Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > « Il faut donner du temps au temps »... en politique

« Il faut donner du temps au temps »... en politique

Au moment où Nicolas Sarkozy (je l’appelle ainsi car on n’entend jamais dans les médias : le président Sarkozy, le président de la République) roule à 400 km/h, gardant ainsi ses vieilles habitudes de ministre de l’Intérieur - toujours présent sur le terrain - action, réaction ! - les autres partis et mouvements font dans le : « Il faut donner du temps au temps ! »

En 2002, le PS était sous l’électrochoc des élections présidentielles et avait besoin de réfléchir, analyser, digérer la défaite. Ils ont tellement bien réfléchi qu’ils ont commencé avec beaucoup de retard et d’amateurisme la campagne 2007.

Ils devaient réfléchir pour les élections législatives et se restructurer - participation faible, désintérêt pour la campagne électorale, défaut de projet. Résultat : dans le mur.

Les autres partis n’ont guère fait mieux aux législatives : le PC a tenté de sauver les meubles au sens propre et figuré, la gauche de la gauche a joué la carte du financement des partis politiques pour subsister, le FN passait aux oubliettes, les Verts en pleine réflexion sur la réflexion !

François Bayrou avait un bon calendrier pour les élections présidentielles et a fait un score inattendu, par contre, pas la moindre organisation pour les législatives : le Modem en cours de création, les déchirures UDF, Nouveau Centre, Modem ont entraîné une chute de 10 points pour revenir au score de François Bayrou en 2002.

Pour les élections municipales, c’est-à-dire, dans six mois  : statu quo.

Les partis réfléchissent sur la réflexion et leurs alliances. Le PS fait du pied au Modem mais il ne veut pas se séparer de sa gauche de la gauche et des communistes, sans oublier les Verts - en un mot on ne change pas une équipe qui perd !

Comment mener des discussions avec des partis qui sont souvent sans chef ?

L’UMP est une armée en ordre de marche : les alliances (exclusion avec le FN) sont donc simples : tout doit être mis en place pour battre l’UMP. Ces alliances sont d’autant plus faciles à faire que le scrutin des élections municipales incite aux regroupements, avec des partages équitables entre les différents adjoints, etc. Evidement je parle des villes où les listes sont bloquées.

Alors que font les politiques de l’opposition présidentielle et parlementaire ?

Ils attendent la veille des dépôts des listes pour présenter des candidats dont le seul mérite sera d’être les moins brillants donc consensuels ?

J’avais écrit, ici, que les Français bouderaient les élections législatives de 2007, je dis dès maintenant que l’UMP va remporter une large majorité aux élections municipales, à l’exception de Paris. Pourquoi ? A Paris, l’UMP joue à : « Il faut donner du temps au temps ». Bernard Debré veut être candidat contre l’avis de l’UMP et Françoise de Panafieu tente de se raccrocher à toutes les branches pour élargir sa majorité !

Alors puisque l’on parle du temps, souvenez-vous :

« Avec le temps...

Avec le temps, va, tout s’en va

On oublie les passions et l’on oublie les voix (des électeurs)

Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens (qui pense aux pauvres gens !)

Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid (même avec une veste électorale !). »

Alors, mesdames, messieurs les politiques, à vous de voir !


Moyenne des avis sur cet article :  2.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 5 septembre 2007 16:54

    Les municipales, ce n’est pas un objectif politique national majeur.

    Le problème du PS, c’est qu’il ne veut pas représenter les électeurs de gauche. Ce n’est pas très surprenant quand on voit qu’il y avait des gens comme Jouyet, Besson et Kouchner, qui se sentent bien dans un gouvernement UMP.

    Cela a permis a l’UMP d’être réélue en 2007 après 5 ans de résultats catastrophiques sur la plupart des sujets. C’est bien. Cela va permettre d’aggraver considérablement la situation jusqu’en 2012. Si ça ne suffit pas, prenons-en jusqu’en 2017. Si le PS n’est pas convaincu, il finira par y avoir un autre parti qui représentera les électeurs de gauche.

    Quand à Pinocchio, laissons-le s’amuser, tout ébaubi qu’il est de se proclamer roi. Plus il « roule vite », plus le platane sera douloureux.


    • olivier@etampes 5 septembre 2007 18:57

      Très simplement, ce sont des idées portées par un individu qui entrainent l’adhésion des électeurs, et je ne vois pas pourquoi des idées ayant reçu un soutien populaire conséquent, portées par des candidats de la même trempe que François Bayrou, en viendraient à échouer maintenant.

      Les municipales sont certes proches, mais laissent le temps au MoDem d’arriver en ordre de marche. Le déficit de personnalités de la classe politique actuel est une énorme chance pour la démocratie, c’est l’occasion pour bien des gens, et je me mets dans cette catégorie, d’exprimer leurs aspirations et de ne pas sentir de blocages de la part des « routiers » de partis politique. C’est une dynamique en route, et je susi sur que le MoDem va retrouver son niveau des présidentielles dans bien des cas, pas qu’à Paris.


      • Frabri 6 septembre 2007 00:23

        Au début du siècle dernier la France d’en bas était représentée par le PS et le PC. Ce qui reste du PC ne représente plus grand chose et le PS représente surtout les classes moyennes aisées, il risque de rester longtemps dans l’opposition, le gauchisme c’est du strotskisme qui est une variante du marxisme donc qui ne vaut guère mieux pour l’avenir.


        • forum123 6 septembre 2007 09:05

          « FN passait aux oubliettes »

          Avant les élections, Sarkosy et son discours Fachisant ont réussis la ou ces prédécesseurs avaient échoué, additionner les voies du FN à ceux de la droite ! Si Sarkosy n’avait pas eu les origines qu’il a, il serait catalogué extrème droite !

          Racismes Immigration insécurité : voila les fondations de la république banannière de l’agitateur médiatique !

          Pour ma part ce n’est pas l’alibi RAMA-DATI qui effacera cette campagne nauséabonde !


          • Bérenger 6 septembre 2007 10:08

            Dans bien des cas (Marseille, Nice, Montpellier, Cannes) les Municipales sont affaire de fief et d’accointances intéressées. Caciques patoisans, vieilles familles locales, micro-pouvoirs à pérenniser, phénomènes accrus par l’intercommunalité, quand on pouvait penser il y a quelques années que ce système viendrait bouleverser la donne.

            Je ne vis pas une grande ville, je vois ce qui se passe dans nos villages, chez moi, où d’aucune iront voter pour le copain en place ou qui a décidé de monter une liste, par peur de lui déplaire ou par souci d’obtenir le permis de construire qu’ils convoitent. J’en sais aussi, plus critiques et plus jeunes, qui se demandent si cela vaut le coup d’élire un maire, sachant combien les décisions importantes, notamment aux plans fiscal et des charges communales, sont désormais prises dans le cadre de l’intercommunalité, et que l’électeur d’un maire n’a pas de prise sur l’élection d’un président de communauté de communes...


            • chmoll chmoll 6 septembre 2007 11:40

              sarko n’arrète pas de percuter... dans l’verbal ça compense sont imcapacité a faire de l’action

              bref si dans 2 ou 3 mois rien ne se passe (dans l’action) vous allez ètre dans une merde noire

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès