Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Hollande et Merkel : les enfants politiques de Tony Blair

Hollande et Merkel : les enfants politiques de Tony Blair

L’ancien premier ministre britannique, longtemps très populaire au pouvoir, a depuis acquis une odeur de souffre du fait, notamment, de son soutien aux opérations désastreuses en Irak. Et si 2015 avait révélé à quel point il est la source d’inspiration d’Angela Merkel et François Hollande  ?

 
De Tony Blair à Angela Merkel…
 
Comme le rappelle Le Figaro, en politique, la triangulation consiste à reprendre des propositions phares de ses adversaires politiques pour les mettre en difficulté. Même si cela choque son camp, en général, ceux qui sont choqués continuent en général à préférer la copie à l’orginal. Et cela perturbe doublement l’opposition : cela peut attirer une partie de son électorat, favorable à ces idées, et qu’ils voient mises en œuvre par la majorité, puis, cela peut la pousser à se radicaliser pour se différencier de l’équipe au pouvoir, devenue trop proche dans les idées qu’elle soutient. Le soutien à la guerre en Irak pourrait bien représenter un cas de triangulation en Grande-Bretagne. En général, l’équipe au pouvoir choisit de telles transgressions sur des sujets qu’elle sait populaires, pour ne pas y perdre électoralement.
 
Comme le rappelle The Economist, Angela Merkel s’est faite une spécialité de reprendre certains éléments des propositions de ses adversaires. C’est ainsi qu’elle a promis de mettre en place un salaire minimum, avant de devoir former à nouveau une grande coalition, privant le SPD d’un argument fort. De même, en ouvrant les portes aux migrants, la chancelière a pris une position plus proche des sociaux-démocrates, au point d’irriter une bonne partie de son parti et de devoir faire en partie marche arrière. Pour l’instant, elle maintient que les migrants sont une chance pour l’Allemagne, ce qui peut se défendre dans un pays à la population en baisse et proche du plein emploi, mais pourquoi vouloir imposer à ses partenaires européens, dans une situation différente, de faire de même par des quotas  ?
 
… puis à François Hollande
 
Depuis 2 ans, il se fait une spécialité de cette pratique. C’est ce qu’il fait en économie depuis ses vœux de 2014, en faisant de la baisse des cotisations sociales patronales une priorité sur laquelle l’ex-UMP n’avait jamais osé aller aussi loin. Mieux, avec le travail du dimanche, Hollande, Valls et Macron trouvent le moyen de tenir une promesse mainte fois répétée de Nicolas Sarkozy et qu’il n’avait pas tenue pendant ses 5 ans au pouvoir ! Et avec la loi Macron, les projets de simplification administrative et du droit du travail en cours, Hollande poursuit dans une ligne économique qui réduit fortement l’espace politique des dits Républicains, qui ne pourront se différencier fortement de l’actuel gouvernement que par une surenchère qui pourrait les pousser à des extrémités économiques pour notre pays.
 
Mais les attentats de novembre ont permis au gouvernement de pratiquer la triangulation sur des sujets sur lesquels on ne l’attendait pas. Voici donc François Hollande, fils politique de Delors et Jospin, qui décide de mettre la participation de la France à l’espace Schengen entre parenthèses, encore une fois une idée avec laquelle Nicolas Sarkozy avait joué, sans rien faire. Voici un Parti Socialiste, allergique au drapeau national dans les années 1980, proposer aux Français d’en mettre à leur fenêtre. Et enfin, voici un gouvernement qui ose reprendre une mesure figurant dans les propositions de la droite et l’extrême-droite, la déchéance de la nationalité pour les terroristes binationaux, bouleversant le paysage politique jusqu’à s’attirer les foudres de sa gauche, mais aussi d’une partie des dits Républicains  !
 

Malheureusement ces gesticulations politiciennes, qui vont parfois dans le bon sens, révèlent surtout des hommes politiques qui communiquent plus qu’ils ne dirigent, sans la moindre boussole idéologique. Mais face à des opposants malaimés, Hollande semble résolu à jouer la victoire par l’habileté.


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 6 janvier 12:55

    pas des enfants mais des résidus .......


    • zygzornifle zygzornifle 6 janvier 12:56

      le vice chancelier a Merguez est devenu le visqueux chancelier .....


      • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 6 janvier 13:15
        « Hollande et Merkel : les enfants politiques de Tony Blair » ... donc les petits enfants naturels de l’accouplement hors-normes entre Bush père et Thatcher.
        Malheureusement, ce croisement ne produit pas des métissés stériles comme le bardot ou le mulet, au contraire, cette tératogénèse prolifère comme les bactéries, sauf que ces parasites sont des organismes pluricellulaires qui vivent en puisant l’énergie de leur hôte, la société civile. Ce mécanisme est systématique délétère pour l’hôte.

        • Gabriel Gabriel 6 janvier 13:15

          Après test ADN, il s’avère que ce sont les rejetons d’un âne qui se nommait Reagan et d’une chamelle qui se prénommait Thatcher.


          • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 6 janvier 13:18

            @Gabriel

            tiens, on a tiré en même temps, mais on n a pas la même information sur l’étalon utilisé pour saillir la pouliche.

          • Gabriel Gabriel 6 janvier 13:23

            @M de Sourcessure
            Il parait que dans ce beau et grand monde, la partouze fait partie de leur quotidien alors, peut-être est ce là qu’il faut chercher l’origine de leur consanguinité responsable de leur sclérose cardiaque et de leur atrophie neuronale… 


          • leypanou 6 janvier 17:10

            elle maintient que les migrants sont une chance pour l’Allemagne  : une chance pour l’Allemagne ? ce n’est certainement pas l’avis des habitantes de Cologne comme le suggère cette vidéo.


            • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 6 janvier 17:35

              @leypanou

              Vous savez bien que les élus ont tendance à confondre les intérêts de leurs maîtres (le patronnat) et ceux de leurs électeurs (l’ensemble de la population.

              Il faut traduire « une chance pour l’Allemagne » par :
              « une opportunité pour le patronat allemand ».



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès