Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Guerre du Lait, Grippe A, Fisc : Politiciens, comment vous faire confiance (...)

Guerre du Lait, Grippe A, Fisc : Politiciens, comment vous faire confiance ?

Le problème concerne les politiciens du National Sarkozisme… mais il pourrait évidemment concerner les autres partis, passés, présents et futurs. Car il suffit qu’ils accèdent au pouvoir, et à chaque fois, en plus de perdre leurs magnifiques idées de campagnes, d’oublier leurs promesses, ils en viennent à favoriser leurs « amis ».

Fisc : Issue du Canard Enchaîné, Sarkofrance relaye ainsi cette info stipulant qu’Eric de Sérigny, proche collaborateur de Eric Woerth, joue des deux casquettes en permanence. Il est en effet à la fois l’aide de camp du ministre mais en plus « il est gestionnaire de fortune, chez Athema, et également administrateur de la société Imérys ».

Via Imérys justement, on retrouve le principal financier de Nicolas Sarkozy, Albert Frère, milliardaire belge, mais aussi Jérôme Pécresse directeur général adjoint, marié à une certaine Valérie, ministre de l’Enseignement supérieur. On retrouve également au conseil d’administration le récemment épinglé pour ses lingots d’or, Robert Peugeot. Un telle liste permet sans détour et sans nul doute de parler de mafia.

Alors forcément avec un tel « système corrompu », en laissant les loups de la Finance rentrer dans la bergerie de Bercy, comment leur faire confiance ?

trafic d'influence

Grippe A : LePoint.fr se prend pour Médiapart. Concurrencé par Libération (et le César de Woerth), mettant un point d’honneur à se défendre, seul argument efficace dans la crise de la presse, LePoint nous fait le privilège de jeter un pavé dans la marre, en titrant : « GRIPPE A Ce rapport qui accable les autorités françaises »

Qu’y apprend-on ? Rien de bien surprenant finalement, juste la triste réalité comme le peuple de la France d’en bas pouvait se l’imaginer. 20 sénateurs de l’opposition et de la majorité présidentielle ont auditionné 46 personnes durant 6 mois. Et le résultat corrobore les pires soupçons et explique la gabegie d’1 milliard et demi d’euros par : « incompétence » et « conflit d’intérêts ». Encore…

A en lire l’article, on comprend vite que Roselyne Bachelot n’a pas joué son rôle de ministre de la Santé. Non, elle a endossé la panoplie abjecte de la commerciale voire de l’avocate des labos pharmaceutiques faisant fi des intérêts supérieurs de la Nation.

Ainsi contrairement à la pratique habituelle (ce n’est pas la première vaccination nationale !), l’Etat Sarkozien s’est couché en face des labos en acceptant des clauses inacceptables :

  • « commandes fermes et non révisables »
  • notion de « doses » et non de « traitement » (contenant potentiellement plusieurs doses)
  • responsabilité de la réparation des dommages subis par les victimes d’accidents pharmaceutiques endossée par l’Etat et non par les multinationales pharmaceutiques.

On comprend ainsi que les contrats de l’Etat, à l’instar de nombreuses de nos lois, ont été rédigés par les mains des avocats et des représentants de Sanofi, GSK et compagnie.

Les sénateurs n’y vont pas de mains mortes et écrivent sans détour : « L’ensemble de ces contrats se caractérise par leur remarquable déséquilibre et par la légalité douteuse de certaines de leurs clauses »

On aimerait apprendre dans la foulée de ce rapport l’ouverture d’une instruction pour trafic d’influence à l’encontre de Mme Bachelot et de ses services. Mais on imagine que le rapport va rapidement être égaré ou remisé sous une pile poussiéreuse d’autres rapports commandés…comme celui du sang contaminé, des ondes de téléphonie mobile, ou du nuage de Tchernobyl.

Alors forcément avec un tel « système corrompu » et incompétent, en nommant une ancienne représentante de laboratoire pharmaceutique, comment leur faire confiance ?

Mme Bachelot peut-elle rester crédible quand elle annonce un Etat paré pour une prochaine canicule (en ressortant les vieux plans de prévention), à l’opposé de l’avis des professionnels de santé comme des patients âgés ?

guerre du lait lactalis

Guerre du Lait : 2 ans après rien n’a changé. Alors que le National Sarkozisme se vante d’être force de propositions, initiateur de « réformes » contrairement au PS naïf et angélique ou le chiraquisme littéralement « immobiliste », lorsqu’un problème national survient, il est résolu aux forceps avec une solution s’apparentant plus à un pansement sur une jambe de bois, le tout dans un brouhaha médiatique.

Car 2 ans plus tard, on ne peut que constater la collusion évidente entre un Etat, normalement neutre, et l’empire des transformateurs de la filière lait.

Enfin 2 ans, serait encore un tantinet trop optimiste, car en regardant simplement les archives de Cpolitic, on voit bien la réalité du problème.

19 mai 2009 : Crise du Lait : « ça Va être le Feu Dans les Campagnes ! »
26 août 2008 : Guerre du Lait Entremont : Le Financier Ami de Sarkozy Grand Gagnant !

Là encore profitant de l’arrivée du nainpoléon, les ministères ont ouvert leurs portes aux lobbies en tout genre.

Après Bercy et la Santé, c’est le ministère de l’Agriculture qui a été complètement noyauté.

Et comme par hasard, dans les méchants industriels du lait imposant des tarifs ridicules voire criminels aux agriculteurs, on retrouve le milliardaire Albert Frère, financier de Sarkozy, co-actionnaire de la société Entremont Alliance, fabricant notamment des produits « Président ». Anecdote qui ne s’invente pas…

D’où la réaction désemparée des Jeunes Agriculteurs (ceux de Nature Capitale) qui devant le peu d’entrain de leurs adversaires de la filière à négocier, ont décidé d’apposer des autocollants sur les produits incriminés en magasin.

Ainsi via cette campagne, ils appellent à boycotter les spécialités laitières et fromagères de Lactalis (Entremont Alliance), Bongrain et Bel, avec entre autres le Camembert Président, Caprice des Dieux, la Vache qui rit (jaune) Chacun remarquera que cette liste est essentiellement constituée de « fromages » bas de gamme sans goût au lait pasteurisé.

Normal puisque en plus du prix du lait, le même lobby industriel aimerait bien la mort programmée des produits au lait cru, (dont les meilleurs ont une AOC), à l’image de ce que prône le modèle outre-atlantique.

D’ailleurs étrangement lorsque les (vrais) journalistes s’emparent de tels problèmes, la censure règne en maitre : « Ces fromages qu’on assassine » : France 3 censure le documentaire contre Lactalis

La guerre du lait, épiphénomène ? On aimerait le croire, sauf que la même semaine on apprend que « La France va autoriser la commercialisation d’une variété de semences OGM, dont le MON810 interdit à la culture depuis deux ans. »
Alors forcément avec un tel « système corrompu », en laissant les lobbies de tous les horizons prendre le contrôle de l’agriculture française, de ses terres et de ses semences (donc son avenir), comment faire confiance à nos politiciens ?

Au final, on ne peut avoir que cette triste impression d’un National Sarkozisme aux abois, jouant le tout pour le tout, cessant les illusions, et offrant le pays à l’appétit de ces lobbies.

Nous ne sommes pas exactement dans un « système corrompu » mais plutôt dans un état où ses représentants sont devenus au fur et à mesure – ne soyons pas dupes – des traitres à la nation.

Devrons-nous alors les juger comme tels ? Eux qui nous parlent de morale, de dignité, d’honneur à la patrie et qui la poignardent dans le dos à chaque instant, à chaque décision, à chaque signature ?

Car sans vouloir verser dans l’extrême, il faudra bien punir les personnes coupables de ces maux, et au hasard d’une certaine constitution, paradoxalement, la déchéance de nationalité à l’encontre de nos ministres et élus félons semble tout indiquée.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 7 août 2010 13:12

    votre article est remarquable par sa précision, ses liens.
    Vous mettez au clair ce que l’on sait. vous rajoutez des détails que l’on ignore et qui rendent plus violent encore le sentiment de dégoût et d’injustice que représente ce « règne » de médiocrité. Plus encore de banditisme.
    Merci.


    • Amelia Amelia 7 août 2010 17:11
       
      Même opinion qu’Ariane : article remarquable. 
      Ces politiciens corrompus s’en foutent complètement d’avoir la confiance de la population, non ? 
       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

emachedé

emachedé
Voir ses articles







Palmarès