Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Gouvernement : le budget 2014 dans la logique libérale

Gouvernement : le budget 2014 dans la logique libérale

Certains ont l’air étonné de ce qui arrive avec Hollande, mais ne soyez pas surpris, il a toujours été sur cette ligne, d’ailleurs en 1985 il cosignait un livre « La gauche qui bouge » qui correspond point par point à son programme actuel basé sur l’idée qu’il faut faire des économies dans un seul système possible : le capitalisme ! Le PS n’est plus le parti de Jaurès, le PS n’est pas à gauche, il faut arrêter de se raconter des histoires ! Et pour en arriver à cette dérive de plus en plus libérale de la société, il faut bien avouer que les différents gouvernements de « gauche plurielle » et leurs partenaires ont leur part de responsabilité ! Ce sont eux qui ont privatisé à tour de bras, favorisé l’ouverture du capital de la poste et d’EDF-GDf, créé les « tucs » qui ont débouché sur la précarité, voté le traité de Nice, eux qui se sont pliés aux ordres de Bruxelles  ! Ce sont eux qui ont trahi les idéaux de gauche !

Les socialistes font partie d’une famille politique qui a accompagné le libéralisme. Le PS a favorisé son avènement par ses capitulations successives et ses décisions qui ont libéré les flux financiers. Il a mis en œuvre une politique qui a été douce pour les détenteurs de stock-options, qui a œuvré avec zèle pour l’Europe du libre-échange et de la finance toute puissante. Au gouvernement, les socialistes font des cadeaux de riches aux riches et des cadeaux de pauvres aux pauvres. Seulement les cadeaux pour les pauvres ne durent jamais très longtemps et la contrepartie est toujours douloureuse !

Ceci est parfaitement illustré avec le projet de budget 2014 qui est dans la lignée des politiques libérales, réductions d’impôts pour les entreprises et augmentations pour les autres. La TVA augmentera et les 6,5 milliards dégagés serviront à financer les entreprises ; dans le même temps la TVA sur les produits de première nécessité diminuera, et cela se traduira par une baisse d’un centime d’euro sur un paquet de pates ! Et si les grandes surfaces ne répercutent pas cette réduction elles encaisseront quelques millions d’euros…, cadeaux de riches aux riches et cadeaux de pauvres aux pauvres ! Mais le plus grave est ce qui attend le secteur de la santé, avec un tour de vis sans précédent. Là encore, il faut souligner que les employeurs ont été largement exonérés de cotisations sociales sur les salaires payés au SMIC, entre 1990 et 2012 ce taux est passé de 33% à 4,63%, autant de manque à gagner pour la sécu ! Le projet initial de la loi de finance prévoyait que l’impôt sur les sociétés rapporterait 53,5 milliards, finalement on se contentera de prélever 36,2 milliards. Donc au final, non content de distribuer de l’argent à fond perdu aux entreprises, l’Etat continue à leur faire des cadeaux fiscaux qui accentuent les déficits et la dette ! Sommes-nous condamnés à voir indéfiniment des personnalités politiques proches du CAC40 et des grands groupes capitalistes, gouverner nos destinées ?

Le PS a favorisé l’avènement de l’argent roi, de la rigueur, et des délocalisations. Ceux qui prétendent qu’il n’y a pas d’alternative se trompent et trompent les électeurs : c’est comme cela que l’on désespère le peuple, en lui ôtant toute espérance en un avenir meilleur ! Il s’agit d’une manipulation pour asseoir un ordre libéral en faisant croire qu’il n’y a aucune alternative crédible possible ? Pourtant, les lois économiques sont émises par les hommes, il ne s’agit ni de lois physiques ni de loi divines. Comment ce fait-il que dans un pays composé de près de 90% de salariés, qui pour la grande majorité ont un salaire inférieur à 2000 euros, et nombre d’entre eux guère plus que le SMIC, l’on élise régulièrement des gens qui ne gouvernent que pour le bien d’une petite minorité de privilégiés ?

Tout cela est d’une logique implacable, ce système se nourrit de nos renonciations et de nos lâchetés, car ce ne sont pas les dérives du système capitaliste qui sont responsables de la situation actuelle, c’est nous ! Ce n’est pas la dérive du système : c’est le système, c’est à nous de le combattre ! Le libéralisme est l’aboutissement du capitalisme : le capitalisme c’est ça ! Et lorsque l’on nous dit qu’il faut essayer de moraliser le capitalisme, on nous prend pour des cons ! En attendant ce sont les couches populaires qui vont financer les entreprises et les dividendes des actionnaires … rien de bien nouveau sous le soleil socialiste !

Sur Conscience Citoyenne Responsable

http://2ccr.unblog.fr/2013/10/04/le-budget-2014-dans-la-logique-liberale/

Lire également : MUNICIPALES 2014 : AVEC OU SANS LE PS ?

« Les grands arrêteront de dominer quand les petits arrêteront de ramper »…J.C.F VON SCHILLER


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Bulgroz 7 octobre 2013 10:50

    D’abord, ils voulaient taxer l’EBE, puis ils voulaient taxer l’ENE.

    Finalement, ce sera une surtaxe sur les résultats des sociétés dont le taux est déjà le plus élevé du monde...

    Ils continuent donc de matraquer les entreprises, c’est à dire les seuls acteurs qui créent des emplois.

    A ce degré de nullité, il y a longtemps que dans une entreprise privée, ils auraient virés pour incompétence absolue.


    • bluemartini 7 octobre 2013 13:53

      démosthène, plutôt que d’insulter les gens gratuitement, apprenez au moins à lire. Au vu du contenu de vos réactions il n’est pas possible que vous en soyez capable.

      De mon temps, on apprenait dès l’enfance à tourner 7 fois sa langue dans la bouche avant de parler. Vous passez pour un enfant auprès des autres. bravo

    • mario mario 7 octobre 2013 14:36

      @tout a fait robert !

      sauf que depuis «  »seulement«  » quelques années... les veaux s’informent via internet et commence a s’apercevoir qu’ils sont pris pour des cons.

      et les scores du FN sont le reflet des votants qui ne savent pas quoi faire d’autres pour changer le système.

      en attendant qu’on leurs disent qu’ils font fausse route et qu’il faut voter a gauche gauche qui eux meme soutiendront les roses pale parce que disent ils...c’est mieux que pire .

       mieux que pire......

      peut etre qu’un jour les électeurs décideront d’élire les pires, a défaut de mieux.........

       


      • gaijin gaijin 7 octobre 2013 18:45

        " d’ailleurs en 1985 il cosignait un livre « La gauche qui bouge » qui correspond point par point à son programme actuel basé sur l’idée qu’il faut faire des économies dans un seul système possible : le capitalisme "
        difficile de savoir qu’est ce qui est le plus grave entre :
        1 cette posture de pseudo gauche
        2 n’avoir pas évolué depuis bientôt 30 ans malgré les évidences


        • alt57 alt57 8 octobre 2013 02:34

          La moindre des chose quand, dans un but précis on prête de l’argent, surtout si ce sont les deniers publics, serait de contrôler. 

          Sinon, le laxisme mène à ce que vous venez de décrire, effectivement.

          • spartacus spartacus 8 octobre 2013 09:20

            Mais non le libéralisme est la même règle pour tous, le socialisme c’est l’interventionnisme et une règle différente pour les copains et groupes de pression proches de l’état.

            On dit que le socialisme et le communisme ne sont que du capitalisme d’état.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès