Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Il est immoral de détourner l’histoire à des fins politiques

Il est immoral de détourner l’histoire à des fins politiques

Après « la déconvenue », du gouvernement de Nicolas Sarkozy, face au refus du Conseil Constitutionnel* de valider une loi qui heurte plusieurs principes de notre Constitution, proposer une nouvelle loi comme veut le faire le Président de la République, est inopportun.

Vouloir contourner l’avis du Conseil Constitutionnel et céder aux pressions du lobby de la diaspora arménienne avec sa logorrhée antiturc, arguments nourrissant la rhétorique du « Turc barbare », de la « Turquie manipulatrice, perverse ou menteuse », de la « tradition criminelle de l’Etat turc. Les propos tenus par M. Leylekian en octobre 2009 sont édifiants : « Alors oui, les “maudits Turcs” restent coupables ; ils restent tous coupables quelle que soient leur bonne volonté, leurs intentions ou leurs actions. Tous, de l’enfant qui vient de naître au vieillard qui va mourir, l’islamiste comme le kémaliste, celui de Sivas comme celui de Konya, le croyant comme l’athée, le membre d’Ergenekon comme Orhan Kemal Cengiz qui est “défenseur des droits de l’homme, avocat et écrivain” et qui travaille pour “le Projet kurde des droits de l’homme”. Aussi irrémédiablement coupables que Caïn, coupables devant les Arméniens, devant eux-mêmes, devant le tribunal de l’Histoire et devant toute l’Humanité. », comme ceux du Conseiller de M. François Hollande, M. Mourad Papazian, co-président de la FRA pour l’Europe occidentale lorsqu’il insulte les élus de la République sur une radio communautaire arménienne proche des milieux ultra-nationalistes dashnaks, en les traitant de « salopards » pour avoir signé la saisine du Conseil constitutionnel à propos de la loi de censure arménienne, mais ce n’est pas tout, dans cette intervention ahurissante en avril 2006, il va jusqu’à interpeller la diaspora dans un appel guerrier « Chers compatriotes, contre la Turquie, nous allons continuer à nous organiser. Nous organiser pour mieux nous mobiliser. Nous mobiliser pour mieux atteindre nos objectifs. Mieux atteindre nos objectifs pour gagner. Non seulement pour la reconnaissance du génocide mais aussi pour l’édification d’une Arménie libre, indépendante et réunifiée pour que tous ensemble, nous puissions reprendre possession de Van, Mouch, Kars, Sassoun, Bitlis et Erzurum »

Ces propos, sans raison d’être dans notre République, sont édifiants.

Obsession de la pénalisation

La République ne reconnait pas de communautés, ni arménienne, ni autres. Rien ne peut justifier une telle loi. Je suis heureux de pouvoir penser ce qu’il me plait de penser, mais je me demande à quoi correspond cette volonté de vouloir écrire une histoire officielle avec son insupportable utilisation comme moyen de pression.

Je refuse l’Histoire aux mains des politiques.

Au nom de quelle mémoire ?

Et puis, au nom de quelle mémoire cette rhétorique arménienne qui veut installer des parallèles entre l’extermination systématique des juifs par les nazis – un génocide - et le massacre des arméniens il y a un siècle ? A en croire la propagande arménienne, la Shoah serait de la faute des Turcs ? Comme si tout pouvait être amalgamé et sur quels fondements historiques ? 

Pour s’en tenir aux conflits de la première guerre mondiale, n’oublions pas le gigantesque front du Moyen-Orient, ouvert d’octobre 1914 à octobre 1918. Les adversaires de l'Empire ottoman, les Empires britannique et russe assistés de la France et de l'Italie avec à leurs côtés la milice arménienne (à l'été 1914, les unités de volontaires arméniens se trouvaient sous l'autorité des forces russes) russe, ce qui permis à Nicolas II de Russie de dire « De tous les pays, les Arméniens se pressent pour rejoindre les rangs de la glorieuse armée russe, prêts à donner leur sang pour la victoire de l'armée russe... »…

N’oublions pas aussi que la plupart des discours violents de la diaspora arménienne viennent des vieilles organisations nationalistes — c’est-à-dire les « partis révolutionnaires » créés à la fin du XIXe siècle, notamment la Fédération révolutionnaire arménienne — qui haïssaient les Turcs bien avaient 1915 et continueront de les haïr, quelle que puisse être leur position.

Au demeurant, les Turcs (d’aujourd’hui) ne nient pas les massacres contre les arméniens et les crimes de l’empire ottoman pendant la guerre contre les russes (mars 1922, dernier gouvernement ottoman, 29 octobre 1923, l'Assemblée nationale turque réunie à Ankara proclame la République turque et consacre la mort de l'empire ottoman).

Par ailleurs, quelle est cette dette incommensurable que la France devrait payer ? Quelles sont les dérives qui se produiraient en France ? Rien ne légitime une semblable démarche, car dans le cas contraire, la France se doit de pénaliser tous les massacres de l’Histoire… Quand la France… enfin, ses parlementaires, vont-ils cesser d’insulter l’Histoire, d’insulter la Turquie ? Nous ne sommes pas uniques dans ce chapelet destructeur. Malheureusement, nous aussi, avons assassinés femmes et enfants.

Abominable et fétide constante de l’histoire

N'en déplaisent à certains activistes, ce n’est pas le nombre ou la qualification des massacres qui fait l’horreur, mais cette abominable et fétide constante de l’histoire ! Un rappel ? Années 1910, massacres des Turcs dans les Balkans lors de la chute des Ottomans, 1,5 million de morts, 400 000 déplacés / Destruction de Thèbes en 334 / 1914-1918 Verdun / juillet 1943, bombardements anglo-américains, 1,35 million de tonnes de bombes sur les villes allemandes... Cologne, Dresde… / Tokyo / Hiroshima / Nagasaki / Stalingrad / Leningrad / Varsovie / Guernica / Massacre de Sioux par l'armée américaine / Répression d'une révolte arménienne par le sultan ottoman Abdülhamid II / Massacre de Batak / Insurrection de la Commune de Paris, les Versaillais fusillent des dizaines de milliers de prisonniers combattants et civils / Massacres vendéens / Massacre de Cheyennes / Massacre de chrétiens maronites par des druzes / Aborigènes d'Australie / Waterloo Creek / Extermination quasi totale de la population Maorie / Massacres de dizaines de milliers de Turcs et de Juifs commis par les Grecs en 1821 / Massacre de Cholula / J’allais oublier le Vietnam, l’Algérie… tant d’autres encore, c’est sans fin, l’homme à toujours trouvé à massacrer ! Longue litanie d’un autre temps, d’autres siècles…

Les ennemis d’hier

Le parlement a du pain sur la planche ! Nous ne sommes pas au bout du chemin.

L’histoire de l’Humanité est faite de massacres. Pouvons-nous nous immiscer dans chaque tragédie ? Une loi pour chaque ?

La question arménienne doit être comprise dans sa complexité, cela demande l’amélioration des connaissances tant en Turquie que dans le reste du monde.

L’Histoire aussi, veut, que les ennemis d’hier, deviennent, aujourd’hui… des amis et des alliés. Il me semble essentiel d’œuvrer à une compréhension et une authentique et décisive collaboration entre la Turquie et l’Arménie.

La question turco/arménienne est d’une nature, qui ne relève pas du code pénal français et comme le dit si justement Robert Badinter avec tant d’humanité, « Le Parlement n'est pas un tribunal ». Ce n’est pas son rôle de dire l’Histoire. 

Il est immoral de détourner l’histoire à des fins politiques.

 

Alain Valtat (ancien journaliste). 

 

*Le Conseil Constitutionnel se refuse à écrire l'histoire, confiant cela aux historiens. 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • jaicruvoir 13 juillet 2012 07:21

    L’histoire est écrite par les vainqueurs.

    La France a gagné en 1918 contre l’empire Ottoman, mais elle fait partie des perdants en 1921 contre la république Turque.

    La France veut se faire pardonner de ses promesses non tenues :
    « Arméniens prenez les armes contre l’Ottoman nous vous aideront en échange »
    On connait maintenant l’histoire, C’est la France qui devrait indemniser les Arméniens pour tromperie.

    Pour éviter de reconnaitre sa responsabilité, la France détourne l’attention avec des lois mémorielles...

    • Valtat Valtat 13 juillet 2012 15:45

      Hrant Dink disait : « la loi interdisant la négation des génocides est une loi imbécile »


    • lsga lsga 13 juillet 2012 07:29

      faire de l’Histoire, c’est faire de la politique. 


      Les méthodes des historiens supposer garantir l’objectivité sont nécessaires, mais de là à croire qu’elles garantissent l’objectivité smiley

      • Valtat Valtat 13 juillet 2012 15:20

        Non, sauf à truquer les faits. 


      • Valtat Valtat 13 juillet 2012 14:52

        Monsieur,

        Je suis un enfant de la République et comme Homme, comme Citoyen de cette République, je m’attache et m’intéresse à tout ce qui peut venir la ternir, la troubler (évidement, pour vous, ceux qui ne pensent pas dans votre sens, sont de fait des adversaires, donc pro turcs… vision singulièrement simpliste).

        Ceux qui veulent dévoyer la République française au vu de leurs intérêts particuliers (diaspora arménienne en particulier), sont inintéressants, pour ne pas dire dangereux. A ma connaissance, « la République ne reconnait pas de communautés, ni arménienne, ni autres ».

        Il semble que mon texte ne vous convienne pas, je le regrette. Il ne dit pourtant que des vérités vérifiables. Votre invective n’est pas la bonne manière, n’est pas une proposition intelligente pour régler l’histoire turco-arménienne « conflit » que vous entretenez avec jouissance depuis des décennies, et qui n’est, en fait, pas uniquement turco-arménien. Vous avez le droit de ne pas être d’accord (liberté de penser), comme j’ai le droit de ne pas être d’accord avec votre volonté belliqueuse. « Je suis heureux de pouvoir penser ce qu’il me plait de penser ». Vous ne cherchez pas la paix, mais la violence dont vous avez, à la différence des turcs, usés et abusés (dois-je vous rappeler meurtres et attentats commis par votre communauté » ? Voulez-vous que l’histoire vous flanque de votre histoire (Deuxième guerre mondiale par exemple, Haut-Karabagh) ?

        Je réitère, je refuse l’Histoire aux mains des politiques, trop dangereux, une atteinte à la liberté, ce qu’après le précédent Président, le nouveau s’empresse de faire ! Et pour vous répondre, malgré vos amalgames, c’est une affaire individuelle et non une affaire d’état. 


      • robin 13 juillet 2012 11:39

        Il est immoral de détourner l’histoire à des fins politiques.

        C’est valable aussi pour l’instrumentation permanente de la shoah ?


        • Valtat Valtat 13 juillet 2012 14:55

          Me semble-t-il


        • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 13 juillet 2012 12:01

          Toutes les loi mémorielles et les interdictions de penser ceci ou cela sont contraire au Droits de l’Homme.


          • Valtat Valtat 13 juillet 2012 15:06

            « La liberté de pensée est le droit que possède chacun d’employer comme il l’entend ses facultés réflexives, à l’aide de sa raison critique, mais aussi de ses émotions ou ses potentialités créatrices. Par suite, c’est le droit d’avoir, sur tous sujets, tutelle ou magistère, des idées, des avis, des opinions personnelles, des convictions, et en matière religieuse de croire ou ne pas croire ou de pouvoir changer de croyance. La liberté de pensée est constitutive de la liberté de conscience ». 


          • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 13 juillet 2012 12:22

            Le problème est que la loi Gayssot crée un précédent regrettable, mais qui excite les appétits.  Une société de connaissance ouverte, héritière des cultures grecque et romaine, peut difficilement accepter une telle disposition qui soumet le débat public présent et futur à des décisions d’un tribunal militaire prises il y a 66 ans, alors même que l’histoire de la Seconde guerre mondiale en était au point zéro. N’est-ce pas Georges Clémenceau qui disait « La justice militaire est à la justice ce que la musique militaire est à la musique » ? La France qui a supprimé la justice militaire de la Cour de sûreté de l’État (loi du 4 août 1981) a institué l’histoire militaire ... De plus, le caractère rétroactif et ad hoc de la définition du crime contre l’humanité heurte les fondements du droit, dont le principe de non-rétroactivité de la loi pénale.


            • Valtat Valtat 13 juillet 2012 15:12

              Oui, la loi Gayssot, est déjà une manipulation politique… et puis la porte étant ouverte… aubaine pour les trafiqueurs…


            • Kookaburra Kookaburra 13 juillet 2012 12:40

              Quarante-cinq mille euros d’amende et un an d’emprisonnement : c’est ce que pourrait bien risquer une personne qui voudrait exprimer ce qu’elle pense au sujet du génocide arménien, en France. C’est cher payer l’expression de ses idées. Ainsi, cette loi, comme la loi Gaysot visant à châtier certaines personnes exprimant leurs opinions à propos du génocide commis contre les Juifs durant la Seconde Guerre mondiale, bafoue l’un des droits les plus fondamentaux de l’individu : celui d’exprimer ses idées. En clair, le délit d’opinion existe dans notre pays. Rien que pour cette raison, cette loi doit être condamnée. Car c’est une manifestation d’intolérance, au sens exact du terme, c’est-à-dire le refus de la liberté d’opinion d’autrui.

              Une nouvelle forme de conformisme surgit. Autrefois oppressée, la société menace de devenir oppressive. D’émancipatrice qu’elle était au siècle des Lumières — en arrachant des libertés à l’État —, la société, éclatée en associations, communautés, groupes, lobbys, se révèle désormais dangereuse pour ces mêmes libertés.

              Max Gallo : « Pour l’historien, il n’est pas admissible que la représentation nationale dicte « l’histoire correcte, celle qui doit être enseignée ». Trop de lois déjà, bien intentionnées, ont caractérisé tel ou tel événement historique. Et ce sont les tribunaux qui tranchent. Le juge est ainsi conduit à dire l’histoire en fonction de la loi. Mais l’historien, lui, a pour mission de dire l’histoire en fonction des faits ».


              • Valtat Valtat 13 juillet 2012 15:17

                Oui,  l’historien, et uniquement l’historien, a pour mission de dire l’histoire en fonction des faits. Que les faits. 


              • Engin 13 juillet 2012 14:02

                Les arméniens ont oublié une chose

                À force de faire de la politique avec le sujet ils vont se faire brûler les ailes 
                D’ailleurs les franco turcs ont commencé à faire de la politique avec le même sujet
                À force de se faire passer pour des têtes de turcs, ils ont terminé par exploser
                Aujourd’hui celui qui pèsera plus lourd quel’autre dans la politique va gagner la manche 
                À vos bulletins de votes médiales et messieurs 
                Et aux chantages sur les politiques bien sur

                • Valtat Valtat 13 juillet 2012 15:25

                  « Turc barbare », « Turquie manipulatrice, perverse ou menteuse », « tradition criminelle de l’Etat turc   », ce type de logorrhée aura, bien entendu une fin. Il y a une limite à l’insulte... 


                • Valtat Valtat 13 juillet 2012 15:30

                  Espérons qu’elle ne soit pas votée, il à tant à faire de mieux pour la France que de détricoter des lois liberticides. 


                • Arnes Arnes 13 juillet 2012 15:51

                  " Max Gallo : « Pour l’historien, il n’est pas admissible que la représentation nationale dicte « l’histoire correcte, celle qui doit être enseignée »


                  Quelle stupidité ! Les programmes scolaires français ne sont t ils pas définis par le politique et ce genre d’histoire, politique ou scolaire est à l’Histoire ce que la musique militaire est à la musique !

                  • Valtat Valtat 13 juillet 2012 16:27

                    Cette loi inique montre le mépris absolu du politique envers le citoyen. Au lieu de légiférer et de créer une « police de la pensée », le politique ne devrait-il œuvrer pour la recherche d’un règlement tenant compte de la vérité historique, combattant ainsi mensonges et perversions, balayant ainsi l’obscurantisme, mettant fin à certaines idées fausses sur la question turco-arménienne ? 


                    • Deneb Deneb 13 juillet 2012 18:06

                      C’est l’Histoire qui est immorale, rédigée par les vainqueurs qui l’érigent en Science, alors qu’elle n’est qu’une version très partielle de la vérité dans le meilleur des cas ou un mensonge pur et simple dans d’autres. Forcément biaisée, elle ne relate que des histoires de possession, de propriété et des gros sous, des conflits armés avec son cortège de martyrs pour « la bonne cause » (enfin, les intérêts du patron). Les lois mémorielles sont toujours liberticides et ont un effet contraire : Je n’ai jamais douté du holocauste, mais, vu qu’il y a une loi qui l’interdit, je me demande s’il y a pas anguille sous roche. Comme disait Churchill : Il ne faut jamais croire une information, à moins qu’elle soit officiellement démentie. Pour les arméniens, c’est encore plus flagrant : caresser ces électeurs dans le sens du poil.
                      L’Histoire n’est pas une science, elle est incapable de moindre prédiction. Le seul intérêt d’une science est dans sa capacité de prédiction, et c’est déjà énorme. En science, on n’a pas besoin d’interdire les postulats erronés, mais c’est souvent arrivé que l’on y interdit la vérité : les exemples sont légion, à commencer par Gallilée, Kopernik ou Giordano Bruno. Aujourd’hui on n’a pas besoin d’interdire de dire que le Soleil tourne autour de la Terre, mais celui qui le dit serieusement est un idiot, tout simplement.


                      • Valtat Valtat 13 juillet 2012 18:27

                        Oui, sans doute, l’Histoire n’est-elle pas une science (?)... mais assurément le résultat de nos actions... et nos actions... ne sont qu’une longue litanie de massacres d’un autre temps... Raison de plus pour ne pas la mettre entre les mains des politiques. 


                        • jacques lemiere 13 juillet 2012 20:13

                          oui..

                          au delà de ce cas précis c’est la tendance à légiférer au lieu d’argumenter qui est inquiétante, d’autant que cela permet aux pires négateurs de dire ce qu’ils veulent dans l’ombre en se présentant légitimement comme des gens qu’on empeche de parler.

                          • lambda 13 juillet 2012 23:57

                            Tout est dit dans les deux phrases de Georges Orwell dans 1984 :

                            «  »Qui contrôle le passé, contrôle le futur«  »« 

                             »« Qui contrôle le présent, contrôle le passé »"


                            • ricoxy ricoxy 14 juillet 2012 02:50

                              Les cruautés et atrocités turco-ottomanes furent bien plus immenses en Bulgarie, cinq siècles d’occupation qui étouffèrent le peuple bulgare. Mais de cela, on n’en parle guère. Lire à ce propos le roman d’Ivan Vazov : Sous le joug. C’est le général russe Joseph Vladimirovitch GOURKO qui libéra la Bulgarie en 1877 du joug ottoman.


                              • Valtat Valtat 14 juillet 2012 08:19

                                « Plus immenses »… que quelles atrocités ?

                                Pour vous, il y a les grandes et les petites atrocités ?

                                N’ai-je pas écris : « N’en déplaisent à certains activistes, ce n’est pas le nombre ou la qualification des massacres qui fait l’horreur, mais cette abominable et fétide constante de l’histoire » !

                                D’autre part, je n’ai pas à défendre les Ottomans et je ne les défends pas. 

                                Pour votre information, sachez que jusqu’à la chute du mur de Berlin, le seul pays au monde dont le Chef d’Etat Major ne fut pas issus des rangs de l’armée nationale, fut... la Bulgarie… le Chef d’Etat Major était soviétique ! C’est-à-dire qu’après la libération du joug des ottomans, la Bulgarie passa directement sous celui des russes, puis des soviétiques… 


                                • Valtat Valtat 14 juillet 2012 08:38

                                  C’est bien la raison pour laquelle il faut condamner toute manipulation politique de l’histoire. 


                                  • Valtat Valtat 14 juillet 2012 08:42

                                    Trop elliptique pour moi... 


                                    • Arif 16 juillet 2012 16:07

                                      Les arguments et la phraséologie négationniste de celui qui se cache derrière le pseudo d’Alain Valtat sont trait pour trait ceux du négationniste bien connu Maxime Gauin. Je porte à la connaissance des lecteurs de cet article une analyse ironique de la compétence en histoire dudit Maxime Gauin réalisée par Ghislain Noyer :  http://extremismes.wordpress.com/2012/06/07/maxime-gauin-un-historien-meconnu/


                                      On ne discute pas avec les négationnistes, l’exercice est vain.

                                      • Valtat Valtat 16 juillet 2012 18:49

                                        Je ne m’attarderais pas sur des propos dérisoires d’un cacographe insignifiants.

                                        http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/il-est-immoral-de-detourner-l-119896?pn=1000#forum3406675


                                      • Arif 16 juillet 2012 19:29

                                        Tiens d’ailleurs, en parlant de cacographe insignifiantS (oh la fôte !), on écrit « je ne m’attarderai » - futur - et non pas « je ne m’attarderaiS » - conditionnel (oh la grausse fôte). smiley


                                        Quand MG s’énerve, il perd ses (petits) moyens ....
                                        En plus, résidant en Turquie, il commence à avoir des difficultés avec le français ! (sans gagner en aisance en turc de son propre aveu !)

                                        Au fait, on peut espérer avec Ghislain Noyer que vos performances académiques (sinon orthographiques) se sont améliorées .

                                      • Valtat Valtat 16 juillet 2012 18:51

                                        insignifiant, bien entendu


                                        • Arif 16 juillet 2012 19:18

                                          insignifiant ? sans doute encore un arménien turcophobe ... smiley


                                        • Valtat Valtat 16 juillet 2012 20:07

                                          sépulcral  plumitif


                                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 juillet 2012 20:18

                                            Il est immoral de détourner la politiques à des fins d’histoires !


                                            • Valtat Valtat 16 juillet 2012 21:38

                                              Pensée immense ! Abyssal  ! 


                                            • Arif 16 juillet 2012 20:52

                                              Ce qui est immoral, c’est de permettre l’expression d’une idéologie de haine raciale honteusement travestie en prétendue « liberté pour l’Histoire » afin de réhabiliter des criminels et de justifier leurs crimes pour éventuellement permettre leur réitération. 


                                              La manip est un peu grossière. La liberté dont se réclame Alain Valtat, c’est celle des assassins qui revendique leur liberté d’assassiner. Voilà la liberté qu’il défend : http://iconicphotos.files.wordpress.com/2009/06/img190.jpg?w=700&h=475

                                              • Valtat Valtat 16 juillet 2012 21:31

                                                Pour votre esprit moyenâgeux, l’insulte est sans doute la seule réponse possible. Insignifiant et peu pertinent.

                                                Comme visiblement, vous ne savait pas lire et ne voulez pas apprendre, c’est toujours la même litanie. Rabâchage fasciste d’extrémistes révisionnistes et turcophobes.

                                                 

                                                Je ne réponds plus. 


                                                • Arif 16 juillet 2012 22:00

                                                  Un question à Alain Valtat alias MG agent double et triple buse : Est-ce que vous écrivez en gras parce que vous pensez gras ? ou le contraire....


                                                • Arif 17 juillet 2012 15:57

                                                  Ah, tiens ! Après Valtat-Gauin, voici qu’arrive en scène Can Öztürk, le gros bras du négationnisme. Je renvoie encore à l’excellent site de Ghislain Noyer sur les pratiques de Turquie-News, alias Media-Menace  http://extremismes.wordpress.com/2012/05/23/turquie-news-menace-la-politique-de-communication-de-la-turquie/


                                                  Ce site soi-disant réalisé par des bénévoles - payés à coup de lance-pierre par l’USAK-ISRO - comporte quelques « vrais » auteurs comme Can et MG, et une floppée de pseudo dont celui d’Arif Dursun. 

                                                  Manque de pot, ces tristes sires ont usurpé mon identité car je suis le vrai Arif Dursun et je ne suis pas turc mais kurde. :-> Je suis natif de Batman et je vis en France depuis l’âge de 6 ans. Nous autres Kurdes connaissons bien la vérité à propos du crime innommable que fut le génocide arménien. Nous avons par le passé été instrumentalisés par les gouvernements turcs successifs pour faire la peau aux Arméniens. Maintenant, c’est notre tour. Maxime Gauin et Can Öztürk sont des mercenaires payés par Ankara.

                                                  Je demande au modérateur de prendre des mesures contre les messages de Valtat et de Can Öztürk.

                                                  • Valtat Valtat 17 juillet 2012 20:20

                                                    Décidément, mon pauvre arif, votre pétainisme national-socialiste vous aveugle. Agressivité, mauvaise foi (un déni de réalité et de vérité) tout cela est franchement dérisoire face à la nécessité d’un réel dialogue qui permettra de surmonter tous les dogmes.

                                                    La haine est mauvaise conseillère. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Valtat

Valtat
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès