Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Interview de Ségolène Royal

Interview de Ségolène Royal

 

Plusieurs discussions avec Ségolène Royal ou son entourage nous ont amené, la semaine dernière, à convenir d’un passage, ce jeudi matin, dans les studios de RTL, de la candidate à l’investiture du Parti socialiste. Nous avions également évoqué la possibilité d’un dialogue avec les auditeurs, entre 8h30 et 8h50. Des contraintes d’agenda semblaient rendre la chose difficile. Et puis ce matin, avant d’entrer dans le studio, Ségolène Royal a demandé à l’un de ses accompagnateurs de vérifier la possibilité de décaler quelques rendez-vous. Ainsi, juste avant d’entamer notre dialogue, elle m’a indiqué qu’elle était disponible pour rester plus longtemps qu’elle ne l’avait prévu afin de pouvoir dialoguer avec des auditeurs de RTL.
Je lis, dans l’espace de commentaires, quelques critiques à ce propos. Je les enregistre à défaut de les partager. Dans un pays démocratique, organiser la possibilité d’un dialogue direct entre des citoyens et ceux qui postulent à de hautes fonctions, même si ce dialogue est imparfait et parfois réducteur, me semble à la fois utile et nécessaire.

Notre dialogue a d’abord porté sur la réforme des retraites. Chacun sait qu’elle est, à nouveau, inéluctable. Chacun sait aussi que les prévisions financières obligeront, cette fois, à tout mettre sur la table.

Ségolène Royal n’a pas abordé de front la question posée sur les régimes spéciaux, mais sa réponse indique tout de même que le statut quo lui paraît complexe. Certes, il était de bonne guerre pour elle de commencer par attaquer François Fillon et de noter que la majorité n’avait pas apporté de réponse au problème. Dans le même esprit, elle a emprunté ce chemin obligé qui consiste à mettre en garde ceux qui dressent l’une contre l’autre diverses catégories de salariés. Hier, Dominique de Villepin a dit la même chose.

En même temps, elle a évoqué la nécessité d’une harmonisation des différents régimes de retraite. Décodé, ceci veut dire qu’au moment où il faudra demander, pire, faire accepter, des sacrifices supplémentaires, cela ne pourra se faire qu’à partir d’une situation relativement égalitaire dans la répartition des charges et des sacrifices. La prudence de la formulation, que Ségolène Royal elle-même n’a pas observée sur d’autres dossiers, ne doit pas cacher, m’a-t-il semblé, la logique de sa réflexion.

Certains, dans l’espace de commentaires, critiquent mes questions sur le sujet et les jugent illégitimes de la part d’un journaliste qui, lui-même, jouit d’un avantage fiscal, un peu plus de 7000 euros étant déduits des revenus avant déclaration.

Cet avantage est historique. Je n’ai pas milité pour l’obtenir. Je ne me battrai pas pour le conserver. Il a été beaucoup réduit durant ces dix dernières années. Sa suppression totale n’a pas été opérée, notamment pour ne pas pénaliser des journalistes qui, travaillant hors des rédactions, on les appelle des pigistes, financent parfois eux mêmes les frais qu’occasionnent leurs travaux professionnels. Il faudrait donc trier entre les journalistes, les salariés et les autres, ce qui n’est pas fait pour l’instant. Ceci est une réponse sur le plan des principes. Sur celui des sommes en jeu, nous parlons de quelques piècettes au regard des 37 milliards d’euros nécessaires pour tenter de redonner quelques couleurs à la Sécurité sociale. Mais comment vivre harmonieusement une vie collective sans partir des principes, et sans marquer la volonté de les respecter ?

La deuxième partie de notre dialogue avec Ségolène Royal a porté sur le Parti socialiste.

Lionel Jospin tente de faire mûrir sa décision de se porter ou non candidat en recevant notamment tous les postulants du Parti socialiste, ainsi que son premier secrétaire. Bizarrerie : il n’a pas reçu, ou chercher à rencontrer Ségolène Royal. Elle-même l’a confirmé ce matin. Pourquoi ? Mépris de sa part ? Hostilité à ce qu’elle est ou à ce qu’elle représente ? Ségolène Royal certifie ne pas avoir la réponse et renvoie au principal intéressé pour en savoir davantage. Cela tombe bien : Lionel Jospin sera l’invité du Grand Jury, dimanche.

Sans préjuger de ce que dira l’ancien premier ministre, on peut tout de même noter l’étrangeté de cette situation. Parler avec tout le monde sauf avec Ségolène Royal quand on est un dirigeant socialiste, cela suggère que les sentiments l’emportent sur la raison. Voilà, pour le moins, une manière périlleuse de faire de la politique, à un moment où toute la lucidité doit être rassemblée pour gérer les évènements.

J’ai aussi interrogé Ségolène Royal sur son éventuelle protection policière. Des images l’ont montrée, le 20 août, à Frangy-en-Bresse, au milieu d’une foule qui lui était acquise mais qui, par sa masse et ses mouvements, pouvait représenter un péril pour sa sécurité.
L’entartage dont elle a été victime, en juin, à La Rochelle, a aussi montré que quelqu’un animé d’intentions malveillantes pouvait facilement passer à l’acte. Bref, prenant en compte ce qu’elle est devenue, et qui a surpris tout le monde dans cette société rigide où il est rare que les gens sortent des cases qui leur sont assignées, il serait légitime que la puissance publique lui offre une protection qui lui permette de poursuivre son travail dans une sécurité qui aujourd’hui ne semble pas acquise.

Ségolène Royal n’a pas voulu répondre à la question, jugeant qu’une communication sur le sujet desservirait ses intérêts.

Il y a ainsi des moments d’une vie publique où ceux qui s’engagent représentent tout à coup tant de choses qu’ils se trouvent dépassés dans leur propre vie par leur volonté de partiticiper à l’écriture de l’histoire.

Photo AFP


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (163 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • didier (---.---.98.92) 14 septembre 2006 13:59

    Monsieur

    Je me moque éperdument de savoir si Mademoiselle Royal doit avoir ou non une cohorte de vigiles, l’entartage n’étant d’ailleurs pas un attentat dangereux pour la santé de sa victime, mais un acte qui symbolise avec une certaine fidélité notre monde politico-médiatique( mais c’est un autre débat ). Au passage, je me moque aussi de savoir si Lionel est prêt ou non à faire la bise à Ségolène, la Joconde à la rose, comme je viens de l’entendre sur France Culture. La vie politique, qui ne se résume pas, fort heureusement, aux partis politiques, doit se placer non pas sur le plan des hommes, mais sur celui de l’analyse, de la réflexion et de l’articulation des arguments dévellopés par ces derniers. Malheureusement, notre régime présidentiel centre le débat sur des individus, sur leur charisme, leurs petites phrases, sur des sujets secondaires ( régimes spéciaux ), voir tertiaires ( Jospin se présente ou pas ) en regard des grands problèmes ( dette de la France, taux d’activité très inférieurs à nos voisins, inégalités sociales accrues, populations en grande précarité... ) Le mot « citoyen » est très en vogue pour désigner bien plus que des individus détenteurs de droits civiques ( voir le dictionnaire) : les citoyens seraient aussi intelligents, responsables et touti quanti... N’est-il donc pas temps, afin de poursuivre cette logique ( du prêt à penser ), de donner enfin à ces « citoyens », des débats à la mesure de leurs capacités ? Dans le cas contraire, le terme « citoyen » ne serait-il pas une façade très hypocrite qui masquerait des sentiments dédaigneux envers une population jugée incapable de comprendre une pensée construite et de saisir les véritables enjeux de notre société ? ( pensons aux débats sur le traité constitutionnel, et à la bêtise abominable, n’est-ce pas, de ceux qui ont voté non ) ?

    Je n’ai jamais écouté l’émission à laquelle vous participez, et je ne permettrais donc pas de la juger, mais de grâce, ennoblissez le débat en le désincarnant, c’est à dire en vous préoccupant de la vie de la cité et non des hommes politiques.


    • Olivier (---.---.176.131) 14 septembre 2006 16:36

      D’accord avec Didier, même si j’aime bien le coté un peu « people » de l’article...Je ne suis pas terrible comme citoyen smiley

      Sinon, ce qui serait sympa sur ce genre de question comme les retraites, ce serait d’avoir l’avis de tous les autres candidats. Pourquoi, sur ce sujet, la presse ne demande/parle que l’opinions de Mr Sarkozy et de Md Royal ?


    • www.jean-brice.fr (---.---.29.174) 17 septembre 2006 12:23

      BIEN DIT ...


    • (---.---.21.162) 25 septembre 2006 09:31

      J’aurais préféré que ce soit Didier qui fasse un article et, éventuellement, Aphatie lui répondre.

      Didier résume bien ma pensée, point par point, et n’est peut-être pas « journaliste », Aphatie m’exaspère.


    • (---.---.94.25) 14 septembre 2006 14:19

      Royal de toute façon est un marionnette fabrique de toute piece par les lobbys economiques qui detiennent les medias.. au moins avec elle ils sont garantis que leurs interets soit proteges comme avec sarkosy d’ailleurs...

      Royal Non seulement elle est incompetente, elle a pas le carisme et encore moins l’intelligence emotionnelle...

      a par poser comme une dinde sur lit de salade en maillot dans les journaux people ... y’a rien ...

      Desole je voterais pas pour un pot de fleur... un pot de fleur ne pense pas et encore moins des idées politiques et un programme...


      • cflorian 14 septembre 2006 14:29

        ça c’est de la réflexion !


      • D. (---.---.7.151) 14 septembre 2006 14:57

        Ton commentaire me fait penser à ceux qui prétendent que parce que quelque chose est commercial (dans la musique et autre, et que l’on ne dise pas que c’est tellement différent dans la façon dont le débat politique est actuellement posé), c’est forcément mauvais. Elle n’est pas incompétente et avance la plupart du temps des idées, ce sont ses adversaires, aidés par les médias, qui relatent le fait qu’il n’y a, pour l’instant, pas d’idées, et oublient eux-mêmes de faire des propositions sérieuses. On tente de fabriquer là une rumeur (« Où sont les idées de Ségo ? ») alors que la réalité est toute autre (tout observateur politique ne peut nier qu’elle a des idées, socio-démocrates et non de droite, ainsi qu’une stratégie). Et toi, là-dedans, tu fais partie de ceux qui tombent dans la rumeur, elle-même fabriquée par les puissances financières que tu sembles dénoncer... Un peu de sérieux, voyons.


      • clairette (---.---.150.139) 14 septembre 2006 18:56

        @ pxxx 79 425 j’imagine sans peine que Mme Ségolène ne vous arrive pas à la cheville ! pour l’expression écrite bien sûr et pour l’oral également ! Avec une argumentation comme la vôtre, une carrière politique, voire diplomatique, vous tend les bras, ne résistez plus, allez-y !

        c’est dur de s’adresser à des chiffres ! pourquoi pas un pseudo sympa ?


      • clairette (---.---.150.139) 14 septembre 2006 19:04

        @ l’auteur, j’apprécie la simplicité et la modestie que vous apportez à la rédaction de votre article. Il relate bien votre dialogue, sans fioritures et excès de toutes sortes.

        Clairette.


      • Chanteluce Chanteluce 14 septembre 2006 14:32

        Bonjour, Je suis entièrement d’accord avec le commentaire de Didier, il est nécessaire, voire vital d’entamer le plus rapidement possible un véritable débat d’idées, assez comparable en somme à celui qui s’était greffé au référendum de la constitution européenne. Cette précampagne tourne à la pantomime, alors que les problèmes auxquels nous sommes tous confrontés, les retraites oui par exemple, se corsent de mois en mois, de semaines en semaines. Cela dit, soyons honnêtes, s’il existe un journaliste concerné par le débat d’idées, c’est bien Jean-Michel Aphatie. Il suffit pour s’en persuader de revoir les émissions politiques auxquelles il a participé, du temps où les grandes chaînes de télévision estimaient utile d’organiser de véritables débats idées.


        • Gérard (---.---.119.22) 14 septembre 2006 14:47

          bavardage inutile, tout cela pour nous expliquer que l’avantage représenté par l’abattement professionnel de 7652E dont bénéficient les journalistes est légitime et représentent que dalle dans la marée du déficit public.


          • Bonjour Tristesse (---.---.160.30) 14 septembre 2006 15:10

            Jospin ne veut pas voir Ségolène parce qu’il n’est pas franc du collier Jospin clandestin trotskiste au PS pendant 10 ans /une référence de loyauté


            • paslyon (---.---.168.105) 14 septembre 2006 15:37

              vivement les vrais débats entre candidats (et j’espère qu’il y en aura !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!) là, les candidats devront vraiment montrer qu’ils maîtrisent leur dossier (retraite, éducation, santé, emploi) J’ai vu Bayrou ce matin sur canal+ Je n’ai vraiment rien contre lui, au contraire mais là en 15 mn il s’est vraiment planté. J’avais mal pour lui. A éviter lors de la campagne présidentielle !


              • Maximilien FRICHE (---.---.193.52) 14 septembre 2006 15:53

                Je ne peux pas m’empêcher de voir un portrait de Ségolène sans penser aux articles du très regretté Philippe Muray sur le sourire de Ségolène. Le sourire du camp du juste, le sourire de « l’empire du bien ». C’est une guillotine que cette bouche. L’incorruptible s’est fait femme. Une fois élue, la production de morale sera continuelle, venant justifier toujours davantage des fiertés individuelles dans leur niaiserie humaniste. Seront exclus, tous ceux qui parleront de la réalité et auront le souvenir de la vérité. Demain, on arrête de rire. On n’a pas le droit de se moquer du bien...


                • chiffo (---.---.86.34) 14 septembre 2006 16:47

                  Vous parlez d’un besoin de 37 milliards d’euros pour la sécu. Savez quel part de ces 37 milliards de déficits cumulés (je suppose), représente le déficit lié aux régimes spéciaux de retraites ?

                  A priori, je pense que cela représente moins de 3%. Est il raisonnable d’aborder un problème par le biais d’un aspect qui représente finalement peu de chose ?

                  Ne vaut il pas mieux mettre tout sur la table ?


                  • gem gem 14 septembre 2006 17:48

                    Tu parles, charles...

                    Les régimes spéciaux encaissent 6 milliard d’euros par an source : la cour des comptes, page 121

                    Le régime SNCF nous coute a lui seul un milliard par an (quand on fouille, on trouve des documents qui tiraient la sonnette d’alarme dès 1955 !!!)

                    Et les 37 milliard dont on parle, c’est pour trois ans (2007-2009) : les régimes spéciaux c’est 18 milliards sur les 37, soit presque la moitié !! 50%, pas 3% !


                  • Didier (---.---.20.109) 14 septembre 2006 18:31

                    Et oui chiffo, la vérité fait mal parfois. On pourrait aussi completer en disant que EDF et GDF n’ont pas provisionné les retraites, et que pour toute autre entreprise normale, cela signifierait le depot de bilan immédiat pour insuffisance d’actifs. Mais nos glorieux elus ont reussi un joli tour de passe passe en refilant une partie du bébé a la CNAV, et en faisant payer les clients (grace a une nouvelle super taxe sur le transport de l’electricité). Jusqu’a present, on disait on fonce dans le mur. Maintenant on sait qu’on est dans le mur. Certains ne le comprendront que lorsqu’ils auront mal.


                  • lss (---.---.221.218) 14 septembre 2006 18:31

                    Gem, merci, mon réalisme se sent moins seul... Dire que la cour des compte met en garde depuis des décennies et que les médias, les syndicats, les partis et les gouvernements se taisent...

                    Sinon sous le terme de lacheté, je ne sais comment qualifier un tel comportement de leur part...


                  • chiffo (---.---.86.34) 15 septembre 2006 08:41

                    Erreur !! Je viens de lire rapidement ce paragraphe de la cour des comptes et je n’y ai absolument pas vu la même chose. J’y ai lu par exemple que le régime des salariés était contributeur pour 6 milliards d’euros (y compris les régimes spéciaux) et le régime des non-salariés était débiteur de 6 milliards d’euros.

                    Si l’on suit votre logique, le problème du déficit de la sécu se situe tout d’abord dans le régime des non-salarié. il faudrait donc « réformer » celui-ci de toute urgence et demander plus de solidarité à nos agriculteurs, artisans, professions libérales.

                    Pour un ordre de grandeur de la taille du problème des régimes spéciaux, François Fillon l’estimait lui-même à moins de 5%. Qui a raison ?


                  • Stéphane (---.---.223.199) 15 septembre 2006 08:48

                    Je ne suis pas fonctionnaire mais il faut arrêter de diffuser des fausses informations. Les régimes spéciaux coûtent 4 milliards et non 6 d’une part.

                    Et qu’entend-on par régimes spéciaux ? Des gens qui touchent une retraite au régime spécial, ou bien la différence de rémunération entre un retraité du privé et un du public ?

                    Je pense bien que c’est le 1er cas, et si c’est le cas la différence est évidemment bien moindre.

                    Arrêtons de toujours taper sur les mêmes (normal, me direz vous, vu que le gouvernement vous encourage à le faire !!!)

                    Selon moi, il faut surtout faire le ménage au niveau :

                    - des HAUTS fonctionnaires, et réguler les « revenus » de certains politiques (interdire le cumul de REVENUS entre les députés, maires, sénateurs, ministres et notre cher présidentetc), en veillant également que le dit revenu soit basé sur le revenu français moyen (exemple : 1500 euros/mois avec obligation de justifier de leur activité. Je suis sur que du coup seuls les plus motivés resteraient !). Ca ne comblerait pas de déficit (je ne suis pas démago) mais les petits ruisseaux cumulés font de grandes rivières, voire des fleuves :)

                    - etre plus intelligent dans le social, par exemple ne plus donner d’allocations familiales aux familles aisées, donner plus d’allocations chomages mais inciter plus vivement à retrouver un emploi (en apportant des aides à la formation, cf le modèle suédois). Au final, il y aurait plus de social, mais il couterait moins cher car ce système bloquerait les abus

                    - régulariser les « sans papiers » qui travaillent, car ils généreraient des cotisations sociales (cf système espagnol... il a été prouvé que sans ces immigrés, l’Espagne n’aurait pas connu une telle croissance économique, la presse en parle en ce moment)

                    etc... plein de pistes existent pour que l’Etat soit plus efficace et moins cher (pas à la Sarkozy je précise...), et pour que plus généralement la situation économique de la France s’améliore.


                  • T.B. (---.---.21.162) 1er octobre 2006 23:35

                    Il N’Y A PAS DE TROU DE LA SECU

                    le fameux trou de la Sécurité Sociale de 11 milliards d’euros (Chiffres issus du rapport des comptes de la Sécu pour 2003)

                    - 7,8 milliards NON REVERSES à la sécu sur les taxes sur le tabac
                    - 3,5 milliards NON REVERSES à la sécu sur les taxes de l’alcool
                    - 1,6 milliards NON REVERSES à la sécu des assurances auto pour les accidentés de la route
                    - 1,2 milliards NON REVERSES à la sécu de la taxe sur les industries polluantes
                    - 2,0 milliards de TVA NON REVERSES à la sécu
                    - 2,1 milliards de RETARD DE PAIEMENT à la sécu pour les contrats aidés
                    - 1,9 milliards de RETARD DE PAIEMENT PAR LES ENTREPRISES etc...

                    C’est-à-dire : 20,1 milliards d’euros !


                  • Yann (---.---.177.6) 14 septembre 2006 16:50

                    Jean Marie Le Pen propose de reculer l’âge de la retraite à 70 ans, mais chut ne le dites pas à vos amis fonctionnaires..


                    • Alain (---.---.119.54) 14 septembre 2006 19:09

                      65, 70 et pourquoi pas 80 ans, la belle affaire ! On veut nous faire croire (qui ? devinez smiley qu’il « suffirait » de reculer l’âge de la retraite pour résoudre le déficit existant - et surtout annoncé - des caisses de retraites.

                      Remarquez, ce n’est pas faux : portez à, mettons, 100 ans l’âge légal de la retraite et il n’y aura plus de déficit.

                      Oui, mais...

                      Oui, mais est-ce bien sérieux ? La réalité est que, passé 50 ans (voire moins dans certains secteurs), les employeurs ne veulent plus des salariés. Alors que vont devenir les salariés qui devront travailler jusqu’à 65 ans ou plus ? Serons-nous contraints d’effectuer des petits boulots jusqu’à... la fin ? Ce n’est pas en stigmatisant les « régimes spéciaux » et autres fonctionnaires (dont je ne fais pas partie) que l’on trouvera une réponse satisfaisante à ce réel problème...


                    • Fred (---.---.155.75) 15 septembre 2006 10:04

                      vu que l’esperance de vie augmente, il est normal que la duree de cotisation augmente si vous voulez conserver un systeme par repartition.


                    • (---.---.59.170) 15 septembre 2006 10:10

                      « Oui, mais est-ce bien sérieux ? »

                      Inutile de débatre de probléme dont les solutions sont archi connue depuis 15 ans au moins, et appliqués dans d’autres pays.

                      Ah, ces français !


                    • didier (---.---.232.134) 19 septembre 2006 12:14

                      erreur, il a dit 80 ans, d’ailleurs il va pas tarder à se casser ; marre de sa tronche depuis le temps !!!


                    • olivier (---.---.229.136) 14 septembre 2006 16:58

                      Segolene ne se mouille pas trop sur les retraites. Et a eluder les sujets qui fachent, ont fache tout le monde et on crée les votes contestataires. Jospin avait eludé la securite en 2002, si Segolent elude la question des retraites alors il pourrait lui arriver la meme qu’a notre ami Lionel.

                      Et la question de fond est bien : quel est la justification de la difference de traitement entre le Francais au niveau de la retraite ? Chacun y mettra la reponse qu’il veut, moi je pense qu’il n’y en a aucune. Un ouvrier chez Moulinex merite autant qu’un conducteur de TGV. Attention, je ne demande par d’harmoniser par le bas. Si c’est possible mathematiquement autant harmoniser vers le haut, mais il faut que nous soyons sur un pied d’egalité.

                      De toute facon, tant qu’il n’y aura pas d’egalite, il n’y aura pas de fraternité.

                      Je voterai pour celui ou celle qui mettra un terme a l’ingalite en matiere de retraite.


                      • Didier (---.---.20.109) 14 septembre 2006 18:34

                        Malheureusement Olivier, l’ouvrier de Moulinex n’a pas eu la chance d’arriver jusqu’a l’age de la retraite, puisque l’entreprise a fait faillite il y a 4 ou 5 ans. Aucun risque que cette mesaventure n’arrive aux heureux bénéficiaires des regimes speciaux !


                      • olivier (---.---.224.112) 14 septembre 2006 21:45

                        c’est vrai que chez Moulinex ils ont un regime de retraite special : le chomage smiley

                        Plus serieusement je suis vraiment persuadé que la frilosité des socialistes sur les retraites va leur jouer des tours. Quand j’entends Segolene repondre que l’UMP au pouvoir avait les moyens d’agir, j’entends Jospin qui promettait en 2002 de reformer les retraites si il etait elu ... Il etait pas au pouvoir depuis 5 ans Jospin a ce moment la ?


                      • alfa1 (---.---.96.130) 14 septembre 2006 17:42

                        70 ans... c’est un bel age pour une retraite !

                        On va peut etre l’avoir, si l’ AlKaida Algérien donne un coup de main avant les élections, comme en Espagne


                        • La Taverne des Poètes 14 septembre 2006 18:09

                          Et pourquoi Monsieur Jospin rejetterait-il Ségolène Royal ! Délire de persécution. Il la rencontrera certainement.

                          Bon ! je vote pour votre article uniquement parce que vous avez une bonne tête. (Je suis plus exigeant pour les articles faits par des journalistes professionnels)


                          • PatLeChat (---.---.69.4) 14 septembre 2006 18:11

                            Tout le monde se plaint de la qualité du débat entre prétendants à la présidence. Les problèmes de fond ne seraient pas abordés etc, etc.

                            Personnellement je ne suis pas convaincu que concernant cet article, nous ayons produit un débat de meilleure qualité. Peu d’arguments et beaucoup d’anathèmes ! smiley

                            En ce qui me concerne, puisqu’il faut débattre, voici rapidemment mon avis concernant les trois points évoqués lors de ce mini-interview.

                            Concernant les régimes spéciaux, je pense que Ségo nous a servit un peu la même langue de bois que tous les autres. C’est un sujet sensible et personne n’ose se découvrir de peur de se faire tirer dessus.

                            Concernant Jospin, j’ai beaucoup d’estime pour lui mais je suis vraiment désolé de le voir nous jouer ce psychodrame. On est à deux mois de la désignation du candidat PS et Ségo pèse autant que tous les autres prétendants réunis. Il est ridicule qu’il n’y ai aucun désistement. Je ne vois pas en quoi cet emmiettement profitte à ce parti.

                            Concernant la protection de Royal, elle n’est pas ministre et même si on vit dans un monde dangereux, même si un fou peut la tuer demain, il me parait difficile de lui accorder une protection sans qu’il y ait de menaces avérées. Je trouve scandaleux que sarko mobilise autant de gens autour de sa personne et de sa famille (à nos frais bien sur), scandaleux que tous un tas de gens mobilisent des policiers pour le simple plaisir de se sentir important, alors je ne vais pas accepter que quelqu’un mobilise une protection avant même d’etre élu.

                            Quel est la menace qui pèse sur Giscard, Balladur etc... ?


                            • Phosphoros Phosphoros 14 septembre 2006 18:14

                              Je suis d’accord avec le commentaire d’Olivier pour les retraites : on ne pourra éviter les votes extrémistes et « haineux » envers d’autres catégories (l’ouvrier contre le conducteur de TGV, pour reprendre la comparaison) qu’en parlant clairement à *tous* les français, et en leur expliquant les moyens *réalisables" (et non les promesses de campagne) par lesquels l’objectif d’équilibre budgétaire et d’équité entre les citoyens pourra être atteint.

                              Chiffo => ne soyez pas naïf : les régimes spéciaux sont un gouffre sans fond, comblés chaque année par nos impôts. Tels qu’ils sont conçus, la masse salariale est bien trop insuffisante pour atteindre l’équilibre vu la somme « d’avantages » que connaissent les bénéficiaires.


                              • olivier (---.---.224.112) 14 septembre 2006 23:25

                                selon lemonde.fr les cheminots menacent d’une greve en reaction au debat qui se lance petit a prepare, car il aura forcement lieu. C’est meme pas un projet que c’est deja interdit d’en parler : les heureux beneficiaires du systeme qui pretendent defendre leur acquis sociaux payés par nos impots ne nous autorisent meme pas a discuter sous peine d’engager un bras de fer. Franchement si c’est pas du chantage ca y ressemble.

                                Qu’on etonne pas des votes extremes : on y va tout droit au 21 avril 2007 avec des comportements comme ca, parce que le chantage personne n’aime ca.


                              • chiffo (---.---.86.34) 15 septembre 2006 11:58

                                Justement, je voudrais mesurer le fond. Si je lis bien le rapport de la cour des comptes, c’est le régime des non salariés (agriculteurs, artisans, professions libérales) qui est le plus déficitaire (-6 milliards au total).

                                Si l’on raisonne du seul point de vue comptable, c’est ce régime qu’il faudrait réformer.


                              • olivier (---.---.229.136) 15 septembre 2006 15:58

                                oui bien sur c’est complexe et il faut s’appuyer sur de vrai chiffres mais la comprehension que j’en ai :

                                - c’est que les 3 categories sociaux-professionelle que vous citez (agriculteurs, artisants, professions libérales) sont justement celle qui ont le plus faible taux de remplacement. Le taux de remplacement etant le rapport entre ce qui a ete cotisé pendant la vie active et ce qui est touché une fois a la retraite. Pour connaitre personnellement des agriculteurs, j’ai tendance a croire que c’est vrai

                                - les regimes speciaux ne sont pas en deficit car ils sont maintenant adossés au systeme general : nous payons les retraites des employes EDF, RATP et SNCF avec la caisse de retraite des salaries que nous sommes.

                                Donc oui a des regimes speciaux MAIS si ils sont financé pas l’entreprise. Si c’est a moi le contribuable de financer un systeme inique ou celui qui touche le plus c’est celui qui a le plus fort pouvoir de nuisance alors NON. Il y a la un rapport de force malsain et si les privilegies veulents un rapport de force, alors nous allons devoir faire face a des votes extremes. Et je dis que nous courrons a la catastrophe vu les reactions des syndicalistes et autres responsable du PCF qui ne veulent que preserver leurs acquis au depend de l’ouvrier moyen.

                                Leur seul defense est : on a des acquis on les garde. Si vous menacez de discuter on faire la greve. En gros on est plus fort et on bloque tous les francais qui ne sont pas privilégiés. Bref des menaces en somme, quel lecon de democratie.


                              • chantecler (---.---.146.202) 14 septembre 2006 18:14

                                Aujourd’hui,je me sens un peu fatigué de ces débats ou absence de débats,faute d’éléments,qui tournent dans le vide.Il y a quelque chose de désespérant dans ce pays. Et pendant ce temps,à l’assemblée,la grande entourloupe se poursuit,c’est à dire la grande braderie des services publics:tout est privatisable,c’est à dire échappant au controle de l’Etat,pour assurer des bénéfices considérables pour les actionnaires, au détriment des consommateurs et des finances publiques:il y a quelques années les télécoms,boite performante,qui formait des techniciens,des ingénieurs,rapportaient des milliards de francs à l’état.Aujourd’hui on se demande comment maintenir à flot les caisses de l’assurance sociale.Quelle régression !Pour me détendre je relis Rhinocéros de Ionesco.Dans ce théatre les gens se déshumanisent,mutent, en rhinocéros,et les derniers à résister,commencent à se trouver monstrueux face aux nouvelles normes....


                                • lss (---.---.221.218) 14 septembre 2006 18:39

                                  C’est vrai que Renault, Air France, le Credit Lyonnais étaient des merveilles de rentabilité et que la SNCF ne touche absolument aucune subvention de l’Etat (dans les 40% du CA je crois)... Les chantiers navals aussi étaient une merveille de rentabilité. EDF ? Les sommes pour demanteler les centrales sont provisionnées mais pour ce qui est de les remplacer...On va encore faire appel au contribuable. L’Etat est un mauvais (atroce) gestionnaire d’entreprise, il ne sait que gaspiller, la preuve, il dépense plus que ce qu’il gagne, alors que ce sont nos impôts !

                                  Une preuve ? Les rapports de la cour des compte (disponibles en ligne gratuitement, mais il faut avoir la patience de les lire).


                                • Didier (---.---.20.109) 14 septembre 2006 18:46

                                  Ce qui est désespérant, c’est l’aveuglement des francais d’entendre et d’ecouter la vérité sur la situation reelle de notre pays.

                                  C’est l’incapacité de nos politiques a faire comme dans les autres pays, c’est a dire a s’entendre sur les réformes indispensables et essentielles.

                                  ET enfin, c’est l’incapacité de la gauche de comprendre que le monde du 21eme siecle n’est plus celui du 20eme siecle. Les entreprises d’état,les monopoles, tout ca c’est fini.

                                  Et apres Ionesco, pour echapper encore un peu plus a la triste réalité, je vous suggere Alice au Pays des Merveilles.


                                • Harry (---.---.85.71) 14 septembre 2006 20:50

                                  En effet, j’ai la même impression.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès