Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Institutions : la dernière cartouche de Sarkozy-Fillon

Institutions : la dernière cartouche de Sarkozy-Fillon

La réforme des institutions entame son tour de piste parlementaire en cette fin mai 2008. Et voilà que le référendum d’initiative populaire fait son entrée dans le grand cirque constitutionnel... Mais il semble bien que dans ce jeu de dupes, les citoyens et la gauche soient roulés dans la farine...

La dernière du berger et la réponse de la bergère ou inversement.

Fillon vient de se déclarer d’accord pour le référendum d’initiative populaire, selon une dépêche de l’AFP du 20/05/08 de 13 h 41,

« François Fillon, qui a rencontré les parlementaires du Nouveau Centre mardi à l’Assemblée nationale, a donné son accord pour l’instauration d’un référendum d’initiative populaire dans le cadre de la réforme des institutions, a déclaré le président exécutif du NC, Jean-Christophe Lagarde. "La capacité d’un référendum d’initiative populaire a été acceptée par le chef de l’Etat à notre demande hier et par le Premier ministre naturellement", a déclaré Mme Lagarde lors d’une conférence de presse du Nouveau Centre sur la réforme des institutions. Cet accord a été confirmé par M. Fillon dans sa réunion avec les députés Nouveau Centre, a-t-il également indiqué.

L’amendement qui serait défendu proposera l’instauration de "référendums d’initiative parlementaire et populaire à l’initiative d’un cinquième des membres du Parlement soutenu par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales"  »

Cette proposition de dernière minute est une réponse évidente au vote demandé par la gauche d’un référendum sur la loi OGM... Sur cette affaire OGM, la gauche, fera un ultime baroud d’honneur pour dénoncer ce "déni de démocratie" de la droite. « Le groupe PS a annoncé pour mardi une "motion référendaire", une procédure exceptionnelle visant à réclamer l’organisation d’un référendum. Deux autres motions de procédure - l’exception d’irrecevabilité et la question préalable - seront défendues par les groupes PS et GDR (PCF-Verts). » La déclaration de Noël Mamère n’est pas piquée des vers : « Nous nous battrons comme des chiens, jusqu’au bout. Le gouvernement a imposé une loi contre l’avis des Français  » pour répondre « à la pression des lobbies des semenciers et de la FNSEA », a affirmé Noël Mamère, « faucheur volontaire » bien connu. « Nous n’hésiterons pas à désobéir si nous l’estimons nécessaire », a-t-il ajouté, selon Libération.

Ainsi nous sommes heureux de savoir qu’un élu comme M. Mamère s’aperçoit que les réformes se font « contre l’avis des Français ». De fait ces messieurs dames députés et sénateurs de gauche demandent une plus grande transparence et une plus grande démocratie citoyenne. Fort bien ! Mais, on ne les entend pas beaucoup sur la réforme des institutions, par exemple pour demander un référendum d’initiative citoyenne qui aurait très bien pu être actionné dans un cas comme celui de l’autorisation des OGM. Leur tour de piste sur les OGM ressemble bien à un effet de manche « médiatico-démocratique ».

Mais, non, c’est la droite qui va proposer d’inclure le référendum d’initiative populaire dans la Constitution. Cette proposition n’a jamais fait partie des conditions posées par la gauche pour voter la réforme des institutions... Il faut savoir que les deux conditions posées par le PS étaient d’une vigueur à faire peur. « Dépêche AP du l9 mai 2008 à 13 h 48 ; Réforme institutionnelle : un vote contre est possible, prévient le PS. » « le Parti socialiste a en particulier demandé que la réforme des institutions inclue une modification du mode de scrutin pour l’élection des sénateurs et le décompte des interventions du président de la République dans le temps de parole de la majorité. Sur ces deux points, les députés de la majorité ont opposé "des fins de non-recevoir" lors de la discussion en commission du projet de loi constitutionnel  ». En effet, la droite a eu peur et a sorti une nouvelle cartouche : le référendum populaire. Et si vous voulez un référendum pour les OGM, il vous faudra accepter la réforme des institutions, puisque le RIC en sera partie intégrante. Bien joué.

Mais ce référendum : populaire ou citoyen ?

La différence est d’importance. Dans la proposition de Fillon et du Nouveau Centre donc, l’initiative revient aux parlementaires sénateurs et députés confondus. Il faudra un cinquième des parlementaires soit 185 élus. (Il y a actuellement 923 parlementaires, soit 577 députés nationaux et 346 sénateurs). L’initiative n’est donc pas citoyenne. Par ailleurs, il faudra un soutien sous forme de pétition de 10 % du corps électoral. Soit près de 4, 5 millions de citoyens (il y a 44 472 733 inscrits). Ce seuil est tellement populaire qu’il est inatteignable.

Ces conditions qui seront, semble-t-il, proposées pour l’organisation d’un Référendum d’initiative populaire rendent donc cette procédure de démocratie directe quasiment inapplicable. C’est la démocratie française des faux-semblants et des grandes déclarations médiatiques sans lendemains. La réforme des institutions devient de plus en plus une affaire médiatico-politicienne entre les partis qui s’amusent, sur le dos des citoyens, avec le texte fondamental de notre République.

Nous assistons à des préoccupations d’ordre tactique destinées à faire passer la réforme ; en séduisant les groupes de la majorité présidentielle qui renâclent ou pour piéger le PS (c’est le cas de cette vague proposition de référendum d’initiative populaire).

La Parti socialiste et la gauche pourront-ils refuser l’inscription d’un référendum d’initiative populaire ? La question est là. Comment éviter ce piège ? De fait, il suffirait de prendre au mot le gouvernement et de demander donc un référendum sur la réforme des institutions. Il est clair qu’une révision constitutionnelle (qui concernera plus de 35 articles de cette bible républicaine, ainsi que son préambule selon le rapport de la commission ad hoc présidée par Mme Weill) ne devrait bien évidemment pas être acceptée sans l’approbation des citoyens et donc par exemple à l’occasion d’un référendum d’initiative populaire. Ce devrait être la réponse de la gauche si elle possède encore l’esprit d’à-propos.

Quoi qu’il en soit les grandes manœuvres ont bien commencé et on ne sait pas du tout où cela finira. Peut-être, en étant optimiste, par une démocratie citoyenne et irréprochable ? Quoique toutes ces préoccupations tactiques permettent de douter fortement de la sincérité du projet de révision constitutionnelle.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Tintin Tintin 22 mai 2008 12:02

    Le PS et l’UMP sont incapables de réformer correctement les institutions, c’est comme si on demandait à un syndicaliste de réformer le droit de grève.

    Tant que l’on soigne les effets, on ne traite pas les causes. De quoi souffrent nos institutions ?

    Chacun devrait se poser la question avant d’envisager une quelconque réponse. Réponse qui par ailleurs devrait faire l’objet d’un référendum.


    • non666 non666 22 mai 2008 16:22

      Assez d’accord avec vous.

      Cette reforme constitutionnelle n’est qu’une mascarade de plus, un support de communication qui va servir a Sarkozy et à sa clique a pretendre que la démocratie se porte mieux avec lui....

      Apres la reforme de 2004 qui nous offrait le droit de decider des nouveaux entrants en Europe, du moins en apparence, voici qu’on officialise le fait que finalement, nous ne deciderons plus de rien...

      Il faut dire que de toute façon ce cadeau etait une supercherie qui avait comme durée de vie prévu le temps de la ratification du TCE... Comme nous avons refusé ce texte immonde et que les factieux nous l’ont imposé de force, autand nous retirer le susucre sensé nous faire avaler la pilule.

      De puis les lobbies qui ont soutenu Sarkozy sont préssés par le temps et il devient urgent de faire entrer Israel et Turquie en Europe, avant que le proche orient n’explose, histoire de nous impliquer malgrès nous.

      La democratie n’est plus qu’apparence et notre souveraineté est en train d’etre egorger par ceux qui en ont la garde, grace à la complicité des journalistes qui "gèrent" l’information.

      Alors laissons les faire un peu de cosmétique sur les textes, laissons Sarkozy gesticuler sur cette réforme "majeure" pour se redonner un peu de consistance. Il a besoin de support, de points d’appuis comme de semelles compomsées, pour se grandir...

      Tout cela n’a aucune importance.

      Les preuves de la trahison sont désormais là, devant nous.

      Ils feront entrer la Turquie et israel en Europe, comme ils nous lieront aux etas unis dans une Otan à leur ordre, par ce que c’est ainsi qu’ils avaient planifier la chose.

       

       


    • bernard29 candidat 007 22 mai 2008 12:06

      je suis désolé pour les nombreuses fautes dans mon article , surtout dans le dernier paragraphe. et je vous prie de m’en excuser.


      • La Taverne des Poètes 22 mai 2008 12:49

        Fillon est d’accord avec le référendum d’initiative populaire pourvu qu’il soit rendu inapplicable. Et la grande réforme nécessaire des institutions sera sacrifiée sur l’autel du grand show médiatique, pour de mesquines raisons tactiques ou intéressées. Je paraphrase votre article ou je le reformule, c’est comme on veut, mais c’est juste pour dire que je suis d’accord avec son contenu.


        • Laurent_K 22 mai 2008 13:08

          Votre article montre bien l’hypocrisie de la proposition de référendum d’initiative populaire/citoyenne et à quels niveaux nos élus raisonnent : celui de leurs intérêts et certainement pas ceux de leurs électeurs.

          De toutes façons, comment croire que des gens qui ont avalé sans dire mot le traité de Lisbonne pourraient sortir quelque chose de démocratique ? Quand ils avaient l’occasion de vraiment faire évoluer les choses, ils se sont plongés dans la fange. Qu’ils y restent !

          Et sans mon vote désormais.

           


          • wiztricks 22 mai 2008 14:34

            Comme il faut 3/5 des voix pour qu’un tel projet passe, l’UMP ne peut voter seul le projet... Cela donne matière à négocier les voix de certains députés PS si le président souhaite que la réforme passe.

            Après c’est un jeu de tractations : le gouvernement veut bien lacher des trucs sans conséquence alors que le PS aimerait qu’il y ait un peu plus de viande... Dans les deux camps, il s’agit de sauver la face...

            Nous pourrions réver d’un PS qui sache réunir ses députés dérrière une position dure... Genre :

            "Voilà, nous reconnaissons que le projet présente quelques avancées mais les conditions dans lesquelles vous réformez la France depuis un an font que nous ne pouvons pas vous faire une telle concession quelques soient les contreparties que vous nous proposez.

            Nous vous proposons de remettre l’examen de ce texte à l’année prochaine. Nous nous engagons à ne pas nous y opposer si des avancées signficatives dans les débats nécessaires aux réformes de la société que vous imposez."

            Pour autant qu’il soit motivé, cela n’en reste pas moins un ultimatum et la suite des évènements, c’est tous à la manif et une grève générale...

            Un projet et la force de le porter voilà ce qui fait défaut.

            - W


            • sisyphe sisyphe 22 mai 2008 15:02

              D’accord avec cet article.

              Ce n’est, hélas, toujours pas sur nos parlementaires qu’on peut compter pour une inflexion plus réellement démocratique de la constitution.

              Faudra-t-il l’imposer ? Probablement, et de quelle façon ?

              Tous les moyens d’action sont à envisager...


              • kako 22 mai 2008 16:55

                Une fois de plus on se rend bien compte que l’opposition représentée par le PS n’est qu’une façade. Tant qu’elle y trouve son compte et donne au public l’impression qu’elle joue son role, elle accepte n’importe quoi.

                Le PS est de moins en moins crédible ; si c’était le cas, super Sarko ne paraderait pas comme il le fait. Il se permet de dire n’importe quoi sans que les socialistes ne le comtredisent ; ou alors de manière si molle ...

                Quand je pense aux intentions qui ont été prêtées à Chavez lors du référendum qu’il a initié pour réviser la constitution du Vénézuéla !!!

                Mais lui au moins il a eu le courage de faire un référendum !!!

                La France grand pays démocratique, grand donneur de leçons de démocratie aux autres, ratifie des traités que le peuple a refusés, par la voie parlementaire ; s’apprête à modifier sa constitution sans que ce même peuple n’aie son mot à dire ; met en place, grace au passeport biométrique, une base de données permettant de ficher tous les citoyens même dans les tréfonds de leur intimité ; impose des tests ADN aux immigrés africains etc...etc...

                Ou est donc passé l’esprit frondeur des français ? Il n’y a plus dans ce pays que des tièdes ; des poivres et sels. On vit aujourd’hui dans une république de médiocres, à commencer par le premier d’entre nous. Et on comprend pourquoi il veut liquider l’esprit de mai 68 ; car en mai 68 le peuple a osé se rebeller contre le pouvoir, contre les classes dominantes, véritables sangsues de l’économie ; contre cette société bloquée où les perspectives d’avenir semblaient aussi sombre qu’aujourd’hui.

                Le temps est venu d’un "nouveau mai 68" ; mais la France a changé et la lâcheté est devenue une vertu.


                • Laurent_K 22 mai 2008 19:00

                  1°) Je ne pense pas qu’il faille idéaliser mai 68. Surtout quand je vois ce que sont devenu les Daniels Cohn Bendit, Serge July et compagnie. Ils étaient certains d’avoir raison en 68, ils ont complètement changé d’orientation maintenant mais sont toujours certains d’avoir raison.

                  2°) La peur ou comme tu dis la lâcheté ne vient pas sans raison. En 1968, se révolter n’avait pas les mêmes conséquences que maintenant. Tu perdais ton emploi un jour, tu pouvais en retrouver un le surlendemain. Plus vraiment le cas maintenant.

                  3°) Les révolutions ont souvent lieu non pas au pire de la crise mais quand on commence à remonter un peu. C’était déjà le cas en 1789 (moins pire que 1788 au niveau disette, moins dure que Louis XIV et XV au niveau politique). pour le moment, nous nous enfonçons.

                  4°) Les Français sont des latins. Ils encaissent, ils encaissent et explosent d’un coup. Pour le moment, on encaisse et on accumule de la colère. Beaucoup. Et j’ajouterai que nos voisins européens sont dans le même bain que nous. Pas sûr qu’on soit les premiers à exploser.

                   


                • Fergus fergus 22 mai 2008 17:33

                  Pas sûr que cette réforme contitutionnelle soit vouée à l’échec : 17 parlementaires de gauche, dont Valls (au fait, est-il encore socialiste ?), Le Guen ou Gorce s’y sont déclarés favorables, au motif qu’elle contient des avancées. Et tant pis si l’égalité du temps de parole ou le rééquilibrage du mode de scrutin sénatorial passent à la trappe ! En fait, c’est un peu comme si des élus de gauche approuvaient un programme de droite au motif que ce programme contient ici et là des points positifs alors qu’il entérine de scandaleuses inégalités. Encore bravo à Valls et ses amis !


                  • Laurent_K 22 mai 2008 19:05

                    Il me semble aussi que des députés de droite se prononcent contre, ça rééquilibre un peu.

                    Mais encore une fois, rien à attendre de ces pourris de l’UMPS.


                  • HELIOS HELIOS 22 mai 2008 22:56

                    Quand je pense que Valls me semblait être un homme politique de qualité. J’ai failli me laisser abuser.

                    Interressant donc ce qu’il est en train de se passer. je rajoute de nouveaux noms a ma liste noire....


                  • bernard29 candidat 007 22 mai 2008 23:26

                    Le député Valls est impayable. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi certains le présentent comme l’avenir du PS. On peut quand même se souvenir de sa déclaration lors du référendum sur le TCE qu’il pourfendait au début . Puis il a retourné sa veste, lors du débat, avec une phrase mémorable. "j’étais pour le non, mais puisque la majorité est pour le oui, je suis pour le oui ". Puis surprise c’est le non qui a gagné. C’est pas pour celà qu’il y a une remise en cause quelconque. C’est d’ailleurs depuis que Monsieur est devenu incontournable dans notre médiacratie ; il cause et donne son avis à tout moment et sur n’importe quoi, n’importe qui, mais de préférence à la télé.

                    On a affaire à une sacrée équipe. !! Les surprises ne sont pas terminées.

                    A ce qu’il paraît , un amendement opportuniste dans l’article 2 de la constitution, reconnaissant l’appartenance des langues régionales dans le partimoine national vient d’être adopté, Déjà en Bretagne c’est un concert de louanges et il est tout à fait possible que ça ne détourne certains de la vraie question de la reforme qui concerne la "modernisation de la constitution. "

                    En tout cas, toutes ces tractations de palais ne sont pas dignes d’une vraie démocratie. 


                  • Francis Francis 23 mai 2008 00:33

                    Paroles de spécialiste ! On se demande qui était Président de la République avant Mitterrand !


                  • bernard29 candidat 007 23 mai 2008 01:24

                    Dernière nouvelles ;  LE RIP référendum d’initiaitive Populaire ???

                     

                    PARIS (AFP) 23 mai à 1 H 00 - L’Assemblée nationale a entériné une disposition du projet de réforme des institutions interdisant au président de la République d’effectuer plus de 2 mandats consécutifs."Nul ne peut être élu plus de deux fois consécutivement", prévoit le texte de loi constitutionnelle amendé........... ET .............
                     

                    LE RIP ( référendum d’initiative Populaire au lieu du RIC ’ référendum d’intiative citoyenne !!)
                     

                    "L’Assemblée nationale a également décidé, à l’unanimité des groupes politiques, d’instaurer un référendum d’initiative populaire, dans le cadre du projet de loi constitutionnelle.

                     

                    Un référendum peut être organisé à l’initiative d’un cinquième des membres du Parlement soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales, prévoit le texte adopté."

                    Voilà c’est fait ; le tir est parti .

                     


                    • non666 non666 23 mai 2008 17:48

                      Remarquons au passage la manipulation puisque "d’initiative populaire" le referendum revient en fait, à une "initiative" du parlement....

                      Degrossissons à la hache pour les mal-comprenants : le parlements(pouvoir legislatif) se donne le droit de faire voter les français par referendums pour des lois ou des reformes constitutionnelles qu’il a de toute façon le droit de faire voter en interne...

                      Quel est la gain du "peuple" , de la democratie directe ? : Neant

                      Quel est l’utilité de donner au pouvoir legislatif le droit de deleguer son propre pouvoir ? : neant...

                      Une reforme cosmetique qui ne sera utilisée que pour les sujets secondaires donnés gagnant par les sondages.

                      Tiens j’en suggere quelques unes qui serviront surement ; service minimum , plein pouvoir au lobby sarkosien en cas d’emeutes ....

                       

                       


                    • Internaute Internaute 23 mai 2008 11:07

                      L’appellation est trompeuse. Il ne s’agit pas d’un référendum d’intiative populaire mais dont l’initiative est réservée au parti d’opposition, ce qui est trés différent.

                       Vu les conditions draconniennes posées, seul le PS (ou l’UMP en cas d’alternance) peut proposer un référendum. C’est donc complètement bidon. Il est exclu qu’un mouvement populaire, organisé par des forces exétrieures aux grands partis politiques, puisse proposer un référendum.

                       Cette cacahuète est lancée au dernier moment au PS en espérant qu’ils vont ainsi voter la réforme inique de la constitution et l’entrée de la Turquie dans l’Europe, en attendant celle de l’Israël.


                      • bernard29 candidat 007 23 mai 2008 18:48

                        Voici comment l’AFP présente la chose.

                        l’Assemblée a adopté cette semaine des mesures phare, dont le référendum d’initiative populaire.

                        Fortement encadré - il doit être présenté par 1/5ème des parlementaires avec le soutien de d’1/10ème des électeurs - ce référendum répond à une revendication forte de la gauche et des centristes.

                        Il faisait partie des 100 propositions de la candidate PS à la présidentielle, Ségolène Royal : la possibilité, pour des citoyens ayant recueilli un million de signatures, de demander l’examen d’une proposition de loi.

                        A l’exception de 10 UMP, les 5 groupes de l’Assemblée, UMP, NC, SRC (PS et Radicaux), GDR (PCF et Verts), se sont retrouvés pour voter ce dispositif.

                        Non prévu dans le texte gouvernemental, il concrétise, après, notamment, la reconnaissance des langues régionales, une promesse de l’exécutif pour emporter l’adhésion des centristes et socialistes.

                        "C’est un progrès indéniable", s’est réjoui Arnaud Montebourg, qui pilote la réforme au groupe PS, saluant l’invention d’un "outil de mobilisation des citoyens qui pourront se prononcer sur des enjeux de sociétés de premier plan comme les OGM".

                        --------------------------------

                        Il y a une grosse erreur ; 

                        La proposition de Ségolène était de 1 millions de signatures, or dans la proposition actuelle il faut l’initiative de 185 parlementaires soutenue par 4, 5 Millions de signatures de "pékins."

                        de qui se moque t’on ?

                        Et Montebourg qui insiste " outil de mobilisation des citoyens qui pourront se prononcer..."  Il en devient débile. !!!  C’est pas étonnant qu’il ait laissé tombé sa VI éme République pour bénéficier des privilèges des cumulards de la Véme. !


                      • Djanel 25 mai 2008 04:11

                        par candidat 007 (IP:xxx.x3.150.195) le 24 mai 2008 à 11H20

                         
                        Vous faites des phrases et des phrases pour ne rien dire. Soyez un peu plus clair parce que l’on voit bien que nous ne savez pas, ni ce que vous dites, ni où vous allez.

                      • Djanel 25 mai 2008 04:13

                         

                        Candidat 007, je me permets de reposter ce commentaire sur votre fil pour être certain que vous le lisiez et pour lui donner toute sa signification, j’ai aussi republié votre commentaire auquel celui-ci répond.

                        .

                        .

                         

                        J’en ai vu beaucoup des militants comme vous passer dans ma vie, je n’en ai pas retenu beaucoup parmi mes amis. Vous formulez contre moi un jugement de valeur négatif sans argumenter. Vous me dites soyez un peu plus clair comme si je devais tout vous expliquer et avec votre niveau de compréhension, je crains qu’il me soit encore nécessaire de vous expliquer que cette explication est une explication de l’explication d’une autre explication. Autrement dit, je n’en finirais pas de vous expliquer que … abrégeons, s’il vous plait.

                         

                        C’est donc à vous de faire un effort pour comprendre. D’abord comme vous pouvez le constater ici, il n’y a pas grand monde à s’intéresser à la réforme de la constitution et vous vous permettez par vos jugements à l’emporte-pièce d’agresser une des rares personnes à s’y intéresser et qui laisse des commentaires. C’est un travail assez difficile pour un profane comme moi de rédiger des textes sur le droit constitutionnel. Vous auriez pu en tenir compte dans votre jugement mais vous fonctionnez comme un aristocrate cynique qui ne voit dans le peuple que pourriture et ignorance.

                         

                        Je suis certain que ce sont les premières phrases de mon commentaire qui vous ont fait réagir parce que je vous ai reproché de vous servir d’un argument de Sarkozy. En effet lorsque vous dites que cette constitution doit être modernisée vous dites en même temps qu’elle est obsolète ou dépassée. Cette idée que la cinquième république n’est plus valable, ce sont les abrutis du PS qui l’ont introduite dans l’opinion publique avec l’action d’un Montarebours qui a milité pour la VI ieme république longtemps avant les élections et Royal durant sa campagne électorale a repris l’idée faute d’avoir de meilleures idées. Sarkozy en fit autant en disant qu’il fallait moderniser la constitution si bien qu’aujourd’hui l’opinion publique est convaincue que cette réforme est nécessaire.

                         

                        C’est pour cette raison que la majorité des français laisse faire les politiques en leur faisant confiance. La grande tromperie est encore venue du parti socialiste avec le recrutement par Sarkozy de Jack Lang en lui donnant le titre ronflant de vice-président, ainsi l’idée qu’il y a un consensus entre le PS et l’UMP pour réformer la constitution est acquise dans l’opinion car la réunion de ces deux partis forme la majorité absolue dans le pays ce qui donne l’impression que tout le monde est d’accord sur cette réforme.

                         

                        Mais non, car je ne suis pas d’accord avec cette réforme et j’ai cru comprendre que vous l’étiez aussi. Alors expliquez moi maintenant votre hostilité vis-à-vis de mon commentaire.

                         

                        Je vous suggère de le relire plus attentivement. Je sais que ce n’est pas de la grande littérature mais en quinze lignes Monsieur, je vous ai cité un article de la constitution et dit en reprochant au parti socialiste de ne pas avoir signalé qu’il y avait eu un manquement au respect de la constitution, Monsieur … essayez donc d’être plus court que moi pour signifier la même chose.

                         

                        Avorton de militant. Vous êtes nouveau rédacteur et vous n’avez pas l’air de bien me connaître.

                         

                        Je me présente Djanel chasseurs de trolls sur AVox ceux qui ne me craignent pas, finirons par mordre la poussière. Ma spécialité la provocation … et après qu’on ait réagit, le coup de masse pour écrabouiller les ridicules.

                         

                        Putain de merde de cornichons avariés, j’ai encore été trop long pour votre petite cervelle.


                      • bernard29 candidat 007 25 mai 2008 10:39

                        Cher Djanel,

                        "Putain de merde de cornichons avariés, j’ai encore été trop long pour votre petite cervelle."

                        C’est exactement celà . Vous commencez à comprendre et à vous exprimer correctement. 

                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès