Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Humanisme à la dérive

Humanisme à la dérive

On nous parle de la France qui se lève tôt depuis des semaines maintenant, jolie formule de campagne de notre nouveau président soigneusement relayée par les médias jusqu’à intoxication des cerveaux. Notre nouveau président est le candidat de la France qui se lève tôt, celle qui travaille dur, qui se bat tous les jours pour assurer sa survie, celle qui souffre dans le silence tandis que la racaille déchaîne la violence dans les banlieues, attirant l’opprobe du reste de la population sur eux tous, travailleurs et émeutiers confondus. Quelle ironnie ! J’ai moi envie que l’on parle de la France qui ferme les yeux sur sa propre misère. La France schizophrène et égoïste qui refuse de voir la pauvreté et l’extrême nécessité quand il peut lui arriver de la croiser. "Travailler plus
pour gagner plus" quel magnifique slogan, quelle rhétorique bien huilée ! Mais lorsqu’on ne travaille pas, et que l’on n’a pas de logement, l’argument perd de son pouvoir de conviction. Un indice important du développement d’une société est le soin qu’elle apporte à la réintégration des plus démunis. Il serait bon de rappeler à notre nouveau président, si prolixe sur la question des droits et des devoirs, le devoir moral du fort d’aider et de protéger le plus faible. Non, ceci n’est pas de l’assistanat comme il s’est plu à le tonitruer tout au cours de sa campagne, il s’agit d’une valeur fondamentale humaniste, un enjeu de civilisation. Je crains bien que les cinq années qui s’annoncent n’enregistrent un net recul sur ce point. Souvenez-vous, notre nouveau président, alors ministre de l’Intérieur, avait dépéché quelques camions de CRS non loin d’un point de rassemblement et de distribution organisé par les
"restos du coeur" afin de procéder à quelques interpellations. Le souvenir de cette intervention de police fait froid dans le dos et devrait éclairer sur le modèle de société défendu par notre nouveau président. Que dire de l’état des prisons ? Les prisonniers s’y entassent inexorablement dans des conditions abominables. Sujet jamais évoqué par notre nouveau président. On peut le comprendre, il en est en partie responsable, du moins, de l’aggravation de la situation de ces dernières années. Un des bienfaits de la politique du chiffre. Quoiqu’il arrive pour rendre compte de son action, il faut des chiffres, n’importe quels chiffres, mais des chiffres. Ceci légitime et rend lisible l’action politique. De même lorque l’on présente son programme présidentiel lors d’un débat : il faut pouvoir associer à chaque mesure un chiffre, peu importe sa véracité, sa cohérence ou sa vraisemblance, qui ira de toutes façons le vérifier ? Et quoiqu’il arrive, ceci donne l’impression d’une grande maîtrise des dossiers. Enfin, il faut espérer que tout le monde n’est pas dupe. Cette politique du chiffre, appliquée à la lutte contre l’insécurité, a eu pour effet d’aggraver un des problèmes dont souffre la France depuis de nombreuses années : le surpeuplement des prisons et les diffcultés de l’appareil judiciaire qui en découlent. Une nouvelle fois, il peut être bon de rappeler le principe de la prison dans une démocratie, ou dans un pays se revendiquant comme tel. La prison a pour rôle non pas de tenir à l’écart les mauvais éléments de la société représentant un danger pour elle, mais chercher à réintégrer cette frange de la population, la soigner et la rééduquer. C’est à nouveau le devoir du fort sur le faible. Au lieu de ça, la prison est aujourd’hui un lieu de perdition totale, où le simple séjour marginalise à jamais des éléments qui auraient pu participer à nouveau au bon fonctionnement de la société. Les valeurs humanistes désertent notre société. On ne peut que constater la montée de l’individualisme, les chocs des egos, la frustration générée par la société d’hyperconsommation, relayée par les grands médias. Il est temps de s’interroger sur le sens profond du terme "fraternité" éternel parent pauvre de notre belle devise. Il est toujours plus facile de défendre ses idées lorsque l’ennemi est parfaitement incarné et identifiable. Peut-être depuis le 6 mai avons-nous cette chance : notre nouveau président ne sera pas le président de la fraternité, il est temps de réaffirmer les valeurs de générosité et d’amour qui donnent à l’homme sa réelle grandeur, sa réelle dimension, et qui le rendent capable d’accomplir les plus belles choses. Chers amis, résistons, défendons nos idéaux !


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 11 mai 2007 14:13

    Relit le programme de Sarkozy pour comprendre que tu as plus (+) d’avenir avec que sans.

    Je suis pas un partisan de Sarkozy mais j’ai voté sur un projet de société et j’ai lu ce sur quoi il s’engage et cela me semble de bon sens.

    tu dis « La France schizophrène et égoïste qui refuse de voir la pauvreté et l’extrême nécessité quand il peut lui arriver de la croiser »

    C’est faux ! et si tu relis le programme de Sarkozy tu auras des solutions

    tu dis « Que dire de l’état des prisons »

    Sarkozy s’engage à mettre les prisons aux normes européennes ! et il n’est pas responsable si les socialistes durant les années passées au pouvoir n’ont rien fait !

    Tu dis « Les valeurs humanistes désertent notre société. »

    Bien souvent les gauchistes ont dénaturés le sens du mot humaniste et encore plus le PS tendance BOBOS

    Dans toute société moderne on aspire à l’individualisme car je ne vais pas partager mon labeur avec mon voisin et encore moins avec un voyou qui est multi-récidiviste et qui est en prison car il n’a ce qu’il mérite !

    Ton discours est à ton image ,triste,noir sans espoir

    Adieu mon ami smiley


    • Ploum 11 mai 2007 17:05

      Cher Lerma je m’interroge fortement sur la personne que vous ètes.

      En effet, avant le premier tour vous étiez Sarkoziste convaincu, entre 2 tours vous étiez Bayrouiste convaincu et maintenant vous ètes « de gauche » et éxaltant le programme du sieur Sarkozy, déroutant.

      Quand on regarde ensuite l’ensemble de votre oeuvre, on constate d’abord que vous n’avez aucune, mais alors vraiment aucune valeur qui puisse être vue de près ou de loin comme étant une valeur de gauche, déroutant là encore.

      Dans un de vos commentaires vous situez votre niveau de salaire dans les 4000 euros mensuel, donc normalement vous devriez assumer une charge de travail conséquente et régulière, mais je constate que vous ètes tous les jours à blogger ici bas, à fournir à toute heure des posts relativement touffus, avec nombre citations, ce qui implique un fort temps passé sur le site.

      Ma question sera donc : seriez vous cher Lerma un employé du privé payé pour travailler encore moins que les fonctionnaires que vous villipendez à la moindre occasion ?


    • masuyer masuyer 11 mai 2007 20:11

      Merci Ploum,

      vous posez les questions que moi-même je me pose depuis quelques temps et j’adhère volontiers à l’hypothèse que vous formulez


    • Fred 11 mai 2007 21:01

      Enfin, j’aimerai vous dire que l’humanisme n’est pas une vertu socialiste. Je suis entoure de collegues socialistes qui ont de grandes idees humanistes sur tout mais des qu’il s’agit de les appliquer sur le terrain, il n’y a plus personne. Entre ceux qui mettent leurs enfants dans les ecoles prives tout en defendant l’ecole publique, qui parlent d’aider les pauvres sans jamais donner un sous, qui parlent d’aider les jeunes mais qui ne font jamais preuve de benevolat, ou qui parle de l’impossibilite d’avoir des SDFs aujourd’hui en France lorsqu’ils ont 100m2+50m2 de terrase en banlieue Parisienne...franchement je rigole.

      Je generalise. Les socialistes ont des belles idees humanistes qui disparaissent des qu’apparaissent leurs interets personnels. Je ne dis pas que les gens de droite sont meilleurs mais il n’y a pas le caractere hypocrite.Fin de la generalisation.

      Finalement, l’election de Sarkowy va donner une chance unique aux socialistes de montrer leur caractere humaniste pour palier aux deficiences du systeme que Sarkozy d’apres eux va installer en France. Si le nombre d’associations et de dons n’augmentent pas ca veut dire soit que Sarkowy n’aura pas entierement casse le systeme social francais soit que les socialistes humanistes ne sont pas si humanistes que ca. Finalement, tout le monde a une chance historique de montrer au reste de la France de quoi il est fait.


      • La mouche du coche La mouche du coche 11 mai 2007 21:20

        Fred, ton commentaire n’est pas faux mais qu’est-ce que vous avez, vous les gens de droite ? Quelles sont vos idéaux s’ils ne sont pas humanistes ? smiley


      • Démos 13 mai 2007 05:58

        Merci Fred,merci JBL,vous ouvrez la porte aux autres pour qu’ils puissent libérer leur humanisme soi-disant propriété exclusive de leur clan.Peut-être en trouveront-ils une once pour Nicolas Sarkosy...A sa place,si je les écoutais,je regretterais presque d’être né dans un tel monde...c’est plutôt leurs propos qui dérivent, mais ce n’est pas grave,ils ont un bon fond et ne le savent pas. Ils sont justes un peu étriqués et mal à l’aise dans leur costume. Vous leur taillez un joli short ce qui devrait les mettre à l’aise et l’humanité avec...


      • JBL 12 mai 2007 10:53

        Assez de blabla ! Il est venu le temps de passer aux actes.

        Créez votre entreprise, embauchez et rémunérez largement vos salariés, distribuez vos bénéfices aux oeuvres caritatives, employez-vous durant vos congés à soulager les malheureux et les malades abandonnés dans les hôpitaux par leurs familles, secouez vous pour sortir de l’assistanat car certains plus malheureux que vous en ont absolument besoin, donnez de votre temps pour aider ceux qui souffrent plus que vous, etc.

        L’humanisme et la fraternité ne sont ni de droite, ni de gauche.Personne n’en a le monopole.Mais franchement assez de discours moralisateurs. Ce qu’il nous faut, ce sont des actes en prenant soin de les mettre en conformité avec les paroles et les écrits.

        Généralement, les véritables humanistes, j’en connais dans mon entourage, ne passent générelament pas leur temps à faire des discours où l’on sent poindre le parti pris (politique) et sourde un dénigrement systématique.


        • Annie 14 mai 2007 12:49

          Je suis tout à fait d’accord avec cet article. L’état providence a partiellement été créé pour pallier les lacunes du secteur privé, ou des individus à s’occuper des plus faibles dans la société. Ce qui n’exclut pas les contradictions attachées aussi bien aux gens de droite et de gauche (écoles privées etc.). Personne n’a le monopole du coeur, mais des politiques ou un projet de société qui renforcent la tendance individualiste ne vont faire qu’aggraver les inégalités, ce qui est grave, mais ce qui est encore plus grave, c’est qu’ils vont donner un sens de légitimité à nos pulsions les plus égoïstes.


          • Luciole Luciole 15 mai 2007 18:10

            Je suis sans doute complètement à la rue, mais je ne vois aucune différence entre l’humanisme et le christiannisme... Quelqun peut m’expliquer SVP ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès