Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Illusion libérale (mensonges et propagande)

Illusion libérale (mensonges et propagande)

Pour combattre le chômage, la stratégie des libéraux lorsqu’ils sont au pouvoir consiste à rendre inconfortable et précaire la vie de ceux qui reçoivent une allocation chômage. La philosophie qu’ils défendent conçoit le contrat social par une formule toute simple : « Les riches seraient plus entreprenants s’ils payaient moins d’impôts et les pauvres seraient plus travailleurs s’ils recevaient moins d’aides ». Ils oublient de préciser qu’eux mêmes reçoivent des subventions de l’Etat, et que lorsqu’ils éprouvent des difficultés dans leurs affaires, ils trouvent normal que l’état socialise les pertes et privatise les bénéfices.

Évidement, dans tous les cas, les plus riches passent sous silence la façon dont ils sont devenus riches, et comment s’est construite leur fortune. Balzac disait « derrière chaque fortune il y a un crime », mais plus pragmatiquement à la base de toute fortune, il y a l’exploitation des travailleurs et la confiscation des fruits de leur labeur sous quelque formes que se soit ! Mais de cela on ne parle jamais, on préfère laisser croire aux citoyens que les riches le sont devenus grâce à leur seul mérite. On enracine la légende comme quoi ils se sont faits tout seul !

Les libéraux plaident pour que l’Etat cesse de « secourir » les plus pauvres sous prétexte que « l’assistanat » rend les gens paresseux, et qu’au final ils n’ont plus la volonté de s’en sortir. Mais quand des gens perdent leur emploi, lorsqu’ils se blessent ou tombent malades, ce n’est pas dû à leur paresse. Lorsque des mauvaises décisions sont prises par des responsables politiques, ce n’est pas dû à leur paresse. Et lorsque, pour faire plus de profits, des entreprises délocalisent c’est simplement parce que le système capitaliste détruit tout ce qui l’empêche de faire plus d’argent. Les individus ne sont que des variables d’ajustement !

On ne peut pas continuer à dire que si les gens sont pauvres c’est qu’ils sont paresseux. Non la pauvreté n’est pas une fatalité, c’est le résultat d’une politique ! On ne peut pas dire que si les politiques gouvernementales ne fonctionnent pas c’est la faute de la population qui ne travaille pas assez : non, là encore ce sont de mauvais choix politiques qui privilégient le capital au travail. Pour aider les pauvres il faudrait donc les abandonner à leur sort, pour qu’enfin ils réagissent et retrouvent une vie normale.

Qu’est ce qu’une vie normale pour un travailleur d’après les critères d’un riche libéral ? Et bien, c’est quelqu’un qui se satisfait du salaire que lui donne son patron, qui n’hésite pas à travailler plus pour toucher…pareil, qui dénigre et jalouse celui qui ose se battre pour défendre ses droits, et qui trouve que comparativement à son salaire le rmiste est trop payé ! Et qui le soir doit être suffisamment fatigué pour ne plus penser à rien et ingurgiter les programmes télé que l’on a concoctés pour lui.

Les libéraux dénoncent sans cesse le laxisme de l’Etat providence accusé de faire du social, mais ils ne disent jamais que les banques privées ont été sauvées en 2009 grâce à l’injection massive d’argent public. Ils ne parlent jamais de toutes les réformes fiscales visant les seuls bénéfices des plus riches. Ils passent sous silence que le grand patronat français s’est gavé de commandes et de marchés publics. Ils oublient de comparer les 9 milliards du RSA aux 172 milliards de niches fiscales annuelles dont bénéficient les grosses entreprises. Il ne leur est jamais venu à l’idée de comparer le trou de la sécurité sociale avec les fortunes personnelles de messieurs Dassault, Pinault, Bouygues ou Bettencourt. Et seulement avec les 40 milliards de fraudes fiscales qui disparaissent chaque année dans les paradis fiscaux au lieu d’être réinvestis dans l’économie française, et bien nous pourrions par exemple embaucher gratuitement un million de fonctionnaires ! 

http://2ccr.unblog.fr/2012/05/23/illusion-liberale/

Documents joints à cet article

Illusion libérale (mensonges et propagande)

Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Cigogne67 29 mai 2012 09:14

    « Enrichissez-vous » (F.GUIZOT)


    • MmeRosa 29 mai 2012 10:58

      La richesse des uns est toujours le produit du vol des autres. Ou plus grave de l’usure...de la spéculation, de la mise en esclavage de grands pans de la population. Et maintenant l’ordure libérale a réussi son « grand-oeuvre » totalement démocratico-compatible, le TRAVAILLEUR PAUVRE, sans l’abjecte estampille esclave (moralement ce n’était plus défendable) qui fournit le même travail qu’icelui, pour les mêmes avantages ; un pauvre gourbi et une maigre et cancérigène pitance.


      • John_John John_John 29 mai 2012 12:51

        " La richesse des uns est toujours le produit du vol des autres" >> Et la création de richesse dans votre si beau modèle ? Et votre revenu, vous le volez à qui ? 


      • JL JL1 29 mai 2012 11:26

        Le libéralisme n’est que le faux nez de la droite pour masquer ses ambitions internationales et son activisme supranational.

        L’égalitarisme : c’est le fait de réclamer l’égalité quand elle nous est plus favorable que l’équité. Par exemple, le choix d’une flat-tax au détriment de l’impôt progressif c’est égalitariste. L’égalitarisme de droite accroit les injustices, l’égalitarisme de gauche les réduit : c’est mécanique ! Or, qu’est-ce qu’on observe ? Que les inégalités s’accroissent ! C’est donc l’égalitarisme de droite qui détruit notre société, et non pas l’égalitarisme de gauche !

        Pour les riches, l’égalitarisme de gauche est la brindille qu’ils voient dans les yeux des pauvres, et l’égalitarisme de droite est la poutre qu’ils ne voient pas dans leurs propres yeux.


        • jpm jpm 29 mai 2012 13:27

          Bonjour JL,

          reprenant votre definition, je m´interroge pour savoir si la distribution a chaque citoyen d´un credit d´impot sous forme d´allocation universelle versee sans conditions chaque mois, en contrepartie d´une imposition a taux plancher sur tous les revenus (y compris les revenus du patrimoine) etait equitable ou egalitariste ? Evidemment, rien n´empeche de conserver en plus de cette imposition ou cotisation universelle sur tous les revenus, une imposition progressive pour les hauts et tres hauts revenus. Il me semble que cela devrait reduire en partie les inegalistes ce qui va donc dans le sens de ce que vous appelez l´egalitarisme de gauche.

          Cordialemment Jpm


        • Loatse Loatse 29 mai 2012 11:52

          Bonjour


          C’est là tout le paradoxe de notre société aujourd’hui... l’emploi lui même est devenu précaire avec la raréfaction des cdi... et l’usage courant de contrats à dureée indéterminée, ou « aidés » renouvelables ou pas... selon la volonté des politiques et le budget de la région...

          Puis une fois celui ci arrivé à son terme ; vient la course aux modules divers, censés vous optimiser dans vos recherches d’emploi..et là vous vous retrouvez bringuebalé d’un prestataire à l’autre (qui font leur choux gras en passant de la pénurie d’emplois).. vous en sortez certes requinquée... boostée pour vous apercevoir finalement que la situation du marché elle, n’a pas changée et est toujours aussi amorphe...

          Quand en plus le potentiel employeur, votre cv en main, s’aperçoit que votre expérience professionnelle débute dans les années 70... les réponses se font aussi rares que le soleil en période de pluie...

          bien entendu, c’est de votre faute ! au prix du module, vous pourriez tant qu’à faire mettre toutes les chances de votre coté et aller harceler le patron-goujat qui ne veut pas de vous, voir le secouer un petit peu beaucoup lui aussi pour qu’il vous embauche vous plutôt qu’un autre... smiley

          Puis vient l’heure de rendre des comptes... parfois vous tombez sur des personnes compréhensives et sensées, parfois non, et là vous vous faites engueuler comme une gamine, sans savoir pourquoi... vous promettez de faire les démarches à la place des organismes prestataires divers qui ne veulent pas de vous...(véridique)

          Vous prenez votre téléphone et dites à ceux ci : convoquez moi svp ! lesquels vous répondent que ce n’est pas à moi de faire la démarche...et se renvoient mutuellement la patate chaude...

          Ne vous reste plus qu’à apporter la liste de vos appels téléphoniques pour prouver la chose à votre référente de remplacement * (celui qui veut du résultat) - lequel peut décider du droit de « vie ou de mort sociale » de votre personne en suspendant voire supprimant vos prestations... ce qui en fin de course peut vous conduire directement...à la rue...

          Pourtant vous êtes de bonne volonté... la preuve en est votre dernier entretien d’embauche, d’où vous êtes sortie bourrée comme un coing après le test du pastis (deux grands verres bien tassés alors que vous ne buvez pas une goutte d’alcool)... smiley

          * celle ci ignore que face à elle, je n’ai qu’une envie (je visualise la scène avec délectation) la pousser sans ménagement hors de son bureau et m’asseoir à sa place pour recevoir les gens avec gentilllesse...

          M’enfin il parait que notre situation est confortable, y’en a même qui nous envient...


          • Loatse Loatse 29 mai 2012 15:37

            Bonjour le sudiste...

            ah voui, je me suis emmêlée les pinceaux au point de coller aussi 3 e à durée.... smiley

            sarko bourré c’était un peu ma pomme ce jour là avec la seule différence que monsieur lui, rentra chez lui en voiture de fonction ce qui ne fut pas mon cas, encore que la conduite en état d’ébriété ne donne pas lieu à retrait de points sur le « non permis de conduire » en scooter 50 cm3...

            le taf en question ? organiser des lotos, des croisières, des concours de belote, des festivités ( anchoiades bien arrosées entre autres )

            la région : le var...... smiley


          • xbrossard 29 mai 2012 12:08

            j’attends toujours les réactions des libéraux concernant le principe même du salariat, qui devrait être dans leur esprit, s’ils étaient honnêtes, une hérésie puisque le salarié sacrifie sa liberté pour être subordonné à un patron...un peu comme les esclaves aux service de leur maître.


            L’idéologie libérale est une idéologie du XVIIIème siècle à l’époque où il n’y avait que des artisans (et donc indépendants) et des esclaves ou des serfs, qui n’avaient pas de droits (par droits divins) ; c’est encore plus rétrograde et dépassé que l’idéologie marxiste

            à jeter

            • John_John John_John 29 mai 2012 13:06

              " une hérésie puisque le salarié sacrifie sa liberté pour être subordonné à un patron«  >> N’importe quoi puisque le salarié choisit cette méthode de travail alors qu’il pourrait tout aussi bien être travailleur indépendant, fonctionnaire ou créer sa propre entreprise. De plus, si votre salarié n’est pas content de sa situation, il peut toujours partir, contrairement à l’esclave. Enfin, si certains salariés sont mal payés puisque leur production n’a que peu de valeur, c’est loin d’être le cas pour tous, et de nombreux salariés ont une vie très confortable sans aucun risque entrepreneurial de surcroît, de nombreux salariés travaillent dans des entreprises organisées horizontalement donc sans »subordination à un patron", et beaucoup de salariés choisissent le salariat uniquement à court-terme pour économiser un peu d’argent avant de créer leur boite. Bref le salariat n’est qu’un statut parmi d’autres, qui plus est bien pratique pour bien des gens, et au final votre fronde contre le salariat est donc parfaitement infondée. Si vous ne voulez pas être salarié, personne ne vous y oblige, et si certains aiment bien l’être, qui êtes vous pour vouloir leur donner des leçons ? Quelqu’un qui met son nez dans les affaires des autres.


            • foufouille foufouille 29 mai 2012 17:36

              « Enfin, si certains salariés sont mal payés puisque leur production n’a que peu de valeur, »
              le boss peut aussi ne pas savoir vendre plus cher
              ou encore, il ne veut pas que ses employes achetent ses produits
              tu va pas non plus travailler dur pour des ronds de carottes


            • Never Give Up Never Give Up 30 mai 2012 02:17

              @  xbrossard

              Il me semble que les libéraux classiques (Adam Smith..) ne portaient pas la notion de travail (sous toutes ces formes : salariats, indépendants...) dans leur cœur (privation de liberté au sens perte de temps libre). Et bien sur ils étaient contre le concept d’esclavage...

               Le concept du travail salarié comme « prolongement de l’Homme » est plutôt un concept marxiste (Pour le peu que ce soit hors système capitaliste. dixit K Marx). K Marx qui au passage admirait Adam Smith même il n’était pas entièrement d’accord avec ce dernier.

               Le libéralisme ne se limite pas à l’économie et dire que cette approche est archaïque et « à jeter » est un peu radical car de nombreux philosophes y ont participé de prés ou de loin (Montesquieu, Victor Hugo...).

              Par contre et vous m’arrêtez si je me trompe mais il me semble que l’idéologie qui rejette en bloc le libéralisme et le marxisme c’est le national-socialisme…… (arh gross malheur).

              Ou alors la monarchie (arh gross malheur mon seigneur)…


            • xbrossard 5 juin 2012 16:54

              «  une hérésie puisque le salarié sacrifie sa liberté pour être subordonné à un patron »>> N’importe quoi puisque le salarié choisit cette méthode de travail alors qu’il pourrait tout aussi bien être travailleur indépendant, fonctionnaire ou créer sa propre entreprise. 

              donc si je suis votre raisonnement, si on crée le statut d’esclave, avec garanti à vie d’avoir à manger et un toit dans les régions les plus pauvres du monde, le peuple va avec joie choisir ce mode de vie plutôt que d’être un chômeur....si c’est ce que vous appelez choisir...

              « De plus, si votre salarié n’est pas content de sa situation, il peut toujours partir, contrairement à l’esclave. »

              bien sûr, on est d’égal à égal : la multi-national qui contrôle le marché, contre le salarié tout seul. S’il part crever dans son coin, c’est un choix qu’il peut faire...

              « de surcroît, de nombreux salariés travaillent dans des entreprises organisées horizontalement donc sans »subordination à un patron« 

              seul les artisan n’ont pas de subordination à un patron...parce qu’ils sont leur patron

               »et beaucoup de salariés choisissent le salariat uniquement à court-terme pour économiser un peu d’argent avant de créer leur boite.« 

              plus le temps passe, plus la concurrence baisse les salaires, et plus les chances de devenir entrepreneur par les salariés diminuent...c’était d’ailleurs le but des grands patrons au début de la révolution industrielle : abrutir le salariat par trop de travail avec un salaire de survie pourqu’il ne puisse jamais s’en sortir

               »Bref le salariat n’est qu’un statut parmi d’autres, qui plus est bien pratique pour bien des gens, et au final votre fronde contre le salariat est donc parfaitement infondée. Si vous ne voulez pas être salarié, personne ne vous y oblige, et si certains aiment bien l’être, qui êtes vous pour vouloir leur donner des leçons ? « 

              simple : le statut d’esclave a fini par disparaître parce qu’il paraissait intolérable à la majorité. Quand le statut de salarié, esclavagisé pour le travail fournissant la valeur ajouté volé par son patron, sera aussi intolérable, il disparaîtra. Ou plutôt, il évoluera dans le sens où le salarié aura enfin son mot à dire dans l’entreprise et participera aux décisions


               »Quelqu’un qui met son nez dans les affaires des autres"

              quelqu’un qui veut surtout mettre les libéraux face à leur contradiction, à savoir que l’idéologie libérale ne marche que si une armée de salariés fait l’essentiel du boulot et que les libéraux captent toute leur valeur ajoutée en échange d’une (hypothétique) sécurité de l’emploi

            • Soi Même 29 mai 2012 14:17

              L’ Illusion libérale (mensonges et propagande) et juste le pendants de l’Illusion Communiste (mensonges et propagande) !
              L’un annule l’autre ! < Les pauvres gens ne soupçonnent jamais le diable, quand même il les tiendrait à la gorge. >
              Faust (1806)


              • micAailes 29 mai 2012 14:28

                Au préalable, je tiens à préciser que je n’attaque pas l’auteur personnellement mais les idées que l’article véhicule, ces idées se retrouvent par ailleurs......


                encore un article qui décrit les choses comme tout blanc ou tout noir...... les choses sont plus compliquées que cela. 
                Le libéralisme tel qu’il est décrit serait un des maux du monde !!! 
                êtes vous dans un délire de déni d’histoire ou le faîtes vous volontairement ? 

                nous retrouvons ce genre de discours des 2 cotés, d’une part du coté de ceux comme vous qui parlent de propagande, mensonges, racket...etc.... et d’autre part de ceux qui voient le libéralisme comme une religion qui faut pousser au bout de ces excès.

                Néanmoins, beaucoup de points abordés nécessitent des précisions dont en voici quelques exemples :
                - « l’état socialise les pertes », de quelles pertes parlez vous ? vous faites croire que quand un riche ne réussit pas il fait payer ces erreurs par l’état ?
                - « les plus riches passent sous silence la façon dont ils sont devenus riches », comme si cela était une fraude, un secret, un complot....etc.....pitoyable...du vrai melenchon
                - « des entreprises délocalisent c’est simplement parce que le système capitaliste détruit tout ce qui l’empêche de faire plus d’argent », confusion totale entre capitalisme et libéralisme, vous dénoncez donc le capitalisme maintenant ? 
                - «  les banques privées ont été sauvées en 2009 grâce à l’injection massive d’argent public », le gouvernement nous ment-il alors quand il dit que cela n’a rien couté et a plutot rapporté ? pourquoi les banques francaises ont remboursé rapîdement ? argent public, mais de quoi parlez vous ? il y aurait de l’argent public et l’argent commun ? ou le même argent mais alors créé par les institutions publiques ? pour information, nous avons connu une crise de liquidités qui est due aux actifs toxiques américains qui a ruiné la confiance entre établissements bancaires...des entreprises comme renault avaient autant besoin de ces liquidités qu’elles empruntent tous les jours sur les marchés que les banques....bref encore une vision de niveau lycée du fonctionnement de l’économie. Il faut interdire quoi les libéralisme bancaire ? encore une fois, il y a confusion totale entre marchés financiers et établissements bancaires !!! 

                Je finirai en disant que Mr Hollande a raison quand il dit qu’ il faut investir dans l’éducation
                 et que cela est un investissement et non un coût. Vous en êtes le parfait exemple.

                cordialement




                • Soi Même 29 mai 2012 14:32

                  <Je finirai en disant que Mr Hollande a raison quand il dit qu’ il faut investir dans l’éducation et que cela est un investissement et non un coût. Vous en êtes le parfait exemple>

                  Pour quel ’éducation, qu’ il faut investir ? c’est la tout le paradoxe !


                • fcpgismo fcpgismo 29 mai 2012 15:50

                  D’ accord avec l’ article mais combien de terrien n’ aspirent pas à être riche surtout en France, qui ne rêve pas devant l’ étalage de la richesse. Celui qui a plus que le nécessaire est riche celui qui a Dix Cent et plus de fois que le nécessaire est un voleur qui a exploité la faiblesse des autres.Cependant j’ ai plus de respect pour les riches que pour tous ces laquais qui leur cirent les pompes et il y en a malheureusement trop sur ce site ils ce reconnaitrons.les larbins les laquais c’ est comme le Fhaine ( parfois les même ) a 4% ils sont indispensables a 20% et plus ils préparent la guerre civile. 


                  • Karash 29 mai 2012 17:48

                    Les vrai libéraux (ceux qui ne vivent pas de l’argent public grâce à un mandant de député ou autre ) sont anti corporatistes. Les critiques que vous formulez s’adressent à un fantôme qui n’existe que dans votre imagination.

                    Ensuite ; certes, le riche ne s’est pas enrichi tout seul, mais il n’a forcé personne à travailler pour lui ou à acheter ses produits. Si les gens sont assez cons pour enrichir ceux qui ont déjà trop, il est illusoire de penser qu’un gouvernement quelconque puisse empêcher les inégalités de se perpétuer.

                    P.S : Je ne suis ni socialiste, ni libéral, prenez ces propositions en dehors de tout esprit partisan.


                    • Radix Radix 29 mai 2012 17:54

                      Bonjour

                      Votre phrase "Évidement, dans tous les cas, les plus riches passent sous silence la façon dont ils sont devenus riches, et comment s’est construite leur fortune." ma remis en mémoire la biographie d’ Onassis.
                      Ce grec, partit pauvre de son pays natal pour aller au Brésil où il travailla un ou deux ans dans une blanchisserie puis il disparut pendant deux ans et lorsqu’il revint il racheta toute la chaine de blanchisseries !

                      Il n’a jamais raconté comment il a fait... Peut-être par modestie !

                      Radix


                      • tf1Goupie 29 mai 2012 18:48

                        Comme quoi il ne suffit pas de citer Balzac pour avoir l’air intelligent !
                        Robert GIL gagne au moins 100 fois le salaire moyen d’un Cubain (14 Euro par mois).

                        Donc Mr GIL est un ultra-riche ... et comme il l’avoue lui-même il est donc un criminel et un exploiteur, qui n’hésite pas à accuser les autres criminels. Le mépris et le culot en plus.

                        Chaque chaussette « made in China » que porte GIL est un aveu décomplexé de cette activité criminelle.

                        Mais bien sûr Mr GIL appelle « riches » ceux qui gagnent plus que lui, et oublie qu’il fait partie des humains les plus privilégiés de la planète.
                        Et il n’aura de cesse de dénoncer tant qu’il restera une personne plus riche que lui.

                        Eclairant


                        • foufouille foufouille 29 mai 2012 20:14

                          t’as trop regarder tf1 et le loft


                        • tf1Goupie 29 mai 2012 21:18

                          C’est mieux que Disney Channel, foufouille smiley

                          Même sur TF1 on te montre des asiatiques qui dorment dans leur usine pour fabriquer ton écran plat et ton telephone que tu trouves quand même trop chers.
                          Ces mecs que tu exploites en faisant semblant de ne pas le voir pensent que t’es un gros rupin.

                          Mais comme toi j’ai la chance d’avoir un Robert GIL qui soulage ma conscience en disant que les riches et les exploiteurs c’est les autres.


                        • Xtf17 Xtf17 29 mai 2012 20:06

                          Excellent ! 100% de votes positifs c’est pour dire...
                          Il y a dans cet article quelques vérités très simplement énoncées, ça fait du bien et cela donne des idées pour d’autres communications.

                          En même temps, comme le montre l’échange entre xbrossard et John_John, la question spécifique du salariat (car il concerne la majorité des travailleurs) mériterait d’être examinée en détail.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès