Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Guéant : un visionnaire incompris

Guéant : un visionnaire incompris

JPEG - 5.6 ko
lexpress.fr

Il ne faut surtout pas hurler avec les loups. Mais soutenir l’insoumis. Un homme de « poigne » qui, chaque matin, se fait réprimander par l’hyper président. L’enquête de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, journalistes au Monde- Sarko m’a tuer- est, à cet égard, édifiante. Le premier Flic de France a besoin de se défouler. D’avoir des boucs émissaires pour essuyer les camouflets. Mais ne convoquons pas l’antienne fasciste pour condamner Guéant. Le comparer à Pétain ? Ce serait lui faire trop d’honneur. L’homme de la Place Beauvau est d’abord et surtout, un récidiviste mandaté. Un ventriloque piloté par Élysée. La vérité vient d’en haut. Ce serviteur (que Cervantès aurait congédié pour manque de charisme) est la caisse de résonance de Patrick Buisson. Ex-transfuge du FN et dont la mission consiste à droitiser l’UMP. Quitte à siphonner le fonds de commerce des Lepénistes, racoler le chaland. Cogner sur l’islam, l’immigration, les Roms… c’est donner des gages de patriotisme aux désespérés. C’est rassurer un électorat anxiogène qui fait de l’insécurité, sa pierre philosophale. « Toutes les civilisations ne se valent pas. » C’est un truisme.

Que faisait la France à l’époque où d’autres continents, éminemment plus raffinés, élaboraient des modèles mathématiques complexes, 2000 ans avant notre ère ? Inventaient l’agriculture, l’astronomie, la physique… Ceux que l’on traque aujourd’hui, que l’on accuse de tous les maux, traduisaient Aristote, Plotin dans les mosquées ! La France, fille aînée de l’Église, plagiant l’Amérique, a découvert l’égalité et le droit en 1789 ! Ce n’est pas tout. Cette enfant « surdouée » a mis 100 ans pour instaurer la République, après Robespierre, Saint-Just, Danton, Babeuf…Poursuivons l’inventaire. Instruisons l’énarque qui, comme son mentor, exècre La princesse de Clèves. C’est sur les terres de ce « génie », la France, pays des droits de l’Homme, qu’une femme, tous les trois jours, meurt sous les coups de son conjoint. Humilié, le deuxième sexe a attendu les années soixante dix et la bienveillance du pouvoir-le pompidolisme- pour signer des chèques, avorter (manne de Giscard)… conquérir l’autorité parentale. Le Code civil parlait d’autorité paternelle. Et pour parachever « l’édifice », un décret impose (aujourd’hui) un quota de 40% de femmes dans la haute fonction publique ! Les lumières -devenues discrimination positive pour renouer avec le rêve républicain- ont bien ébloui notre culture.

Mieux vaut tard que jamais. Il faut donc juger une civilisation par le prisme de « l’égalité et des rapports hommes femmes. » Pris la main dans le sac, Guéant invoque l’éternelle « décontextualisation » de ses propos. La mauvaise foi de ses détracteurs. Cela ne suffit pas pour justifier la salve. Au lieu de jouer les anthropologues réactionnaires, de faire du « Gobineau » devant un auditoire identitariste (l’UNI) -quand il n’est pas racialiste-, il serait plus judicieux d’enrayer la délinquance. D’assouplir le droit d’asile. De lutter contre la violence au travail… L’omniprésent ministre-boulet pour les uns, « nettoyeur » pour les autres- cumule les maladresses. Endossant le costume de l’historien assermenté, celui qui n’a jamais affronté le suffrage universel, presse les Turcs de reconnaître le drame Arménien. Mais refuse au nom de l’État français de demander pardon aux Algériens jetés dans la Seine, un certain 17 octobre 1961 sur ordre de Papon ! Des sangs impurs, il est vrai, s’insurgeaient contre la colonisation, questionnaient « notre civilisation », ses principes universalistes, sa devise. Toutes les cultures ne se valent pas. Alain Finkielkraut a raison. Une paire de bottes ne vaut pas Shakespeare. Après la faute à Voltaire, la faute à Lévi-Strauss, le relativiste « subversif ». Une théorie, pour ne pas dire une « sécession », à l’origine des territoires perdus de la République. Méfions-nous des gardiens du temple. Ces donneurs de leçons, passionnés de hiérarchie, qui confondent sciemment les mots. Ils cachent toujours des cadavres dans leurs placards.

Voir les vidéos :


Guéant : "pas de but politicien" par Europe1fr
Polémique Guéant : Serge Letchimy ne s'excusera... par BFMTV
Serge Letchimy s'explique. par LCP
Gérard Longuet corrobore les propos de Claude... par internationales
Delanoë : La polémique Guéant par internationales
Alain Juppé : "il faut à tout prix éviter le... par BFMTV

Lire aussi : Lettre à Guéant : Le crachat et le rêve français par Amine El Khatmi

Lettre à monsieur le ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration

Monsieur le ministre,

La sous-direction de l’accès à la nationalité française du ministère que vous dirigez vient de signifier à madame S. Boujrada, ma mère, le classement de son dossier et un refus d’attribution de nationalité. « Vous ne répondez pas aux critères », est-il écrit dans un courrier sans âme que l’on croirait tout droit sorti de l’étude d’un huissier ou d’un notaire. Ma mère est arrivée en France en 1984. Il y a donc vingt-huit ans, monsieur le ministre, vingt-huit ans ! Arrivée de Casablanca, elle maîtrisait parfaitement le français depuis son plus jeune âge, son père ayant fait le choix de scolariser ses enfants dans des établissements français de la capitale économique marocaine. Elle connaissait la France et son histoire, avait lu Sartre et Molière, fredonnait Piaf et Jacques Brel, situait Verdun, Valmy et les plages de Normandie, et faisait, elle, la différence entre Zadig et Voltaire ! Son attachement à notre pays n’a cessé de croître. Elle criait aux buts de Zidane le 12 juillet 1998, pleurait la mort de l’abbé Pierre.

Tout en elle vibrait la france. Tout en elle sentait la France, sans que jamais la flamme de son pays d’origine ne s’éteigne vraiment. Vous ne trouverez trace d’elle dans aucun commissariat, pas plus que dans un tribunal. La seule administration qui pourra vous parler d’elle est le Trésor public qui vous confirmera qu’elle s’acquitte de ses impôts chaque année. Je sais, nous savons, qu’il n’en est pas de même pour les nombreux fraudeurs et autres exilés fiscaux qui, effrayés à l’idée de participer à la solidarité nationale, ont contribué à installer en 2007 le pouvoir que vous incarnez.

La France de ma mère est une France tolérante, quand la vôtre se construit jour après jour sur le rejet de l’autre. Sa France à elle est celle de ces banlieues, dont je suis issu et que votre héros sans allure ni carrure, promettait de passer au Kärcher, puis de redresser grâce à un plan Marshall qui n’aura vu le jour que dans vos intentions. Sa France à elle est celle de l’article 4 de la Constitution du 24 juin 1973 qui précise que « tout homme-j’y ajoute toute femme- né(e) et domicilié(e) en France, âgé(e) de 21 ans accompli, tout(e) étranger(e) âgé(e) de 21 ans accomplis, qui, domicilié(e) en France depuis une année, y vit de son travail ou acquiert une propriété, ou épouse un(e) Français(e), ou adopte un enfant, ou nourrit un vieillard, tout (e) étranger enfin, qui sera jugé(e) par le corps législatif avoir bien mérité de l’humanité, est admis(e) à l’exercice des droits de citoyen français« . La vôtre est celle de ces étudiants étrangers et de ces femmes et hommes que l’on balance dans des avions à destination de pays parfois en guerre.

Vous comprendrez pourquoi, monsieur le ministre, que nous ayons du mal à accepter cette décision. Sa brutalité est insupportable. Sa légitimité devient contestable. Son fondement, de fait, introuvable. Elle n’est pas seulement un crachat envoyé à la figure de ma mère. Elle est une insulte pour des millions d’individus qui, guidés par un sentiment que vous ne pouvez comprendre, ont traversé mers et océans, parfois au péril de leur vie, pour rejoindre notre pays. Ce sentiment se nomme le rêve français. Vous l’avez transformé en cauchemar.

Malgré tout, monsieur le ministre, nous ne formulerons aucun recours contre la décision de votre administration. Nous vous laissons la responsabilité de l’assumer. Nous vous laissons à vos critères, à votre haine et au déshonneur dans lequel vous plongez toute une nation depuis cinq ans. Nous vous laissons face à votre conscience. Quand le souffle de la gifle électorale qui se prépare aura balayé vos certitudes, votre arrogance et le système que vous dirigez, ma mère déposera un nouveau dossier.

Je ne vous salue pas, monsieur le ministre

Amine El Khatmi, 23 ans, étudiant en Droit (Master 2), Français


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • John Eastwood 2 John Eastwood 2 20 février 2012 17:37

    +1 :)


    • foufouille foufouille 20 février 2012 17:54

      faut un portefeuille bien garni
      ou le quota est atteint


      • Mais dans quel monde vit-on ? 20 février 2012 18:25

        « Au lieu de jouer les anthropologues réactionnaires, de faire du « Gobineau » devant un auditoire identitariste (l’UNI) -quand il n’est pas racialiste... »

        Il faudrait peut-être un peu lever le pied, maintenant qu’on sait que Comte-Sponville, philosophe chouchou des progressistes, a écrit à peu près la même chose :

        « Toutes les civilisations ne se valent pas, ni tout dans chacune d’elles… Disons le donc tranquillement : de notre point de vue, non d’Européens mais de démocrates, une civilisation qui respecte les droits de l’homme est supérieure à une civilisation qui ne les respecte pas. Une civilisation qui prône l’égalité des sexes est supérieure à une civilisation qui veut maintenir les femmes en situation d’infériorité et d’oppression. Une civilisation laïque qui protège la liberté de croyance et d’incroyance est supérieure à une civilisation intégriste… » (Le Goût de vivre, Albin Michel, p. 292).

        ... vous croyez pas ? Mais bon, ce que j’en dis, moi-même n’étant pas très sûr que toutes les civilisations se valent...


        • philouie 20 février 2012 20:43

          Salam

          Toutes les civilisations ne se valent pas et celle qui est supérieure aux autres est, de fait, la mienne.

          Ne voyez vous pas que lorsque j’affirme « mes valeurs sont supérieures aux vôtres », je ne fais qu’une pétition de principe puisqu’une « valeur » c’est justement ce que je considère de supérieur.

          c’est un peu comme le fameux bon sens, si bien partagé que chacun s’en trouve forcément suffisamment pourvu.

          Le biais que ne voit pas Sponville, c’est qu’il est à la fois juge et partie.

          Comprenez que l’on ne juge pas la plus grande démocratie du monde, selon que l’on est américain ou bagdadi.

          De même qu’un peu de recul permet de voir qu’en France les droits de l’homme sont surtout les droits de l’homme blanc.

          On peut se gargariser avec des mots et croire que l’on est moins pire que son voisin, mais quid de la réalité ?
          Qui juge ?

          Je suis le plus beau, je suis le plus fort, je suis le meilleur.
          le croire est-il une preuve ?


        • nenecologue nenecologue 20 février 2012 20:57
          Je suis un islamiste « modéré » :


          Je ne tape ma femme que lorsqu’elle en a besoin.
          J’égorge mon mouton dans une baignoire communale.
          Lorsque je choppe un homosexuel je ne le tue pas moi même mais je le dénonce à la police religieuse pour qu’il soit pendu.
          Ma soeur à la mort de mon père n’hériteras que la moitié de ce que j’hérite mais je l’aime quand même en me rappelant toutes les fois où elle a rangé ma chambre quand on était enfants.
          Et enfin je permet aux femmes de porter une burqa de la couleur qu’elles veulent ...

          PS : Bien entendu dès que je m’estime victime j’en appele à la shoah !

        • philouie 20 février 2012 21:44


          Est-ce du fait de sa civilisation que cet individu cultive la haine de l’autre ?

          Sa civilisation a déjà fait ses preuves sur ce terrain. mais ça ne lui a pas ouvert les yeux.


        • nenecologue nenecologue 20 février 2012 22:21

          Aucune haine. Ma religion est la religion de la paix et de l’amour ...


        • donquichiotte 20 février 2012 22:35

          juste , c’est quoi le but de cette intervention ...

          tu cherche du taff a l’élisé 
          mdr

        • Mais dans quel monde vit-on ? 20 février 2012 23:09

          Vous ne m’en voudrez pas, les gars, de ne pas vous répondre, mais ma question s’adressait exclusivement à Paul Moffen en fonction de ce qu’André Comte-Sponville, philosophe de gauche à la mode, écrivait dans un livre publié en 2010. Si de votre côté, vous avez des problèmes avec ce qu’il a écrit, voyez directement avec lui. En passant par son éditeur. Ou par le Comité consultatif national d’éthique.


        • philouie 21 février 2012 06:09

          le but c’est de justifier les propos d’un gars d’extrème droite par ceux d’un mec de « gauche ».

          ça change quoi au propos ?

          Manifestement l’un et l’autre partagent le fameux bon sens dont parle Sarkosy.
          bon sens que j’appelle ici pétition de principe.

          nous avions un con, nous en avons deux. continuez comme ça, nous aurons bientôt une escadrille.

          une escadrille de cons que prouve-t’elle ?


        • Mais dans quel monde vit-on ? 21 février 2012 08:05

          « le but c’est de justifier les propos d’un gars d’extrème droite par ceux d’un mec de »gauche« . »

          Non, le but, c’est de montrer que cette opinion n’est pas limitée à quelques personnes gravitant autour du président de la République issu de l’immigration.

          « nous avions un con, nous en avons deux. continuez comme ça, nous aurons bientôt une escadrille. »

          Comme il subsiste un petit peu de liberté de pensée et d’expression, vous êtes parfaitement libre de penser et de dire qu’« une civilisation qui veut maintenir les femmes en situation d’infériorité et d’oppression. » vaut bien une « civilisation qui prône l’égalité des sexes. »

          Et vous êtes tout aussi libre de penser et de dire que ceux qui ne partagent pas cet avis, sont des cons. Mais c’est vous que ça ne grandit pas. Que vous le vouliez ou non.


        • philouie 21 février 2012 13:07

          Salam,

          D’abord convenez que la parole que l’on tient au café du commerce n’a pas même valeur que celle d’un représentant de la France, si l’on peut se contenter d’un haussement d’épaule au propos tenu par un pilier de bistrot, ou même un philosophe ’fut-il plein de bon sens, il y a des propos quand ils sortent de la bouche d’un ministre, qui plus est ministre de l’intérieur, de l’outre-mer et des cultes, c’est à dire de quelqu’un qui représente la nation française dans sa plus grande diversité, deviennent des propos intolérables.

          D’autre part,c e que vous ne comprenez pas, mais que vous illustrez très bien dans la façon dont vous poser le débat, très terroriste intellectuel d’ailleurs, c’est que vous apportez les termes du débat avec votre culture : vos valeurs sont supérieures aux autres, c’est un fait parce que se sont justement vos valeurs : vous êtes donc dans la pétition de principe par laquelle vous démontrez rien de plus qu’affirmer que vous croyez que vos valeurs sont supérieures à celles des autres : ce que pense tout le monde donc.

          Mais par exemple vous perlez de « civilisations qui veulent maintenir l’oppression des femmes » , mais ces civilisation n’existe pas, en dehors de votre point de vue. SImplement, parce qu’un musulman, un chinois, un hindous, un juif, disons toutes les civilisations hors la votre, ne se pose pas la question en ses termes, si bien qu’a y regardez de prêt, lma question telle que vous la posez, et qui n’accepte pas d’autre réponse que celle que vous donnez ne se pose que lorsqu’on regarde les choses de votre point de vue. Seulement ce que vous ne voyez pas c’est que vous n’êtes ni le centre du monde ni un phare pour l’humanité.

          et quiconque pourrait aussi bien vous répondre qu’une civilisation qui a inventé la shoas,qui a produit deux guerres mondiales, qui menace l’avenir de l’humanité, qui détruit les équilibres biologiques pour lesquels nos enfants nous accuserons, ne peut être qualifiée de supérieure aux autres.
          surtout lorsqu’elle se sert de cette incroyable arrogance pour exploiter, détruire et spolier le reste du monde.

          Si ce monsieur conte-sponville avait un peu d’éducation religieuse, il saurait que ce qui nous rassemble est d’abord et avant nous notre commune humanité, notre fraternité et il s’aurait que ce qui distingue un homme, ce n’est pas d’appartenir à tel ou tel groupe, mais sa capacité à faire le bien.

          ouvrez les yeux, regardez vous dans une glace, et réfléchissez à la capacité de destruction de l’occident et plutôt que de vous enorgueillir de vos méfaits pensez à corriger vos mauvaises actions.

          Comme donneur de leçon, vous faites honte.


        • Mais dans quel monde vit-on ? 21 février 2012 23:20

          « …vos valeurs sont supérieures aux autres, c’est un fait parce que se sont justement vos valeurs. »

          Vous oubliez le cadre géographique qui est pourtant déterminant. Mes valeurs sont supérieures aux autres, parce que ce sont mes valeurs, parce que je suis chez moi et parce que chez moi, il ne saurait y en avoir d’autres qui les contrecarrent ou les concurrencent.

          La règle est très simple, « Chez moi, le Romain, tout le monde fait comme les Romains, sinon on s’en va ou on se fait expulser ». Il n’y a ni dérogations ni passe-droits.

          « …ce que vous ne voyez pas c’est que vous n’êtes ni le centre du monde ni un phare pour l’humanité. »

          Vous vous méprenez complètement. Je suis tellement convaincu de n’être ni le centre du monde ni un phare pour l’humanité que je suis, depuis toujours, totalement hostile à toute forme d’ingérence où que ce soit et pour quelque motif que ce soit. Je pense d’ailleurs que l’ingérence est, par nature, vouée à l’échec.,

          « il saurait que ce qui nous rassemble est d’abord et avant nous notre commune humanité, notre fraternité et il s’aurait que ce qui distingue un homme, ce n’est pas d’appartenir à tel ou tel groupe, mais sa capacité à faire le bien. »

          Personnellement, je ne souscris pas à ce genre de prêchi-prêcha, assez typiquement occidental, notons-le en passant. Ce sont des théories du XVIIIe et du XIXe siècles, qui sont mortes au XXe.


        • donquichiotte 20 février 2012 22:32

          encore un rideau de fumer pour cacher les vrais problemes et en crée de nouveaux qui vont dans le sens de leur politique sécuritaire (deverais je dire insécuritaire ) histoire de plomber un peut plus l’extreme droite 

          aidé pas les guignolles d’ sos racisme qui encouragerais presque des émeutes avant les prochaines élections
          aahhhh subversion quand tu nous tiend ...


          • le journal de personne le journal de personne 21 février 2012 09:20

            La civilisation expliquée à mon chien !

            - assis ! - couché !
            - assis ! - assis !
            - couché ! - assis !
            - assez ! C’en est assez ! Je suis fâchée ! Petit fasciste !
            - je ne vais pas aller par 4 chemins...
            - parce que TU crois qu’il y en a qu’un !
            - détrompe-toi, il en a plusieurs
            - tu n’es pas seul au monde... il n’y a pas qu’un seul monde... et si tu ne le crois pas c’est parce que tu es immonde.
            - non, je ne suis pas vénère... tu es un berger... et si j’étais toi, je ne serai pas fier
            - je n’aime pas te voir te comporter comme si tu étais au-dessus des autres...
            - tu es un chien semblable à tous les chiens, tu les vaux tous mais n’importe lequel te vaut !
            - pas la peine de remuer la queue... je désapprouve ta conduite, ta suffisante insuffisance.
            - oui, tu as empêché tout le monde de dormir, en aboyant sur le chien de la voisine
            - pour qui tu te prends ? Pour qui tu le prends ? Pour un bâtard, c’est cela ?
            - non... pas la peine de me faire les yeux doux... ni risettes... ni courbettes !
            - si tu étais vraiment supérieur à lui, pourquoi tu lui abois dessus ?
            - ça y est, je t’ai mis la puce à l’oreille : un supérieur ne peut en vouloir à un inférieur sauf s’il ne lui était pas vraiment supérieur ou que l’autre ne lui était pas vraiment inférieur.
            - baisse les yeux... j’ai honte de toi... ça y est, j’ai compris... ce n’est pas lui qui te pose problème
            - c’est parce qu’il s’est offert une femelle... et qu’à deux, ils vont faire plein de petits
            - et qu’un ça va... c’est quand ils deviennent nombreux que ça ne va plus... c’est ça ?
            - à bas les bâtards, mon berger allemand en a marre... et il aboie pour nous en faire part.
            - sa chienne de vie, ne peut pas se réduire à la vie de n’importe qu’elle chienne
            - il se sent bien élevé, bien dressé, bien domestiqué... que dis-je civilisé... la civilisation c’est son lobby
            - il ne supporte pas les chiens sauvages, les rebelles à tout élevage.
            - et si on inversait mon petit bonhomme, parce que je t’avoue que tu me rappelles les hommes
            - et si on inversait cette fâcheuse tendance en se disant que les soit disant races pures sont autrement plus viles et plus serviles que les impures... qui sont plus proches de la vie et plus aptes à la garantir.
            - on ne peut les asservir, ni les soumettre à nos petits délires.
            Ils aboient quand ils ont faim... mais n’aboient pas pour faire les chiens.
            - ah désolée, ce n’est pas le bâtard de la voisine qui te pose problème mais la voisine elle-même ?
            Pourquoi ? Parce qu’elle le nourrit ?
            Non ! Parce qu’elle fait semblant d’ignorer qu’il y a d’autres chiens à nourrir.
            - tu sais ce que tu es, mon chien-chien... une horreur de la nature... tout ce que tu mérites, c’est une piqure !
            http://www.lejournaldepersonne.com/2012/02/la-civilisation/


            • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 21 février 2012 12:17

              Encore une fois la république a réussi son coup : discréditer la nation française, sa culture, sa civilisation. Comment vouloir intégrer des communautés d’étrangers alors que l’on véhicule sans cesse la haine de la France.

              Guéant ne défendait pas la civilisation française mais l’ashkénaze, la civilisation de l’empire. Une fois qu’on a en tête le fait que notre élite est vendue à l’empire t travaille pour lui, on doit comprendre qu’il ne faut pas assimiler l’idée de France avec eux !


              • Gérard Luçon Gerard Lucon 21 février 2012 14:54

                incompris ... par la patrouille ?


                • sieg mound 21 février 2012 16:25
                  Gueant enfonce une porte ouverte et je dis bravo !Il suffit de lire un livre d’histoire de 5ème, Ah oui, c’est vrai le politiquement correct oblige à dire que tout le monde il est égaux devant l’histoire, la nature, les climats etc ... et que la faim est uniformément répartie entre les hommes et que e=mc² est une formule trouvée en Occident, mais c’est tout à fait par hasard, elle aurait pu être découverte au fin fond du Sahara ou au fin fond de la brousse par un pygmée sur un cocotier L’arrêt du 31 juillet 2001 de la Cour européenne des Droits de l’Homme affirme « la loi islamique est incompatible avec la démocratie et les droits de l’homme » attitude confirmée le 13 fevrier 2003 par la grande chambre. Il est savoureux que les partis dits humanistes et progressistes donnent dans le « oh mon dieu ! quelle horreur, vite des sels avant que je m évanouisse ! »

                   

                  C.Guéant sous-entend ce qui a été déclaré il y a 10 ans par les instances supérieures des Droits de l’Homme".Il est vrai qu’ils osent tout...

                   


                  • agitpol.com agitpol.com 21 février 2012 16:32

                    La civilisation occidentale n’est en rien supérieure aux autres civilisations. Elle est certainement la plus obscure, la plus artificielle !… René Guénon, génie pure de la métaphysique, l’explique très bien dans « La crise du monde moderne », écrit en 1927.
                    Cette civilisation, baignée dans la société de consommation, ne recherche que l’avoir et non l’être. Pourtant, la quête de soi, l’élévation de l’esprit… la sagesse transcendantale sont dans l’être non dans l’avoir (n’apportant que des besoins superficiels croissants dont le matérialisme humain ne peut se rassasier). Malgré la propagande énorme et les beaux discours sur la démocratie, l’occident se trouve dans sa phase finale d’autodestruction. Il suffit de regarder la jeunesse. La société marchande a changé leurs âmes. L’argent est le nouveau Dieu d’une génération désorientée. Ce que le fascisme n’avait pas réussi à faire (embrigader toute une population), la société de consommation l’a diablement réussie. La civilisation occidentale a gagné sa servitude avec l’illusion de sa liberté.


                    • volpa volpa 21 février 2012 16:52

                      Je n’ai pas tout lu et ne suis pas un ami, loin de là, de Gehant.

                      Il y a des mais dans cet article et surtout celui ci.

                      D’accord pour les arabes ayants traduits les anciens grecs et autres. Mais se sont des arabes chrétiens et non musulmans.

                      L’islam n’a rien apporté de bon à l’humanité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès