Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Impérial François Hollande !

Impérial François Hollande !

Protocolaire et pas dévoyée, sans parapluie ni trompettes, la cérémonie officielle de l'investiture de François Hollande s'est voulue d'une sobriété exemplaire face à « l'impérieux devoir » qui l'attend… Ce genre de frasques ancestrales ont eu pour origine, monarchie et républiques, avec entre-temps la solution jacobine, héritière de la Révolution, qui n'eût qu'Empereur à mettre en face d'une Restauration pour sauver un pouvoir conquis, certainement le lien qui aujourd'hui tient le plus à tourner une page pour en ouvrir une autre… Quelque chose d'autre qui commencerait. Passe droits ou passe d'armes ?

JPEG - 17 ko
l’investiture vue par Kroll

Cette « tradition républicaine qu'impose les institutions » pour Manuel Valls marque la réaffirmation des engagements du Président investit dans le rôle qu'il entreprend dans le futur pour modifier de sa voix certaines des organisations européennes… Que démarre la métamorphose qui conduise le changement… Auscultation des présents (Mazarine Pingeot attentive et captivée…) mais aussi des absents (enfants et famille recomposée) pas forcément déçus en la circonstance… C'est circonspect ! Dehors, des fans de Nicolas Sarkozy massés le long des barrières pour saluer et remercier un ami qui leur est cher ! Et bien, la voilà enfin l'union de tous les Français, dans cette passation des pouvoirs, tandis que l'un installe, l'autre se retranche allant même jusqu'à déclarer dans la même journée, aux accents de la défaite, à son fils, privé par la même occasion d'une candidature aux Législatives, que « les Sarkozy devaient se faire oublier et se feront oublier »… Technique hallucinante pour s'attirer les foudres des paparazi et finalement récolter ce qu'il a semé ou annonce effective d'une retraite anticipée ? Toujours est-il que Nicolas Sarkozy a tenté et même insisté fortement pour dissuader son fiston de maintenir sa candidature sur Neuilly-Puteaux ! Et de voir maintenant déjà un Président battu, agacé par les photographes, s'étonnant du fait qu'ils le suivent ainsi. Lui qui pendant ses années n'a cessé de les attirer et de les nourrir, pas tout à fait comme il l'aurait souhaité sur la fin, se retrouve subitement confronté au refus de payer de son image celle qu'il a développé du temps de sa présidence de couple présidentiel… Retour de manivelle, machiavélique et insoupçonné, d'un prince qui s'était fait roi, bronzant à même le rocher ou sur un amical bateau, défilant sous les pyramides égyptiennes, au combat ; chez Mme Merkel et pas ailleurs !… C'est qu'on peut en étaler du chiqué durant une journée cérémonieuse et officielle !… Moins familiale donc l'investiture voulue par François Hollande avec l'idée anticipée de séparer sans enfantillage, sa vie privée et conjugale, tout comme devrait s'accentuer encore la séparation des pouvoirs… Un chef d'État qui commence avec ces idées dans la tête ne peut qu'aller loin dans le développement humaniste des politiques et des économies pas toujours aux hauteurs de leur prétention souhaitée sans pour autant abuser des avantages que pourrait lui offrir sa situation. Ils étaient venus voir Sarkozy, ils verront François Hollande… « Faire vivre ensemble tous les Français, sans distinctions » lancera-t-il plus tard à son auditoire élyséen… Attention ! Ce n'est pas parce qu'il a refusé le parapluie contre des gouttes en trombe qu'il refusera celui du nucléaire ! ?… Remise du collier de la légion d'honneur après l'entrevue en tête à tête avec son prédécesseur dans un bureau privé, François Hollande entre en fonction. La suite dans un pas cadencé et soutenu, un léger empressement se laisse ressentir… Allocution du président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré, clinquante de félicitations et des valeurs du symbolisme de sa nomination, F. Hollande, second du prénom à occuper la haute fonction entame son 1er discours officiel durant lequel il annonce ni retrait de ses engagements, ni résignation ; réaffirme sa volonté de paix dans le monde et le respect de l'environnement sur la planète, l'abrogation des discriminations allant de paire avec la justice et une démocratie sociales, enfin un renforcement dans la décentralisation pour favoriser le développement local. Il rappelle aussi certains de ses objectifs pour la recherche, l'éducation et la formation comme uniques obstacles au chômage et à toutes les précarités. Les liens de confiance animés par une volonté commune marqueront l'exemplarité, la dignité et la simplicité tout en gardant l'impartialité de l'État et du présent qu'il saisissent tous deux au passage. Les valeurs singulières et universelles de la Déclaration des droits de l'homme ajoutées à la vitalité de la démographie, au défit des chercheurs, à la vitalité des entrepreneurs et au travail des agriculteurs ainsi que la puissance de nos services publics tisseront le maillage du redressement et participeront au rayonnement de la culture. L'intérêt général sera le seul à dicter ses choix dans le respect de la reconnaissance syndicale et citoyenne des associations… Les bénévoles seront remerciés pour leurs services rendus à la République (patrie auraient dit d'autres d'un autre temps ?)… Ne rechigne pas devant l'épreuve et le défit que représentent une dette massive, la croissance limitée et une compétitivité dégradée dans le redressement ; pas seulement de la France, mais aussi de l'Europe toute entière… Seule ombre au tableau, l'industrie qui n'est pas citée dans le discours de F. Hollande et pour cause, l'effondrement auquel l'a vouée la crise et puis après tout François Chérèque quelque peu crispé, tout autant qu'une Laurence Parisot défiante d'un sourire amusé ainsi que l'impératif industriel rappelé d'un Georges Pompidou mis comme un enjeu national, n'étaient-il pas là pour en représenter les travailleurs dans leur si longue histoire ?… « La justice dans la conception même de la création de richesses… Il est temps de remettre la production avant la spéculation, l'investissement d'avenir avant la satisfaction du présent, l'emploi durable avant le profit immédiat. Il est temps d'engager la transition énergétique et écologique, il est temps d'ouvrir une nouvelle frontière pour le développement technologique et pour l'innovation… » Cet instant précis où il développe le sens de ses réformes en cette compacte phrase semble assez inédit pour un discours d'investiture pour autant qu'il ressemble tant au prolongement d'un discours électoral et c'est pas plus mal lorsqu'on veut savoir où on va exactement… Circonspect*, affirmatif et politique !

 

Et lorsqu'on s'étonne d'une foule discrète et clairsemée, pas très hurlante et pas très nombreuse, on pense rapidement à une journée ordinaire pour des gens ordinaires au travail ou dans leurs occupations ordinaires, malgré une solennité espérée et voulue, obligée mais pas enviée.

 

*Tous les adjectifs qui qualifieront F. Hollande durant tout son quinquennat sont ici :

 http://www.mediadico.com/dictionnaire/synonymes/circonspect  ! ! ! (mis à part sceptique et soupçonneux qu'il laissera à son opposition… Quant à la jalousie, que ceux qui ne seront et n'ont jamais été élus Président de la République, qu'ils se la gardent)


Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • A Laurntgatner, Beau texte qui aurait donné encore plus de plaisir dans sa lecture s’il avait été tronçonné en plusieurs paragraphes, histoire de l’aérer et de donner au lecteur le temps de souffler. J’espère sioncèrement que vous excuserez ce petit conseil.

    Téléspectateur attentif de cette passation j’ai été surtout attiré par la présence constante auprès du nouveau président d’un jeune garde du corps, ma foi sympa, très attentif et attentionné (il l’a protégé d’un parapluie) qui a été le seul à ne pas le lâcher d’une semelle, aussi bien dans la foule que dans l’intimité.

    En outre les décors somptueux de l’Elysée et de l’Hôtel de Ville de Paris ont, pour moi, fait désordre. Décidément la France a du mal à se débarrasser de son enveloppe monarchique. Comme en a témoigné ce long cheminement, chez Delanoë, entre une double haie de courtisans souvent obséquieux. Digne d’un Roi et non d’un Président.
    J’espère que François Hollande se débarrassera très vite de ces ors, attributs, coutumes et décors d’un autre temps.


    • laurentgantner laurentgantner 16 mai 2012 12:36

      très juste pour les paragraphes, mais la construction compacte du texte réduit en elle la densité de cette journée marathon... Et puis je vous rejoins également caf au bout de trois ou quatre marseillaise je n’ai pu que me dire « allez, Delanoë... à la retraite... place à la VIe République » ! 


    • laurentgantner laurentgantner 16 mai 2012 12:38

      très juste pour les paragraphes, mais la construction compacte du texte réduit en elle la densité de cette journée marathon... Et puis je vous rejoins également car au bout de trois ou quatre marseillaise je n’ai pu que me dire « allez, Delanoë... à la retraite... place à la VIe République » ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès