Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Hervé Morin ou l’appât du soleil

Hervé Morin ou l’appât du soleil

Où va donc Hervé Morin en pensant autant à son destin national ?

Président du Nouveau centre, Hervé Morin est ce parlementaire peu connu qui a réussi à s'épanouir du tragique destin du centre.

On aura du mal à enlever de l’esprit que le Nouveau centre n’est qu’une confrérie d’élus voulant rester élus.

Sa naissance très trouble, les multiples candidatures de l’entourage des députés UDF sortants aux législatives de juin 2007, et même son association, astucieuse certes mais franchement limite, avec un parti d’outremer (le polynésien Fetia Api) pour bénéficier des exceptions de la loi sur le financement des partis politiques… tout peut faire dire que loin d’être le digne représentant d’un courant de pensée peut-être minoritaire mais essentiel de la vie politique, ce parti n’a qu’un seul but pour ses membres, rester élus.

Cela a d’ailleurs bien fonctionné en 2007. Il a même préservé l’ancien groupe UDF. Il a également obtenu des portefeuilles ministériels, et pas des moindres. Il a bien négocié avec l’UMP pour les élections européennes du 7 juin 2009.

Principal artisan de ce parti, Hervé Morin. Voici un homme qui revient de loin. Ambitieux, il n’en est pas moins touchant lorsque, sur Public Sénat le 4 octobre 2011, il a évoqué avec beaucoup de franchise son oral du concours d’administrateur de l’Assemblée Nationale où son jury était satisfait de lui bien qu’il fallût le "dégrossir".

Député depuis novembre 1998 (élu à la suite de la démission de Ladislas Poniatowski élu sénateur), il fut chargé du projet UDF en 2000 et fut l’un des plus ardents soutiens de la candidature de François Bayrou en 2002 et en 2007.

Il a eu beaucoup de chance en fait. Gagnant une "primaire" face à Maurice Leroy pour diriger le groupe UDF à l’Assemblée Nationale en juin 2002, il est devenu un peu naturellement le syndic des intérêts des députés UDF sortants le 29 avril 2007, au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle où François Bayrou a refusé toute alliance avec l’UMP : « L’UDF penche à gauche et va finir à gauche. ».

Le 9 mai 2007, avec vingt et un autres députés UDF sortants (sur vingt-neuf), il annonça dans "Le Monde" son soutien au futur Président de la République. Deux jours après, dans "Paris Normandie", il se confia sur son "divorce" : « Je l’ai très mal vécu pendant dix jours et après, j’ai eu deux solutions, soit d’arrêter la politique, soit de voir mon chemin et celui de François Bayrou se séparer. ».

yartiMorinHerve02

Chargé par Nicolas Sarkozy de reconstituer l’UDF sans François Bayrou (à l’époque, cela s’appelait PSLE, parti social libéral européen et ça a failli prendre le nom de "Solide"), Hervé Morin fut propulsé à la tête du prestigieux Ministère de la Défense le 18 mai 2007. Il connaissait déjà ce ministère pour y avoir déjà travaillé comme conseiller technique de l’influent Ministre d’État François Léotard dans le gouvernement d’Édouard Balladur et en rêvait au point de siéger à la Commission de la Défense à l’Assemblée Nationale.

Dans "Le Parisien" du 9 octobre 2011, Hervé Morin a souligné son origine modeste : « J’ai vécu chaque étape de ma vie politique comme une construction. Je ne suis pas né sous les ors de la République ; mon père n’a que le certificat d’études et ma mère n’a pas dû aller au-delà de l’école primaire. Jeune, je ne déjeunais pas avec des banquiers, des patrons de grands groupes, des parlementaires ou des juges. Toutes les étapes de mon parcours, maire, conseiller général, député, ministre, sont autant de marches gravies. ».

Sur les conditions d’accouchement du Nouveau centre et les "candidatures familiales" aux législatives, Hervé Morin s’est distingué par une certaine franchise : « Il n’y a aucune combine. Il faut bien savoir que ce sont les législatives qui permettent aux partis politiques de subsister puisque l’État alloue 50 000 euros par député et par an à chaque parti. Et chaque suffrage rapporte 1,63 euro par candidat. ».

L’objectif du Nouveau centre, c’est de rester l’UDF d’avant-2002, c’est-à-dire un partenaire docile vis-à-vis de l’UMP, à tel point qu’il voulait même récupérer les droits juridiques sur la marque UDF.

Dans un premier temps, cette stratégie a eu quelques effets positifs, en particulier sur la composition du gouvernement (depuis mai 2007, il y aura eu six ministres NC : Hervé Morin, Valérie Létard, qui s’est présentée à la Présidence du Sénat, André Santini, Christian Blanc, et ceux encore ministres, Maurice Leroy et François Sauvadet), mais très rapidement, elle a montré ses limites, notamment sur sa capacité à infléchir la politique gouvernementale (que ce soit sur la réduction des déficits, sur la construction européenne ou sur la politique sécuritaire).

Depuis l’échec de la majorité aux élections régionales de mars 2010, Hervé Morin a sérieusement l’intention de se présenter à l’élection présidentielle. Au conseil national du Nouveau centre du 10 avril 2010, il avait cependant insisté sur le besoin de rassembler les centristes : « Quel que soit l’homme ou la femme qui portera nos couleurs, notre ambition, ce n’est pas l’ambition d’un homme mais d’une famille politique. ». Chose vaguement faite avec l’Alliance républicaine, écologique et sociale (ARES), à ceci près que le MoDem a refusé toute réunification qui se ferait dans le cadre de la majorité présidentielle actuelle.

La détermination d’Hervé Morin est montée de deux crans après son éviction du gouvernement (le 13 novembre 2010) et plus encore après la défection de Jean-Louis Borloo (le 2 octobre 2011).

Il a d’ailleurs raison quand il explique qu’un parti ne peut vraiment exister sous la Ve République sans avoir de candidat à l’élection présidentielle : « Quel est le sens d’un parti politique s’il décide de renoncer ? Moi, je dis : il faut un candidat pour le centre. ». C’est ce qui avait fait le déclin de l’UDF en 1995. L’élection présidentielle est le lieu par excellence du débat politique où les grandes options politiques sont discutées. Le débat de la primaire socialiste l’a d’ailleurs confirmé.

yartiMorinHerve04

Son opposition à François Bayrou, qui est à la mesure dans sa proximité d’avant-2007, l’a pourtant enfermé dans un véritable cercle vicieux. Car Hervé Morin assure aujourd’hui qu’il veut bâtir un centre indépendant (comme François Bayrou !) mais qu’il faut être clair et dire dans quel camp il appartiendrait (à savoir, dans une alliance avec l’UMP).

Le 4 octobre 2011 sur RTL, Hervé Morin refusait (sans beaucoup de logique) à François Bayrou ce rôle de "candidat naturel" du centre : « J’ai quitté le gouvernement il y a un an, j’ai fait un tour de France, j’ai écrit un livre, multiplié les propositions. (…) Sur nombre de sujets, nous sommes proches. Mais il y a une différence majeure, c’est que moi, je sais où je suis. Je ne suis pas dans l’ambiguïté. Si je ne suis pas au second tour, j’appellerai à voter pour un candidat de droite. ».

Pourtant, cinq jours après, pour peser un peu plus que depuis 2007 sur le programme de l’UMP, Hervé Morin voudrait quand même persuader Nicolas Sarkozy que son ralliement au second tour en 2012 ne serait pas mécanique : « Il n'y aura pas de soutien automatique. ». Ce qui entre en contradiction flagrante avec les reproches formulés à l’encontre de François Bayrou.

Selon Hervé Morin, effectivement, « voter Bayrou, c’est voter socialiste au second tour ! Son opposition radicale, son mépris envers Nicolas Sarkozy, même s’il tente, depuis quelques mois, de les gommer pour des raisons tactiques, le conduiront inévitablement vers François Hollande. C’est celui qui se rapproche le plus d’une démarche sociale-démocrate. Le MoDem aura tout intérêt à jouer cette carte pour reconstruire un groupe parlementaire, ce qu’il ne pourra pas faire avec l’UMP. ».

Le mercredi 19 octobre 2011, dans une ambiance détendue, c'était, pour Hervé Morin et ses députés centristes, déjeuner à l'Élysée avec Nicolas Sarkozy qui leur a parlé de pluralisme : « J'ai toujours tenu à la diversité de la majorité. Il y a entre nous partenariat et respect. ». Il faut dire que le président du groupe NC, Yvan Lachaud, a tout fait pour le rassurer en lui affirmant : « Nous souhaitons tous ta réélection, mais d'ici à février, nous ne prendrons pas nécessairement le même chemin. ».

yartiMorinHerve08

Pour le futur candidat de l'UMP, le moment est à la décrispation, un mot très giscardien : « Il faut que l'on soit le plus uni possible entre nous, on rediscutera sans crispation le moment venu. ».

Pour l’heure, Hervé Morin sait que sa crédibilité présidentielle est très faible, oscillant autour de 2% dans les intentions de vote. Il n’est lui-même pas vraiment suivi par ses propres amis de l’ARES (l’alliance du NC et des radicaux). Ni Rama Yade (choisie comme numéro deux du Parti radical valoisien ce mardi 18 octobre 2011) ni beaucoup d’autres personnalités ne seraient prêtes à le soutenir. Il ne pourrait vraiment compter que sur la "fidélité" de Jean-Marie Cavada parmi les plus "grosses pointures".

Repoussant à janvier 2012 les questions de personnes, Hervé Morin veut d'abord se consacrer au "Projet centriste" qui sera adopté à la Maison de la Chimie le dimanche 20 novembre 2011 au cours d'un conseil national du Nouveau centre.

Probablement que son but serait d’atteindre les 5%, de se rapprocher du score de François Bayrou le 21 avril 2002 (6,8%), dans une optique plus lointaine ; à 50 ans, Hervé Morin voudrait être le représentant de toute la famille centriste une fois que la génération des Jean-Louis Borloo et François Bayrou aura dépassé le cap présidentiel. Hélas pour lui, derrière lui, d’autres se bousculent déjà pour reprendre ce flambeau… et on pourrait même imaginer la création en mai 2012 d’un "Nouveau nouveau centre" pour ceux des députés NC qui souhaiteraient pérenniser leur circonscription sans sombrer avec une candidature Morin.

Où va Hervé Morin ? Un peu comme Icare, il va probablement se rapprocher trop près du soleil… et s’y brûler les ailes.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (20 octobre 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Jean-Louis Borloo.
François Bayrou.
La famille centriste.
Corinne Lepage.
Rama Yade.
L’UDF.


Moyenne des avis sur cet article :  1.84/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Jean Lannes Christopher Lings 20 octobre 2011 09:46

    Depuis quand n’avez-vous pas écris d’article qui dépasse les 30% d’opinions favorables ?


    • Fergus Fergus 20 octobre 2011 10:01

      Autre question : jusqu’à quand continuerez-vous à mépriser vos lecteurs en ne répondant jamais à leurs interrogations ou leurs interpellations ?


      • Gabriel Gabriel 20 octobre 2011 10:38

        Cet article est d’une nullité affligeante, mais comment pourrait-il en être autrement, étant donné qu’il est consacré à un valet servile et mercantile aussi inutile qu’incompétent …


        • daryn daryn 20 octobre 2011 11:07

          C’est votre commentaire qui est d’une nullité affligeante. Que reprochez vous exactement à l’article, à part son sujet qui manifestement ne vous intéresse pas, et pourquoi êtes-vous venu le lire sinon pour moinsser ? Ca vous a fait chaud au coeur ?

          Pour ma part et même si je ne suis pas toujours d’accord avec lui je trouve les articles de Sylvain bien structurés et correctement argumentés. J’apprécie le soin qu’il apporte à ses références à la presse et aux media. Je ne suis pas surpris des mauvais scores de ses articles, ni choqué qu’il ne réponde pas systématiquement aux commentaires (dont la plupart sont hors sujet).

          Evidemment on n’est pas dans le registre des généralités pontifiantes de votre dernier papier...


        • Gabriel Gabriel 20 octobre 2011 12:48

          Monsieur daryn,

          Il est vrai et je le reconnais bien volontiers que m’a critique est mal exprimée et ne concerne en aucun cas le style et la prose de Sylvain mais vise juste son contenu. Quant à mes articles qui vous déplaise, et vous en avez tout à fait le droit, je ne peux en dire autant des votres qui brillent par leurs absences. Comme tout les critiques, vous jugez ce que vous êtes dans l’incapacité de produire. Courtoisement votre.


        • daryn daryn 20 octobre 2011 14:33

          Monsieur Gabriel,

          soyez précis. Ni le style, ni la prose mais juste le contenu ? Expliquez moi ce qui est d’une nullité affligeante dans ledit contenu.

          A 14h07 il y a 10 votes sur cet article, dont 1 d’accord (le mien, j’assume) et 9 pas d’accord, dont vous êtes probablement. C’est tout de même curieux, le bouton de vote est bien étiqueté « D’accord avec l’article » OUI/NON, pas ’Cet article n’aurait pas du passer la modération« ou »Je ne veux pas entendre parler de Morin" ou que sais-je encore. Vous n’êtes pas d’accord avec l’article ? Sur quelle base argumentée ?

          Quant au score des commentaires c’est également édifiant. Votre contribution oh combien constructive de 10h38 est en tête, suivie de près par les deux réactions antérieures, tout aussi éclairantes et riches de sens. Je trouve que les auteurs d’agoravox ont bien du mérite (vous inclus) de s’exposer ainsi à la vindicte facile. Mais bon, il est vrai qu’il y a longtemps qu’on a abandonné l’espoir que le vote des commentaires mesure leur caractère plus ou moins constructif. Ca fait un peu désespérer des moyens démocratiques mis entre les mains des blaireaux.

          ...Comme tous les critiques... Ah, le retour de la revanche de la généralité pontifiante, deuxième épisode. Essayez donc de passer un article dans wikipedia et on en reparle.

          Meilleures salutations


        • Gabriel Gabriel 20 octobre 2011 15:16

          Monsieur Daryn,

          Les petits boutons de votes plus ou moins ne m’intéressent nullement. La démocratie mise entre les mains des blaireaux, comme vous le dites avec suffisance et condescendance, est un système certes imparfait mais égalitaire qui permet à chacun d’exprimer ses desideratas et de faire partager sa vision de la société. Il est vrai que ce système froisse en général ceux qui se pensent et se croient supérieur à leurs contemporains (Une sorte d’élite qui s’auto congratule en permanence) et, qui à mon avis, se croient tellement intelligents qu’ils ne jugent pas nécessaire de venir sur des sites tel que Agoravox ou sévissent (Comment dites vous déjà ? A oui les blaireaux). Que des réactions soient contraires à vos aspirations ou aux miennes, c’est ce qui fait la richesses de cette démocratie et il faut en accepté le jeu. Quant à la publication d’article, sachez que la vacuité n’appelle aucune polémique ce qui en fait la richesse consensuelle des vôtres.

          Salutations


        • daryn daryn 20 octobre 2011 16:21

          Que de contradictions en si peu de phrases. Les petits boutons qui ne vous intéressent nullement sont les outils même de l’expression égalitaire que vous trouvez si précieuse. Moi aussi incidemment.

          Ce qui me désole ce n’est pas cette expression, parfaitement légitime et désirable, mais bien son évaluation. Les marques d’adoration ou de détestation ont leur place sur agoravox, mais sont rarement constructives. Malheureusement ce sont elles qui tendent à focaliser les votes, au détriment des commentaires constructifs (au sens où ils développent ou contedisent — de manière argumentée — une thèse de l’auteur ou d’un commentaire). Ce n’est pas me semble-t-il prétendre à une quelconque supériorité que de demander que le jeu soit joué selon les règles. Ou d’espérer que la conscience et la responsabilité priment sur les tripes, ce qui est bien une condition première de la démocratie, par opposition à la démagogie facile de bien des bergers — et de certains anges, apparemment — pour lesquels l’accusation d’élitisme est une arme commune au point d’en être une marque de fabrique.

          Sur ce je retourne à ma vacuité. Bon après midi.


        • bigglop bigglop 20 octobre 2011 20:10

          Cet article est un non-évènement.
          Quel intérêt de se préoccuper de cet exemple de carriériste, magouilleur, versatile qui ne sert que ses intérêts personnels. une petite merde des écuries d’Augias qu’il faudra nettoyer en 2012.
          Qu’il disparaisse dans les égouts de la République


        • LE CHAT LE CHAT 20 octobre 2011 11:05

          lui est ses potes ont pas voulu suivre Bayrou dans sa démarche suicidaire et restent positionnés clairement à droite parce qu’ils seraient virés par leurs electeurs autrement .
          Des satellites perdus dans la galaxie sarkoziste ...............


          • daryn daryn 20 octobre 2011 11:27

            Disons plutôt qu’ils ont préféré suivre Sarkozy dans sa démarche meurtrière vis-à-vis de Bayrou. Parce que la démarche de Bayrou n’avait a priori rien de suicidaire. Dans l’élan du premier tour, s’ils avaient fait corps avec Bayrou pour réaliser le centre indépendant projeté depuis le congrès UDF de 2006, ils auraient sans doute conservé pour la plupart leur mandat de député, même avec un candidat UMP en face. Un groupe parlementaire UDF aurait pu perdurer, et Morin aurait même pu être encore ministre. En tous cas le signal envoyé vers les électeurs aurait été bien différent. C’est bien leur départ qui a permis de prétendre que Bayrou était seul et sa démarche suicidaire. C’est quand même curieux quand il s’agit de Bayrou de toujours reprocher à la victime de s’être fait assassiner...


          • Guzecha Guzecha 20 octobre 2011 13:40

            Sylvain continue son panégyrique des hommes (mal)politiques et là il est tombé sur un gros dossier !

            Non seulement Morin est falot, à la limite de l’insignifiance, mais son ego de politicard courant le cachet le pousse à justifier sa potentielle candidature par des arguments oiseux :

             Je ne suis pas dans l’ambiguïté. Si je ne suis pas au second tour, j’appellerai à voter pour un candidat de droite. ».

            Je dois être un peu concon en tant qu’électeur de base mais « Centre » ça veut bien dire entre « Droite » et « Gauche » ? Alors pourquoi pencher systématiquement à droite ?

             voter Bayrou, c’est voter socialiste au second tour !

            C’est surtout « ne pas voter socialiste au premier tour » d’où l’utilité de sa candidature pour l’UMP.

            Et des déclarations comme ça, il n’en est certainement pas avare...


            • BHL=MST 20 octobre 2011 18:13

              Pourquoi les modérateurs continuent-ils de publier les articles de cet auteur qui insupporte plus de 80 % des lecteurs ? 


              • LOKERINO LOKERINO 20 octobre 2011 18:52

                Les votes sur ce site sont la plupart du temps complètement stupides

                Ils sont uniquement fait en fonctions des opinions des lecteurs et non pas de la qualité des articles, de leur rédaction, des méthodes ou du sérieux de « l’approche journalistique » ou même de la simple liberté d’expression
                . Et les commentaires sont du même acabit .. !

                Exemple
                Quand « Imhotep » tape« sur la sarkozie quelque soit ses méthodes , ses facilités et ses grossières erreurs de grammaire et de syntaxe , tout le monde est ébahi devant la »qualité de l’article« score mini 80/90% de +
                Quand le même »auteur« tente ( rarement , peu courageux)un article sur son Modem et son idole Bayrou ou même quand il s’en prend il aux primaires socialistes ( éminemment risible venant de l’autocratique modem ») alors ses articles sont nuls , mal écrit , mal documentés score négatif a 80/90%
                le même auteur , la même« qualité » journalistique ...

                Sinon Bravo Sylvain pour votre approche et le mérite d’ouvrir le débat, je pense que coté Modem, ( partie humaniste..sic) l’arme sera le mépris

                Il n’empêche que Morin a été moins mauvais ministre des armées que Bayrou le fut de l’éducation nationale
                Morin a mené la difficile reforme de la carte des implantations militaires, Bayrou a abdiqué a sa première tentative de reforme et il s’est contanté de pantoufler avec une cogestion syndicat pendant 4 ans !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès