Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Il y a 40 ans, ils assassinaient Salvador Allende

Il y a 40 ans, ils assassinaient Salvador Allende

Alors que le Grand Orient de France rend un hommage appuyé, ce soir à la mémoire de Salvador Allende, il est de notre devoir de nous souvenir de ce jour-là… le 11 septembre 1973, dans le palais de la Moneda, les armes à la main, ils assassinaient la liberté, l’égalité et la fraternité en la personne du Président du Chili. Cette dictature durera jusqu’en 1990.

Ce jour-là, les putschistes militaires, avec à leur tête le sinistre Général Pinochet, prenaient le contrôle de la capitale. En prélude à des milliers d’arrestation, ils avançaient vers le palais présidentiel, siège officiel du pouvoir, mais surtout le symbole d’une démocratie triomphante et portée par un Front Populaire, incarné en la personne du président socialiste Allende. Les bombardements avaient déjà atteint le palais présidentiel en flamme, les principaux collaborateurs d’Allende avaient quitté les lieux à sa demande express., seule la Radio Magallanes fonctionnait encore, et Salvador Allende s’est adressé une dernière fois au peuple chilien, message désormais partie intégrante du patrimoine de l’humanité.

« Ils vont sûrement faire taire Radio Magallanes et vous ne pourrez plus entendre le son de ma voix. Peu importe, vous continuerez à m’écouter, je serai toujours près de vous, vous aurez au moins le souvenir d’un homme digne qui fut loyal avec la patrie. Le peuple doit se défendre et non pas se sacrifier, il ne doit pas se laisser exterminer et humilier. Allez de l’avant, sachant que bientôt s’ouvriront de grandes avenues où passera l’homme libre pour construire une société meilleure ». Cette voix, couverte par les rafales de mitraillettes je ne peux pas l’écouter sans avoir la chair de poule, alors que quarante longues années se sont écoulées. Ce message-là, à un prix, celui du sang et du courage. Un long tunnel sombre et obscur allait s’ouvrir sur dix-sept interminables années de terreur.

Mais je pense aussi Víctor Lidio Jara Martínez, célébre chanteur chilien, assassiné par les militaires après qu’on lui est coupé les doigts le 15 septembre. L’écrivain Miguel Cabezas, témoin de la scène raconte :

« " On amena Victor et on lui ordonna de mettre les mains sur la table. Dans celles de l’officier, une hache apparut. D’un coup sec il coupa les doigts de la main gauche, puis d’un autre coup, ceux de la main droite. On entendit les doigts tomber sur le sol en bois. Le corps de Victor s’écroula lourdement. On entendit le hurlement collectif de 6 000 détenus.

 L’officier se précipita sur le corps du chanteur-guitariste en criant : " Chante maintenant pour ta putain de mère ", et il continua à le rouer de coups. Tout d’un coup Victor essaya péniblement de se lever et comme un somnambule, se dirigea vers les gradins, ses pas mal assurés, et l’on entendit sa voix qui nous interpellait : " On va faire plaisir au commandant. Levant ses mains dégoulinantes de sang, d’une voix angoissée, il commença à chanter l’hymne de l’Unité populaire, que tout le monde reprit en chœur.

C’en était trop pour les militaires ; on tira une rafale et Victor se plia en avant. D’autres rafales se firent entendre, destinées celles-là à ceux qui avaient chanté avec Victor. Il y eut un véritable écroulement de corps, tombant criblés de balles. Les cris des blessés étaient épouvantables. Mais Victor ne les entendait pas. Il était mort »

Cela se passait dans le stade de Santiago du Chili. Le général criminel Augusto Pinochet règne sur le pays, il a alors 58 ans et déchaîne toute sa haine à l’égard de l’Unité Populaire, il en traquera les moindres replis et s’acharnera à détruire ses artisans un par un, avec une barbarie sans pareil. 

L’attaché naval militaire américain, chargé du lien avec les autorités putschistes ose écrire à son gouvernement : « la réussite du putsch est proche de la perfection… »  ; Pinochet crée dans les premières heures du coup d’état la DINA, véritable police secrète qui orchestrera une répression terrible, systématique et foudroyante. Oui l’attaché militaire américain avait trouvé les mots justes, terribles et criminels, mais justes.

Ce sont des centaines de personnalités politiques, syndicales et artistiques qui sont exécutés chaque semaine. La terreur nazie est de retour. On sait aujourd’hui, que ce ne sont pas moins de 1 271 personnes qui ont été assassinées durant les trois premiers mois du coup d’état. La valse effroyable de la torture et du meurtre bat son plein sous le regard et l’autorité directe des généraux putschistes et du premier d’entre eux, Augusto Pinochet.

Au final, le bilan de ces années noires, ce sont aussi plus de 7 000 personnes arrêtées pour leurs opinions, parquées dans des stades et déportées. Mais ce sera aussi un million de Chiliens qui vont s’enfuir du pays et prendre le chemin de l’exil. Ils échappent aussi aux nombreux camps de concentrations ouverts par le nouveau gouvernement sanguinaire de Santiago du Chili : Chacabuco au nord du pays, Penalolena aux portes de la capitale.

Un silence de mort souffle sur le pays, saigné au plus profond de son âme… il se perd parmi les morts jusqu’aux murs du cimetière de Santiago où 3 500 noms rappellent à l’humanité entière leur martyr et leur sacrifice. 

N’oublions jamais ce crime contre Allende, contre le peuple chilien, et contre l’humanité entière. N’oublions jamais ces criminels et surtout ne perdons pas de vue que cette action été directement pilotée par les services de la CIA, avec à leur tête Henry Kissinger, étrangement prix nobel de la paix et le président de Etats-Unis d’alors, Richard Nixon. Ceux-ci s’étaient fixés comme but d’éliminer toutes les forces de gauche du continent sud-américain. Ce plan avait un nom  : le plan Condor… les massacres pouvaient commencer !

Mais aujourd’hui, 40 ans après le Chili restauré dans la démocratie, mais toute l’Amérique du Sud aussi s’est sortie des griffes du plan Condor et a mis en échec les sordides arrangements américains. Oui, les dernières paroles de Salvador Allende étaient prophétiques, les « grandes avenues » se sont belles et bien ouvertes aux peuples d’Amérique du sud. Mais elles sont encore fragiles… les américains, encore eux, les grandes oligarchies financières, les réactionnaires de tous poils y sont aux affuts… pour déstabiliser les régimes démocratiquement mis en place.

Aujourd’hui, l’association des magistrats du Chili a présenté ses excuses pour ces « actions et omissions », dixit ! La vigilance est plus que jamais de rigueur et la « paix » fragile, les forces obscures à l’œuvre il y a quarante ans, les bourreaux de Salvador Allende ont des « enfants » prêts à exécuter toutes les mauvaises œuvres !

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • Pelletier Jean Pelletier Jean 11 septembre 2013 16:32

    et en supplément pour l’émotion :

    Dernier discours de Salvador Allende : http://youtu.be/ufHIrEEl0_o  via @youtube

     


    • troletbuse troletbuse 11 septembre 2013 16:37

      Elle est bien bonne, celle-là. Qui soutenait les putschistes ? Qui faisait déclencher les grèves ? Le pays que vous aimez et auquel vous venez de consacrer quelques articles. Ca colle pas tout cela.


      • Pelletier Jean Pelletier Jean 11 septembre 2013 16:42

        Je l’attendais celle-là....peut être existe-t-il plusieurs Amériques comme il existe plusieurs France celle du Front national, et celle du parti Communiste et bein d’autres...


      • Pelletier Jean Pelletier Jean 11 septembre 2013 18:17

        Démosthène,

         

        merci mais j’ai déjà mes propres réponses...

         

        http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


      • lemouton lemouton 11 septembre 2013 19:05

        euh... Démosthène..

        j’estimes que vous dites des choses justes mais vous vous emballez un peu vite..

        ce n’est pas Jean qui a demandé « qui soutenait les putschistes ? »..

        et par contre si vous pouviez, dans votre écrit, intégrer des liens, ce serait pratique pour les lecteurs..


      • Pelletier Jean Pelletier Jean 12 septembre 2013 11:26

        Merci lemouton,

        j’allais faire la même remarque, mais notre interlocuteur a la manie de tourner en boucle dans sa tète, il ne lit pas vraiment ce que les autres écrivent, il est un peu seul dans son histoire...

         

        http://jmpelletier52.over-blog.com/

         


      • Akerios 11 septembre 2013 19:00

        Salvador Allende

         

        On ne t’oublie pas.


        • spartacus spartacus 11 septembre 2013 19:23
          Ne pleurez pas avec les crocodiles, Allende était un coco débile profond autocrate.

          En France, les cocos éternels transformeurs de l’histoire et toujours admirateurs des plus autocrates de la terre négationeront les réalités du Chili. (comme ils font actuellement avec le Vénézuéla). 

          Les Français auront des informations parcellaire de la réalité économique du pays.

          Un peu d’histoire pour les ignorants :

          Elu avec seulement 36% des voix, Allendé « communistera » le pays« et creusera sa propre tombe.
          Il étatisera l’économie. Il enfermera les grévistes qui s’opposent (mines de cuivre). Il nationalisera le papier, et empêchera les journaux d’opposition d’en avoir. Les entreprises privées fermeront en masse et le chômage de masse apparaîtra. Les magasins deviendrons vides. Les agriculteurs victimes de Allende et son autocratisme communiste se révolteront contre les spoliations de leurs terres par l’état.
          L’état Chilien sous Allende créera la plus grosse dette mondiale. Il sera obligé de venir a Paris négocier son remboursement. L’URSS et les pays communistes lui donneront plusieurs milliards pour sauver la »planification comuniste« .

          Il créera la plus grosse inflation mondiale connue : 606% l’année.

          Ce débile profond créera des comités de quartier (Juntes militarisées) pour contrôler l’accès aux marchandises des magasins devenus étatisés.
          En août 1972, les prix des denrées nécessaires augmentent en un jour de 200%. Des émeutes violentes éclatent. Allende sera obligé de mettre en »couvre feu" la province de Santiago.
          En octobre 2012 il fera enfermer les petits artisans camionneurs qui s’opposent à la nationalisation des moyens de transport et les grévistes camionneurs. Une grève générale s’ensuivra. 70% des commerces et des entreprises stopperont leurs activités. 
          Le couvre feu deviendra national.

          En bon autocrate, il fera fermer les radios. 

          Même l’administration consciente des spoliations refuse d’appliquer les décisions de justice tellement elle trouve dégueulasse les méthode de Allende.

          Le 6 septembre 73, le gouvernement de Allende annonce que le pays n’a plus que 6 jours de farine disponible...il n’y absolument plus rien dans les magasins. 
          Les pneus et le carburant est indisponible. La crise, l’angouasse est terrible, la violence est a son paroxysme.

          Le 11 un coup d’état le destitue......

          • Massada Massada 11 septembre 2013 19:28

            100% d’accord



          • Agafia Agafia 11 septembre 2013 20:28

            Bah quoi ? c’est vrai Spartacus, mieux vaut torturer à tire-larigot que créer une grosse inflation...

            viva Pinnochio !!.... euh Pinochet, pardon


          • asterix asterix 11 septembre 2013 21:41

            Spartacus, tu exagères que c’en devient vomitif.
            Autant il m’arrive d’être en partie d’accord avec toi en ce qui concerne la répression sanguinaire des opposants à Cuba, autant ici, tu dépasses les bornes. Qu’Allende fut ou non majoritaire lorsqu’il fut élu n’est pas la question, puisque la Constitution chilienne reconnait comme vainqueur celui qui EN UN SEUL TOUR, regroupait le plus de voix sous son nom.
            Soit dit en passant, un système électoral de ce type mettrait fin à la politique bipolaire qui fait de la France un état gouvernable par deux seules tendances, TOUTES DEUX PLUS MINORITAIRES que celles qui ont valu à Allende de diriger le Chili.
            Mettre en avant la pénurie de papier et la création de comités de quartier plutôt que l’assassinat de milliers de Chiliens et le calvaire enduré par les forces démocratiques de ce pays est une injure à l’humanité toute entière.
            Je te moinsse avec un couteau entre les dents !


          • joletaxi 11 septembre 2013 22:08

            les forces démocratiques de ce pays est une injure à l’humanité toute entière.

            mais oui, mais oui, des brigades armées par Moscou qui quadrillaient le pays, cela me paraît être le summum de la démocratie.
            Cela n’excuse nullement les actes de la junte, mais Allende avait fini par mettre en place toute la « machinerie » pour une révolution à la cubaine,et avec cette faune, les méthodes employées par les uns et les autres nous renvoient à ce qui se passe en Syrie, et partout où les grandes puissances ont décidé ou ont été entraînées à s’affronter de manière indirecte


          • spartacus spartacus 12 septembre 2013 10:00

            @Asterix

            Ce qui est vomitif c’est faire passer Alende pour un Martyr.

            Tout ce que j’ai écrit est exact. 

            Il a réquisitionné les petites entreprises des artisans et des agriculteurs. Il a créé la pénurie alimentaire et la misère sociale. Les queues devant les magasins. 
            Un pays en devenir d’une dictature totalitarisme de capitalisme d’état (communisme). Comme Cuba. 

            Pinochet était un tyran non élu. Alende un sectaire doctrinaire communiste débile.

            La situation est assez similaire à ce qui c’est passé en Egypte actuellement. Un président élu,entrave les libertés individuelles et essaye de transformer le pays en totalitarisme et l’armée l’empêche. 

            Au Chili c’était du totalitarisme communiste, en Egypte c’est du totalitarisme religieux. 
            C’est assez parrllèle. 

          • Robert GIL ROBERT GIL 12 septembre 2013 10:57

            Les arrestations, la torture et les milliers d’assassinats qui suivirent la chute du gouvernement Allende firent de cette journée de septembre 1973 le début d’une série noire qui laissa, dans le cœur des Chiliens, une plaie qui peine à se refermer, aujourd’hui encore. Les chiffres font état de 60000 victimes, tortures, exécutions, assassinats politiques , et nombreux sont ceux qui ont disparut sans laisser de trace. Soutenu par les États-Unis, Pinochet devient président de la République en 1975 et restera à la tête du Chili jusqu’en 1990, imposant un régime de terreur. Jusqu’à la fin le dictateur restera en très bon terme avec tous les représentants des régimes « démocratiques », et de tous les  gouvernements attachés « aux droits de l’homme ». Même le pape Jean Paul II lui rendra visite.......

            voir : 11 SEPTEMBRE 1973


          • antyreac 12 septembre 2013 11:04

            On ne pouvais pas s’attendre à mieux avec un communiste à la tête du gouvernement

            J’ajoute à tout cela qu’après le renversement d’Allende la situation économique s’est nettement amélioré et que aujourd’hui au Chili plus grand monde nne songe à un gouvernement communiste pour ce pays

          • Pelletier Jean Pelletier Jean 12 septembre 2013 11:29

            Spartacus,

             

            ce n’est pas en écrivant : « Un peu d’histoire pour les ignorants : » que vous pourrez convaincre vos interlocuteurs...

            Cette rhétorique est un peu facile qui commence par insulter son interlocuteur.

            On peut être d’avis différents sans que l’un soit dans le mensonge ou l’ignorance....

            http://jmpelletier52.over-blog.com/

             


          • Pelletier Jean Pelletier Jean 12 septembre 2013 11:31

            Robert Gil,

             

            Tout cela est vrai... comme quoi l’idée de démocratie est quelque chose de très fragile qui mérite beaucoup d’attentions et de soins.

             

            http://jmpelletier52.over-blog.com/

             


          • asterix asterix 12 septembre 2013 13:58

            Donc, Spartacus, Allende était un coupable et Pinochet un bienfaiteur de l’humanité.
            C’est bien ce que vous dites, non ?


          • Pelletier Jean Pelletier Jean 12 septembre 2013 14:18

            Astérix, il n’y a pas de saint en politique, pour autant Allende est bien le démocrate et Pinochet le dictateur, c’est un fait....


          • spartacus spartacus 12 septembre 2013 14:18

            @Pelletier

            L’ignorance n’est pas une insulte. C’est factuel dans l’information reçue par les Français dans l’histoire du Chili.

            Elle est le fruit d’un pays dominé par une caste d’étatistes, qui ne laisse pas le libre arbitre et laisse passer les informations par le prisme du capitalisme d’état à l’idéologie socialiste et communiste. Endoctrinement marxiste qui expliquaient aussi en parrallèle le bonheur Cambodgien de l’économie planifiée des années 70.

            Dans une école nationale ou 90% des intervenants sont de gauche, et une majorité d’entre eux extrême gauche ou Kmers verts, avec 100% de syndicats politisés et tous membres de ATTAC groupe prônant l’alter-mondialisme, une forme nouvelle de collectivisme, sur une base des manuels scolaire d’enseignement orientés. 

            100% des partis politiques dominés par l’élite de la fonction publique juge et partie. Des élus majoritairement étatiste et adeptes du capitalisme de l’état centralisateur. 

            Sachant que très peu de Français ont été au Chili, voire n’a jamais voyagé, on peut dire qu’une majorité de Français n’est pas informée, et ignorante des réalités des pays d’Amérique du sud.

          • spartacus spartacus 12 septembre 2013 14:41

            @Astérix

            Pinochet était un tyran bien entendu. 
            A l’époque, avec ce qu’avaient vécu les gens sous le communisme de Allende, ils ne voulaient plus jamais revivre ça. Allende avait créé de la haine autour du communisme. La répression de Pinochet fut terrible, effectivement. 

            Allende un Stalinien pur et dur, qui a utilisé la démocratie pour tenter d’imposer le totalitarisme et son irréversibilité. 

          • Claudius Claudius 11 septembre 2013 19:26

            Hum hum quand on lit le Grand Orient de France rend un hommage appuyé ça pue l’hypocrisie à plein nez


            Elle est bien pertinente la question de troletbuse, très pertinente

            Et vous pourrez pas l’occulter

            Koike, avec les frères trois points l’occultation est un dogme

            Quand à Démosthène, qui c’est ce vieux blablateur qui minaude ben oui non si ben si ben non et « Jean, tu peux aussi le lire, si ce n’est pas déjà fait, tu verras, c’est très instructif, »

             ?

            • troletbuse troletbuse 11 septembre 2013 21:14

              Merci Claudius. Non, on ne m’a pas répondu. On a fait une pirouette. Enfin, sur AV, les Moooderateurs peuvent replier, supprimer le post ou comme chez Morice supprimer le compte. Je commence à me poser des questions sur ce site.


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 12 septembre 2013 11:34

              Trolebuse,

               

              ma réponse n’est pas une pirouette, nous n’appartenons pas au même monde, vous vous êtes plein de certitudes ... je vous envie.... moi c’est le doute et le questionnement qui m’habite.

              Votre monde est soit noir, soit blanc, moi le mien est gris.... tolérez ma différence

               

              http://jmpelletier52.over-blog.com/

               

               

               


            • Agafia Agafia 11 septembre 2013 20:14

              Bonjour,

              Les doigts coupés de Victor Jara font partie de la légende, en réalité, il a eu les mains écrasées par ses bourreaux. Pas mieux... mais autant rétablir les vérités,aussi douloureuses qu’elles peuvent être.

              http://next.liberation.fr/musique/2013/01/10/victor-jara-la-justice-du-chili-ouvre-les-yeux_873153


              • joletaxi 11 septembre 2013 20:16

                il y a pas mal d’articles, qui éclairent(crument,mais de façon très étayée) la fulgurante expérience Allende sur contrepoint.
                Bien entendu, il ne peut s’agir que de mensonges, de calomnies, de l’exécrable manipulation de la clique de mengeurs d’enfants turbocapilatistecosmopolite.

                En pleine effondrement de la biodiversité,à l’heure où la naissance d’un panda fait la une,voire ici des cocos bien vivants fait chaud au coeur.

                Mais ici sur avox, on aime les autocrates ,les tyrans, les génocidaires de leur propre peuple.. une seule restriction, il faut qu’ils soient de gauche,de la vraie gauche, à gauche de la gauche,enfin vraiment gauche.

                Mais cela n’excuse pas les crimes de la junte, qui a employé des méthodes pires que les ADM

                http://www.lalibre.be/actu/international/julio-iglesias-outil-de-torture-sous-pinochet-52306051357008cdb6e40d7c

                on frémit à l’idée que Celine Dion soit déjà sur le marché...


                • HERVE 11 septembre 2013 21:15


                   
                  Il y a un Belge qui était présent au Chili et qui mérite toute votre attention. Il s’agit de l’ex-para et mercenaire Guillaume Vogeleer.
                   
                  Si vous regardez la vidéo suivante (longue à télécharger), il y montre les photos qu’il a pu prendre le jour du coup d’Etat ...
                   
                  http://dl.free.fr/eVke5bHnJ
                   
                  Guillaume Vogeleer mérite d’être mieux connu !
                   


                  • HERVE 13 septembre 2013 22:33


                    Pour la facilité, j’ai mis la vidéo sur :

                    http://www.youtube.com/watch?v=ikpa3a7I8xg&feature=youtu.be

                    Né à Forest en 1937, Guillaume Vogeleer a vécu dans les Marolles à Bruxelles.

                    Il y a tenu un bar (le « Pan-Pan ») avec un proche du truand Havelange.

                    Il est entré dans l’armée (pour faire oublier son casier judiciaire ?) et a servi au 2e bataillon commando de Flawine avant de s’engager au Congo.

                    Il a participé à l’opération Ommegang (Congo) et a été mercenaire avec Bob Denard.

                    On le retrouve, ami des militaires, au Chili ... où il prend des photos lors du coup d’Etat contre Salvador Allende (il y a juste 40 ans).

                    Il arrive ensuite en Asie, au service de la DIA (Defense Intelligence Agency) qu’il connaissait peut-être déjà avant.

                    Il a tenu des bars en Thaïlande : à Bangkok puis à Pattaya.

                    Il reconnaissait lui-même qu’il travaillait « de temps en temps » pour la CIA ... et sans doute aussi pour la police thaïlandaise. Il connaissait bien Tony Poe (CIA) et Jim Coyne (« photographe-journaliste » du magazine Soldier of Fortune). Un mercenaire belge de ses amis était Charles Masy qui a tenu le bar « La Renaissance » à Bruxelles.

                    Guillaume Vogeleer semble avoir été impliqué dans de nombreux trafics. Certains l’accusent même de pédophilie. Le chauffeur de Paul Vanden Boeynants, lui aussi soupçonné de pédophilie, se rendait dans son bar en Thaïlande.

                    Guillaume Vogeleer est décédé dans un hôpital militaire thaïlandais d’un abus d’alcool.

                    Un élément intéressant est qu’il connaissait bien le « commandant de gendarmerie François », chargé de la lutte contre les trafics de drogue en Belgique (et probablement impliqué lui-même dans ces trafics) ainsi que des gens du milieu belge comme « Bruno » Farcy et Jozef Vienne. Le gendarme François Raes en parle dans son livre « Un gendarme don Quichotte ». Le lieu de rendez-vous était le « Madrid bar » à Bangkok.

                    Ces truands étaient proches de Patrick Haemers et du Service d’Action Civique (SAC) en Belgique (André Condemine, etc) ... en contact notamment avec un dénommé Claude Nitelet fortement soupçonné dans les « Tueries du Brabant ».

                    A noter que le chef du WNP, Paul Latinus, a déclaré avoir été recruté par la DIA.

                    Guillaume Vogeleer a égalementi fréquenté le « Superstar » (voir le livre « Reefer Men » de Tony Thompson) et le « French Kiss » (où il avait des contacts avec des « Lyonnais »).

                    Les informations à son sujet devraient être transmises à

                    http://www.killersbrabant.be/


                  • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 11 septembre 2013 23:52

                    Il faut revoir les films de Patricio Guzman, pour comprendre.

                    Derrière, bien sûr la CIA, des firmes comme AT&T, et un intervenant aux télécommandes, Kissinger

                    Lorsque leurs intérêts sont en jeu, les USA n’hésitent devant rien.

                    Mais on voit que la situation a changé, et que leur « leadership » s’épuise.

                    Peut-être que les populations sont moins naïves, plus conscientes, et que la guerre froide, qui était un prétexte pour instaurer les pires régimes (Argentine, Brésil, plus près de chez nous la Grèce), est aujourd’hui dépassée... Quoique ...

                    Mais l’histoire est toujours prête à recommencer, la crise actuelle nous en donne un exemple flagrant. Un retour vers les dictatures, plus ou moins modérées, est toujours possible, même en Europe.

                    Et parmi les populations, il y a toujours des allumés pour aller vers le pire avec la conviction que c’est ça l’avenir.

                    C’est pourquoi se souvenir d’Allendé, de Neruda, et d’autres victimes, est essentiel.


                    • ysengrimus ysengrimus 12 septembre 2013 01:48

                      Les junte, en tout cas, ne sont plus ce qu’elles étaient

                      http://ysengrimus.wordpress.com/2013/09/11/les-fondements-economiques-de-la-timidite-contemporaine-des-juntes/

                      Et cela s’explique.
                      Paul Laurendeau


                      • Roberton 12 septembre 2013 04:45

                        Allende était un Saint Homme, vote de pauvreté pour tous. 


                        • eric 12 septembre 2013 09:25

                          Et 40 ans après, l’ensemble des gauches soit s’enthousiasme, soit ferme pudiquement les yeux, des que des militaires renversent des élus démocratiques dans des pays Arabes.

                          On se souvient de leur gêne quand les socialistes algériens ont refuse le résultats des élections qui donnaient une majorité au FIS (150 a 200 000 morts quand même), et il a suffit que quelques manifs en Egypte pour que l’intervention de l’armée prédatrice issue du régime socialiste de Moubarak leur apparaisse comme une bénédiction et un progrès démocratique....

                          A l’epoque, Miterrand vient de prendre le PS sur un programme de type quasi Allendiste. Il faut voir ce qu’il en reste... Le PC trouve le bilan du socialisme réel globalement positif et Soljenitsyne est accuse d’être un valet de impérialisme. La Bande des quatre accède aux nomination en Chine pour célébrer les millions de mort qu’a causée la révolution culturelle. Celle ci constitue un apaisement net par rapport au génocide du grand bond en avant.
                          En Éthiopie, un putsh se prépare. On aura un gouvernement qui réactualisera la pratique des famines organisées comme en Ukraine, pour faire taire les résistances paysannes. Les gauches francaises ont la plus grande sympathie pour les Khmers rouges, bientôt pour les communes du Mozambique, et aller en pèlerinage a Cuba est une sorte de must. Le même Cuba qui bientôt va aider les communistes mozambicain a massacrer leur peuple ( 1 million de morts quand même.. !), sans parler des massacres ethniques en Angola.

                          Pinochet est LE général republicain et democrate par excellence, et c’est bien pourquoi Allende l’a nommé.

                          Faut il que les transgressions de la loi et de la constitution par le régime Allende aient été grave pour le décider a rejoindre la contestation populaire !
                          Qu’est ce qu’un Président qui refuse le verdict des urnes, ou au législatives, l’opposition a remporte 55% des voix et est majoritaire en sièges ?

                          Allende, déclare que « ceux qui s’opposent à une révolution pacifique rendent celle-ci inévitablement violente. On parle ici d’un gouvernement minoritaire dénoncé par les urnes.

                          Allende serait mort, la kalachnikov offerte par le sanglant dictateur cubain a la main. Tout un programme.... !

                          Sans refaire l’histoire, la « violence minoritaire révolutionnaire socialiste » a l’époque, on a un bon échantillonnage et Allende avait choisit ses amis.

                          40 000 exiles politiques. (le reste du « million » ce sont des migrants économiques), 2279 morts dans la « répression pinochiste » en 17 ans. C’est dramatique et ce n’est rien a l’aulne des socialismes de l’époque et d’aujourd’hui. . On est pas loin du bilan du Président Moubarak sur la place Tahir, membre de l’international socialiste, collègue de francois Hollande, dont il n’a été chasse qu’après avoir perdu le pouvoir. On est derrière les massacre perpétrés par l’armée heritiere du sus dit dans la période récente.

                          Derrière l’enflure et le révisionnisme historique de la celebrations par les gauches de l’échec d’Allende, ce qui est le plus nauseabond, c’est quand même toujours cette double idee qu’il y a de bons morts politiques et de mauvais morts politiques, que la fin justifie les moyens a gauche, et que toute experience affublee du nom de socialisme serait indiscutable quelle que soit ses resultat.
                          Ces gens semblent n’avoir rien oublie et rien appris.


                          • TSS 12 septembre 2013 10:32

                            Pinochet est LE général republicain et democrate par excellence

                            C’est aussi celui qui apprit aux opposants à voler sans parachute... !!


                          • Julien30 Julien30 12 septembre 2013 10:52

                            Bien résumé Eric, et puis un gars honoré par le Grand Orient ne peut par définition qu’être une plaie. Ils en ont tellement des gentilles légendes dans ce genre nos amis les gentils gôchistes, la résistance, mai 68 et tant d’autres escroqueries auxquels ils croient dur comme fer contre toute logique et objectivité.


                          • eric 12 septembre 2013 11:27

                            TSS, il me semble que vous confondez avec la guerre d’Algérie, mais qu’importe. C’est bien ce qui distingue une « dictature de droite » d’un totalitarisme de gauche. 2000 morts en 17 ans et des opposants. On est loin des centaines de milliers, voir des millions de citoyens de base éliminés au petit bonheur la chance sous des prétextes varies pour imposer le silence au peuple par la terreur. C’est a dire la politique menée par tous les copains de l’époque d’Allende. Rappelons que si personne n’a jamais démontré d’implication directe des EUA dans le putsh, les américains ont effectivement retire leurs billes, ce qui est bien légitime quand un pouvoir nationalise a tout va sans indemnité, mais que les aides économiques des pays de l’Est ont fait plus que compenser ces retraits de capitaux. Que sont les 7 millions de dollars donne par l’Amerique aux partis et a la presse démocratique, que le régime tente de museler en la privant de papier, face au 600 millions d’aides et crédit accordes par ses copains et qui représente le double de la baisse des crédits US ?
                            C’est donc malgré un interventionnisme, une aide communiste assez massifs, que la situation économique s’est effondrée. Cette grossière intervention extérieure n’a pas eu raison de la juste colère du peuple chilien devant ce pouvoir refusant le verdict des urnes sur ses politiques catastrophique.
                            Du reste, peu de temps après, Miterrand tente le même genre de politique en moins brutale ( les nationalises sont indemnisée), dans un pays plus riche, et avec une plus grande tradition démocratique, et le résultat est sensiblement le même. Au bout de 2 ans, crise et rigueur.
                            Compte tenu de ses ambitions « révolutionnaires » et de sa grande culture politique, vous imaginez bien les critères qui ont du présider au choix de PInochet par Allende. Si même celui la a finit par craquer face aux excès de ce régime anti démocratique, vous imaginez ce que devaient ressentir les opposants.

                            Le choix d’Allende était pourtant bon d’un point de vue démocratique...

                            En 88, confronte a un vote du même ordre que celui qu’Allende refusa de respecter (55% contre lui 40% pour), Pinochet se retire démocratiquement.....Cela a une autre allure....


                          • TSS 12 septembre 2013 13:08

                            TSS, il me semble que vous confondez avec la guerre d’Algérie,

                            Non,non, aucune confusion !! quant à l’Algerie j’y etais avec un bel uniforme alors que

                            vraisemblablement vous n’etiez pas né... !!


                          • TSS 12 septembre 2013 13:18

                            , Miterrand

                            Avec 2 T ,c’est la maladie des gens de droite de massacrer son nom !!


                          • Pelletier Jean Pelletier Jean 12 septembre 2013 13:23

                            TSS, *

                            oui j’ai remarqué aussi, même chose avec la prononciation très particulière des gens de droite « Mitrand » ils appuient sur le MIT...comme pour dévaluer d’un seul mot l’homme..

                             

                            http://jmpelletier52.over-blog.com/

                             


                          • Julien30 Julien30 12 septembre 2013 13:55

                            Oui oui les gens de droite sont des salauds qui s’attaquent même aux gens par la prononciation des mots ! Mais oui mon vieux, par ailleurs cette vielle ordure cynique de Mitterrandd (tenez je vous rajoute même un « d », ça vous fera plaisir) qui a vendu le peu de choses qu’il y a de bonnes dans les idées de gauche n’a besoin de personne pour salir son nom.


                          • eric 12 septembre 2013 13:58

                            Vous étiez donc déjà la quand le socialiste Guy mollet a lâché les para-retour d’Indochine- et la légion, massivement constitue « d’anciens combattants » allemands, sur les populations ?
                            Combien de morts ? Si on en croit les socialistes algériens contemporains, beaucoup plus que Pinochet. mais peut on croire des socialistes ? Votre Mitterrand, a l’époque ministre de l’intérieur faisait guillotiner a tour de bras, notamment les « résistants » du FLN.

                            Que voulez vous, même en Chine, Mao a du finir par constater que quand les « expériences socialistes » s’emballent, a la fin seul le recours a des armées regulieres, intensément formées a agir en fonction de l’intérêt du pays quel que soit les délires idéologiques du socialisme du moment, permettait d’en sortir par le haut sans trop de dégâts.

                            Pinochet a suivi l’exemple maoïste, il a mis les extrémistes dans des stades....
                            Il a suivi Mitterrand, il a décapité les leaders....(peut etre en y mettant moins de formes...)
                            Heureusement, il n’a pas suivi l’exemple de Guy Mollet en lâchant l’armée sur le peuple. En cela, on peut dire qu’il a été insuffisamment socialiste....
                            .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès