Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Il faut abroger la loi Debré !

Il faut abroger la loi Debré !

Dans plusieurs départements des militants et militantes ont constitué des comités laïques unitaire pour défendre l'école publique, combattre les atteintes à la laïcité et exiger l'abrogation de la loi Debré.

En Seine Maritime, c'est le CREAL ( Comité de Réflexion et d'action laïque) qui porte ce combat et s'inscrit dans une démarche éducative et militante.

On ne peut pas accepter que des collectivités territoriales dont, d'ailleurs parfois la majorité des élus se réclame de la laïcité puisse voter des subventions facultatives aux écoles privées et que la loi Carle, non encore abrogée puisse contraindre les municipalités à verser des subventions à des écoles privées qui se trouvent dans des communes avoisinantes.

 

LE TEXTE DU CREAL

« Quand la puissance publique finance sa propre concurrence !

C’est ce qui se passe depuis plus de 50 ans avec la Loi Debré de 1959 qui organise le financement public des écoles privées sous contrat d’association avec l’Etat. 97% des établissements privés ont contracté pour profiter de la manne : paiement de leurs enseignants et de leur formation sur le budget de l’Éducation Nationale, paiement de l’ensemble de leurs frais pédagogiques et de fonctionnement (entretien, chauffage, électricité, mobilier…) par les collectivités territoriales et dans certains cas participation aux investissements immobiliers. Il en coûte 7,081 milliards d’Euros au budget Education pour 2013 auxquels il faut ajouter 558 millions au budget de l’Agriculture.

Dans un cadre budgétaire d’austérité, il en coûte fort cher aussi aux communes pour les écoles privées, aux Départements pour les collèges, aux Régions pour les lycées. 500 communes sont encore sans École Publique. Après sa participation aux concertations sur la Refondation de l’École… de la République, le Secrétaire Général de l’Enseignement Catholique (SGEC) a trouvé la rentrée « paisible » : des postes dès la rentrée, des places pour les 2 concours de recrutement 2013, des crédits en hausse pour la formation des enseignants du privé. Le SGEC revendique la parité avec le public pour garantir financements publics et reconnaissance officielle mais brandit son « caractère propre » quand il s’agit d’appeler à manifester contre le « mariage pour tous ».

L’Observatoire de la Laïcité Scolaire de Seine-Maritime (observatoirelaicite76@laposte.net) demande que soient adoptés tous les moyens budgétaires, réglementaires, législatifs pour que les fonds publics aillent à la seule École Publique. Cela passe par l’abrogation de la Loi Debré qui est à l’origine du financement public du privé. Nous proposons que soit reprise et amplifiée au niveau national la pétition que nous avons élaborée unitairement et localement, qui recueille déjà près de 1000 signatures dont des élu-e-s, Maires, Conseillers Généraux, Régionaux ou municipaux. Le texte adapté de cette pétition a été voté comme voeu d’une instance départementale de l’Éducation Nationale

(CDEN) par les 2 fédérations de parents d’élèves (FCPE, PEEP), l’ensemble des syndicats (FSU, FO, CGT, UNSA, SUD), les associations familiales (UDAF) et les délégués départementaux (DDEN) du département.

Mettons fin au dualisme scolaire financé sur fonds publics qui sépare la jeunesse en

« communautés » marquées socialement. Signons la pétition ci-dessous !

Accès à la pétition, titre et lien :

« Fonds publics pour la seule École Publique ! Abroger la Loi Debré ! »

http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2013N37824 »

 

Les laïques ne désarmeront pas...Ils n'acceptent pas et n'accepteront pas qu'un parlement à majorité laïque puisse tergiverser., hésiter et envisager même d'aller plus loin que la loi Debré....en permettant aux écoles privées d'obtenir des financements publics pour l'aménagement des rythmes, donc pour l'organisation des activités péri scolaires....

Jean-François Chalot

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.82/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • eric 25 mars 2013 10:19

    Oui ! La loi Debré conduit a une discrimination antisociale inacceptable. Avec des couts pouvant aller en moyenne a 300 euro pour les parents dans le primaire, il est clair que certains parmi les plus défavorisés peuvent reculer devant le sauvetage de leurs gosses.
    Largement encadre par la loi, le secteur prive sous contrat participe a l’exécution même du service public au terme de toutes les jurisprudence de toutes les juridictions administratives.
    Des lors, il est absolument intolérable que l’accès n’en soit pas pleinement égalitaire.
    En effet, sur tous les critères mesurables, son rapport qualité, prix résultat est dans l’ensemble bien meilleur que la moyenne de la partie du service public réalisé par les fonctionnaires statutaires de l’Éducation Nationale.
    Si il n’éduque que 20% des élèves a un moment donne, 50% des familles y ont recours a un moment ou un autre. Nous savons tous que quand un gosse est en difficulté, la solution est rarement offerte par un service public peu souple et peu accueillant aux faibles.
    A l’autre extrême, la supériorité générale du prive dans l’excellence fait que nous ne pouvons plus tolérer qu’ils soit réservé a ceux qui en ont les moyens.
    En période de disette budgétaire, une solution pourrait consister pour élargir cet accès égalitaire a mettre les établissements publics les plus catastrophiques en gérance par des associations civiles civiques citoyennes expérimentées.

    On pourrait commencer par quelques sites pilotes sur la base d’un volontariat des parents.

    Face a l’échec scolaire pour les plus défavorisés, il est clair que le gouvernement actuel n’est pas en état intellectuel d’apporter seul des réponses. Ses priorites pedagogiques sont la lutte contre la transphobie, la ou beaucoup d’enfant ont des problèmes d’apprentissage de la lecture.http://femmes.gouv.fr/wp-content/uploads/2012/11/violence_v5+_06-2011.pdf

    Il faut faciliter l’accès des familles les plus pauvres a de vrais spécialistes de la pédagogie.


    • La mouche du coche La mouche du coche 25 mars 2013 11:07

      bon commentaire. L’auteur n’est que dans l’idéologie laicarde aveugle ; Vous êtes plus nuancé.


    • Dolores 25 mars 2013 13:38

      Pas difficile d’avoir de meilleurs résultats quand ces écoles privées et confessionnelles ne recrutent que par concours ou examen du carnet de notes.
      Si l’école publique recrutait de la même façon, 70 à 80 % des élèves resteraient sur le tapis.
      La seule différence est qu’un élève dont le comportement est jugé inadéquat peut être renvoyé sans tambour ni trompette alors que c’est interdit à l’école publique

      Quand on veut une école privée, l’état et les collectivités locales n’ont pas a prendre entièrement en charge son fonctionnement, c’est de l’argent qu’on soustrait à l’école publique qui en aurait bien besoin et qui, elle, accueille tous les enfants sans distinction..

      Vous croyez véritablement que les profs de l’école privée sont de vrais spécialistes de la pédagogie ?!!!
      Laissez-moi rire !!!!
      Ils bénéficient seulement du règlement qui exclut d’office les faibles et les brebis jugées galeuses. Restent les bons élèves dociles et gentils.


    • Ornithorynque Ornithorynque 25 mars 2013 14:03

      L’école Libre recrute par concours....

      C’est FAUX.

      Un petite exemple  : la Fondation d’Auteuil qui scolarise 15000 enfants principalement placés par l’aide judiciaire à l’enfance, ou rejeté par tous les collèges publics car trop violents ou inadaptés. (de toute confessions, avec une très forte minorité de musulmans issus de minorités visibles.

      Voilà.

      C’est tout.


    • eric 25 mars 2013 15:29

      Tout a fait, c’est de notoriété publique du reste, que beaucoup de parents mettent leurs gosses dans le prive quand ils sont en difficulté. Comme les couts de revient du prive sont tres inferieurs a ceux du public, confier la gestion des etablissements public les plus desastreux a des associations privees permettrait de degager d’important moyens supplementaires pour les plus defavorises.


    • Dolores 25 mars 2013 15:33

      ornithorynque,

      J’ai été aux premières loges pou savoir ce qu’il en est :
      - des parent n’ont demandé des photocopies du carnet de notes,
      - et d’excuser l’absence de leur enfant pour aller passer l’examen d’entrée dans une école privée.
      Seuls était admis sans formalités les enfants dont les frères, les sœurs ou les parents avaient étudié dans cet établissement auparavant.


    • Ornithorynque Ornithorynque 25 mars 2013 15:39

      @ Dolores,

      moi aussi, mais dans l’autre sens : je voulais sortir mon fils du privé et le mettre dans un lycée public, et il m’est arrivé la même chose : on l’a refusé parce que les bulletins n’étaient pas assez bon (alors que j’habitais à coté et que des enfants de salariés de l’educ Nat qui habitent sur un autre secteur, n’ont eux aucun pb pour rentrer...


    • eric 25 mars 2013 16:33

      Ce que dit Dolores reflète la réalité. Les syndicats ont réussi a imposer un quota au prive, pas plus de 20%, du coup, il n’est pas évident d’y rentrer sauf a le faire des le début.
      Ce scandale doit cesser, non a la loi Debre qui ne donne pas assez de moyen au prive malgré la demande démocratique citoyenne des parents. Il faut l’élargir. L’accès au prive doit devenir un droit. Les couple qui ont leurs enfants dans le prive ne doivent plus être oblige de payer plus.

      Égalité de situation, égalité de droit.

      Il n’y a aucune raison que seuls les enfants de pauvres soient obliges de se taper les priorités pédagogiques fixées par le premier ministre, la lutte anti transgenrophobie au lieu d’avoir droit a l’apprentissage des savoirs fondamentaux. ( voir lien ci-dessus) dans le secteur prive. Cela doit résulter d’un libre choix des parents.
      Sauvons nos enfants, exigeons un meilleur financement de l’école privée !
      Comme dans les deux cas, l’argent public consacre a l’éducation l’est pour l’enfant, le fait de donner plus au prive ne retirera rien au public ou il y aura moins d’enfants.

      Je ne comprends pas pourquoi tous ces gens veulent interdire aux autres un droit qui ne leur retire rien ? C’est vraiment archaïque, régressif et pour tout dire, homophobe....


    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 25 mars 2013 10:30

      Conjointement à cette abrogation, il faudrait nationaliser les établissements privés sans indemnité ni rachat !

      Il faudrait ausi refonder réellement l’école publique et la formation des maîtres en fonction de l’intérêt des élèves et non des lobbies divers, pas plus que des enseignants !
      Il n’est pas normal que l’école privée soit devenue la bouée de sauvetage des laissés pour compte de l’école laïque...

      Mais je crains que l’Etat ait actuellement d’autres chats à fouetter !

      • eric 25 mars 2013 11:11

        A Mourrot un peu d’accord avec vous même si votre constat d’une éducation nationale en train de se noyer et nos enfant avec est a mon avis un tout petit peu trop dramatisante. Il reste des ilots de qualité dans le public et des enseignants aussi dévoués que désespérés par l’institution et qui surnagent vaille que vaille. En revanche, je ne comprends absolument pas vos solutions. Face a une personne en train de se noyer, l’urgence vous paraitrait elle de se poser pour réfléchir a la nationalisation de la bouée avant de la lancer ? J’imagine que non. Quand a ce qui est de « nationaliser sans indemnité ». Après tout, les droits de l’homme doivent ils être immuables. Je ne vous contesterai pas le droit de tenter de les abroger, après tout, on est en démocratie, mais je pense que vous vous confrontez a un énorme travail pédagogique. Il est encore pas mal de français pour les prendre au sérieux..


      • Furax Furax 25 mars 2013 11:56

        « Mais je crains que l’Etat ait actuellement d’autres chats à fouetter ! »

        Il me semble !!! smiley


      • Ornithorynque Ornithorynque 25 mars 2013 14:06

        @J Mourrot

        T’a raison pépé, la propriété c’est le vol .
        Collectivisation des terres.

        L’avenir c’est le Plan et l’électricité.

        Changez donc de siècle Chalot et toi !


      • CHALOT CHALOT 25 mars 2013 12:22

        En ce qui concerne la pétition

        C’est l’Observatoire de la Laïcité Scolaire de Seine-Maritime qui est porteur de ce texte de pétition (que le CREAL a impulsé) et qui comprend : FCPE, DDEN, ICEM, CREAL, SUD eDUC, FSU, SNUIPP, SNUEP, des élus).
        Merci de rectifier si c’est possible !


        • spartacus spartacus 25 mars 2013 14:44

          Qu’une armée de syndicats et associations politisés !

          Toutes marxistes.

          Tout l’évangile de Karl Marx peut être résumé en une seule phrase : haïssez l’homme qui est plus riche que vous. N’admettez en aucune circonstance que son succès puisse être dû à ses propres efforts, à la contribution productive qu’il a fait en faveur de toute la société. »
          Source : Henry Hazlitt économiste libéral anti Keynésien.

        • Gauche Normale Gauche Normale 25 mars 2013 14:48

          Et, Spartacus faites gaffe là, votre « une une seule phrase » en fait deux. Par contre le nombre de bêtises, là j’ai pas compté. Trop long.


        • Gauche Normale Gauche Normale 25 mars 2013 14:49

          Eh, Spartacus faites gaffe là, votre « une seule phrase » en fait deux. Par contre le nombre de bêtises, là j’ai pas compté. Trop long.


        • eric 25 mars 2013 15:43

          Ces associations sont des « coquilles vides » peuplées de permanents finances sur fond public comme le montre très bien l’étude que Le Monde n’a jamais faite....
          La masse populaire des parents vote avec ses pieds en choississant le prive, plus couteux, chaque fois que c’est possible. Il est urgent de permettre a tous de le faire quand ils le veulent. C’est un impératif démocratique et social. Droit au prive pour tous.


        • soi même 25 mars 2013 12:40

          Chalot arrête de drague les récifs, tu vas déchirer ton filet de mauvaise foi !


          • Arnes Arnes 25 mars 2013 13:13

            Prennons un peu de hauteur : 

            Recrutement direct et suivi des enseignants par le directeur d’établissement, travail en équipe des enseignants, mutualisation des compétences rares, mises en place de filières techniques en phase avec l’économie locale,...
            Voila les réalités de l’enseignement privé dont le public pourrait s’inspirer pour sortir de sa médiocrité crasse.

            • Ornithorynque Ornithorynque 25 mars 2013 14:12

              Arnes,

              Vous parlez à un mur.

              L’école Laîque est la démonstration de ce qui se passe lorsque l’on confie un système à la gestion des syndicats : au delà des intentions en général délirantes et idéologiques du début, la médiocrité des ambitions, les petites combines, la corruption endémique et la paresse finissent par détruire le système.

              de plus en plus obèse et de plus en plus paresseux et corrompus,, les dirigeants du mamouth envoient régulièrement leurs obligés (des gens comme Chalot etc...) contre une bouffe dans un bon restau ou un permis de pèche, vomir leurs délires communistes sur agoravox.

              C’est comme une fille très moche parce que très sale, qui dirait qu’il faut couper le nez et arracher les yeux aux jolies filles parce que c’est pas juste !


            • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 25 mars 2013 16:52

              @ornithorinque

              les gens comme Chalot ou ceux du CREAL 76 ne sont pas à acheter.
              Par ailleurs, contrairement à ce qu’avance un des commentateurs, les organisations en question sont loin d’être toutes « marxistes » ! Mais il est vrai que pour certains, dès qu’on défend certaines idées dites « de gauche », on est forcément marxiste. Le marxisme, au passage, est quand-même autre chose que le raccourci qui est donné par je ne sais plus qui sur ce fil.

              Quant à ceux qui nous demandent de nous mettre au goût du jour, le font—ils également à l’intention des sectateurs d’une idéologie deux fois millénaires, le christianisme ?

              Si Brassens brocardait les « vieux cons des neiges d’antan », il se moquait aussi des « petits cons de la dernière averse » ! Comme il le chantait fort bien : « l’âge ne fait rien à l’affaire. Quand on est con, on est con » !






            • Hortus 25 mars 2013 19:19

              Qui vous a arraché les yeux et coupé le nez ? Il n’avait pas du vous regarder !

              N’empêche, vous pourriez vous laver avec de venir ici.

            • soi même 25 mars 2013 20:21

              @ Jean J. MOUROT , je te savais pas comique à ce point, bien sur un nigaud ne s’achète pas !


            • Cocasse Cocasse 25 mars 2013 13:44

              Tiens, ça me fait penser que cela fait un bon bout de temps que je suis pas allé lire un article sur « riposte laïque »...

               smiley

              • CHALOT CHALOT 25 mars 2013 14:28

                Ornithorynque ! Vous êtes peu courageux et insultant
                peu courageux en vous cachant derrière un pseudo, non pour débattre mais pour attaquer
                C’est quoi ce « pépé » en direction de Jean Mourot !
                C’est quoi ces « obligés » comme moi même : pour votre gouverne personnel
                Je ne suis l’obligé de personne
                Je n’ai jamais eu de bouffe payée par quiconque
                et pour aller plus loin : j’ai siégé au CNEPJ et dans des structures comme les commissions préparatoires aux conférences de la famille sans même me faire rembourser mes frais de transport !


                • spartacus spartacus 25 mars 2013 14:39

                  En plein communisme !

                  La complainte lancinante des bénéficiaires de privilèges, jaloux de ne pas avoir tout pour leur gueule ! 

                  Vous comprenez, pour l’auteur, les enfant doivent êtres « éduqués » qu’avec des gauchistes de l’éducation nationale pour bien apprendre le marxisme !

                  L’argent public n’est pas destiné qu’aux obligés de l’état. 
                  L’argent de l’état n’est pas destiné qu’a payer des régimes spéciaux.
                   C’est l’argent des Français !
                  Et les Français ils veulent une autre école, non infiltrée de syndicats politisés et dogmatiques !

                  Les Français veulent le choix et s’opposent aux monopoles du marxisme éducatif !

                  Les écoles libres ont elles un mandat de service public, la réponse est oui
                  Les écoles libres suivent un enseignement, la réponse est oui


                  Maintenant tenons le même raisonnement à Chalot et son association de prosélytisme marxiste aux prétextes sociaux.

                  Son association bénéficie de fond public et elle est de droit privé ! 

                  Si un lecteur de la ville ou il est voit ce texte mettez lui devant le nez, qu’il s’oppse aux financements de ce qui n’est pas public ! 
                  Et refusez en coeur toute ses subvention qu’il vous demandera !

                  Si vous êtes en seine maritime, (CDEN), (FCPE, PEEP), (FSU, FO, CGT, UNSA, SUD), (UDAF) (DDEN) sont des associations et syndicats de droit privé !
                  J’espère qu’en lisant leur ostracisme de la pensée vous leur mettrez ce texte en Face pour refuser de subventionner ces gauchistes qui ne manqueront pas de vous demander des subventions, refusez simplement au nom de l’austérité !

                  Il faut bien comprendre que l’administration toute entière est phagocyté d’énergumènes gauchistes sectaires et archaïques. leurs syndicats sont Straliniens. 
                  La France est en train d’être détruite par ces haineux marxistes léninistes !
                  Ils n’ont que de la haine pour la liberté de penser.

                  Les obligés de l’état phagocytent les administrations, les associations, les syndicats, les élus !
                  Leur idéal c’est l’état ! L’autoritarisme ! 

                  • Gauche Normale Gauche Normale 25 mars 2013 15:42

                    Parce que pour vous les bourgeois industriels ne sont jamais en complainte lancinante, jaloux de ne pas avoir tout pour leur gueule et d’avoir des salaires à verser ?

                    Pourtant comme vous le dites si bien, c’est l’argent des Français !
                    En bon petit chien de garde protecteur des puissants, vous êtes là à chercher les queues de cerise et à traiter de marxiste tous ceux qui en profiteraient.
                    Mais je reconnais que vous êtes loin d’être le seul : au Sénat, à l’assemblée, au gouvernement et même dans l’entourage d’Hollande, l’administration est phagocytée de lobbystes. Et ils comptent sur vous pour traiter tout gréviste de privilégié. Alors les associations face à ça...

                  • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 25 mars 2013 17:03

                    @Spartacus


                    Vous devriez arrêter de boire ! Cela vous éviterait de voir des marxistes partout et de les confondre avec le diable. Si vous connaissiez réellement Chalot et les adhérents des organisations incriminées, vous verriez qu’ils n’ont ni couteau entre les dents, ni queue fourchue sous leur blouse (leur blouse car ce sont pour beaucoup de vieux maîtres d’école qui ont porté la blouse grise du temps où l’école des curés et des bonnes sœurs ne bénéficiaient pas encore des subsides de l’Etat !)

                  • louphi 25 mars 2013 15:41

                    Chalot

                    « ….un parlement à majorité laïque puisse tergiverser… ».

                    Si on y regarde de près, il n’est pas exact d’affirmer que le parlement français actuel, pas plus qu’hier, est « à majorité laïque ». En effet, « La laïcité délimite la frontière entre l’espace privé et l’Etat en ce qui concerne la religion » (1). Et personne ne peut sérieusement prétendre que la physionomie de l’Assemblée Nationale ou du Sénat relève de cette séparation. Il n’y a qu’à considérer les prénoms des parlementaires dont la presque totalité sont judéo-chrétiens. Croire que le parlement est « à majorité laïque » lorsque presque tous les parlementaires sont chrétiens, c’est être naïf, une polichinellerie. La vraie laïcité du parlement supposerait peut-être de commencer par laïciser les noms des parlementaires.


                    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 25 mars 2013 17:08

                      @louphi


                      ...et l’on devrait revenir au calendrier républicain ?

                      Allons, Laïcité ne veux pas dire irréligion. La laïcité consiste justement à confiner la religion dans le domaine privé. On peut être un laïque catholique, protestant, juif, bouddhiste, musulman (encore que ce soit difficile dans ce cas) ou athée... D’ailleurs, les prénoms ont été donnés par les parents. Ils ne préjugent pas des convictions de ceux qui les portent.

                    • louphi 25 mars 2013 21:32

                      Jean J. Mourot

                      « …et l’on devrait revenir au calendrier républicain ? »

                      Et pourquoi pas  ? Après tout, la plupart des systèmes de pensée possèdent leurs référentiels calendaires.

                      « Allons, Laïcité ne veut pas dire irréligion. »

                      La laïcité veut surtout dire « coexistence des religions ». Et c’est là la source de toutes les confusions.

                      « Laïcité consiste justement à confiner la religion dans le domaine privé ».

                      Le domaine privé est celui que l’on n’expose pas au public. Peut-on confiner le prénom officiel par exemple d’un parlementaire dans le domaine privé ?

                      Tout ceci, c’est simplement pour pointer le paradoxe du concept de laïcité.


                    • Alex Alex 25 mars 2013 18:36

                      @ Chalot

                      Bien qu’opposé aux écoles confessionnelles, je trouve l’argument financier parfaitement faux, donc contreproductif : en effet, si l’on supprimait ces écoles, il faudrait bien scolariser les enfants, payer les profs, leur formation, les locaux, etc.

                      Récemment, un beau-frère musulman pratiquant me faisait part de son intention d’envoyer son fils cadet à l’école privée catholique voisine, tout en déplorant qu’ils ne bénéficieraient plus de la subvention municipale pour la cantine dont il profite actuellement...

                      Il faut donc s’attaquer aux raisons (autres que religieuses dans la grande majorité des cas) qui poussent vers l’école privée les parents soucieux de l’éducation de leurs enfants, et utiliser des arguments valides.


                      • viva 25 mars 2013 19:07

                        L’enseignement catholique existait bien avant l’éducation nationale ce serait un colble de vouloir l’éliminer. D’autre part les parents qui mettent leurs enfants dans les établissement privé payent eux aussi des impots. 

                        La vrai injustice c’est que les familles doivent payer une scolarité parce que ces établissements payent eux même les personnels administratifs et d’entretien ainsi que les cadres éducatifs. L’aspect confessionnelle est un prétexte fallacieux, ....... 
                        Le fait est que le privé récupère le plus souvent les enfants qui ne réussissent pas dans le public, il n’est pas qu’un seul enfant d’une fratrie soit dans un collège catholique, ce n’est pas celui qui s’en sort le mieux. 
                        D’autre part il est formellement interdit de faire une sélection sur dossier, les inscriptions se font dans l’ordre de remise des dossiers d’inscriptions. Sauf pour les lycée, mais même dans le public le recrutement est sur dossier. 

                        • mac 25 mars 2013 22:06

                          @Chalot

                          Supprimer la Loi Debré pourquoi pas mais il va falloir nous expliquer avec quel argent.
                          En effet, si l’école privée est en grande partie financée par des fonds publics (ce que l’on peut trouver scandaleux), il n’en reste pas moins qu’elles mettent les parents à contribution pour leurs frais de fonctionnement et que si on réintègre tous les 20% d’élèves scolarisés dans le privé, il va falloir trouver quelques milliards. Vous allez me dire, à une époque où les états impriment du papier dès qu’ils ont besoin d’argent, y compris parfois pour sauver des banques qui spéculent de façon éhontée, on devrait pourvoir y arriver mais ça pose tout de même un problème, vous ne pouvez le nier  ?
                          L’autre problème vient des enseignants du privé, qui je vous le rappelle ne sont généralement plus des bonnes soeurs ou des curés mais des « civils » ayant passé des CAPES ou des Agrégations validés par l’éducation nationale, préparent le BAC et le corrigent en compagnie de leurs collègues du public et ont souvent des familles à nourrir. Ceux-ci étant parfois biens utiles à l’état puisqu’il peut les congédier beaucoup plus facilement en cas, par exemple, de baisse démographique.
                          Expliquez-nous comment vous comptez « régler » le sort de ces personnes ?


                          • viva 25 mars 2013 22:51

                            Je travvaille dans le privé mes enfants sont dans le public, je ne vois pas de raiso de se battre la dessus. Je suis content des établissement public , mais force est d’admettre que les deux modes de fonctionnement se complèétent. C’est une possibilité de plus des façon un peu diférentes de travailler dans l’intérêts des jeunes.

                             La guerre scolaire n’existe plus, les relation entre les enseigants du privé et du publics sont bonnes, chacun à son caractère propre finalement.
                            Il n’y a aucune obligation de participer a des activité en lien avec le catholicime, on trouve des musulman que les parents inscrivent à la catachèse. Tout est fait dans le respect de tous, tout comme dans les établissements publics. j’irais jusqu’à ajouter que les minorités visibles sont mieux intégrés ....
                            Je tiens a dire qu’il n’y a aucune manoeuvre pour influencer les enfants dans l’enseignement catholique, les enseignants sont de tout bord politiques et de religions différentes la plupart des profs sont athés et il en est même qui sont d’extrème gauche. Toutes les religions sont présentes dans les établisement catholique et l’on y trouve aussi des enfants dont les parents sont prof dans le public. 

                            Il faut arréter de’vouloir semer de la zizanie la ou il ne dvrait pas il y en avoir

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès