Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ils mentent et trichent !

Ils mentent et trichent !

 Pour que les jeunes hommes partent la fleur au fusil, il a suffi en 1914 que les médias et presque tous les partis présentent les allemands comme des barbares ;
- pour justifier la première guerre d’Irak et surtout entraîner un assentiment national outre atlantique, une jeune femme a témoigné avoir vu « la soldatesque irakienne faire irruption dans l’hôpital où elle travaillait, arracher les tuyaux d’oxygène qui maintenaient en vie des dizaines de bébés prématurés ».... C’était faux mais la jeune fille resplendissait dans la douleur....
Les mêmes ficelles d’une information manipulée, truquée ont réussi dans le passé et font toujours recette !
Aujourd’hui, alors que la crise est présente et que les gouvernements libéraux veulent faire payer la note aux plus pauvres, il faut un bouc émissaire et détourner les yeux du peuple vers un ennemi extérieur ou intérieur.
En décembre 2005, c’étaient les jeunes révoltés des quartiers qui étaient accusés d’être manipulés par des barbus....
Aujourd’hui c’est l’insécurité et encore une catégorie de la population qui est visée et dénoncée....
L’histoire racontée par Paul Villach est-naturellement-imaginée mais pourrait devenir demain d’une actualité

« Cagoule noire et carte blanche », roman de Paul Villach, Editions Lacour, Janvier 2005

L'illusion de l'iceberg

Imaginez un pouvoir aux abois, une droite qui veut durer et détourner le mécontentement qui vise sa politique !

Comment peut-elle retourner l'opinion publique en sa faveur si ce n'est en organisant une communion autour d'un événement dramatique ?

Il suffit de bien monter un leurre, d'instrumentaliser un fait divers émouvant ou de faire les deux à la fois dans le cadre d'une préparation minutieuse d'une campagne exemplaire en terme d'intoxication.

L'auteur nous conte ici une prise d'otages totalement fictive d'enfants d'une école maternelle....

Cette histoire vous rappelle une autre …. peut-être mais bon... Paul Villach reste dans la fiction même si son argumentation et sa démonstration pourraient être profitables.

Le climat entretenu ici par la presse quasi unanime, les visages « convulsés de douleur » montrés parfois en boucle, le ton pris par des journalistes et les commentaires évasifs...Tout se prête à une grande manipulation de toute la population.

Nous sommes là, bien entendu complètement dans le roman et non dans la réalité !

Les deux camps sont très bien identifiés : le Mal absolu avec ce ravisseur, un forcené bien évidemment et les forces du Bien, coalisés : l'institutrice héroïque, les innocentes victimes et les policiers du GENI, prêts à intervenir fermement mais comme professionnels pour éviter d'exposer les enfants....

C'est pathétique et qui oserait ne pas être pour le retour salutaire de la peine de mort !?

Le pouvoir en place détient tous les leviers.

Celui ou celle qui n'est pas happé dans le choc émotionnel ne peut que s'interroger sur certains faits troublants comme la disparition de certains indices ou le dénouement de l'histoire.

L'illusion de l'iceberg est une menace, non seulement pour les bateaux mais aussi pour « les badauds que nous sommes : la part immergée de l'information est parfois sans commune mesure avec la part émergée ».

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.74/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 10 janvier 2011 10:45

    Je suis très déçu par le contenu de cet article.

    En l’ouvrant, je pensais y découvrir une dénonciation argumentée des pratiques des hommes politiques de gauche et de droite, d’occident et d’orient, et notamment ceux en campagne électorale ou campagne de dissimulation d’objectifs inavouables.

    Et au moins, une remise en cause des médias dominants et leurs cohortes d’éditorialistes rémunérés, d’aujourd’hui totalement contrôlés par l’oligarchie.

    Au minimum, un hommage à Wikileak.

    Et je tombe sur la critique d’un petit livre sur un sujet déjà largement commenté, d’un auteur très connu mais uniquement sur Agoravox, ce qui n’est pas si mal mais tout de même limité.


    • bo bo 10 janvier 2011 11:10

      Il y a des différences essentielles, si un groupe (composé de multinationales et financiers) a toujours la main sans partage sur les leviers de l’information, sur la formation des opinions (DAVOS et autres)....il a maintenant un début de contestation de ce pouvoir plus puissant et diffu en face de lui (INTERNET)
      L’arme des faiseurs d’opinions (au pouvoir) est la rapidité de propagation des informations et la maîtrise actuelle par le « système » (REUTERS, CNN, etc..) du choix de l’information......mais ce système actuel a en lui-même un contre pouvoir puissant INTERNET....et aussi le fait que l’on accorde plus de poids aux informations disons des « pays non alignés » (ceux qui n’adhèrent pas à l’actuelle « Pax commerciale mondialiste » et dont la presse officielle met en avant tous les défauts)
      D’où les puissantes tentatives de contrôler INTERNET par tous les moyens : on met en avant le « droit au secret pour les diplomates » (c’est à dire le peuple est ignare, irresponsable et décérébré), le soit disant pillage « de droit de propriétés intellectuelles » (c’est à dire la rente des multinationales), la ^propagation de fausses informations« (là, il n’y a pas plus de fausses informations que dans la presse »officielles« )....ect...tous les moyens sont bons et maintenant la CIA....a entrepris son travail habituel »de remise en ordre« des trublions.
      Le problème des faiseurs d’informations et de leur manipulation est le nombre infini des internautes...et que le combat de la CIA (et ses consorts) est perdu d’avance, de ce fait et aussi, fait nouveau mentionné ci-dessus, la pondération plus nuancée de l’appréciation portée sur les positions des pays non alignés (face aux cotés négatifs, il est accordé plus de poids aux cotés positifs des politiques de ses pays : la Chine, le Brésil, pour ne citer que les plus puissants)......
      A cela, il faut ajouter le poids pris dans l’opinion des échecs successifs des guerres ou de leurs résultats : Vietnam, Irak, Afghanistan...qui vont finir par discréditer complétement ou en partie le traitement de l’information »officielle« . Alors les nouvelles guerres basées sur des événements créés ou montés en épingle » ?..... peut-être, mais elles seront plus difficiles à y faire adhérer le peuple.
      52 français tués en Afghanistan...cela commence à compter. A partir d’un certain chiffre l’opinion française va être irrémédiablement DEFAVORABLE quoique les médias officiels fassent....:et la République retirera ses troupes et comptabilisera les dégâts de la confiance mise dans ses élites (élus responsables et pas coupables).
      L’intérêt de notre époque est cette remise en cause de notre système d’information et à terme du fonctionnement de nos institutions qu’il FAUDRA réformer vers plus de démocratie et de transparence
      Merci à internet de nous permettre d’échanger : ce qui est la base de la DEMOCRATIE.


      • CHALOT CHALOT 10 janvier 2011 11:14

        Daniel !
        Mon objectif visait la présentation d’un livre qui mérite d’être lu et relu et non de faire une analyse complète sur l’intoxication médiatique.
        Merci à Bo pour son apport.


        • Paul Villach Paul Villach 11 janvier 2011 12:26

          @ Jean-François Chalot

          Je découvre seulement votre article ce matin. Je me suis absenté ces derniers jours.

          Merci d’avoir compris que, bien qu’il soit inspiré d’un fait divers de 1993 qu’on a tous en mémoire, la prise d’otages dans une école maternelle de Neuilly, mon roman « Cagoule noire et carte blanche » est une fable qui pose le problème de la fiabilité de l’information.

          1- « L’illusion de l’iceberg » est assurément une des illusions de l’univers médiatique les plus dangereuses : l’information que les médias divulguent est infiniment moins importante que celle qui reste cachée. Wikileaks ne change rien à cette donnée.

          2- Une deuxième leçon de cette fable est la paradoxale incertitude où l’on se trouve aujourd’hui avec des moyens de diffusion et de réception de l’information prodigieux comme jamais l’Humanité n’en a connu. Voici qu’on se trouve souvent devant une indécidabilité : quelle est la représentation de la réalité la plus fidèle ? Il est impossible de trancher !

          Mon roman offre ainsi une représentation de la prise d’otages de la maternelle de Neuilly opposée à la représentation officielle donnée par le Pouvoir. Laquelle est la bonne ?
          - La version officielle s’accommode de contradictions,
          - celle de mon roman les résout.
          - Mais le lecteur se retrouve dans l’impossibilité de décider quelle est la version la plus fidèle à la réalité.
          - La folie serait de conclure sans preuve ! Les magistrats qui ont osé accuser, se sont retrouvés poursuivis en justice pour diffamation et condamnés : ils n’avaient pas de preuve pour justifier leurs affirmations. C’étaient pourtant des magistrats, pas des perdreaux de l’année !

          N’est-ce pas singulier qu’à une époque où l’on dispose des moyens d’information les plus performants, on en vienne à se heurter à l’indécidabilité en matière de fiabilité de l’information  ?

          Merci, Jean-François Chalot, d’avoir estimé utile de soumettre cette réflexion à vos lecteurs.
          Paul Villach


        • foufouille foufouille 10 janvier 2011 11:52

          les larbins bureaucrate du pouvoir mentent et trichent aussi
          CAF, SECU, tresor public, ..........


          • clostra 10 janvier 2011 11:57

            Ils mentent et trichent et la majorité des personnes n’y voient que du feu.
            Ceci ramène d’ailleurs à un vieux débat sur le fondement des religions et la nécessité de « croire » (d’espérer ?), celles-ci sensées rechercher la vérité. D’autres en font l’économie.


            • manu25 manu25 10 janvier 2011 14:46

              Sur les monuments aux morts.

              Mort à cause de la France.Et non pour la France et les autres pays car comme citoyens nous nous entendons avec nos voisins sans les politiques qui eux déclarent des guerres.

              • srobyl srobyl 10 janvier 2011 17:20

                Recevez, Monsieur Egosum, l’expression purulente d’un crachat sanguinolent d’une victime de l’hypérite, en l’occurence feu mon grand-père.
                Comme il me reste un soupçon d’humanité, je ne vous souhaite pas le sort que vous méritez


              • non667 10 janvier 2011 19:25

                à egosum
                militaire je déserte a la premiere seconde....
                mais avant il faut que je décolle les mains de mon clavier ! smiley


              • Croa Croa 10 janvier 2011 23:37

                Et tu auras le sort que tu mérites...  smiley officiellement, c’est à dire avec la honte en plus smiley

                Egosum tu rêves,
                Oui, ces gens ont eu le sort qu’ils méritaient : être sur le monument !

                Ce n’est pas que les gens sont cons mais personne ne peut rien contre la pensée unique et tu verras que s’ils l’ont décidé tu iras au feu avec les autres !  smiley


              • Cogno2 11 janvier 2011 16:08

                Egosum n’est visiblement qu’un gamin, inutile de perdre son temps avec ses réponses d’attardé.


              • CHALOT CHALOT 10 janvier 2011 17:39

                Les morts dans les tranchées sont des victimes de la barbarie impérialiste.
                Ils ont droit à notre respect pour toute la souffrance endurée.
                Qu’aurais-je fait à leur place ?
                Le militant d’aujourd’hui ne peut pas se mettre à la place du paysan, de l’instit ou de l’ouvrier du début du siècle dernier.
                Egosum a saisi trop vite son texte sans le relire de Sroby a eu raison de réagir ainsi.


                • eric 10 janvier 2011 18:17

                  Oui, on ne peut s’empêcher d’être pensif. A peu pret tous les ministères de la parole dans nôtre société sont peuplé de professionnels très majoritairement a gauche. 60 a 70% des enseignants suivant les sources, 70 a 80% des journalistes. Dans « le monde tel qu’il est », pean signale que lors d’une simulation de vote presidentiel, ce fut Besancenot le candidat en tete pour le personnel de ce quotidien réputé de centre gauche. Sans parler des acteurs, intermittents du spectacles, animateurs divers, grandes consciences etc...
                  La bonne volonté avec lesquels ces gens engagés répercuteraient systématiquement un discours dominant contraire a leurs idées tout en dénonçant évidemment ce comportement qui est le leur tendrait a prouver une chose, l’essentiel de ce qu’ils peuvent dire pour, contre, ou indiffèrent au système est une vaste foutaise sans grand interet.


                  • perlseb 10 janvier 2011 20:29

                    Oui, effectivement, pour être élu, il faut d’abord être connu. Mais il faut être connu pour avoir de grandes qualités. C’est avec des mises en scène comme la prise d’otage dans la maternelle de Neuilly que nos futurs élus se font connaître pour leur « bravitude ». Même l’article de Wikipédia note une polémique sur la mort d’Erick Scmitt.
                    Notons quand même que les américains ont beaucoup plus d’audace et de moyens (11 septembre) dans leurs manipulations médiatiques.

                    Mais les médias occidentaux, contrairement aux médias de l’ex-URSS (comme la pravda), réussissent le tour de force de convaincre la majorité du peuple qu’il vit en démocratie. C’est finalement ça qui est le plus beau. Peut-être que les soviétiques étaient moins naïfs que nous, qui sait ?


                    • Chris du Fier Chris du Fier 10 janvier 2011 22:58

                      Quoi ?.. Qu’ ouie-je ??.

                      Les teutons de l’ an 14 n’ auraient pas été des barbares ?..

                      Des boches sanguinaires ?...

                      Des Huns malodorants qui gueulaient Nach Parisss ?..

                      Les pères des futurs fumiers de nazis ?

                      C’est trop. On refait l’ histoire là ou quoi ?..


                      • Iren-Nao 11 janvier 2011 10:10

                        Chalot, Vous m’avez l’air d’un attarde gaucho plutôt sympa.

                        Et par le fait dans le style enfoncage de portes ouvertes vous ne craignez pas grand monde.

                        Quand a la barbarie « impérialiste » elle me semble s’être assez bien portée dans le camp des « progressistes »...

                        Bien cordialement

                        Iren-Nao

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès