Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Gauche radicale en hausse, Sarkozy en baisse

Gauche radicale en hausse, Sarkozy en baisse

Ca commence mal pour Nicolas Sarkozy. Le premier sondage de l’année, le baromètre mensuel “CSA - i>télé - le Parisien - Aujourd’hui en France”, annonce une chute de 7 points de la cote de confiance par rapport au sondage de décembre. La cote passe en deçà de la barre symbolique des 50 % pour s’établir à 48 %. Au même moment, Laurent Fabius et Olivier Besancenot invités respectivement sur France 5 (Ripostes) et LCI (Le Grand Jury) se sont révélés particulièrement “punchy”.

A défaut de choc de civilisation, 2008 risque de nous ramener au bon vieux clivage gauche-droite. Le maelstrom sarkozyste opportunément constitué d’ouvertures et de références aux valeurs historique de la gauche, faute de résultats concrets, laisse les Français sceptiques. Les Français ont en mémoire les paroles du candidat Sarkozy prononçées il y aura bientôt un an le 14 janvier 2006 : “Je veux être le président de l’augmentation du pouvoir d’achat”.

L’amertume notamment des couches populaires n’en est que plus grande face à une dégradation du pouvoir d’achat ressentie comme une fatalité. Du pain béni pour la gauche radicale qui peut désormais dénoncer la stérilité de l’agitation présidentielle. Premier à ouvrir le feu, l’ancien Premier ministre socialiste, Laurent Fabius, a affirmé dimanche que les écrans de télévision “dégoulinent de sarkozysme”, qu’il y a aujourd’hui “un bourrage de crâne”, “un cadenassage médiatique”.

Laurent Fabius qui ne sera pas candidat au poste de Premier secrétaire du PS a ajouté qu’il ne voterait pas une révision institutionnelle qui n’imposerait pas une comptabilisation du temps de parole du président. “Puisqu’il va y avoir une révision institutionnelle, il faut inscrire dans cette révision institutionnelle que le temps consacré au président de la République soit comptabilisé et soit équilibré. En tant qu’homme de gauche, je ne voterai pas cette révision institutionnelle s’il n’y a pas cet équilibre médiatique”.

Très remonté contre le chef de l’Etat, Laurent Fabius a choisi de personnaliser l’affrontement en stigmatisant la berlusconisation du sarkozysme. Dans un registre différent, Olivier Besancenot a réaffirmé sa volonté de créer un nouveau grand parti anticapitaliste. Le leader de la LCR a rejeté toute idée d’alliance avec la vieille maison socialiste, expliquant qu’il refuse le tout ou rien du PS à l’égard de ses partenaires. Son nouveau parti ne sera “ni l’aiguillon, ni la voiture balai du PS”. “On n’ira pas au pouvoir ensemble mais on est prêt à résister ensemble.”

Dans la résistance qu’il appelle de ses vœux à l’égard du Sarkozysme, il tend “une main fraternelle” aux opposants du président. Pourtant, en revenant sur “le hold-up démocratique” que représenterait à ses yeux l’adoption du mini-traité européen par voie parlementaire, le leader de la LCR appuie sur des cicatrices encore fraîches lorsqu’il demande aux parlementaires socialistes de prendre leurs responsabilités. Une posture un peu facile pour une formation politique toujours contestataire, mais jamais gestionnaire. Enfin, du côté de l’Elysée, comment ne pas s’inquiéter des nombreuses fissures qui se multiplient dans le marbre “du travailler plus pour gagner plus”. Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives Economiques revient dans un essai (Sommes-nous des paresseux) sur cette France qui ne travaillerait pas assez et qui se serait suicidée aux 35 heures.

Les chiffres avancés par l’auteur crucifient cette vision. Selon l’Insee européen, Eurostat, au premier semestre 2007, les salariés de l’ex-Europe des 15 disent avoir travaillé en moyenne 35,4 heures et les Français 35,3 heures. Les Français n’auraient donc aucunement à rougir du temps d’autant que leur productivité horaire est la troisième au monde. Et l’auteur de rappeler de surcroît que le « travailler plus », comme travailler longtemps est une caractéristique de pays arriérés, revient à « préférer le modèle roumain au modèle scandinave ».

Guillaume Duval, Sommes-nous des paresseux ?... et trente autres questions sur la France et les Français, Seuil, 2007, 217 p., 15 €.

Crédit photo : Fluctuat.net


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (81 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • Gilles Gilles 7 janvier 2008 15:12

    Heu, ça sert à quoi de publier en Une un ressucé de la presse du jour ?

    Et positionner Fabius du coté de la gauche radicale, n’est ce pas du n’importe quoi ?


    • Gilles Gilles 7 janvier 2008 15:13

      En tout cas, je suis content, très content. j’ai réussi à pondre un commentaire inutile avant celles de Lerma !!!


    • geko 7 janvier 2008 16:06

      Moi qui pensait que Lerma se précipiterait pour traiter Eurostat de troskystes staliniens bobos gauchistes enfin bref d’anti sarko primaires quoi !


    • Le péripate Le péripate 7 janvier 2008 15:49

      Et si la gauche radicale a une posture un peu facile, parce que « jamais gestionnaire », la solution est simple ! Votez radical ! Sinon, c’est une tautologie.


      • Fred 7 janvier 2008 16:11

        La gauche radicale n’a pas vocation à être élue, Besancenot serait bien le premier ennuyé s’il était élu un jour.


      • Le péripate Le péripate 7 janvier 2008 16:14

        Si tu le dis ! C’est que t’es un malin, toi....


      • Gaston Broussac Gaston Broussac 7 janvier 2008 16:26

        Et pourquoi ça ?


      • Gilles Gilles 7 janvier 2008 16:29

        Effectivement Fred. Ils n’ont aucune intention d’exercer le pouvoir dans les conditions actuelles ; d’ailleurs, s’ils le faisait, ils iraient droit dans le mur ou se feraient bouffer (comme le PCF et le PS) car leur idéologie est totalement en opposition avec le climat ambiant.

        Leur but est d’initier un changement drastique de la société et une fois celui-ci en cours, là oui ils concourront pour influencer les choix.

        On en peut pas reprocher a Besancennot cette volonté de ne pas se faire élire ; Au moins il reste cohérent avec ce qu’il prône ; Si un jour il acceptait de rentrer dans un gouvernement « capitaliste » alors se serait renier totalement son engagement


      • Saï 7 janvier 2008 16:32

        Oh pour ça, il leur suffirait de se faire élire, le changement drastique interviendrait de lui-même dans la foulée, tout seul comme un grand, pour qui aura la témérité de rester.

        Quelle amusante prospective il y aurait à envisager un tel scénario.


      • geko 7 janvier 2008 16:36

        Parceque Besancenot l’a dit lui même à Bayrou il veut bien faire la révolution mais n’a rien à proposer derrière !


      • Fred 7 janvier 2008 16:47

        « Et pourquoi ça ? »

        Car ils savent trés bien que leur projet de société est complètement irréalisable avec le contexte mondial actuel. Mettez Besancenot au pouvoir et tous les grands groupes partent de France et avec eux tous les investissements, l’état se retrouverait dans l’impossibilité d’honorer l’ensemble des prestations sociales.


      • Gilles Gilles 7 janvier 2008 17:57

        Encore d’accord avec Fred. Dans le contexte capitaliste, ce serait ou la cata ou le reniement de leurs idéaux.

        D’où la nécessité d’une révolution, ou évolution, à l’échelle internationale... du pur trotskisme quoi smiley L’avant garde se prépare et est prête à surgir dés que les conditions s’y prêteront !

        (je précise, je ne suis pas à la LCR ni a LO du tout)


      • Adama Adama 7 janvier 2008 16:13

        Voilà bien deux politichiens peu crédibles.

        L’un a été au coeur de l’un des plus grands drames que la France des années 80 ait vécu, le sang contaminé, l’autre qui cache son patrimoine immobilier qu’il partage avec sa compagne bourgeoise, directrice chez Flamarion au salaire mensuel de 10.0000 euros !

        Vive la révolution smiley


        • geko 7 janvier 2008 16:33

           smiley Finalement vous ne valez pas mieux que les anti sarko primaires que vous prenez à revers. Concernant le scandale du sang contaminé qui aurait dû écarter définitvement Fabius de la scène publique vous avez raison de le signaler !

          Mais n’oubliez pas non plus de nous rappeler le nom du médecin ministre de la santé lors de la canicule de 2003 et le bilan de 20000 morts ou encore notre ami Madelin secouant des salades vertes en nous affirmant que le nuage de Tchernobil ne franchira pas la frontière.......etc !

          Allez je vous laisse à votre bêtise de militant binaire ! Cordialement


        • TALL 7 janvier 2008 16:49

          C’est elle qui l’a dragué, Adama. Il paraît même qu’elle le tient sous contrainte. Un chantage fumeux basé sur une histoire de pipe. Mais ce ne sont que des rumeurs smiley


        • Fred 7 janvier 2008 17:18

          « Mais n’oubliez pas non plus de nous rappeler le nom du médecin ministre de la santé lors de la canicule de 2003 et le bilan de 20000 morts »

          C’est sur que les gens n’ont aucune responsabilité dans ces décès smiley Ils étaient bien mieux à la plage en vacances plutôt que de s’occuper de leurs grand-parents qui souffraient de la chaleur.


        • geko 7 janvier 2008 17:53

          @fred histoire de te rejoindre au raz des paquerettes, concernant l’affaire du sang contaminé Fabius n’était pas au courant !

          Petite piqure de rappel :

          chef de service à l’hôpital de la Timone (Marseille), l’un des plus grands établissements hospitaliers français. A ce titre, il a connu la canicule qui a frappé la cité phocéenne en 1983. Aussi aurait-il dû être plus sensible aux informations alarmistes transmises de façon informelle par l’Amuhf ou par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris. L’agglomération marseillaise a d’ailleurs su tirer des leçons de ce malheureux épisode. « Depuis, les mesures de prévention ont permis de passer d’une surmortalité quotidienne de 4 personnes à 1,8 », précise le Pr Jean-Louis San Marco, directeur du laboratoire de santé publique de Marseille et président de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé.L’Express

          Pour M. Sarkozy, les pouvoirs publics sont « passés à côté du drame » de la canicule (December 18, 2003) Le 17 Septembre (2003), la Commission d’enquête Parlementaire sur la canicule du mois d’août a entendu le Ministre de l’ Intérieur Nicolas Sarkozy. Celui-ci a regretté que les constats des pompiers de Paris n’aient pas été publiés dès le début de la crise. A son tour, le directeur adjoint de la direction générale de la santé, le docteur Yves Coquin s’est exprimé. Il a affirmé avoir informé le ministère de la Santé du drame qui se déroulait. Un manque de communication entre les différents services du ministère pourrait avoir retardé l’information.

          Mais tu as raison voir le verre à moitié plein ou à moitié vide that is the question ! A l’origine c’était juste pour montrer sa bêtise à Adama mais je crois qu’ici il y a beaucoup trop de militants binaires ! D’une extrême à l’autre la connerie n’a pas de limite ! Allez bonsoir !


        • antireac 7 janvier 2008 20:52

          Totalement d’accord car on connaît peu de choses sur cette periode trouble.


        • tvargentine.com lerma 7 janvier 2008 16:32

          La gauche radicale sera toujours le meilleur allié de Nicolas Sarkozy car elle ne représente aucun avenir.

          Elle rassemble des mécontents qui ne sont pas capables d’avoir un discours politique et économique cohérent.

          Franchement quand vous citez

          « Dans un registre différent, Olivier Besancenot a réaffirmé sa volonté de créer un nouveau grand parti anticapitaliste »

          on peut rigoler ???? OUI smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley


          • Redj Redj 7 janvier 2008 17:21

            « Elle rassemble des mécontents qui ne sont pas capables d’avoir un discours politique et économique cohérent. »

            ==> pouah t’es vraiment top fort toi. Après avoir été tour à tour pro-ségo, pro-bayrou, pro-sarko, Môssieur donne des leçons sur un discours politique et économique cohérent !! J’suis MDR (comme disent les djeunes).


          • donino30 donino30 7 janvier 2008 16:42

            Bonne vidéo !

            « Selon l’Insee européen, Eurostat, au premier semestre 2007, les salariés de l’ex-Europe des 15 disent avoir travaillé en moyenne 35,4 heures et les Français 35,3 heures »

            Pour la France, le chiffre est proche de celui avancé par le site du ministère de l’emploi (35,8h pour les salariés à temps plein des entreprises > 10 salariés). Donc ça semble OK. Pour la moyenne des 15, en revanche le chiffre est pour le moins fantaisiste. Ceci dit on ne trouve pas deux sources qui avancent le même chiffre, probablement à cause des ambiguïtés de la définition sur lesquelles on peut jouer : prise en compte ou non des temps partiels, prise en compte ou non des entrepreneurs individuels, prise en compte ou non du taux d’absentéisme (moyenne de 30j/an/personne dans une certaine administration que je ne nommerais pas), des jours fériés, etc.. Mais toutes les sources que j’ai trouvées indiquent une moyenne fluctuant entre 38 et 41h. En tout cas, sur le site officiel de eurostat, je n’ai rien vu, si l’auteur pouvait nous éclairer.

            « Les Français n’auraient donc aucunement à rougir du temps d’autant que leur productivité horaire est la troisième au monde. »

            L’auteur ne semble pas connaître les dérives de cet indicateur, qui n’a absolument aucun rapport avec la réelle efficacité d’une heure de travail.


            • geko 7 janvier 2008 16:47

              L’auteur ne semble pas connaître les dérives de cet indicateur, qui n’a absolument aucun rapport avec la réelle efficacité d’une heure de travail. Pouvez vous donc nous citer un indicateur qui soit crédible ?


            • donino30 donino30 7 janvier 2008 16:51

              J’aurais bien du mal je l’avoue. Mais croyez moi, pour bien le connaitre celui là encore plus que les autres. Car il veut parfois dire pratiquement l’opposé de ce que l’on essaie de faire croire.


            • geko 7 janvier 2008 16:58

              Pouvez vous nous détailler son calcul svp !


            • Redj Redj 7 janvier 2008 17:22

              « Car il veut parfois dire pratiquement l’opposé de ce que l’on essaie de faire croire. »

              Comme la plupart des indicateurs censé mesurer une quantité et non une qualité !!


            • geko 7 janvier 2008 17:31

              Et justement c’est en connaissant les modes de calcul que l’on évite de se faire mener en barque ! C’est comme pour les études chiffrées, pour chaque « sondage » devrait être communiqués les méthodes utilisées l’échantillonnage et le questionnaire ! Et encore faut il ne pas douter de la déontologie de l’institut !


            • donino30 donino30 7 janvier 2008 17:59

              Pour le détail de son mode de calcul, j’ai soumis hier un article sur le sujet. « La productivité au banc des accusés ». Il paraitra demain matin je suppose.

              cdt


            • geko 7 janvier 2008 18:03

              Merci de ta réponse Donino


            • A. Nonyme Trash Titi 7 janvier 2008 17:28

              Fabius, Besancenot... C’est sûr, l’avenir de la France passe par eux !

              L’ex premier ministre le plus jeune de France a déjà tellement de fois retourné sa veste qu’il doit y être engoncé comme dans une camisole.

              Quand au « révolutionnaire de Neuilly »... Comprends pas. Pourquoi fait-on tant cas des élucubrations du facteur ?...


              • snoopy86 7 janvier 2008 17:34

                @ Calmos

                bonsoir vieux troll

                pour une fois sois gentil avec l’auteur socialiste

                car secrétaire de la section socialiste de l’Ile de Ré, c’est pas de l’engagement, c’est de l’apostolat...


              • snoopy86 7 janvier 2008 18:01

                @ Calmos

                Excuse-moi, le secrétaire de section de l’ile de Ré c’est un autre article. Fausse manoeuvre.

                Défoule-toi mon minou...


              • chris11 7 janvier 2008 22:42

                Ma foi ,remplacer un président (dont la compétence reste a prouver)qui passe son temps en ballade a l’étranger en essayant de faire grimper aux rideaux une italienne sur le retour ,ça ne devrait pas être bien dur....


              • saint_sebastien saint_sebastien 7 janvier 2008 18:04

                vive la gauche radicale ! révolution !


                • antireac 7 janvier 2008 21:05

                  Vive la gauche(non fasciste evidemment) et vive la droite car les deux sont indispensabes à notre pays.


                • Le péripate Le péripate 7 janvier 2008 18:37

                  Il y en a dont l’imagination est si pauvre qu’il ne peuvent même pas penser que le monde n’a pas toujours été comme il est. Partant de là, il leur est difficile de voir le futur.

                  En politique, comme dans la nature, l’évolution bricole. La nouveauté viendra, si elle doit venir, non pas du néant, mais des périphéries. Et Besancenot n’est pas le plus mal placé pour agreger, coaguler autour de la LCR le renouveau d’une gauche non compromise avec la ploutocratie.

                  Ce qui rends cette hypothèse crédible, c’est que les attaques sur Besancenot se concentre sur son supposé appartement et le salaire de son épouse... ce qui montre bien que ses ennemis pressentent son potentiel messianique, et l’attaquent sur ce qu’il trouve par ailleurs parfaitement légitime de la part, mettons, au hasard, de Sarkozy.....

                  Suffit d’y croire.....


                  • Fred 7 janvier 2008 18:57

                    Les attaques contre Besancenot montrent simplement que lui comme l’ancien couple Royal-Hollande malgré les beaux discours de gauche sont des opportunistes. Comme je l’ai dis de multiples fois, il y a beaucoup de gens de gauche qui feraient bien de suivre leurs discours de partage. Ensuite en tant qu’individu qu’il soit riche je m’en fous tant mieux pour lui, il faut juste ne pas faire l’hypocrite c’est tout.


                  • William7 7 janvier 2008 19:04

                    « Sur un terrain plat, de simples buttes font l’effet de collines ; aussi peut-on mesurer la platitude de la bourgeoisie contemporaine d’après le calibre de ses esprits forts. » (Karl Marx, Le capital, Chapitre XVI, 1867)


                  • antireac 7 janvier 2008 21:19

                    On a pas besoin des pseudo révolutionnaires le monde à déjà assez donné au siècle dernier.(plusieurs millions de morts pour un résutat quasi nul sauf bien sûr les kapitalistes de ces orgies sanguinaires : stalin, mao, pol pot et j’en passe)


                  • Sébastien Sébastien 7 janvier 2008 18:53

                    Laurent Fabius n’est plus credible depuis longtemps. Tout ce qu’il lui reste c’est ses jeux de mots. C’est le moyen qu’il a trouve pour sortir du placard. Et Besancenot, serieusement...

                    Quel scoop quand meme cet article. Fabius et Besancenot disent du mal de Sarkozy et proposent le contraire. Merde alors !

                    Et sur votre titre,l’extreme gauche en hausse. Vous avez les chiffres ? Votre sondage ne donne que les chiffres de Sarko. C’est pas parce que l’on passe a la tv qu’on est en hausse... Je crois que vous prenez vos desirs pour des realites.


                    • chris11 7 janvier 2008 22:48

                      C’est bien vrai ça , on peut passer tous les jours a la télé et dégringoler dans les sondages ...

                      Ben merde alors ,les français ne seraient ils pas aussi cons qu’ils en ont l’air ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès