Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Guy Môquet ou le grand soir des légataires

Guy Môquet ou le grand soir des légataires

b24b6710ceb934f1dd60531cb67ef155.jpg
« L’indispensable condition à remplir pour entrer réellement dans l’action est de se connaître soi-même, d’avoir pris la juste mesure de soi. Or tous ces gens-là ne se rassemblent que pour mettre en commun les quelques raisons qu’ils possèdent de se juger meilleurs que les autres »

Les grands cimetières sous la lune,
Georges Bernanos.
Entre l’hommage et le sacrilège, la distinction est souvent affaire de paroisse. C’est que l’on se consacre rarement à nos chers disparus sans en espérer en retour un supplément d’âme, et que - par-dessus tout et sans jamais se l’avouer vraiment - l’on aime à les célébrer à notre image.

L’hommage rendu par Nicolas Sarkozy, à travers l’histoire de Guy Môquet, aux résistants « pour lesquels la France comptait davantage que leur parti ou leur Eglise » n’a pas dérogé à ce principe. Affectant un air de gravité mâtiné d’indignation, les ayants droit se sont présentés nombreux à l’office, chacun réclamant son lot de consolation, d’honneur et de considération.

Le quotidien L’Humanité a ainsi fait paraître dans son édition du 24 mai 2007 un dossier spécial destiné à mieux faire connaître la vie de Guy Môquet et, par extension, à présenter le Parti communiste comme légataire universel de l’"esprit de la Résistance". Cultivant l’émotion autour de la figure emblématique, le dossier consacré au jeune partisan laisse ainsi à penser que l’engagement communiste aurait d’emblée été synonyme d’entrée dans la Résistance.

Or, cette assertion, il est vrai formulée plus ou moins explicitement, se révèle être viciée d’une indulgence considérable vis-à-vis de l’histoire du Parti communiste lors des « années sombres ».

Certes, comme l’écrit Pierre Laurent, « Guy Môquet n’a pas choisi de donner sa vie à la France. On la lui a volée [1] », et ses assassins - au-delà des autorités allemandes - furent indéniablement les promoteurs de la France vichyssoise. Mais l’exactitude historique exige que l’on s’aventure au-delà des sentiers convenus de la repentance et des hommages partiellement rendus.

En effet, si le cadet des 27 de Châteaubriant est « mort pour la France  » le 22 octobre 1941, ce n’est qu’à compter du 3 janvier 1945 qu’il devient un résistant aux yeux de l’historiographie officielle, grâce à l’attribution par le général de Gaulle d’une médaille de la Résistance à titre posthume. Lorsqu’il est fusillé par les autorités allemandes avec le plein assentiment de la France pétainiste, en représailles suite à l’exécution du lieutenant-colonel Holtz à Nantes par des militants communistes, Guy Môquet n’a en effet pris part à aucun acte de résistance contre l’occupant.

Faut-il croire, avec Berlière et Liaigre, qu’il n’a « pas eu le temps d’être un résistant du fait des mots d’ordre de l’époque  » [2] ?. Si l’on considère ce qu’étaient précisément les mots d’orrdre du Parti communiste au cours des années 1939-1940, l’hypothèse avancée par les deux auteurs semble pour le moins créditée de solides justifications.

Partagé entre l’allégeance au pacte germano-soviétique et une certaine inclinaison à l’opportunisme politique, le Parti n’avait pas encore fait de la lutte contre l’occupant nazi sa priorité. En juin 1940, Maurice Tréand négociait avec Otto Abetz afin d’obtenir la reparution de L’Humanité et la légalisation de l’activité communiste [3], les autorités nazies espérant que les communistes favoriseraient en retour la reprise du travail en France. Ainsi pouvait-on lire dans l’Humanité du 4 juillet 1940, sous le titre « Travailleurs français et soldats allemands » : « Il est particulièrement réconfortant, en ces temps de malheur, de voir de nombreux travailleurs parisiens s’entretenir amicalement avec des soldats allemands, soit dans la rue, soit au bistrot du coin. Bravo camarades, continuez même si cela ne plaît pas à certains bourgeois aussi stupides que malfaisants. La fraternité des peuples ne sera pas toujours une espérance, elle deviendra une réalité vivante ».

De même, dans le très controversé « Appel de juillet 1940  » [4] de Thorez et Duclos, la résistance n’est envisagée qu’en terme de dénonciation des politiques impérialistes d’avant-guerre et de lutte contre le régime de Vichy, mais ne se conçoit pas encore comme un nécessaire soulèvement contre l’occupant nazi. Le Parti considère en effet qu’il faut en priorité « remettre la France au travail » et établir un « Gouvernement de renaissance nationale » afin de « libérer notre pays des chaînes de l’exploitation capitaliste » et de lutter « contre les politiciens, civils et militaires » qui « à la solde du capitalisme [avaient] conduit le peuple de France à la guerre sous prétexte de défendre la liberté ».

En août 1940, dans un article intitulé « Les vrais traîtres  », Thorez réaffirme la stratégie générale du Parti, privilégiant la dimension sociale de la lutte à sa dimension nationale [5]. Une lettre de l’avocat du Parti, Rober Foissier, éclaire sur la nature du compromis entre le PCF et les autorités nazies : ainsi, « tandis que les Allemands s’engageaient à ne procéder à aucune arrestation jusqu’à l’issue des pourparlers, le Parti évitait toute attaque contre l’occupant dans ses tracts et journaux [6] ». Dans l’Humanité du 26 septembre 1940, le Parti fustige les gaullistes, considérés comme des « va-t-en-guerre avec la peau des autres », et « dénonce la volonté commune des impérialistes d’entraîner la France dans la guerre, du côté allemand ou du côté adverse sous le signe d’une prétendue résistance à l’oppresseur [7] ».

Ce n’est qu’au cours des semaines précédant son exécution, en même temps que le Parti révise ses priorités politiques et prend conscience de l’enjeu moral que représentent les « 27 de Châteaubriand », que Guy Môquet commence à témoigner d’un patriotisme exalté, jusqu’à en faire le motif de son sacrifice au jour du 22 octobre 1941.

Fervent militant communiste, fils du député communiste Prosper Môquet dont il espérait vraisemblablement la libération grâce à l’intervention des autorités allemandes [8], le jeune Guy Môquet sera de ce fait resté un résistant virtuel. Éminemment symbolique car parfaitement innocent, abusé par l’air du temps autant que par la ligne politique d’un Parti, comme tant d’autres Français de sa génération.

Aussi, si l’on entend rendre hommage au jeune Guy Môquet et en faire un acte vertueux, on ne peut raisonnablement se satisfaire d’une lecture partisane de l’Histoire, d’un discours qui consisterait à purger cette dernière de ces zones d’ombres qui révèlent d’autant la grandeur de ceux qui, dans un sursaut d’humanité, refusèrent d’y succomber.

Notes
1- Une vie volée, Pierre Laurent, L’Humanité, édition du 24 mai 2007.
2- Le Sang des communistes - Les Bataillons de la jeunesse dans la lutte armée (automne 1941), Berlière Jean-Marc et Liaigre Franck, Librairie Arthème Fayard, 2004.
3- Juin 1940 : La négociation secrète, les communistes français et les autorités allemandes, Jean-Pierre Besse et Claude Perretier, Editions de l’Atelier ; Histoire de la Résistance française - Tome 1, Henri Noguères, Editions Robert Laffont.
4- Il est notamment question dans l’« appel du 10 juillet 1940 » du «  gouvernement de traîtres et de vendus » qui siège à Vichy « en attendant de venir à Versailles, pour imiter le sinistre Thiers » alors que l’idée de ce déplacement ne sera que publiquement évoquée par Pétain que le 13 août. De même, il est fait état dans la version non expurgée de l’ « appel » du remplacement, à Vichy, des ministres socialistes et radicaux par Leméry, Piétri et Mireaux, alors même que les membres du gouvernement de Vichy eux-mêmes n’auront connaissance de ce remaniement que le 13 juillet. Autant d’éléments qui laissent à penser que ledit appel a été antidaté et expurgé par la suite de ces nombreux anachronismes. Cf. Histoire de la Résistance en France, Tome 1, précité, p.54.
5-« Le peuple tout entier, ouvriers et paysans, travailleurs intellectuels, jeunes et vieux, est soumis à la double oppression de la réaction et de l’occupation étrangère. Et c’est d’abord contre les forces de la réaction que le peuple doit d’abord porter ses coups ; c’est contre les Pétain, Laval et Cie, les principaux responsables de la défaite, les agents du capital et les serviteurs zélés des autorités étrangères que la colère du peuple français doit se déchaîner dans toute sa force et toute sa violence ». Cf. The Communist International, n°9, septembre 1940, p.601-611, cité in Le PCF dans la guerre - De Gaulle, la Résistance, Staline..., Stéphane Courtois, Editions Ramsay, p.146.
6- Le Parti communiste français des années sombres - 1938-1941, dir. J.P. Azéma, Editions du Seuil, p.264, p.262.
7- Le Parti communiste français des années sombres - 1938-1941, précité, p.123.
8- Guy Môquet était le fils du député communiste Prosper Môquet, arrêté le 10 octobre 1939 - suite à la dissolution du parti par Daladier - déchu de son mandat de député en février 1940 puis déporté dans l’un des camps de concentration français en Algérie. Or, le 20 juin 1940, des communistes arrêtés par les autorités françaises avaient été libérés suite à l’intervention d’Otto Abetz, et ce dans le cadre des négociations menées avec Maurice Tréand. Cf. Juin 1940 : La négociation secrète, les communistes français et les autorités allemandes, précité.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Nicolas Nicolas 30 mai 2007 10:08

    Tous le monde sait que les communistes sont anti national socialiste, et l’on toujours été ! (le pacte hitléro-communiste n’avait pour but que la stratégie, afin de gagner la guerre qui s’annoncée, en détournant les allemands de l’URSS, sans laquelle nous n’aurions pas gagner la guerre, je le rappel).

    Les Forces de Progrés n’ont jamais cru à cette fiction des races ! (Pas comme pour les classes sociales, qui elles sont trés scientifiques). Ni à la haine (sauf des riches, mais bon, ils l’ont bien cherché, pas vrai ?)

    Alors ces quoi ces inventions construites, inventer, forger, et propager par la CIA que vous répétez comme un idiot, hum ?

    Et puis Karl Marx était Allemands, tous de même ! Y en a marre de mettre sur le dos des Hommes de Progrés tous les problémes et incident du XXéme siécle !


    • CAMBRONNE CAMBRONNE 30 mai 2007 12:02

      NICOLAS

      Vous plaisantez ou vous êtes sérieux ?

      Lisez donc quelques bons livres sur la question et vous verrez qu’entre l’Allemagne et l’union soviétique il y a eu plus qu’un pacte de non agression mais une coopération militaire et économique qui a commencé dés aprés la guerre de 14/18 et a connu une expansion considérable à partir de 1933 .

      L’armée allemande clandestine s’est entrainée dans les camps russes et les officiers supérieurs Soviétiques et allemands se connaissaient bien .

      Salut et fraternité .


    • snoopy86 30 mai 2007 13:18

      @ Nicolas

      Votre tentative permanente de placer sur chaque article un premier commentaire encore plus con que celui le lerma est réellement affligeante...


    • Nicolas Nicolas 30 mai 2007 13:27

      « tentative permanente de placer sur chaque article un premier commentaire »

       ???????

      Trés drôle comme idée, dans le fond !!

      Si vous m’insultez, c’est bien parce que vous avez peur de moi, peut surtout de la Vérité historique ! Vous devez être de Droite, parce que les Collabos, on sait ou ils sont et ont toujours été. Je prend ca comme un hommage de l’inculture à la puissace de la Pensée de Lénine (aucun rapport avec staline, bien sur).


    • CAMBRONNE CAMBRONNE 30 mai 2007 14:15

      NICOLAS

      Alors c’est vous le nouveau troll officiel ? Après Milan qui a disparu , Scipion , citadelle , Talleyrand , Fouadraiden qui avaient chacun leur spécialité nous avons le troll bolchévique d’origine estampillée Lénine . A ne pas confondre avec Staline qui lui était un méchant .

      Relisez donc ou lisez votre histoire , Lénine a fait du bon travail sans attendre Staline aidé en cela par son ami Leon Bronstein .Bilan des millions de morts .

      Salut et fraternité .


    • snoopy86 30 mai 2007 14:25

      @ Cambronne

      Sans oublier aprés Staline

      Mao Ho Chi Minh Pol Pot Castro Kim Il Sung et son fils

      Mais ce n’est pas le débat...


    • masuyer masuyer 30 mai 2007 18:31

      "Oui, aux ordres...

      Vous voyez, même des types de gauche sont obligé de reconnaitre leur erreur (du coup la gauche les excommunies, dur pour eux, mais bon, la gauche à l’habitude de faire n’importe quoi). Par contre, ce qui m’inquiéte, c’est que des gens qui se sont aussi lourdement trompé nous rejoignent. Je veux dire, un fanatique, quelque soit l’idéologie qu’il prétend défendre, est avant tous un fanatique. Ces types vont ils se servir dans la caisse ?

      Le socialisme est enfin mort dans ce pays ! C’est pas si mal d’avoir survécu si longtemps. Merde 1992-2007, ca à pris du temps. Il faut dire que « certains » (suivez mon regard) on défendu avec vigueur leur fromage. Forcément, se faire payer des trucs par les autres, ca motive les parasites sociaux !

      Place à la Morale. Place à la Raison. Place à la Science Economique. Place au Capitalisme. Place à l’avenir.

      (Et puis ne vous ne faites pas, la gauche inventera bien une nouvelle connerie pour « donner de l’espoir » aux frustrés et autre toccards fénéants. Bref, si le socialisme, la sociale démocratie est mort, la démagogie a encore de beau jour devant elle !)"

      Comme son maître il a beaucoup changé en peu de temps


    • CAMBRONNE CAMBRONNE 30 mai 2007 11:54

      BRAVO A L’AUTEUR

      Article remarquable et très bien documenté .

      La semaine dernière a donné lieu à un tir de barrage de tous les archéo marxistes qui ont repris du service pour raconter l’histoire à leur manière ; Certains sont même allé jusque à compter les morts de droite et les morts de gauche .

      Oui il reste encore des communistes en France et certains semblent vouloir toucher les dividendes du « parti des fusillés » .

      Oui , honorons Guy MOQUET en tant que jeune français résistant et refusons le sectarisme communiste .

      Le Président de la république a voulu faire une ouverture , les communistes une captation d’héritage .

      Vive la république quand même .


      • masuyer masuyer 30 mai 2007 20:11

        Cambronne,

        « il ne s’agissait pas pour celui que vous qualifier d’ »archéo-marxiste« , de comptabiliser les morts, mais de remettre les points sur les i suite à une phrase parlant de l’entrée tardive des communistes dans la résistance. Or, les plus fidèles au Parti ont effectivement attendu 1941 pour rentré dans la résistance (ce que je n’appelle pas vraiment tardif, la résistance se développant vraiment en 1943 avec la prise de maquis par les réfractaires au STO. Un exemple). De plus je ne cautionne pas l’utilisation faite par le Parti de la résistance des communistes ( »le Parti des fusillés), je faisais juste remarquer que la Gauche (et pas forcément la gauche communiste) était sur-représentée par rapport à la droite dans la résistance. Toutes les couches sociales, toutes les sensibilités politiques, toutes les sensibilités philosophiques et religieuses sont représentées au sein de la Résistance. Les Juifs, les démocrates-chrétiens, les socialistes et les communistes sont toutefois les plus représentés."(Wikipédia, Résistance Intérieure Française http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sistance_int%C3%A9rieure_fran%C3%A7aise#Le_point_de_vue_politique)

        Bien au-delà des seuls cercles de gauche, des catégories sont inversement blâmés dès l’Occupation pour leur sous-représentation dans la lutte clandestine, à commencer par les paysans, du moins jusqu’à la naissance des maquis en 1943, et surtout la bourgeoisie et le patronat. Le catholique François Mauriac écrit ainsi en 1943 que « seule la classe ouvrière [était] dans sa masse restée fidèle à la patrie meurtrie ».

        Quant à Sarkozy et la récupération de la résistance, il est notable que s’il avait pris soin de convoquer de nobreux journalistes sur le Plateau des Glières, il avait oublié d’inviter les rescapés.

        L’auteur a tout à fait raison de souligner le rôle trouble du Parti, suiviste du Régime Soviétique. Il n’empêche que le Parti n’est pas représentatif des communistes, j’en suis désolé.

        Si le Parti essaye de négocier avec l’occupant, il ne faut pas oublier que Vichy faisait la chasse aux communistes (notamment Pierre Pucheu http://www.1939-45.org/bios/pucheu.htm), que les communistes étaient pourchassés dans l’Allemagne Nazie.

        Il ne faut pas confondre les calculs stratégiques de l’Etat Soviétique, régime totalitaire, et l’engagement sincère de la plupart des militants.

        Quant à Snoopy

        @ Cambronne

        "Sans oublier aprés Staline

        Mao Ho Chi Minh Pol Pot Castro Kim Il Sung et son fils

        Mais ce n’est pas le débat...« , ces dirigeants n’ont de communistes que le nom. Je vous invite à lire Marx, ou les penseurs de l’école de Francfort comme Jürgen Habermas »Après Marx", ça vous évitera de tomber dans la caricature.


      • CAMBRONNE CAMBRONNE 31 mai 2007 14:08

        MONSIEUR MASUYER

        J’ai bien aimé votre post et je pense qu’en dialoguant nous allons progresser sans jeter d’anathème de part ou d’autre .

        Vous avez raison sur beaucoup de points en particulier quand vous dites que les militants n’étaient pas le parti . vous avez raison aussi quand vous parlez de sous représentation des paysans et de la bourgeoisie dans la résistance .

        Je voudrais conseiller une méthode pour apprécier le comportement des gens sous l’occupation ; Il est impératif de savoir de quelle époque on parle . Ce qui était vrai en 1940 ne l’était plus en 1941 ni surtout en 1942 .

        C’est vrai que la droite a vu l’arrivée du Maréchal Pétain au pouvoir avec ferveur et confiance comme la majeure partie de la gauche républicaine . Tous les anciens combattants avaient gardé le souvenir d’un chef soucieux de la vie des soldats ce qui n’était pas très courant en 14/18 .

        De grands chefs comme Juin et de Lattre ont attendu le 11 Novembre 42 pour désobeir et passer dans la dissidence car l’armistice avait été rompu par les allemands .

        Je m’arrète là car il y a des milliers de livres qui ont été écrits sur le sujet et il y a encore des taches d’ombre et de toute façon des éclairage divers en fonction des convictions des uns et des autres .

        Donc je le répète , j’attache une part très importante aux dates et je souhaite surtout que la mémoire de la résistance soit un ciment et non un objet de discorde .

        Vive la république quand même .


      • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 30 mai 2007 12:06

        @ L’auteur

        Superbe article, encore une fois, qui rend hommage à une jeune et innocente victime sans faire le jeu des manipulations politiques. Merci.


        • Marie Pierre 30 mai 2007 12:32

          Merci à l’auteur pour ce très bon article.

          Bien entendu, on pense aussi à Manouchian et la MOI, qui n’ont pas été très soutenus par les FTP. D’ailleurs, le poème d’Aragon l’Affiche rouge, n’a été écrit qu’en 1955, une fois que le PC a réalisé que de nombreux hommages étaient rendus à ce groupe de résistants, en particulier par De Gaulle.

          Il faut dire que la MOI pensait la résistance comme un mouvement ouvrier sans frontières, ce qui n’était pas dans l’optique du PC.

          Toujours pour le PC : rappelons qu’il a livré aux nazis un bon nombre de résistants trotskystes, qui refusaient la collusion URSS/Allemagne.


          • snoopy86 30 mai 2007 13:14

            @ l’auteur

            Merci de ce remarquable article qui rétablit un certain nombre de faits que Cambronne et moi-même avions dû souligner de façon très polémique ici-même récemment.

            J’écoutais ce matin sur Europe 1 Pierre Daix ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Daix )ancien résistant communiste qui ne dissimulait pas son approbation émue devant la décision du président.

            Il n’aurait jamais dû y avoir de polémique autour de cette décision de donner en exemple à nos jeunes tous ceux qui quelle que soit leur appartenance politique ont eu le courage de dire non.


            • CAMBRONNE CAMBRONNE 30 mai 2007 14:20

              SALUT SNOOPY

              Comme toi !

              Et fraternité .


            • Marsupilami Marsupilami 30 mai 2007 13:30

              Très bon article bien documenté. Pour info je rappelle le texte que Guy Môquet a envoyé à ses parents juste avant d’être assassiné :

              "Ma petite maman chérie, mon tout petit frère adoré, mon petit papa aimé,

              Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c’est d’être courageuse. Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j’aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon cœur, c’est que ma mort serve à quelque chose. Je n’ai pas eu le temps d’embrasser Jean. J’ai embrassé mes deux frères Roger et Rino. Quant au véritable je ne peux le faire hélas ! J’espère que toutes mes affaires te seront renvoyées elles pourront servir à Serge, qui je l’escompte sera fier de les porter un jour. A toi petit papa, si je t’ai fait ainsi qu’à ma petite maman, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j’ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m’as tracée.

              Un dernier adieu à tous mes amis, à mon frère que j’aime beaucoup. Qu’il étudie bien pour être plus tard un homme.

              17 ans 1/2, ma vie a été courte, je n’ai aucun regret, si ce n’est de vous quitter tous. Je vais mourir avec Tintin, Michels. Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c’est d’être courageuse et de surmonter ta peine.

              Je ne peux en mettre davantage. Je vous quitte tous, toutes, toi maman, Serge, papa, en vous embrassant de tout mon cœur d’enfant. Courage !

              Votre Guy qui vous aime.

              Guy

              Dernières pensées : Vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les 27 qui allons mourir !".


              • Nicolas Nicolas 30 mai 2007 13:41

                « Je vais mourir avec Tintin »

                 ?? On est sur que la lettre est vraiment de lui ??


              • snoopy86 30 mai 2007 13:55

                @ Nicolas

                Pauvre con

                Tintin est un des garçons qui a été fusillé avec lui


              • snoopy86 30 mai 2007 14:06

                pardon

                qui ont été fusillés


                • CAMBRONNE CAMBRONNE 30 mai 2007 14:26

                  SNOOPY

                  Je crois qu’on peut dire les deux .

                  « Je m’en vas ou je m’en vais , l’un et l’autre se dit ou se disent » disait Vaugelas juste avant sa mort .

                  Ne te fatigues pas avec nicolas qui est le nouveau Troll de service comme je lui fais remarquer plus haut . Troll version bolchévique .

                  Fraternité .


                • snoopy86 30 mai 2007 14:52

                  Salut Cambronne

                  Je n’ai pas l’intention de me fatiguer avec Nicolas

                  Comme toi j’ai apprécié l’article

                  Tu peux retrouver Pierre Daix sur le site d’Europe 1, il passait ce matin à l’émission de Pradel.

                  C’est un sujet qui me tient à coeur Mon père a été interné à quinze ans, libéré grâce à l’intervention d’Adrien Marquet maire collabo de Bordeaux en 1940. En 1939 chaque repas de famille était l’objet de prises de bec entre son père membre du PSF ( De la Rocque) et son oncle (Action Française) ; tous rejoindront la résistance dés la première heure. Mon grand-père mourra en 1942.

                  la suite t’intéressera aussi si comme je le suppose tu es un ancien militaire :

                  A la libération de Bordeaux mon père s’engage pour la durée de la guerre, il quittera l’armée à 53 ans avec 55 annuités... Décoré par De Gaulle à la poche du Médoc, puis volontaire pour se battre contre les japonais.. L’interarmes en Indochine ( 2 séjours) puis l’école d’Etat-Major et 4 ans1/2 d’Algérie comme officier de 2éme bureau ( légion d’honneur à titre exceptionnel et quelques citations).

                  Aujourd’hui c’est un vieux monsieur, un peu gâteux, qui selon son expression fait du rab (il a reçu les derniers sacrements en Indochine en 1946) . La décision de Sarko lui a mis les larmes aux yeux...


                • CAMBRONNE CAMBRONNE 30 mai 2007 15:22

                  SNOOPY

                  Merci pour ce beau témoignage et ta confiance .

                  Tu as bien trouvé et il est de fait que je n’en fais pas mystère .Je suis un « ancien combattant de la guerre froide » et je n’ai a me « reprocher » que des opérations extérieures ce qui est le sort du soldat en temps de paix .

                  Je fais partie d’une association d’anciens légionnaires et il y a parmi eux un « ancien » qui a 78 ans qui a commencé à se battre en 1944 dans un maquis FTP et qui s’est engagé à la Légion pour l’indochine juste après la guerre . Il y a fait carrière ; Ce qui est amusant c’est quand il raconte qu’il s’est pointé avec sa carte du parti communiste au bas fort saint Nicolas à marseille pour s’engager . Personne ne l’a emmerdé avec ça . il s’est retrouvé sans problême avec d’anciens Waffen SS , des républicains espagnols Etc ....

                  Bien a toi Snoopy !


                • snoopy86 30 mai 2007 15:35

                  @ Cambronne

                  Surtout rien à te reprocher...

                  Tout ce que les hommes comme toi ont fait sur les T.O.E. l’a toujours été sous les ordres des gouvernements légitimes de ce pays...

                  Comme tu le dis

                  Vive la République..


                • maxim maxim 30 mai 2007 19:36

                  @Snoopy 89......

                  j’aurai pu croiser Monsieur votre père en Algérie ,je ne sais pas en quelle année il y était ,mais je connais bien le 2eme burerau ,les régiment dans lequel j’étais s’appellait le 11eme CHOC ( 11eme bataillon parachutiste de choc) et servait les services secrets ,qui s’occupait du service action chargé des operations commandos.....

                  mon commando est revenu en métropole en Juillet 1962 ....

                  j’ai été muté par la suite au Ci5 d’Aspretto au 1er choc,centre d’entrainement des nageurs de combat ,toujours pour les services secrets de l’époque ,le SDECE .....l’ancêtre de la DGSE ....

                  je suis parti de l’armée fin Juin 1963 ......

                  les 11eme et 1er Choc ont été dissous en Decembre 1963 .....

                  vous trouverez une partie de l’histoire du 11eme dans le livre « les héros oubliés » écrit par un ancien Erwan Bergot ......


                • snoopy86 30 mai 2007 22:21

                  @ Maxim

                  Il y a 4 ou 5 ans, quand il avait encore toute sa mémoire et toute sa lucidité il a écrit (et j’ai mis sur traitement de texte) environ 200 pages pour ses petits-enfants, non pas sur ses exploits guerriers mais sur ce qui l’a marqué de 1940 à 1962, anecdotes comme épouvantes ; des pages empreintes d’émotion qui relatent tout à la fois l’horreur de la guerre, ses côtés dérisoires, et la grandeur du soldat.

                  Il a fait ses séjours en Algérie à Soukh-Ahras et Bône, toute la zone est-constantinois prés du barrage. Le 11éme choc y est parfois mentionné car c’était un spécialiste des « coups tordus ».J’ai compris que vous étiez un ancien « dur à cuire »...

                  Les plus belles pages, et il en est de magnifiques, sont celles qui portent sur la période de 1940 à 1945, qui expriment ce qu’un adolescent ressent lorsqu’il voit « les boches » entrer dans Bordeaux, le début d’un engagement, la honte et la volonté de revanche, la haine de l’oppression, le soutien et l’aide aux copains de lycée juifs.

                  J’ai été le voir samedi. Nous avons parlé de la décision de Sarkozy qui l’a réeellement ému aux larmes, le rajeunissant de plus de 65 ans.


                • maxim maxim 31 mai 2007 00:16

                  Snoopy 86.....

                  c’est formidable qu’il aie pu vous raconter cette page d’histoire formidable et tragique de notre pays des années 40,jusqu’à 62 période où notre pays a été continuellement en guerre ..... c’était une époque où les générations que se suivaient partaient en guerre et les pères les grands frères et ceux qui suivaient y avaient droit à leur tour ......

                  pour ma part je m’étais engagé ,je voulais faire l’arme aèroportée ,pour le sport,l’émotion du saut en parachute ,et la formation de soldat d’élite que l’on recevait .... j’aurai bien fait une carriere militaire ,mais les évenements liés au putsch ,auquels ont participé en grand masse les paras et la légion ont freiné le destin pour lequel je m’etais engagé ......

                  j’ai dù partir à contre coeur ,j’ai meme failli partir comme mercenaire au Congo qui etait en pleine guerre ,on m’avait contacté car on cherchait des instructeurs spécialisés en entrainement commando .....

                  les risques etaient élevés de revetir un uniforme étranger ,j’ai réfléchi avant de prendre une décision,d’autant plus que la solde était extraordinaire et représentait un an de salaire de cadre en un seul mois ....

                  j’étais jeune et un peu dingue ,et finalement ,je suis resté et j’ai travaillé comme tout le monde ,et devenu un citoyen respectable avec une famille ....

                  mais j’ai connu des moments fantastiques ,la trouille souvent aussi,mais j’ai vécu mon passage au 11eme choc comme un moment rare où l’on voit ce que l’on vaut réellement ,et où l’on connait la valeur réelle de la vie .....

                  bien cordialement ....


                • CAMBRONNE CAMBRONNE 31 mai 2007 14:19

                  SALUT MAXIM

                  Merci pour ce que vous dites et ce que vous êtes .

                  Il est dommage que vous ne soyez pas resté dans l’armée mais la vie est ainsi faite et vous avez certanement mené une existence riche .

                  Je suis arrivé après la fin des hostilités et n’ai pas connu la guerre d’Algérie .

                  J’ai fait une carrière de temps de paix avec des OPEX dans le cadre de la Légion étrangère .

                  Je connais bien les forces spéciales ayant servi dans une deuxième partie de carriere dans le rens mili .En particulier derrière le rideau de fer .

                  Votre témoignage et celui de snoopy m’ont beaucoup touché . Agoravox est parfois énervant mais quelle chance de pouvoir découvrir de nouveaux amis .

                  Salut et fraternité .


                • CAMBRONNE CAMBRONNE 31 mai 2007 14:24

                  A MAXIM ET SNOOPY

                  J’espère que vous avez lu les livres du Cdt denoix de st Marc

                  qui a été déporté comme adolescent résistant a fait l’indo et l’algérie pour finir dans les geoles de la république aprés le Putch du 22 Avril 1961 .

                  Un grand bonhomme dont on pourrait donner quelques textes à lire en classe ....

                  Et fraternité .


                • snoopy86 31 mai 2007 17:58

                  @ Cambronne,

                  Les livres de Hélie Denoix de Saint-Marc font bien évidemment partie de la bibliothéque familiale pour bien des raisons ( il vous suffira de vous reporter à notre origine bordelaise et aux lieux où mon père a servi en Algérie)

                  Ce n’est pas lui faire offense que dire que je respecte plus le soldat et le résistant que l’écrivain...

                  Je ne résiste néanmoins pas à l’idée de mettre sa biographie wikipédia en ligne

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9lie_Denoix_de_Saint_Marc

                  Pour tous ceux qui croient que c’est un militant fasciste...

                  Sensible à votre témoignage d’amitié


                • snoopy86 31 mai 2007 19:05

                  @ Cambronne

                  Suis passé sur son site

                  http://www.heliedesaintmarc.com/

                  Je vais relire son dernier bouquin


                • JC. Moreau JC. Moreau 30 mai 2007 16:25

                  @Cambronne, Cosmic, Marie Pierre, Marsupilami, Marie-Pierre, Snoopy : mes remerciements pour vos chaleureuses appréciations.

                  @Cambronne plus particulièrement : Pourriez-vous m’indiquer un ouvrage traitant plus spécifiquement de la collaboration militaire et économique que vous évoquez dans votre premier commentaire ? (mes propres recherches pour cet article se sont limitées au contexte français entre 1939 et 1941).

                  Et à toute fin utile : le présent article n’a nullement pour finalité de dénigrer ou de nier l’engagement massif des militants communistes dans la Résistance. Il s’agit ici de préciser que la direction du Parti communiste, pas plus hier qu’aujourd’hui, ne peut légitimement prétendre à un quelconque monopole éthique sur l’ « esprit de la Résistance ». Bref, il n’est question que d’affirmer, si besoin était, que la Résistance a été une conjugaison d’humanités et non le produit d’un Parti en particulier.

                  Au sujet de l’« adhésion » de certains cadres du Parti au Pacte germano-soviétique, le témoignage d’Auguste Lecoeur parle d’ailleurs de lui-même (Lecoeur, secrétaire fédéral du Pas-de-Calais en 1939, sera celui à qui le PC devra en partie sa survie « structurelle » durant l’occupation, sera notamment sous-secrétaire d’État au Charbon en 1946) :

                  « Rien n’était plus naturel pour un militant communiste comme moi que de défendre la politique de l’Union Soviétique. Voilà un aspect psychologique de ce comportement qui demande à être expliqué... Mon attachement au Parti résultait avant tout de mon enthousiasme pour la Révolution Russe et de ma confiance dans l’Union Soviétique et le Parti bolchevik... Aussi aberrant que cela puisse paraître, sur un stade, j’étais rempli d’aise qu’un Soviétique l’emportât sur un Américain, un Anglais ou même un Français. En 1939, pour un communiste, les choses étaient toutes simples. Les pays capitalistes avaient voulu entraîner l’URSS dans un guet-apens, et l’URSS, à temps, avait retourné contre eux leurs propres armes. Si l’intérêt supérieur de l’Union Soviétique exigeait qu’elle traite avec l’Allemagne fasciste, en quoi cela pouvait-il me gêner ?... »

                  Cité dans « La Direction du PCF dans la Clandestinité (1941-44) », Emmanuel de Chambost, aux éditions l’Harmattan.


                  • snoopy86 30 mai 2007 16:32

                    @ l’auteur

                    Vous trouverez probablement des éléments dans l’histoire de l’armée allemande de Benoist-Méchin, remarquable travail d’historien en 6 gros volumes sur la période 1918-1939

                    Merci encore de votre article


                  • JC. Moreau JC. Moreau 30 mai 2007 16:32

                    Marie Pierre, je viens de constater non sans effroi que vous aviez reçu double ration de remerciements... vous veillerez je n’en doute pas à répartir équitablement le trop-perçu entre vos différents « camarades » ;)


                  • JC. Moreau JC. Moreau 30 mai 2007 16:44

                    Snoopy,

                    Merci pour cette référence ( et sur ce, je propose que l’on mette un terme à ces incessantes manifestations de civilités... les esprits chagrins pourraient finir par y déceler quelque trace d’entente cordiale).


                  • Marie Pierre 30 mai 2007 16:45

                    @ JC Moreau,

                    Promis, je partage ! Merci à vous.


                  • CAMBRONNE CAMBRONNE 30 mai 2007 17:59

                    CHER AUTEUR

                    Je confirme les références de Snoopy et puis vous avez aussi « les bienveillantes » de Jonathan Littell . Prix goncourt et de l’Académie en 2006 . il est très bien documenté et même,si il est présenté comme un roman il prend ses références aux meilleures sources historiques .

                    A partir de la page 363 vous avez un entretien entre le narrageur Officier SS et un commissaire politique soviètique . Entretien passionnant qui répond bien à toutes vos questions .

                    Salut et fraternité .


                  • JC. Moreau JC. Moreau 31 mai 2007 17:35

                    @Cambronne,

                    Merci de cette « validation » de références. Pour ce qui est du Littel, je tâcherai de me faire violence (les premières pages m’ont paru à ce point « attendues » que j’avais renvoyé la lecture des Bienveillantes aux calendes grecques, voire un peu après).

                    Bon début de soirée à vous.


                  • La Taverne des Poètes 30 mai 2007 21:33

                    Le plus bel acte de résistance de Guy Môquet : avoir refusé de laisser sa place à un camarade dans le camion de la mort alors qu’il connaissait sa destination ! Guy Môquet est un héros. Point.


                    • La Taverne des Poètes 30 mai 2007 21:42

                      Autre acte de résistance inouï : cet homme pris en photo, souriant au peloton allemand qui s’apprête à le fusiller. C’est la photo centrale du recueil « Poésie de la Résistance et de la Déportation » du poète Jean-Pierre Rosnay, lui-même ancien résistant (engagé dès l’âge de 15 ans, il a échappé aux geôles de Klaus Barbie, il a reçu la croix de guerre à 17 ans et la légion d’honneur) ; J’ai d’ailleurs son recueil qui m’est personnellement dédicacé.

                      Ce rescapé de l’armée des ombres est visible au club des poètes, rue de Bourgogne à Paris.

                      « Vive la poésie ! »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

JC. Moreau

JC. Moreau
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès