Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Irlande : le Traité de Lisbonne a disparu

Irlande : le Traité de Lisbonne a disparu

C’est l’histoire d’un mec... Vous la connaissez ? Un mec qui cherche à savoir ce que renferme ce sacré Traité de Lisbonne pour lequel il doit voter dans quelques mois. Ah oui, vous la connaissez... Sauf que le mec est Irlandais, et qu’il est journaliste : Vincent Browne.

Vincent Browne est un des journalistes les plus en vue en Irlande, rédacteur en chef d’un magazine d’actualité Village, chroniqueur dans l’Irish Times et le Sunday Business Post. Il présente aussi une émission d’actualités sur TV3. Comme le Traité de Lisbonne doit prochainement être voté, en Irlande, par référendum, il a essayé de s’en procurer un exemplaire, pour le lire et essayer de se faire un avis, forcément... il est journaliste ! Et téméraire avec ça ! Il nous livre le récit de son aventure...


Traité introuvable...

Il se rend au Bureau de la Commission européenne à Dublin. Il demande un exemplaire du Traité de Lisbonne. Il aura droit à une photocopie, car aucun exemplaire officiel n’est disponible en Irlande. Il survole les premières pages et découvre que l’article 1 dit que "L’union sera fondée sur le traité actuel et sur le Traité de fonctionnement de l’Union européenne". Il retourne donc au guichet et demande une version de ce second traité. Introuvable ! Ils ne l’ont jamais reçu. Après que plusieurs personnes eurent proposé leur aide, une proposition est faite par un responsable : comme ce nouveau traité, introuvable, est une compilation de tous les traités signés depuis le Traité de Rome en 1957, ce responsable propose de lui refourguer un "résumé" de ce Traité de Rome, car explique-t-il, "(il) ne devrait pas se tracasser en essayant de comprendre de lui-même l’intégralité des précédents traités"...

Les hommes politiques feront un résumé aux citoyens...

Alors il insiste, il souhaite réellement faire sa "propre évaluation du Traité" et il ne lui est pas concevable de le faire sans avoir lu l’intégralité des documents. Quel toupet ! Les employés présents acquiescent, mais restent impuissants. Il semblerait, lui annonce une autre personne, que les documents en question puissent être publiés en avril, mais rien n’est sûr. Mais de toutes façons, continue la dame, il n’y a pas de soucis à se faire car les hommes politiques du pays, "démocratiquement élus", résumeront le Traité aux citoyens et le peuple pourra ainsi se forger une opinion. Non, ce n’est pas satisfaisant, pour Vincent. Une autre idée, une note explicative est éditée par l’Institut des Affaires européennes. Mais le bougre insiste. "Cet institut n’est autre chose que la ’cheerleader’ (pompom girl) de l’Union européenne", indique-t-il. Donc l’objectivité des informations est forcément sujette à caution... Ultime idée, il se rend, ensuite, à la "Documentation nationale", chargée d’éditer les documents officiels irlandais. Même sanction, aucune référence à ce Traité, nulle part. Ils n’ont pas de trace de ce document et n’ont aucune indication sur une publication ultérieure.

La seule ligne de conduite responsable est de voter "non"...

Pour la conclusion, je laisse parler Vincent Browne, le mec conclut son histoire ainsi : "Si un banquier vous demandait de signer un contrat, n’insisteriez-vous pas pour savoir de quoi il s’agit avant de vous exécuter ? Comment peut-on attendre de nous d’approuver un Traité qui modifie notre Constitution sans être capables de comprendre ce dont il parle, autrement qu’en croyant sur parole ces menteurs professionnels ? La seule ligne de conduite responsable, sensée, raisonnable, intelligente à adopter est de voter ’non’ à ce traité parce que nous ne savons pas - et ne pouvons pas savoir - ce qu’il signifie."

Source en anglais : What exactly are we reforming in this treaty ?
Lire aussi à ce sujet : "L’Irlande, ce petit village celte qui résiste"


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • wesson wesson 25 février 2008 11:30

    Comment dire ...

    je ne suis pas étonné...

    Le sort de 450 millions d’européens est entre les mains de 4 millions d’Irlandais. Espérons qu’ils fassent le bon choix.


    • Forest Ent Forest Ent 25 février 2008 11:33

      Les Irlandais ont le droit de voter parce que tout le monde pense qu’ils vont dire "oui". Ils ne vont pas se mettre à se poser des questions eux aussi, quand même ? Qu’on leur coupe internet !


    • spock spock 25 février 2008 12:14

      à l’auteur et son journaliste, il y a un truc qui s’appelle internet, où alors l’irlande ne connait pas encore l’informatique.

      Avec ça pas besoin de prendre l’avion pour aller à Bruxelle, c’est bon pour la planète.

      http://www.consilium.europa.eu/cms3_fo/showPage.asp?id=1317&lang=FR&mode=g

      (trouvé en tapant : "traité de lisbonne en ligne" sur google 1ère page, trop dur)

      pour des articles plus précis, il y a une base de donnée. Bref de quoi faire des articles sérieux sur Agora.

      calomnie cette article.


      • wesson wesson 25 février 2008 13:11

        Effectivement,

        c’est accessible sur Internet

        Internet qui, selon une estimation TRES optimiste est présent dans un peu moins de 45% des foyers européens.

        Donc effectivement pour eux, c’est dispo.

        Mais pour les autres, qui ne sont rien de moins qu’une majorité, rien....

        Un traité censé modifier à ce point la rêgle du jeu devrait être au moins consultable par toute personne, et pas que les internautes.

        Mais bon, les principes, la constitution, l’avis du peuple, maintenant on s’en fiches !

         


      • spock spock 25 février 2008 13:39

        vous avez raison, le traité devrait être accessible plus facilement, voir même résumé de façon la plus objective possible (dur dur) pour les passages litigieux et créer le débat, pas seulement en irlande mais partout en Europe.

        Maintenant qu’un journaliste n’ait pas accés à internet, c’est à mourir de rire.


      • Grasyop 27 février 2008 01:27

        Spock, vous avez mal lu l’article. Le journaliste a bel et bien obtenu une photocopie du traité modificatif de Lisbonne, mais :

        « Il survole les premières pages et découvre que l’article 1 dit que "L’union sera fondée sur le traité actuel et sur le Traité de fonctionnement de l’Union européenne". Il retourne donc au guichet et demande une version de ce second traité. Introuvable ! »

        Ceci dit, ce second traité se trouve lui aussi sur internet, à l’adresse suivante :

        http://www.traite-de-lisbonne.fr/Traite_de_Lisbonne.php?Traite=1


      • Grasyop 27 février 2008 02:16

        Rectificatif : l’auteur du site lui-même dit que les textes qu’il présente sont officieux. Il ne semble pas exister de version officielle, monolithique, du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.

        En fait, le traité modificatif de Lisbonne dit (page 18 ou "TL/fr 17") ce qu’est ce « traité sur le fonctionnement de l’Union européenne »  :

        « le traité instituant la Communauté européenne, tel que modifié par ailleurs et qui devient le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne »

        Pour en connaître le contenu, il faut donc lire le traité de Rome (1957) et tous les traités ultérieurs qui l’ont amendé. Si on veut vraiment faire un travail journalistique professionel, c’est possible.


      • faxtronic faxtronic 25 février 2008 12:15

        La democratie facon europeenne c ’est : Tu es uniquement libre de dire toujours oui, il est interdit de dire non. Mais attention si tu dis oui, il faut en accepter les consequences memes les plus perverses, car apres tout l’UE se dit democratique, ce qui veut dire que les seules responsables sont les citoyens et les seules beneficiaires la haute classe de la société.


        • Brif 25 février 2008 14:09

          Le premier traité auquel nous avons dit "NON" était incompréhensible. C’est pourquoi nous avons dit non. Celui ci mérite la même réponse, pour les mêmes causes. Quand on arrêtera de nous prendre pour des billes, nous pourrons lire et peut-être dire oui.


          • spock spock 25 février 2008 17:45

            vous voulez dire par là que ceux qui ont voter OUI savent lire et pas les autres ? Je comprend pourquoi on se sent obligé la-haut de vous le faire passer de force " et bien profond".


          • FYI FYI 25 février 2008 14:33

            La question, il me semble, est-ce que les politiciens (les élus en tout cas) sont un mal nécessaire au même titre que les forces de l’ordre  ? :)

            A quand un Nuremberg pour les élus qui votes contre l’intérêt général ?


            • Internaute Internaute 25 février 2008 18:24

              On ne peut qu’approuver l’article et les commentaires.

               

              Je remarque simplement la formule "Cet institut n’est autre chose que la ’cheerleader’ (pompom girl) de l’Union européenne".

               

              Traduire l’anglais "Cheerleader" par "pompom girl" en français montre un humour trés irlandais de la part de l’auteur.

               


              • Internaute Internaute 25 février 2008 19:08

                Voici un petit rappel qui est loin d’être exhaustif, des bienfaits de l’UE.

                Novembre 2006 - Airbus prépare un plan de réduction des effectifs de 10.000 personnes et le remplacement des 3.000 sous-traitants par 500 dont 250 dans le tiers-monde

                22/11/2006 - VolksWagen licencie 4.000 personnes en Belgique. Faurecia licencie 300 personnes en France.

                12/12/2006 - Reynolds ferme l’usine de Valence - 256 emplois directs.

                14/12/2006 - Pleyel (les pianos) ferme à Alès dans les Cévennes à cause de la concurrence chinoise.

                13/02/2007 - Saint louis ferme l’unité de fabrication du sucre de canne à Marseilles et licencie 120
                personnes.

                14/02/2007 - Alcatel Lucent ferme l’usine de St. Grégoire en Bretagne et licencie 1.468 personnes en
                France. 4.200 en Europe.

                02/03/2007 - Bayer supprime 6.100 emplois dans le monde dont la moitité en Europe.

                07/03/2007 - Papeteries de Domène et des Alpes. 240 emplois supprimés.

                29/03/2007 - Maillots de bain Arena 189 personnes licenciées à Livourne.

                31//05/2007 - Jalatte à Saint Hippolyte du Fort. Premier fabricant européen de chaussure de sécurité.
                S’en va en Tunisie. 285 emplois supprimés. Patron suicidé.

                06/06/2007 - Rossignol ferme son usine de Voiron

                14/06/2007 - Usine d’olive marseillaise vieille de 100 ans qui part au Maroc.

                09/10/2007 - Il n’y a plus qu’un seul producteur de cornichons en France. Tous sont importés d’Inde. Majorette est en faillite et va fermer.

                10/102007 - Flextronics-Solectron à Bordeaux délocalise - 547 restent sur le tapis.

                04/12/2007 - Le Gallois Airbus annonce qu’il doit délocaliser la production des avions.

                04/12/2007 - David Pujadas - Fr2 - annonce que la production européenne de sucre doit diminuer de
                30% en application d’une directive de l’OMC. Les usines Saint-Louis en Picardie ferment.

                12/01/2008 - Rummily en Haute Savoie. Les usines de ski Salomon ferment leur porte. 350 personnes
                sur le carreau.

                15/01/2008 - Saint-Dizier. Les usines Miko ferment.

                17/01/2008 - Grandange. Arcelor diminue son activité en France et va licencier 600 personnes soit la
                moitié du personnel.

                19/01/2008 - Nokia délocalise sa production allemande de téléphones en Roumanie.

                21/01/2008 - Le Figaro annonce que la SCNF Fret va perdre 6.000 emplois.

                25/01/2008 - Dunlop - GoodYear Amiens. Suppression de 460 postes.

                25/01/2008 - Arc (les cristaux) vont supprimer 3.000 postes en France. Ce sont au total 6.000 emplois
                qui auront disparus depuis 6 ans, soit 50% de l’effectif total, alors que dans le même
                temps, Arc International a ouvert deux fours en Chine, deux aux Emirats Arabes Unis et
                une entité en Russie" souligne FO.

                12/02/2008 - Kléber licencie à Toul

                15/02/2008 - Ford va fermer son usine de boîtes de vitesses à Bordeaux.

                22/02/2008 - Smoby fabricant de jouets dans le Jura va fermer ses porte. 1.000 personnes sur le carreau.


                • talife 25 février 2008 23:43

                  oui et ce serait pire sans l’UE...


                • Le vénérable du sommet Le vénérable du sommet 25 février 2008 19:22

                  Merci pour le lien Spock.

                  Je viens de lire ce "nouveau traité "simplifié"" en me basant sur l’ancien puisqu’ils n’ont même pas encore fait l’effort de le mettre en page correctement et complètement. (dur dur)

                  Ahurissant !!!

                  ces gens viennent de réinventer l’U.R.S.S mais à la sauce libérale.

                  Quand je pense que je m’inquiétais pour l’avenir de la démocratie en France .... Je viens de me rendre compte que ma vision était bien limitée !!!

                  En fin de compte, je ne vois même plus l’intérêt de voter pour des députés européens.


                  • spock spock 25 février 2008 19:49

                    "Quand je pense que je m’inquiétais pour l’avenir de la démocratie en France .... Je viens de me rendre compte que ma vision était bien limitée !!!"

                    finalement vous en avez lu quelques uns alors ?

                    honnêtement c’est indigeste. même en polonais.

                    "En fin de compte, je ne vois même plus l’intérêt de voter pour des députés européens."

                    pourquoi ? Certains euro-députés comme De Villier participent à la déconstruction de cette vilaine Europe libérale. Vous savez pour qui voter maintenant.


                  • Le vénérable du sommet Le vénérable du sommet 25 février 2008 21:29

                    "finalement vous en avez lu quelques uns alors ?"

                    ben oui et le fond n’a pas changé mais la forme est encore plus incompréhensible, soviétique quoi. D’ailleurs, comme on n’a pas demandé l’avis des polonais, cela ne doit pas leur sembler important. Comme les trois quart des européens en fait ...

                    "pourquoi ? Certains euro-députés comme De Villier participent à la déconstruction de cette vilaine Europe libérale. Vous savez pour qui voter maintenant."

                    De Villier nous propose un naufrage solitaire ; l’europe, un naufrage collective.


                    • Isa 25 février 2008 21:51

                      @ l’auteur,

                      Tres bon article qui illustre exactement ce qu’est l’Irlande !! Ben oui, personne ne sait ou est le traite, pfffffffffff perdu !! Mais c’est pas grave, parce qu’ici, tout le monde s’en moque. J’ai lu votre article a midi, et j’ai pose la question a mes collegues : la majorite avait completement oublie cette histoire de traite !! Ici, on n’anticipe pas, on ne prevoit pas... on attend que les problemes et questions arrivent et on pratique le "quick fix", on apporte des solutions ou des reponses a court terme. Alors vraiment, quelle drole d’idee ce journaliste a eu de demander le texte du traite des mois avant !!

                      Les Irlandais sont comme ca... Ils sont super cool !! Et puis pour eux, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, alors ils voteront ce que Bertie leur dit de voter. Ca fait partie du charme. C’est pas pour rien qu’ils ont reelu un mec qui est en plein proces pour avoir recu de l’argent dont il ne peut expliquer la provenance. C’est pas de sa faute, a l’epoque, Bertie etait ministre des finances et il n’avait meme pas de compte en banque dans son propre pays !! Ca ne choque personne... Sont cool ici...

                      Tout ca pour dire que le traite, ben tout le monde s’en tape ici, pour le moment en tout cas. Lorsque la question se posera, ils voteront pour l’argent : si on leur dit "voter oui, c’est bon pour notre economie", ils voteront oui. Si on leur dit le contraire, ils voteront non. Ils font confiance et veulent par dessus tout conserver leur niveau de vie.

                      Il y a environ un an, le journal Metro titrait en premiere page "It’s your duty to go to the pub, it’s vital for EU economy"... Ben je peux vous assurer que ca a ete pris au pied de la lettre !!


                      • Nemo 25 février 2008 22:49

                        Encore de la désinformation anti-européenne... Etre incapable de faire une recherche sur Google en dit long sur le niveau du journaliste...

                        Quant au post de "Internaute", il dénote d’une ignorance crasse de la manière dont sont prises les décisions dans les multinationales. L’UE n’a strictement rien à voir avec la litanie de suppressions d’emploi qu’il nous assène.

                        Vous parlez de "soviétisme", mais aucun d’entre vous ne sait ce que c’est d’avoir vécu là-bas, sous ce régime. D’ailleurs, votre famille politique n’a cessé pendant des années de le défendre. Mais bon, vous avez l’habitude de cracher sur la main qui vous nourrit, vous n’en êtes pas à une contradiction près.

                        Je m’étonne tous les jours de voir à quel point vous êtes capables de défendre des points de vues qui aboutissent à ce point à l’opposé de ce que vous êtes sensés défendre.

                        Vous voulez protéger la France des méfaits de la mondialisation ? Détruire l’UE est le meilleur moyen de vous en prendre plein la figure.

                        Vous voulez que la France conserve sa souveraineté, à savoir la capacité de décider de son avenir et à en avoir les moyens ? Vous préparez sa dépendance totale et complète aux forces des marchés financiers.

                        A croire que vous ne connaissez pas l’adage "diviser pour mieux régner". Si l’Europe continue à être divisée, les USA, la Russie, la Chine et autres mastodontes vont continuer à se régaler. Les multinationales vont se retrouver encore plus en position de force et nos économies vont se casser la gueule.

                        Voter contre le TCE, celui de Lisbonne, c’est nous livrer pieds et poings liés aux forces des marchés financiers, aux multinationales, et aux américains.

                        Voilà ce à quoi aboutit votre combat, voilà ce pourquoi vous dépensez votre énergie.

                        Bêtement


                        • Asp Explorer Asp Explorer 25 février 2008 23:17

                          Il me semble extrêmement mal avisé de confier la défense de la France contre la mondialisation à des institutions qui, de façon parfaitement assumée d’ailleurs, ont toujours pratiqué une politique claire et affirmée d’ouverture des frontières aux quatre vents. Et les résultats sont là : entre 2001 et 2007, le monde entier a connu une croissance de 4% par an, en moyenne. Ce fut la plus spectaculaire période de croissance mondiale de tous les temps. Tout le monde en a profité ! Depuis l’Argentine, qui est sortie de la faillite, à l’Inde et la Chine, les deux géants de demain, mais aussi les pays d’Afrique, les USA, la Russie, tout le monde... sauf l’UE. La monnaie n’y est pour rien. L’Europe a financé la croissance mondiale au prix d’une croissance domestique de 2% les bonnes années. Parce que, et c’est notoire dans le monde, l’on peut vendre tout ce que l’on veut aux Européens sans avoir à leur acheter quoi que ce soit ! C’est merveilleux ! La fontaine de fric perpétuelle ! Ce n’est pas pour rien que le seul pays de l’UE a avoir profité de la croissance mondiale durant cette époque, ce fut le Royaume-Uni, comme par hasard, celui des européens qui est le moins intégré à l’UE.

                           

                          Ce n’est pas de l’anti-européisme primaire, c’est une constatation froide. L’Europe, ça ne marche pas. Il est grand temps, comme on dit, d’exercer un droit d’inventaire sur l’Europe, et le cas échéant, de trancher dans ce qui n’est pas dans l’intérêt des citoyens Européens.


                        • Internaute Internaute 26 février 2008 08:36

                          Bien sûr que si que l’UE est partie prenante. C’est bien l’UE qui nous oblige a laisser l’entrée libre aux importations du monde entier ?

                          La diminution de la production européenne de sucre de 30% est une décision de l’OMC relayée par l’UE.

                           


                        • Internaute Internaute 26 février 2008 08:53

                          Némo raisonne comme si il n’y avait que les échanges internationaux qui soutiennent l’économie, en oubliant que le marché commun intra-européen existe et plus encore les marchés nationaux.

                          M. Némo, écrivez-nous quel est le pourcentage du PIB de la France qui est consacré aux échanges avec la Chine. Ecrivez une fois ce chiffre sur une feuille de papier afin de lire à tête reposée. Cela remettra en perspective votre point de vue mondialiste.

                          Ecrivez aussi sur une feuille de papier combien d’emplois français se trouvent chez Airbus et Areva. Ecrivez en face combien se trouvaient dans le textile, l’automobile, la chaussure, l’ameublement, le jouet etc etc.

                          Le problème est qu’il n’y a pas un seul économiste, pas un seul ministre qui se soit penché sérieusement sur le bilan des politiques européennes depuis 30 ans. On court en avant parceque cela fait bien, parceque cela est dans l’air du temps, parcequ’on est cité dans les grandes revues mondiales comme quelqu’un de remarquable. L’idéologie et la vanité ont remplacé la pratique de l’économie politique.

                          Les multinationales ne se mettent jamais hors-la-loi. Elles ne font que maximiser leurs avantages dans le cadre des législations mises à leur disposition. Ces législations ont été préparées par le PS et l’UMP, les règles de l’OMC ayant été faites entre 1986 et 1994 sous Chirac, Rocard, Cresson, Beregovoy† et Balladur. Dans ce contexte c’est nos députés et l’UE qui leur facilitent le travail et sans l’UE nous pourrions repartir sur des règles du jeu plus saines.

                           

                          Ce sont bien les députés qui autorisent Renault à fabriquer des Logan à bas prix en Europe de l’Est et à les revendre sans taxes en France ou en Allemagne Ce n’est pas Goshn qui aurait pris cette décision si elle était illégale. Essayez de ne pas payer vos impôts et vous allez voir ce qui vous arrive.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès