Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Intentions de vote : le mois de mars en 23 sondages

Intentions de vote : le mois de mars en 23 sondages

Mélenchon perce, Sarkozy remonte, Hollande et Le Pen baissent

PNG - 20 ko

La date fatidique du premier tour de l'élection présidentielle approchant, les sondages d'intentions de vote se sont multipliés. Alors que 16 enquêtes avaient été menées en février, c'est au total 23 sondages qui ont été rendus publics durant le mois de mars ! Il y a de quoi faire, surtout que je ne tiens toujours pas compte, dans ce compte-rendu, du "rolling" quotidien Ifop/Paris Match.

Sur ces 23 enquêtes publiées par l’Ifop, TNS Sofres, Ipsos, LH2, Harris Interractive, OpinionWay, BVA et le CSA, les dix candidats obtiennent en moyenne les intentions de vote suivantes :

- François Hollande : 28,5 %

- Nicolas Sarkozy : 27,3 %

- Marine Le Pen : 15,6 %

- François Bayrou : 12,4 %

- Jean-Luc Mélenchon : 11,1 %

- Eva Joly : 2,4 %

- Nicolas Dupont-Aignan : 0,9 %

- Nathalie Arthaud : 0,5 %

- Philippe Poutou : 0,5 %

- Jacques Cheminade : 0,06 %

Principaux enseignements :

Le duel Hollande/Sarkozy se précise. Avec les marges d'erreur, les deux dandidats du PS et de l'UMP sont dans un mouchoir de poche. Grosso modo, Hollande se situe entre 25,5 et 31,5 % d'intentions de vote, et Nicolas Sarkozy entre 24,3 et 30,3 %. Le président sortant a donc réussi son pari de rattraper sur retard sur son principal adversaire. Plusieurs enquêtes publiées à la fin du mois le donnaient même en tête au premier tour. Mais cette performance de premier tour, qui se fait comme en 2007 au détriment du FN, semble ne pas envoir entraîné de dynamique au second tour, Hollande étant systématiquement donné vainqueur avec des scores compris entre 53 et 58 %, bien que cette marge avait tendance à se réduire au cours des deux dernières semaines.

Marine Le Pen poursuit sa chute dans les sondages. Elle est désormais créditée d'un score tout à fait traditionnel pour le FN à une élection présidentielle, son père, Jean-Marie Le Pen, ayant obtenu 14,4 % des voix en 1988, puis 15 % en 1995, 16,9 % en 2002 et 10,4 % en 2007. Avec application de la marge d'erreur, Marine Le Pen se situe entre 12,6 et 18,6 % d'intentions de vote. Elle n'est donc selon toute vraissemblance pas assurée d'accéder à la troisième marche du podium, et encore moins d'accéder au second tour. Notons une fois encore que les sondages ont toujours été assez maladroits avec le FN. En 2002 Jean-Marie Le Pen avait été sous-estimé d'environ quatre points, avant d'être surestimé d'environ cinq points en 2007. Au cours du mois de mars les différents instituts ont d'ailleurs publié des chiffres assez dissenblables concernant les intentions de vote de sa fille : de 13 % d'après BVA (21 & 22 mars) à 18 % d'après Harris Interractive (1 & 5 mars). On relève toutefois une tendance à la baisse plus prononcée vers la fin du mois, et ce tous institus confondus.

François Bayrou stagne. Le président du MoDem reste scotché à une moyenne mensuelle de 12,4 % d'intentions de vote. Il n'a donc pas profité d'une envolée de dernière minute comme en 2007, et ses chances de qualification pour le second tour semblent sérieusement compromises. L'extrême volatilité de ses électeurs potentiels (plus de la moitié indiquent régulièrement pouvoir encore changer de choix) semble l'éloigner des 18,6 % obtenus au premier tour lors du scrutin précédent. Il semblerait en outre que le forfait de Dominique De Villepin ne lui ait pas profité, contrairement à ce qu'il espérait. François Bayrou, après avoir profité d'une légère poussée au début du mois (15 % des intentions de vote d'après le sondage LH2 des 2 & 3 mars), semblait en perte de vitesse lors des deux dernières semaines, atteignant un minimum de 10 % le 27 (TNS Sofres). Avec application de la marge d'erreur, le candidat centriste peut espérer obtenir un score compris entre 9,4 et 15,4 % des voix.

Jean-Luc Mélenchon s'envole. Le candidat du Front de gauche est parvenu à transpercer le plafond de verre que représente la barre des 10 %, allègrement franchie avec une moyenne mensuelle de 11,1 % des intentions de vote. Jean-Luc Mélenchon a connu une progression continue tout au long du mois, passant de 8 % le 3 mars (BVA) à 15 % d'intentions de vote le 31 mars (LH2). La percée est particulièrement sensible au cours des deux dernières semaines, deux instituts (LH2 et BVA) le donnant même en troisième position, devant Marine Le Pen et François Bayrou. Avec application de la marge d'erreur, Jean-Luc Mélenchon peut compter sur une fourchette d'intentions de vote comprises entre 8,1 % et 14,1 %. Il se retrouve donc au coude-à-coude avec Bayrou et Le Pen, alors qu'il plafonnait encore à 9,5 % d'électeurs potentiels en février. Si cette poussée se confirme, Jean-Luc Mélenchon aura réalisé la meilleure performance pour un candidat issu de la gauche hors-PS depuis la présidentielle de 1981 et les 15,3 % du communiste Georges Marchais.

Les autres candidats semblent condamnés à la marginalité. Eva Joly cède encore du terrain avec une moyenne mensuelle de 2,4 % des intentions de vote et des scores compris entre 1 % (CSA 12 & 13 mars) et 4,5 % (LH2 2 & 3 mars). La candidat écologiste devra donc sérieusement envisager un non-remboursement de l'essentiel de ses frais de campagne. Nicolas Dupont-Aignan échoue de peu à atteindre la barre des 1 % d'intentions de vote mensuelles et n'a pour l'instant pas réussi à construire une alternative de droite crédible à Nicolas Sarkozy. Enfin les candidats des partis d'extrême-gauche, Nathalie Arthaud pour LO et Philippe Poutou pour le NPA peinent à convaincre, avec 0,5 % d'intentions de vote en moyenne chacun. Reste enfin la candidature plus qu'anecdotique de Jacques Cheminade, qui devra probalement attendre plusieurs années avant de convaincre un nombre significatif d'électeurs d'approuver ses projets de colonisation de la Lune et de la planête Mars...

Rendez-vous la veille du premier tour pour un ultime bilan. Je publierai par la suite une nouvelle note destinée à évaluer le degré d'exactitude de ces sondages.


Moyenne des avis sur cet article :  2.08/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • musashi 4 avril 2012 12:32

    Dommage j’ai l’impression qu’on risque que de se repayer l’UMPS.....

    Dommage on avait avec Bayrou et son référendum sur la vie politique le moyen de changer beaucoup de chose dans notre démocratie et notamment avoir 25% de proportionnelle, reconnaissance du vote blanc, baisse du nombre d’élus, fin du cumul des mandats entre autres...


    • Alan C. Alan C. 4 avril 2012 18:00

      Dommage que certains n’utilisent Agoravox que pour faire de la propagande pour leur candidat.


    • musashi 4 avril 2012 22:35

      Vous êtes sévère avec Agoravox, il n’y a pas que de la propagande...parfois, même si c’est difficile, on arrive à débattre des problèmes de fond de cette présidentielle : pouvoir d’achat, (re)industrialisation, dette, moralisation de la politique, etc...
      ça permet de remonter un peu le niveau de cette campagne où les médias ne font que parler et commenter les sondages...


    • CARAMELOS CARAMELOS 7 avril 2012 01:04

      Effectivement l’objectivité est parfois très malmenée !!


    • Romain Desbois 4 avril 2012 12:34

      Premiers enseignements ?????

      Quels enseignements pouvez vous avoir à partir de données fausses ?

      A tout prendre je préfère encore Élisabeth Teissier.

      Le seul enseignement que l’on peut avoir c’est l’on nous manipule avec ces chiffres, car bien que 100% bidons ils influencent les votes et violent la démocratie.


      • Brath-z Brath-z 4 avril 2012 12:46

        On peut tirer des enseignements à partir de toutes sortes de données. Le titre de l’article est « intentions de vote : le mois de mars en 23 sondages », par conséquent la démarche de l’auteur est une analyse de l’évolution des sondages électoraux sur un mois et ne prétend pas autre chose que cela.
        C’est une démarche légitime (et infiniment moins pernicieuse que celle de bien des journalistes politiques qui, l’œil rivé sur les sondages, fonctionnent dans le court terme voire l’instantané, cultivant le spectaculaire) quoiqu’on pense des sondages, de leur théorie, de leurs méthodologies et de leur pouvoir de prescription.


      • Romain Desbois 4 avril 2012 13:42

        De quelle évolution des intentions de vote vous parlez, de celle données dans les sondages ?

        On ne peut tirer aucun enseignement de données fausses.

        Et à supposer que cela ne soit pas grave qu’elles soient fausses, il n’est même pas tenu compte de la marge d’erreur de 4% que les sondeurs eux mêmes reconnaissent.

        Non cette analyse ressemble à une course de petits chevaux et n’a pas plus de valeur .


      • Romain Desbois 4 avril 2012 13:44

        Pardon je fais amende honorable, l’auteur signale la marge d’erreur.


      • Brath-z Brath-z 4 avril 2012 14:42

        L’expression même « intentions de vote » n’a pas de sens en soi. Ici, il est question des sondages et de rien d’autre. C’est critiquable, mais à partir du moment où c’est le cadre d’analyse qui a été choisi par l’auteur, sa démarche est totalement légitime. Il ne prétend pas prédire ce que seront les résultats le 22 avril, contrairement à ce que font des journalistes qui se fondent sans recul sur des sondages assimilés à des prédictions, que je sache.


      • Romain Desbois 4 avril 2012 17:35

        Brath-z

        Je reprends juste une phrase de l’article : "Avec application de la marge d’erreur, Jean-Luc Mélenchon peut compter sur une fourchette d’intentions de vote comprises entre 8,1 % et 14,1 %"

        Ce n’est pas une analyse de sondage, c’est bien une déduction tirée du sondage.


      • Brath-z Brath-z 4 avril 2012 19:31

        L’auteur par de « fourchette d’intentions de vote », pas de « résultat compris dans une fourchette ».


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 4 avril 2012 19:44

        Le problème des fourchettes d’intentions de vote sont qu’elles donnent des résultats à la louche.J’veux pas mettre mes pieds dans le plat ,mais c’est à prendre avec des petites cuillères !!!


      • Romain Desbois 4 avril 2012 12:37

        Mince, je viens de voir votre CV
        « Etudiant en Master de Sciences de gouvernement comparées à l’Institut d’études politiques de Grenoble.  »

        Et là je frémis . et l’on s’étonne du marasme de nos politiques !

        C’est affligeant.


        • ARMINIUS ARMINIUS 5 avril 2012 09:31

          Assez d’accord, avec tous ces étudiants en masters de toutes sortes la France devrait être au top, hors elle est dans le trente-sixième dessous...cherchez l’erreur !


        • Tall 4 avril 2012 12:44

          Les pronostics qu’on pourrait faire sur base des sondages vont être déjoués par l’abstention et les vacances de Pâques qui donneront l’avantage aux électeurs les + motivés.



          • Cortomaltese Cortomaltese 4 avril 2012 13:50

            Bonjour Tall,


            Exact et les plus motivés sont aussi les plus militants donc.....

            En plus, pour un très grand nombre partir a Pâques alors qu’ils n’arrivent même pas a boucler leurs fins de mois pffffff

            Amicalement

          • Tall 4 avril 2012 15:55

            Salut Cortomaltese .... oui, c’est bon pour Melenchon, ça


          • Alan C. Alan C. 4 avril 2012 17:58

            Certains scrutins ont déjà eu lieu en périodes de vacances et n’ont pas influencé plus que ça le niveau d’abstention. Les gendarmeries et les services municipaux parlent d’un grand nombre de démarches de procuration ces dernières semaines, donc les gens qui savent déjà qu’ils vont partir en vacances prennent leurs précautions.

            Par ailleurs l’organisation des européennes, des régionales et des cantonales hors périodes de congés n’a pas enrayé outre le mesure la flambée de l’abstentionnisme...

            Et une fois encore je ne formule aucun pronostic dans cet article. Vous remarquerez qu’à la fin de mon propos j’ai mentionné mon intention de confronter les chiffres de ces sondages aux résultats réels de l’élection. Qui vivra verra !


          • Constant danslayreur 4 avril 2012 14:00

            So far,

            En dépit d’une nette progression dans les intentions de vote du 1er tour (il dépasse Hollande depuis plus d’une semaine), Sarkozy ne bouge pas à 46-47 au second.

            http://www.sondages-en-france.fr/sondages/Elections/Pr%C3%A9sidentielles%202012


            • Constant danslayreur 4 avril 2012 14:01

              Bouton 2ème tour en haut à droite du tableau


            • Romain Desbois 4 avril 2012 14:13

              On dirait un commentaire sportif.

              Elle est belle notre république


            • Constant danslayreur 4 avril 2012 14:21

              Tout-à fait Thierry,
              D’ailleurs sans aller jusqu’à dire que votre république serait belle, je confirme qu’elle a des traits plutôt réguliers

              Quant à savoir avec qui elle va se maquer et même si j’ai ma petite idée, je ne peux pas le dire Thierry, vu que

              cela ne nous regarde pas...

              Ras-le cul des maitres d’école donneurs de leçon à la noix


            • Constant danslayreur 4 avril 2012 14:26

              D’ailleurs il n’y a pas que votre république à être belle, votre langue aussi... boursouflure va !


            • Romain Desbois 4 avril 2012 16:28

              Vous n’êtes pas obligé d’insulter pour vous exprimer.
              Dites moi votre nom , il est de naissance ?


            • Constant danslayreur 5 avril 2012 10:05

              Insulter ? Où lisez-vous que je vous insulterais ?

              Maître d’école est un compliment, ça ne peut pas être ça

              Donneur de leçons non plus, puisque c’est carrément une obligation professionnelle chez les pédagogues de métier,

              La noix c’est très bon et boursouflure une seconde nature chez vous, alors non je ne vois d’insulte nulle part.

              Quoique… peut-être bien que si finalement, je vous accorde volontiers que votre décret royal condamnant un commentaire dont vous ignorez tout le background, commis par un intervenant que vous connaissez encore moins et dans un contexte qui vous échappe complètement, dénote en effet chez vous de capacités d’analyse de très haute facture (contrairement aux autres n’est-ce pas), puisque vous êtes en mesure, de comprendre, analyser, prendre tout le recul nécessaire, faire les recoupements qui s’imposent, juger puis enfin énoncer votre verdict version marbre, sur la base d’une quantité phénoménale d’informations spécialement apprêtées pour l’aide à la décision et qui tiendrait sur une centaine d’octets.

              Je disais donc que sachant cela, élever votre science jusqu’au niveau d’un sketch des inconnus, relève effectivement de l’insulte. L’insulte à l’intelligence pour être précis, vous ne devriez donc pas du tout vous sentir concerné et pour cause…

              Quant à votre question sur mon nom, encore une fois il y a intérêt à être précis.

              Si mon nom dans le civil, je l’ai depuis ma naissance ? Je ne sais pas répondre à ce genre de question, ma mémoire ne remontant pas aussi loin, hélas, je réclame l’indulgence du jury et s’il le faut asile à l’église

              Si plus probablement, vous confondez entre nom et pseudonyme tout en croyant faire de l’esprit sur le mien de pseudonyme, alors que dire... vous êtes décidément beaucoup trop fort pour moi 


            • lloreen 4 avril 2012 15:30

              Une ONG porte plainte contre Sarkozy pour faux et usage de faux.
              La seule radio qui accepte d’évoquer le fait est une radio africaine...

              http://www.blogtalkradio.com/radio-la-voix-d-afrique/2012/03/31/les-grandes-interviews

              En France, l’association SOS Justice porte plainte pour empêcher la réélection de Sarkozy.
              Vous pouvez vous associer à cette plainte devant le tribunal de votre juridiction et /ou signer la pétition en ligne.

              Pétition en ligne
              http://www.dossiers-sos-justice.com/archive/2012/03/27/petition-plainte-contre-nicolas-sarkozy-de-nagy-bocsa-dit-ni.html

              Le dossier de la plainte
              http://www.dossiers-sos-justice.com/archive/2012/03/18/affaire-nicolas-sarkozy-de-nagy-bocsa-dit-nicolas-sarkozy-op.html


              • Al West 4 avril 2012 15:40

                Je me pose une question depuis pas mal de temps, et j’ai d’ailleurs eu l’occasion de poser la question à pas mal de mes proches qui m’ont tous répondu par la négative.

                Quelqu’un a-t-il déjà participé à un sondage sur les élections ? J’ai regardé sur le site du CSA, depuis 2 ans, ils ont à la louche interrogé 50 000 personnes par téléphone. Toujours à la louche, il doit y avoir une dizaine d’instituts de sondage différents, ça doit faire aux alentours de 500 000 personnes interrogés sur 40 millions d’électeurs. 1% de personnes interrogées environ donc, c’est pas mal...

                Donc quelqu’un a-t-il déjà reçu un coup de fil à ce propos ? Merci.


                • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 4 avril 2012 16:00

                  En 2010 j’ai été sondé par téléphone juste avant les élections Européennes. On m’a demandé mon avis sur l’action et le bilan de Sarkozy. J’avais le choix entre satisfait, très satisfait, mécontent, très mécontent, sans opinion.

                  Durant cinq minutes j’ai répondu « très mécontent » ou « mécontent » puis la fille m’a annoncé sans rire qu’elle ne pouvait pas enregistrer mes réponses à cause d’un problème informatique.

                  Sinon, à part ça, je ne connais personne autour de moi ayant participé à une étude d’opinion.


                • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 4 avril 2012 16:07

                  Mea culpa.

                  J’ai un pote dans le sud qui a été interrogé l’année dernière sur ses préférences en matière de radio (RTL, France Inter, etc). Au terme de l’enquête on lui a signifié que ses réponses ne pouvaient pas être retenues parce qu’il écoutait la radio moins d’une heure par jour.


                • Al West 4 avril 2012 16:28

                  Ahah, merci pour ce témoignage Peachy, ça ne m’étonne qu’à moitié. Le système informatique d’IFOP semble être influé par l’opinion de l’interlocuteur. La physique a encore beaucoup à apprendre.


                • mojique mojique 4 avril 2012 21:47

                  Faut-il être enregistré sur une base de données de sondage pour être sondé ? Merci


                • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 5 avril 2012 01:30

                  Il faut apparaître dans les pages blanches.


                • CARAMELOS CARAMELOS 7 avril 2012 01:14

                  Rire : Il faut écouter la radio au moins une heure.
                  Laquelle ? Quels programmes ? A quelle heure ? 
                  Sincèrement il faut une bonne dose d’abnégation pour écouter la radio durant une heure : 
                  50 minutes de pub - 5 minutes d’info - 5 minutes de potins.
                  On peut ainsi s’étonner de la fiabilité des sondages. 


                • sdzdz 4 avril 2012 15:45

                  Le problème de N.Dupont-Aignan, c’est qu’il a refusé de débattre avec d’autres souverainistes et indépendantistes, s’imaginant qu’il pouvait la jouer en solo... Il n’a même pas de porte-parole à ma connaissance ! Au final, il progresse peu dans la qualité de ses argumentaires, l’IRC et l’UPR ayant d’ailleurs suffisamment souligné l’absence de procédure de sortie de l’UE dans son discours. En plus il nous propose aujourd’hui l’euro-Franc... qui existe déjà ! Seule la négociation sur la parité Franc-Mark serait donc mise sur la table.


                  Il n’a pas dans son programme d’éléments suffisamment saillants pour percer, il ne propose pas de vision du monde.


                  • ctadirke 4 avril 2012 16:09

                    Il faut être conscient que lorsque Mélenchon monte dans les sondages, parce qu’il « récolte » démagogiquement, aussi quoique pas seulement, du côté des abstentionnistes peu cultivés politiquement, il fait automatiquement baisser le pourcentage de tous les autres autres ; ce qui n’est pas bon pour Hollande qui doit faire le score le plus impressionnant possible au premier tour.

                    Mais ça, ce sera précisément dans la réalité du dit premier tour qui, une fois de plus, démontrera l’inutilité et même la nocivité des petits candidats qui n’ont aucune chance.

                    C’est une élection d’un président, pas une offre de tribunes aux frais du contribuable à des inéligibles quelle que soit la pertinence de l’un ou l’autre point de leur programme.

                    Quoiqu’il en soit, dans la non réalité actuelle, qui prend les sondages au sérieux n’est pas sérieux ; déjà parce qu’il ne sont pas  fait sérieusement et que leurs résultats sont « trafiqués » avant la publication et les maladroits commentaires.

                    Mais il est un fait que les sondages influencent une partie des "veautants et que ça peut regrettablement fausser le résultat, y compris du premier tour.

                     Il serait intelligent et logique de les interdire - privés ou publics - totalement trois mois avant les élections, mais comme les gros instituts sont des illusionnistes et aussi riches pourvoyeurs de fonds de campagne et que nous vivons en médiocratie pourriticienne …..


                    • pseudopouragoravox 5 avril 2012 01:56

                      Ce sont les sondages qui nous indiquent dans une large mesure qui sont les éligibles et qui ne le sont pas.

                      Comme vous le soulignez justement, les sondages influencent les votants, donc la façon dont ils répondent aux sondages.

                      Il n’est donc pas possible de savoir dans l’absolu qui est éligible et qui ne l’est pas.

                      Il faudrait non seulement interdire les sondages, mais également anonymiser les programmes et les candidats, pour éviter que les électeurs choisissent en fonction de l’idée qu’ils se font de l’éligibilité de tel ou tel candidat.


                    • mike gallantsay 5 avril 2012 02:59


                      « ...l’inutilité et même la nocivité des petits candidats qui n’ont aucune chance. »

                      Et qui décidera de la taille du candidat je vous prie ? Qui tranchera pour savoir lequel a une chance et lequel n’en a pas ?

                      Une commission de sages, peut-être ? Dont il va de soi que vous feriez partie, tant vos compétences vous distinguent des abstentionnistes peu cultivés, qui feraient mieux de rester chez eux plutôt que d’affaiblir la position du mirifique candidat Hollande ― salauds de pauvres !―lequel se doit de faire le score le plus impressionnant possible au premier tour.

                      Pourquoi, au fait ?

                      C’est emmerdant cette histoire d’élections hein ? Alors qu’il serait si simple et si raisonnable de décider qui sera la conducator quinquennal dans le confort feutré d’un diner au Siècle. Entre gens cultivés et de bonne compagnie. Une fois que l’on saurait ce qu’en pense Olivier Dassault, Claude Bébéar, Jérôme Monod, Pascal Lamy (OMC), Jacques Attali et Denis Kessler, on ferait surgir une fumée blanche de la cheminée, comme au Vatican Habemus Imperator et la foule recueillie des « veautants »comme vous dites avec tant d’élégance, viendrait s’agenouiller place de la Concorde au nom approprié, pour écouter le message royal et recevoir la bénédiction lors de la cérémonie du sacre.

                      C’est une élection d’un président, Ben oui quoi merde... C’est sérieux ! pas une offre de tribunes Des tribunes en Démocratie ? Quelle horreur ! aux frais du contribuable Ça c’est pas démagogique du tout !!! Il va sans dire... à des inéligibles Grandiose !!! Vl’a t’y pas que des inéligibles se mêlent de parler de politique maintenant ! Manquerait plus qu’on puisse les élire les candidats ! Mais où va-t-on ? quelle que soit la pertinence parce-que ces inéligibles pourraient occasionnellement dire quelque chose de pertinent ? Vous êtes sûr ? de l’un ou l’autre point de leur programme.

                      Quant à Mélenchon, s’il monte, ce ne peut être que parce qu’il récolte démagogiquement...

                      What else ? Pas parce qu’une fraction du peuple souverain Ce terme vous rappelle vaguement quelque chose peut-être ? serait d’accord avec ses propositions... Quelle idée ! Vous n’y pensez pas ! Qu’est ce qu’ils peuvent bien y comprendre ces « veautants » ? Je vous le demande ?


                      Vous savez quoi, les socialos ? Taisez-vous ! Surtout ne l’ouvrez pas. La seule raison pour laquelle votre candidat sera peut-être élu, c’est parce-que la détestation de Sarkozy domine tout. Jouez-là profil le plus bas possible... Ne montrez surtout pas votre vrai visage.

                      Faites vous élire par défaut... En faux-culs... C’est ce que vous savez faire de mieux !

                      Parce-que nous sommes nombreux qui, quand vous parlez, se sentent à nouveau capables, malgré tout, en débit de la haine que leur inspire Bouffon 1er, de rester couchés le 6 mai prochain.


                      Croyez-moi : taisez-vous !!!





                    • Pelletier Jean Pelletier Jean 4 avril 2012 16:56

                      @l’auteur,

                      en l’espèce, la technique de la moyenne fausse la réalité des sondages qui eux sont en dynamique. Vous faites la moyenne par exemple sur JLM qui est passsé de 8% à 14/15 % pour aboutir à une moyenne de 11%....
                      Le résultat est tout autre, je pense qu’il faut mieux tenir compte dela moyenne des sondages sur une semaine par exemplepour tenir compte de la dynamique de campagne.
                      http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


                      • Alan C. Alan C. 4 avril 2012 17:54

                        La moyenne permet aussi de lisser les effets de conjoncture.

                        Vous remarquerez aussi que j’ai mentionné des fourchettes pour les candidats obtenant les scores les plus importants, en appliquant pour tous une marge d’erreur de plus ou moins trois points.


                      • Alan C. Alan C. 4 avril 2012 17:51

                        @ Romain Desbois : Cet article a une dimension purement objective et n’a pas pour but de tirer des enseignements. Je me contenter de relayer des chiffres, et d’analyser les différentes dynamiques. Parce que s’il y a bien une chose qu’on peut déduire des sondages, c’est les progressions et les baisses

                        Vous soulignez la prise en compte des marges d’erreur... Ça vous paraît anodin mais c’est pourtant essentiel, ça permet par exemple de comprendre pourquoi aucun sondage n’avait donné Le Pen devant Jospin avant le premier tour en 2002, alors que la marge d’erreur laissait envisager cette possibilité dans plusieurs enquêtes. Quand je dis que tel ou tel candidat se situe entre tel et tel score potentiel, je ne tire aucun déduction, j’applique la marge d’erreur !

                        Par ailleurs concernant mon CV je vous serai gré de me témoigner un minimum de respect, j’en suis à ma 5ème année études et j’ai toujours de salaire, donc vos délire sur le marasme politicien ou je ne sais quoi ça va bien cinq minutes, j’ai travaillé pour en arriver là, je ne suis pas corrompu, merci...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès