Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Il y a 30 ans, il changeait sa vie pour le meilleur, et la nôtre pour le (...)

Il y a 30 ans, il changeait sa vie pour le meilleur, et la nôtre pour le pire

Aujourd’hui est la date anniversaire de l’accession de François Mitterrand à la présidence de la République. L’occasion de revenir sur le parcours d’un homme qui a beaucoup compté dans ma construction politique…

Un machiavel égotique

En politique, je crois que l’on se construit autant par adhésion que par rejet. Si quelques personnalités ont beaucoup compté dans ma formation, m’influençant par leurs idées ou leur manière d’être, d’autres l’ont fait par opposition résolue à ce qu’ils représentaient : cela a été le cas de François Mitterrand (outre Edouard Balladur et Nicolas Sarkozy). Je me suis littéralement construit par réaction à ce qu’il était, tant d’un point de vue des idées que de la personne.

Pour moi, il restera cet homme politique capable de mentir avec gourmandise à un Jacques Chirac bien naïf lors du débat d’entre deux tours de l’élection présidentielle de 1988, un homme sans foi ni loi, pour qui seule l’histoire personnelle qu’il essayait de conter aux Français comptait. Il restera celui qui nomme un adversaire politique à Matignon pour le détruire, ne se souciant pas des conséquences pour le pays, prêt à donner un ministère à Bernard Tapie à l’occasion.

C’est un homme prêt à tout pour gagner, créant le Front National médiatiquement pour affaiblir ses adversaires. C’est un homme qui a sali la fonction présidentielle par des scandales (liens avec René Bousquet et d’autres affairistes, favoritisme, écoutes téléphoniques…) indignes mais qu’annonçait malheureusement l’incroyable faux attentat de l’Observatoire… François Mitterrand était un aventurier de la politique, et pas au sens noble.

Quand l’obscur domine

Bien sûr, ses doubles mandats ont été l’occasion de plusieurs réformes positives, la suppression de la peine de mort ou la libéralisation des médias. Mais au global, le bilan a été désastreux. Car c’est le bien le paradoxe que soulignent beaucoup de critiques de gauche (F Lordon, J Sapir, J-C Michéa) : il a été un des principaux promoteurs de cette libéralisation économique qui maintient ce chômage de masse dont nous ne parvenons pas à nous défaire.

En effet, nous devons au terrible duo Lamy-Delors la libéralisation des mouvements de capitaux. Le PS a également soutenu l’indépendance de la banque centrale avec pour seule mission de veiller sur l’inflation, et pas sur la croissance ou l’emploi comme même la Fed le fait aux Etats-Unis. Les socialistes ont également laissé aux investisseurs le soin fixer le cours des monnaies tout en lâchant la bride aux marchés financiers, avec les conséquences que l’on sait.

En outre, c’est également le PS de François Mitterrand qui a accompagné une libéralisation mortifère du commerce, au grand dam de la croissance, de l’emploi et de notre industrie, lessivée dans le processus. Bref, c’est son parti socialiste qui a mené un des agendas les plus antisociaux qui soient et donc on voit bien les conséquences aujourd’hui en matière de croissance des inégalités, de maintien d’un chômage de masse, le tout avec un endettement paralysant pour l’Etat.

En outre, pensant y gagner une dimension historique glorifiante pour lui, François Mitterrand a été un des principaux architectes de cette Europe supranationale et anti-démocratique qui fonctionne tellement mal aujourd’hui et qui porte une part de responsabilité majeure dans la langueur économique de ces dix dernières années. C’est lui qui a poussé ces traités qui ont tant d’influence sur le cours de notre vie : l’Acte Unique et le traité de Maastricht.

Bref, la présidence de François Mitterrand a grandement contribué à la dégradation de l’image de nos dirigeants, tant d’un point de vue du comportement personnel que de l’écart colossal entre les discours et les actes. En cela, il peut représenter un véritable contre-modèle de ce que devrait être la politique.


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • _Ulysse_ _Ulysse_ 10 mai 2011 12:06

    @Auteur : Qu’es ce que vous faites à Debout la république ?

    Vous souhaitez sortir de l’euro ? De l’europe ?

    Si je regarde le programme sur le site du mouvement j’y vois les choses suivantes :

    « Il est temps de construire une Europe des nations »

    Il ne parle de quitter l’euro que si les autres pays refusent ce qu’il demande. Sauf que l’on ne peut quitter l’euro sans quitter l’Europe. Toutes les réformes proposées devront être acceptées par les 26 autres pays membres, comment voulez-vous faire ?

    Il n’est jamais mentionné dans le programme une possible sortie de l’Europe. Dès lors il faut respecter le droit européen en vertu duquel la quasi totalité du programme proposé est inapplicable (protectionnisme, refus de la Turquie, retour au franc etc ).

    J’ai même relevé un point contradictoire, il veut plus de souveraineté des états mais une harmonisation fiscale en même temps ce qui implique une politique budgétaire commune et donc de déléguer encore à Bruxelles cette autre prérogative.

    Vous militez pour un partie dont le programme est inapplicable. C’est très bien de dénoncer la politique européenne. Vous souhaitez changer l’Europe ? Comme tout le monde depuis des décennies, la vérité c’est qu’on ne peut pas changer l’Europe. Surtout pour la faire tendre vers un modèle français chose que les autre pays européens refuserons.

    Modifier l’euro ? -> Les allemands sont contre ils profitent trop de l’euro actuel.
    Protectionnisme ? -> les pays de l’est sont contre car ils bénéficie de leurs bas salaires
    Partenariat avec le Maghreb et la Russie ? -> C’est l’intérêt de la France et non de l’UE !
    Réguler le prix de l’énergie ? -> c’est contre les traités européens

    Etc je vais pas y passer des heures je pense que vous avez parfaitement compris.


    • kitamissa kitamissa 10 mai 2011 13:42

      et de plus Mitterand avait promis si il était élu de faire son affaire du million de chômeurs existant déjà dans le pays ..


      à la fin de ses mandats 3 millions de chômeurs !



      • jako jako 10 mai 2011 14:29

        Exact Maxim, promesse reprise par NS enjolivée par « le président du pouvoir d’achat » et « je ne vous tromperais pas » c’est enrvant tous ces candidats qui ne respectent pas leurs engagements. J’ai peur que cela ne dure encore


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 10 mai 2011 15:01

        <bonjour LP.

        participer ainsi aux attaques sur les personnes, c’est ne pas comprendre à qui profite le clivage partisan : explication Lalanne pas content ;

        Mélenchon explique dans la vidéo du jour face à Wauquiez comment la démocratie est minée par les dominants en amendements. La vraie avancée des socialistes a été les radios libres ( sans pub ) qu’est ce qu’il en reste ?

        RIen ! la pub achète tout, et donne la valeur aux choses 99% de sa valeur de Fasbok appartient à la pub et ce n’est qu’une bulle vouée à exploser captant ainsi tous les petits porteurs...

        Mitterrand ou un autre, le résultat sera le même.


        • TOHT 10 mai 2011 15:30

          En, accord avec votre lecture pour bine les connaitre les socialo ont réussit à marchandiser ce qui restait de nos espaces de liberté. A l’auteur, vous en oublié parmis les néo-libéraux en pointe notre DSK, ainsi que le Fabuis des débuts


        • mick_038 mick_038 10 mai 2011 15:54

          c’était pas un sain mais comparé à l’abominable merde qu’on a aujourd’hui, et toutes les chiures corrompues qui oeuvrent au sein de son gouvernement, il me manque....


          • mick_038 mick_038 10 mai 2011 17:00

            T’es tellement insignifiant Calmos, que te répondre n’est qu’une perte de temps et engendre de la pollution pour rien. Mais je prends quand même le temps de te le réexpliquer, le temps que ton encéphale puisse transmettre l’information à ton reptilien, si t’en as un tout du moins, pas sûr il s’est peut-être suicidé au fond de ta pauvre boite crânienne.
            Tu sais ce qu’on dit ? Le silence est le pire des mépris. Alors sache que dès à présent, je vais te mépriser bien profond....


          • contest 10 mai 2011 19:24

            «  Et les Français ont cru qu’ils avaient voté à gauche » 

            ...paroles de Mitterrand président...


            • vinvin 10 mai 2011 19:34

              (@L’ auteur).



              Pourquoi un article aussi long, alors rien que dans le Titre de l’ article la carrière de MITTERRAND est dite ?.......



              Cordialement.





              VINVIN.

              • manusan 11 mai 2011 11:20

                joli la médaille :

                http://www.fil-info-france.com/actualites-monde/mitterrand-petain-photo.htm

                "Je fais don de ma personne au maréchal Pétain comme il a fait don de la sienne à la France.
                Je m’engage à servir ses disciplines et à rester fidèle à sa personne et à son oeuvre."
                1943 - François Mitterrand.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès