Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Hollande en route pour un « 21 avril 2002 »

Hollande en route pour un « 21 avril 2002 »

Comme Jospin, en 2002, Hollande se « droitise » au fil de ses déclarations.

Inquiétant pour la gauche, dont l’électorat naturel attend, au contraire, un discours de rupture nette avec le sarkozysme.

Conséquence, en une semaine, les intentions de vote pour l’ancien premier secrétaire du PS ont baissé de 5 points.

JPEG - 8.9 ko
En tête dans les sondages, le candidat socialiste s’éloigne-t-il d’un discours de gauche ? Apparemment !

Quand ils leur sont favorables, voire flatteurs, comme c’est le cas pour François Hollande, après la défection contrainte de Strauss-Kahn, les sondages ont ceci de hasardeux pour les candidats : ils les rendent béats et les font assez vite décrocher de réalités intrinsèques, comme celle d’être un homme de gauche. Une réalité maladroitement « niée » par Jospin, en 2002, qu’il a payé par une cuisante défaite au premier tour de la présidentielle.

François Hollande, qui est censé incarner les idées de gauche, non les idées libérales assassines de son adversaire Sarkozy, a-t-il retenu la leçon ? Apparemment non. Au fil des semaines, le député de Corrèze, chouchou de Chirac, semble vouloir avancer « socialisme masqué » ou, en tout cas, se débarrasser d’une trop forte empreine « gauche », de crainte d’être « éjecté » de la course. Aurait-il revêtu les habits convenables du libéralisme, que l’on reprochait déjà à Strauss-Kahn ? 

Actuellement en tête dans les sondages, à force de se différencier du peuple de gauche, comme l’avait fait Jospin en déclarant « qu’il n’était pas le candidat des socialistes », à quelques semaines du scrutin, Hollande pourrait bien subir la même mésaventure.

A moins que l’ancien premier secrétaire du PS ne se rende compte rapidement, qu’à force de lisser son portrait en homme convenable pour la droite et le CAC 40, il risque de perdre la confiance de son électorat naturel, ce que certaines enquêtes commencent à montrer. Le hic, c’est que les sondages agissent comme une drogue pour ceux qu’ils « consacrent »...

L’arrière-pensée naïve de piquer des voix à droite

Aveuglés, les « couronné(e)s » d’un jour oublient que nombre de ces sondages, sortant d’officines servant la droite sarkozienne, sont trafiqués à dessein, pour mettre en lumière l’adversaire le plus facilement battable. C’est ce qui s’est produit en 2007, avec Ségolène Royal, improbable candidate, devenu potentielle future présidente, qui s’était vue artificiellement glorifiée « madone de gauche » pour laisser la voie libre au fou Sarkozy.

A quel scénario assistons-nous, côté socialiste, à quelque dix mois de l’élection ? Les causes produisant immanquablement les mêmes effets, dix ans après le séisme du 21 avril 2002, on prend (presque) les mêmes et rebelote : le discours s’éloigne à nouveau d’un discours de gauche, avec l’arrière-pensée naïve de piquer des voix à droite dès le premier tour.

L’égarement « Royal » de 2007, et les péripéties du PS, ressoudé in extrémis par Martine Aubry au congrès de Reims, en 2008, dans un contexte tendu, aurait pourtant dû faire réfléchir ses membres. En vérité, le débat entre socialistes libéraux et socialistes de gauche n’a jamais été tranché. Résultat : exit Jean-Luc Mélenchon et ses amis, dont le pari de faire émerger un vrai Parti de Gauche a finalement été couronné de succès.

Hollande ou le complexe de gauche

Hollande est-il encore de gauche ? Lui qui, en mai 2005, a commis, avec nombre d’autres socialistes ralliés à l’utralibéralisme, le faux-pas, aux yeux du vrai peuple de gauche, de voter pour le très libéral Traité sur la Constitution Européenne, rejeté par près de 55% des Français. La question peut choquer ses partisans. Pourtant, Hollande réagit effectivement en libéral sur deux sujets sensibles : le déficit budgétaire et la retraite.

Le déficit budgétaire. « L'ex-premier secrétaire du PS estime que la gauche doit respecter l'objectif actuel du gouvernement de réduire les déficits publics dès 2013, alors que le programme socialiste table plutôt sur 2014. » Reuters, 17/07/11.

Que Hollande ait le souci de réduire le déficit s’inscrit dans une volonté de bien faire. Mais à quel prix et qui paiera ? Les mêmes ? Les réponses sont générales et imprécises.

Là où une position de gauche forte s’imposerait (primauté de l’Etat sur les banques, etc.), Hollande ne remet en cause que timidement le diktat des agences de notation américaines -Moody’s, Fitch, etc.- sur les budgets des Etats Européens et sur la Banque Centrale Européenne.

« Les nouveaux cadeaux fiscaux sur l'ISF comme l'accumulation des dettes vont continuer de peser au point que les agences de notation nous surveilleront pendant toute la campagne. »

 Il semble avaliser implicitement une situation de fait : la privation de la gestion financière et budgétaire des Etats, soumis comme des entreprises privées, aux aléas du marché, ne s’opposant pas à la proposition « libérale » de ses amis socialistes européens (PSE), de créer une agence de notation européenne (souhait également de Martine Aubry).

Un abandon de souveraineté sur les finances publiques préoccupant de la part d’un homme appelé à occuper les plus hautes responsabilités.

La retraite. Ses déclarations sur le non-retour au droit à la retraite à 60 ans pour tous sont sans ambigüité :

« Les Français ayant cotisé 41 années doivent pouvoir partir à 60 ans, avec une retraite à taux plein, la condition étant qu'ils aient cotisé 41 années.(…). La variable d'ajustement, c'est la durée de cotisation, à l'avenir, il n'y aura plus d'âge légal de la retraite. Tout sera déterminé par rapport à la durée de cotisation ».

« Il faut que le programme du PS se limite à indiquer que "pour les retraites, nous rétablirons l'âge légal à 60 ans et nous abrogerons la réforme de 2010 ».

Rétablissement de l’âge légal ou pas ? Ses propos sont pour le moins contradictoires ! A-t-il oublié les millions de Français battant le pavé des rues, tout au long de l'année 2010, pour défendre ce droit emblématique d’une nation socialement avancée ?

Compter sur l’antisarkozysme : un pari risqué

Comme Jospin, il tente d’attirer à lui des électeurs de droite dès le premier tour. Une stratégie pourtant risquée. L’offre à droite et à l’extrême droite suffit amplement à l'électeur de droite lambda. Glaner sur les brisées du centre relève de chimères entretenues par Royal, qui avait un temps tendu la perche à Bayrou. Lequel Bayrou, au passage, n’a pas dit son dernier mot dans cette élection. Une dispersion dans le discours qui entraîne la confusion chez les électeurs de gauche comme chez les électeurs de droite.

Hollande, et plus généralement les socialistes, misent sur l’antisarkozysme pour se faire élire, sans trop s’avancer sur un programme de rupture nette avec le sarkozysme. Ils risquent de déchanter et semblent mal évaluer l’exaspération des Français de plus en plus enclins à assimiler ump et ps.

S’ils s’obstinent dans cette stratégie de négation, ou de relégation, des idées qui fondent les valeurs de la gauche humaniste, Hollande, Aubry, Royal et, dans une moindre mesure Montebourg, ont toutes les chances de se fourvoyer et de connaître la saveur âcre de quatre défaites consécutives à la présidentielle, en 24 ans.

Fidéliser son électorat naturel au premier tour

Frappés d’amnésie, ils oublient que François Mitterrand a construit sa victoire de 1981, à partir d’une véritable union à gauche et des 110 propositions contenues dans son programme. Il s’agissait alors de fidéliser son électorat naturel, pour passer sans encombre ce délicat premier tour, qui a grisé les mines de plus d’un qui « s’voyaient déjà, en haut de l’affiche ». Une dégringolade dont Mitterrand et Chirac sont les seuls à s’en être remis.

Jospin, en 1997, a gagné grâce à un positionnement à gauche, en s’appuyant sur la « gauche plurielle ». 

Point d’union à gauche en 2012 ! Les écuries PS, Front de Gauche, Europe-Ecologie Les Verts, NPA, partent en ordre dispersé. Sarkozy doit se gausser ! Peut-être a-t-il tort !

En effet, malgré toutes les magouilles d’une campagne qui s’annonce odieuse -affaire Strauss-Kahn, rumeurs sur Aubry, contre-rumeurs, etc.- l’agité de l’Elysée ne parvient désespérément pas à redorer son image. Au point que, même en face d’un Strauss-Kahn, pourtant déconsidéré, il perdrait au second tour de la présidentielle : 54% contre 46% (sondage BVA/ORANGE du 12 juillet.)

Un capital d’intentions de vote qui pourrait vite fondre…

Le capital d’intentions de vote, aujourd’hui fort en faveur de Hollande et Aubry, devrait inciter les socialistes à retrouver le langage d’une gauche décomplexée, s’ils ne veulent pas le voir fondre comme neige au soleil au fil des semaines à venir.

Le dernier sondage publié par CSA pour BFM TV/RMC/20 Minutes, le 13 juillet, laisse déjà apparaître un effritement pour Hollande, qui ne ferait plus que jeu égal avec Sarkozy, avec 26%, alors qu’une semaine auparavant, un sondage BVA le voyait caracoler allègrement en tête avec 31% contre…. 23% seulement à Sarkozy.

La fin de la retraite à 60 ans fut une victoire emblématique pour l’extrême-droite sarkozyste. Revenir sur cette loi scélérate revêt un caractère symbolique, au-delà même du soulagement que ressentiront des millions de Français bafoués, qui y étaient très majoritairement opposés, et l’ont manifesté massivement tout au long de l’année 2010.

Un engagement clair sur ce droit serait de nature à rassurer un électorat qui, sans cela, grossira les rangs des abstentionnistes.

Hollande, Aubry, Montebourg, Royal le comprendront-ils… à temps ?

Verdi


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • sissa 18 juillet 2011 10:38

    En 1988 Mitterrand avait pris un profil centriste, ce qui ne l’avait pas empêché d’être réélu haut la main.
    D’autre part chaque étape a sa propre logique : le second tour n’est pas le premier, et les primaires répondent à une autre stratégie : il s’agit avant tout d’apparaître comme un candidat qui a les moyens de triompher.


    • goc goc 18 juillet 2011 10:47

      on ne peut pas comparer les deux situations

      Mitterrand a été élu parce qu’en face il avait un candidat de centre droit. Actuellement on est en face d’une extremisation des positions, et dont on a vu le premier exemple avec l’échec de Hulot face a Joly

      moi je en serais pas surpris de revoir Sego choisie par les militants


    • JL JL 18 juillet 2011 10:38

      La question est-elle de savoir si Hollande est de gauche ou bien si le PS est de gauche ?

      Hollande est là où est le PS.

      Deux voies me paraissent aujourd’hui porteuses d’espoir : Mélenchon et Asselineau. Sont-elles compatibles ? Et si oui, alors les voix sont concurrentes devant les électeurs.

      Si 21-avril il doit y avoir, alors il n’en faudrait qu’une, pour qu’elle soit présente au deuxième tour, en lieu et place de JMLP. Cela est-il possible ?


      • goc goc 18 juillet 2011 10:42

        Hollande finira comme hulot

        chaque virage à droite du gouvernement ne fera que développer une réaction vers l’extrême gauche de l’électorat de gauche.


        • FRIDA FRIDA 18 juillet 2011 11:12

          Un pauvre type, voilà ce qu’il est, et il nous prend pour des ballots,

          http://www.dailymotion.com/video/xh26ks_francois-hollande-et-la-dette-publique-accablant_news


        • fhijk 18 juillet 2011 11:28

          Hollande : faux socialiste, nie la question de la loi de 1973 privatisant la monnaie au profit des banksters, s’est affiché avec un néo-conservateur lors du référendum sur le TCE en 2005, joue une comédie de proximité, « n’aime pas les riches », mais né riche, en vacances bling bling avec une « journaliste » du milieu, a fraudé l’ISF (selon le Canard en 2007 les Royal ont fraudé l’ISF), sans bilan intellectuel en 10 ans à la direction du PS, sans leadership, sinon aurait été candidat en 2007, a soutenu l’assassin Battisti


          • PtitLudo PtitLudo 18 juillet 2011 11:30

            Si effectivement ils ont pour stratégie de se droitiser (à la Valls), on n’ira pas pleurer leur absence au second tour.

            J’espère que Montebourg se démarquera, enfin encore faudrai-t’il que les médias lui donnent un peu la parole...


            • fhijk 18 juillet 2011 11:35

              bonjour Verdi

              êtes-vous favorable à une alliance EELV-Montebourg ?

              si Montebourg souhaite rester crédible, qu’il quitte les faux socialistes du PS !


              • Verdi Verdi 18 juillet 2011 11:52

                Bonjour fhijk,

                Je suis favorable à une alliance de tous ceux qui ont la fibre sociale chevillée au corps et qui mesurent chaque jour le péril que représenterait un second mandat pour le fou de l’Elysée. 

                S’agissant de votre hypothèse, je doute que Montebourg prenne le risque de se marginaliser .

                Une alliance avec EELV n’est pas contre nature. De toute façon, si un candidat de gauche l’emporte, il y aura accord de gouvernement avec EELV et Front de Gauche.


              • hgo04 hgo04 18 juillet 2011 12:10

                Fibre sociale ??

                Si vous pouviez nous expliquer ce que la fibre sociale peut faire contre les décisions européennes construites par tous, droites et gauches, sur le capital ??

                Je serai bien curieux de savoir comment faire plus de social avec moins de moyens.. Comment taxer un riche vivant au bénélux ? Comment taxer une entreprise ayant délocalisé en roumanie ??

                 


              • wesson wesson 18 juillet 2011 12:30

                bonjour hg04

                « Comment taxer un riche vivant au bénélux ? Comment taxer une entreprise ayant délocalisé en roumanie ?? »

                très simple :
                pour le riche vivant au bénélux, il suffit de l’attendre lorsque de temps à autre il revient en France, et faire quelque chose dans le gout de ce que les USA font : Ils prennent le différentiel entre les impôts du pays d’accueil et leur impôts !

                et pour l’entreprise ayant délocalisé en Roumanie, il suffit de taxer la différence de prestation sociales aux salariés entre les 2 pays, pour les produits de l’entreprise qui voudraient être vendus en France. De cette manière là, on pourrait parler de concurrence réellement libre et non faussée, car il deviendrait totalement inintéressant pour ladite entreprise d’aller chercher ailleurs des salariés payés en paquets de chips ...

                En fait, tout ceci est très simple et parfaitement réalisable, mais je comprends parfaitement qu’il faille dire que c’est impossible, There Is No Alternative etc etc ...


              • hgo04 hgo04 18 juillet 2011 13:14

                Hum.. ce serait plus simple de fermer les frontières et faire payer une taxe de douane..

                Mais vous avez raison.. sachant que RENAULT a délocalisé la plus grande partie de sa production hors de france avec la bénédiction des socialistes qui veulent faire du social sans argent...


              • Danielle2 18 juillet 2011 14:09

                pour répondre à hgo je lui signale qu’il y a en Franvce 75 milliards de niches fiscales, 70 milliards de fraude fiscale ...........qu’il y a eu en France 40 000 familles de plus qui sont passées dans le clan des très riches, alors assez de ce misérabilisme de vaincu,de l’argent il en a et ce qui ne sont pas contents s’il faut payer plus comme dit Melenchon « qu’ils s’en aillent »

                je fais personnellement confiance à Ségolène Royal pour mettre un peu d’ordre là dedans !!


              • hgo04 hgo04 18 juillet 2011 18:21

                Mais trés chere danielle : Toutes les niches fiscales qui seront supprimées entraineront de facto un déplacement des valeurs dans un pays européen qui se fera un plaisir extreme de recueillir ces fonds, voire même leurs propriétaires...

                La fraude ?? si vous parlez de cet argent qui franchit les frontières, oui.. je vous suis.. mais dans fraude, comptez vous aussi les allocations parents isolés qui ne le sont pas, etc etc etc ??? Les grandes richesses trichent, nous le savons, les malheureux aussi...

                Il faudra quand bien même vous y faire, la gauche vous a montré ce que vous êtes : des moutons.. les veaux étant jeunes, ils sont pardonnables.

                Quand on vous dit que l’on va faire du social en même temps que contruire l’europe, alors que vous voyez ce qu’il se passe en grèce, en irlande, en espagne, au portugal, en italie maintenant, dites vous bien que soit vous êtes naïve, soit bien pire...

                La gauche travaille à la construction européenne qui elle même est faite pour le capital, pas le social...


              • barbapapa barbapapa 19 juillet 2011 09:42

                Comme 98% des français ne se sentent pas riche, il suffit de dire qu’on va les faire payer et ça marche. Faire payer les autres tout le monde peut approuver. C’est facile.

                C’est du « populisme » comme on aime a en accuser les autres.

                Les riches c’est comme des oiseaux sur un arbre. Continuez de jouer du clairon, ils partirons.
                De votre fierté vous direz que ce n’est pas grave. « On a pas besoin d’eux ». Ils créeront des richesses ailleurs.

                Par contre s’attaquer à l’injustice sociale, le social à crédit, comme mettre à la retraite trop tôt des salariés de la fonction publique. 
                Calculer autrement que sur les 6 derniers mois la retraite des fonctionnaires. Mettre fin aux bonifications qui constituent un privilège. 
                Que nennI - Pas un mot des candidats de gauche - Sujet tabou -
                Ça touche 25% de la population qui vote majoritairement à gauche en situation de monopole, ultra syndiquée, et 1 personne en fermant un simple bouton fait chier toute la France pour garder son privilège- sujet tabou -


                PS parti infiltré par le lobby de la fonction publique. 
                80% des élus, 98% des représentants sont issus du secteur protégé. 

                Ce parti subventionné aux dirigeant parachutés (passe droit), pose un problème d’équité et de représentativité.
                La catégorie socio professionnelle des salariés protégés est « sur-représentée », elle demande toujours plus d’impôts, sans se remettre en question. Cela pèse sur tous les français qui s’appauvrissent en payant du temps libre injuste à ces catégories sociales (bonifications).
                 

              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 18 juillet 2011 11:36

                Tout le monde sait qu’en ce qui concerne l’Elysée, il n’y a ni Gauche ni Droite. Pourquoi suivre encore le balancement du Pendule ? Les faux « socialistes français » sont plus capitalistes que les capitalistes ! Et les UMPistes sont plus à Gauche que les Gauchistes !

                2012 devrait mettre fin au leurre démocratique français en stoppant net le Pendule Gauche-Droite, ce qui ouvrira les yeux aux Français ! L e Front National doit recueillir le maximum des voix, seule condition de redonner la confiance aux Français qui se sentent de plus en plus comme des débris de l’Histoire !

                C’est vrai que Hollande est aussi nul que l’était Jospin ...

                Mohammed MADJOUR.


                • Alpo47 Alpo47 18 juillet 2011 11:39

                  Hollande reprend les idées de ... DSK.
                  Rien à attendre de lui, en terme de changements favorables aux 90% qui peinent.
                  Mondialisation, libéralisme, europe et euro ... Le PS version 2011.


                  • Verdi Verdi 18 juillet 2011 11:40

                    De l’importance relative de la dette.

                    Je vous recommande la lecture de l’article de Perezt, aujourd’hui, sur Agoravox :

                     

                    Dette ? Et alors ? Diraient Keynes et Shakespeare



                    • non666 non666 18 juillet 2011 12:06

                      François Hollande a suivi le programme « Young Leader » des FAF ( la French American Foundation) en 1996 : http://www.french-american.org/files/liste-yl-fr-81-10.pdf

                      François Hollende est invité, non seulement des diners annuels du CRIF , mais aussi de ses petits dejeuners entre amis :
                      http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=6573&artyd=77

                      François Hollande est l’invité regulier des diners du Siecle , à l’Automobile Club de france :
                      http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-pierre-anselme/260511/dsk-invite-surprise-au-diner-du-siecle

                      Depuis que l’investissement mediatique majeur a base de sondages trucqués et d’articles dhytirambiques sur DSK a fait Choux blanc, les acteurs mediatiques du nouvel ordre mondial ont semble t’il decidé de mettre en selle Hollande à la place de pervers pepère.
                      Hiers, nul ne semblait pourvoir rivaliser avec DSK nous juraient les instituts de sondage.
                      Aujourd’hui : abracadabra Hollande le peut !
                      Rotshild qui s’etait deja payé l’Humanité s’est payé « Liberation » comme un Riberi se paie une nuit avec Zahia !
                      Aucun de nous ne doute de la reelle et profonde conviction marxiste de cette grande famille de banquier apatride qui oscille entre le communisme orthodoxe (L’Humanité...) et le Maoisme originel (C’est le fond decommerce de Liberation a son lancement).
                      Puisque la presse perd de l’argent et que les banquiers en gagnent toujours, c’est forcement par conviction qu’ils se paient des journaux, c’est evident.

                      L’autre possibilité serait qu’ils se paient de l’inFluence et que la presence de BHL et de Thierry de Montrbrial dans le capital ne serait que la marque visible de la remise au pas de la pensée unique au service du nouvel ordre mondial, mais nous nous refusons a de telles odieuses conclusions...
                      Idem à droite d’ailleurs ou la presse Dassault (Le Figaro et valeurs actuelles entre autres) se specialise dans le controle de l’opinion « de droite » reduite a n’dtendre que la vision liberale du monde...

                      Bref a gauche un social-liberal, atlantiste et pro-israel remplace DSK , un liberal-social atlantiste et pro-israel...
                      Heureusement , pour faire le mechant , il y aura en face un Liberal pur jus, pro-USA et proIsrael  : Nicolas Sarkozy !
                      http://chabad-lubavitch-neuilly.blogspot.com/2007/11/president-avec-la-benediction-du-rabbi.html

                      http://www.youtube.com/watch?v=jnvNDbj18_Q

                      Comme dab, sauvez sur vos disques durs ces données, elles pourraient disparaitre des sites indiquées juste avant la presidentielle .

                      Il y a des precedents :
                      Nicolas Dupont Aignan n’est plus sur la liste de la frenc american foundation depuis que nous l’avons montré du doigt avec les implications que cela avait pour sa posture de gaulliste de façade et de souverainiste d’illusion.
                      En 2005 nous montrions que la Turquie n’etait pas la seule candidate etonnante a voulor rejoindre l’Europe.
                      Sur le site du senat et celui de la presdieence de la République , il y avait les marques du passage du presdient israeliens venu quemander l’aide et le soutien de la france pour que son pays puisse faire parti de l’UE.
                      Depuis tout ceci a été retiré de ces sites.
                      La democratie sous Sarkozy dissimule ces marques visibles d’un vaste complot visant a abartardir l’idée originelle d’Une Europe grande puissance homogene pour en faire un simple echelon local de la mondialisation aux ordres d’interets bien compris.


                      • fhijk 18 juillet 2011 14:25

                        êtes-vous avec Asselineau


                      • non666 non666 18 juillet 2011 16:43

                        Non.

                        Ma conviction est que tous les souverainistes, gaullistes, lepenistes, megretistes et memes chevenementistes doivent se reunir, a un moment ou un autre et fusionner.

                        Idem chez les marxistes authentiques, d’ailleurs.

                        Le reste n’est que dans la posture, la segmentation du marché electoral en tribu pour nous faire croire a de vrais choix alors qu’ils ne nous presentent que des facettes difrentes du nouvel ordre mondial.

                        Si nous votons liberal (UMP) nous irons plus vite dans les reformes qui subordonerons notre avenir aux grands interets financier logés dans les paradis fiscaux off-shore.
                        Si nous votons pour la version rose du N.O.M, la circulation des travailleurs et leur mise en concurrence sera facilitée par la demagogie sur le thème de la lutte contre les discrimination
                        Si nous votons vert nous aurons les taxes « vertes » : le finacement de leur nouvelle politique via l’impot recoloré pour l’occasion.

                        Dans tous les cas, le New World Order gagne.

                        Sauf si on peut les montrer du doigt pour crime contre l’humanité ou apologie de crime contre l’humanité, qui sont imprecriptibles, de part leur propre volonté, evidemment.
                        Et la, on les egorge tous d’un coup.

                        Mais il faudrait un sujet valide, un complot monstrueux avec des milliers de mort et des mensonges qui les implique tous....

                        Vont ils gagner ?



                      • NEPNI NEPNI 18 juillet 2011 17:39

                        « Mais il faudrait un sujet valide, un complot monstrueux avec des milliers de mort et des mensonges qui les implique tous.... »

                        ah bientôt 10 ans, tictac tic tac


                      • Néo-Résistant Néo-Résistant 18 juillet 2011 12:19

                        Au delà de la rupture avec le sarkosysme, c’est avant tout la rupture avec le libéralisme que les citoyens de gauche attendent, or, a-t-il abandonné le libéralisme ? à ma connaissance non !

                        De plus en plus de citoyens de gauche ont compris que le socialisme était incompatible avec le libéralisme et la prise de conscience est beaucoup plus importante que nos zélites politiques le pensent !

                        Pour le moment, c’est Jean Luc Mélenchon qui a ma préférence et je ne vois personne au PS qui puisse être crédible !

                        http://twitter.com/NeoResistant



                        • jef88 jef88 18 juillet 2011 12:24

                          Hollande se « droitise » au fil de ses déclarations.
                          et Sego aussi......

                          Fondamentalement
                          Un enarque peut il être un vrai socialiste ????


                          • Danielle2 18 juillet 2011 14:12

                            ah bon, prouve le !!


                          • Furax Furax 18 juillet 2011 14:43

                            à Danielle2

                            MONSIEUR Jeff 88 pose une question !
                            Et on ne tutoie pas un Vosgien sans son autorisation ;

                            Une « tête de veau »


                          • jef88 jef88 18 juillet 2011 21:53

                            Les têtes de veau c’est à Rambervillers !
                            Mois au choix je suis une tête de lard ou une tête de bois......


                          • Furax Furax 18 juillet 2011 22:37

                            A Ramber bien sûr !
                            Tête de lard c’est vraiment le générique et ça va souvent avec tête de bois et même tout le reste (« un moniteur c’est pas en bois ! » !
                            Bon, tout ça c’est de l’ésotérisme vosgien, nos excuses aux autres !


                          • papi 18 juillet 2011 16:03

                            @ calmos

                            Ce qui fait peur aux socialistes de France, c’est qu’il n’y a plus de socialisme, toutes leurs têtes se roulent sans état d’âme dans un doux et juteux capitalisme ultra libéral, C’est simple le socialisme est devenu un club de bourgeois plein de fric, qui décide qu’un des leurs deviendra
                            le chef du club !! mais ou sont passées les voix du peuple, ??
                            Les votants PS est en train de s’apercevoir qu’ils sont en train de se faire avoir par un système
                            superposable UMP et PS , et que ce qu’ils souhaitent restera lettre morte..

                            Français Réveillez-vous !! et choisissez la voix de la raison , la seule Candidate qui incarne un socialisme populaire est Marine Lepen, son futur programme vous montrera ce qu’elle compte faire pour le peuple , pour les ouvriers, les agriculteurs , dans une vritable politique sociale et économique à l’écoute de l’ensemble des Français..


                          • wesson wesson 18 juillet 2011 12:36

                            bonjour l’auteur,
                            effectivement, ça se droitise sec au PS ces derniers temps.

                            D’une part, Aubry comme Hollande ont dit qu’ils seraient dans les clou du 3% de déficit pour 2014, ce qui veut dire qu’ils vont nous la jouer à la grecque.

                            D’autre part, pas un mot sur cette première étape franchie à l’assemblée nationale pour faire inscrire dans la constitution la limitation des déficits. Et par effet de bord, entériner le contrôle absolu du budget de l’état par la commission européenne, dont je crois judicieux de rappeler qu’elle n’est pas élue.

                            Bref, la fausse gauche dans toute sa splendeur, qui lorsque arrivé au pouvoir dira « j’voudrais bien remettre à 60 ans les retraites comme je l’ai promis mais j’peux point le gouvernement précédent a laissé les caisses vides et c’est la criiiiise ! »

                            Il n’y a vraiment rien à tirer de ces politiques là !


                            • hgo04 hgo04 18 juillet 2011 13:17

                              Je voudrai bien mais...

                               

                              Tiens, tiens.. CHIRAC nous l’a faite celle la.. c’est pas moi, c’est l’europe... !!!


                            • HELIOS HELIOS 18 juillet 2011 12:43

                              ... mais vous n’avez pas compris ? Tous ces gens là, ne sont ni de droite ni de gauche !

                              Ils sont dans des partis politiques differents, comme les coureurs cyclistes sont dans une equipe... juste pour gagner la course. Le sponsor ils ne le connaissent pas : socialisme, liberalisme, democratie ce ne sont que des mots qui sont annonés au fil des meeting, des interviews et que tous ceux qui se font abuser, gobent comme du petit lait..

                              Un exemple, Manuel Valls, peut il etre socialiste et se retrouver dans une reunion du groupe Bilderberg ? ben non, lui, il est ce qu’il est, il a choisi le cheval socialiste pour arriver au pouvoir. N’attendez pas de lui ni un programme socialiste ni autre chose que le chemin du NWO.

                              Et je ne vous parle pas de Segolene Royal...

                              Merci pour votre article. 


                              • barbapapa barbapapa 18 juillet 2011 18:20

                                Effectivement, dans les années 70 il n’y avait plus de place à droite pour les Enarques.

                                Ils ont massivement intégré le parti socialiste à cette époque.
                                Depuis impossible de s’en défaire.
                                ils sont entrés en politique avant bien des dictateurs de la planète comme Kadafi, ou Ben Ali ou Moubarack ou...
                                Un emploi à vie de postulant aux élections.


                              • le journal de personne le journal de personne 18 juillet 2011 12:55

                                Royal et son rival
                                Elle : Tu ne l’emporteras pas au paradis
                                Lui : pourquoi ? Parce qu’il est pavé de mauvaises intentions ?
                                Elle : non, parce que tu vas perdre mon amour
                                Lui : « je réussirai », c’est le mot de tout matelot qui va à sa perte
                                Elle : le mal, tu ne sais pas ce que c’est, tu es normal !
                                http://www.lejournaldepersonne.com/2011/07/royal-et-son-rival/


                                • arobase 18 juillet 2011 13:23

                                  bonjour

                                  ce sont les vacances. faute de programmes vraiment connus et débattus  de l’ump, du fn, du ps, la période est sans doute propice à des supputations, analyses vagues, confuses, « il semble que, il est probable que. » un 21 avril pour un tel, ou un tel..."...

                                  l’opinion et les sondeurs se sont bien magistralement trompés sur hulot/joly.

                                  bien des choses vont bouger à la rentrée. la prudence est de règle, et il ne faut pas trop personnaliser les choses, ce n’est pas un (ou une) dictateur qu’un va élire mais des équipes, des valeurs, des projets.

                                  • volpa volpa 18 juillet 2011 13:41

                                    Dire la vérité ne paie pas ?

                                    C’est mieux les démagos style Aubry.


                                    • Benoit 18 juillet 2011 13:42

                                      Comment pouvez vous douter de l’engagement de gauche de François Hollande, toute sa vie, depuis ses 25 ans, il a construit son engagement, sans jamais osciller et avoir à changer sur ses convictions et ses valeurs fondamentales : la politique pour lutter contre les inégalités économiques et sociales, la politique pour construire une Europe politique intégrée...
                                      Sauf que aujourd’hui, la zone euro est en grand péril à cause d’une chose simple : la faillite des comptes publics des Etats et le manque crucial de solidarité entre eux. La proposition forte de François Hollande de redresser les comptes publics par une réforme de fond de notre fiscalité, aujourd’hui archaique, injuste et peu rentable est inévitable pour consolider notre économie, sans quoi la Grèce, le Portugal, l’Espagne, demain c’est nous.
                                      C’est là tout l’inverse du libéralisme, c’est au contraire pérenniser les conditions pour que le politique et l’État régulateur puisse continuer à agir.


                                      • Dzan 18 juillet 2011 14:27

                                        Faut pas effrayer le bourgeois , point barre.
                                        Passer pour un« partageux » est la pire des infamies pour un « socialiste » à la sauce française.
                                        Sortent tous de l’Ena ces mecs la.
                                        Ils tirent à pile ou face, droite ? Gauche ?..... Gauche, Shit j’ai perdu.


                                        • Marc562 18 juillet 2011 14:51

                                          Parce que dire la vérité sur le danger des déficits publics, comme le fait Hollande, c’est se droitiser ? Quelle vision lumineuse !

                                          Allez demander aux grecs si ce ne sont pas les catégories populaires qui ont le plus à craindre d’une politique économique qui ne prend pas en compte assez tôt la maîtrise de la dette.

                                          Si la droite a réussi, à force de brainwashing, à faire croire aux Français qu’elle savait gérer les comptes publics, à la différence de la gauche, et ce au mépris total des réalités économiques de ces dernières décennies, de grâce ne tombez pas dans le même panneau ! Voilà qu’un socialiste s’engage à prendre ce défi à bras le corps, et le voilà fiché immédiatement à droite !

                                          Je me félicite qu’un socialiste, profondément socialiste comme son engagement et son projet le montrent, ai justement le courage de dire qu’une vision politique dénuée de contraintes n’en est pas une, et que s’imposer de les maîtriser, ce peut être au service d’une politique de gauche. 


                                          • Verdi Verdi 18 juillet 2011 15:37

                                            ........................@ Marc562

                                            Le libéralisme, que sert Hollande, fait peser sur la masse les excès des modes de vie outranciers d’une minorité cynique, laquelle a trouvé dans la finance, plutôt que dans la production de biens destinés à adoucir la condition humaine, après les dérégulations monétaires, imposées d’abord par Nixon en 1971-rupture des accords de Bretton Woods, qui assuraient une relative stabilité des monnaies-, puis en France, par Giscard qui en 1973 a livré la monnaie aux banques, le moyen de s’enrichir sans limite.

                                             

                                            Un des moyens inventés pour maintenir la pression est né de la gymnastique budgétaire : le déficit. Il est brandi très opportunément chaque fois que se font jour des revendications susceptibles de mettre en danger le système néolibéral, c’est-à-dire la loi de la jungle ou l’exploitation de l’homme par l’homme !

                                             

                                            Ce que demande l’électeur lambda de gauche, qui garde en mémoire les avancées sociales des deux derniers siècles, grâce aux luttes et à l’éclairage de grands humanistes, tel que Jaurès, c’est qu’à l’occasion de cette présidentielle, une personnalité de gauche rompe catégoriquement avec l’ultralibéralisme, dont l’unique justification est de continuer à enrichir une poignée d’êtres humains au détriment des autres.

                                             

                                            C’est cette vérité, et non celle décrétée par ceux qui ont intérêt à faire perdurer ce système tueur de vies humaines, qui me semble la plus défendable.

                                            Outre ses tares multiples, le sarkozysme caricature la politique et l’enferme dans un fascisme rampant, dévastateur pour les valeurs de générosité qui fondent la république.

                                             

                                            Il semble évident à une majorité de Français, de droite comme de gauche d’ailleurs, de ne pas laisser développer davantage la mauvaise graine sarkozienne ultralibérale, compte-tenu des dégâts causés à la population, aux plus fragiles notamment.

                                             

                                            Ce qui signifie, faire le choix d’un président qui tournera radicalement le dos à une politique baignant dans le libéralisme.

                                            ...................... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès