Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Grandeur et décadence

Grandeur et décadence

Après cinquante ans d’alternance, la gauche comme la droite se veulent les champions de la réforme, les apôtres de la justice sociale, les rois de la régulation économique, les messies de la paix sociale et du progrès. A chaque alternance on nous promet une nouvelle gauche ou une nouvelle droite, jusqu’à entendre les politiques de la législature sortante nous affirmer qu’ils ont la meilleure vision de la France. On fustige le camp adverse et on se dresse des lauriers, on s’autoproclame champion de la vertu et défenseur des pauvres et des opprimés. Cette démagogie et cette usurpation se trouvent à tous les niveaux et on s’appuie sur des non-sens ou on s’abrite derrière des paravents qui n’excusent plus rien...

Alors si le comité rédactionnel d’aAgoravox veut bien me donner l’autorisation de décliner et argumenter les thèmes principaux et les sources du malaise français en plusieurs articles, histoire de ne pas être trop long ou lassant, je commencerai ici la première partie.

Les institutions de la Ve République :

Alpha et oméga de la pensée politique, rien n’existe en dehors de ce qui existe ! il n’y a pas de solution en dehors du bipartisme, conserver mais jamais innover ! Un trublion du fond de son Béarn donne un coup de pied dans la fourmilière, l’instinct grégaire prend le dessus sur la réflexion. Conserver les acquis politique et reconstruire une tour de Babel.
Alors on y va de sa règle universelle, entre le blanc et le noir il n’y a rien ! pas de couleurs ! "Avec qui Bayrou va-t-il gouverner ?" , "le gouvernement sera bloqué", "il faut une opposition absolue pour contrebalancer et assurer la mixité"... Et je vous répondrai :

Avec qui Royal va gouverner ?.. Avec des A. Montebourg (qui en 2002 disait que le programme Jospin était le programme light de Bayrou) qui entre parenthèses est un des rares novateurs à gauche ; ou avec Fabius tenant de la gauche dure et conservatrice ? avec DSK ou avec Tobira, avec 35% toutes gauches confondues y compris PC et altermondialistes ? Quelle serait la majorité de cette gauche ?
Gouverner avec Fabius, Bové, Besancenot sera-t-il de nature à ne pas "bloquer" le gouvernement ? Les éléphants vont-ils rejoindre leur cimetière ou revenir en force aux commandes ? Va-t-on concilier la gauche dogmatique avec la gauche novatrice ?

- Et à droite... quel sera le gouvernement réduit à quinze ministres alors que les barons de l’UMP sont plusieurs dizaines à viser un post ? Qui seront les ministres d’éEtat ? Les X.Bertrand, D.Blazy, Villepin, Boorlo encore ministres aujourd’hui ? Où est le bilan qui permet de croire que leur politique est la meilleure, dans les chiffres du chômages dont l’INSEE n’ose pas publier les données corrigées ? les 8,4% démentis par les organismes indépendants ? La diminution de l’insécurité alors que les échauffourées se multiplient ? Les chiffres officiels en diminution (quand on encourage les mains courantes au détriment des plaintes alors que seules les plaintes sont prises dans le calcul).
Quelle sera la tendance du gouvernement, tendance démocrate Boorlo ou tendance droite dure P.Devedjan, transfuge de l’extrême droite, tendance molle D.Blazy ou opportuniste Santini ? La droite unifiée sous la bannière UMP à du mal à rester à 30%, comment va-t-elle réaliser sa majorité ? Certainement pas au centre qui s’est émancipé de l’uUMP en y laissant des plumes et en fustigeant sa démagogie et sa politique liberticide.

Que reste-t-il, l’extrême droite dont le président glousse aux doux mots « d’immigration et d’identité nationale », dont la figure emblématique swingue sur les moutons égorgés, la racaille et le Karcher ? Dont le représentant tenant de la fermeture des frontières envisage avec délectation de participer à un gouvernement de crise avec Sarkozy alors que 82% des Français l’ont refusé en 2002.

Où est la majorité de ces deux entités, quelle couleur aura ce gouvernement de droite ou de gauche qui prétend s’ouvrir aux autres tout en ne voyant la gouvernance que par leur partie uni, unique et hégémonique ? Alors on nous répète que dans une institution axée sur la majorité on ne peut tenir l’Assemblée que si on est majoritairement représenté... Bayrou avec un score moyen de 20% n’aura pas la majorité... comment Chirac avec 19% de voix a-t-il pu avoir 350 sièges à l’Assemblée nationale... ?
Si la Ve République ne peut qu’être majoritaire, comment a-t-il fait ? Qui a élu ces 350 députés ? Qui à part ceux qui ont élu Chirac, dont une majorité de gens de gauche ?!

Le peuple a toujours donné la majorité législative au président nouvellement élu ; comment Mitterand a-t-il pu gouverner la France, alors qu’il était minoritaire dans son parti ? Un grand nombre d’élus ou de primo accédants se sont présentés sous l’étiquette « majorité présidentielle », pourquoi ce qui a marché en 81 ne marcherait pas en 2007 ? Vous pensez qu’il n’y aura pas de candidat UDF/majorité présidentielle ? Qui vous a dit ça... vous connaissez déjà les listes des candidats aux législatives... ou l’UMPS vous l’a-t-il fait croire ? Il y a ce que l’on vous dit et il y a la réalité ! Celle des bancs de l’Assemblée nationale, celle des maires et autres élus locaux.

Chaque partie pour raison d’Etat a muselé ses membres. Le maître mot c’est « fermez-la ou devenez minoritaire ou banni »... Pas une tête ne doit dépasser, le parti prévaut sur les individualités... Des centaines de voix dans les parties sont étouffées, mieux à droite qu’à gauche mais le malaise est là, de plus en plus d’élus rongent leur frein et ne se retrouvent plus dans les combats dogmatiques de leur parti. De plus en plus d’élus attendent un soulèvement populaire pour faire exploser le couvercle de la marmite.
J’ai discuté avec un candidat aux législatives, j’ai discuté personnellement avec J.-C. Lagarde qui au milieu des bancs de l’Assemblée a recueilli les confidences de droite comme de gauche, de socialistes tendance démocrates, d’UMPistes tendance sociale..
Leur point commun est : « pour l’instant je ne peux rien dire sous peine d’être exclu des responsables potentiels ou ayant un avenir politique au sein de mon parti, je n’attends qu’une chose... c’est que les électeurs votent en masse contre ce système pour que je puisse enfin me libérer, enfin dire ce que je pense et enfin mettre en application ce que je pense juste et représenter fidèlement mes électeurs ».
Vous pouvez y croire ou pas... mais le « mur de Berlin politique » commence à se fissurer de partout. Les candidats pour une nouvelle France sont là...Ceux qui se taisent pour l’instant et ceux qui prennent les risques, les Goulards, les Begag, les Lepage, les Graques, les personnalités issues de tous bords.
S’il fallait une preuve, citez moi UN exemple depuis la cinquième République où le président n’a pu avoir une majorité de départ.

La France s’est tellement habituée à être la championne des droits de l’homme, du progrès social, l’une des cinq puissances de la planète, qu’elle a oublié de se réévaluer dans un monde qui a profondément évolué et changé. Nous ne sommes plus guère que les champions du nombrilisme !

On commence à regarder les autres pays européens et à reconnaître que la réussite sociale des pays du Nord, la réussite économique des pays germaniques, la formidable avancée des pays latins prouve bien que l’on peut espérer mieux... mais jamais on ne se demande si leur réussite n’est pas en grande partie due à un modèle politique différent, novateur, original et consensuel. On nous explique que « eux réussissent » mais on oublie de nous dire comment la volonté politique et les institutions ont permis, encouragé ou accompagné cette réussite !
On est le pays des droits de l’homme, on a la meilleure Constitution donc pas la peine de revoir nos institutions ! On fera aussi bien qu’eux ! On voit le but, mais on ne voit pas les moyens. Et là est toute la faiblesse de la France, sa frilosité constitutionnelle, son hémiplégie politique.

La proportionnelle est un tabou, un gros mot en politique. La France est pluraliste, riche de ses identités culturelles, de sa mixité, un grand nombre de municipalité réunissent des personnes de tout horizon et responsabilités. Nos entreprises françaises sont européennes dans l’âme,et l’article 2 des droits de l’homme stipule :
« Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation ».
Chaque citoyen peut faire entendre sa voix, exprimer une opinion politique et religieuse à partir du moment où elle n’enfreint pas la règle de laïcité de la république. Les associations, les syndicats, les mouvements ont le droit de citer... mais pas en politique. La raison qui prévaut est celle du plus fort ! 20% de l’opinion représente la majorité à l’Assemblée, les altermondialistes, les nationalistes ont le droit de s’exprimer dans la rue, dans la presse, mais pas à l’Assemblée nationale, pas là où les décisions pour la France se prennent !
Comment peut-on vivre dans un pays où la minorité a le droit de vivre mais pas d’apporter sa pierre à l’édifice politique ? Au lieu d’entendre un discours démocratique du genre : « vous n’êtes pas d’accord, alors venez sur les bancs de l’Assemblée défendre votre position, petit ou grand vous avez le droit et le devoir de participer »., on entend « si vous n’êtes pas d’accord avec les lois qu’un Français impose aux quatre autres... vous n’avez qu’à quitter le pays » ! Qui peut prétendre que cette parabole est mensongère ?!

Alors peu importe que vous soyez de droite, de gauche, du centre, des extrêmes, si vous voulez faire entendre votre voix et faire partie des décisions vous avez entre les mains un outil formidable... le suffrage universel direct ! Vous pouvez avec votre bulletin donner une majorité à un homme qui désire ardemment refonder le système, donner plus de pouvoir à vos élus à l’Assemblée, permettre enfin qu’avec la majorité que vous aurez donné à ce président en votant pour les candidats aux législatives le soutenant, que ce dernier et son gouvernement puisse voter une révision constitutionnelle qui injectera la proportionnelle à tout type d’élection, pour que tous les Français puissent enfin être décideurs et non plus spectateurs aussi bien au niveau communal, régional que national.

Si vous ne le faites pas, vous en serez réduit pour encore cinq ans à pester contre une minorité politique qui a la majorité décisionnelle. La république au lendemain de la guerre a permis par l’union nationale de reconstruire le pays, a permis à deux grands partis de tracer une ligne directrice pour l’avenir. Aujourd’hui la France s’est enrichie de ses individus, s’est retrouvée face à une mondialisation qui a mis à bas tous les anciens repères.
Aujourd’hui la France a besoin de concilier son désir social et sa volonté économique, la France a besoin de tout le monde et avant tout de se réconcilier pour permettre à chacun d’offrir un avenir à ses enfants qu’ils soient mendiants ou nantis. La France a besoin de réconciliation et de coopération, d’un nouveau modèle, d’une politique nouvelle et fraîche, de fédérer et de partager... Elle n’y réussira jamais en restant enfermée dans un modèle sclérosé élitiste et hégémonique !


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Dreik (---.---.25.43) 10 avril 2007 14:24

    Rien à ajouter, l’analyse est brillante et la conclusion s’impose d’elle-même...

    Je m’étonne simplement, qu’elle ne soit partagée par plus de français, à la vue des sondages en tout cas.


    • Y. DESGREES 10 avril 2007 14:51

      De la désinformation au sujet de deux mots qui ont fait couler beaucoup d’encre...

      Des adversaires politiques et une presse complaisante, écrite et télévisée, citent régulièrement à l’envi les mots de « racaille » ou « Kärcher », prononcés par Nicolas Sarkozy il y a quelques mois. L’affaire n’est pas innocente, destinée à donner du président de l’UMP une image de peur, l’image d’un candidat fascisant qui aurait choisi par ces termes de stigmatiser globalement la population des banlieues. Il n’est pas inutile de rappeler ici des faits qui ont été rapportés volontairement hors de leur contexte. Lors des évènements qui eurent lieu en 2005 dans les banlieues, le Ministre de l’Intérieur en visite à Argenteuil au cœur de la cité, fut interpellé par une femme « Débarrassez-nous de cette racaille ! » à laquelle il répondit « madame, la racaille du quartier, on va vous en débarrasser ». La télévision ne rapporta à l’époque que la réponse du ministre, se gardant de citer l’interpellation de la femme en question, non plus que la conversation avec les jeunes du quartier... donnant le sentiment de la part de Nicolas Sarkozy d’une stigmatisation de l’ensemble de ses habitants. Déjà, quelques mois auparavant, l’expression « nettoyer au Kärcher » avait été prononcée, hors micros et caméras, à la famille éprouvée du jeune Sidi Ahmed, mort à l’âge de onze ans d’une balle perdue, à La Courneuve. Le maire communiste de cette cité n’aurait rapporté intentionnellement le propos hors de son contexte, il est probable qu’il aurait aussi fait long feu... Ces impostures volontaires, aujourd’hui reprises par de nombreux internautes, destinées à donner du candidat de l’UMP l’image d’un candidat dangereux, voire redoutable, fait hélas partie d’une certaine complaisance coupable en matière d’information de la part de médias en mal de sensationnel. Le plus surprenant, le moins étonnant pour des téléspectateurs et lecteurs heureusement de plus en plus nombreux à ne plus s’en laisser conter, c’est de relire dans le quotidien « le Monde » du 13 juin 2002 les propos de Malek Boutih, alors président d’SOS-Racisme, aujourd’hui membre du comité de campagne de Ségolène Royal, interviewé sur la police des cités des banlieues : « Il faut remettre la police au travail, Le plus grand nombre de bavures n’est plus son fait, c’est la racaille qui tue le plus dans les cités ». Dans la même interview, à propos des jeunes casseurs : « les barbares des cités, il n’y a plus à tergiverser, il faut leur rentrer dedans, taper fort, les vaincre, reprendre le contrôle des territoires qui leur ont été abandonnés par des élus en mal de tranquillité ». Il n’est pas dans notre intention d’accabler ici Malek Boutih ne faisant que répéter ce qu’il disait des jeunes casseurs des banlieues prêts en permanence à en découdre. C’est alors que les mêmes propos tenus par un fils d’immigrés algériens, lesquels n’avaient donné lieu à aucune contestation, n’auraient pas la même dimension que ceux du Ministre de l’Intérieur d’alors, incomplètement et volontairement reproduits hors de leur contexte ?

      Pour des raisons de politique politicienne, des opposants intellectuellement malhonnêtes ont ainsi tenté de travestir la vérité. Il semble que ces mots de Nicolas Sarkozy dans son fameux discours de Nîmes « pour la France », le 6 mai 2006, illustrent bien cette utile mise au point : « Abîmée la politique quand le mensonge l’emporte sur la vérité. Détruite la politique lorsque l’on doit se défendre de misérables machinations, organisées par des officines cherchant à compromettre et des apprentis comploteurs cherchant à salir. Cette politique là ne doit pas avoir droit de cité dans notre République. C’est pourquoi, j’irai jusqu’au bout de l’exigence de vérité. »

      Yves Desgrées du Loû


      • Cratyle (---.---.37.13) 10 avril 2007 15:50

        Allez-y pour l’exigence de vérité : un ministre de la République peut-il se permettre de reprendre les mots des habitants (ou ceux d’un citoyen comme Boutih qui n’a pas de responsabilité dans la République) ou doit-il surveiller son langage, lui qui représente la République, parce que tout ministère est aussi justement un ministère de la parole ? Est-il acceptable qu’un ministre insulte qui que ce soit, fût-ce un criminel (et là ce n’était pas le cas !!), ou doit-il plutôt agir et parler en ministre ? Est-il possible que Sarkozy ait lâché un tel mot par hasard, ou celui sur le Kärcher, lui qui maîtrise parfaitement l’art oratoire et choisit soigneusement les termes de ses provocations successives ? Et dans cette campagne Sarkozy est en train de faire bien pire que de prononcer les mots de l’époque. Le mot « racaille » s’adressait dans son esprit à toute une catégorie de la population comme le prouvent ses nouveaux dérapages volontaires. Il me semble lamentable que des membres de l’UMP cherchent à faire comme si n’existaient pas tous les dérapages archiconnus parce que cela les gêne de constater qu’ils sont dirigés par le plus à droite, et de loin, de tous les membres de leur parti, de constater que celui-ci n’a plus rien à voir avec leurs valeurs et leurs idéaux. Un peu de vérité fait du bien.


      • at97434 (---.---.196.188) 10 avril 2007 17:04

        Surprise. AGORAVOX a désormais de cèlèbres commentateurs !!! Yves Desgrées du Loû
        Vous commencez votre billet par cette phrase : De la désinformation au sujet de deu
        x mots qui ont fait couler beaucoup d’encre... Vous dont la famille possède le plus grand nombre de quotidiens régionaux et surtout le plus tirés de tous : OUEST-FRANCE. Je trouve sublime que votre première phrase traite de la désinformation et que tout au long du billet vous essayez de rétablir une vérité par vous seule connue !!!! Lisez Ouest-France et vous connaitrez la désinformation.


      • Dreik (---.---.25.43) 10 avril 2007 18:05

        Je partage moi aussi ton besoin de vérité, Yves, et j’aimerais par exemple, que M.sarkosy fournisse les preuves qui le disculpent, des accusations très graves, portées par le canard enchainé, à son encontre !

        Les nombreuses dérives de M. Sarkosy ne se limitent pas, hélas, à deux simples mots sortis de leur contexte, c’est bien plus grave que cela, le premier des Francais se doit, à mon sens, de les rassembler, non de les diviser, en stigmatisant, par exemple, en long en large et en travers les minorités, les accidentés de la vie, les opposants à sa vision extrême, et sans nuance, des choses, tout en persistant à nous vendre un clivage politique qui est à l’origine de la déliquescence que nous connaissons aujourd’hui.

        Le pire étant peut-être son désir de renforcer le modèle de cette caste politique insupportable, dont il use et abuse sans vergogne, ainsi que le dénie de démocratie dont il entend encore accentuer le creuset.

        L’époque où l’on gouvernait la France depuis Versailles, est révolue, il serait grand temps que toutes ces élites politiques, si elles entendent vraiment nous représenter, s’en aperçoivent enfin, et que s’installe une plus grande probité, et une démocratie digne du pays qu’est la France.


      • PapyJC_78 (---.---.57.109) 10 avril 2007 14:53

        D’accord avec Dreik, pour ce qui est de la qualité de l’analyse.

        Par contre, pour les sondages, compte tenu des doutes planants sur leur représentativité, il faut voir... Ceux publiés par les médias « clasiques » sont bidouillés, ceux réalisés sur le Net sont bruts mais probablement pas représentatifs. Wait and see !


        • PapyJC_78 (---.---.57.109) 10 avril 2007 15:16

          @Yves Desgrées du Loû

          D’accord, ces deux termes « karcher » comme « racaille » ont étés exploités hors du contexte par beaucoup. Mais ici, n’avez vous pas remarqué qu’ils étaient attribués au Président de l’extrème droite dont les propos sur l’immigration ne sont plus un scoop depuis quelques temps et non au candidat Ministre de l’intérieur ?

          Ceci dit, quid de la teneur de fond de l’article, re-démocratiser notre pays n’est-il pas nécessaire aujourd’hui ?

          La France et les Français doivent-ils se contenter de cette opposition stérile entre deux camps ayant fait preuve d’incapacité de gestion durant 25 ans ?

          Ne peut-on pas envisager de tenter autre chose ?


        • Margot (---.---.155.193) 10 avril 2007 15:02

          Cette analyse me semble refléter le sentiment de la majorité des Français. Comment se fait-il que les médias l’igorent ou la ridiculise en la personne du candidat Bayrou. Sur les sites des candidats, la personnalité de chacun transparaît et donne du poids au « programme ». Or dans cette confrontation, François Bayrou est très loin devant les autres. On peut donc penser qu’il y a un ostracisme à son égard : pourquoi ?


          • Cratyle (---.---.37.13) 10 avril 2007 15:54

            Vous demandez pourquoi les médias possédés et dirigés par des amis du PS et de l’UMP tirent sur Bayrou... quoi d’étonnant ? Vous demandez pourquoi il y a ostracisme contre Bayrou, c’est simple : parce qu’il les gêne, les candidats du PS et de l’UMP, parce qu’il va arriver au second tour, gagner, et que cela détruira le système PS/UMP... parce qu’on a peur de Bayrou dans ces deux états-majors-là !


          • LOLOKERINO (---.---.104.26) 10 avril 2007 15:48

            Aucun ostracisme a son egard ! au contraire , bien au contraire Apres avoir emmergé en se plaignant du traitement que lui infligé soit disant les medias, il a largement rebondi grace à ...ses medias !

            Rappeller vous les dizaines de couverture de Bayrou et qui l’ont aidé a ce qu’il arrive autour de 20% d’intention de vote !

            Ce qui ridiculise surtout Bayrou, c’est que sa demarche n’est absolument pas credible !

            François Bayrou n’a toujours pas aujourd’hui de véritable programme, toujours pas de véritable équipe de gouvernement, et on peut se demander et se poser ces éternelles questions : que veut-il faire, quel est son projet pour la France, quand va-t-il sortir du flou de propositions attrape-tout ?"

            Bien sur je reprend pour le dernier paragraphe la declarationde Valerie Pecresse, mais il faut reconnaitre qu’elle appui là ou ça fait mal

            A moins de deux semaines du 1er tour, Bayrou ne peut pas confirmer ses qualités de rassembleur

            Que ce soit dans le monde politique ou intelectuel, a part quelqu’un en indelicatesse avec leur parti, ou sont les dsk, barnier ou autre Kouchner prevu ?

            Et nous faites pas croire qu’ au lendemain du premier tour , cela pourrait en etre autrement sauf les habituels opportunistes et autre prets à renier leurs idées pour aller à la soupe

            Pas forcement les meilleurs ou les plus competents...

            Bayrou est piégé par sa propre logique et les limites de sa demarche

            Une majorité de français l’a compris !!


            • Cratyle (---.---.37.13) 10 avril 2007 15:59

              Il est à peine nécessaire d’insister sur la mauvaise foi du commentaire précédent. Toute personne qui cherche à s’informer trouvera le programme (téléchargeable) sur www.bayrou.fr (onglet propositions), pourra lire le projet dans le livre Projet d’Espoir (Bayrou étant le seul à avoir publié un projet décrivant sa vision de la France), pourra trouver l’équipe dont il dispose sur son site (avec leurs interventions et communiqués) et sur celui de l’UDF... Il est facile de prouver qu’il a un programme et une équipe ; que l’on lui fasse ce genre de critique montre que ses adversaires n’ont rien à lui reprocher de sérieux et doivent mentir en permanence en tentant de matraquer l’opinion.


            • manu 10 avril 2007 16:26

              pour ceux qui argumentent toujours sur le « fait » qu’il n’ait pas de programme. il suffit en effet d’aller voir sur son site, ou de charger sa présentation synthétique ici : http://www.bayrou.fr/programme/programme_fbayrou_election_presidentielle.pd f Concernant la validité des programmes, cela fera l’objet de ma prochaine analyse.

              Pour ce qui est de l’intégrité de Bayrou est le sens de son combat, une vidéo vaut mieux qu’un long argumentaire, intervention de Bayrou devant ses pairs il y a un an ou il explicitait pourquoi il votait la censure : http://www.dailymotion.com/video/x3trn_bayrou-motion-de-censure-partie-2


              • Marianne Marianne 10 avril 2007 17:13

                Excellent article. En fait les seuls arguments qu’opposent les détracteurs de Bayrou pour enfermer les Français dans le choix bipolaire Sarkozy-Royal sont des arguments qui ne tiennent pas :
                - « Il n’a pas de programme », alors qu’il en a un, cohérent, concret, et qui n’a pas subi les revirements ou contradictions dont ont fait preuve ceux de ses détracteurs !
                - « Bayrou c’est l’immobilisme », alors que c’est le seul à faire bouger les lignes, proposer une autre façon, constructive, de faire de la politique, de mieux représenter les citoyens dans les institutions et au Parlement...
                - « Il n’aura pas de majorité », alors que comme le montre cette analyse il a plus de chance par sa politique d’union d’obtenir plus de soutien que ses adversaires.


                • non666 non666 10 avril 2007 17:23

                  La proportionnelle, ou tout du moins une dose de proportionnelle serait legitime.

                  Cependant cette innovation aurait un inconvenient de poids. Elle priverait les 2 minorités qui ont pris l’habitude de gouverner « au nom de l’interet general » de ses monopoles . Certains pourraient meme y prendre gout ! Quitte a y regarder ces ruffians n’hesiteraient pas a remettre en cause tout le partage du tresor depuis la seconde guerre mondiale , soyons en sur !

                  Je les vois deja ces salauds de droite demandant pourquoi les syndicats « representatifs » sont forcement de gauche et permettent de controler la secu, les retraites le CE d’EDF... Ils oseraient meme creer des syndicats eux memes si on n’avait pas verrouiller le systeme aux syndicats ayant exister du bon coté a la fin de la guerre... (a la fin de la guerre seulement parce que du pacte germano-sovietique a l ’operation Barberousse, la CGT est comme le PC , un mouvement collabo...)

                  Je les vois ces salauds de gauche commmencer a demander des sieges pour leurs potes aux chambres de commerce, au conseil economique et social....

                  Vite, mettons en place les defenses, les gueux arrivent !

                  Voyons , que faut il dire deja ? Ah oui, la proportionnelle c’est la chienlie, la IIIeme et la IVeme république....

                  Et toc, non mais, on ne va pas laisser ces 64% de Français qui votent Hors des candidats Chirac-Jospin qu’on leur propose, decider du sort de la France !

                  Allez circulez, il n’y a rien a voir, ni a avoir. On vous dit de votez sego-sarko, vous l’allez pas nous faire chier plus longtemps. Sinon je fait fermer Agoravox, non mais.

                  Passez moi Nicolas....


                  • filou51 11 avril 2007 20:50

                    La proportionnelle est une option, le vote majoritaire et la représentation de la population par circonscription une autre, une dose de proportionnelle, c’est le centrisme, prendre tous les désavantages d’un système (absence de majorité, alliances opportunistes de partis pour la proportionnelle) et les conjuguer avec ceux de l’autre (parachutages, politique clientéliste)....

                    Si tel est le centrisme, l’absence de décision pour contenter tout le monde, merci !!!!

                    Ensuite, pardonnez moi de mon cynisme, mais je pense qu’une nouvelle élite prendrait quelques pouvoirs aux anciennes plutot que l’accession, d’un coup d’un seul d’hommes désintéressés aux plus hautes fonctions.


                  • LOLOKERINO (---.---.96.176) 10 avril 2007 17:47

                    «  »« Il est à peine nécessaire d’insister sur la mauvaise foi du commentaire précédent. Toute personne qui cherche à s’informer trouvera le programme (téléchargeable) sur www.bayrou.fr (onglet propositions), pourra lire le projet dans le livre Projet d’Espoir (Bayrou étant le seul à avoir publié un projet décrivant sa vision de la France »«  »

                    merci de confirmer que, ce que Bayrou propose, ne peut etre considerer comme un programme

                    Aucun engagement precis sur les sujets importants. Par exemple et dans le desordre : nucleaire, retraite , economie de l’etat, service minimum, droit du travail etc

                    que des intentions Il faut que ça marche mieux il faut diviser l’illetrisme par deux .. Gouverner autrement

                    sans donner aucun debut d’explication

                    Je persiste et signe, Bayrou n’a aucun programme serieux pour sortir la France de sa torpeur, donc, on peut CONSIDERE qu’il n’a aucun programme a la hauteur de l’enjeu des presidentielles

                    Pourquoi ?

                    Parce que son programme se fera à la derniere minutes en fonctions des alliances de circonstances

                    Quand au long exposé du militant Bayrouiste auteur du sujet, etonnant qu’il oublie de mentioner l’experience des des 7 années du president centriste dans son analyse

                    Le veritable probleme des decennies ecoulées , c’est qu’effectivement, les politiques qui ont été proposées etait tres proches l’une de l’autre
                    - A l’exception du premier gouvernement Mauroy avant le tournant de la rigueur
                    - A l’exception de l’episode liberal de Chirac en 1986 stoppé par le crach boursier de 1987

                    30 ans ou plus de politique mixte semi etatique avec de faibles ouvertures liberales plus subis que volontaires , imposées par l’Europe

                    Aujourd’hui, reporter encore le debat et le choix de necessité absolu entre un vrai projet socialiste et un vrai projet liberal pourrait etre la perte de temps fatale pour la France

                    Choisir la synthese de ces 30 dernieres années que propose le candidat centriste serait vraiment la confirmation de la triste « exception française »

                    Alors effectivement, l’exposé de l’auteur et brillant et argumenté mais il debouche malheureusement sur la solution la plus trompeuse qu’il soit, l’illusion Bayrou

                    Beaucoup de gens sont trompé par l’expression « gouvernement d’union nationale » c’est un des arguments phares de Bayrou, mais bien sur on evite soigneusement de devoiler- au risque de decevoir- ce que pourrait être un gouvernement d’union national

                    Pourrions eviter ces lendemains qui dechantent ?

                    Pouvons nous avoir les eclaircissements necessaires sur ce projet avant de prendre une descition irreversible (le vote) ? Ou alors faut il rester dans le flou savament entretenu pour camouffler la veritéN ?


                    • non666 non666 11 avril 2007 10:17

                      J’ai une bonne nouvelle pour vous : vous n’avez visiblement rien compris a mon commentaire.

                      Je me moquais du partage du tresor entre gauche et droite depuis 60 ans.

                      Votre candidat aussi, il me semble, meme s’il semble très mesuré, lui, dans sa remise en cause.


                    • (---.---.80.6) 10 avril 2007 20:25

                      Je suis en trai de lire le projet o combien ambitieux du béarnais et je tombe sur

                      "Moratoire sur les OGM. Ouvrir un débat public, appuyé sur des expertises indépendantes, notamment pharmacologiques, et sur l’Académie des sciences. Permettre au Parlement de se prononcer sur les OGM."

                      Ceci est un véritable déni de démocratie. Les Français ne veulent pas d’OGM à 80%. Quel devrait être le débat à ce sujet ?


                      • Voltaire Voltaire 10 avril 2007 21:18

                        J’ouvre le programme du sus-nommé Béarnais reçu dans le métro à la page indiquée (celle intitulée ; Ecologie : déclarer l’urgence) et je lis :

                        instaurer une taxe sur les énergies fossiles (allez trouver celà chez les autres favoris... bien trop dangereux auprès de l’électorat possesseur de voitures !)

                        Objectif : 15% de réduction des gaz à effet de serre d’ici 5 ans (tient, un objectif chiffré...)

                        Programmer une diminution de 500 000 tonnes des engrais azotés utlisés (tient, un second objectif chiffré...)

                        Réduire de 20% les déchets ménagers, industriels... (tient, un troisième objectif chiffré)

                        etc...

                        Quant aux OGM, que vaut-il mieux ? une vraie expertise indépendante et un débat avant de décider, ou juste suivre une opinion qui varie de mois en mois ? Une majorité de français est pour la peine de mort... on la rétabli ?


                      • manu 10 avril 2007 21:06

                        @Lolokerino

                        Vous désirerez parler de l’expérience gouvernementale de Bayrou... pas de problème..je vais même vous faire un petit historique depuis 98, année ou il a pris la direction de l’udf.

                        Après avoir été ministre de l’éducation sous Balladur en 93, ses premières armes , il prend la tête de l’UDF en 98 et là commence son travail de reconstruction et de « détachement » de la droite traditionnelle. Premièrement en s’opposant à Alain Madelin de la mouvence Démocratie libérale de l’udf car fermement opposé au Front national et aux éléctions aux présidences de région soutenu par le FN avec l’accord de Madelin. DL quitte l’udf est ne fait qu’affaiblir une UDF moribonde, il aurait pourtant eu politiquement tout intêret à se taire !

                        En 2002 après ses quelques 6% de voix lors de son premier marathon présidentiel, il demande a chirac de faire un gouvernement de coalition avec sa majorité, refus de chirac qui charge Juppé de féderer le centre et le RPR dans un parti unique..l’UMP. Bayrou monte sur la scène et lance « si nous pensons la même chose, nous ne pensons plus rien ! » tollé à droite une majorité des UDF dont D.Blazy quittent l’UDF et se rallient à l’UMP. L’UDF est plus que jamais amoindrie et isolée, pourtant mauvais calcul politique, opposé à « l’État-UMP », il annonce l’intention de se prononcer librement sur chacun des actes du gouvernement.

                        Au Parlement européen élu en 2004, l’UDF quitte le groupe parlementaire de droite du parti poulaire européen auquel appartient l’UMP, pour rejoindre, avec ses alliés du parti démocrate européen, le groupe de l’alliance des démocrates et des libéraux pour l’europe.

                        En 2006, il s’oppose de plus en plus à la politique du gouvernement ,en particulier le mépris dans lequel est, selon lui, tenu le Parlement. Pour la première fois depuis son arrivée à la tête de l’UDF il vote une motion de censure contre un gouvernement de droite et la deuxième déposée par le Parti socialiste en mai 2006 dans le cadre de l’Affaire Clearstream.

                        Pour plus de détail sur son combat à l’assemblée pour défendre sa position sur la démocratie, les magouilles de la politique, le manque de respect des Français et ce bipartisme dépassé je vous invite à consulter cette vidéo d’il y a un an... http://www.dailymotion.com/video/x3trn_bayrou-motion-de-censure-partie-2

                        pour « l’anecdote » les députés viennent de s’attribuer une indemnité en cas de perte de leur mandat de 5 ans au lieu de 6 mois soit plus de 140 millions d’euros en plus à la charge du contribuable ! Le seul parti à l’assemblée qui s’y soit opposé.... encore et toujours l’UDF. Alors libre a vous de croire ce que le journal de 20h vous fait avaler, moi je m’interesse, je me documente..Et je vois les faits..et les faits sont là..même si vous les niez !


                        • Fanette (---.---.90.235) 11 avril 2007 19:27

                          Ne vous posez plus de questions et lisez ceci:un article de Jean François Kahn : http://www.marianne2007.info/Ce-samedi,-un-numero-verite-de-Marianne- !_a1101.html?PHPSESSID=17e8033ceb5cc74da5e028da4c39eb80


                          • filou51 11 avril 2007 20:43

                            Comment se fait-il que cette tribune eminemment partiale, ne paraisse pas en tribune libre ????

                            Il n’apporte aucune nouvelle information...

                            Pourquoi est il publié ??


                            • lolokerino (---.---.41.177) 11 avril 2007 23:40

                              pour ceux qui decouvrent le programme de Bayrou et qui ont constaté aux pages ecologie : « Moratoire sur les OGM. Ouvrir un débat public, appuyé sur des expertises indépendantes, notamment pharmacologiques, et sur l’Académie des sciences. Permettre au Parlement de se prononcer sur les OGM. »

                              Encore un exemple de la methode Bayrou Surtout ne pas trancher avant les electionns sur les grands problemes de société, mais plutot ouvrir un grand debat !!

                              ainsi on ne se fache avec personne.. tout comme la reforme des retraites qui serait remis a après un referundum apres un autre grand debat !

                              Cela rapelle les methode des socialistes ! Pour reporter toujours les reformes douloureuses et indispensables , il suffisait d’etablir des livres blancs sur les retraites ou autre etude ...

                              Demonstration de l’immobilisme et des discutions sans fin du centrisme Manque du courage politique la ou on devrait avoir un engagement sur des idées et un programme !

                              Bayrou ainsi se garde bien de trancher sur nombres de sujet important c’est essentiellemnt pour cela que beaucoup ont l’impression que Bayrou n’a pas de programme

                              a manu :

                              «  »pour « l’anecdote » les députés viennent de s’attribuer une indemnité en cas de perte de leur mandat de 5 ans au lieu de 6 mois soit plus de 140 millions d’euros en plus à la charge du contribuable ! Le seul parti à l’assemblée qui s’y soit opposé.... encore et toujours l’UDF. Alors libre a vous de croire ce que le journal de 20h vous fait avaler, moi je m’interesse, je me documente..Et je vois les faits..et les faits sont là..même si vous les niez «  »

                              C’est Faux !! Vous etes victime de la propagande du candidat Bayrou !!

                              Cette descision a été prise en ...2003 !! C’est une mesure auto-financé, degressive a partir de six mois l’udf ne s’y est pas opposé , bien au contraire :

                              Mr Hillmeyer, deputé UDF du haut rhin faisait parti du bureau qui en a decidé

                              Désolé, je sais que c’est cruel...

                              Cela peut vouloir dire deux choses

                              Soit Bayrou n’a pas été informé par son deputé en 2003 sur ce sujet « sensible » et on peut se poser la question sur les qualité d’ecoute et de controle de Bayrou sur 30 deputés et bien evidement sur 10 fois plus en cas de majorité Udf... ( d’ailleurs vu aussi lors du vote evenement sur la censure, 1à deputés udf sur 3à , autre histoire..)

                              Soit Bayrou etait parfaitement au courant et il fait a nouveau demonstration de ses methodes demagogiques à la Le pen en mettant en pature cette information à quinze jours du premier tour apres le couplet habituel contre l’elite representé ce coup la par les enarques

                              Des « qualités » un peu juste pour le job....


                              • manu 12 avril 2007 20:01

                                @lolokerino

                                Bien non mon cher c’est toi qui a de mauvaises infos..ci après extrait d’une réponse écrite de Bayrou

                                "...Merci cher monsieur, d’avoir pris la peine d’écrire à François Bayrou pour lui faire part de votre réaction à propos des indemnités parlementaires des députés.

                                Proposée par l’UMP et le PS, cette décision a été prise en 2003 par le Président de l’Assemblée nationale, et présentée par les trois Questeurs de l’Assemblée nationale (2 UMP et 1 PS). Il s’agit en effet de verser pendant cinq ans aux parlementaires qui ne seront pas réélus en juin une indemnité dégressive.

                                Le groupe UDF n’a pas approuvé cette décision...."

                                autre commentaire en conférence : "..C’est pourquoi c’est un bras de fer, car toutes les forces de ce qu’ont été les années précédentes, toutes les forces d’un ancien régime sont évidemment solidaires entre elles pour éviter, comme il se doit, que cette révolution paisible ne remette en cause leurs privilèges, privilèges dont j’ai la certitude qu’ils ne les voient même plus. Je suis sûr que les questeurs de l’Assemblée Nationale UMP et PS ne se sont pas rendu compte qu’en votant cinq années d’indemnités supplémentaires aux députés battus ils allaient choquer violemment l’opinion.

                                J’ai protesté, il y a plusieurs mois, contre cette décision et j’ai reçu une lettre furieuse de l’un de ces questeurs m’expliquant que tout cela était parfaitement normal et parfaitement bénin."

                                Quand à Mr Hillmeyer, faisant partie de la commission, qui débat en privé, vous ne pouvez assurer de sa position (les décisions et propositions sont votés à la majorité et pas a l’hunanimité) connaissant la position de l’UDF la dessus, je pense pas que Mr Hillmeyer se soit amusé à dire le contraire de son groupe !

                                mais bon je suppose que tu es à l’assemblée et parmi les élus udf et que donc tu es mieux renseigné que les principaux interessés !


                              • lolokerino (---.---.41.177) 12 avril 2007 23:56

                                dammed, je suis confondu, tu m’as demasqué , en effet je suis un parlementaire udf....

                                Plaisanterie, je precise tout de suite

                                en tout cas , merci d’avoir confirmer que cette mesure a été prise en 2003 et non pas en fevrier 2007, qu’elle est autofinançé et que ce bureau etait bien composé aussi d’un udf. Pour ton infos , la descision a été prise a l’hunanimité !

                                pour le reste, c’est l’histoire- la legende- réecrite par Bayrou pour les circonstances ( ses attaques de campagne demagogique), elle est peut credible surtout lorsque l’on voit la confusion avec les dates ( 4 ans quand même..) sans rancune !


                              • Blablabla (---.---.248.123) 12 avril 2007 07:24

                                @ lecteurs/électeurs de VOX

                                "Le « syndrome de Chaban » concerne une situation simple : c’est le cas d’un candidat à l’élection présidentielle qui a de très fortes chances d’être élu au second tour... à condition qu’il y parvienne. C’est le paradoxe qui a fait perdre Jacques Chaban-Delmas en 1974, arrivé malgré une campagne très dynamique, troisième derrière François Mitterrand et Valéry Giscard d’Estaing et donc éliminé du tour décisif qu’on lui annonçait devoir facilement remporter face aux deux autres candidats, comme c’est le cas aujourd’hui dans certains sondages pour François Bayrou ! Le leader de l’UDF, malgré l’annonce d’un bon score au premier tour et de sondages qui l’ont placé en tête aussi bien face à Nicolas Sarkozy que face à Ségolène Royal, n’a que très peu de chances de figurer au fameux second tour et cela pour plusieurs raisons.

                                Tout d’abord, les Français adorent être gouvernés au centre mais pas par des centristes, qui n’ont jamais réussi à s’imposer dans notre système politique. C’est ce qu’avait compris Jacques Delors en 1995, qui avait préféré ne pas être candidat après avoir longtemps hésité.

                                D’autre part, les appels du pied de François Bayrou en direction de la gauche sociale-démocrate ont vite tourné court devant la réaction énergique de Ségolène Royal, qui a privé le « berger du Béarn » de sa réserve de centre gauche (Dominique Strauss-Kahn pressenti imprudemment par François Bayrou comme son futur Premier ministre) en la réintégrant dans son équipe PS malgré toutes leurs différences. Un effondrement de la candidate Ségolène Royal devient dès lors très improbable.

                                Reste alors un effondrement de Nicolas Sarkozy, peu probable vu la solidité du bloc UMP, aux environs de 25 % ; de toute façon un tel effondrement ne saurait profiter à François Bayrou pour les raisons déjà mentionnées. Et si un tel effondrement s’était produit il y a deux ou trois mois, Jacques Chirac aurait pu considérer qu’un boulevard s’ouvrait alors pour lui... Dans tous les scénarios, François Bayrou est condamné au rôle du troisième homme, celui du perdant glorieux poursuivi par la malédiction du « syndrome de Chaban », homme politique cher à son coeur".

                                HENRY ROUSSILLON est professeur agrégé de droit constitutionnel et science politique.

                                Article du journal Les Echos du 11/04/07.


                                • Pov’Con (---.---.217.187) 16 avril 2007 14:53

                                  je me souviens ! je me souviens d’un bearnais, il y a longtemps, qui lorgnais vers le pouvoir... Il a tout essayé, puis il a réussi

                                  Paris vaut bien une messe

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès