Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Il était parti. Il est donc revenu...

Il était parti. Il est donc revenu...



Qui a dit : "Je me retire de la vie politique" ? Lionel Jospin, le 21 avril 2002. Qui a dit : "Pour moi, aujourd’hui, à quelques mois de ce moment où les décisions doivent être prises, cette question [d’une candidature à la prochaine élection présidentielle] est une question ouverte." ? Lionel Jospin, hier soir, sur TF1.

Il était parti. Il est donc revenu. Pour commenter cette actualité, Pierre Moscovici, ancien ministre de Lionel Jospin, partisan de Dominique Strauss-Kahn dans la pré-campagne présidentielle du Parti socialiste, était l’invité de RTL, ce matin, à 7h50. De ses propos prudents, il faut retenir sa fidélité à la candidature de Dominique Strauss-Kahn, doublé d’une analyse mesurée sur le retour de l’ancien Premier ministre. Il ne voit pas bien les circonstances qui le rendront effectif, mais il convient que les mots prononcés sur TF1 hier soir changent un peu la donne.

Pour être complet sur le sujet, il faut préciser que le rendez-vous avec Pierre Moscovici a été bouclé vers 17 heures hier soir. Plusieurs responsables socialistes contactés avant lui avaient, tous, refusé l’invitation. Hier soir à 20h45, constatant que Lionel Jospin s’était avancé davantage que ne le prévoyaient ses propres amis, j’ai sollicité François Hollande ; il m’a répondu "non" pour ce matin, "non" aussi pour demain matin, réservant sa première réaction pour ses partenaires du Parti socialiste, réunis en convention samedi prochain.

Sur le fond de l’affaire, que dire de ce retour de Lionel Jospin ? Qu’il met en lumière deux faiblesses de la démocratie française.
La première tient au prix accordé à la parole donnée. Défait au premier tour de l’élection présidentielle, Lionel Jospin a dit : "Je me retire". Dès ce moment, pratiquement, personne n’a cru à la solidité de cet engagement. Aussitôt, des spéculations se sont nouées sur le thème : reviendra ? Reviendra pas...

Au-delà du petit jeu, ceci veut dire que la parole politique n’est jamais considérée comme fiable dans le débat politique français. Les exemples sont innombrables de ce rapport très ambigu que les citoyens entretiennent avec leurs dirigeants. C’est Jacques Chirac qui dit qu’il ne nommera jamais un chef de parti au gouvernement. Puis il nomme Nicolas Sarkozy, président de l’UMP. C’est Nicolas Sarkozy qui assure aux députés que jamais l’Etat ne descendra en dessous du seuil de participation de 70% dans le capital de Gaz de France. Désormais, il soutient la privatisation de l’entreprise publique, préalable à sa fusion avec Suez. Fait significatif : invité hier soir du journal de France 3, Nicolas Sarkozy n’a même pas été confronté à sa promesse antérieure par la journaliste qui l’interrogeait, preuve supplémentaire qu’un engagement pris dans la vie politique française n’a aucune valeur pour personne.

La culture commune qui est la nôtre privilégie en fait la tactique, l’adaptation aux circonstances, les méandres de la lutte pour le pouvoir, à la morale et au respect de la parole donnée. C’est pourquoi nous préférons une campagne électorale flamboyante, où le candidat dira le mieux aux Français ce qu’ils souhaitent entendre, plutôt qu’un moment pédagogique, où la réalité des problèmes sera exposée, avec l’aridité des solutions pour les résoudre.
Cette psychologie collective est proprement destructrice. D’une part, elle met totalement de côté la question de la confiance. Comment croire à une parole publique qui n’engage personne ? Et dès lors, comment investir durablement ses espoirs dans un fonctionnement démocratique quand cette parole, au bout du compte, s’installe dans le mensonge permanent ?

Le désenchantement qui découle de cette situation explique, à mon sens, davantage que des analyses sociologiques ou des projections pseudo historiques, la puissance des courants extrémistes, à droite et à gauche, qui contestent aujourd’hui la démocratie française.

Le journalisme, pour ce qui le concerne, n’a jamais fait de la morale une question importante dans son traitement de l’actualité. Représentatif en cela de la culture dominante, il fait la part belle, avec complaisance, au romantisme de la politique qui survalorise le parcours des acteurs, leurs revirements, leurs interminables courses au pouvoir de leurs interminables carrières, plutôt que la rectitude de leurs propos et de leur pensée.
Ce journalisme-là est une faiblesse. Il ne remplit pas le rôle qui devrait être le sien, aujourd’hui, dans une société gangrénée par le doute et affaiblie par la méfiance.

Donc Lionel Jospin revient, après avoir dit qu’il partait. Un peu comme il avait dit qu’il n’avait jamais été trotskiste avant de concéder qu’il l’avait été un peu, ou qu’il ne privatiserait jamais France Télécoms qu’il a lui même mis sur le marché boursier.
La cohérence dans le zig-zag : voilà un concept typiquement français.

La deuxième faiblesse mise en valeur par cet épisode est, elle aussi, caractéristique de notre ordre politique malade. Partout ailleurs en Europe, ou dans les démocraties comparables, les moeurs imposent un renouvellement des acteurs publics. Margareth Tatcher, Felipe Gonzales, Gerard Schroder, Bill Clinton, pour ne citer qu’eux, n’ont jamais pu entretenir l’ombre d’un espoir de retour au pouvoir, parce que cela aurait paru inconcevable à leurs propres concitoyens.

Une loi non écrite, mais salutaire, paraît stipuler qu’après avoir tenté votre chance, appliqué votre programme, réalisé votre dessein au service de la collectivité, il est temps de laisser la place à d’autres, porteurs de nouveaux projets, dotés d’une énergie et d’une fraîcheur qui donneront de l’allant à leur action et insuffleront de l’optimisme dans la société.

En France, pays comparable en cela à l’Italie, c’est pratiquement l’inverse. On accepte les valeurs sûres, voire on se réfugie en elles. On investit dans des personnages déjà couturés par les combats, cabossés par les échecs, hélas aussi souvent convertis au cynisme à force d’avoir tant et tant bataillé. Ce type de représentation finit par teinter une psychologie collective et introduit un pessimisme assez profond sur l’ordre des choses et l’évolution du monde.
On pourrait dire de la France qu’elle est un vieux pays parce qu’elle a de vieux dirigeants. C’est ainsi que la même semaine, le lundi, puis le mercredi, on a entendu d’abord Jacques Chirac expliquer qu’il se prononcerait sur une nouvelle candidature au début de l’année prochaine, puis Lionel Jospin expliquer qu’il était lui aussi disponible pour refaire un tour de piste.

Chirac-Jospin en 2007, avec en embuscade Jean-Marie Le Pen : plus le temps passe, et plus c’est toujours la même chose. Connaissez-vous une autre définition du désespoir ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.28/5   (228 votes)




Réagissez à l'article

79 réactions à cet article    


  • Jojo2 (---.---.158.64) 29 juin 2006 13:00

    Que ferait Apathique s’il n’y avait pas ce genre d’homme politique ?

    On se le demande...


    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 30 juin 2006 17:43

      Jean-Michel a parfaitement raison.

      « J’assume pleinement la responsabilité de cet échec et j’en tire les conséquences en me retirant de la vie politique après la fin de l’élection présidentielle » : Lionel Jospin, invité au 20 heures de TF1, fait mine d’avoir oublié cette phrase, prononcée le soir de sa défaite au premier tour en 2002, puisqu’il évoque la possibilité de sa candidature s’il était « le mieux placé pour rassembler ». Plume de presse lui offre une petite piqûre de rappel.

      Il a fait perdre la gauche en 2002 en dégoûtant son électorat. Comment pardonner à un premier ministre socialiste que les inégalités sociales se soient accrues sous son gouvernement ? Remarque évidemment valable aussi pour son ministre de l’économie, DSK. Il l’a avoué, de toutes façons : « mon programme n’est pas socialiste ». Alors les voix se sont éparpillées entre Arlette, Olivier, Christiane... De cet échec, Jospin n’a nullement retenu la leçon. Voilà pourquoi, au-delà du fait qu’il renierait sa parole - son annonce d’abandonner la politique ne manquait à mon goût pas de panache -, ce retour qu’il envisage est nul et non-avenu.


    • Clairette (---.---.32.183) 29 juin 2006 13:26

      Au secours, Jospin revient ! Je suis écoeurée de cette mascarade !

      Cela fait 44 ans que je vote à chaque scrutin, régional, national, européen etc...(bref une espèce en voie de disparition, « vieille dinosaure » j’en conviens).

      Si Jospin revient « pour de vrai » et se retrouve candidat, Eh bien je n’irai pas voter pour les présidentielles ! Bien fait pour lui !


      • Repons a Clairette (---.---.41.253) 29 juin 2006 13:45

        Avec Claire Hass, 65+ ans, Vous Vous arrangez. La jeunesse va aller voter Jospin et Votre absentisme est un bien souhaitable pour les urnes ! Chez les Corses Nous avons encore a faire une campagne tres instensifiee contre Jean-Pierre Chevenement, le malfaiteur recherche depuis longetemps partout en France. Si Vous rencontrez Chevenement alors ne faites plus des cadeaux a quelqu’un qui etait toujours contre les ecoles nationales Francaises.Le malfaiteur Chevenement est le chauviniste par exellence du nepotisme.


      • Spoops (---.---.112.152) 29 juin 2006 13:28

        Et a qd le reveil citoyen, peut etre insufle par les medias tel que radio, etc ?!?!

        ca ferait ss doute du bien a cette (trop) vieille france ?

        Spoops


        • Gourouni (---.---.38.140) 29 juin 2006 13:32

          Il a dit aussi en 2002 : « Mon projet n’est pas socialiste. »

          Après Chirac, pour qui tout va bien, c’est vraiment le club du 3 eme age gateux qui s’accroche à son pouvoir...

          Attention une société bloquée socialement et le non renouvellement des elites au niveau politique et économique peut mener au pire...


          • parkway (---.---.18.161) 30 juin 2006 10:15

            a gourouni. « Attention une société bloquée socialement et le non renouvellement des elites au niveau politique et économique peut mener au pire... »

            vous vous trompez, nous sommes déjà dans le pire !


          • Jesrad (---.---.20.126) 29 juin 2006 13:36

            « Une loi non écrite, mais salutaire, parait stipuler qu’après avoir tenté votre chance, appliqué votre programme, réalisé votre dessein au service de la collectivité, il est temps de laisser la place à d’autres »

            Mais enfin, pourquoi une LOI ? On dirait qu’en France, dès que quelque chose n’est pas parfait, on ne sache faire qu’une chose : toujours plus de lois.

            Il ne tient qu’aux électeurs de décider si il faut renouveler la classe politique, en particulier ceux inscrits aux partis politiques dominants.


            • SilenT BoB SilenT BoB 29 juin 2006 13:38

              le probleme c’est que nous n’avons le choix qu’avec ceux qui se presentent :(

              Certains pensent a limiter la vie d’elu a 10 ans, ce pourrait etre la solution, je en sais pas...


            • Jesrad (---.---.20.126) 29 juin 2006 13:49

              Interdisez la représentation tous les 10 ans, et François poussera Ségolène devant lui, Jean-Marie fera la promo de Marine, et Bayrou se trouvera un prête-nom... On n’aura décalé le problème que d’un cran.

              Si ce sont toujours les mêmes qui se présentent, c’est grâce à la bénédiction des membres de leurs partis... Le fait d’avoir les mêmes « anciens combattus » à chaque scrutin, n’est-ce pas plutôt un signe de sclérose de ces organisations politiques, pétrifiées par des espèces de dynasties de la cooptation par le copinage ? Il suffit d’être allé à un meeting politique pour s’en rendre compte.

              Ce phénomène lui-même, n’est-il pas causé par la corruption ambiante, la facilité avec laquelle un élu peut s’acheter des amis de trente ans en distribuant postes à responsabilités, emplois fictifs et subventions à quiconque est prêt à faire allégeance ?

              C’est donc plutôt le financement même du système qu’il faudrait revoir, pour combattre toutes ces dérives à la source.


            • pingouin (---.---.14.42) 29 juin 2006 13:51

              Oui, bien dit mais en France la politique est un emploi à vie où ils deviennent finalement limite « croulant » et radotent toujours les mêmes inepties. Ils s’accrochent comme les moules au rocher et ne laissent pas la place aux idées neuves d’autres jeunes. C’est consternant. Que les politiques appliquent le programme pour lequel ils sont élus et se « cassent » après !!! Du vent !!


            • Zermikus (---.---.47.18) 29 juin 2006 13:58

              Oui, mais pas tout à fait exact...

              On peut aussi voter blanc... si aucun candidat ne nous convient ! Vous me direz que ça ne change rien ? Pas tout à fait. Bien que placée un peu bas, la barre minimale est à 5%. Evidemment, ce n’est pas beaucoup ! Mais pensez-vous que ceux qui font les lois vont être assez bêtes pour faire des lois qui les déservent ?.. Quand un système ne convient plus, il faut s’en désintéresser, et surtout, ne plus l’alimenter....


            • Gourouni (---.---.38.140) 29 juin 2006 14:24

              Pas seulement au niveau politique, au niveau du bizness, combien de fils et filles de... sont aux postes clés...


            • Gourouni (---.---.38.140) 29 juin 2006 14:30

              Des postes clés du pouvoir et de l’économie obtenus au mérite et non avec des passe-droits... Sinon cela crée un « je m’en foutisme » de l’interet général. Et l’obtention des diplomes et le gout de l’effort et de l’émulation pour les gens du petit peuple devient un leurre


            • minijack minijack 30 juin 2006 03:29

              10 ans... c’est court si c’est un bon, dix fois trop si c’est un c.. !


            • SilenT BoB SilenT BoB 29 juin 2006 13:36

              Mr. Apathie,

              Votre analyse est tres juste, nos dirigeants sont la depuis des dizaines d’annees, ils ne changent pas, certains apparaissent, mais ne restent pas car effaces par les plus gros. Ce qui est assez paradoxal, c’est que nous parlons beaucoup de politique et que nous avons tres peu foi en eux, nous parlons d’eux, nous savons qu’ils sont menteurs et n’assument jamais rien, mais bon, c’est peut-etre pour cela que nous en parlons autant aussi, s’ils etaient integres peut-etre en parlerions-nous moins. Lionel Jospin, nous le savions tous a pris une decison sur l’instant et tout de suite tout le monde a dit qu’il reviendrait, peut-etre veut-il se presenter en heros salvateur, qui sait ?... (desole pour l’absence d’accents je suis sur un clavier qwerty)


              • bernard29 candidat 007 29 juin 2006 13:47

                Allez dites nous, Monsieur Apathie vous aviez déjà choisi votre champion ou votre championne. ? Soyez honnête. Ce constat de la parole donnée, de la promesse tenue, vous pouvez le faire sur tous les autres candidats.

                Pourquoi cette désespérance ? vous allez devenir extrémiste comme ceux que vous dénoncez parce qu’ils souhaitent simplement des réformes institutionnelles. « ...la puissance des courants extrêmistes, à droite et à gauche, qui contestent aujourd’hui la démocratie française ».

                On n’a pas besoin d’être extrémiste pour espérer des réformes démocratiques quand même ? C’est triste de lire cela.

                En plus vous êtes contradictoire. 1) vous semblez vouloir qu’« une campagne électorale.... soit un moment pédagogique, où la réalité des problèmes sera exposée, avec l’aridité des solutions pour les résoudre ». et puis plus loin 2) qu’il est temps de laisser la place à d’autres acteurs politiques , « dotés d’une énergie et d’une fraicheur qui donnera de l’allant à leur action et insufflera de l’optimisme dans la société ».

                mais, une énergie et de la fraîcheur pour donner de l’allant et insuffler de l’énergie, ca ne va pas tellement avec problèmes réels et arides solutions. C’est vous qui voulez de la Flamboyance alors, oubien de la virevoltance printanière et sondagière ?

                Soyons un peu sérieux. Vous voulez un renouvellement de la classe politique, une confiance retrouvée, des élus avec des mandats clairs, légitimes et responsables, Eh bien « changer la république. »

                Pour ma part c’est ce qui importe. Et si Jospin prend un tel engagement, il n’y a aucun problème.


                • José W (---.---.25.142) 29 juin 2006 13:52

                  Jospin revient, Monsieur Apathie aussi...

                  Franchement, je trouve Monsieur Apathie bien sympathique, mais ouvrir des portes ouvertes comme celle-là, c’est quand même un peu facile.

                  On attend des articles un peu plus courageux et un peu plus risqués : de par vos fonctions, vous avez certainement sous la main des infos bien plus intéressantes et captivantes que de nous rappeler ce que l’on savait déjà !


                  • Marsupilami (---.---.43.131) 29 juin 2006 13:59

                    Ouaf !

                    « ouvrir des portes ouvertes comme celle-là, c’est quand même un peu facile ».

                    C’est pas « ouvrir », c’est ENFONCER. Politique politicienne. Que Jospin reste retraité à l’île de Ré. On s’en fout.

                    Houba ouba !


                    • MichelP92 (---.---.71.60) 29 juin 2006 14:13

                      Retenons quand même cet éclair de lucidité :

                      "Le journalisme, pour ce qui le concerne, n’a jamais fait de la morale une question importante dans son traitement de l’actualité. Représentatif en cela de la culture dominante, il fait la part belle, avec complaisance, au romantisme de la politique qui survalorise le parcours des acteurs, leurs revirements, leurs interminables courses au pouvoir de leurs interminables carrières, plutôt que la rectitude de leurs propos et de leur pensée. Ce journalisme-là est une faiblesse. Il ne remplit pas le rôle qui devrait être le sien, aujourd’hui, dans une société gangrénée par le doute et affaiblie par la méfiance."

                      Pourvu que ça dure...

                      Paroles, et paroles, et paroles...


                      • suntzu (---.---.114.20) 30 juin 2006 22:39

                        Entièrement d’accord avec vous sur le déficit de morale chez les journalistes. Idem chez les intellectuels. Celà va jusqu’à s’abstenir de stigmatiser les agressions de pompiers dans les banlieues, alors que risquer sa vie pour sauver celle des autres ou leurs biens est éminemment respectable.

                        SUNTZU


                      • Alexandre Santos (---.---.183.195) 29 juin 2006 14:22

                        Ce serait hilarant d’avoir Jospin comme candidat PS, Chirac pour l’UMP, et Le Pen pour le FN...

                        Bien sûr, je n’y crois pas une seconde. J’espère juste que le candidat Jospin aura le résultat le plus humiliant possible pour comprendre que les gens prenaient sa parole au sérieux.


                        • Dejan (---.---.45.119) 29 juin 2006 14:23

                          Bonjour, Lionnel, Lionnel, Lion.... Je propose que l’on repasse en boucle son annonce du « départ de la vie politique » au soir du 21 avril 2002. Il nous avait déjà fait le coup une fois, non ? Allez qu’on le nomme sénateur à vie et qu’il nous foute la paix l’archéotrotsko.

                          Dejan


                          • bernard29 candidat 007 29 juin 2006 14:28

                            en fait ce qui énerve , Monsieur Apathie, c’est qu’il a du avouer qu’il avait raté sa chronique sur RTL. Pré-enregistrée avant l’intervention de Jospin, il a été pris de cours, et sa chronique n’a pas pu être aussi cinglante qu’il le voulait.

                            Comme tout « acteur politique » ou se prenant pour le porte parole de son propre parti, le journaliste a donc voulu faire un communiqué politique, et sachant que son texte serait repris sur « Yahou actualités », il a utilisé Agoravox.

                            Ah les ficelles du quatrième pouvoir !!


                            • Lionel Jospin lui même en personne vous parle (---.---.141.133) 29 juin 2006 14:30

                              En dépit des jérémiades des Marsu et autres bestioles infectes qui peuplent le territoire, moi, Lionel Jospin, je vous le dis, je suis le seul recours contre, contre, contre, merde, j’ai oublié le recours contre quoi ??

                              A un prochain post où je vous expliquerai quelque chose d’autre, j’ai oublié mais je trouverai.


                              • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 29 juin 2006 14:33

                                Peu importe le coté politique de cet homme, pour moi ce dernier n’a tout simplement pas l’étoffe d’un chef !

                                Puisqu’il pense revenir, c’est bien la preuve qu’il pense que ses idées sont bonnes, et un chef dans la tourmente, ça doit rester aux manettes ! et ne pas être faible, car en ce moment notre pays a besoin du chef, d’un vrai chef pas d’un capitaine qui se déballonne au premier coup de tabac !

                                En 2002, l’aurait du prendre ses responsabilité, j’suis l’chef, nous avons perdus, je montre le chemin pour repartir à la reconquête,… mais a préféré quitter le navire dans la tempête !

                                Ce n’est pas un homme avec ce tempérament que la France a besoin, enfin ce n’est que mon avis perso !

                                @+ P@py


                                • (---.---.108.72) 29 juin 2006 19:25

                                  Entièrement d’accord . En 2002 il aurait du rester en place pour re-mobiliser les troupes et préparer l’élection legislative qui suivait et seulement quitter après . En abandonnant le navire à l’issu du premier tour , il a montré un trait de caractère incompatible avec la fonction à laquelle il aspirait .Si il est le candidat de la gauche en 2007 alors je voterais Vert ...sinon vive Royal smiley


                                • bernard29 candidat 007 29 juin 2006 14:51

                                  à Papy

                                  vous l’avez trouvé ? le chef ?

                                  Un petit sec et nerveux, un menhir au monocle, ou la fille du commandant ?

                                  Hum ! dans la tempête, l’heure est aux lunettes noires !!


                                  • neolithique (---.---.237.81) 29 juin 2006 14:52

                                    Je ne peux que souscrire à une analyse que j’ai faite il y a bien longtemps. Regardons en effet le paysage politique. A l’extrême gauche, Arlette Laguiller va entamer sa 6° campagne présidentielle (première en 1974), Olivier Besancenot sa seconde, en attendant les autres. A l’extrême droite, Jean-Marie le Pen lance sa cinquième (1974, 1988, 1995, 2002, 207). Philippe de Villiers sa seconde (1995, 2007). En reprenant les grands anciens : François Mitterrand a été 4 fois candidats après avoir voté contre la révision constitutionnelle de 1962 sur l’élection du Président au suffrage universel. Jacques Chirac a été 4 fois candidat. Le mal est profond et témoigne des difficultés de renouvellement des personnels dirigeants en France, et pas seulement en politique. Finalement, je crois que nous sommes une société qui ressemble à celle de l’Inde et de ses castes par ce côté. Tiens, au fait, Arcelor et Mittal vont se marier. Hasard ?


                                    • (---.---.162.107) 29 juin 2006 14:53

                                      vivement que l’évolution entraine un virus ou autre qui nous fasse disparaitre, nous les hommes, en grande partie. Peut être alors s’interressera t’on au vrai chose. Et nos descendant pourront se dire a quel point nous avons été idiot de maépriser la Terre. Combien d’espéce disparu par notre faute ? A quand le retour de baton ? Ceci n’est pas du tout hors sujet. Reflechissez et vous verrez bien que nous sommes tous coupable de par notre complaisance ...


                                      • parkway (---.---.18.161) 30 juin 2006 14:10

                                        trouvé sur le blog du monde :

                                        quand les arbres auront disparu, quand les rivières seront toutes empoisonnées, quand le dernier poisson sera pêché, on s’apercevra alors que l’argent ne se mange pas.

                                        C’était signé : Géronimo

                                        j’ai trouvé cela super !


                                      • Hikaru (---.---.194.249) 29 juin 2006 15:05

                                        Il y a cinq ans Jospin n’a pas bien bien compris ce qui lui est arrivé apparemment. Il a besoin de se faire réexpliquer. Dommage de gâcher une présidentielle pour ça, on n’en a pas si souvent.

                                        Ca peut être une bonne chose pour la gauche : avec lui comme candidat PS on commence à avoir des chances sérieuses de voir José Bové au 2e tour.

                                        N’importe quoi.


                                        • Hikaru (---.---.194.249) 29 juin 2006 15:11

                                          Je dis ce que je fais, je fais ce que je dis. Mais j’a pas dit que je me retirais, c’est même pas vrai. Enfin pas exactement, j’ai pas dit définitivement, alors ça compte pas, hein ? hein ? Je peux l’avoir mon palais de l’Elysée pour moi hien ? On dirait que je serais un recours. Allez...


                                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 29 juin 2006 15:24

                                          François Fillon a raison : le PS n’en finit pas de reculer indéfiniment le choix de la clarification nécessaire entre la gauche libérale et l’extrême gauche qui ne veut pas du pouvoir, mais cherche à perpétuer un rêve communiste absurde sous l’égide d’un état tout puissant gérant la vie économique et sociale.

                                          Or ce rêve a déjà tourné au cauchemard pour tous ceux qui l’ont testé. Hollande le sait aussi, mais pour piper quelques voix qui ne lui serviront qu’à entretenir la confusion politique, il se dit prêt à gouverner avec Besancenot, devenu magiquement raisonnable, tout en sachant que celui-ci ne veut pas en entendre parler, sauf pour faire une pseudo-révolution à laquelle il ne peut croire lui-même. Il est loin d’être un imbécile : il sait qu’il n’en a pas les moyens et que personne ne souhaite la guerre civile qui ne pourrait pas ne pas suivre un eventuel renversement du capitalisme dans un seul pays ; moyennant quoi il peut perpétuer sa fonstion tribunicienne souriante et racoleuse qui satisfait tout à fait son égo et celui de ses amis et des queques énervés qui les entourent.

                                          Jospin c’est le Joker que l’on sort pour conjurer le risque de rupture du PS que peut impliquer les candidatures de DSK ou de Ségolène. C’est l’homme providentiel du passé que l’on suppose électoralement rentable pour éviter encore une fois d’avoir à expliciter un choix clairement social-lbéral qui couperait le PS de l’extrême gauche comme l’a fait la droite républicaine vis-à-vis de l’extrême droite, tout en le pratiquant honteusement en réalité, c’est à dire dans la confusion entretenue des électeurs....

                                          Mais tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse et cela donne le bouffon LE PEN au deuxième tour et Sarko gagnant à 75%.


                                          • Alynpier Alynpier 1er juillet 2006 11:48

                                            Pas mieux ! Ça rejoint complètement ma propre analyse, et vu le nombre de réactions (300 en une semaine), je suis loin d’être le seul à le penser.

                                            http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=10792


                                          • Toinou (---.---.72.14) 29 juin 2006 16:07

                                            Comment peut on accorder un quelqconque crédit à un candidat qui, un soir de 2002, a laché son parti en déroute pour aller faire des chateaux de sable sur son île et qui aujourd hui , voyant que la situation est de nouveau favorable, tente de recueillir les lauriers...cet homme est grotesque et amnésique. Les français lui ont dit non 2 fois et il aurait tendance à vouloir une troisième claque...les militants socialistes non ! Il vient tester la température de l eau et il convient de lui faire comprendre que nous ne voulons plus nager avec lui...


                                            • Plutot mort qu ’objectif (---.---.28.210) 29 juin 2006 16:08

                                              La France est un peu « has been » un peu ringarde !

                                              elle a donc les politiques qu elle mérite , non ???


                                              • prosper (---.---.184.94) 29 juin 2006 16:15

                                                Quand je pense que Chirac était ministre quand j’avas 4 ans et se déclare possible candidat quand j’en ai plus de 40 ! Mes enfants pourront dire la même chose de Jospin.

                                                J’ai les boules royalistes.


                                                • sbastien (---.---.105.134) 29 juin 2006 16:21

                                                  En 1988, le candidat à la présidentiel Jacque Chirac a raté face à Mitterrand.

                                                  Mais quand même, ce candidat raté en 1988 est devenu notre président en 1995.

                                                  Et... nous savons tous connus la compétent de ce ex candidat raté.

                                                  Et... nous savons tous connus le résultat catastrophique sous ce ex candidat raté en 1988.

                                                  Jospin a aussi raté en 2002 face à un candidat déjà raté en 1988.

                                                  Imaginez-vous :

                                                  Déjà face à un ex candidat raté en 1988... Jospin a raté en 2002.

                                                  Imaginez vous :

                                                  Comment ce ex candidat raté en 2002 face à un ex candidat raté en 1988 va gouverner la France en 2007 ?!

                                                  Avoir plus de dix ans un président qui a déjà rate auparavant... ça c’est vraiment pénible !

                                                  Nous n’avons pas besoin deux... même trois.

                                                  Parce que... Mitterrand... il était aussi un ex candidat raté en 1965 et 1974.

                                                  Pauvre La France... pendant ces 30 dernière années... ce ne sont que des ratés qui ont gouvernés la France.

                                                  Il n’y a que des éleves de second degrés qui sont à la tête de l’état. Ce ne sont pas les meilleurs éleves !

                                                  Aux Etats Unis... Al Gore a raté face à Bush. Il n’a pas présenté sa candidature en 2004.

                                                  John Kerry, qui a raté face à Bush en 2004.... il ne sera pas le candidat en 2008.

                                                  Al Gore et Kerry... après leur échec... ils ont pliés leur bagages ... et ils s’en vont !

                                                  Aux Etats Unis... les candidats à la présidentiel sont aussi nombreux que les criminels qui existe dans ce pays super puissance !

                                                  Les Américains, ils sont vraiment beaucoup de choix pour leur président ! Ils choissient leur président comme ils prennent des Cocacola au supermarche.

                                                  Mais en France... pendant plus de trente ans... ce sont touours les mêmes guignols qui jouent aux manèges et aux cirques présidentiel !

                                                  Ce sont toujours des dinosaures ratés comme Fafa-DSK-Lang-Voynet-Buffet-Arlette-Crochet...

                                                  Et... mon Dieu...Maintenant,

                                                  nous avons aussi une Nouvelle Espece de

                                                  Génération Dinosaure de Candidat Raté à VIE :

                                                  MONSIEUR LA POSTE !

                                                  Tant qu’ils sont encore en vie... un candidat qui a déjà raté il y a cent ans... ils peuvent encore se reprensenter !

                                                  Quelle purritures ! Ils n’ont pas hônte de leur score maigre autour de 1-5 pourcents !

                                                  Si on ne veut pas d’eux aujourd’hui... ce sera non aussi pour demain et pour toujours !

                                                  Q’ils n’ont pas besoin d’emmerder et d’insister les peuples ! Laissons nous tranquilles !


                                                  • parkway (---.---.18.161) 30 juin 2006 14:22

                                                    oh ! sebastien !

                                                    comme je suis loin de ne pas te comprendre !

                                                    Si j’étais pour la peine de mort, je crois que je l’appliquerais à ces gens là qui sont des criminels en l’état,pour ne pas dire d’état !

                                                    Oh ! putain !, comme j’espère ces coups de pied aux culs en 2007 !

                                                    Mon dieu, si vous existez, faîtes que je ne devienne pas un criminel d’étatistes !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès