Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Friburg, Rivesaltes, Gurs

Friburg, Rivesaltes, Gurs

Fribourg en Brisgau (Freiburg im Breisgau, Allemagne) (Photo1), devant l'Université, au coin de la rue, un panneau indicateur : Gurs 1027 km (photo2). Nous avons entendu parler de Gurs, un camp dans les Pyrénées atlantique... Mais s'agissait-il de « notre Gurs » ou d'un autre Gurs et pourquoi ce panneau ?

Une plaque commémorative (photo3) nous a rapidement permis de comprendre. Le 21 octobre 1940, les juifs de Friburg, de Bade-Wurtenberg, Palatinat, Sarre ont été arrêtés et envoyés dès le 22 au camp de Gurs en France.

A Freiburg, cette rafle des juifs locaux n'est pas effacée. En se promenant dans cette belle ville, aujourd'hui connue surtout pour ses initiatives écologiques, aux rues pavées dans le centre historique, on remarque certains de ces pavés : dorés, gravés (photo4). En connaissant quelques mots d'allemand, il est possible de comprendre que chacun perpétue le souvenir d'un de ces juifs, raflés, envoyés à Gurs d'abord, à Auschwitz ensuite.

Par les hasards de nos pérégrinations estivales et amicales, nous étions chez des amis à Rivesaltes (Pyrénées orientales) 15 jours plus tard. Voyant des panneaux indiquant un futur Mémorial pour l'ancien camp de Rivesaltes (photo5), nous avons fait un petit détour.
Pour nous, Rivesaltes, Argelès... étaient des camps qui avaient « accueilli » les Républicains espagnols lors de la « Retirada », la retraite devant les troupes de Franco.

A Rivesaltes, il reste encore des baraquements qui attestent de l'ampleur du camp (photos6,7,8). En réalité, ce camp, le « camp Joffre », a d'abord été un camp militaire, 1938, rapidement doublé d'un camp destiné à recevoir des réfugiés espagnols de 1939. Promis à une longue carrière pour regrouper là différentes populations « indésirables ». Des stèles sont là pour rappeler ces populations.

En premier, bien sûr, les Républicains espagnols (photo9). Puis les juifs (photo10) regroupés là sous le gouvernement de Vichy, en « zone libre » et dont, à notre grand étonnement, certains venaient de Bade-Wurtenberg même si, dans leur grande majorité, ils ont été ensuite été dirigés sur Gurs (2), avant leur destination commune et finale pour beaucoup . A la même époque, ils n'étaient pas les seuls, une plaque (photo11) rappelle que les Tziganes ont partagé leur sort.

La France reconnaissante y a ensuite « logé » les harkis (photo12) et quelques bâtiments ont servi de centre de rétention pour les immigrés en voie d'expulsion (photo13).

Cette succession de communautés enfermées dans ce camp attestent probablement de la « continuité du service public » : répression servile (les juifs regroupés dans un camp dans la zone dite « libre ») ou directement active et responsable pour enfermer ceux qui avaient cru que la France pouvait être accueillante à ceux qui craignaient pour leur liberté.

Le Conseil général des Pyrénées orientale (photo14) veut ériger un mémorial mais aurait des difficultés pour obtenir la participation financière de l'État. Il est compréhensible que l'État rechigne à financer un mémorial, si peu héroïque.

1 - Du 9 au 14 août, nous avons participé à Freiburg à l'Université du réseau européen d'Attac.

2 - Le camp de Gurs est le plus grand camp du sud de la France, construit en 1939 pour les réfugiés espagnols et les volontaires des Brigades internationales, sera utilisé ensuite comme centre d'internement pour les indésirables du régime de Vichy et deviendra l'une des bases de la déportation des juifs en France.
Les réfugiés espagnols et les Espagnols sans papiers seront en grande partie transférés à Rivesaltes tandis que Gurs regroupera des juifs notamment ceux de Rivesaltes en attente de leur déportation.

Documents joints à cet article

Friburg, Rivesaltes, Gurs Friburg, Rivesaltes, Gurs Friburg, Rivesaltes, Gurs Friburg, Rivesaltes, Gurs Friburg, Rivesaltes, Gurs Friburg, Rivesaltes, Gurs Friburg, Rivesaltes, Gurs Friburg, Rivesaltes, Gurs Friburg, Rivesaltes, Gurs Friburg, Rivesaltes, Gurs Friburg, Rivesaltes, Gurs Friburg, Rivesaltes, Gurs Friburg, Rivesaltes, Gurs Friburg, Rivesaltes, Gurs Friburg, Rivesaltes, Gurs

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • mike gallantsay 19 septembre 2011 12:52

    Décidément on en apprend tous les jours et à tout âge...
    Pourtant je me croyais sur-informé sur la période.
    Des juifs allemands déportés en France ! Et en zone « libre » !!!
    « ... entre soldats et dans l’honneur ! » qu’il disait...
    L’infamie de Pétain et de sa clique fut vraiment sans limite.
    Merci de cette info surprenante.


    • Muriel74 Muriel74 19 septembre 2011 20:45

      Merci pour la découverte d’une partie inconnue pour moi de notre histoire

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès