Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > #Hollande déclare la guerre… aux socialistes !

#Hollande déclare la guerre… aux socialistes !

Avec François Hollande président, la guerre à la finance n’aura pas lieu. Inutile de démontrer, inutile de polémiquer. Il suffit de regarder la politique économique et sociale conduite par notre président élu à gauche et qui dirige finalement à droite toute. En revanche, il y a bien une guerre menée par le général François. Cette guerre, il la mène avec conviction, avec acharnement depuis longtemps. Cette guerre ne l’oppose pas à la spéculation, au Cac 40 et aux prédateurs financiers. Cette guerre l’oppose à la gauche en général, et aux derniers socialistes frondeurs, affligés et « sursauteurs » qui peuplent le PS. Là encore, inutile de démontrer, inutile de polémiquer pour s’en convaincre. Il suffit d’entendre les déclarations de ses lieutenants, petits ou grands.

Commençons par les propos du premier d’entre eux, Manuel Valls. Sa seule nomination au poste de premier ministre constitue, en soit, une provocation, une grande manœuvre, un fait qui atteste nos propos. Mais la récente déclaration de notre premier ministre, craignant pour la survie de la gauche si, d’aventure, elle ne poursuivait pas la politique de l’offre et autres exonérations de cotisations préconisées par le Front National lui même, fait office de déclenchement des hostilités. Car ce qu’il sous entend, derrière son attaque éclaire, lors du dernier conseil national du PS, n’est rien d’autre que la validation totale et sans condition de toutes les thèses libérales du moment. En clair, pour que la PS Made In Solférino ne périsse pas, il faut qu’il se transforme en un énième parti de droite.

 


Quand #Valls fait les poubelles du #FN par sydne93 cambaRaison pour laquelle, dès le lendemain du commencement des hostilités contre les quelques récalcitrants « sursauteurs », frondeurs et affligés du PS, le premier secrétaire du parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, fraîchement déposé à la tête des troupes de la rue de Solférino sans vote et sans concertation, les menace de scission, donc de manière à peine volée d’exclusion. Leur crime ? Défendre une gauche socialiste plutôt que libérale, productiviste et contre réformiste.

 

bartoPuis, le président de l’assemblée nationale, Claude Bartolone, un « Aubryste » de la première heure, menace à son tour. Le budget on le vote ou alors on bascule dans l’opposition. A l’aide de propos totalement infantilisants à l’égard des adeptes du sursaut, il affirme que la fronde des affligés ne poursuit qu’un seul but. Sauver, ça et là, une circonscription, un siège dans une région ou un département. Dit autrement et sans décodeur, il remet en cause la sincérité de cette centaine de députés qui aspire à un PS socialiste. Le coup est dur, la frappe chirurgicalement administrée.

-Enfin, Jean-Marie Le Guen lance l’assaut frontal. Le secrétaire d’état, proche du général François, ne veut plus de gauchiste au PS. Du reste, « il n’y a pas d’alternative politique à gauche, pas de poussée électorale » précise-t-il. Pour gagner donc, le PS doit être de droite et débarrassé d’une gauche qui conduirait à la défaite. Le coup est direct et n’appelle aucune autre interprétation possible : le PS on l’aime à droite ou on le quitte ! Les frondeurs affligés ne doivent plus se contenter de sursauter. Maintenant ils doivent choisir leur camp !

frondeursToutefois, disons le sans détour ; les premiers assauts contre la gauche socialiste ont, en vérité, été menés par les frondeurs affligés et « sursauteurs » eux mêmes. En s’abstenant pour certains, en votant favorablement pour d’autres, toute une série de textes voulue par le général François, ils ont considérablement affaibli le camp de la gauche au profit des adeptes de la politique de l’offre libérale :

  • ainsi, la règle d’or inscrite dans la constitution est passée sans encombre particulier.
  • Ainsi, la TVA anti sociale qui ne devait pas voir le jour en cas de victoire sur Sarkozy est désormais un principe actif du financement de notre protection sociale.
  • Ainsi, les salariés français devront faire faces seules à leurs employeurs en cas de licenciements économiques, car l’ANI a bien été voté, les amendements promis ont fini par s’envoler.
  • Ainsi, l’augmentation de la durée de cotisation retraite est désormais chose faite sans aucune fronde, sans aucune affliction, sans aucun sursaut d’envergure au moment des faits.
  • Ainsi, pas une voix n’a manqué au général Hollande lors des votes sur les budgets 2013 et 2014, alors que ces budgets organisaient l’austérité et la rigueur pour les uns, la grande distribution de cadeaux pour les autres.

Mais depuis les municipales sont passées par là et beaucoup de frondeurs « sursauteurs » affligés se sont mis à craindre le pire. Le PS de leur général en chef ne les protège plus. Beaucoup ont perdu leurs sièges comme les Français perdent leur boulot, c’est à dire soudainement et brutalement. Alors, choqués et enfin confrontés au principe de réalité, ils craignent plus que jamais de disparaître définitivement. Ils osent donc la fronde. Ils se sentent tout à coup affligés. Ils sursautent !

Ils menacent de ne pas voter le budget. En retour, on leur rappelle que le rejet d’un budget revient à rejeter une majorité. Dans les faits, en politique, voter contre ou s’abstenir sur un tel vote revient à se placer dans l’opposition. Les frondeurs passeront-ils de l’affliction à l’action ? Passeront-ils des sautillements sur place à la construction d’une gauche recomposée ? Oseront-ils finalement franchir ce pas qui consisterait à quitter un parti qui ne veut plus d’eux, qui les maltraite, qui les insulte et qui, par dessus tout, ne souhaite plus d’une gauche socialiste ? Comprendront-ils ou non que la guerre menée par François Hollande, depuis qu’il a accédé aux commandes du Parti Socialiste en 1997, n’a d’autre but que de les éradiquer de l’intérieur ? Et sa tactique fonctionne. Au dernier congrès de Toulouse, les futurs frondeurs pesaient 20% en comptant très large. Deux fois moins que 10 ans auparavant.

Alors pour ne plus trahir l’idéal socialiste, il faut certes ne pas voter le budget. Mais il ne faut pas se laisser aspirer par une spirale libérale sans fin qui, si elle devait se poursuivre en l’état, nous conduirait dans le mur F Haine en ligne droite et à pleine vitesse. Ne plus fronder mais choisir. Ne plus sursauter mais sortir pour construire avec beaucoup d’autres un nouveau pacte de gauche. Dans une guerre, on ne peut pas appartenir à l’armée que l’on combat. Il faut choisir son camp. Quitter l’affliction pour passer à l’action.



Le PS, « tu l'aimes ou tu le quittes » ? par liberation

Sydne93


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 23 juin 2014 09:42

    Depuis Mitterand...la gauche a toujours fait une politique de droite pour les patrons..pas pour le peuple...ça se saurait.. ?
    Hollande est dans la continuité simplement..et les couillons qui ont voté pour lui..ben sont des cocus des urnes.. !


    • lsga lsga 23 juin 2014 15:09

      le peuple ? Donc les patrons ne font pas partie du peuple ? 


    • claude-michel claude-michel 23 juin 2014 16:39

      lsga...vous enfoncez une porte ouverte.. ?


    • lsga lsga 23 juin 2014 16:47

      bin c pas clair : quand l’extrême droite dit « le peuple », ça comprend tout le petit patronat. 

       
      a gauche, on préfère le terme « prolétariat », qui est clairement défini, et qui ne comprend pas le patronat. 

    • Spartacus Spartacus 23 juin 2014 09:56

      Peut être les gauchistes devraient se « renseigner » sur ce qu’est le « libéralisme » pour ne pas associer des socialistes a cette doctrine.


      Les valeurs libérales sont la liberté individuelle, la créativité individuelle, la responsabilité individuelle, l’indépendance personnelle, l’équité des droits individuels, etc...

      C’est donc une éthique de tolérance, contraire au collectivisme (selon lequel le dirigisme et l’iniquité des droits des uns contre les autres doit prévaloir)...

      Les socialistes ne sont pas libéraux, mais « clientélistes ». Chacun peut voir une inflation de demande de droits sociaux par les groupes de pression crocodiles qui "réclament et obtiennent l’iniquité sur les autres.

      • jako jako 23 juin 2014 10:17

        Spartacus, votre avion ne part pas trop tôt non ? alors voilà, si le socialisme a permis la collectivisation des pertes/dettes sur la société, pouvez vous affirmer que le liberalisme ( qui a conduit à cette situation) l’aurait empéché ?


      • Ruut Ruut 23 juin 2014 14:27

        jako, L’UMPS a flingué le pays économiquement en privatisant les parties rentables et en nationalisant le non rentable, bilan des coûts aux citoyens toujours plus haut pour des services toujours moins bons.

        Spartacus a au moins le mérite de défendre le pure libéralisme, pas le capitalisme de magouille (socialisme) telle qu’il est appliqué dans notre pays.


      • lsga lsga 23 juin 2014 15:08

        au delà des valeurs qui sont un fatras idéologiques sans consistance ni utilité ; rappelons qu’en aucun cas une personne augmentant les impôts ne peut-être qualifiée de « Libérale ».

         
        Hollande augmente les impôts massivement sur les grandes entreprises, pour les réduire au niveau des PME. C’est une politique d’intervention, de prélèvement et de subventionnement, c’est strictement contradictoire avec le libéralisme.

      • G.L. G.L. 23 juin 2014 20:29

        Absolument d’accord avec Spartacus ! L’Etat n’a pas mené de programme Socialiste depuis 2012, je vous l’accorde. Mais ça ne fait absolument de lui un « libéral ». Il en est très loin avec un Etat qui aaadddooorrrreee s’ingérer dans nos vies privés comme professionnelles.

        Il n’en ont rien à foutre du peuple, de notre liberté, de l’intérêt public. Soyons tous d’accord sur une chose pour une fois... La classe politique est (majoritairement) animé par une seule motivation, le pouvoir !


      • LE CHAT LE CHAT 23 juin 2014 10:40

        plus que 3 ans à les subir , mais on est certains que les français vont être pris de nausée rien qu’à la vue d’un bulletin de vote socialiste ! smiley  smiley  smiley


        • xmen-classe4 xmen-classe4 23 juin 2014 13:30

          ou c’est alors payer d’office les bacheliers toute leur vie comme des ministres. ou encore un distributeur qui ne bloque pas de la carte ?


          • xmen-classe4 xmen-classe4 23 juin 2014 13:35

            en angleterre soit ils veullent que tout le monde fasse les putes ou alors ils ont bien mangé et veullent se reposer.


            • xmen-classe4 xmen-classe4 23 juin 2014 13:46

              dans l’ordre il y a hollande, copé, chatel, sarkozy et philippot.


              • xmen-classe4 xmen-classe4 23 juin 2014 13:51

                hollande et bayrou ont refusé de se départager sur un ring de boxe, ça veut pas dire que vous l’aurriez fait.


                • CorsairePR CorsairePR 23 juin 2014 17:00

                  Il n’a pas le choix s’il veut gagner en 2017, il siphonne l’ump et gagne au 2nd tour contre Marine, simple et implacable, c’est en tout cas mon pronostic...


                  • SALOMON2345 23 juin 2014 19:46

                    Je crois que beaucoup confondent être DE gauche et être À gauche !
                    Ainsi Kouchner et Besson (et bien d’autres aujourd’hui qui attendent la direction exacte du vent) étaient À gauche et non DE gauche !!!
                    Après réflexion, la remarque n’est pas insignifiante...
                    Salutations


                    • xmen-classe4 xmen-classe4 25 juin 2014 18:04

                      non mais par contre , certains ministres arrivent et commence par vomir.


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 juin 2014 19:48

                      Hollande fait ce que que font tous les Gouvernements depuis le Traité de Maastritch : il met en place les politiques décidées à Bruxelles qui conviennent à la finance, aux multinationales et à Washington... 

                      L’UE, c’est ça et rien d’autre !

                      La feuille de route pour 2014/2015, ce sont les GOPé, les Grandes Orientations de la politique Européenne, qui viennent d’être publiées début Juin par la Commission européenne.

                      * Privatisation de la SNCF

                      * Fin des CDI et du SMIC

                      * gel des retraites et des pensions ;

                      * Dégressivité des indemnités chômage etc etc...

                      Les Députés ne servent plus qu’à jouer une pièce de théâtre pour faire croire que quelque chose d’important peut se décider en France. C’est Viviane Reding qui est venue leur expliquer : « Il n’y a plus de politiques intérieures nationales. »

                      Si les députés mécontents ne votent pas, ou votent contre, le gouvernement est mis en minorité, il y a dissolution, et vu l’abstention aux dernières élections, le PS va suivre la route en pente douce du PCF... , par ici la sortie ! Donc, ils vont voter.

                      Vous même proposez « un nouveau pacte de Gauche », pour faire quoi ?

                      Si c’est pour sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, comme le propose l’UPR, les Français tendront une oreille attentive.

                      Si c’est pour faire croire qu’on peut mener une politique de Gauche en restant dans l’ UE, regardez du côté du FDG, les électeurs n’en veulent plus non plus !

                      Ce que les Français veulent ce sont des Partis politiques qui s’occupent de la France et des Français.

                      Ils en ont soupé depuis 35 ans des promesses d’ Europe sociale !


                      • xmen-classe4 xmen-classe4 25 juin 2014 17:59

                        la pub pour apple sur la rime est faite pour toi.
                        tu chantes tu siffles,
                         
                        visiblement, il n’y a jamais tes députés sinon que grâce à la proportionnel.


                      • zygzornifle zygzornifle 24 juin 2014 14:20

                        Hollande est au Socialisme ce que la sorcellerie Vaudou est à la médecine.....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

PS


Palmarès