Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Frêche, Oc versus Oïl

Frêche, Oc versus Oïl

 Que Georges Frêche soit fort en gueule, personne n’en doute. Mégalo mais bon gestionnaire (il a beaucoup œuvré pour le développement de sa ville Montpellier et de sa région, le Languedoc-Roussillon), il est régulièrement réélu par ses administrés reconnaissants. Et si Frêche continue d’exister c’est grâce à ses résultats et à cause de la rupture qui existe entre la terre d’Oc et les médias, pour la plupart établis en pays d’Oïl, à Paris.

Exemple. Quand Frêche s’en prend à trois responsables d’associations de harkis qui se sont rapprochés de l’Ump pour faire avancer leurs revendications, quand il les traite de sous-hommes (évidemment maladroit), il insulte d’anciens partenaires qui l’ont trahi. Il ne cherche pas à blesser toute une communauté. Il s’en est expliqué. C’est assez clair si l’on visionne l’intégralité de la vidéo, mais les médias parisiens n’ont conservé que l’insulte lancée vers trois individus en l’étendant à toute une population. Cela s’appelle de la manipulation.

Autre exemple récent avec un autre Montpelliérain à la faconde mal contrôlée. Louis Nicollin, Président du club de football de Montpellier n’a pu s’empêcher de qualifier Benoît Pedretti (milieu de terrain d’Auxerre) de ”tarlouze” parce qu’il avait tenté d’influencer l’arbitre au cours d’une partie. Ces propos de bistrot, rapportés par la presse, ont valu à Loulou une sanction de la Ligue.

Cette culture du ”parlé” populaire employé par les notables, le tutoiement facile, une convivialité feinte parfois mais souvent réelle, c’est la façon d’être des Languedociens. Ce n’est pas nouveau et le pays d’Oc accepte mal que les donneurs de leçons parisiens remettent en cause cet ”art de vivre” au nom du politiquement correct. Dans le Midi, nous sommes CONTRE par atavisme. Cathares, Albigeois, Huguenots, parpayots, radicaux, viticulteurs rouges, depuis des siècles, nous nous définissons politiquement par opposition aux pouvoirs exercés par la moitié Nord. Et aujourd’hui quand les radios et télés nationales reprochent à Frêche l’excès de ses propos, ils ne font que participer à son ascension dans les sondages d’intention de vote. Frêche va être largement réélu, ça ne fait aucun doute, et ce sera en grande partie pour rejeter un politicien au style plus ”parisien”. C’est bête, mais, si à Toulouse même les mémés aiment la castagne, à Montpellier, les électeurs marqueront leur différence en votant pour un candidat qui leur ressemble, à forte personnalité, un sanguin impulsif.

En conclusion, Frêche sera élu par le peuple d’Oc contre les leaders d’opinion du pays d’Oïl.

Et Paris doit savoir que le Midi en a ras le bol d’être considéré comme une terre de demeurés, simplement parce qu’il s’exprime avec un accent qualifié, sur certains médias, d’accent de shampouineuse Niçoise. Et le Sud en a marre que les éditorialistes parisiens lui manque de respect quand ils n’arrivent pas à prononcer correctement Bayrou, alors que cela fait plus de trente ans que le Béarnais est en politique.

Jacques Valat (Créateur/Administrateur de “http://www.lalettreouverte.fr&ldquo ;)


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Hortus 13 février 2010 05:28

    Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une telle opposition province-Paris. Frêche reste en place parce qu’il a su ficeler tous les notables locaux. Ca se passe comme çà dans nos démocraties relatives.

    Frêche a régné en semant la « terreur » avec sa grande gueule, il va crever par sa grande gueule.
    C’est vrai qu’il a réussi à sauver le Languedoc-Roussillon d’une mort annoncée. Peut être provisoirement car jamais on a vu un homme seul pouvoir changer le cours de l’histoire.
    Coincée entre Marseille et Toulouse, que deviendra Montpellier. Une maison de retraite européenne de seconde catégorie (après la Côte d’Azur et la Costa Brava) ?
    L’espoir de la région est que Frêche disparaisse sinon elle risque de disparaître avec lui. C’est pas parce qu’il a pu faire un temps du bon boulot qu’il est toujours efficace. 

    • l’arbre 14 février 2010 14:57

      Oui mais le risque est Frêche où la droite ; peût ’elle faire mieux sinon aussi bien si oui votons pour la droite ,.
      La crainte c’est que la droite même en faisant bien , oublie souvent le confort du bon peuple qui n’ à qu’à bosser plus pour ????? et pour elle .
      Je ne crois pas qu’il faille prendre le risque






    • zadig 13 février 2010 07:54

      Une petite rectification

      Les mémés qui aiment la castagne peu être à Toulouse :

      Mais surtout à Brive la Gaillarde


      • wesson wesson 13 février 2010 11:29

        Bonjour l’auteur,
        je ne partage pas votre avis. Vouloir opposer la langue d’Oc avec la langue d’Oïl, ca ressemble furieusement à la guerre des civilisation en version clochemerle. Il manque plus que l’accent à la pagnol et la caricature serait complète.

        Non, comme Hortus l’a parfaitement noté, je penche plutôt vers le potentat local qui a développé sa clientèle autour de sa baronnie. Ces choses là se reproduisent à peu près partout, et il ne s’agit pas là d’une question de langue, mais plutôt d’une conséquence de la « décentralisation » telle qu’elle fut appliquée dans notre beau pays de France.

        En prenant un exemple concret, sur Toulouse il y avait la Baronnie Baudis qui n’as cessée qu’au départ de celui-ci, et surtout qu’à cause d’un choix catastrophique de successeur (en l’occurrence M. Douste Blazy qui venait déjà de se faire éjecter de la région paloise).

        Ce qui fait maintenir M. Frêche, ce n’est que cela


        • Jicé Jicé 13 février 2010 11:59

          La défense de la culture et civilisation d’Oc mérite de bien plus nobles porte-drapeaux qu’un Frêche qui va racler dans les poubelles nauséabondes de l’extrême-droite radicale (« Fabius pas très catholique »)...


          • Jacques Valat Jacques Valat 13 février 2010 12:25

            Que ce soit clair, je n’ai aucune sympathie pour l’˝Imperator˝ de Septimanie et je n’ai pris l’exemple de Frêche que pour attirer l’attention sur le trop grand formatage (prudence excessive) de nos politiques dans leurs discours. Frêche est sioniste notoire et son ˝ce type a une tronche pas très catholique˝ en parlant de Fabius, relève plus de la blague de comptoir lachée spontanément que d’une déclaration extrémiste. 


          • Jacques Valat Jacques Valat 13 février 2010 12:05

            Je n’oppose pas Oc à Oïl (c’était juste pour renforcer l’accroche du titre), j’oppose deux façons de s’exprimer en politique (l’une plus vraie que l’autre, peut-être trop correcte et trop éloignée de l’électeur). Juste une comparaison entre deux façons d’être dans sa relation à l’électorat. 

            Merci pour vos commentaires.

            • rocla (haddock) rocla (haddock) 13 février 2010 12:21

              en plus c’ est en Oc qu’ on trouve de l’ Oïl alors qu’ en Oïl on trouve pas d’ Oc .


              • furio furio 13 février 2010 14:01

                J’espère que vos prédictions seront justes. Et qu’en plus le PS boira le calice jusqu’à la lie. Car la posture adoptée par ce parti plus proche de l’ump que l’on ne le suppose n’est que la conséquence de son dévouement au sionisme. Le sionisme étant depuis des DIZAINES d’années la cause de tant de malheurs de par le monde (attentats, génocides etc...).


                • Jacques Valat Jacques Valat 13 février 2010 15:50

                  Merci d’avoir parfaitement résumé une partie de ma pensée.


                • nilasse nilasse 14 février 2010 13:09

                  @ l’auteur
                   vous dites : Je n’oppose pas Oc à Oïl

                  pourtant a mon sens vous devriez,je trouve votre analyse très pertinente et de qualité. je crois qu’il reste un petit quelque chose dans le sud que le nord de la France a perdu. j’ai vecu a paris jusqu’a mes 20 ans et voila 17 ans que je vis dans le sud,les gens y sont beaucoup plus vivant que dans le nord et ils n’ont pas une sympathie debordante pour paris,c’est une evidence.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès