Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Hollande, 18 mois après

Hollande, 18 mois après

Comme chacun sait, François Hollande a basé sa campagne présidentielle, et sans doute une partie de son succès électoral de 2012, sur un programme comportant 60 engagements pour la France. Or, il est régulièrement affirmé dans les médias, souvent de manière péremptoire, que rien ou presque n’a été réalisé depuis l’entrée en fonction de l’actuel président. Qu’en est-il en réalité ?

Jamais sous la Ve République, un président n’avait été soumis à un tel pilonnage de la part des médias, et cela pratiquement dès le lendemain de son accession au pouvoir. Certes, Nicolas Sarkozy n’a lui-même pas été épargné à différents moments de son quinquennat, mais les attaques contre le précédent locataire de l’Élysée sont toujours venues des médias de gauche, les médias de droite restant dans le soutien ou, au pire, dans une prudente neutralité.

Rien de tel avec François Hollande : dès son entrée en fonction, il s’est trouvé ciblé dans le collimateur d’éditorialistes bien décidés – parfois avec des arguments d’une évidente mauvaise foi – à ne lui faire aucun cadeau, et cela dans l’ensemble des médias, de gauche comme de droite, tant de la presse écrite qu’audiovisuelle. Un constat d’autant plus étonnant qu’il n’y a guère eu de rupture entre la gouvernance actuelle et celle du quinquennat précédent, entre l’agitation désordonnée d’un hyper-président inefficace et la mollesse pateline d’un hypo-président tout aussi inefficace dans les seuls domaines qui importent véritablement aux Français : l’emploi et le pouvoir d’achat.

Peut-on pour autant accuser François Hollande d’avoir complètement renié ses promesses de campagne ? Peut-on lui reprocher d’avoir limité son action à l’attente d’un hypothétique renversement de conjoncture susceptible d’entraîner un reflux significatif du chômage, synonyme d’une possible réélection en 2017 ? Eh bien non, tout cela est en grande partie infondé : aussi surprenant que cela puisse paraître dans le climat actuel, de nombreux chantiers ont été ouverts et des promesses réalisées par le président et son gouvernement. Mais il est vrai que la désignation, lors du meeting du Bourget, d’un ennemi déclaré, la finance, pèse d’un poids d’autant plus redoutable dans le ressenti des Français vis-à-vis de l’action du président que rien n’est venu concrétiser dans les faits ce spectaculaire anathème aux allures de pierre angulaire du hollandisme.

Cette carence emblématique peut-elle masquer de réelles avancées ? Chacun peut, à cet égard, consulter à loisir la liste des engagements de François Hollande sur le site du Parti socialiste pour se faire, en se référant à sa propre perception de la gouvernance actuelle, une idée personnelle des réalisations achevées ou en cours, mais aussi des renoncements provisoires ou définitifs sur les différents points évoqués dans cette liste d’engagements. L’exercice est toutefois loin d’être aisé compte tenu, d’une part, des aspects techniques qui caractérisent la plupart des mesures en question, d’autre part, de la difficulté de connaître l’état réel d’avancement des chantiers. Qui plus est, nous n’avons pas, pour la plupart d’entre nous, l’expertise nécessaire pour procéder à une évaluation correcte. C’est pourquoi il m’a paru intéressant de me pencher sur le constat très complet réalisé – et maintenu quasiment en temps réel – par trois jeunes journalistes indépendants sur le site Lui président, un blog invité du quotidien Le Monde, récompensé par le Prix de l’innovation en journalisme 2013.

 

Les classes populaires délaissées

Or, que découvre-t-on sur leur site dans le constat intitulé Les 60 engagements ? Un panorama très complet du projet socialiste et le détail de ces 60 engagements, déclinés avec pertinence en 189 promesses sur lesquels le trio de journalistes pose un regard critique. Il ressort de ce travail sous la loupe que : 39 promesses ont d’ores et déjà été tenues ; 13 sont en partie tenues ; 95 n’ont pas encore été tenues mais sont en cours de réalisation ou restent projetées d’ici à la fin du quinquennat ; 5 sont « brisées » ou reportées sine die ; 16 sont imprécises.

Au-delà de ces 60 engagements, ce sont même près de 400 promesses de la Hollandie de campagne ou des 18 premiers mois du quinquennat qui sont passées au crible par l’équipe de Lui Président dans un outil sans précédent sous la Ve République : le Hollandomètre. Des promesses qui donnent lieu au constat suivant : 82 promesses tenues ; 30 partiellement tenues ; 107 en cours ; 124 sans début de réalisation à ce jour ; 36 abandonnées ; 21 imprécises.

Étonnant, non ? On ne cesse de brosser le tableau d’un président incapable de décider et d’un gouvernement constitué de bras cassés plus occupés par les chicayas internes que par la mise en œuvre des promesses de campagne, et voilà que l’on découvre, références aux lois et décrets à l’appui, que ces gens-là travaillent et ont d’ores et déjà mené à bien une partie significative des engagements pris par le candidat Hollande.

Certes ! Mais confrontées à des taux de chômage records et à une précarisation grandissante, les classes populaires n’en continuent pas moins de souffrir sur le plan économique. Quant aux classes moyennes, elles voient avec inquiétude se profiler de nouvelles atteintes fiscales à leur pouvoir d’achat. Tout cela dans un pays où, malgré les renforts de police, le niveau de l’insécurité reste élevé, avec, à la clé, des tensions potentiellement dangereuses pour le lien social. Or, c’est évidemment sur ces dossiers majeurs, et non sur des questions sociétales non urgentes ou des avancées techniques éloignées des conditions de vie au quotidien de nos compatriotes, que François Hollande et les acteurs de l’exécutif seront jugés.

En résumé, entre les plans sociaux sur lesquels le gouvernement n’a pas de prise, et les bourdes ministérielles*, aggravées par une communication mal maîtrisée, François Hollande ne mérite sans doute pas les volées de bois vert qui lui sont régulièrement assénées par les éditorialistes. Pas plus que les condamnations aussi incendiaires que définitives qui font florès sur les blogs du net, alimentés ici par des militants d’opposition – y compris du Front de Gauche –, et là par des Français frustrés de ne pas voir la sortie du tunnel, malgré quelques avancées, vite balayées d’un revers de souris.

Il n’en demeure pas moins qu’en politique, comme en marketing ou en management, ce n’est pas la réalité qui compte mais la représentation que chacun a de cette réalité. Or, cette représentation reste très négative, du fait tout à la fois du maintien des taux de chômage à un très haut niveau et d’une multiplication de corporatismes exacerbés qui contribue à valider collectivement l’impression d’immobilisme dans un pays non réformable. Hollande, entouré de conseillers manifestement coupés du réel – ou trop préoccupés par des intérêts partisans – en a-t-il pleinement conscience ? Au vu de sa gouvernance, perçue comme floue et sans cap bien défini par une large majorité de Français, on peut en douter.

Quoi qu’il en soit, une évidence s’impose : Le changement, ce n’est pas pour maintenant !

 

* La dernière en date, émanant des services du Premier ministre, n’est pas la moindre : en publiant sur le site de Matignon les recommandations d’un collège d’intellectuels, déconnectés des réalités du terrain, sur l’intégration des étrangers, particulièrement de confession musulmane, Jean-Marc Ayrault et ses collaborateurs ont déclenché une bien inutile polémique.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.02/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

148 réactions à cet article    


  • jako jako 16 décembre 2013 09:13

    Bonjour Fregus, pour moi il mérite cette volée de bois verts, même si cela est très fortement orchestré par les extrêmistes qui veulent impératicement profiter de la débandade pour espérer atteindre enfin le pouvoir. Je ne vois nul part de débats constructifs, juste des clivages « à fond » comme je n’ai jamais vu. Pour ma part dire qu’il m’a déçu serait faux, je n’en attendais pas grand chose, mais comme l’autre d’avant ne pas tenir ses grandes promesses, cela me déséspère.


    • Fergus Fergus 16 décembre 2013 09:29

      Bonjour, Jako.

      Que Hollande mérite ou non ces volées de bois vert qui lui sont administrées relève du jugement de chacun. Par volonté d’objectivité, j’ai simplement voulu montrer que l’exécutif n’est pas aussi immobile qu’on le prétend, de nombreux dossiers ayant avancé depuis mai 2012, contrairement à ce qui est affirmé de toutes parts. Le détail des constats effectués par Lui Président le montre avec pertinence.

      Le problème est que rien de décisif n’a été fait en matière d’emploi et de pouvoir d’achat. Bien au contraire, la fiscalité progresse par défaut de courage politique sur la réduction des gabegies qui perdurent ici et là. Or, ce sont bien ces indicateurs-là qui font la popularité ou l’impopularité d’un exécutif, particulièrement en période de crise. Comme vous, je n’attendais pas grand chose de ce gouvernement social-libéral, et la situation actuelle ne m’étonne donc pas.

      Pour ce qui est des « clivages », vous oubliez le quinquennat précédent, bien pire dans ce domaine : Sarkozy a basé presque toute son action politique sur les clivages, opposant sans cesse le privé au public, les fonctionnaires au salariés des entreprises, etc.


    • jako jako 16 décembre 2013 09:58

      D’accord la clivatitude a été très pratiquée sous NS , mais cela continue, et sur des sujtes très brulants. je vis dans deux pays FR et BE, c’est curieux de noter qu’il y a les mêmes débats avec les mêmes arguments (travail du dimanche en ce moment et « oui l’immigration est très très bonne pour nous...) personnellement j’ai compris que rien ne changera jamais, il y a »quelque chose" eux.


    • Fergus Fergus 16 décembre 2013 10:07

      @ Jako.

      Sur le travail du dimanche, le problème est le flou qui règne en maître ; sur le fond, les « pro » et les « anti » ont tous des arguments recevables : au législateur de mettre tout cela à plat pour déboucher sur une règlementation claire en prenant en compte, de manière pertinente et mesurée, les attentes de ceux qui militent, d’une part, pour l’ouverture dominicale ou tardive, d’autre part, pour la protection de la vie de famille.

      Pour ce qui est d l’immigration, là aussi tout est dans la mesure : l’immigration est nécessaire, mais elle doit impérativement être régulée pour éviter que soient exacerbés, ici et là, des situations conflictuelles dangereuses pour le lien social.


    • Gauche Normale Gauche Normale 16 décembre 2013 10:07

      Certes les médias, la droite et l’extrême droite sont de mauvaise foi quand ils prétendent détenir les solutions à nos problèmes ou quand ils attaquent le gouvernement « socialiste ». Mais ce n’est pas une excuse : j’ai cru comprendre que les 110 propositions de Mitterrand avaient été appliquées dans leur grande majorité et on a vu le résultat. Car lorsque un politique nous dit « je ferai ceci, je ferai cela », une fois élu il peut très bien faire quelque chose dont il n’a pas parlé. Hollande a t-il nationalisé Florange ? A t-il modifié le TSCG ? Non ! Il a même supprimé le RSTA, un coup de pouce aux salaires mis en place après les grèves de 2009 en Outre-Mer... par la droite ! Je sais bien qu’Hollande ne vous branche pas mais vous semblez vouloir lui trouver des points positifs. À mes yeux, c’est un pantin qui se moque de nous et qui mérite bien ses 15-20% de popularité. Et encore c’est bien payé car sa politique est consacrée en réalité au pourcent le plus riche. Si on veut avoir les coudées franches pour nationaliser, ne pas payer la dette... sortons de l’UE. Avec Hollande, on en est loin.


      • Fergus Fergus 16 décembre 2013 10:28

        Bonjour, Gauche Normale.

        Je suis d’accord avec vous sur ce qu’est foncièrement Hollande et sur ce qui ne peut que ressortir d’une politique qui reste foncièrement d’inspiration libérale et par trop coupée des attentes populaires.

        Je tente cependant de remettre un peu d’objectivité dans le panorama, le rejet sans nuance n’étant pas bon, à mon avis, pour les idées que je soutiens car avant tout porteur pour les extrémismes.


      • Kern Kern 16 décembre 2013 10:08

        Désolé Fergus

        Nullos alias la Rustine est nul à chier

        Le costard est trop grand : il a beau s’empiffrer pour pouvoir le remplir ; il restera trop grand

        En plus il s’est entouré d’une bande de branquignoles de premier choix

        Pas un , pas une , pour redresser l’autre : à croire qu’il l’a fait express

        La seule trace qu’il restera de lui quand il sera viré avec pertes et fracas sera une trace de merde dans le slip de Marianne

        http://compte-a-rebours-francois-hollande.fr/

        Dans le meilleur des cas pour lui , dans le pire pour nous


        • Fergus Fergus 16 décembre 2013 10:29

          Bonjour, Kern.

          Merci pour cette opinion toute en nuance et d’une rare élégance.


        • Kern Kern 16 décembre 2013 12:25

          @ Fergus

          Parce que c’est vous et que je vous aime bien : je suis resté soft pour exprimer mon dégout de l’ éctoplasme élyséen  smiley


        • Constant danslayreur 16 décembre 2013 12:31

          Un ectoplasme à l’Élysée ? il est de retour l’errant ? hé bé et dire que je ne l’avais pas cru...
          « Je crois aux forces de l’esprit et je ne vous quitterai pas »

          C’est Élisabeth t’essûr qui l’a ramené ?


        • pergolese 16 décembre 2013 10:10

          Franchement, vous pensez sérieusement que l’on a voté hollande à cause de ses « promesses » (mot à bannir !) ?

          Il s’agissait avant de se débarrasser de Sarko. Or, Il n’y avait qu’une seule option possible : hollande.

          Manque de pot : il est pire que sarko.


          • Fergus Fergus 16 décembre 2013 10:31

            Bonjour, Pergolèse.

            Il se trouve que je suis d’accord avec vous, et c’est pourquoi j’ai mentionné dans le chapeau que Hollande ne soit qu’en partie son élection à son programme, la majorité des électeurs ayant voté avant tout contre Sarko.


          • CASS. CASS. 16 décembre 2013 14:06

            Pire que sarko c’est difficile , disons qu’ umps et cie sont complémentaires , leur but final est le même conduire à la soumission totale à leur maître le N.O.M dictature mondiale et esclavagisme et monstruositées généralisées, pour eux mére terre la faune la flore et les dits hommes ne sont que des produits à exploités sans que celà mérite le moindre respect et son trone à jerusalem ; le trone de l’axe du mal


          • Fergus Fergus 16 décembre 2013 15:55

            Bonjour, Cass.

            Pire que Sark,o, c’est en effet difficile, voire impossible, même si Hollande à fait jusque là de gros efforts pour se mettre à niveau.

            Personnellement, je persiste à penser que, même si les intérêts des oligarchies sont très largement pris en compte par les partis de gouvernement de type PS, UMP ou UDI, le N.O.M. est un concept très largement fantasmé.


          • Arnaud69 Arnaud69 16 décembre 2013 16:17

            « le N.O.M. est un concept très largement fantasmé. »

            Doit on en déduire que les maîtres de Fergus l’ont mis dans la confidence de toutes les modalités.
            Comment être certains qu’ils ne vous ont pas menti autant qu’ils nous mentent et autant que vous nous mentez à vous faire passer pour ce que vous n’êtes pas : Un type de gauche radicale opposé au nouvel ordre mondial.

            Le totalitarisme c’est bien gentil mais on a déjà vécu la même chose par le passé, non merci.


          • CASS. CASS. 16 décembre 2013 16:18

            N. O. M un fantasme pour Fergus qui préfére ne surtout pas regarder plus loin que le bout de ses pompes et de son pré carré, umps et cie même but mêmes maîtres http://www.dailymotion.com/video/x8cbv8_sarkozy-et-le-nouvel-ordre-mondial_news


          • Fergus Fergus 16 décembre 2013 16:28

            Ni dieu, ni maître, ni mentor politique !


          • Arnaud69 Arnaud69 16 décembre 2013 16:37

            @ CASS

            Pour nier autant, faire autant d’angélisme, il n’est pas question d’inconscience ou de merde dans les yeux mais de propagande en toute connaissance de cause.

            A moins qu’il soit totalement déglingué, ce qui est loin d’être le cas vu sa fielleuse stratégie d’évitement et sa propagande déguisée en angélisme.


          • Fergus Fergus 16 décembre 2013 16:59

            @ Arnaud.

            Je cesse de répondre à vos commentaires puisque vous êtes manifestement un troll.


          • Arnaud69 Arnaud69 16 décembre 2013 17:03

            Fergus

            Un troll qui argumente et contre lequel aucun de vos contre-arguments ne peut tenir la route.
            En revanche certains trolls sur ce fil, vous ne les traitez pas de troll bien sûr.

            Deux poids, deux mesures, comme d’habitude !


          • Xenozoid Xenozoid 16 décembre 2013 17:05

            il est sionist,il a toujours raison,Sa vérité est sienne


          • Xenozoid Xenozoid 16 décembre 2013 17:22

            je veux dire Arnaud :->


          • Fergus Fergus 16 décembre 2013 17:37

            @ Xenozoid.

            La différence entre lui et moi est le doute : un sentiment que je connais et qui semble lui être totalement étranger.


          • Xenozoid Xenozoid 16 décembre 2013 17:38

            @fergus,on est d’accord


          • Arnaud69 Arnaud69 19 décembre 2013 11:38

            @ CASS

            Pour des vieux retraités des 30 glorieuses comme les grandes gueules connues sur agoravox TOUT est fantasme car ils vivent dans une réalité qui date d’il y a 40 ans, ils pensent que rien n’a changé.

            Ces vieux despotes veulent à tout prix nous imposer leur propagande par le chantage : Si tu ne pense pas comme moi tu es un vilain, tu es un capitaliste, tu es de droite, tu est raciste, tu es donc pour MLP.

            Nous imposer par la violence verbale et la propagande un monde qu’ils n’ont jamais vécu eux mêmes et dans lequel ils ne vivront pas !

            Et ça veut se faire passer pour « démocrate » ...


          • Fergus Fergus 19 décembre 2013 15:27

            Bonjour, Arnauld.

            Je ne sais pas ce que pense Cass de votre avis (peut-être y répondra-t-il), mais la caractère entier, péremptoire et fermé au doute, semble plutôt de votre côté, comme nous le remarquions ci-dessus avec Xenozoid. Les certitudes, souvent assénées avec une forme de virulence, vous appartiennent, c’est pourquoi votre post est étonnant. Personnellement, il n’y a guère de sujet sur lequel j’ai une opinion totalement arrêtée.


          • Arnaud69 Arnaud69 19 décembre 2013 15:34

            Bonjour Fergus

            Disons que je lapide avec des commentaire qui sous leur forme déplaisent, c’est un de mes points communs avec Mélenchon.
            Il n’en reste que sous le fond les questions sont réelles...

            On ne peut pas utiliser toujours les mêmes vieilles recettes éculées en pensant qu’elles soient au goût du jour, sans regarder l’évolution du contexte de 2013.

            Là où je ne digère pas c’est que je me suis fendu de réunir, recopier, stocker tous le « hic » des propos de Mélenchon et d’autres.
            Bout-à-bout c’est une calamité d’une clarté indigeste.

            Heureusement que je ne veut surtout pas devenir rédacteur, si je sortais ces phrases l’une après l’autre dans un article ou une vidéo remise dans le contexte socio-économique actuel, Mélenchon semblerai bien décalé pour ne pas dire bien pire ..


          • Arnaud69 Arnaud69 19 décembre 2013 15:54

            Pour ce qui est de CASS nous avons les mêmes données sous les yeux, normal que nous soyons confrontés au même constat.
            Certainement que lui aussi a bien fouillé notre histoire pour comprendre la réalité des faits au delà des légendes.

            CASS est en droit de croire en Mélenchon comme je suis en droit de ne pas y croire, je suis athée voire même carrément païen opposé aux monothéismes il en est de même pour les thèses droite / gauche qui datent de 1789...
            On nous a bien assez enfermé dans ces boites manichéenne qui servent à la digestion en version officielle de la pièce de théâtre.

            Je ne détiens pas la vérité à moi tout seul en revanche je ne pense pas que mes interventions soient inutiles pour débusquer certains faits établis pas vraiment au crédit de la mauvaise bouille qu’on veut nous faire avaler de tous côtés.

            Là où certains croient encore à droite / gauche moi je crois en pro-NOM ou anti-NOM bien au delà des barrières politiques et de la petite comédie qu’ils jouent pour le « bon peuple ».
            Il ne fallait surtout pas qu’ils pensent que ça allait être une partie de plaisir.

            Aussi fourbes puissent-être les maîtres du monde à chaque fois que des malades ont tenté de forcer la nature, forcer les peuples, ou tenter un empire mondial, ça s’est terminé dans un bain de sang, la ruine de tous, l’empire s’est effondré.

            Depuis 3000 ans c’est tenté régulièrement, depuis 3000 ans ça échoue à chaque fois pour le plus grand malheur des peuples qui subissent ces folies.

            Après si vous me parlez de mes propos sur certains retraités des 30 glorieuses je les assume à 100%. Le souci c’est que les recettes ne changent pas depuis tout ce temps pour certains d’entre-eux. J’ai les mêmes à la maison je vous rassure.
            Heureusement que tous les retraités ne sont pas aussi volontairement aveugles des réalités d’aujourd’hui.
            Être militant et passionné c’est bien mais encore faut-il ouvrir sa fenêtre et changer d’air régulièrement pour voir ce qui se passe réellement sans voir que ce que l’ont veut bien voir.


          • Arnaud69 Arnaud69 19 décembre 2013 16:04

            Pour mettre un peu d’humour je vous propose une séquence culte, je banderai. quand j’en aurais envie : Que ce soit pour le métissage obligatoire, l’immigration subie, la chasse au racisme fictif dans un seul sens, la laïcité dans un seul sens...

            Parce que de très grands l’ont dit avant moi !

            Sur ce coup là tous nos politicards qui donnent des leçons qu’ils n’appliquent pas à eux mêmes ont de grosses carences culturelles !


          • Arnaud69 Arnaud69 19 décembre 2013 23:18

            Melenchon exige des Français une repentance collective éternelle pour ce que leurs ancêtres ont fait en 1848 mais pour lui même il estime qu’inciter les autres à la repentance c’est être un salaud : 

            « C’est toujours les mêmes mécanismes, vous regrette hein. humiliez-vous, prosternez-vous, baissez la tête, baissez les yeux, c’est ce que nous ont toujours dit les puissants.
            Et eux
            (qui se prosternent) ce sont leurs laquais.
            Comme disait Voltaire : Le laquais en imitant les vices de ses maîtres il a l’impression de s’approprier leur puissance.
            Et eux c’est ça, c’est simplement ça qu’ils savent faire ! »

            Donc Mélenchon est selon ses propres critéres un salaud qui veut que les laquais que nous sommes nous prosternions pour les fautes de nos ancêtres datant de 1848 !

             la preuve en vidéo !

            CQFD..


          • Abou Antoun Abou Antoun 16 décembre 2013 10:16

            Peut-on lui reprocher d’avoir limité son action à l’attente d’un hypothétique renversement de conjoncture susceptible d’entraîner un reflux significatif du chômage, synonyme d’une possible réélection en 2017 ? Eh bien non
            Eh bien si, Fergus, c’est même le principal reproche que je fais au candidat et au président Hollande. La croissance c’est le problème, pas la solution. La croissance n’est ni possible ni souhaitable, le salut de l’humanité passe par la décroissance simultanée (démographique et partant, industrielle). Il faut donc inverser les réflexes, ce qui suppose une vraie réflexion politique et des décisions courageuses.
            Hollande semble inconscient de tous ces problèmes soulevés par le rapport Meadows dans les années 70 et qui sont réalité aujourd’hui, mais il me semble que vous mêmes n’en êtes pas très conscient. C’est dommage car je vous considère comme une personne cultivée et intelligente.
            En outre comment pouvez-vous écrire une énormité pareille :
            Il n’en demeure pas moins qu’en politique, comme en marketing ou en management, ce n’est pas la réalité qui compte mais la représentation que chacun a de cette réalité
            Quand vous ne parlez pas de politique vous êtes sans nul doute le meilleur rédacteur d’AV. mais il me semble que vous-même restez enfermé dans un système de pensée fondé sur des postulats n’ayant plus cours.
            Je vous conserve tout le respect qui vous est dû.


            • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 décembre 2013 10:27

              Il faut donc inverser les réflexes, ce qui suppose une vraie réflexion politique et des décisions courageuses.
              On touche là le point faible de la démocratie (de ce qu’il en reste plutôt) : obtenir l’assentiment des électeurs, c’est regarder le court terme. Le seul moyen de sortir du piège des idées périmées tout en restant dans la démocratie, c’est donc une évolution de l’électeur lui-même. Comme c’est un processus long, la réalité nous aura sûrement expliqué avant - et durement - en quoi nous devons changer.


            • OuVaton OuVaton 16 décembre 2013 10:57

              "Hollande semble inconscient de tous ces problèmes soulevés par le rapport Meadows dans les années 70 et qui sont réalité aujourd’hui, mais il me semble que vous mêmes n’en êtes pas très conscient. C’est dommage car je vous considère comme une personne cultivée et intelligente.« 

              Eh oui, les années 70... 40 ans déjà. C’est incroyable ce manque de prise en compte de la réalité de notre société. C’est bien ça qui nous conduit à penser que droite et le PS c’est pareil. Que ce soit la campagne de Ségolène en 2007 ou cette de Hollande en 2012, le même discours sur »le salut par la croissance". Au delà de Meadows, ces gens n’ont ils jamais lu (et compris) l’œuvre d’André Gortz ?

              Et puis, comme dit l’article, il y a les ministres hors sol... déconnectés... dans leur microcosme... Peillon qui, en pleine réforme scolaire majeure (peut-être utile mais très secouée) se présente aux européennes.... Aucune vergogne comme disait ma grand-mère !


            • Fergus Fergus 16 décembre 2013 11:17

              Bonjour, Abou Antoun.

              Je comprends d’autant mieux votre commentaire que je perçois globalement les choses de la même manière que vous. Mais peut-être me suis-je mal exprimé, par exemple avec cette phrase « Il n’en demeure pas moins qu’en politique, comme en marketing ou en management, ce n’est pas la réalité qui compte mais la représentation que chacun a de cette réalité. » Ce n’est évidemment pas à l’immobilisme de Hollande sur les seules questions d’emploi et de pouvoir d’achat que je faisais allusion ici, mais à toutes les composantes de l’action des pouvoirs publics, y compris dans de nombreux domaines d’un intérêt immédiat moindre pour nos compatriotes. C’est pourquoi j’ai parlé de représentation de la réalité, la majorité des Français considérant que l’exécutif n’agit sur rien alors que c’est assez largement faux. Mais les points majeurs évoqués sont tels qu’ils agissent comme un prisme déformant bien compréhensible.


            • Fergus Fergus 16 décembre 2013 11:48

              Bonjour, Pepe.

              Vous avez raison, convaincre les électeurs des bienfaits de la décroissance (que prône, non sans raison, Abou Antoun) demandera un processus long, et cela d’autant plus qu’il se heurtera au formatage d’une société élevée depuis des décennies dans le consumérisme et l’individualisme.


            • Abou Antoun Abou Antoun 16 décembre 2013 11:49

              @ Pepe
              D’accord avec votre commentaire, mais le temps presse. Je crains que lorsque les événements vont apporter la preuve irréfutable que l’analyse est juste il sera trop tard, s’il n’est pas déjà trop tard.
              Les élections présidentielles sont une formidable tribune. J’attends que des candidats, sans le moindre espoir d’être élus, expliquent aux électeurs quelle est la situation et quels sont les enjeux. Quand les événements leur donneront raison ils deviendront crédibles et on se souviendra peut être d’eux. Pour le cas Hollande j’ai longtemps balancé entre l’idiotie et la mauvaise foi, mais il est possible que les actes d’allégeance que le candidat a fait, avant même d’être candidat (vassalité des USA via l’OTAN, enfermement dans l’Europe et son ultra-libéralisme, etc.) le rendent à jamais prisonnier du système et incapable du moindre mouvement.
              Hollande ne bénéficie que d’une circonstance atténuante à mes yeux, il n’était, au niveau des intentions, pas pire que ses compétiteurs. Il fallait bien une nullité comme Sarkozy pour le faire élire.Maintenant au niveau de la réalisation il est peut-être pire.


            • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 décembre 2013 11:59

              @Abou Antoun
              il est sûrement déjà trop tard. Il faudrait penser à sauver les meubles, mais on pense encore à changer les meubles.


            • Abou Antoun Abou Antoun 16 décembre 2013 12:02

              Fergus,
              Vous êtes assis entre deux chaises. Vous êtes un électeur de gauche traditionnel, un véritable démocrate et vous commencez à réaliser que vous avez été trahi.
              Il va vous falloir abandonner le navire de la gauche traditionnelle qui n’apporte plus rien, même dans sa version ’dure’, je n’ai pas l’impression que notre ami Mélenchon soit beaucoup plus éclairé que Hollande sur les vrais problèmes de l’époque, son message résumé ’on va tout prendre aux riches et ça ira’ n’est que pure démagogie . La chose est d’autant plus difficile que EELV n’est pas une alternative (eux c’est l’idiotie et la corruption à l’état pur).
              Nous sommes donc tous à attendre un ’messie’ qui ne viendra sans doute jamais. Les gens doivent se rassembler autour des idées, pas des hommes. Pour l’instant c’est la traversée du désert.


            • Fergus Fergus 16 décembre 2013 12:02

              Bonjour, OuVaton.

              Le fait est que la rapport Meadows (issu des travaux du « Club de Rome ») a été (et reste) un document important, la course effrénée à la croissance étant antinomique avec le salut de la planète. Pour autant, les perspectives négatives soulevées par ce rapport sont loin d’être aussi négatives que l’annonçait le document pour les années que nous vivons.

              N’a-t-il pas été pertinent ? Si, bien sûr, car même si les effets décrits tardent à se manifester avec acuité, ils ne sont pas moins inscrits dans la réalité de ce qui nous attend. Abou Antoun (j’ai oublié de lui répondre sur ce point) a raison d’y avoir fait allusion, même si le rapport avec le contenu de l’article n’est que marginal, le thème traité n’étant pas le bien-fondé ou pas de la poursuite d’une économie libérale basée sur la recherche constante de croissance dans une société qui en a de moins en moins les moyens.

              Merci d’avoir cité André Gorz - auquel j’ai fait allusion dans les commentaires d’un article publié samedi par une élue UDI de Paris - pour le contenu de ses travaux et pour sa vision lucide sur la nécessité de prendre en compte la dimension environnementale.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès