Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Gauche : Comment gagner ou perdre 2012 ?

Gauche : Comment gagner ou perdre 2012 ?

Gauche 2012

Voilà enfin une élection qui fait du bien à l'ensemble de la gauche. Elle fait du bien au regard non seulement des bons résultats réalisés mais également des enseignements qu'elle nous apporte.

Le Dimanche 27 mars, le rideau des cantonales 2011 est donc tombé avec une participation très faible. En effet, 64% des Français ont préféré faire autre chose ce dimanche que d'aller vers les urnes et voter. Pas par manque d'intérêt, à mon sens, mais plutôt par besoin d'observation. C'est comme un scientifique dans son laboratoire qui a besoin d'observer les effets d'une expérience sur un petit échantillon avant d'appliquer sa formule sur toute la population.

Encore une fois, les français se sont bien rendu compte que l'abstention ne favorise que l'extrême droite. Le FN a pu réaliser un semblant bon score électoral (certes 15,56% des suffrages mais seulement deux cantons remportés) avec les voix d'une minorité xénophobe et raciste et celles d'un électorat de Droite déçu, désorienté et malmené par un UMP dépassé par les événements et complètement hésitant dans la gestion de l'Etat. Cette UMP qui, ne savant plus comment faire pour unir ses troupes, se rabat sur des sujets qui ne ravivent que la division, la peur et la haine entres Français.

Avec une action politique de ce gouvernement qui s'occupe plus des faits divers que de l'intérêt général et qui cherche plus à faire le buzz médiatique que d'apporter une réponse stratégique et pérenne aux différents sujets touchant de près les Français, la droite aura de plus en plus de mal à remonter la pente. Et à l'approche des élections de 2012, et afin d'inverser la tendance le gouvernement et à leur tête le Président Sarkozy sera de plus en plus dans l'action « compagne ». Le FN saura, dès lors, profiter encore et sûrement de cette panique de la droite « UMPienne » pour légitimer une droite frontiste.

Fort de ce constat, la gauche est appelée à être une force de proposition et d'alternative politique. Cette Gauche doit surtout être fidèle à ses valeurs. Tout vide dans les réponses à apporter et les projets à construire sera rempli par les frontistes et toute déviation par rapport à nos principes nous sera fatale dans la préservation de notre électorat.

Sur un autre plan, ces élections cantonales ont permis un repositionnement des forces politiques au sein même de la Gauche. Sans doute, le PS a largement gagné ces élections avec 36% des suffrages contre 5% pour le Front de Gauche et 2% pour EELV, mais en se basant sur le prorata élus/candidats, le Front de Gauche arrive largement en tête avec plus que 60% des suffrages exprimés contre 56% pour le PS et 46% pour EELV. Ces résultats montrent non seulement la forte progression du Front de Gauche mais également sa capacité à rassembler. Le front de Gauche est incontestablement, donc, la deuxième force à gauche.

La stratégie de la Gauche dans ces élections cantonales était bonne. Ce premier tour a été marqué par un regroupement des candidats de gauche en trois pôles :

  • Un premier pôle rassemblant le PS, PCR, PRG et Divers gauche,
  • Un deuxième pôle rassemblant Le Front de Gauche rassemblant le Parti de Gauche, le PC, le NPA et la Gauche Unitaire, et
  • Un troisième pôle représenté par Europe Ecologie les Verts EELV

Quant au deuxième tour, la consigne était de se rallier au groupement sortant victorieux au premier tour.

Cette stratégie adoptée au cantonales me parait valable aussi pour les prochaines élections présidentielle et législative.

Elles aussi sont à deux tours.

Rien ne pourrait justifier de faire taire au premier tour les différentes tendances de gauche et rien nous empêche de s'unir et se regrouper derrière le porte drapeau de la Gauche face à la droite.

Néanmoins, la réussite de cette stratégie suppose un consensus sur le porte drapeau. En effet, Il ne sera pas admissible, par exemple, d'imaginer le Président du FMI ; cette institution financière aussi inhumaine et complètement à l'opposé de nos principes socialistes, porter notre drapeau et nos valeurs de Gauche. Ne nous voyons pas non plus (même si leurs chances sont minimes) un Valls qui est souvent passionné par la ligne idéologique de la droite sur les sujets tels que la sécurité, la laïcité ou encore un Hollande qui a conduit le PS à deux défaites magistrales (2002 et 2007) porter eux aussi notre voix devant le peuple Français. Jean-Luc Mélenchon a soigneusement expliqué au PS, lors d'une émission politique sur France 2, que le consensus de toute la Gauche avec le PS est fortement tributaire de la personne qui va les représenter aux prochaines élections 2012.

La réussite d'une telle stratégie suppose aussi le strict respect des règles de regroupement et de ralliement au deuxième tour. Si le Front de gauche réalise le meilleur score au premier tour, tous les autres regroupements de Gauche, PS compris, devraient soutenir le Front pour la victoire finale. Cette règle serait aussi valable en cas de victoire du PS avec ses alliées et pareil si EELV arrive à la tête au premier tour. Il ne faut surtout pas refaire l'erreur de EELV lors de ces cantonales qui ont tenté de faire cavalier seul face au front de gauche. EELV en concluant dès le premier tour des accords avec le PS pour faire battre les sortants du Front de Gauche, a échoué dans la très grande majorité des cantons et notamment dans le Val de Marne (94). Pourtant, dans ce département, EELV a décidé de maintenir au second tour ses candidats contre le Front de Gauche et la punition était immédiate. Ces élections cantonales, ont démontré pour EELV, mais ça sera également valable demain pour les prochaines élections et pour n'importe quel courant de la gauche que tout manque d'humilité et/ou non respect d'une éthique morale sera sévèrement appréhendé par l'électorat de Gauche. De même, les partisans de la Gauche n'accepteront pas un rapprochement avec le centre car ce dernier ne partage nullement nos valeurs et historiquement il s'est toujours montré plus proche de la droite que de la gauche (même la gauche de Hollande et DSK).

television-soir-cantonalesNe nous pouvons pas parler de ces élections sans évoquer le rôle joué par les médias et particulièrement le média audiovisuel. En effet, ces élections cantonales ont était encore une fois le théâtre d'une médiatisation partiale et non démocratique. Nous avons eu malheureusement, encore une fois la preuve que nos médias – particulièrement audiovisuels sont loin de garantir la transparence et la neutralité de l'information (même pas entre les deux tours). Et c'est encore une fois la Gauche qui se trouve lésé par des pratiques qu'on croyait à tort révolues à jamais. Nous avons constaté tous, le désintéressement des médias pour ces élections cantonales. En ne donnant la parole qu'aux seuls UMP, PS et FN, les grands médias ont préféré organiser une mise en scène présidentielle à 3, plutôt que de rendre compte de la réalité politique du pays. Un scandale démocratique sur petit écran.

Ce manque de « civisme médiatique » s'ajoutant à leur partialité étaient par moment insupportable. La Gauche doit être vigilante lors des prochaines élections car les lobbies des médias seront là pour influencer et orienter l'opinion publique. Cette bataille de communication souvent négligée par la gauche et remportée par la droite serait déterminante pour remporter les prochaines échéances.

Enfin, lors de ces élections cantonales et pour la deuxième fois, le peuple français, comme plusieurs autres peuples (de l'Amérique latine) a exprimé sa volonté d'abandonner le modèle libéral qui a conduit toute l'humanité à une crise sans précédent. Ce modèle libéral, défendu par une droite aveugle aux problèmes des Français, arrive sans doute à son fin de cycle.

Ils nous ont promis de travail, ils nous ont promis le pouvoir d'achat, ils nous ont promis la croissance, ils nous ont promis du logement, ils nous ont promis la transparence dans la gestion de l'Etat, ils nous ont promis une France rayonnante sur le plan internationale, une France écologique.

Nous avons eu plus de chômage, nous avons eu plus de pauvreté, nous avons eu de la décroissance, nous avons eu plus des SDF, nous avons eu Eric Worth-MAM, nous avons eu une diplomatie Française complètement dépassée par les événements nous avons eu l'échec du premier et du second grenelle de l'environnement.

La France et les Français appellent la Gauche pour rompre avec ce système immoral. Gardons donc en vue nos valeurs de socialisme et de solidarité pour bâtir un Projet qui remettra la France sur la voie qui est la sienne, la voie de la croissance, du partage et de la justice sociale. Bâtissons ensemble un Projet de prospérité pour tous, justice pour tous. Bâtissons une France humble et fier. Une France propre pour nous et pour nos enfants. Rendons à cette France sa vocation de toujours celle d'une Nation garantissant les libertés individuelles et collectives. Bâtissons enfin une France européenne.

La Gauche est capable de faire, alors faisons...

AvisLibre - Si vous aimez cet Article, vous aimerez certainement les autres sur www.avislibre.com 



Moyenne des avis sur cet article :  2.91/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • oncle archibald 2 avril 2011 09:07

    Un parti nouveau mais qui s’y connait déjà vachement en cuisine électorale ... !!! A la soupe !! Ne demandez pas le programme, élisez nous et puis on verra et ne croyez pas que vous pourrez vous passer de nous ... Ca ressemble furieusement à la 4eme république ... Des groupes minoritaires mais avec le pouvoir de bloquer tous les votes ... Pourquoi parler des hommes et pas du programme ?? auriez vous le même que le PS ?? 


    • eric 2 avril 2011 09:10

      D’accord avec archibald. Bref, tout pour perdre et ce ne sera que justice ! Qu’est ce en effet ce truc que vous appelez gauche ? Pour s’en tenir a vos trois blocs principaux, il n’y en a pas deux qui soient d’accord sur plus de deux questions fondamentales. Consensus : plus d’impôts et plus de fonctionnaires. Sur tous le reste ce ne sont que désaccords de fond. Pour ou contre l’Europe et quelle Europe, pour ou contre le protectionnisme, pour ou contre l’ouverture des frontières et la régularisation des clandestins, pour ou contre le nucleaire, l’accession a la propriété des français etc...

      C’est tellement n’importe quoi que vous l’avouez vous même. La personnalité du candidat sera primordiale ! Au fond, peu importe le programme puisque l’on sait déjà qu’il ne sera pas applique... C’est la gauche people ! Suivant le « ressenti » que l’on a du profil médiatique d’un candidat, on est d’accord ou non pour voter pour lui ! Tu parle d’un programme.

      Quand a votre construction d’une France de la « bravitude », on a eu en cumule quelque chose comme 20 ans de gauche au pouvoir dans les années récentes. Vous vous souvenez vaguement ? C’est a partir de 81 que les inégalités ont cesse de baisser en France, que sont apparus les nouveaux pauvres et que l’on a vide les caisses. Alors il faudrait voir a redescendre sur terre et a nous dire exactement ce que vous ferez si vous êtes au pouvoir, la préférence nationale dans la fonction publique qui interdit l’accès a l’emploi des migrants sur 30% du marche du travail,on continue ou on arrête ? Et les centrale nucléaires, on ferme ou pas ?.

      Pour le moment je ne voit qu’un lobby de fonctionnaires inquiets d’une politique de réduction des déficits, qui souhaite a nouveau tirer sur le contribuable a guichets ouverts mais qui est tellement presse de se repartir les postes et les crédits entre sous tendances qu’il en oublie de faire semblant d’avoir les mêmes idées pour convaincre l’électeur. On a déjà vu le résultat en 2002 et 2007.


    • jaja jaja 2 avril 2011 10:03

      La révolution par les urnes est un leurre. Le jeu est pipé par des médias possédés par les riches qui, du soir au matin, jouent finement à la manipulation de l’opinion. Tout ce qui a été conquis de positif et de significatif dans le passé a été imposé par le peuple en lutte, par ses grèves et soulèvements.

      Rien de ce point de vue n’a changé ! Plus d’un siècle que nous votons, sans cesse trahis par ceux-là mêmes qui nous promettaient des lendemains qui chantent. Les forces du « Programme commun de la gauche » nous promettaient hier le socialisme... nous avons eu les privatisations ! Comment croire encore en la sincérité de ces politicards « de gauche » qui, comme Mélenchon ou Eva Joly, viennent de voter une intervention militaire impérialiste contre la Libye au Parlement européen ? Et ceci soit-disant pour soutenir une révolution démocratique qu’il ne s’agit en fait que de détourner au profit des pétroliers...

      Si des révolutionnaires peuvent se présenter aux élections pour faire connaître leur programme et intentions il est criminel de faire croire aux gens que la simple conquête des parlements peut changer en quoi que ce soit leurs conditions de vie d’exploités. Tant que l’argent reste dans les mêmes poches, que les banques et les moyens de production ne sont pas entre les mains de la population les dominés restent dominés quelle que soit la couleur politique du régime en place...


      • patdu49 patdu49 2 avril 2011 10:14
        Elections 2012, si vous aviez à choisir entre ces partis, ou rapprochements, lequel préféreriez vous ?
         

        Déja + de 5 900 votes, et 24 000 visites

        • epapel epapel 2 avril 2011 15:26

          Encore un sondage bidon : l’UMP à 4,2% (au maximum) et l’abstention à 4,4% ce n’est pas crédible.


        • mojo mojo 2 avril 2011 10:43

          La phobie affichée du PG pour un leadership PS sous l’emprise du dieu Soc Dem DSK, est non seulement un mauvaise tactique de nature à contredire le discours sur l’aspect mortifère de la personnalisation des institutions, mais pire encore : c’est une mauvais service rendu à ses électeurs en leur faisant croire que les camarades de Mélenchon seraient en capacité de se devancer une candidature PS.

          Nos camarades du PG devraient plutôt se mobiliser pour une bataille des urnes autrement plus importante que les présidentielles, je veux parler des législatives qui les suivront immédiatement. Car c’est en prenant des voix à la droite et en attirant les abstentionnistes de gauche que le PG et le PCF augmenteront leur présence à l’assemblée nationale, afin de  faire pencher la politique du président socialistes le plus à gauche possible.

          Si c’est un social-démocrate qui prend la présidence de la république en 2012 (Hollande, DSK ou un de ses amis), pourquoi la gauche du PS ne serait-elle en mesure de lui imposer une cohabitation (avec pourquoi pas JLM comme 1er ministre) ?

          Là où l’auteur à raison, c’est qu’on est bel et bien tributaire des choix éditoriaux scandaleusement partiaux, qui écartent  volontairement tout ce qui n’est pas adoubé par les sondages pour être en position gagnante. Il est anormal que soient ignorés des représentants du PCF, du PG, du NPA, du Modem. 


          • JL JL 2 avril 2011 10:58

            Je pense que Mojo ci-dessus a fait un bon résumé de ce qui était à dire ici.

            Laissons les archibald et Eric cracher leurs venins sur la gauche ou parler de la peur imaginaire qu’ils attribuent aux fonctionnaires de voir réduire les déficits : nous savons depuis longtemps que c’est la droite qui aggrave les déficits et la gauche qui les réduit. Ce simple fait nous montre l’irréalisme de ces intervenants.


            • eric 2 avril 2011 12:50

              Il n’est pas interdit de dire n’importe quoi,mais il est un peu triste de le croire...
              http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France


            • JL JL 2 avril 2011 13:45

              Eric,

              vous noyez le pisson ! Vous croyez que quelqu’un va se tartiner 8 pages de lectures pour y chercher 3 mots qui soutiendraient peut-être ce que vous dites ? Vous rêvez, là comme ailleurs.


            • JL JL 2 avril 2011 13:46

              Joli lapsus !

               smiley


            • eric 2 avril 2011 15:21

              A JL, il y a UN, dessin, mais effectivement faut pas rever....


            • JL JL 2 avril 2011 15:34

              Hé bien, eric, continuez donc à affirmer n’importe quoi et à rêver que vous avez démontré quelque chose, si ça vous fatigue tant que ça de nous dire en quoi ce « dessin » prouverait le contraire de ce que j’ai dit.


            • oncle archibald 2 avril 2011 15:49

              JL je n’ai aucun venin à cracher sur personne, je cherche juste un candidat auquel je pourrai faire confiance pour nous conduire vers un avenir meilleur parce que Nicolas SARKOZY est le plus mauvais et nuisible président que nous ayons eu depuis fort longtemps .. De la à dire que n’importe qui fera l’affaire ... Je ne pense pas qu’il soit souhaitable de priver les français d’un vrai débat .. or nous trouvons sous la bannière« la gauche unie qui ratisse large » des gens si divers qu’ils paraissent à mes yeux avoir des intérêts quasiment opposés .... voila voila ... expliquez nous donc comment ceux qui vont voter DSK avec conviction pourront travailler avec ceux qui ont envie de voter pour le facteur de Neuilly ... et comment ceux qui auront voté facteur au 1er tour pourront croire que DSK va défendre leurs intérêts une fois élu ... voila voila ..


            • epapel epapel 2 avril 2011 16:20

              Pourtant le graphique prouve que sur 30 ans (1981-2011) c’est sous les 15 ans de gouvernements de droite que le déficit s’est accru le plus.

              Démonstration :

              1550 milliards de déficit total cumulé en euros courants de 1981 à 2011.

               550 sous la gauche :
              - 1981-1986 : +150 (5 ans)
              - 1988-1993 : +250 (5 ans)
              - 1997-2002 : +150 (5 ans)

              1000 sous la droite :
              - 1986-1988 : +50 (2 ans)
              - 1993-1997 : +250 (4 ans)
              - 2002-2011 : +700 (9 ans)

              Le double pour la droite sur une même durée de gouvernement.
              Corrigé de l’inflation avec le calculateur http://www.france-inflation.com/calculateur_inflation.php, on arrive au même résultat à 10 milliards près.

              En 2002, Jospin aurait ramené le budget à l’équilibre si à l’époque Chirac n’avait pas agité la fameuse « cagnotte » à distribuer (août 1999). Entre 2002 et 2008 65 milliards de réduction d’impôts et de niches fiscales ont été créées ce qui nous a valu une dépense de 390 milliards d’euros (65 x 6 : 2+65 x 3 ), alors qu’entretemps les diminutions de fonctionnaires et de dépenses de fonctionnement n’ont rapporté que 30 milliards d’où une dette volontaire supplémentaire de 360 milliards.


            • eric 2 avril 2011 18:25

              Bon immobilise par une jambe cassée, j’ai du temps a perdre.
              A JL et pape : Et vous prétendez que je noie le poisson ! Le pape notamment, vous additionnez des endettements sans vous demandez d’où ils viennent ! Que Balladur ait du emprunter en 93 pour faire face a une sévère crise conjoncturel ou Sarko face a la crise en courre, c’est une chose, que le déficit structurel soit lie au poids des dettes passes plus les couts de fonctionnement en est une autre.
              Depuis 30 ans, le budget de l’État, c’est la baisse relative des budgets d’intervention, d’investissement et la hausse du fonctionnement. Le fonctionnement c’est les salaires et les couts afférents. En théorie, depuis 81, on a crée « que » 1,4 millions de postes dans la fonction publique, ce qui ne représente « que » le double de la progression de l’emploi global. Mais c’est une arnaque transparente. La récente signature d’un accord inter syndical nous a permis de voir qu’il y avait 850 000 ! personnes non titulaires qui bossent pour les administrations. Le rapport de la CDC nous permet également de faire une évaluation de ce qui est sous traite et finance sous forme de subventions ou ressources fiscales attribue. Cela fait un petit 10% des couts salariaux de l’État, mais comme le prive est moins paye, cela fait plus en effectifs.
              http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/12/16/le-nombre-de-fonctionnaires-a-augmente-de-36-depuis-1980_1281657_3224.html
              Quand au secteur associatif, 1,8 millions de fiches de paye, 1 million d’équivalent temps plein.
              Le nombre de nouveaux postes de travail supplémentaire finances par l’État depuis 81 est donc vraisemblablement le double de celui des statistiques.
              AU final,personne n’est capable de dire ou on en est exactement.
              Un poste public, c’est, avec les retraites, 3,5 millions d’euro sur 50 ans.
              Le grand changement qualitatif, après 81, c’est que la fonction publique, parce qu’elle avait la sécurité de l’emploi, était légèrement moins paye que le prive, depuis, elle est paye en moyenne 17% de plus a travail égal dans a peu prêt toutes les catégories.
              Et je ne vous parle pas des 35 heures et des besoins de sous traitance qu’ils entrainent.

              Apres, vous faites 3,5 millions d’euro multiplie au choix par 1, 4 ou 3 millons de nouveaux postes publics, suivant vos préjuges, divise par 50 et multiplie par 30, vous regarder ce que cela donne comme déficit, donc comme dette, donc comme intérêts. et vous revenez me dire si il faut voter pour une gauche qui veut des crédits des postes pour le service public

              Alors je vous repose la question autrement. Qui a recrute tous ces gens ? Quand ils l’ont ete par la droite, sous la pression de quels syndicats ?
              Pourquoi avec sans doute un doublement des moyens humains, assiste-t-on a une degradation des services publics (dixit toute la gauche unanime) ? Qui envisage d’en recruter encore ? Et comment ont fait et on fera pour les payer ?

              Le PS a prouve dans les années 80 qu’ils savait très bien que « faire payer les riches », c’est un bon slogan, mais qu’a 50% de PIB de prélèvements obligatoires, il ne fait pas rêver. A l’époque, il emprunte
              Aujourd’hui, il ne pourra pas. Pour financer les postes existant et en créer, il ne reste qu’une ressource, pomper sur les ménages, et les transferts sociaux. Au pouvoir avec des caisses vides et une « clientèle » qui est son électorat et ses militants, fortement syndicalises, a votre avis, qui il va sacrifier ?

              Or, a nouveau, le seul point de consensus programmatique entre tous ces lobby corporatistes qui entre-déchirent sous le nom de gauche, c’est, « des crédits des postes » pour le service public.
              Je ne veux pas semer inutilement la panique, mais il faut bien voir que quand ce sera notre tour, il n’est pas sur que les pays sérieux qui ont mis de l’ordre dans leur finances publiques, surtout après , Espagne Portugal, Irlande, tous petits pays, auront encore et les moyens, et la volonté d’accourir a notre secours.

              Et donc je re conclu la même chose, comme il y a des gens sérieux au PS, il ne tiendront évidemment aucune promesse sociale autres que symbolique, mais comme le rapport de force avec la fonction publique est ce qu’il est, la gauche au pouvoir, ce sera ceinture pour les ménages, pour financer le servic public que le monde nous envie. C’est même pas de la mauvaise volonte de leur part, c’est mecanique. Ou alors, il faudrait un President de gauche aussi courageux que Sarko, allant même jusqu’à fermer des casernes chez ces amis politiques au nom de l’intérêt national. Vous en voyez un ?


            • JL JL 2 avril 2011 19:11

              eric,

              si j’apprécie le geste, en revanche il semble que vous ayiez l’habitude d’écrire pour des gens qui pensent comme vous !? Un minimum d’effort rédactionnel et un peu plus de rigueur factuelle dans le discours permettrait peut-être le dialogue.

              Désolé mais je dois dire que votre laïus est incompréhensible pour moi, d’autant plus que j’ai un apriori contre votre thèse et dont je ne me déferais qu’au détriment de la mienne, conforme à celles de nombreux observateurs, ainsi que par epapel ici que je remercie au passage et que vous nommez le pape, ce qui ne plaide pas en votre faveur.


            • epapel epapel 2 avril 2011 22:04

              @cire

              La crise a bon dos mais elle n’est responsable que d’1/3 de de la dette de 700 milliards contractées durant cles deux dernières législatures, la moitié est la conséquence des cadeaux fiscaux Chiraquiens et Sarkoziens et les 20% restants constitués du déficit structurel laissé par Jospin. 

              Vous vouliez savoir d’où la dette venait, voilà c’est fait.

              Concernant l’augmentation des effectifs en agents publics depuis 1981 :
              - ils ont augmentés de 36% tandis que la population augmentait de 18%
              - la FPE +14% ce qui n’appelle pas de remarque
              - la FPH +54% mais le nombre des + de 60 ans a doublé entre temps
              - la FPT +71%, +720.000 en volume provenant essentiellement des communes (+320.000) et des groupements communaux (+280.000), les 120.000 restants (départements et régions) étant dus à la décentralisation.

              Comment faites-vous pour empêcher les électeurs de voter localement pour des équipes qui augmentent les effectifs ?


            • epapel epapel 2 avril 2011 22:20

              J’oubliais de signaler que 90% de la dette publique provient de l’Etat. qui emploie 50% des agents publics et dont le nombre n’a augmenté que de 14% et diminue depuis 2005, ce qui prouve que l’augmentation de la dette publique n’est pas fondamentalement liée au nombre d’agents.


            • Leo Le Sage 3 avril 2011 17:45

              Par eric (xxx.xxx.xxx.104) 2 avril 18:25
              « A l’époque, il emprunte. Aujourd’hui, il ne pourra pas. Pour financer les postes existant et en créer, il ne reste qu’une ressource, pomper sur les ménages, et les transferts sociaux »
              Si si, la France peut toujours emprunter.
              C’est une question de négociation.
              Et la France a toujours emprunté à des taux très faibles sur le marché international.

              Ce sont les dépenses publiques inutiles ainsi que la dilapidation des aides de l’état par certains élus qui pose plus problème...
              Je ne parle même pas de la corruption et de la collusion à tous les niveaux y compris du côté des élus FN, contrairement à ce que je lis ici sur agoravox...


            • elec 42 elec 42 2 avril 2011 11:12

              j’attend de voir le programme du parti socialiste pour 2012,aurront ils le cran de faire un vrai programme socialiste,un programme qui défende le salarié,le mal logé,le service public,l’éducation,la recherche,une politique d’avenir pour nos enfants.je veux voir avant de juger.


              • Furax Furax 2 avril 2011 12:31

                Vous savez très bien que ce programme, le candidat élu s’assoira dessus, ils l’ont tous laiisé entendre (sauf Aubry qui le rédige).
                Strauss-Kahn n’est pas un social démocrate, c’est le candidat rêvé de la DROITE. Il a déjà manifesté son intention de transférer les compétences économiques nationales à une commission de banquiers européens.
                http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/dominique-strauss-kahn-ou-le-89570
                Il annonce une politique dont ne rêvaient même pas les soutiens de Sarkozy, une politique strictement alignée sur le Traité de Lisbonne : privatisation à outrance, fin des services publics, banquiers rois.


              • eric 2 avril 2011 12:46

                Vous ne saviez pas ? Il est en partie sortit ! Et Oui,c’est un vrai programe socialiste...http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/programme-du-ps-un-vague-89996


              • eric 2 avril 2011 12:53

                A furax, vous avez raison. On a de 55 a 60% d’intentions de vote a droite au premier tour, et au second, seul le candidat de droite du PS arrive éventuellement a passer. t La vraie question, c’est qu’est qui dans le discours dit « de gauche » provoque une aussi large désapprobation dans la population....


              • Le péripate Le péripate 2 avril 2011 12:57

                Il n’y aura bientôt plus que les fonctionnaires et les « ayant-droits » qui iront voter. Ca doit bien faire 40% de l’électorat. Serons encore en démocratie ?
                Oui, car nous serons gouverné par les démocrates.

                 smiley


                • JL JL 2 avril 2011 14:51

                  péripate,

                  vous êtes contre le principe de la Fonction publique. Que pensez vous du principe (de Jacques Marseille), d’un revenu universel inconditionnel qui consiste à payer les gens à ne rien faire ?

                  Vous trouvez ça logique ?


                • eric 2 avril 2011 18:31

                  AU péripate, j’ai souvent essaye de faire le calcul mais c’est presque impossible vu les incertitudes statistiques. Notamment, au niveau des retraites et compte tenu que les cadres A ont l’esperances de vie la plus élevée en France. On dit qu’une trentaine de pour-cent de fonctionnaires ne voteraient pas a gauche. Mais bon faute d’évaluer pour l’électorat, on peut regarder le comité directeur de tous ces partis. En 2007, le nombre de gens ayant une réelle expérience de travail durable dans le secteur prive au comité directeur du PS était de 1. Il s’appelait Besson...


                • foufouille foufouille 2 avril 2011 13:08

                  le PS est pas a gauche
                  juste un ramassis de ploutocrates


                  • eric 2 avril 2011 13:23

                    Foufouille a en partie raison, le PS ne conserve de la gauche que les aspects bureaucratiques, fiscaux, le désintérêt pour le pauvres et sa passion pour son nombril ( ce qu’il appelle les reformes sociétales). Mais si on rajoute ses 20 a 30 % d’intentions de vote au 55-60% de la vraie droite, on peut peut être cesser de s’intéresser au reliquat de 10%-15% divise en multiples sous tendances et qui donc n’existe pas politiquement parlant.


                  • JL JL 2 avril 2011 14:57

                    eric qui n’en rate pas une dans les amalgames et la méthode Coué, mélange ici allègrement les électeurs et les dirigeants des partis politiques.

                    Quand foufouille dit que le PS n’est pas à gauche, cela ne signifie sûrement pas que ceux qui votent encore pour le PS sont de droite ! Quand qu’en dise foufouille, un libéral émule de Jacques émule de Jacques Marseille.


                  • JL JL 2 avril 2011 14:58

                    Quoi qu’en dise foufouille !


                  • foufouille foufouille 2 avril 2011 16:12

                    non, ceux qui votent PS revent un peu avec des oeilleres
                    mais ils sont de gauche

                    le seul truc interressant dans le liberalisme est effectivement un RU ou une allocation universelle inconditionnelle suffisante


                  • JL JL 2 avril 2011 21:18

                    foufouille,

                    quand est-ce que vous comprendrez que le RU n’a pas d’autre but que la suppression de toutes les autres allocations, et la subvention de la consommation sur le dos des classes laborieuses par le moyen d’une redistribution inique au profit des glandeurs, au détriment des travailleurs ?!


                     smiley


                  • foufouille foufouille 3 avril 2011 11:16

                    JL
                    tout depend effectivement de son application en pratique
                    le financement est pas un probleme, si en monnaie fondante
                    pas de« riches » qui le depensent a l’etranger
                    ca ferait des usines a gaz en moins aussi
                    un mi temps de cantonnier serait par ex un plus

                    les « glandeurs » sont dans ton esprit
                    ou montre moi tes 5000000 d’offres a plein temps


                  • manusan 2 avril 2011 14:05

                    Une « minorité xénophobe et raciste » OU des moutons pressés de devenir esclaves des banques.

                    Je comprend mieux les 55% d’abstention.


                    • Philodeme Philodeme 2 avril 2011 15:27

                      @ Avis Libre


                      Économiquement le rassemblement « PS, PCR, PRG et Divers gauche » s’inscrit dans la mondialisation des choses et des êtres …. c’est beau, c’est grand …..... c’est sur le point d’être obsolète.


                      L’économie et dans sa suite les êtres vont refluer vers de nouvelles re-régionalisations …........ voire re-localisations en chaîne mécaniquement.

                      Pourquoi :

                      Entraves de plus en plus grande à la circulation des choses et des êtres par le renchérissement du coût des déplacements et transports.

                      Vous le savez bien diminutions des énergies fossiles, augmentation de leur prix …. inexorablement. On ne va pas pouvoir continuer à faire circuler les milliards de containers sur mer et les fraises par avions encore des décennies.

                      Ce n’est pas avec des moulins à vent ou capteurs solaires voire moteurs à H2 que l’on pourra maintenir le rythme actuel des échanges ...le ralentissement des échange va être progressif mais drastique !


                      dire : Une "minorité xénophobe et raciste" en faisant allusion au FN, une autre a dit de « gros cons »
                      C’est un peu court cette minorité va être englobée par le « courant souverainiste » actuellement encore éparpillé mais qui à l’instar d’un Paul-Marie Coûteaux (simple exemple très récent)  va rejoindre un nouveau rassemblement dans lequel il y aura les « gros cons » …....... du FN (selon une certaine médiacrate) mais qui n’a pas les siens.


                      Tout simplement la philosophie du rassemblement « PS, PCR, PRG et Divers gauche » n’est plus adaptée alors que la philosophie souverainiste va se retrouver être celle qui sera le mieux adaptée à court et moyen terme au nouveau et autre Monde qui se crée sous nos yeux.


                      • LE CHAT LE CHAT 2 avril 2011 16:12

                        juste une idée , commencez par être crédibles !

                        quand dans les bouches du Rhône , il n’a pas manqué une seule voix de « gauche » pour réélire
                        le parrain marseillais Guérini , que pas un seul des socialistes , pas un communiste , n’a osé poser une candidature offrant un alternative propre , on peut se dire que c’est franchement mal barré !

                        On avait eu aussi le cas quand personne du PS ou des verts n’avait posé de candidature face à Barosso au niveau européen , alors qu’ils en avaient fait leur leitmotiv de campagne .

                        Mélenchon , c’est juste une grande gueule , et comme les cocos des BDR , il ira sagement bouffer à la gamelle que lui tendra DSK

                        La gôôôche ne veut que le pouvoir pour le pouvoir !


                        • pastori 2 avril 2011 21:59

                          et toi pauvre chat tu milite pour une bien plus grande gueule qui n’en veut pas du tout du pouvoir, et qui en plus n’en pas les moindres capacité, patronne d’un parti qui appartient à un trio :


                          -le père, le beau fils et la saint Narine.

                          qui en plus patronne un candidat au cantonales dont la photo circule sur le net, le bras levé à l’hitlérienne ! ils ne se cachent même plus .

                          on vait la fameuse M.A.M.
                          maintenant on a Marine -Aliot -Lepen :  = M.A.L.
                          très mal smiley



                        • Philodeme Philodeme 2 avril 2011 16:27

                          j’aurais pu prendre cette conclusion à mon raisonnement

                          « La gôôôche ne veut que le pouvoir pour le pouvoir ! »

                          niveau de réflexion de la gauche sur l’avenir = zéro


                          • ELCHETORIX 2 avril 2011 17:23

                            Les termes « gauche » et «  droite » ne signifient plus rien de nos jours , le clivage idéologique actuel serait plutôt : souverainistes sociaux et démocrates contre les mondialistes supra-nationaux dont les élites politiques du PS de l’UMP des VERTS et du Centre sont les plus fervents !
                            La « gauche » de la « gauche » devrait s’allier à la «  droite » souverainiste et gaullienne pour changer la constitution de la République afin de constituer une 6ème République autonome et souveraine par rapport à cette Europe non démocratique !
                            RA .


                            • Leo Le Sage 2 avril 2011 19:01

                              Mélenchon n’a pas le comportement d’un chef d’état donc il sera une épine.
                              Eva Joly dit-on ne parle pas un français correct, cela en choque plus d’un...

                              Ils pourraient battre la droite mais à quel prix ?

                              Je me demande déjà si Aubry avait eu envie de diriger la France un jour.
                              On dirait pas...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès