Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Grande « victoire » de Montebourg

Grande « victoire » de Montebourg

Si véritablement il y a encore quelqu’un pour considérer que l’histoire Sanofi n’est pas l’exemple type des tartufferies socialistes ; je ne comprends plus rien. Il ne s’agit pas, dans le cas d’espèce, de s’abriter derrière le passif Sarkozy comme vient de le faire encore, à New York, François Hollande. Le dossier Sanofi démarre alors que les socialistes sont déjà au pouvoir et tout particulièrement Arnaud Montebourg. C’est en effet début juillet que nous apprenions la "possibilité"de 1000 suppressions d’emplois dans cette entreprise tout à fait florissante. L’entreprise est d’ailleurs habituée de ce genre d’opérations qu’il paraît difficile de ne pas étiqueter comme le prototype de « licenciements boursiers » Sarkozy n’est pourtant plus au pouvoir cette fois ; les socialistes sont aux commandes.

Au plan de la parole, de la tchatche, ils sont comme toujours les meilleurs. Ainsi la "montée au créneau" est véhémente, « vous allez voir ce que vous allez voir … ». « Les licenciements boursiers ne sont pas tolérables en France etc. » Résultat des courses : nous apprenons que le plan concernera finalement « que 900 emplois »

Etait-il besoin de rouler à ce point des mécaniques pour un delta aussi dérisoire ? On peut raisonnablement espérer que les négociations vont reprendre et que ce chiffre deviendra un mauvais souvenir. Pour autant, et avant même de connaître l’issue finale de ce conflit entre un gouvernement qui par le biais de la sécurité sociale assure la richesse du fabricant de médicaments, il convient de mettre en lumière le nouveau faux pas de Montebourg. Après avoir crier au scandale, le voilà qui trouve finalement les choses dores et déjà acceptables. « Quand une entreprise fait 5 milliards de de profits, comme c’est le cas dans Sanofi (…) elle a le droit de se réorganiser » sic … Il trouve même que le retour à 900 licenciements est une victoire pour le gouvernement et que « Sanofi a suivi ses recommandations ... » On croit rêver ! On prétendait que l’époque Sarkozy était celle des « gesticulations sans résultats ». Que dire alors de celle que nous vivons ?

Précisons une fois de plus qu’il ne s’agit pas d’un dossier hérité, mais d’une simple restructuration strictement « financière » sur un marché que l’on pourrait qualifier de « captif ». En d'autres termes, rien de comparable avec la problématique Peugeot.

Le BLOG


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Vipère Vipère 27 septembre 2012 09:13

    Bonjour JLHUSS.

    Cela prouve simplement que le politique est impuissant dans les affaires privées des entreprises, bien qu’il ne peut s’empêcher dans l’instant émotionnel face aux salariés, de faire de faire de sempiternelles déclarations, grandiloquantes et compationnelles devant les caméras de télévision. Une posture cynique et banale des élus qui feignent de partager la souffrance du petit peuple, tout en soutenant la logique des marchés qui dégraissent de l’humain pour satisfaire leurs opérateurs boursiers.


    • Taverne Taverne 27 septembre 2012 10:10

      Le PS est prêt à tout pour faire croire à la vérité de l’adage gaullien « la politique ne se fait pas à la Bourse ». Montebourg tire à boulets rouges sur les voitures coréennes pour masquer son impuissance. Comme Sarkozy, il cherche des boucs émissaires.


      • Vipère Vipère 27 septembre 2012 10:19

        Il n’y a de victoire que dans l’esbrouffe !

        Le truc est archi connu, alors que l’on veut supprimer 900 licenciements, le chiffre est augmenter à 1000 et finalement l’on obtient les 900 prévus !!!
         
        et c’est Sanofi qui a le dernier mot !




        • spartacus spartacus 27 septembre 2012 11:58

          Sanofi est fabricant de « vaccins ».

          L’année dernière cette entreprise a eu une commande extraordinaire de vaccins de H1N1.
          Ce contrat n’est pas renouvelé.L’entreprise ne renouvellera pas 900 départs à la retraite. 
          Il n’y aura aucun licenciement sec !
          Un calcul de bénéfice se fait une fois par an sur année écoulée. 
          L’emploi dépend du carnet de commande, pas des bénéfices de l’exercice écoulé.

          L’effet haut parleur dévastateur de la cocosphère !
          Réclamer a corps et à cri l’interdiction des licenciements boursiers, c’est se priver demain des investissements.

          Vous investiriez vous en France si vous n’avez pas la liberté de faire ce que vous voulez de votre argent.

          A qui appartiennent les bénéfices ?
          A ceux qui ont investi ou à ceux qui mettent leur argent à à la caisse d’épargne ?
          L’argent est il mieux utilisé en investissement ou en redistribution ?

          • JL JL 27 septembre 2012 12:04

            Spartacus,

            vous avez raison : votre remarque est très intéressante.

            Maintenant, imaginez que l’on ait renouvelé cette commande, cette année. Mais que par prudence, on n’aurait pas administré les vaccins, on les aurait détruit ; c’est mieux, non ? Vous seriez content ?

            Voilà ! Vous avez mis le doigt sur une absurdité du capitalisme.

            Dans le même genre, lisez donc ça :

            Un monde est mort, il court encore... La preuve par le poulet
            Par François Ruffin, 26/09/2012


          • JL JL 27 septembre 2012 12:06

            spartacus,

            essayez d’économiser pour vous acheter un cerveau ; c’est mieux qu’une cervelle, vous verrez.


          • 1984 27 septembre 2012 16:28

            « A qui appartiennent les bénéfices ? »

            Au travailleurs qui les génèrent !

            Mais ça vous échappe opportunément !


          • Robert GIL ROBERT GIL 27 septembre 2012 17:07

            juste deux petites choses pour continuer ce debat :

            1er, ou sont passé nos usines, voir :
            http://2ccr.unblog.fr/2012/07/09/ou-sont-passe-nos-usines/

            2eme, ou sont passé nos salaires, voir :
             http://2ccr.unblog.fr/2011/10/21/ou-sont-passes-nos-salaires/

            et je sens que ces deux articles vont faire plaisir a mon esclave preferé...


            • Dolores 29 septembre 2012 16:56

              Ce ne sont que gesticulations.
              Tout le monde a bien compris que le gouvernement est incapable de contrôler l’économie dans son propre pays grâce à l ’’Europe et ses privatisations.

              Ce n’est que le début de la fin car si le traité est signé les gouvernements n’auront prise sur rien : ils seront les sous-fifres d’une Europe dictatoriale dont les seuls préoccupations demeurent celles des plus riches marchands et financiers.

              Leurs seuls pouvoirs seront de lever des impôts et de réprimer les protestataires contre la misère que nous allons connaître.

              Avec la souveraineté du peuple perdue grâce à des politiciens apatrides, la liberté et la démocratie disparaissent.

              A quoi servent donc ces marionnettes ?
               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès