Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Hubert Védrine tombe dans une embuscade du collectif “Génocide made (...)

Hubert Védrine tombe dans une embuscade du collectif “Génocide made in France”

L’affaire a été totalement passée sous silence par l’essentiel des médias. Les faits se sont déroulés mercredi 28 novembre à Paris. Il est 8 h 30. Hubert Védrine ancien ministre des Affaires étrangères du gouvernement Jospin et surtout ancien secrétaire général de l’Elysée sous François Mitterrand arrive à pied à l’entrée du Cercle militaire, place Saint-Augustin, pour donner une conférence. Un homme l’aborde et entame la conversation sous un faux prétexte. Juste le temps de faire diversion et qu’une jeune femme l’asperge d’un liquide rouge supposé représenter du sang. Au même moment dans un timing parfait des complices du collectif “Génocide made in France” tendent une banderole. Une caméra en embuscade immortalise la scène.

Les auteurs, un groupe d’activistes illuminés, revendiquent l’action. Leur justice est expéditive. Peu importe la complexité des faits dont ils ignorent l’essentiel. Tout drame nécessite un coupable. Hubert Védrine par son passé de proche collaborateur de François Mitterrand a le profil idéal. Celui de ces hommes qui se sont retrouvés au coeur du pouvoir et de décisions historiques mais qui, contrairement à beaucoup de leurs contemporains, ne se sont pas vautrés dans la révélation hâtive et lucrative des petites et grandes affaires d’Etat. Dès lors, pour des individus au raisonnement simpliste, tout silence est par essence coupable.

Hubert Védrine n’a rien pour autant d’un Klaus Barbie ou de tout autre criminel de guerre. Il est tout le contraire, le symbole même d’une diplomatie française brillante et influente, humaniste autant qu’on peut l’être dans un monde dénué de morale livrée aux griffes acérées des intérêts économiques et étatiques. Une fascinante mécanique intellectuelle, la culture en plus. Suffisamment pour être appelé à 34 ans seulement par François Mitterrand comme conseiller diplomatique avant de devenir son conseiller puis le secrétaire général de l’Elysée. Très vite, il devient un élément-clé de la politique étrangère du président. En pragmatique, il marque le tournant de la gauche idéaliste en une gauche réaliste, contrainte de mettre les mains dans le cambouis, tout à la fois capable de produire le discours de Cancun et dans un souci stratégique de ne pas abandonner l’Afrique aux appétits anglo-saxons.

La gestion des affaires du monde n’est pas une sinécure. L’erreur d’analyse est souvent lourde et irréversible. Le poids des responsabilités énorme. Il serait trop aisé d’appréhender la politique africaine de la France des années Mitterrand à travers un simple prisme manichéen. Affirmer a posteriori que la France est responsable du génocide rwandais est sans doute vendeur. Mais, à la question quel rôle a exactement joué notre pays, bien peu peuvent aujourd’hui encore répondre.

Si Hubert Védrine ne lève pas tous les coins du voile, il a souvent répondu aux chercheurs et journalistes travaillant sur le sujet rwandais. Et en la matière, sa parole en vaut bien d’autres, moins autorisées, moins informées. Homme fidèle et attachant derrière une froideur apparente, il a toujours défendu avec autant de calme et de sérénité que d’acharnement la position mitterrandienne "nous nous sommes peut-être trompés, mais nous avons joué la carte de la paix au Rwanda". En aucun cas, il ne s’estime responsable et encore moins coupable du génocide de 1994 marqué par 800 000 morts.

Le mode d’action du collectif "génocide made in France", par sa lâcheté, n’inspire pas le respect. Bien que les auteurs réfutent toute violence, leur geste demeure une agression. Il incarne surtout une justice expéditive, par laquelle des individus décident de jeter l’opprobre sur un homme, sans aucun élément concret, avéré, étayant leurs accusations. Il contribue contrairement à leurs attentes, en suscitant l’indignation, à refermer un dossier qui dans une démocratie mature se doit d’être expliqué. C’est au fond le principe d’une politique étrangère, domaine réservé du président de la République, qui doit aujourd’hui faire débat.

On comprend la frustration qu’a pu générer les conclusions trop bienveillantes de la commission d’enquête parlementaire de 1998 sur le génocide rwandais présidée par Paul Quilès. Elles n’excusent ni ne justifient pour autant pas tout.

Hubert Védrine n’a pas souhaité donner de publicité à l’incident. Une plainte contre X pour “violence en réunion” et “diffamation” a néanmoins été déposée.


VEDRINE
envoyé par DESOBEIR

Moyenne des avis sur cet article :  3.81/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • jakback jakback 4 décembre 2007 12:30

    Le rouge de la gauche extrême a la face de la gauche dévoyée !!!


    • JL JL 4 décembre 2007 12:35

      Hubert Vedrine a fait cette semaine une intervention radio-diffusée très intéressante, qui ne devait pas plaire à ceux qui sont aux affaires aujourd’hui (je vais essayer de retrouver ça).

      Il serait intérressant d’en savoir un peu plus concernant milieux avec lesquels ces activistes entretiennent des liens.


      • JL JL 4 décembre 2007 13:27

        Hé hé, Calmos, je vous ai plussé là.


      • Adama Adama 4 décembre 2007 13:01

        Le rouge lui va à ravir !


        • ZEN ZEN 4 décembre 2007 13:11

          Adama

          ..tellement rouge, que l’Hyper Président voulait le débaucher !


          • Adama Adama 4 décembre 2007 13:16

            Zen,je ne parlais pas de ces convictions(pro-arabe)mais effectivement du sang, de l’hémoglobine qu’il a sur ses mains, autrement dit, du rôle qu’il a joué durant le génocide au Rwanda.


          • Serviteur Serviteur 4 décembre 2007 13:18

            Ca craint ce genre de truc en plus concernant la responsabilité de la France on a pas obligé les gens a se massacrer on a juste inventé deux catégorie aux faciès,valorisé une de ces catégories puis on leur a fourni des armes mais à aucun moment on les a obligé à se trucider comme ils l’ont fait.Donc si la France est pas l’exemple qu’elle voudrait être faudrait pas non plus lui mettre sur le dos tout les malheurs de l’Afrique. Je parlerais même pas de l’action de certain simplets gauchISTE.

            Serviteur.


            • Emmanuel 4 décembre 2007 13:51

              L’armée française a formée les Hutus à la guerre révolutionnaire (formalisée en Algérie et reprise par la pluspart des armées du monde pour juguler les guérillas), les a financés et armés, puis a attendu qu’il y ait 800.000 morts pour intervenir.

              Et il faudrait disculper l’Etat français de l’époque ?

              Védrine à toujours soutenu Mitterand sur cette affaire, et le négationniste Pierre Péan, ce qui lui vaut son pot de peinture.


            • Nobody knows me Nobody knows me 5 décembre 2007 09:49

              ... on a pas obligé les gens a se massacrer on a juste inventé deux catégorie aux faciès,valorisé une de ces catégories puis on leur a fourni des armes mais à aucun moment on les a obligé à se trucider comme ils l’ont fait.

              Argument de vendeur d’arme. Ignoble.


            • Serviteur Serviteur 27 janvier 2008 18:05

              Pour répondre au reproche "argument de marchand d’arme" je ne renie rienet j’adore mon métier.Plus sérieusement la moraline c’est bon pour les idiots et les petit enfants et comme vous n’appartenez manifestement pas à la deuxieme catégorie ...

               


            • Emmanuel 4 décembre 2007 13:39

              « Dans ces pays là, un génocide c’est pas trop important »

              François Mitterand, été 1994, rapporté par Patrick de Saint-Exupéry


              • CAMBRONNE CAMBRONNE 4 décembre 2007 14:03

                BONJOUR A TOUS

                J’approuve entièrement l’article d’Henry Moreigne . Monsieur Vedrines est quelqu’un de parfaitement estimable .

                L’affaire du RWANDA est beaucoup trop compliquée pour être traitée à coups d’anathèmes .

                Oui nous militaires français avons entrainée l’armée Rwandaise avant le génocide car c’était la mission qui nous avait été donnée par le gouvernement Français à la suite d’accords de défense .

                Nous avons formé des cadres d’innombrables armées de tous les continents depuis qu’il existe une armée française . J’ai personnellement formé des officiers irakiens , Tunisiens , Libanais et j’ai eu pour condisciples des élè ves officiers algériens , marocains , tunisiens et de toute l’Afrique noire .Les Algériens ont bien du tremper dans de sombres affaires au cours de leur longue guerre civile qui n’est toujours pas terminée . Certaines armées ont mal évolué d’autres mieux mais que l’on ne nous accuse pas d’avoir appris à tirer au fusil à des gens qui ont tué à la machette .

                Ce n’est pas l’instructeur qui tue mais l’homme qui a reçu cette formation . Il ne serait venu à l’idée d’aucun de mes camarades qu’il entrainait ses élèves à tuer de pauvres gens à la machette .

                En conclusion ne mélangeons pas tout : les instituteurs de Landru , Petiot et Mesrine n’ont jamais été convoqués à la barre .

                Vive la république quand même .


                • Emmanuel 4 décembre 2007 14:34

                  « Certaines armées ont mal évolué d’autres mieux mais que l’on ne nous accuse pas d’avoir appris à tirer au fusil à des gens qui ont tué à la machette. »

                  C’est le chef des armées de l’époque, à savoir François Mitterand, qui est mis en cause pour non-interventionnisme et non les éxecutants.

                  Il faut savoir assumer son paternalisme postcolonial.

                  En novembre 1994, Paul Kagamé qui a repris entre-temps Kigali est exclu du traditionnel sommet France-Afrique à Biarritz, et Mobutu est à l’honneur.

                  Honte à l’Etat français. Honte à Mitterand.


                • claude claude 4 décembre 2007 23:57

                  depuis la décolonisation, les divers dirigeants français ont « dealé » avec les roitelets et les dictateurs africains, afin de pouvoir continuer à exploiter les richesses de ces pays. il y a toujours eu des « mr afrique » à l’élysée : le plus célèbre de ces hommes de l’ombre étant jacques foccart ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Foccart ) qui a commencé sa carrière sous...de gaulle...

                  de nos jours, les état-unis et la chine sont entrés en lice, et la bataille est rude pour s’assurer de la maîtrise des mines de métaux précieux, des ressources pétrolières, des forêts... de ce continent.

                  hubert védrine est un homme brillant, intelligent, cultivé et pourvu d’un esprit incisif, qui fut ministre des affaires étrangères dans le gouvernement jospin, alors 1° ministre de... jacques chirac !!! quand on veut s’attaquer à l’honneur d’un homme, il vaut mieux revoir ses sources !!! (auriez vous oublié la dissolution de 1997 ??? smiley smiley )


                • claude claude 5 décembre 2007 00:37

                  je rejoins cambronne dans son analyse. l’histoire post-coloniale est très complexe, et surtout il faut aller au delà des évidences.

                  l’hebdomadaire marianne a dénoncé cette embuscade dimanche :
                  http://www.marianne2.fr/L-agression-contre-Vedrine-ou-les-exces-de-la-justice-militante_a81550.html

                  (...)Des ONG supposées independantes Védrine est donc supposé répondre des fautes que le régime de Paul Kagamé, l’ancien chef des rebelles tutsis devenu président, reproche à la France avec le but clairement affirmé de la faire un jour condamner par une instance pénale internationale. Entreprise activement relayée depuis des années par plusieurs ONG que l’on aimerait croire totalement indépendantes. L’accusation n’est donc pas anodine, pas plus que l’agression du petit commando de la place Saint Augustin qui, à l’image d’un Nicolas Sarkozy annonçant l’arrestation de « l’assassin du Préfet Erignac », se moque visiblement comme d’une guigne de la « présomption d’innocence. » Quand en 1968, en plein congrès de la CDU, la grande formation conservatrice allemande, Beate Klarsfeld gifla publiquement le chancelier alors au pouvoir, Kurt Kiesinger, en le traitant de nazi, l’épouse et complice de Serge Klarsfeld n’agissait pas en fonction de vagues rumeurs. Kiesinger avait bel et bien milité au parti nazi et même travaillé sous les ordres de Joachim von Ribbentrop, le ministre des Affaires Etrangères du Troisième Reich. « Génocide made in France », qui, même dans sa rhétorique, s’en prend aux supposés « complices », et non aux génocidaires en tant que tel, ne peut invoquer des preuves aussi incontestables concernant Védrine mais tient néanmoins sa vérité sur le génocide pour incontestable. Ils sont bien les seuls avec quelques imprécateurs cachés sous les habits du journaliste, du chercheur ou de « l’observateur impartial ».

                  Les autres, tous ceux qui ont plongé dans le drame rwandais, lors du génocide ou après, en sont ressortis avec beaucoup plus de questions que de certitudes. Questions effectivement sur le rôle de la France et des accords militaires passés avec un régime décrié... comme tant d’autres sur la planète. Questions sur les ambiguïtés de l’Opération Turquoise, la tardive intervention militaro-humanitaire de la France qui a permis de sauver plusieurs milliers de Tutsis (sur près de 800 000 morts) mais aussi facilité l’exfiltration de certains chefs génocidaires « Hutus » vers le Zaïre. Questions sur les auteurs de l’attentat ayant coûté la vie à l’ancien président Habyarimana, donnant ainsi un prétexte à l’effroyable chasse à l’homme. Questions enfin sur le rôle des autres puissances occidentales directement concernées alors par les tensions dans la région des Grands Lacs, la Belgique, la Grande-Bretagne ou les Etats-Unis, autant de pays auxquels les militants de « Génocide made in France » ne semblent rien avoir à reprocher.(...)

                  http://www.hubertvedrine.net/index.php?id_article=24&part=preface

                  http://www.hubertvedrine.net/index.php?id_article=24&part=postface

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Hubert_V%C3%A9drine
                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Diplomatie
                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Secr%C3%A9taire_g%C3%A9n%C3%A9ral_de_la_pr%C3%A9sidence_de_la_R%C3%A9publique_fran%C3%A7aise


                • kako 8 décembre 2007 19:43

                  @emmanuel, Vous êtes très fort en citations ; certaines n’ont d’ailleurs pas d’auteur. Mais c’est avec des raccourcis de ce genre qu’on arrive à des catastrophes. L’Etat français a surement une part de responsabilité dans ce qui s’est passé au Rwanda ; mais est-elle enrtièrement responsable ? Les dessous de cette affaire sont bien plus obscures qu’on veut bien le dire. Qu’en est il par exemple du role de Kagame et de l’ONU ? Nous devrions y réfléchir avant de decréter que tel ou tel est coupable et le condamner.


                • Gordzol 10 décembre 2007 21:54

                  connaitre l’origine d’un mal, c’est avoir la moitié du remède . quels étaient en fin de comptes, les intérêts, les profits de ces crises fomentées pour donner une guerre civile et à qui étaient-ils destinés ?

                  en d’autres termes : à qui a vraiment profité le crime ?


                • faxtronic faxtronic 4 décembre 2007 14:18

                  Ce sont des voyoux et des agresseurs. En prison !!!


                  • Adama Adama 4 décembre 2007 14:27

                    VOYOU avec S, ne devenez pas Lerma !


                  • SANDRO FERRETTI SANDRO 4 décembre 2007 14:20

                    @ l’auteur,

                    D’accord avec cet hommage indirect (colatéral, dirons-nous) à un grand personnage de la politique française :

                    l’intelligence acérée, la classe, la discrétion..

                    Tout ce qui manque aujourd’hui...

                    Mais quand on a ennoncé ces qualités, en France cela veut dire aussitot impossibilité à se faire élire, donc à dirriger le pays ( cf. le « syndrome Balladur » à droite).


                    • crew.koos crew.koos 4 décembre 2007 14:46

                      Encore un responsable pas coupable ... tssssss


                      • mescaline mescaline 4 décembre 2007 15:52

                        Au risque de paraitre jeune, decerebree et ignorante, il me semble que la France (et l’Europe coloniale) est responsable du genocide rwandais, au meme titre que les Etats Unis. Que l’implication soit politique ou financiere, on en est tous responsable, et je trouve un peu facile de se mettre sur la touche en disant qu’apres tout, ils se sont coupes en troncons tous seuls.

                        Je trouve l’attitude francaise pathetique. Que se soit la question de l’Algerie, du Rwanda, de l’Indochine, etc.., la France semble totalement incapable d’admettre ses erreurs.

                        Et puis franchement, il lui ont pas tranche la gorge, faut pas exagerer.

                        PS : navree pour le manque d’accents, clavier QWERTY oblige...


                        • Marc P 4 décembre 2007 16:10

                          Bonjour,

                          Je suis quant à moi impressioné par ce qui ressemble à du sang froid dont fait preuve Mr Védrine... En effet, il était en train de prendre un ticket de stationnement et ne s’est occupé que de cela même aspergé et "interpelée comme il l’était... Un tel comportement au demeurant à tout le moins respectable mériterait une analyse (peut être même psychanalyse) un peu poussée... N’est il pas il me semble fils de diplomate lui même...

                          Par ailleurs 800 000 morts en quelques semaines, difficile de ne pas penser que la france a été très mauvaise pour ne pas dire plus...

                          On comprend le désarroi des membres du collectifs, peut être pas leur mode d’action...

                          On entend dire que les américains font depuis quelques temps appel à des anthropologues embarqués en Afghanistans et en Irak pour se faire expliquer les réalités humaines, ethniques, culturelles, tribales, sociales du pays...

                          www.laviedesidees.fr/Anthropologues-embarques.html

                          On est sur qu’au Rwanda, la diplomatie et l’armée française ont manqué de tels éléments... Une commission d’enquête parlementaire a peu de chance de dévoiler la vérité pour les raisons qu’on imagine tous...

                          alors attendons le trvail de l’histoire (plus objevtif que celui de la mémoire que réclame Sarkozy)

                          Marc P


                          • non666 non666 4 décembre 2007 16:27

                            Le rwanda est le contre feu des pro-Us et des pro-israeliens pour eviter que ce qui s’est passé en Irak et dans les territoires occupés de Palestine ne nous fasse en tirer les consequences sur le traitement de ces pays...

                            Comme par hasard ce sont toujours les memes qui applaudissent et comme par hasard ce genre de sujet apparait quand Israel et les etats unis sont dans le caca.

                            Ceci dit, si on creuse le sujet rwandais, on se rendrait compte que ce sont ces memes anglo-saxons qui appuient depuis 20 ans les minorités totsies pour garder le controle des deux micros etats de centrafique (ruanda , burundi). Ce sont egalement eux qui ont tenté de faire basculer le zaire dans le camps anglo-phone en financant et en organisant la prise du pays ,il y a quelques années.

                            Toutes les bases sont en ouganda et au kenya et curieusement, pêrsonne ne les montre du doigt.


                            • Emmanuel 4 décembre 2007 18:00

                              « Le rwanda est le contre feu des pro-Us et des pro-israeliens pour eviter que ce qui s’est passé en Irak et dans les territoires occupés de Palestine ne nous fasse en tirer les consequences sur le traitement de ces pays... »

                              Vous pensez à une justification des politiques interventionnistes ?

                              Ce contre-feu serait pour le moins douteux dans son analogie...

                              Quelles qu’en soient les récupérations politiciennes, il n’empeche que la (non)gestion de cette crise par la France s’avère simplement dégueulasse, après une telle assistance politique, financière et militaire.


                            • caraïbe 4 décembre 2007 20:21

                              Encore un article qui n’a rien à dire ........ on se contentera d’un basta ya hebdomadaire, pour tenir le coup au sarkotidien.


                              • morice morice 4 décembre 2007 22:38

                                C’est comme l’entarteur, ça ne présente AUCUN intérêt. Ce n’est pas comme ça qu’on dénonce. Trop facile. Beaucoup trop facile ! « Un homme l’aborde et entame la conversation sous un faux prétexte. Juste le temps de faire diversion et qu’une jeune femme l’asperge d’un liquide rouge supposé représenter du sang. » Je ne distingue pas bien ce genre d’action des inepties télévisuelles d’un Lafesse, toujours prêt à se moquer des autres, c’est si facile également. Inepte. Ces gens là ne défendent rien, ils utilisent des actions de lâches pour obtenir un entrefilet de presse : au regard de ce qu’ils veulent rappeler, leur action est dérisoire et ridicule. Et cette fois c’est pire : PERSONNE n’en a parlé : non seulement ils sont idiots, mais en plus ils sont totalement inefficaces !


                                • Gordzol 10 décembre 2007 21:29

                                  pas d’accord ! des fois c’est marrant Lafesse .


                                • Loïc Decrauze Loïc Decrauze 4 décembre 2007 23:20

                                  Quelques lignes écrites en 1994 :

                                  « Nouvelle illustration de l’ivresse barbare qui catapulte un peuple vers l’âge de la barbarie : le Rwanda s’égorge, se bute, s’écharpe, entretenant la puanteur âcre du jus répandu et des corps dégingandés qui jonchent la terre. Le printemps a des couleurs cadavériques. » (16 avril)

                                  "Ce soir, encore une fois, le Rwanda à l’honneur sur les planches de Big Média avec ses monceaux de cadavres. Le reportage de TF1 montre en préliminaires les beautés du pays avec ses chutes abondantes, sa nature grasse et féerique. L’image suivante cristallise d’un coup la nausée : des corps d’hommes, de femmes, d’enfants et de vieillards nus flottent, charognes imbibées, dans les eaux bouillonnantes. A hurler, à crever de douleur, tellement l’outrage à la nature humaine est profond. Barbarie programmée, massacres systématisés : il nous faut bouffer de ces irréductibles bastions de charcutage pour saisir le penchant premier de l’homme et admettre que cette déliquescence peut atteindre et anéantir n’importe quelle civilisation, quel que soit le stade de son évolution.

                                  Griffonner, au rythme des balancements endiablés, sur ce drame directos issu de la Terreur la plus définitive : pour un contraste, il est maousse, mes frères. Confortable sous les sunlights, je songe aux épreuves morbides de ce peuple. Ici on danse, on boit, on fume, on s’observe pour l’éventuelle fornication, on cultive ses plaisirs. Là-bas, on n’attend que la seconde qui suit pour éviter de rejoindre les charniers flottants ou les à-côtés cadavériques. Atrocités qui hantent tout un chacun."


                                  • Plus robert que Redford 5 décembre 2007 00:03

                                    Hubert Védrine est un homme politique, diplomate, qui manifestement a oublié d’être con ! Même s’il a surtout brillé sous mitterrand (personne n’est parfait) de qui la politique étrangère n’a pas été le plus réprochable, de la même façon que Dominique de Villepin fut le hérault inspiré d’une Chiraquienne opposition à l’ahurissante vindicte Américaine, lisez ses derniers bouquins, écoutez ses interventions médiatisées ! on y trouve un pragmatisme qui transcende largement les clivages politiques. N’en déplaise aux masochistes victimaires qui se complaisent dans l’auto-flagellation passée, présente et probablement à venir, H Védrine replace notre pays à son importance dans la communauté des nations, sans en oublier les erreurs, mais sans non plus passer son temps à se couvrir la tête de cendres...

                                    D’accord avec Cambronne ! l’affaire Rwanda est bien plus compliquée que certains voudraient nous le faire croire, et peu de gens possèdent suffisemment d’éléments pour pouvoir y porter un jugement pertinent. Hubert Védrine fait certainement partie du lot...

                                    Par ailleurs, je viens de regarder la soirée ARTE sur le darfour ! pas brillant !! La « communauté internationale » y fait preuve d’un immobilisme qui n’a rien à envier à celui de la france au rwanda !! On regarde, mais surtout on n’intervient pas ! Je ne fustige pas une telle attitude c ar on vient de m’expliquer pendant deux heures pourquoi tout est si complexe... Mais alors, pas de leçons à donner non plus à ceux qui n’ont rien fait au pays des Mille Collines !

                                    Nous apprenons de l’Histoire...

                                    que nous n’apprenons RIEN de l’Histoire !


                                    • Plus robert que Redford 5 décembre 2007 00:10

                                      En plus, la vidéo de l’« attentat » est super mal construite et l’effet de destabilisation recherché sur la personne de l’ex-ministre est totalement nul, fracassé par l’impressionnant self-contrôle de Védrine...

                                      Que cette bande de bricolos merdiques ne se fût-elle attaquée à BHL !! Là, oui ! la réaction aurait probablement été à la hauteur des espérances de nos contestataires au petit pied...


                                    • morice morice 5 décembre 2007 08:37

                                      Non,’Plus Robert", que cette bande de bricolos arrête de s’attaquer ainsi aux hommes politiques, on ne confond pas le Rwanda avec les émissions débiles de J-Luc Lafesse.


                                      • niko74 niko74 6 décembre 2007 11:47

                                        Et bien pardonnez mon inculture, mon manque de discernement concernant les subtilites de la diplomatie et des affaires internationales, mais moi je ne trouve pas la situation tres compliquee.
                                        Des hommes armes de machettes encadre par des militaires et par des outils de propagande mis au point par nous, massacrent en masses des civil desarmes. Ca se sait parcqu on est a l ere de l information et qu on a nos propre satellites espions.Ca se sait parceque cela a ete plannifie et qu on a des services de renseignement tres impletes en afrique.Donc logiquement en tant que "grande soeur bienveillante" ( c est bien comme ca que nos politique decrivent la france aux africains)On envoit l armee pour s interposer et empecher ca. comment on fait pour emoecher ca ? on tire sur ceux qui ont les machettes.notez que je ne dis pas rwanda, ni outsi, ni outou. A partir d un certain degre d horreur et de lachete ( ce ne sont pas de gens armes qui se tirent dessus) cela n a pas d importance.
                                        or l armee francaise ne s est pas interposee au debut des massacres, elle s est meme vu acclamee par les massacreurs, a son arrivee lors de l operation turquoise (bizarre non ?).
                                        ceux qui disent " c est plus complique que ca, les anglo saxon ceci et blabla" me font doucement rigoler...de quoi c est complique ? a la base c est assez simple : les occidentaux ont un mode de vie qui necessite le pillage des matieres premieres qu ils n ont pas et comme ils nósent pas se faire la guerre directement entre eux, ils la font faire par les noirs et les arabes sur les territoires que chacun tente de s approprier par procuration. c est sur apres quand on rentre dans les details ca devient complique, ya des revirement des trahison, mais il me semble que le consecus de base est assez simple.C est sur que c est dur de debattre vu le nombre de cases laisses vides par les medias et les responsables politiques...mais bon, au jour d aujourd hui et au vu de l histoire, on sait grosso modo comment remplir ces cases..non ?
                                        pour le darfour c est pareil...a qui profite le crime ? aux multinationales, qui par le truchement des etats nous impose democratiquement nos modes de consommation.A nous qui exigeons d avoir la lumiere en appuyant sur un bouton en payant le moins cher possible , d avoir de l essence pour aller bosser et partir en vacances, tout en nous complaisant d etre d honnete travailleurs qui nommons nos decideurs une fois tous les ans en mettant un papier dans une boite, et apres nous le deluge....mais bon les anglo saxons le feraient a notre place si nous nous abstenions alors......resonnement a 2 balles ....angle de vision restreint...la facilite...il faut changer nos modes de vie pour court circuiter ce systeme...travailler moins pour gagner moins et plus se retrouver sur la place du village. 


                                        • coati coati 8 décembre 2007 11:44

                                          Assez d’accord avec vous Niko74. J’aimerais aussi travailler moins, gagner moins, consommer moins. Le problème c’est qu’il faut que tout le monde fasse de même sans quoi on se retrouvera à la place des africains à subir le joug de peuples (dirigeants plutôt) prédateurs. Mais je partage le même idéal que vous qd même.


                                        • Gilles Gilles 8 décembre 2007 15:39

                                          Quand on compare Vedrine aux actuels guignols incultes qui gèrent les affaires internationales à coup de com, d’otages, on en peux que regretter qu’un homme de cette trempe ne soit plus dans le circuit

                                          Rappelons aussi que Sarko avait contacté Vedrine pour le Quai d’Orsay, ce qu’il a refusé.


                                          • armand armand 8 décembre 2007 16:51

                                            J’aurais préféré qu’on entarte de rouge-sang ceux qui ont ordonné aux forces d’ lONU de rester l’arme au pied quand on a massacré des milliers de Bosniaques à Srebrenica. Mention spéciale aux Hollandais qui ont élevé la lâcheté au niveau d’un grand art - leur bataillon aurait pu résister aux Serbes sans courir le risque d’un nouveau fort Alamo. Et c’est le général français Janvier qui a systématiquement bloqué toute opposition plus musclée.

                                            Dans ce cas précis il n’y aucun doute sur la chpaine de commandement et les responsabilités.


                                            • non666 non666 9 décembre 2007 01:15

                                              Commentaire stupide qui montre le poid de l’intox dans ce qu’a retenu le bon peuple de l’affaire yougoslave.

                                              Pourquoi avoir laissé les Croates quitter la federation Yougoslave( et l’avoir meme encouragé ) au nom du « droit des peuples a disposer d’eux memes » et avoir interdit aux serbes de Bosnie, de Croatie ce meme droit ?

                                              Pourquoi avoir valider des frontières de region interne, sans aucune realité nationale comme frontière d’etat ?

                                              Pourquoi avoir préféré lacher du mou aux musulmans , chez nous, en Europe plutot que chez eux , en palestine , en irak, en afghanistan ?...

                                              Quand on se pose ces questions , on comprend mieux les tenants et les aboutissants de la manipulation qui nous a frappé et surtout le role des acteurs du lobby du « devoir d’ingerence »...

                                              Continuez a chanter la chanson qu’ils vous ont apprisent par coeur, entre vous, vous pourriez meme avoir l’air de savoir de quoi vous parlez...


                                            • armand armand 9 décembre 2007 11:20

                                              Désolé, on peut pense ce qu’on veut de la dissolution de la Yougoslavie, on peut même défendre le droit des Serbes au Kosovo - ce que je fais. Et trouver que le massacre de Srebrenica était une honte et les casques bleus des couards, surtout leur commandement. Un soldat ne se laisse pas humilier par des miliciens comme ils l’ont fait.


                                            • non666 non666 9 décembre 2007 23:11

                                              Pourtant 20 ans force ONU au Liban aurait du montrer le contraire...

                                              On oublie volontier que si il y a eu srebenica , il y a eu les equivalents coté croate et musulman avec des victimes serbes.

                                              Alors la pudibonderie a geometrie variable, non, merci.


                                            • Luc 6 novembre 2008 15:58

                                              [je cite] " Les auteurs, un groupe d’activistes illuminés, "

                                               Toutes les allégations sont abondamment sourcées, connues des historiens, experts et par aujourd’hui beaucoup de citoyens : se référer par exemple à la bibliographie et à la liste des rapports :

                                              http://www.genocidemadeinfrance.com/spip.php?article39
                                               

                                              [je cite] « Leur justice est expéditive. »

                                              Il n’est aucunement là question de faire justice, les nombreuses actions du collectifs montrent dans leur ensemble des actions symbolique d’interpellation citoyenne.

                                               

                                              [je cite] « Peu importe la complexité des faits dont ils ignorent l’essentiel. Tout drame nécessite un coupable. Hubert Védrine par son passé de proche collaborateur de François Mitterrand a le profil idéal. Celui de ces hommes qui se sont retrouvés au cœur du pouvoir et de décisions historiques mais qui, contrairement à beaucoup de leurs contemporains, ne se sont pas vautrés dans la révélation hâtive et lucrative des petites et grandes affaires d’Etat. Dès lors, pour des individus au raisonnement simpliste, tout silence est par essence coupable. » [fin de citation]

                                              Outre le fait qu’il est été secrétaire général de l’Elysée de 1991 à 1995, Hubert Védrine s’est très longuement exprimé dans Tuez les Tous (un documentaire de France 3), son discours raciste et pleinement assumé pour la démocratie ethnique y est démontré, en particulier dans les suppléments. Egalement membre du conseil de défense restreint en charge de la définition de la politique française au Rwanda, Hubert Védrine a soutenu en toute connaissance de cause, l’engagement politique, financier et militaire de la France aux côtés des génocidaires rwandais qui exterminèrent au moins un million de personnes en une centaine de jours de 1994. Soutien qu’il ne nie pas, mais qu’il replace dans une perspective non-objective, comme tout révisionniste.

                                              La complicité de génocide, quelle que soit le niveau de responsabilité des auteurs est un crime imprescriptible. 

                                              Le documentaire du collectif est à ce sujet E-X-E-M-P-L-A-I-R-E :

                                              http://www.genocidemadeinfrance.com/spip.php?article62

                                               

                                              Une plainte contre X pour “violence en réunion” et “diffamation” a néanmoins été déposée.- -> une plainte en diffamation ?? Mais où est passée la diffamation ? Hubert védrine l’a tout bonnement et simplement retirée, car une plainte en diffamation aurait justement permis un débat de fond sur sa complicité dans le génocide d’un million de Tutsi et opposants politiques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès