste ? Et on pourrait continuer.
              Il y a d’autres phrases et propositions qui sont du même niveau de français mais il me semble que celle la les résume toutes.

              En réalité, et contrairement a ce que sous entendent ceux qui le connaissent bien, même un capitaine de pédalo peut fixer un cap. Ces dérives langagières montrent qu’il n’y a pas de cap du tout. C’est le pouvoir qui est a la derive.


              • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 29 mars 2013 10:21

                PEPERE METS MELENCHON OU SEGO A TA PLACE  OU JOSPIN... TIRE TOI LE COSTUME

                EST BEAUCOUP TROP GRAND POUR TOI..................

                tu n’es meme pas capable de faire sa fete au« nain débile »qui meme avec un coup d’état reprendrait le pouvoir...........et le FRIC DES BETTENCOURT OU AUTRES MARGOULINS

                PARS.......... LE SPECTACLE EST AFFLIGEANT DIS A JOSPIN DE REMPILER LUI EST A LA HAUTEUR...........n oublie pas le raport de jospin sur le cumul dans LE TIROIR DE CHAUSSETTES DE VALERIE....a l ’élysée...avant de prendre 2 ans de vacances........


                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 29 mars 2013 10:55

                    Depuis 2001, je n’avais pas cessé d’interpeler les Français pour les mettre en garde contre la puissance hypnotique du pendule Gauche-Droite.

                    Connectés en permanence sur les idées et les concepts que j’avançais dans le but d’aplanir les difficultés en mettant la compréhension à la portée de tous, les spécialistes français ainsi que les médias de la désinformation ne saisissaient que ce qui les intéressaient personnellement.

                    - Tous les politiques s’inspirent de mes idées afin d’agir pour eux-mêmes,
                    - Tous les historiens ont encore publiés des conneries dans le but de contourner mes écrits,
                    - Tous les journalistes se font encore un plaisir à torturer mes analyses pour en tirer leur brouillons d’articles illisibles.

                    De 2001 à 2003, j’avais écris et proposé aux responsables français tout ce qui était nécessaire et suffisant pour surmonter un passé plus que perfide ! La France, prisonnière de sa propre culture de l’asservissement, n’avait jamais surmonté son orgueil, elle avait donc décidé l’embargo sur mes écrits.

                    Aujourd’hui je vous le dis, jamais la France n’atteindra un quelconque objectif ni sortira de son auberge hexagonale tant qu’elle a peur de la VÉRITÉ et tant qu’elle refuse la JUSTICE !

                    Il n y a rien en dehors de :  « RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET ÉPISTÉMOLOGIE », « SYNTHÈSE DES ÉVÉNEMENTS HISTORIQUES »  !

                    J’ai assez de sagesse pour pouvoir calculer plus vite que vos Cray, vos crayons et vos cervelles réunies !


                    • renéné 29 mars 2013 11:29

                      Apparemment l’interview n’a bluffé personne. Je suis en ce moment sur le site onemoretab qui me permet de voir tous les articles de tous les sites d’info et les titres ne trompent pas : Un président trop normal pour être rassurant sur Libé, Une émission ne suffit pas à améliorer l’image présidentielle sur Le Figaro et la palme revenant à l’Express avec : ’Pour la presse, Hollande est apparu comme un « Monsieur Bricolage », « fade » et "manquant d’audace... Il faudra donc changer sa politique et pas juste changer son image !


                      • spartacus spartacus 29 mars 2013 12:57

                        -Vraiment chiant ce genre d’émission ou un type a passé sa journée à apprendre des réponses toutes faites de questions basiques d’un journaliste mielleux.


                        -Même le vieux fusil sur une autre chaîne, vu et revu était plus agréable à regarder.

                        Amusant le couplet sur la « simplification administrative » comparé à l’usine à gaz CICE qu’il vient de créer !
                        On a atteint le sommet de la clownerie !

                        Un crédit d’impôt qui n’est pas un crédit, mais une créance d’état sur une base des salaires N-1 payable à N+1, qui se s’enlève pas sur des cotisations sociales mais des bénéfices, auquel on soustrait les acomptes prévisionnels, qui ajoute des lignes aux salaires et aux DADS et aux relevés d’impôts.
                        Effectivement « un choc administratif » ! ....

                        Ou alors à t-il voulu parler de comment on calcule la cession de part sociales d’une entreprise maintenant en France depuis ces dernières mesures ?

                        Pour ceux qui ne savent pas l’impôt sur la cession voici un exemple :

                        • Pyrathome Pyrathome 29 mars 2013 14:28

                          On a atteint le sommet de la clownerie !

                          Spartacul, il a été déjà largement atteint par son prédécesseur :

                          http://www.liberation.fr/societe/2013/03/28/affaire-bettencourt-l-instruction-est-terminee_892137

                          Voilà le chef d’inculpation de nabot premier et ses sbires ;

                          « Les trois magistrats instructeurs co-saisis depuis plus de deux ans de l’information judiciaire ouverte des chefs d’abus de faiblesse, escroquerie aggravée, abus de confiance aggravé, complicité et recel de ces délits commis au préjudice de Mme Liliane Bettencourt, d’abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits commis au préjudice de la Société Clymène (chargée d’administrer les dividendes reçus de l’Oréal par la milliardaire, ndlr) et de blanchiment de fraude fiscale et d’abus de faiblesse, estimant que cette information est terminée, ont communiqué le dossier de la procédure au procureur de la République, le 28 mars 2012, aux fins de règlement et en ont avisé les 12 mis en examen, les 5 parties civiles et leurs avocats », indique le communiqué de M. Laplaud.....

                          La pourriture à l’état pure.....ton pitoyable gourou commence à avoir son compte, et ce n’est qu’une première affaire, les autres suivent......ah ah ah !!!!


                        • spartacus spartacus 29 mars 2013 17:08

                          ? ???

                          Quel rapport avec le sujet ?
                          Le but est d’insulter ad hominem ? 

                          Perso je m’en fou, Sarkozy n’est pas libéral.
                          Néanmoins, t’inquiète pas pour Sarkozy. Qu’il prenne du pognon pour sa campagne, c’est largement possible, mais qu’il menace une vieille avec un pistolet à tire bouchon, pour l’obtenir, c’est du fantasme. 
                          Normalement les accusations devraient tomber en peau de boudin et lui faire un max de pub. Ceux qui ont monté le coup devraient s’en mordre les doigts bientôt, tellement il va avoir de la pub sans rien faire.

                        • LE CHAT LE CHAT 29 mars 2013 13:17

                          le recrutement de fonctionnaires , c’est juste pour gonfler les effectifs de pôle emploi !  smiley  smiley
                          en effet , en voilà des emplois d’avenir , parce que des chômeurs , ça va pas manquer !
                          Flamby n’est plus que le majordome de Merkel ....


                          • Jean-Louis CHARPAL 29 mars 2013 15:58

                            Article complétement à côté de la plaque !

                            Hollande est un utra libéral, un socialiste de droite, au service des banquiers, des rentiers et du MEDEF.

                            L’auteur de l’article devrait être comblé.

                            NB : je sais que cette notion est incompréhensible pour un ultra libéral borné, mais les partisans du Front de Gauche ne sont pas des « laudateurs de Mélenchon ».

                            Ce sont des citoyens favorables à un programme politique consistant à relancer l’économie et à partager de façon plus juste et plus humaine les richesses produites par le peuple tout entier.

                            Jean-Luc Mélenchon est le porte parole de ce programme. Pas plus, pas moins.

                             

                             


                            • Mugiwara 29 mars 2013 16:16

                              c’est un vrai social démocrate, la social démocratie a fait ses preuves par ailleurs mais en pleine crise, il est très difficile de faire mieux que ce qu’il a fait. Je le soutiens fermement. les yeux fermés. et qui resteront fermés pendant 10 ans... 


                              je remarque qu’il n’a jamais cherché à jouer avec le feu, il s’est voulu très prudent, et je suis sûr qu’il sait où il va. tout le contraire de son prédécesseur, qui avait toujours de la suite dans les idées, mais au final, on se retrouve comme par magie avec une addition démentielle... ce prédécesseur qui vient de refuser de gérer un fond d’investissement, on voit qu’il est très mal conseillé... 

                              la croissance reviendra bien un jour ou l’autre, bien évidemment, reste à savoir quand, et en attendant, faut bien s’occuper... 

                              cependant, je ne serais pas étonné qu’il y ait de l’agitation au delà du printemps, contrairement à ce que croit Raffarin. 



                              • Roubachoff 30 mars 2013 03:29

                                Avec les yeux fermés, méfiez-vous de ne pas vous emmêler les pinceaux dans le pédalo.


                              • Claudec Claudec 29 mars 2013 18:25

                                Une seule question : Pourquoi Hollande a-t-il abusé d’électeurs un peu trop crédules, en leur faisant croire qu’il suffisait de remplacer Sarkozy et de détricoter le produit de leurs propres efforts ? tels qu’ils les avaient produits avec tant de réticence sous la conduite de ce dernier, pour que tout aille mieux ?

                                Il s’avère, à l’épreuve du temps qu’il leur a menti ; qu’il leur a fait des promesses qu’il s’avère incapable de tenir (dans impuissance d’un gouvernement de complaisances électorales bricolé). Et ce n’est pas par des mesures démagogiques et secondaires qui auraient pu attendre, ou des rustines, qu’il convaincra les Français du contraire.


                                • A. Nonyme A. Nonyme 29 mars 2013 22:57

                                  « Il se comporte comme un lapin étourdi par les phares d’un véhicule venant en sens opposé et qui s’appelle la dure réalité économique ». Commentaire sur CNN.

                                   smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès