Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Hollandie, l’autre pays du chômage

Hollandie, l’autre pays du chômage

C’est entendu, François Hollande croit dur comme fer à « une inversion de la courbe du chômage avant la fin de l’année », et se félicite d’avoir constaté qu’aux dernières nouvelles, il y avait 20 000 chômeurs de moins…

Mais il faut regarder de plus près ces fameux chiffres.

Il ne s’agit pas de céder au découragement, mais seulement de constater que, si le travail n’est pas tout à fait mort, il est tout de même moribond, par la seule volonté de l’être humain, qui, depuis des calendes grecques, fait tout ce qui est en son pouvoir pour se faire remplacer par des machines, de plus en plus sophistiquées, et de plus en plus efficaces.

La production a fatalement augmenté, mais comme les travailleurs ont été remplacés par des machines, ces derniers ne peuvent plus consommer autant, provocant la mévente des produits fabriqués, de plus en plus de faillites, et de plus en plus de chômage.

Notre nouveau président s’est donné comme objectif « d’inverser la courbe du chômage », ce qui d’abord, s’il faut en croire Etienne Klein, ni linguistiquement, ni mathématiquement, ne veut rien dire, supposant que cette expression fraîchement utilisée n’est que le fruit sorti du cerveau fertile des communicants habiles de l’Elysée. lien

On devine tout de même le concept que veut nous faire comprendre le nouveau président : il ne s’agirait pas d’arrêter la progression du chômage, mais surtout de la freiner, ce qui n’est évidemment pas la même chose, sauf qu’il faut se mettre d’accord sur la méthode de calcul.

Prenons la situation allemande, citée par de nombreux observateurs comme exemplaire, puisque le chômage a été brusquement divisé quasi par 2.

Les allemands ont-ils pour autant résorbé la misère ?

Justement pas…cette brusque chute du chômage chez nos voisins d’outre-Rhin n’est due qu’à l’application des lois Hartz, lois imaginées par le très socialiste Gerhard Schroeder, et appliquées par la chancelière allemande. lien

Ces lois obligent les chômeurs à accepter n’importe quel emploi, même le plus précaire, même le moins bien payé : certains ne sont payés qu’un euro de l’heure, ce qui devrait changer bientôt, puisque la chancelière allemande a été obligée d’accepter de fixer un smic à 8,50 €. lien

Toujours est-il que quasi du jour au lendemain le nombre de chômeurs qui était en 2005 de l’ordre de 5 millions a fondu comme neige au soleil, mais la misère a continué sa progression. lien

En effet, le problème auquel se confrontent de nombreux européens n’est-il pas d’abord de faire reculer la misère, plutôt que « d’inverser la courbe du chômage  » ?

Mais revenons en France  : l’inversion improbable de cette fameuse courbe a fait l’objet de la réflexion de l’économiste Jacques Sapir.

Il rappelle que les chiffres publiés récemment correspondent aux « demandeurs d’emplois », mais pas à celui du « nombre de chômeurs », car un certain nombre d’entre eux peut très bien ne pas s’être inscrit, voire avoir été radié des statistiques.

En effet, le léger ralentissement du nombre de chômeurs est aussi du en partie du à l’augmentation des radiations qui dépassent depuis cet été les 50 000 par mois…ce qui relativise les « bonnes nouvelles ».

Il rappelle aussi qu’il y a 5 catégories de chômeurs allant du A au E, et que chacune de ces catégories ne répondent pas aux mêmes critères.

Alors que dans les 1ère, 2ème et 3ème catégories, les demandeurs d’emplois sont tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, dans la dernière et l’avant dernière des catégories, ce n’est pas le cas.

Or si la catégorie A a effectivement légèrement diminuée en octobre 2013, les 3 premières catégories ont bien continué d’augmenter.

C’est le problème des statistiques… on peut leur faire dire tout et son contraire.

L’économiste fait donc le constat « qu’il est faux de prétendre qu’il y ait eu une quelconque inversion de la courbe en ce qui concerne les chômeurs au sens habituel du terme ».

Il ajoute : « c’est bien à une véritable « marée noire » du chômage et du quasi chômage que l’on est confronté et il n’y a aucun signe d’un renversement de cette tendance. Le nombre des chômeurs a augmenté en réalité de 0,28% en octobre, et le nombre des quasi chômeurs de 3,5% ». lien

En fait le chiffre total des chômeurs atteint aujourd’hui les 5,5 millions de personnes comme on peut le constater sur ce graphique.

Voila qui n’est pas une bonne nouvelle pour notre nouveau président, et rien ne laisse espérer une réelle amélioration sur le fond, même si la stratégie « des emplois aidés » puisse faire illusion quelques temps.

De toute façon, ces emplois aidés qui devaient atteindre le chiffre de 540 000 d’ici la fin de l’année, s’il faut en croire Michel Sapin (lien), viennent à peine de passer la barre des 100 000, et le coût de cette mesure pèse lourd dans le budget de l’état, puisqu’il dépasse les 3 milliards d’euros. lien

Mais au-delà de la France, la question de la progression du chômage, et donc de celle de la misère touche toute l’Europe puisque près de 17% des européens vivent sous le seuil de pauvreté,

L’Allemagne, malgré les sacrifices consentis par les classes les plus pauvres, n’est pas épargnée, avec un taux de pauvreté de15,8%, dépassé par le Royaume Uni (16,2), la Pologne (17,7), le Portugal (18), l’Italie (19,6), la Grèce (21,4), la première place peu enviée revenant à l’Espagne avec un taux de 21,6%...

La France et la Belgique sont un tout petit peu mieux placées que l’Allemagne, et la Norvège est le pays qui s’en sort le mieux, avec tout de même plus de 10% de la population. lien

De plus il faut préciser que ces chiffres sont faussés car le seuil de pauvreté fixé en Grande Bretagne n’est pas le même que celui qui est estimé en Espagne

Or, rien ne permet de penser que la situation puisse s’améliorer dans les années qui viennent, et si l’Europe prenait, pour commencer, des décisions pour limiter les écarts entre les salaires élevés et les plus bas, il est probable que cela réduirait le nombre des plus pauvres, en rétablissant une meilleure égalité dans les salaires d’autant que le chef de l’état français s’est engagé à appliquer un barème de 1 à 20, alors qu’aujourd’hui certains salaires sont de 357 fois le smic (lien), ce qui pose la question de l’application de la mesure : sera-t-elle l’occasion de relever les bas salaires tout en baissant les plus importants, ou seulement de faire baisser les plus gros salaires, pour le plus grand profit de l’entreprise, ce qui, dans ce cas, ne résoudrait pas le problème du chômage et de la misère.

Aujourd’hui l’une des rares mesures qui pourrait résoudre en grande partie cette situation dramatique serait d’appliquer le Revenu de Base, mesure pour laquelle une initiative européenne a été lancée, et ne rencontre pas pour autant un succès délirant. lien

Et pourtant l’économie européenne aurait tout à y gagner : en assurant à chaque citoyen un revenu décent, on en ferait autant de consommateurs, aptes à relancer la croissance, et à résoudre définitivement la question du chômage.

Utopique, impossible à financer, immoral…sont les qualificatifs entendus chaque fois que cette mesure est évoquée.

Et pourtant…

Immoral ? N’est-ce pas immoral de laisser 121 millions d’européens survivre avec un revenu inférieur au niveau de pauvreté, (le ¼ de la population) ou de donner à chacun la possibilité de sortir la tête de l’eau ? lien

Non finançable ? lien

Il s’agit bien sur d’une somme considérable : 470 milliards d’euros afin d’assurer 1000 euros à chaque citoyen français, qu’il travaille ou non, et sans contrepartie. lien

D’une part, il faut avoir à l’esprit que ce RdB vient en remplacement à toutes les aides sociales en vigueur aujourd’hui, du RSA aux allocations familiales en passant par les, allocations logement, etc…il faut aussi savoir que le modèle de protection sociale français coute 435 milliards d’euros pour les seuls régimes de base. lien

Aujourd’hui, un couple avec 2 enfants habitant en région parisienne, sans emploi, peut théoriquement recevoir 1717 € en cumulant toutes les aides possibles. lien

La récupération des 80 milliards d’euros constituant l’argent de la fraude fiscale pourrait participer au financement de cette mesure. lien

Ajoutons les 100 milliards d’euros qui représentent le surcoût annuel du capital tout à fait injustifié et qui pourrait financer en partie le RdB comme l’explique attac sur ce lien.

D’autre part le RdB permettrait une économie importante puisqu’il provoquerait la disparition de Pole Emploi, et d’un certain nombre de fonctionnaires (ils sont 7 millions dans notre pays), ce qui représente une masse salariale importante à la charge de l’Etat. lien

Ensuite, il est évident que les patrons seront mis à contribution, puisque les salaires versés seraient diminués du montant du RdB. lien

Ne pas décider choisir cette direction c’est se préparer à aller dans le mur, et comme dit mon vieil ami africain : « qui sème la misère récolte la colère  », Godfrey Bloom député européen ajoutant : « les gens vont vous pendre et ils auront raison  ».

L’image illustrant l’article provient de « les-etats-d-anne »

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Un président tétanisé

La retraite au Flamby

La crise qu’ils disent finie

1000 € pour tous…utopie ou nécessité ?

La fable du modèle allemand

A voir le film « le revenu de base  » de Daniel Häni et Enno Schmidt


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 10 décembre 2013 09:23

    voici deux articles intéressants de P.Mignard que j’avais repris sur mon blog :

    1) http://2ccr.wordpress.com/2011/12/07/travail-salarie-et-chomage/

    2) http://2ccr.wordpress.com/2011/12/08/travail-gratuit-et-chomage/

    bonne lecture


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2013 10:51

      merci Robert de nous avoir proposé ces deux analyses de P. Mignard

      à mon humble avis, il ne va pas assez loin, même s’il pointe précisément toutes les contradictions de la situation.
      nous faisons une confusion entre travail et occupation
      il ne s’agit pas, avec le RdB, de proposer un salaire de substitution, mais un revenu minimum.
      des personnes qui feront le choix de quitter l’emploi, et de « prendre des vacances », il y en aura, mais étrangement, les expériences passées démontrent qu’elles sont au fond peu nombreuses,
      il suffit de constater aujourd’hui le nombre important de bénévoles, actifs ou pas, qui s’investissent dans les associations, 
      si le RdB se met en place, ils seront encore plus nombreux, amenant une richesse humaine considérable au pays, 
       ceux qui prendront le temps de visionner le film proposé en fin d’article le découvriront.
      merci de ta contribution

    • claude-michel claude-michel 10 décembre 2013 10:05

      Hollande nage dans l’absurdité la plus complète...Y a deux militaires tués en Centrafrique et il va sur le chemin du retour (de l’enterrement du soldat inconnu) s’arrêter dans ce pays pour être encore et encore sur la photo de sa connerie...Pathétique.. !


      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 10 décembre 2013 13:49

        Bonjour,

        Aqueli de bastian contrari ! comme on dit chez nous...
        Ce n’est plus du « malheur aux puissants ! », mais du malheur à ceux que l’on croit tels. Comme si l’expression critique pouvait effacer la conscience du désespoir... Trop facile, ça se saurait. Je crois le contraire, c’est à dire que cette expression est plutôt le miroir de cette conscience, et du coup me demande s’il y aurait un parallèle à faire avec l’état de langueur dans ce pays et l’arrogance qu’un paquet de pays voisins nous attribuent ?
        Fate ? Va savoir... En tous cas nous avons besoin d’un sacré bon exorciste dans ce pays.

        Vous parlez de connerie, cher Claude-Michel et vous me semblez, sur ce coup-là en tous cas, bien placé pour. Quant à votre digression sur la Centrafrique, je vous en ai déjà parlé là,
        (et désolé pour le hors-sujet, mais il y a des responsabilités que je ne sais fuir, comprenne qui peut).


      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 10 décembre 2013 13:51

        Et mes condoléances à tous pour la disparition de ces 2 militaires, d’ailleurs.


      • claude-michel claude-michel 10 décembre 2013 14:15

        Par Emmanuel Aguéra....En espérant qu’un jour vous redescendiez sur terre juste pour voir l’absurdité des choses...

        Bonne journée.

      • julius 1ER 10 décembre 2013 11:51

        Hollande l’autre pays du chômage, pourquoi lui faire de la pub, il est en droite ligne de ce qui se fait depuis plus de 40 ans, privatiser ce qui rapporte et socialiser les pertes et lorsque l’on veut faire l’inverse les 1%et leurs laquais viennent vociférer leur haine du communisme et pourtant ces données sembles têtues comment réaliser une répartition plus juste des revenus et des patrimoines mais aussi des ressources sachant que la planète n’est pas extensible.......... pour l’instant. ces donnés qui sont intemporelles je dirais que les esprits éclairés se posaient les mêmes questions avant 1789 en France ou 1905 et 1917 en Russie, mais ce que je constate après avoir lu beaucoup que les esprits pragmatiques qui ont voulu changer ou inverser la courbe de l’enrichissement d’une minorité au profit d’une majorité, se sont cassés les dents, car la frange la plus dure de cette minorité agissante et réactionnaire a comme mot d’ordre « Que tout change pour que rien ne change » ou « que rien ne varie » l’idée sous jacente étant bien sûr de ne rien céder , ou de reprendre d’une main ce qui a été donné de l’autre. 

        C’est le combat idéologique intemporel, la fin de l’histoire de Fukuyama n’étant qu’un feu retardant pourrait-on dire car les données fondamentales du problème sont encore là, plus têtues que jamais et je ne crois pas qu’Hollande apportera les réponses............

        • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2013 13:01

          julius

          merci de cette analyse
          je ne crois pas, moi non plus, que le nouveau prez prendra conscience de ce qu’il faudrait faire...
          et tant mieux si je me trompe.


        • Emmanuel Coux Emmanuel Coux 10 décembre 2013 11:53

          La mécanisation et l’automatisation des taches a augmenté la productivité mais dans un deuxième temps, a détruit des emplois. Une croissance de 1,5% au minimum était nécessaire pour maintenir le seuil de chômage à un niveau acceptable.

          On en est à 0,1% et les prévisions les plus optimistes tablent sur des pics à 0,7% pour les 20 prochaines années. Donc le revenu de base va devenir indispensable :

          Il est nécessaire de signer l’ICE pour un revenu de base :

          http://basicincome2013.eu/ubi/fr/


          • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2013 13:05

            Emmanuel

            pas mieux !
            merci.
             smiley

          • jef88 jef88 10 décembre 2013 11:57

            La production a fatalement augmenté, mais comme les travailleurs ont été remplacés par des machines, ces derniers ne peuvent plus consommer autant, provocant la mévente des produits fabriqués, de plus en plus de faillites, et de plus en plus de chômage.
            Erreur !
            - la consommation a elle aussi augmenté.... souvenez vous des équipements il y a 40 ans et plus !
            - les machines se fabriquent elles même toutes seules ? c’est vrai la France n’a jamais cherché à construire des machines au contraire, par exemple de l’Allemagne
            - les faillites de PME ont commencé sous giscard ! il faut faire de place pour les grands groupes ....
            - les frontières de l’Europe sont grandes ouvertes ! les importations sont en croissance exponentielle.... merci la grande distribution !
            - eh oui ! le chomage augmente ..... bizarre (?) ! ! !


            • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2013 13:08

              non Jef88, la consommation baisse drastiquement, 

              j’ai entendu tout à l’heure une analyse sur « les cadeaux de noel »
              ils sont un gros pourcentage a déclarer ne vouloir acheter que des cadeaux d’occasion.
              quand à l’automatisation de la production, elle est universelle au moins dans les « pays riches », et elle est incontournable,
              la question n’est pas là, 
              à mon avis, la question porte sur un équitable partage des richesses produites.
              et là, c’est pas gagné.
               smiley

            • jef88 jef88 10 décembre 2013 17:40

              j’ai entendu parler d’une baisse de 3% sur les cadeaux de noël......
              Vu qu’ils sont fabriqués à 80% en chine ou dans des pays à bas coûts seuls les importateurs sont à plaindre ....
              de toute façon ils se sucrent TOUJOURS  !


            • non667 10 décembre 2013 12:31

              inversion de la courbe du chômage ?
              plus simplement en 1981 maurois prédisait un ralentissement dans l’augmentation du chomage et le bras tendu vers la ligne bleu des Vosges annonçait une stabilisation autour de 1.800.000,/1.900.000 . il n’en a rien été bien sur

               petite question subsidiaire à olivier .
              le RdB payé par la france pour le monde entier ?
              ne vous débinez pas ! répondez précisément svp !


              • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2013 13:04

                non667

                pour le monde entier ?
                effectivement, ce n’est pas à l’ordre du jour...
                c’est bien sur souhaitable, mais je ne vois pas bien comment ça pourrait être décidé ?
                les états sont souverains, et chacun d’eux peut prendre la décision, 
                mais faut-il attendre qu’un pays commence pour le faire ?
                si vous avez regardé le film proposé en fin d’article, vous constaterez que chaque fois que ça a été mis en place, ça a été un vrai succès.
                prenez 75 minutes de votre vie pour le regarder.
                et on en reparle ?
                 smiley

              • gogoRat gogoRat 10 décembre 2013 13:29

                éléments de réponse : (le RdB payé par la france pour le monde entier ?)


              • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2013 13:49

                merci gogorat

                je remet le lien que tu as proposé en fin de commentaire, car il résume bien comment justifier le RdB.
                 smiley
                tout est parfaitement justifié

              • non667 10 décembre 2013 15:00

                à olivier

                pour le monde entier ?
                effectivement, ce n’est pas à l’ordre du jour...

                comment ça pas a l’ordre du jour ?
                 avec tout les immigrés clandestins ou pas ? actuel ou à venir (tonneau des danaïdes )
                 RdB + DAL ?

              • spartacus spartacus 10 décembre 2013 13:13

                QueL de manque de formation économique de base.


                limiter les écarts entre les salaires réduirait le nombre des plus pauvres mais au contraire ne ferait qu’en créer plus.
                Typiquement une phrase d’ignorance d’économie de base. Les Suisses moins doctrinaires et plus informés de l’économie de base ont voté contre.....sic.
                Limiter les écarts n’aurait qu’une conséquence, rejeter en dehors du coercitisme de cette idée, ceux qui donnent du travail par leurs talents ou initiatives aux autres et donc précipiter dans un chômage encore plus grand la masse générale de ceux qui cherchent un emploi.
                Les pays occidentaux ont échappé au goulag, mais pas au socialisme : la plupart évoluent dans le sens du collectivisme et de la restriction des libertés individuelles. 
                Dramatique !
                Les exemples sont légions. Aux USA , les 5 régions de plus grand écarts de salaires et ou l’on compte le plus de milliardaires sont celles qui assurent le niveau de revenu les plus hauts aux plus défavorisés de tous les USA. 

                • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2013 14:43

                  spartacus

                  chacun a le droit d’exprimer une opinion, mais il faut au moins l’argumenter
                  ce que vous dites est une affirmation gratuite, démentie par les faits.
                  il y a dejà eu quelques expérimentations réalisées dans le monde, et toutes prouvent le contraire de ce que vous affirmez,
                  c’est clairement expliqué dans le film proposé en fin d’article.
                  à+

                • julius 1ER 10 décembre 2013 16:55

                  je vois que tu ne connais pas bien la Suisse ! lors du référendum si les Suisses ont voté contre, c’est parceque les grosses entreprises ont exercé le chantage à la délocalisation, comme partout d’ailleurs, les Suisses par réflexe de peur se sont retenus mais ce n’est que partie remise...... 


                • Gauche Normale Gauche Normale 10 décembre 2013 17:07

                  @julius
                  Nooooon ! Sans blague, il y aurait du chantage à l’emploi exercé par le vaillant patronat ? Comme quoi on en apprend tous les jours, mais pas sûr que la « nouvelle » parvienne à toutes les oreilles smiley


                • ZenZoe ZenZoe 10 décembre 2013 13:39

                  Bonjour Olivier,
                  « En effet, le problème auquel se confrontent de nombreux européens n’est-il pas d’abord de faire reculer la misère, plutôt que « d’inverser la courbe du chômage » ? »
                  Vous avez tout dit dans cette phrase.
                  Les gens se fichent des courbes, des batailles et autres tripatouillages de chiffres. Au final, ce qu’ils veulent, c’est de pouvoir payer leurs factures de base sans bouffées d’angoisse dès le 15 du mois. Pour l’occupation, on leur fait confiance, ils sauront quoi faire de leur temps !

                  Je rêve d’un monde ou occupation et revenu seraient en quelque sorte déconnectés, où l’état donnerait à chaque citoyen un revenu de base qu’il serait libre de dépenser selon ses choix - voire le supplémenter avec un emploi occupation rémunéré pour des à-côtés (voyages par exemple).


                  • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2013 13:56

                    Bonjour ZenZoe

                    je partage totalement et remercie.
                     smiley

                  • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2013 13:50

                    @ tous

                    un lien très pédagogique pour expliquer le vrai sens du RdB


                    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 10 décembre 2013 14:07

                      Salut Olivier.

                      Le RdB est une vielle idée, je ne sais plus si c’est Bianchi, Boulanger ou Bakounine qui en parlait, mais ça fait un bail, (ça me rappelle de longues discussions passionnées avec Yvan, mon mentor politique dans les années 70, ami et secrétaire particulier d’un certain Léon...Trotsky).
                      Je discutais hier avec une proche dont la fille touche une allocation chômage ridicule suite à licenciement, comme c’est banal, et qui, ne s’en sortant pas, fait ça et là des ménages ou du baby sitting en complément : pas cher payée et au black bien-sur.
                      Son chômage dure depuis longtemps et elle s’est peu à peu, de lettre en formulaires et de CV en formations, complêtement découragée et pour ainsi dire ne cherche plus. Ce n’est pas un choix, c’est le très (psycho) logique résultat d’une exclusion du monde « actif », mais mon propos n’est là :
                      En ce qui la concerne, le rdb, nous y sommes, seule la terminologie diffère. Le malheur, vous en conviendrez, est qu’il véhicule en effet et DE FAIT cette exclusion sociale et le maintient du parallélisme entre les décideurs et les « assistés » comme on les appellera vite (on le fait déjà dès qu’une allocation est versée,... surtour à ceux qui en ont besoin, d’ailleurs, charmant pays...).
                      La question mérite réflexion.


                    • cevennevive cevennevive 10 décembre 2013 14:31

                      Mais non Emmanuel !!!


                      Ce ne serait pas un facteur d’exclusion ou d’assistanat puisque tout le monde y aurait droit, riches, pauvres, enfants, adolescents, étudiants, etc...

                      Ce revenu de base serait une reconnaissance pour l’humain d’appartenir à son pays, à ses richesses et à ses profits.

                      Pas question d’assistanat voyons ! Au contraire ! Ce serait plutôt un objet de fierté et une formidable occasion de partage des richesses.

                      Plus de « regards en biais » sur les « profiteurs », plus de remarques acerbes sur ceux qui vivent des minimas sociaux, plus de jalousie.

                    • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2013 14:40

                      Emmanuel

                      si tu as un moment, visionne le film, il dure un peu plus d’une heure, mais il va beaucoup plus loin que tout ce qui avait été dit auparavant sur le sujet
                      à+
                      et merci de ton commentaire.

                    • ZenZoe ZenZoe 10 décembre 2013 15:52

                      D’ailleurs il y aurait beaucoup à dire sur « l’assistanat ».
                      On désigne ainsi les plus pauvres qui vivent des minima sociaux, et on les stigmatise en plus (le cancer de la société comme dirait l’autre, le voyeur de YouPorn mais passons...).
                      Mais quid de tous les profiteurs qui vivent aussi de l’argent public sans contrepartie (subventions, niches, gratuités diverses...) - et qui sont loin d’être dans le besoin ? Pourquoi ceux-là ne sont-ils jamais stigmatisés ? Pourquoi ne sont-ils pas le cancer de la société eux aussi ? Alors qu’ils nous coûtent bien plus cher (chacun sait que la fameuse ’redistribution’ profite surtout aux plus aisés) ?
                      Je pense à Sarkozy, se rendant à l’enterrement d’un grand homme dans un avion spécial aux frais du contribuable alors même qu’il n’est plus en fonction - alors que certains râlent contre la gratuité des transports en ville pour les bénéficiaires du RSA.
                      Non, rien à faire, c’est le pauvre hère dans une banlieue pourrie qu’on regarde de travers, c’est la pauvre mère célibataire qui « touche trop d’allocs » en plus de faire le ménage des riches au black qu’on cible comme parasite. Drôle de société quand même !

                      C’est la raison pour laquelle je crois au RdB - la véritable égalité et la véritable solidarité, c’est tout ce qu’on demande pour bien vivre ensemble.


                    • jef88 jef88 10 décembre 2013 17:45

                      Mais quid de tous les profiteurs qui vivent aussi de l’argent public sans contrepartie
                      VRAI !
                      on pourais parler de l’humanité


                    • cevennevive cevennevive 10 décembre 2013 14:33

                      Bonjour Olivier, et merci pour cet article (et pour les autres aussi que je n’ai pas commenté mais que j’ai appréciés).


                      • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2013 14:39

                        merci

                        je me doutais que tu apprécierais...
                        je prépare un truc marrant sur le thème : « les humains sont trop petits....face aux autres animaux »
                         smiley

                      • bibou1324 bibou1324 10 décembre 2013 14:49

                        Le seuil de pauvreté n’a absolument rien à voir avec la misère. La misère est un vrai problème, il s’agit de personnes ne vivant pas dans des conditions décentes, pour des raisons aussi variées qu’il y a d’individus. C’est très rarement l’argent ou le travail le problème, même s’ils ont souvent contribué à plonger les gens au fond du trou. Le seuil de pauvreté est un chiffre sur un bout de papier, manipulé par les merdiats et ne servant à rien.


                        Un RdB ? Je vous garantie que 2 moins plus tard, au moins 5% de la population est endetté jusqu’au cou, sans possibilité de faire face aux emprunts toxiques qu’ils ont contractés. Une augmentation significative de la misère, mais des chiffres on ne peut plus positifs à présenter par les politiques.

                        Il faut luter contre la misère, on est d’accord. Tout le monde devrait pouvoir se loger, tout le monde devrait pouvoir manger, éduquer ses enfants dans des conditions sereines, pouvoir accéder à la culture. Ces accès devraient être automatiques, gratuits. Ce ne devrait pas être des valeurs marchandes. C’est pourquoi on devrait, au contraire, supprimer le RSA et toute aide sociale. Et faire en sorte, avec l’argent gagné, que ces différents services soient gratuits. Et le type qui a envie de se bourrer la gueule ou jouer au PMU, n’auras que d’autre choix que de travailler. Et là, oui, on combattrait la misère, même si on augmenterait le nombre de pauvres sur le papier.

                        • jpm jpm 10 décembre 2013 15:25

                          Le revenu de base est pas définition inaliénable (voir liens ci-dessous) : http://revenudebase.info/ et
                          http://www.mfrb.fr/)

                          Donc les établissements financiers qui auraient la mauvaise idée d´octroyer des crédits à des personnes qui n´ont que le revenu de base en seront pour leurs frais car le revenu de base etant inalienable, les banques ne pourront pas le saisir et les gens pourront continuer de vivre modestement mais surement.

                          Je suis personnellement contre la fourniture en nature des prestations sociales car je considère que les gens modestes sont les mieux placés pour savoir ce qui est bon pour eux ou pas... et je ne souhaite pas que la généralisation des restaus et logements du cœur, même gérés par la solidarité nationale devienne la solution aux problèmes de la pauvreté. Il faut au contraire distribuer à tous un véritable pouvoir d´achat... dont les plus démunis pourront bénéficier comme ils l´entendent... et même si nous devons lutter contre l´alcoolisme dans toutes les couches de la population, nous n´avons pas à juger des choix personnels des allocataires.


                        • olivier cabanel olivier cabanel 10 décembre 2013 16:47

                          bibou

                          vous n’avez manifestement pas visionné le film proposé en fin d’article, sinon vous n’auriez pas écrit ça... le RdB a déjà été réalisé à plusieurs occasion, et le résultat est aux antipodes de ce que vous décrivez.
                          regardez le film et on en reparle.
                           smiley

                        • Le421 Le421 11 décembre 2013 13:40

                          Ah oui !!
                          C’est vrai...
                          Pourquoi donner de l’argent aux pauvres, ils ne sauraient pas quoi en faire.
                          En d’autres époques, on les aurait « traité » à la Spandäu...
                          Rapide, efficace et définitif.


                        • cevennevive cevennevive 10 décembre 2013 15:57

                          Bonjour jpm,


                          Il est grandement dommageable que les intervenants (et les gens en général) confondent aumône et revenu de base.

                          Le revenu de base (il faut le répéter) ne serait pas une aumône ni une aide ou une prestation sociale. Ce serait un droit pour tous.

                          Les restaurants du coeur n’existeraient plus. Ni la distribution de nourritures, de vêtements ou de couvertures.

                          Chacun achèterait ce qui lui convient (ou échangerait, ce qui est encore mieux) sans considération d’aide, toujours entachée d’un léger mépris, ou d’un sentiment narcissique de bien agir envers son semblable, sentiment toujours un peu « gluant » dont on sait qu’il n’est pas très clair.

                          • jpm jpm 10 décembre 2013 16:29

                            Bonjour Cevennevive,

                             

                            nous sommes bien d’accord que le Revenu de base étant inconditionnel deviendrait un droit ou une prestation sociale dont tout le monde bénéficierait… de la même façon que tous les parents bénéficient actuellement des allocations familiales et personne ne considère cela comme une aumône., ni les parents comme des assistés.

                            En ce qui concerne les restaus du cœur, ils sont malheureusement encore trop utiles, preuve que la redistribution ne fonctionne plus dans ce pays. Même si comme tout le monde je fais régulièrement mon petit cheque de fin d´année, je préfèrerais vraiment que la défiscalisations des dons (véritable niche fiscale) n´existe plus et qu´il n´y ait plus de moyens de réduire ses impôts et surtout que nos braves «  enfoirés  » payent vraiment leurs impôts en France, pour qu´au bout des comptes l´Etat ait les moyens de redistribuer suffisamment d´argent et que les plus modestes aient de quoi vivre dignement sans devoir faire la queue aux restaus du cœur.


                          • Le421 Le421 11 décembre 2013 13:43

                            Voyons Cennevive !!

                            Vous savez bien que chez nos chers amis très efficaces de « très à droite » (! !), on a vendu des dictionnaires avec le mot « solidarité » remplacé par « assistanat ».
                            C’est en plus très « américain » !! Ca fait « plus mieux »...  smiley

                            Il n’est pire sourd que celui qui ne veut rien entendre.


                          • cevennevive cevennevive 11 décembre 2013 14:11

                            Bonjour Le421,


                            Oui...

                            Solidarité : je partage avec toi, je te donne, je ris avec toi dans la joie, je t’aide dans la peine, tu es mon semblable et je sais que, si un jour j’ai besoin de ton aide, tu seras là.

                            Assistanat : encore toi !! Tu ne peux pas de prendre en charge comme tout le monde ! Toujours à quémander, à pleurer ! Bon, ça va pour cette fois, je te donne encore, mais c’est bien la dernière fois. Débrouille-toi un peu tout seul !

                            Cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès