Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Front National, Souveraineté populaire et alter-européisme de (...)

Front National, Souveraineté populaire et alter-européisme de Gauche

Suite au coup fatal d’une violence inouïe porté par les institutions technocratiques européennes à l’encontre de la Démocratie grecque et donc par conséquent, porté à l’encontre de la Démocratie tout court, un débat est né au sein de la classe politico-médiatique et intellectuelle française sur la logique des « fronts » ; débat impulsé à l’origine par l’économiste Jacques SAPIR s’inspirant des écrits de Stefano FASSINA. Cette réflexion se base sur la nécessité de la constitution d’un front commun de libération nationale anti euro qui irait de la « gauche radicale à la droite souverainiste » et qui serait la condition « sine qua non de futurs succès », suite au constat qu’il n’y a effectivement pas d’autre politique européenne possible que la soustraction des délibérations démocratiques nationales exprimant la souveraineté populaire à la puissance normalisatrice de la finance et de la doctrine du libre échangisme instauré par les traités européens. Mais associé le Front National à une telle idée présente des risques en plus du fait que nous pouvons remettre en cause la conditionnalité exprimée.

Le Front National souille l’idée même de la « souveraineté populaire »

Il aurait été effectivement souhaitable d’associer des forces de la gauche radicale (mais pas des adeptes de l’alter-européisme) et de la droite souverainiste (mais pas de tous les souverainistes) au sein d’un front commun de libération nationale anti euro en vue de la construction d’une alternative à la politique européenne, idée sérieusement mise à mal par la lettre de Jean Luc Mélenchon adressée à Jean Pierre Chevènement et dans lequel il explique son opposition frontale à l’idée du rassemblement des « républicains des deux rives » et aussi dans une certaine mesure l’hostilité partagée par la quasi majorité des dirigeants de la gauche radicale à l’encontre d’une telle idée. 

Néanmoins, l’implication d’une force d’extrême droite telle que le Front National (totalement inconcevable à l’heure actuelle, constat partagé par tous) serait dangereuse dans le sens où elle serait susceptible de favoriser l’essor d’une fracture importante au sein de la société française à défaut d’un rassemblement massif au lendemain d’une éventuelle libération. « Le souverain n’est formé que des particuliers qui le composent (…) » disait Jean Jacques ROUSSEAU dans son ouvrage Du contrat social écrit en 1762, ouvrage dans lequel il posa les fondements de cette notion politique. Chaque citoyen détient par conséquent une part de la souveraineté populaire. La réussite de ce front qui suppose dans un premier temps un projet de démantèlement de la zone euro et « l’organisation de l’économie le jour d’après » explicité à juste titre par l’économiste, un projet tel que celui-là qui pourrait s’apparenter au Conseil National de la Résistance, se base également avant tout sur un recentrage national qui nécessite l’approbation et l’adhésion de tous les Français, cela est la véritable condition sine qua non de la réussite d’un tel Front. Le projet ne peut donc se résumer à des questions techniques et économiques, domaines dans lesquels le Front National affirme des points de vue tout à fait cohérents.

Il est clair que la présence du FN dans ce projet compromettrait lors de sa seconde phase (de loin la plus importante) sérieusement le sentiment d’appartenance de tous les français à ce nouveau rêve national post-euro, principalement parce que la « rupture importante » au sein du parti a bien eu lieu au niveau des élites hyper médiatisées ayant un sens de la communication aiguisé et une certaine habileté lorsqu’il s’agit de récupérations opportunistes à des fins souvent douteuses, mais l’idée selon laquelle il y’a eu une évolution rapide au niveau de la structure et de l’essence même du parti n’est pas crédible. La réussite de l’organisation économique de la société française au lendemain de l’émancipation du carcan européiste dépend avant tout du degré d’adhésion de ce même peuple à ce projet de renouveau national car le risque de déstabilisation que présente un retour à la souveraineté nationale sans la reconnaissance d’une très grande partie de la population serait tout à fait considérable.

Comment peut-on dès lors faire adhérer le plus de français possible à ce nouvel élan avec un parti dont la majorité des cadres tant supérieurs que moyens et de la base militante défends toujours des idéologies identitaires, des théories tels que le choc des civilisations ou encore instrumentalise sans gêne et de surcroit de manière complétement décomplexée la crise humanitaire actuelle des réfugiés ? Marine Le PEN elle-même s’est d’ailleurs illustré à ce sujet sur son compte twitter en lançant un hashtag qui sous-entend assez clairement qu’il y aurait face à l’afflux de réfugiés un risque de ne plus rester français en France. La présence du Front National adepte des discours stigmatisant et de l’obsession xénophobe dans un tel projet compromettrait donc l’unité du peuple français et c’est en ce point qu’il souille l’idée même de la souveraineté populaire car ses positions en dehors du champ économique n’amènent que division.

La potentialité du Front National à parasiter l’idée du vivre ensemble est sans égale, avec une propension incompressible plus élevée que tous les autres partis politiques se réclamant être anti ou du moins alter européen à distiller de manière plus subtile que d’antan (il faut le reconnaître) des discours amalgaments, cela est je pense incontestable.

La gauche radicale doit se ressaisir

Comme je l’ai déjà dénoncé dans ma toute première publication, il existe aujourd’hui au sein de la gauche radicale française une majorité qui persistent à maintenir l’idée selon laquelle un changement est possible en inversant les rapports de forces au sein de la zone euro et que tout ne serait finalement qu’une histoire de conjoncture politique oubliant qu’il n’y a juste plus rien à discuter ou à renégocier, l’essentielle des dispositions étant gravées dans des traités ayant quasi valeurs constitutionnelles. Surmonter ce genre de discours anesthésiant est aujourd’hui l’un des grands défis de la gauche radicale française et aussi du parti communiste français, qui doit prendre conscience que rien ne changera sans briser la continuité des traités et donc à un moment donné, envisager une rupture totale si elle ne souhaite pas être dépassée sur le plan idéologique.

Cette dynamique est en marche, comme le relève Jacques SAPIR « il y’a une évolution importante au sein des forces de gauche ». L’exemple le plus récent pour illustrer cette évolution c’est Eric COQUEREL, coordinateur général du Parti de gauche et conseiller régional d'Île-de-France qui a publié le 18 août un billet intitulé Pour un sommet internationaliste du plan B dans lequel il tire toutes les conséquences de l’échec des négociations entre la Grèce et la Troïka en pointant du doigt l’erreur commise par TSIPRAS, d’avoir engagé un bras de fer avec ses créanciers sans avoir mis sur pieds au préalable un plan opérationnel de sortie de la Grèce de la zone euro et qui au bout du compte l’a conduit a accepté un accord pour lequel il n’avait pas été élu et auquel il ne croit pas. Il plaide donc d’une manière très claire pour la mise en place d’un plan B effectif pour la France dans le cas où le pays serait amené à désobéir et à SORTIR DE L’EURO face à une farouche intransigeance des institutions européenne.

La dynamique est donc en marche et c’est pourquoi je profite de cette tribune pour appeler malgré tout à une alliance entre la droite souverainiste sans ses dérives identitaires et de la gauche radicale s’étant réapproprié la notion de souveraineté populaire et bien évidemment débarrassée du fardeau totalement contre-productif de son discours anesthésiant pour avoir la possibilité de participer à la mise en place d’un projet de rassemblement national lors du retour à la souveraineté afin d’y représenter les valeurs qui sont les siennes, ne plus se laisser faire par le détroussage méthodique de ses thèmes de prédilections par ce parti d’extrême-droite anciennement plus reaganiste que Reagan lui-même. Cela donnerait toutes les chances de réussir aux dispositifs économiques.

Il ne faut pas s’y m’éprendre et se laisser piéger par un faux dilemme qui n’a pas lieu d’être : la meilleure solution pour un retour à la souveraineté nationale passe incontestablement par la capacité à élaborer un rêve national partagé par tous et susceptible d’incarner le projet économique et économique post-euro, c’est justement à ce moment précis que la France aura le plus besoin de se rassembler.


Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 4 septembre 2015 11:51

    Qu’est-ce que vous avez l’intention de faire des 72.1 % de Français qui estiment qu’il y a trop d’immigrés en France, selon le dernier en date des rapports de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (p. 541) ? 



    Parce que question fracture de la société française, vous êtes servi, avec ou sans Front national et ils sont trop nombreux pour faire comme s’ils n’existaient pas, ou pour réactiver le Stutthof...

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 septembre 2015 19:03

      @César Castique
      Les Français sont préoccupés par le chômage, le prix des loyers dans les grandes villes et le pouvoir d’achat. Ils peuvent considérer que l’immigration est un problème, sans adhérer aux solutions du FN. La preuve, c’est que depuis 40 ans que le FN nous bassine avec l’immigration, il n’a jamais réussi à dépasser les 14% de l’ensemble des électeurs.
      Faut vous faire une raison ; 85 % des français vomissent le FN.


    • César Castique César Castique 4 septembre 2015 20:33

      @Fifi Brind_acier

      « Faut vous faire une raison ; 85 % des français vomissent le FN. »


      Je me fais une raison quand je vois qu’ils sont plus de 99 % à gerber l’UPR, son gourou et ses 9000 membres, qui sont tellement engagés qu’en dix mois, ils n’ont pas réussi à réunir 20’000 (vingt mille) signatures à l’appui de l’exigence - smiley - d’un référendum sur le TAFTA.





    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 septembre 2015 06:22

      @César Castique
      Tous les Français connaissent le FN. Avec 12 heures par mois dans les médias, difficile de ne pas savoir qu’il existe. Si vous voulez, l’ UPR veut bien échanger sa censure totale dans les grands médias depuis 8 ans, avec les 12 heures mensuels du FN. Et puis dans 8 ans, nous feront le bilan, ça vous fera moins rigoler !


    • César Castique César Castique 5 septembre 2015 06:42

      @Fifi Brind_acier

      «  Et puis dans 8 ans, nous feront le bilan, ça vous fera moins rigoler ! »


      C’est sûr que, compte tenu de l’époustouflant charisme de votre leader, de sa pontifiance oratoire et de son sens de la communication politique, il a tout ce qu’il faut pour emporter une présidentielle au premier tour, avec 60 % des inscrits.

    • berry 5 septembre 2015 07:24

      @Fifi Brind_acier

      On vous entend jamais critiquer Sarkozy ou l’UMP, c’est bizarre.
      Ca se comprend puisque que votre leader soporifique y a fait pratiquement toute sa carrière politique, dans l’entourage du mafieux Pasqua, l’homme des coups tordus.
       
      Ils se sont pas foulés à l’UPR, ils ont repris l’acronyme du RPR en changeant simplement une lettre.
      C’est pas plus mal, les choses sont claires comme ça.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 septembre 2015 08:34

      @César Castique
      Le FN aussi, sans médias jusqu’en 1983, faisait moins de 1% pendant 10 ans !
      C’est sans doute parce que les analyses de l’ UPR sont mauvaises, que Marine se pointe à la télé avec les documents de l’ UPR....


    • César Castique César Castique 5 septembre 2015 10:01

      @Fifi Brind_acier

      « Le FN aussi, sans médias jusqu’en 1983, faisait moins de 1% pendant 10 ans ! »


      Mais il avait une bête politique à sa tête, pas une sorte de notaire de province, issu d’un roman « bourgeois » de Simenon.

      « C’est sans doute parce que les analyses de l’ UPR sont mauvaises, que Marine se pointe à la télé avec les documents de l’ UPR.... »

      On peut très bien faire des analyse semblables sans puiser dans les travaux du Soleil de la rue Erard (12e). Mais, quoi qu’il en soit, ce ne sont pas ses analyses qui sont mauvaises, c’est sa personne, son élocution, sa stratégie et sa tactique.

      On ne parle pas assez de vous ? Faites parler de vous ! 

      Faites le buzz, nom de Dieu ! 

      C’est à la portée de n’importe qui : un bijoutier sèche un braqueur à Nice, le 11 septembre (2013), la page de soutien publiée sur Facebook, atteint le million de « like » trois jours plus tard !

      Et ne perdez pas votre temps à me demander si je suggère à Asselineau de buter une racaille, vous ne feriez que démontrer le dramatique défaut d’imagination de sa coterie et de ses disciples.

    • César Castique César Castique 5 septembre 2015 10:03

      @berry

      « Ca se comprend puisque que votre leader soporifique... »


      Pourquoi pas « chiant », tant que vous y êtes ?

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 septembre 2015 07:28

      @berry
      Mais bien sûr, le programme de l’ UPR est le même que celui de l’ UMP...


      Bien sûr l’UPR ne critique jamais l’ UMP :
      « L’UMP en état de décomposition avancée : la nécrose d’une association de type mafieux ».

      Bien sûr l’ UPR ne critique jamais le PS :
      « Hollande, jouer du luth devant des boeufs »
      « La loi Macron va aggraver la situation »
      Ainsi que de nombreux communiqués de presse contre le gouvernement Hollande.

    • fred.foyn Le p’tit Charles 4 septembre 2015 12:24

      La gauche radicale doit se ressaisir.. ?
      Faut demander à Fergus...fervent « Souteneur »..(comme DSK ?)..de cette goche décérébrée...
      O sole mio..... !


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 septembre 2015 19:29

        @Le p’tit Charles
        Je dirais plutôt « Gauche collabo ». Ils font croire au « rapport de force pour changer l’ Europe ».Ils savent pourtant qu’il faut l’unanimité des 28 pays pour changer une virgule dans les Traités...Pourquoi les européens iraient se mobiliser pour sauver une Europe anti démocratique qui les ruine ?


        Mais tous les autres « souverainistes » fonctionnent sur le même modèle.
        - Le FN ne parle pas de sortir de l’ UE dans son programme, mais de« renégocier les Traités. »
        - Dupont Aignan fait circuler une pétition contre Schengen.
        - Chevènement prône « un euro-monnaie unique », ce qu’il est déjà.
        - Pierre Laurent divague en matière économique.
        - Mélenchon fait de la science fiction « si je devais choisir entre l’euro et la souveraineté... », sauf qu’il ne choisit rien du tout.
        - Jacques Généreux ne cache pas les objectifs : «  La priorité est de sauver l’ Europe, pas l’euro »
        - Jacques Sapir fait croire qu’en sortant de l’euro, on sort des traités européens. Il oublie de dire qu’il n’y a pas de clause de sortie à l’euro, et que violer les Traités se paye de plaintes auprès de la Cour européenne de Justice, avec des millions d’euros à payer...

        Bref, la déroute de Tsipras agite le Landernau de la Gôoche, sans qu’aucun n’envisage de sortir de la construction européenne.

        Ils ouvrent un boulevard à l’ UPR qui a compté 450 adhésions de plus en Juillet Août, période habituellement calme sur le plan politique. Actuellement : 8462 adhérents.


      • jaja jaja 4 septembre 2015 12:36


        Le résultat du bras de fer entre l’Union Européenne et le gouvernement SIRYZA a fait la démonstration que les réformistes ne peuvent pas mettre en place leurs propres réformes, même pas forcément radicales, dans le cadre de l’UE.

        La solution est bien la rupture avec le capitalisme et l’Union Européenne, l’annulation de la dette, la socialisation des banques, l’expropriation des capitalistes dans les secteurs vitaux de l’économie. Le problème c’est bien la propriété privée des moyens de production et d’échange. De ce point de vue, la rupture avec l’Europe, ce n’est pas uniquement une question de monnaie, mais de qui dirige et qui possède....

        Et il n’y a pas d’autre moyen que la force pour l’appropriation collective des entreprises et des banques... La Révolution...
        Syriza s’est lamentablement couchée devant les menaces tandis qu’au Chili Allende n’avait pas cédé... Il a été tué et le fascisme instauré.
        On peut en tirer la leçon suivante : jamais par les urnes le Capital ne sera abattu... Les prolétaires ont deux ennemis, « leur » propre État, ses lois et ses forces de répression, et l’UE et ses Traités...

        Ceux qui « oublient » que l’État bourgeois et la classe capitaliste qui le dirige sont les ennemis mortels des travailleurs et ne font porter la responsabilité de l’exploitation subie que sur l’UE sont des menteurs. Leur « Union nationale » au delà des classes n’est qu’enfumage et attrape-nigauds sans issue..... où les prolétaires seraient (en cas de succès hautement problématique) placés à la remorque de leurs exploiteurs de toujours !


        • Julien30 Julien30 4 septembre 2015 14:43

          @jaja
          Le jaja qui appelle une énième fois à déclencher un bain de sang, c’est mignon comme tout.


        • jaja jaja 4 septembre 2015 14:52

          @Julien30

          Et le monarchiste qui s’offusque et qui compare une révolution à un bain de sang... c’est-y pas mignon non plus ? smiley


        • Julien30 Julien30 4 septembre 2015 17:05

          @jaja
          « compare une révolution à un bain de sang »


          Oui c’est vrai je suis mauvaise langue, les révolutions sont en général faites de balades champêtres, de parties de marelle et autres activités de pleine air qui oxygènent les organismes. 
          Plus sérieusement (mais pas tellement plus) on ne peut que souhaiter une nouvelle révolution menée par des idéologues dans le genre jaja comme celle qui a mis enfin la France sur le chemin de la gloire et de la prospérité tout en s’étant déroulée dans une atmosphère des plus progressistes. En Russie ça été pas mal aussi, et on pourrait en citer tellement d’autres aux tournures similaires, n’en jetez plus si l’histoire nous apprend une chose c’est qu’il nous faut vite une révolution jaja style !

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 septembre 2015 19:37

          @jaja
          Pourquoi ne dites-vous pas que vous voulez rester dans l’ UE, car vous espérez « une Europe des travailleurs et des peuples » ?

          En quoi la souveraineté ne permet pas de signer des accords de coopération comme en signent les BRICS ?

          Pourquoi les pays du monde, hors de l’ UE, donc souverains, ne pourraient pas avoir des rapports de coopération ?

          Et si le Grand soir n’arrive pas, votre plan B, c’est quoi ?


          L’Internationalisme, ce sont « des liens entre les NATIONS », c’est l’étymologie du mot. Cela ne veut pas dire « suppression des Nations », ça c’est la définition de la mondialisation.

        • jaja jaja 4 septembre 2015 20:03

          @Fifi

          « Pourquoi ne dites-vous pas que vous voulez rester dans l’ UE, car vous espérez « une Europe des travailleurs et des peuples » ? »

          Parce que pour avoir une Europe des travailleurs et des peuples il faut virer les politiciens professionnels et les capitalistes de l’État bourgeois sans oublier de foutre en l’air L’UE, ses institutions et ses hommes.... pour socialiser les entreprises, toutes les banques, sans exception, annuler la dette etc...

          Donc non rester dans l’UE n’est pas la politique du NPA qui ne cesse de répéter qu’il faut rompre avec l’UE et ses traités comme il faut aussi ignorer les lois nationales défendant la propriété des moyens de production et d’échange....

          Mais comme ça vous emmerde vous revenez toujours avec vos gros sabots et votre gros mensonge !!!


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 septembre 2015 06:18

          @jaja
          Cela ne m’emmerde pas du tout, le NPA a perdu plus de 4000 adhérents depuis sa création en 2009, il doit en rester 2000 ou 2500. Ce qui prouve que vos propositions n’ont pas d’écho, c’est plutôt triste qu’autre chose.
          La situation nécessiterait une Gauche unie et des Syndicats indépendants, ce qui n’est pas le cas actuellement.


        • jaja jaja 5 septembre 2015 10:17

          @Fifi Brind_acier

          Le NPA n’a pas d’adhérents que des militants qui se préoccupent tous de la ligne politique du Parti. Il n’y a pas d’Asselineau-gourou et les désaccords existent, ce qui est normal, dans une organisation démocratique où le vote des militants défont les majorités... et où les minorités continuent de l’ouvrir smiley
          Le NPA a vu son aile la plus droitière partir au FdG .... Certains reviennent aujourd’hui comme on l’a vu à notre dernière Université d’été et leur expérience semble peu glorieuse....

          Il est évident que ça a dérouté pas mal de monde chez tous ceux au NPA qui rêvaient d’un parti unifié en ordre de marche ce qui n’est d’ailleurs toujours pas le cas. C’est un secret de polichinelle que les diverses tendances ont du mal à accorder leurs violons. Mais tous souhaitent y parvenir !

          L’essentiel est que le processus mène à un Parti ayant une ligne politique servant réellement l’intérêt des travailleurs...

          Le reste c’est de la politicaillerie. Il n’y a pas d’adhérents fantômes à 30€ au NPA comme chez vous. Chaque militant paye une cotisation mensuelle en rapport avec ses revenus et participe à son Comité local.
          Et il y a de nombreux sympathisants qui participent aux réunions publiques, aux manifestations etc...
          Ce qui explique que le NPA est visible alors qu’on se demande bien où sont et que font vos 8000 adhérents....


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 septembre 2015 21:42

          @jaja
          Ils sont à la braderie de Lille. Ou bien ils collent des affiches.


        • zygzornifle zygzornifle 4 septembre 2015 14:45

          Le Front National souille l’idée même de la « souveraineté populaire »....

          si le FN souille la droite et la gauche depuis 40 ans chie dessus .....


          • Xenozoid Xenozoid 4 septembre 2015 15:15

            Zombies,Démocratie ou quand l’illusion du pouvoir demande plus de pouvoir,charlies de droite de gauches du milieu .,et estem de milieux .....
            quand le pouvoir demand le consentement alors

            Il était une fois, presque tout le monde croyait en l’existence de Dieu. Ce Dieu régnait sur le monde, il avait un pouvoir absolu et il avait adopté des lois que tous les êtres humains devaient obéir. Sinon, ils subiraient la plus terrible des punitions.
            Naturellement, la plupart des gens obéissaient aux lois comme ils le pouvaient, car la peur de la souffrance éternelle ou d’être brûlé vivant, était plus forte que leur propre désir, bref la peur les avait asservis.
            Parce que tout le monde vivait selon les mêmes lois, ils pouvaient s’entendre sur ce que la
            « morale » était : c’était l’ensemble des valeurs édictées par les lois de Dieu.
            Ainsi, le bien et le mal, le vrai et le faux, ont été décidés par l’autorité de Dieu, que tout le monde acceptait, par peur de punition éternelle et/ou immédiate. Un jour, les gens ont commencé à se réveiller et de se rendre compte qu’il n’y avait rien de divin, après tout, il n’y avait pas de preuve scientifiques pour démontrer son existence et peu de gens ne pouvaient voir l’intérêt à avoir foi dans l’irrationnel plus longtemps.
            Dieu disparut petit à petit de la scène, personne ne le craignait plus, lui et ses punitions divine. Mais l’argent l’avait déjà remplacé.
            Une chose étrange s’est produite. Bien que ces personnes aient eu le courage de remettre en question l’existence de Dieu, allant même jusqu’à la refuser à ceux qui croyaient encore, ils n’ont pas osé remettre en doute la moralité que ces lois avaient mandaté.
            Peut-être que cela ne leur est tout simplement pas venu à l’esprit, après tout, tout le monde avait grandi maintenus par les mêmes convictions sur ce qu’était la morale et en était venu à parler de bien et de mal de la même manière, alors peut-être qu’ils ont simplement supposé que ce soit évident, ce qui était bon et ce qui est mal que Dieu soit là pour l’appliquer ou non.
            Ou peut-être les gens avaient l’habitude de vivre conformément à ces lois et qu’ils avaient peur même d’envisager la possibilité que les lois n’existaient pas, pas plus que dieu en fait.
            Mais dieu avait changé son fusil d’épaule, il s’était converti en argent et inventé un nouveau mot.


            • Alligator 427 Alligator 427 4 septembre 2015 15:40

              Je vois que Agoravox n’a pas pris une ride, toujours entre les mains des auteurs associés de la gôgôche qui valsent avec leurs pseudos et des francs-macs qui se croient en terrain conquis.
               
              J’ignore si la Dame du Lac intervient toujours sur le site, je pense qu’elle classerait l’auteur parmi les finalistes en bonne position pour décrocher le titre de roi des bisounours.
               
              Difficile de faire plus minable que ce genre de littérature, tout y est. Le méchant FN, Gigi Rousso, la pleurniche, le gentil Mélenchon, le CNR, la demande en mariage à Fifi Brind_acier... On dirait presque une nouvelle tactique de recrutement de l’UPR pour les régionales. Goebbels avait bien dit : « Plus c’est gros et plus ça passe ! ».


              • Xenozoid Xenozoid 4 septembre 2015 15:55

                @Alligator 427

                gôgôche= Goebbels avait bien dit : « Plus c’est gros et plus ça passe ! ».


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 septembre 2015 19:08

                @Alligator 427
                Sauf que sur Syriza, l’ UPR avait raison sur tout, c’était bien un Parti leurre euro-atlantiste. C’est ballot pour vos certitudes.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 septembre 2015 19:38

                @Xenozoid
                C’est l’ UPR qui grandit de plus en plus vite...
                Condoléances.


              • Xenozoid Xenozoid 5 septembre 2015 20:58

                @Fifi Brind_acier

                Condoléances.

                 ben voila fifI si il falait un mot pour définire, la merde de cerveaux qui est tienne , c’est bien ta conclusion, bouffon(ne), ET ENCORE JE SUIS SYMPA


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 septembre 2015 21:45

                @Xenozoid
                L’article a été lu par plus de 800 personnes, les articles d’Asselineau entre 10 000 et 15 000 personnes. C’est pour les lecteurs que j’écris de commentaires, par pour vous !
                Condoléances.


              • Xenozoid Xenozoid 5 septembre 2015 21:58

                @Fifi Brind_acier

                mais de quelle condoleance parlez vous ? vous êtes conne ? elle est barjot la asseline

                m’enfin


              • CN46400 CN46400 6 septembre 2015 11:19

                «  Pour un sommet internationaliste du plan B dans lequel il tire toutes les conséquences de l’échec des négociations entre la Grèce et la Troïka en pointant du doigt l’erreur commise par TSIPRAS, d’avoir engagé un bras de fer avec ses créanciers sans avoir mis sur pieds au préalable un plan opérationnel de sortie de la Grèce de la zone euro et qui au bout du compte l’a conduit a accepté un accord pour lequel il n’avait pas été élu et auquel il ne croit pas. »


                Ouais en plus simple : d’accord pour sortir de l’€ à condition que d’autres nous y poussent....
                Mais, évidemment aucune liste des contrées ou nations qui, dans l’histoire, ont débouchées sur la prospérité en changeant de monnaie. Comme si les contrats « zéro heure » payés en £ à Londres étaient moins pénibles que « jobs à 1€ de l’heure » de Berlin. Comme si les bourgeois anglais étaient moins affamés de profits que leurs confrères allemands.
                On sait que les rapports du PG avec la lutte des classes sont lointains, mais de là à nous faire croîre que 11 milions de grecs pouvaient renverser la table devant 500 millions de spectateurs il y a la différence entre le sérieux et l’enfantillage. Tsipras, et son équipe, ont démontré que la zone € n’a que de lointains rapports avec la démocratie, que la BCE est indépendante de tout sauf de la grande bourgeoisie européenne. C’est un acquis politique que personne d’autre, avant Syriza, n’avait montré à la face des peuples, qu’ils en soient remerciés.
                 Reste à bouger le reste des prolos européens, car c’est eux, et eux seuls, qui peuvent renverser la table. Quand la France prendra le relais (65 millions- 2000 millards de PIB), la BCE devra maneuvrer plus finement et c’est ce jour que « la gauche de la gauche » doit penser et construire et pas un « plan B » avec un « super Varoufakis de l’ombre »
                Nous ne sommes ni des « blanquistes » ni des « complotistes de 11/9 ». C’est « l’immense majorité » des prolos qui doivent isoler, politiquement, « l’infime minorité » bourgeoise française et européenne.  


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Déniz BOZKURT


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès