Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Hamon, Ta Gauche Bat De L’Aile

Hamon, Ta Gauche Bat De L’Aile

Benoît Hamon, dit-on, c’est “L’aile gauche du PS”. C’est comme une étiquette. Un code-barres. Un titre. Honorifique. Comme “L’Idole des Jeunes” ou “Le Roi de la Pop”. Et rien n’y fait. Pas même le temps qui passe. Ad vitam aeternam tu restes “L’Idole des Jeunes” (même vieux) ou “Le Roi de la Pop” (même mort).
Mais “L’aile gauche du PS”, est-ce que ça peut résister au temps ? Surtout, au sein du .. PS ?
De ce PS.

Je l’aime bien, Benoît Hamon. Je le voudrais sincère. Je veux dire vraiment ancré à gauche. J’étais heureux, moi, de le voir postuler, en novembre dernier, au poste de Premier secrétaire. Je me disais, enfin, ça y est, une page peut se tourner, une bien lourde, celle des Royal, des Hollande, et même la Mitterrandienne avec toute sa clique de Jack Lang. Exit, aussi, Delanoë. Allez, ouste, du balai !
J’en rêvais.
Je ne sais s’il s’est fait balader, manipuler, toujours est-il que cette affaire a bien mal tourné, l’a fallu recoler. Ça sentait mauvais. En vrai, à plein nez, ça puait l’exécution. Écarteler Royal, coûte que coûte, la clouer une bonne fois pour toute. Et comment ?
En s’associant.
Mais pas après le vote des motions. Avant. Martine et Benoît, main dans la main, depuis le début. Eux qui se connaissent (si) bien. Tu présentes ta motion, moi la mienne, ensuite de quoi, l’ami de Jospin, le Bertrand, nous rejoindra. C’était couru d’avance. Sauf pour les militants. Et pan dans la gueule ! Et donc, recolage. Pas beau l’avion.
Va savoir, c’est peut-être là qu’il a pris un (premier) coup dans l’aile, Benoît. Son aile gauche.
Parce que, au fond, ils y ont cru, les militants, à cette candidature Hamon. Et pas qu’un peu. A 22,6% (plus que Fabius – soutenu par Hamon - aux Primaires en vue de la présidentielle 2007) ! Près d’un quart ! Un quart le désirait comme Premier secrétaire, manifestait clairement leur besoin (et leur manque) de gauche au sein de ce Parti.
Ça doit en foutre un coup, non, Hamon ? T’attendais pas, hein ?

C’est ardu, brutal, la politique. C’est tout plein de fausses victoires. Amères. Et les mains, faut les mettre, dans la merde. Accepter transactions, tractations, compromissions. Se dire, se convaincre que c’est obligé, passager. Demain, ça ira mieux. Retomber sur ses pieds. Redéployer ses ailes. A nouveau dire “non” ! Et l’emporter. A gauche. Comme le 29 mai 2005.
Alors on y va. On y retourne. Sur les plateaux de télévision. Dans les maisons de la radio. On y croit. On est hilare. Moqueur, un peu. Voilà même qu’on se permet un doigt.
Mais le journaliste, lui, n’a qu’une question, une seule à lui poser. Elle commence par Olivier. Et finit par Besancenot. En gros : “Qu’est-ce tu fous là, Benoît ? Pourquoi qu’t’es pas au NPA ?”.
Ça doit être usant, à la longue, de se faire traiter de petit Besancenot du PS, quand on est préposé au courrier. Celui de Madame Aubry. Celui d’une gauche qui n’est pas dans l’aile, mais dans le Mollet.
C’est un drôle de métier, oui, que celui de porte-parole. Surtout quand ce n’est pas vraiment la sienne. A tel point, qu’elle n’a pas droit de cité, qu’on l’entend à peine, sur une liste reléguée troisième, aux Européennes. Benoît Hamon, lui qui rêvait, parait-il, d’Armée de Terre, se retrouve dans celle de “taire”. Taire son aile. La gauche. Et faire semblant d’être heureux. De La Rochelle, par exemple. En attendant mieux. Mais quoi ?

Les belles années passent vite …” Slamait Ferré.
Ces années où joyeux, le camarade Benoît houspillait un ministre de l’éducation, le priant "de vaquer" à d’autres occupations.
Ces années où plein d’espoir, il repensait la gauche, tout en haut des petiots, les MJS. Puis, plus tard, adoubé par les "pères peinards", la lancer, la belle, la Nouvelle Gauche. Nouvelle, parce que deux “L”, c’est mieux qu’une. Or, aujourd’hui, où est-elle ?
Envolée, la jolie. Partie.
Bonjour Madame Aubry ..

Aaaah, elle l’aime bien, Martine, son Benoît. Tu penses ! Quelle chance d’avoir à ses côtés celui qui représente “l’aile gauche” d’un Parti qui, doucement, mue vers le Centre. Et pis, il est bien plus beau que le Besancenot ! Plus utile, surtout. Convertible. On s’en sert de cette aile, mais pas trop, dès fois qu’elle s’userait. Or, s’user, c’est tromper ..

…. Mais combien de temps ? Combien de temps ça va durer ? Est-ce que, comme “L’Idole des Jeunes” ou “Le Roi de la Pop” ça peut résister au temps, une “aile gauche du PS” ?
Sans Mélenchon.
Sans Larrouturou.
Sans Filoche.
Sans plus aucun partisan dans son propre camp.
Sans aucun autre mandat que celui de porter une parole qui n’est pas vraiment tout à fait la sienne ?

Ne serait-il pas grand temps, Benoît, de le prendre enfin, cet envol, loin du PS, à gauche toute, avant qu’à terre, cette armée te cloue ; avant qu’ils te la plument et te la bouffent, ton aile ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • paul 4 septembre 2009 11:18

    Hamon, caution de gauche pour le PS ,est condamné a être gentiment marginalisé, à moins
    qu’il ne fasse comme Mélenchon. Mais il lui faudra descendre encore un peu plus bas dans le reniement avec les DSK, Vals,Royal, Lang .Et ça, c’est pas pour demain .....


    • fhefhe fhefhe 4 septembre 2009 11:38

      Ha ! mon...Dieu, « Pôvre » PS.



      • jeanclaude 4 septembre 2009 11:59

        Hé oui, article touchant, mais qui ne résoud rien. Comme dirait Rocard, tant que le PS ne se sera pas prononcé sur l’économie de marché, il n’arrivera à rien de concret.
        En fait, il s’est déjà prononcé dans une déclaration solennelle de l’année dernière. Mais comme dit le même Rocard, on évite d’en parler, car çà crée la zizanie.
        Alors que la gauche se divise une bonne fois comme en Allemagne, entre un SPD et La Gauche, et le français moyen pourra y voir clair.
        Je ne comprends pas cette poursuite d’un rève d’unité sur un fond doctrinal aussi divergent par le parti socialiste le plus anachronique d’Europe, sauf erreur de ma part.


        • paul muadhib 4 septembre 2009 12:39

          salut ,je crois qu’on pourrait poursuivre le Parti S. pour faux et usage de faux, faux en écriture, tromperie sur la marchandise, et bien d’autres choses encore...


          • LE CHAT LE CHAT 4 septembre 2009 13:50

            Plus à gauche que quoi au juste ? C’est à gauche le PS ? ils sont gauches , c’est la seule certitude .....


            • moebius 4 septembre 2009 21:46

              comme Jymmy Hendrix ?


              • mamie85 mamie85 5 septembre 2009 07:29

                les regionnales approchent à droite comme à gauche on sonne le rassemblement , comme à l’armée pour le rata ....la soupe est bonne mon général car ils accourent tous ! fi des convictions , des idées , des programmes l’important c’est d’être élu ! d’ailleurs des idées pour quoi faire aurait dit brassens , il y a belle lurette que les gouvernements ne décident plus de rien , les banques , les industriels les ont remplacé depuis longtemps . France ton industrie fout le camps et avec le travail des ouvriers , des vrais alors sans travailleurs y a t ’il encore un parti ouvrier ?   


                • franc 6 septembre 2009 17:16

                  C’est vrai que ,le pauvre Hamon on a envie de le consoler quand on le voit


                  cette histoire des primaires au PS est ridicule ( avec les primaires jamais Mitterrand aurait été désigné mais Rocard )-------------------------------------------------je crois que après avoir liquidé le PC ,ils veulent liquider le PS


                  • moebius 6 septembre 2009 22:40

                    cet Hamon représente l’avenir de la gauche et aussi celle du genre humain


                    • moebius 6 septembre 2009 22:52

                      avec ces primaires au moins toutes la merde sera étalé et les peigne cul qui ont un balai dans le cul et apelle a l’unité ne pourront plus etre pris au sérieux, ça a le mérite non pas de résoudre des problémes et de gagner des élections dans le court terme, mais d’étaler les contradictions. Ca pourra de toute maniére pas etre pire que le congrés de Rennes, parce que Rennes c’est le point de non retour. La gauche quittera le conservatisme dans lequel elle s’est figée pour l’insécurité et l’affrontement et ça s’apelle l’histoire...du moins cet envol au dela du champ strict du politique occupé dans sa globalité par l’UMPc’’est tout ce qu’on peut maintenant espérer


                      • moebius 6 septembre 2009 22:54

                        mais Strauss Khan lui aissi représente l’avenir de la gauche et du genre humain, sans doute et ma belle mére aussi

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès