Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Interview de Martine Billard, coprésidente du Parti de Gauche et députée de (...)

Interview de Martine Billard, coprésidente du Parti de Gauche et députée de Paris

"Le problème aujourd'hui, ce n'est pas un problème (...) de coût du travail, c'est un problème de coût des dividendes".

 
Antoine Léaument : Jean-Marc Ayrault rencontrait hier les partenaires sociaux en prévision du sommet social qui aura lieu en juin. Que pensez-vous de cette initiative ?
 
Martine Billard : Je crois qu’il est positif que soit renoué le dialogue social. Pendant les « années Sarkozy », les représentants syndicaux n'étaient convoqués que pour se voir assommer des décisions déjà prises. Il faut espérer que ces pratiques changent et qu'il y ait réellement négociation, d'autant qu'il y a urgence sur pas mal de dossiers. Il y a d’abord la question de l'augmentation du SMIC ; pour l'instant les annonces ne sont pas très positives, puisqu'il est question d'un petit coup de pouce et rien de plus. Il y a ensuite la question des plans de licenciements, puisqu'il semblerait que plus de 45 000 postes de travail soient en jeu dans quarante-six entreprises en France. Dans bon nombre de ces entreprises, il s'agit en fait de licenciements ou de fermetures uniquement pour des raisons financières ; ce ne sont pas des entreprises en difficulté. Si on prend ArcelorMittal, si on prend Unilever avec l’usine Fralib près de Marseille, si on prend Pétroplus, ces entreprises veulent licencier alors qu’elles sont bénéficiaires. Cette situation est inacceptable pour le Front de Gauche.
 
AL : Que peut-on faire face à cela ?
 
Martine Billard  : Nous, nous proposons (entre autres) deux mesures. La première est la création d’un droit de veto suspensif des représentants du personnel dans ces entreprises, de manière à pouvoir proposer des contre-plans. Il faut savoir qu’aujourd’hui, que ce soit chez Fralib à Gémenos, ou que ce soit à chez ArcelorMittal à Gandrange, les sections syndicales ont construit des contre-plans qui non seulement permettent le maintien de l'industrie en France, mais intègrent aussi les contraintes écologiques. Il s’agit une dimension fondamentale qui est aujourd'hui prise en compte par les syndicats. La seconde mesure est d’accorder un droit de préemption de l’activité par les salariés, notamment sur les entreprises qui sont utiles à la nation comme ArcelorMittal ou le thé Éléphant. De cette manière, les intérêts de la finance ne prévaudront pas sur les besoins sociaux et les nécessités écologiques.
 
AL : A propos des rencontres sociales organisées par Jean-Marc Ayrault, Jean-François Copé a déclaré qu’elles étaient « à contretemps » et que le problème réel des entreprises françaises était leur compétitivité. Que pensez-vous de ces propos ?
 
Martine Billard : Ces dernières années, il y a eu plus de dividendes distribués que d'investissements réalisés. Il ne s’agit donc pas d’un problème de compétitivité. Le problème aujourd'hui, ce n'est pas un problème (comme essaie souvent de nous le dire la droite) de coût du travail, c'est un problème de coût des dividendes : si on distribuait moins d'argent aux actionnaires, il y aurait de quoi investir et donc de faire face à la concurrence internationale tout en payant mieux les travailleurs. C’est sur ce point qu’il nous faut mener une bataille idéologique et concrète, pour arriver à réduire la part qui revient aujourd’hui aux actionnaires et la transférer vers les salaires et les investissements, pour que les entreprises puissent faire face à la concurrence internationale. Mais ce qui est important, c'est que tous les pays puissent répondre à leurs besoins. L’objectif n'est donc pas de relocaliser toutes les entreprises en France pour aller ensuite casser les marchés des autres pays ; l’objectif est qu’à l'échelle des pays ou de zones géographiques déterminées, il puisse y avoir de l'emploi près des lieux de consommation. C’est de cette manière que l’on pourra réduire la circulation des marchandises et ainsi diminuer considérablement la pollution qu’elle génère.
 
AL : Vous êtes actuellement candidate sur la 5e circonscription de Paris pour un « troisième et dernier mandat ». Quels sont les enjeux pour le Front de Gauche dans cette circonscription ?
 
Martine Billard : Avant toute chose, il ne faut pas oublier que cette circonscription a été redécoupée, comme beaucoup d’autres, en fonction des intérêts de la droite. Je suis sortante de l’ex-première circonscription, qui comprenait les quatre premiers arrondissements de Paris. Celle-ci ayant été supprimée, je me suis portée candidate sur la 5e circonscription, qui regroupe les 3e et 10e arrondissements. Pour nous, il est important de maintenir une députée Front de Gauche sur Paris, – s'il y en avait plus, ce serait encore mieux (rires)– de manière à défendre des politiques qui soient réellement de gauche et réellement écologiques, et de résister au diktat « austéritaire » de l'Europe. C'est pour cela que je me représente une dernière fois, parce que je considère qu’il ne faut pas rester députée à vie.
 
AL : Comment faites-vous campagne sur cette circonscription ?
 
Martine Billard : La campagne se fait de plusieurs manières : il y a d’abord les traditionnelles distributions de tracts. Nous en avons effectué plusieurs, notamment sur la question de la reconversion écologique et nous avons tenu une réunion sur cette thématique qui a regroupé beaucoup de monde et qui était, d'ailleurs, tout à fait passionnante. Nous avons fait un meeting place Bonsergent, dans la poursuite des meetings de rue du Front de Gauche. Marie-George Buffet y est venue pour me soutenir. Nous allons aujourd'hui avoir un rassemblement avec Jean-Luc Mélenchon, sur la thématique de la défense des services publics et de la résistance à l'austérité. Jeudi, nous aurons une réunion sur les questions de culture, qui est aussi une thématique très prégnante dans cette circonscription où vivent beaucoup de travailleurs de la culture – qui sont, d’ailleurs, souvent des salariés précaires. Nous aurons également un café politique sur les questions LGBT contre les discriminations, notamment dans l'emploi, et une réunion de débat autour des libertés et Internet. Samedi 2 juin, nous organiserons aussi une « déambulation » dans les rues de la circonscription.

Nous utilisons aussi beaucoup les médias numériques. J’écris régulièrement des articles pour mon site de campagne, sur toutes les questions abordés par le Front de Gauche pour les législatives. Pour relayer la tenue de réunions, de débats et de meeting, j’utilise également ma page Facebook.

AL : Quels sont vos espoirs et vos ambitions pour cette élection ?

Martine Billard : Jean-Luc Mélenchon a fait 13,76 % sur la circonscription au premier tour de la présidentielle et, compte tenu des candidats et du paysage politique de cette circonscription, je pense que je peux être présente au deuxième tour. Les électeurs auraient alors à choisir entre la candidate du Parti Socialiste et moi, en tant que candidate du Front de Gauche.

AL : que ferez-vous si vous êtes élue ?

Martine Billard : Je me battrai à l'assemblée nationale dans le cadre d'un groupe Front de Gauche (que nous espérons plus nombreux que le groupe sortant, qui avait dix-neuf députés), pour porter toutes les propositions que nous avons définies dans le programme L'humain d'abord et notamment, de manière urgente, les questions des droits des salariés, l'arrêt de la répression contre les syndicalistes et l'augmentation du SMIC. Mais il y a aussi la question des femmes, avec la nécessité d'une nouvelle loi contre le harcèlement sexuel, puisque celle qui existait a été invalidée par le conseil constitutionnel, laissant les femmes qui en sont victimes sans possibilité de défense. Il y aura aussi la prise en compte, de manière urgente, des enjeux écologiques ; le sommet Rio +20  se tient au mois de juin et il faut absolument que nos concitoyens prennent conscience de l'importance de cette thématique. Ceci dit, je pense que bien souvent, les citoyens sont bien plus conscients sur ces questions que les dirigeants politiques. Mais si je suis élue, je me battrai en priorité sur chacun de ces thèmes.

AL : Et si jamais vous ne l’êtes pas ?

Martine Billard : Et bien, si je ne suis pas élue… je serai au chômage (rires). Mais bon, ça ne sera que la cinquième fois ou sixième fois de ma vie. La différence, c'est que ce ne sera pas au même taux, évidemment, donc je ne serai pas à plaindre… et puis, dans un an, je serai à la retraite.


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 31 mai 2012 09:40

    Le travail ne coute pas cher, au contraire le travail crée de la richesse, il ne peut coûter, puisqu’au contraire il rapporte. Toutes les fortunes ont été crées par l’exploitation du travail et des travailleurs. Ce qui coûte cher, c’est ce que le capital prend au travail, c’est la rémunération des actionnaires, les dividendes distribués, les stock-options et les parachutes dorés. Sur un produit fini, la partie consacrée aux salaires des travailleurs est en constante diminution, ceux qui fabriquent le produit ont souvent un salaire dérisoire qui ne leur permet même pas, dans beaucoup de cas, de s’offrir ce qu’ils ont produit .........
    http://2ccr.unblog.fr/2012/04/12/la-fable-du-travail-cher/


    • Cigogne67 31 mai 2012 10:01

      si vous ne mettez pas de frontières aux fuites de capitaux tous vos beaux discours tombent à l’eau

      à moins de nationaliser la fabrication de chaussures et de polos, de jouets...la production de tomates et de radis...l’élevage de poulets et de veaux, vaches, cochons...

      sinon il est une solution qui vaut ce qu’elle vaut : le protectionnisme intelligent comme le propose le RASSEMBLEMENT.

       


      • Antoine Léaument Antoine Léaument 31 mai 2012 11:41

        Si vous aviez suivi les liens sur les propositions du Front de Gauche (la lettre de Jean-Luc Mélenchon à Jean-Marc Ayrault), vous auriez vu que figure, au nombre des propositions, l’instauration de visas sociaux et écologiques pour taxer les produits importés en fonction des salaires de ceux qui les produisent, et de la distance que lesdits produits parcourent. Ce que vous appelez, sans doute, « protectionnisme intelligent ».

        Sur la fuite des capitaux, nous proposons de faire comme les Etats-Unis : taxer ceux qui essaient de s’exiler fiscalement en exigeant qu’ils paient à la France la différence entre ce qu’ils auraient payé en France et ce qu’ils paient réellement dans le pays où ils résident effectivement.


      • Cocasse Cocasse 31 mai 2012 10:30

        C’est officiel, Agoravox est devenu une annexe du Front de Gauche ?


        • wesson wesson 31 mai 2012 10:45

          bonjour cocasse,


          tand que Rakotoarison, imhotep, ségurane, gordon71, TDK1, erwanet, hommelibre, ... ou même vous même pourrez continuer à poster des articles ou des réactions que l’on pourrait difficilement qualifier de pensée de gauche, le terme « annexe » sera impropre.

        • TDK1 TDK1 31 mai 2012 13:44

          Bien sûr que le terme « annexe » est exagéré, mais il faut bien reconnaître, puisque vous avez la gentillesse de me citer, qu’il fut un temps ou pour un affreux anti conformiste de mon espèce, passer un article sur Agoravox était autrement plus facile qu’aujourd’hui.... Ce temps, d’ailleurs, correspond à l’existence de « Le Post ». A l’époque, les chantres de la boboïtude s’éclataient comme des petits fous sur ce site, mais depuis que leur Pravda (le Monde) en a fait la tribune d’Anne Sinclair, plus question de s’y exprimer, alors ces faibles de l’esprit se sont rabattus sur Agoravox. Résultat, le niveau intellectuel des commentaires a chuté, le nombre d’articles misérables a augmenté. Je comprends donc, même, je le répète, si le terme est exagéré, la réaction de Cocasse. 


          Je vous demanderais, en outre, de ne pas confondre l’expression d’une opinion sur un certain nombre de sujets, libre de toute dépendance idéologique, dogmatique et politique, et l’attitude ostentoirement suce b...te qui prévaut à la logorrhée ci dessus baptisée « article ».

          D’ailleurs, pour faire bon poids, je vous incite à la lecture d’un pilier de la pensée dominante, choquée par la haute tenue intellectuelle de votre apparatchik adulé :http://blogs.lexpress.fr/media/2012/05/30/melenchon-insulte-un-journaliste-de-lexpress-un-verre-ca-va-deux-verres/


        • Cocasse Cocasse 31 mai 2012 14:21

          Alors que des articles peu intéressants, mais idéologiquement conformes, passent, je soupçonne l’existence d’un grand nombre d’articles intéressants qui ne sont jamais publiés.


        • focalix focalix 31 mai 2012 15:48

          à TDK1

          Je te cite et je résume :

          « les chantres de la boboïtude »
          « leur Pravda (le Monde) »
          « ces faibles de l’esprit »
          « l’attitude ostentoirement suce b...te »

          Tu conclus :

          « Résultat, le niveau intellectuel des commentaires a chuté ».

          Tu parles d’or !


        • wesson wesson 31 mai 2012 18:02

          " Alors que des articles peu intéressants, mais idéologiquement conformes, passent, je soupçonne l’existence d’un grand nombre d’articles intéressants qui ne sont jamais publiés. « 


          la je dit que c’est faux. Je m’inflige pas mal d’articles en modération, et c’est souvent particulièrement affligeant, tant sur la forme que sur le fond. En gros, tout ce que je voit passer de simplement »publiable" est en général publié, quelque soit d’ailleurs l’avis que l’on peut donner sur sa publication. 
          En gros, il suffit de faire des phrases à peu près construites, un texte pas trop long et avec moins d’une insulte toutes les 2 lignes et qui ne soit pas contraire à la loi (dans une acception très large) et ça passera quelque soit les idées que vous défendez.

          Ceci dit, pour l’X-droite se faire passer pour des victimes c’est une comme une seconde nature.

        • lionel-pg44 31 mai 2012 18:05

          C’est drôle, il me semblait que ça devenait un repaire du Machin Brun Marine


        • J-J-R 1er juin 2012 08:36

           Bonjour,   Wesson nous avons souvent été en phase sur des thèmes essentiels : insoumission aux dérives du pouvoir, détermination à résister à l oppression des puissances d argent, volonté de partager des infos porteur d espoir et créer une synergie prolétaire. Cependant il faut bien admettre que Cocasse dit vrai. Et cela est triste, pour nous les agoraciens non encartés qui avons connu un Agoravox apolitique dans lequel toutes les opinions argumentées et modérées avaient le droit de citer. Un Agoravox inclassable, riche d opinions, de recherches documentés et d infos factuelles quasi introuvables dans la grande presse consensuelle. CE genre de tract d un militantisme pompeux bourre le mou des lecteurs fragiles mais n a pas de valeur ajoutée factuelle, c est cela qui nous chagrine. C est la qualité éditoriale d Agoravox qui en a pâti , c est Indéniable.


        • alinea Alinea 31 mai 2012 13:43

          Bravo à Martine, bon courage et bonne chance( puisque, dans les élections, il n’y a pas grand chose de rationnel !)


          • TDK1 TDK1 31 mai 2012 13:50

            " puisque, dans les élections, il n’y a pas grand chose de rationnel !)"


            .... Si ce n’est la volonté populaire. Voilà qui exprime bien tout la considération que les communistes ont pour cette notion. Certes, la volonté du Parti, elle, est rationnelle ; la volonté du peuple est irrationnelle. Il serait temps qu’un certain nombre de jeunes qui n’ont pas connus le communisme et ses centaines de millions de morts exécutés parce qu’irrationnels prennent le temps de lire. 

            La culture est l’ennemi des totalitarismes.

          • alinea Alinea 31 mai 2012 20:07

            TDK1 : C’est que je pense que dans la vie, la part de la raison est infime.


          • Jean Jolly Jean Jolly 31 mai 2012 15:20

            Excellent interview !


            • alain_àààé 31 mai 2012 15:44

              je ne suis pas d accord avec vous lorsque vous vous prenez pour une désérité pour avoir passer par le chomage. mes enfants et d autres qui ont la trentaine son passé par les périodes de chomages et ce que HOLLANDE fait n est qu une répétition de l air mitterand pour les jeunes que l on a esquinté sur leur vie professionel.je lisais sur mediapart ce matin que nos valeureux députés touchaient des indemnités de plus de 6200E en plus de leur salaire de 5000 e par mois alors un peu de désence madame votre retraite ne correspondras pas a celui d un smicard


              • Guy Liguili Guy Liguili 31 mai 2012 16:05

                Martine Billard n’a jamais prétendu être une smicarde. Par compte, tout le monde s’accorde à la reconnaitre comme une excellente députée.

                http://www.nosdeputes.fr/martine-billard


              • Antoine Léaument Antoine Léaument 31 mai 2012 16:10

                En effet, Martine Billard ne prétend pas du tout être sans le sous ! Au contraire, dans son interview elle dit qu’elle ne sera pas à plaindre...


              • Ptetmai 31 mai 2012 16:25

                Est-ce que Martine Billard, pas ultra-claire (surtout quand elle a quitté les Verts ) s’estime indispensable et irremplaçable au point d’estimer logique d’exercer trois fois le mandat de députée, qui plus est à un an de la retraite ?

                A moins de considérer ce mandat comme n loisir pour ne pas s’ennuyer.

                On propose la retraite à quel âge au FdG ? On propose aussi de montrer l’exemple ?

                D’accord, elle est mille fois plus agréable et moins répulsive que Mélenchon, mais ...


                • Antoine Léaument Antoine Léaument 31 mai 2012 17:51

                  Au Front de Gauche, on propose effectivement la retraite à soixante ans. En revanche, quand il s’agit de défendre des idées, surtout à l’Assemblée Nationale, on ne prend pas de repos. Martine Billard est une des rares députées à être très présente et très active dans son travail parlementaire. Voilà ce qu’elle peut apporter.


                  • tf1Goupie 31 mai 2012 19:03

                    C’est sur, Mélenchon risque pas d’être au chomage, lui.

                    Et à priori il n’aura pas non plus de problème de retraite.
                    D’ailleurs, puisqu’il a 60 ans, Méluche pourrait se retirer et aller compter ses pepettes, ce serait au moins une bonne nouvelle pour la France.


                    • Jean Jolly Jean Jolly 31 mai 2012 19:54

                      Le bénévolat n’est pas encore accepté au parlement mais je suis sûr que Martine Billard ainsi que tous les députés de plus de 60 ans du Front de Gauche seraient présents bénévolement si la loi imposait la retraite à 60 ans pour tous les français... On imagine le tollé général si une telle proposition de loi venait à voir le jour.


                      • COVADONGA722 COVADONGA722 31 mai 2012 22:06

                        le parti des apparatchik à 5000/8000e , quand on vous dit qu’ils sont les mieux placé pour vous expliquer ce qui est bon pour vous .Yep et manifestement l’espece se perpetue faut dire que nombre de nos doctes éduqués ont confisqués l’ascensur républicain à l’usage exclusif de leur progéniture.


                        • Dudule 1er juin 2012 00:22

                          Les rémunération des élus du Front de gauche sont les mêmes que celles des élus de tous les autres partis, y compris vos copains du FN. Si vous voulez militer pour un abaissement de la rémunération des élus, libre à vous, mais :
                           _ Étant donnée la pingrerie légendaire des Le Pen, je doute qu’ils en soient d’accord.
                           _ Je ne vois pas pourquoi se reproche ne serait fait qu’aux élus du Front de Gauche.

                          Quand vous parlez de la confiscation de l’ascenseur républicain au profit de la progéniture des élites, je suis bien sûr que vous faites allusion à Jean Marie, sa fifille, son gendre (non officiel) et sa petite fille... C’est ça, n’est ce pas ? Parce que dans aucun autre parti on ne voit ça...

                          Parce que comme parti népotique, le FN, c’est du lourd ! Sans compter la fortune personnelle de la famille, acquise de façon assez douteuse.

                          Mais ces gens sont si proches du peuple, d’authentiques patriotes, pas vrai ?


                        • COVADONGA722 COVADONGA722 1er juin 2012 05:58

                          bonjour Dudule
                          je ne milite pas pour le FN , je trouve ce parti utile à cette « démocrasouille » dans le sens ou il ramene vers les urnes des forces qui seraient utiles ailleurs.
                          Par ailleurs je ne meconnais pas que tous les élus perçoivent les memes prébendes mais tous ne nous assenent pas avec autant de morgue que le sieur Mélanchon les notions de partages du sol des cités des services et des emplois.

                          Asinus


                        • oberkampf71 oberkampf71 1er juin 2012 02:46

                          Ras l’front... de gauche.    smiley

                          ******** REFERENDUM SUR L’IMMIGRATION **********

                          Les nord-africains ne sont pas l’avenir de la France Melenchon !!

                          http://www.youtube.com/watch?v=qacetaTlun8

                          Non a une regularisation massive smiley


                          • eric 1er juin 2012 07:59

                            Comme d’hab. On se perd en conjectures. Avec des dividendes nets apres impots parmi les plus bas du monde, nous sommes dans une situation ou quand nos entreprises investissent, elles le font a l’etranger, parce qu’au moins cela rapporte un peu et leur permet de survivre. Cette dame, qui semble avoir ete bibliothecaire dans le secteur public toute sa vie n’a pas l’air de savoir ce qu’est une marge brute. Elle ne semble pas s’inquieter non plus que le nouveau gouvernement s’apprete a ponctionner 14,5% de cette marge, assurant ainsi l’incapacite de beaucoup de boites a embaucher, investir, innover.
                            Cette hausse va permettre de payer des bibliothecaires et leurs retraites. Accessoirement de limiter le deficit des finances publiques. Peut etre... Pas d’augmenter les salaires des employes du prive.
                            Et la question centrale reste toujours la meme : ils le savent,mentent deliberement et ne s’interessent qu’a leurs interets de classe de bureaucrates indifferent au reste du pays ou ils sont parfaitement incompetents ?


                            • Antoine Léaument Antoine Léaument 1er juin 2012 11:18

                              Cette interview a été prétexte a beaucoup de réactions sur le Front de Gauche, les élus du Front de Gauche, leur salaire, etc.

                              Finalement, il y a eu très peu de réactions sur le fond et c’est assez décevant. Quand on sait que seul 1% de la population gagne plus que 30 000 euros par mois (salaire maximum proposé par le Front de Gauche) et que 50% gagnent moins de 1600€, on peut se poser légitimement des questions sur la répartition des richesses.

                              Donc oui, pour le Front de Gauche, le problème ce n’est pas l’immigration, c’est la répartition des richesses. Une fois encore, on ne le dira jamais assez, l’immigration rapporte. Il a de plus été prouvé depuis plusieurs années que les immigrés ne prennent pas le travail des Français mais prennent des postes laissés vacants qui n’auraient pas trouvé de preneurs nationaux. Et pour vous donner des éléments de réflexion sur ce point, je vous invite à lire ce très bel article de Sylvain Laurens : « 1974 et la fermeture des frontières ».


                              • justice99 justice99 1er juin 2012 12:15

                                « Qu’est-ce que vous faites encore là, sale petit espion ? Ça fait trois jours que vous m’espionnez, rentrez à Paris écrire vos saloperies dans votre journal fasciste. Fichez-moi le camp, dégagez ! »


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès