• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Islamistes, trumpistes, mélenchonistes, lepénistes, la revanche des (...)

Islamistes, trumpistes, mélenchonistes, lepénistes, la revanche des perdants

Nous assistons au plus effrayant épisode de l’Histoire. Tous les damnées, perdants et autres cocus du système se sont rassemblés en clans et sont prêts à en découdre avec le système. Les insoumis et les frontistes ont applaudi le Brexit, jugeant que le peuple avait triomphé. C’est au contraire le naufrage de la démocratie. Qui sont les électeurs du Brexit ? Beaucoup de vieux qui n’auront pas à subir les conséquences de leur vote dans dix ou vingt ans. De plus, l’électorat du Brexit est composé de gens moins instruits que ceux du camp inverse. La sortie du Royaume-Uni est une nouvelle qui plaira aux revanchards et aux velléités punitives. Surveiller et punir, c’est le titre d’un célèbre livre de Foucault. Cette formule s’applique à notre monde sauf qu’une nouvelle instance s’est légitimée pour surveiller et punir, c’est le peuple. Surveiller les élites de près et les punir si elles fautent. Ce n’est pas un signe de démocratie, c’est le signe que les gens ne se font plus confiance et c’est le naufrage de la démocratie.

Comment en est-on arrivé là ? Une hypothèse doit être examinée, celle d’un ressentiment des perdants. Beaucoup d’adhérents à ces mouvances populistes et punitives se considèrent comme des perdants. Dans un petit livre controversé, Hans Magnus Enzensberger a forgé la thèse d’une guerre civile moléculaire comme une possibilité à venir. Il a par ailleurs tenté d’expliquer le terrorisme islamique sur la base d’un ressentiment lié à une logique, celle du perdant radical. Le type qui se fait sauter est alors un pur produit du monde occidental gagné par les valeurs du marché et de la réussite matérielle. Le terroriste qui se suicide en se faisant sauter commet l’acte du mauvais joueur radical qui, se considérant comme ayant perdu la partie, s’emploie à détruire le terrain de jeu et ses équipes plutôt que de s’en prendre à lui-même. Et pour réaliser ce saut existentiel, on trouvera des prêcheurs capables de le convaincre que son échec et celui de tous les damnés de la misère du monde est causé par les mécréants qui se vautrent dans le consumérisme. Le jeu occidental serait faussé et il faudrait instaurer les lois révélées pour changer la règle du jeu pensent les islamistes. Derrière ces intentions ont trouvera le ressentiment des perdants. Les islamistes se considèrent comme les perdants de l’Histoire. Mais ne peut-on penser que les insoumis de Mélenchon ou les frontistes de Marine se ressentent un peu comme les perdants de la mondialisation ? Les électeurs du FN sont en grande partie les déclassés du système. Du côté de Mélenchon, on trouvera des déclassés, des aigris, des individus ayant peur d’être déclassés et des idéalistes.

S’il y a des perdants et donc des gagnants, c’est que le monde se conçoit comme un jeu. Et même se pense comme un jeu si l’on en croit les théoriciens du marché et du libre-échange. Le jeu n’est pas condamnable s’il est encadré par des règles respectées par tous les joueurs et qu’il y a de la place pour tous les acteurs. C’est lorsque le jeu envahit tous les secteurs de l’existence, les problèmes commencent. Par exemple, dans la politique. On entend souvent les médias commenter les mesures fiscales en pointant les gagnants et les perdants suite à une décision du gouvernement. Ce commentaire est complètement déplacé et illégitime. La fiscalité n’a pas pour objectif de décider des perdants et des gagnants mais d’instaurer une équité fiscale.

La masse des perdants se scinde en modérés et radicaux. On ne trouve que chez les islamistes des radicaux prêts à tuer, y compris se suicider. Concédons néanmoins que quelques extrémistes suprématistes blancs se réclamant de Trump sont radicalisés au point de prendre les armes et dézinguer quelques intrus. Chez les insoumis de Mélenchon ou les frontistes de Marine, on ne trouvera que des perdants modérés. Avec une colère s’exprimant dans les urnes ainsi qu’une espérance sincère mais remplie d’illusions et d’ignorances. Les perdants cherchent une raison à leur situation et souvent, conjurent leur désarroi en désignant des coupables sur le plan moral. Il y a le pur et l’impur. Pour les islamistes, l’impur c’est ce qui n’est pas halal mais aussi les mécréants. Pour les frontistes, l’impur c’est l’immigré et la communauté européenne ainsi que la finance. Pour la France insoumise, l’impur c’est la finance. Macron désigné comme banquier est disqualifié, il représente l’axe du mal. Il a gagné de l’argent, il est suspect, voilà ce que l’on entend du côté de Mélenchon et Marine. Derrière cette condamnation se dessinent en réalité de l’envie et de la jalousie. Combien d’envieux et de frustrés chez les populistes ?

Il y a 80 ans, beaucoup d’Allemands se considéraient comme perdants. Les uns fustigeant le traité de Versailles, les autres, s’en prenant à la finance internationale et aux juifs accusés des maux dont souffre le peuple germanique. Ils étaient pour la plupart anti-système (Kemplerer, LTI), le dit système désignant la république de Weimar, comme aujourd’hui peut l’être la communauté européenne, les partis traditionnels et les multinationales. Les Allemands anti-système ont amené Hitler au pouvoir en 1933. De nos jours, le fascisme politique à l’ancienne n’est pas une menace mais le populisme risque de conduire les pays occidentaux vers un lent naufrage. Le populisme, c’est un peu le fascisme du peuple.

Quel naufrage et quel dommage de ne pas pouvoir trouver un consensus d’espérance. Je suis certain que des agitateurs malsains jouent sur le marasme des citoyens et sur le « jeu » qui devient la figure métaphysique déterminante comme le fut celle du travailleur dans les années 30. Il y a des perdants qui ont une légitimité à se plaindre. D’autres non, comme cette petite bourgeoisie d’héritiers qui vote FN ou bien ces fonctionnaires bien lotis et gauchisant qui se glissent vers Mélenchon non sans quelque relent de nihilisme. A bon entendeur ! Pour rester juste, on doit reconnaître que parmi les gagnants, beaucoup sont méritants mais un bon nombre ont bénéficié des règles injustes du jeu et on même faussé leur jeu avec des combines. Alors, il n’y a pas de cliché, de méchants, de bons. Il reste une large minorité de crétins qui vont voter. Et qui peuvent faire basculer l’élection. Comme aux Etats-Unis.

L’année 2017 a été décisive pour ma gouverne. L’imbécillité des citoyens m’est devenue insupportable, comme le peuple, cette denrée vieille d’un siècle qui n’a plus cours mais qui est remise au goût du jour par des agitateurs populistes de gauche et de droite. Je ne me reconnais pas dans ce peuple. Ni dans les élites ni dans Michel Onfray avec qui je partage le constat mais pas l’analyse des ressorts profonds de ce lent naufrage causé par le matérialisme, les peuples de crétins et les castes élitaires des opportunistes prédateurs et carnassiers. Ce qui est rassurant, c’est que tout ce monde va mourir un jour ce qui rend possible un autre monde mais au possible, nul n’est obligé.


Moyenne des avis sur cet article :  1.49/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • Bartneski bartneski 17 février 10:04

    La plèbe remue, le bourgeois vacille


    • roman_garev 17 février 10:10
      Je n’ai pas lu de texte aussi inepte depuis longtemps.
      Pourquoi mettre dans le même tas les égorgeurs islamistes et les « mélenchonistes » ? Pourquoi les « trumpistes » seraient perdants tandis qu’ils viennent d’en emporter, la première fois depuis les décennies ?
      Pourquoi les « poutinistes » (les Russes), les Chinois, les Indiens, les Hongrois et milliards d’autres qui en ont marre de cette « démocratie » (si chère à l’auteur) jusqu’à en vomir sont omis dans la liste des « perdants » ? 
      Une diarrhée d’un vrai perdant, effrayé par l’écroulement du système coloniale qui assurait son petit bien.

      • gorio 18 février 10:41

        @roman_garev
        et ces vacances M. Garev y avez-vous pensé ?

        Non je dis cela, parce qu’un type qui critique un article avec tant de condescendance sans même l’avoir lu, je crois qu’il a besoin de vacances. Votre pays doit vous manquer en plus, au vue de votre défense aveugle de ce pays de cocagne qu’est la Russie.

      • Gasty Gasty 17 février 10:30

        @ l’auteur
        l’électorat du Brexit est composé de gens moins instruits que ceux du camp inverse

        Mais instruit sur quoi ? N’êtes-vous pas en train de parler de ceux qui se prennent en pleine gueule les décisions de l’UE. Qui sont les moins instruit sur les conséquences qu’engendrent la politique de UE sur la population ? Ne serait-ce donc pas comme vous le dites le camps inverse qui se comportent comme des banquiers totalitaristes ? Proposez-vous donc de les instruire à autre chose que le CAC 40 parce que c’est insuffisant.

        Et pourquoi voulez-vous absolument que ce soit le peuple qui soit responsable du naufrage de la démocratie et que c’est lui qui ne se fait plus confiance ?
        Le peuple n’a plus confiance aux élites,responsable du naufrage de la démocratie. Ne les associés pas à ce naufrage.


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 février 10:35

          @Gasty

          En accordant une responsabilité au peuple, je lui reconnaît une liberté et donc une dignité. En le jugeant irresponsable, vous en faite une communauté de sous-hommes. Comme aurait dit Simone, on ne naît pas crétin, on le devient !


        • Roubachoff 17 février 10:43

          @Bernard Dugué Pour ce qui est de devenir crėtin, vous êtes un expert, dirait-on.


        • pemile pemile 17 février 10:46

          @Bernard Dugué « En le jugeant irresponsable, vous en faite une communauté de sous-hommes »

          Vous déclarez qu’une victime est un sous-homme ! smiley


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 février 11:14

          @pemile

          Le peuple au 21ème siècle n’est pas une victime de la démocratie mais le fossoyeur de la démocratie. Mais reconnaissons des circonstances atténuantes à beaucoup de citoyen que le système n’a pas placé dans les conditions pour devenir un démocrate accompli


        • pemile pemile 17 février 11:39

          @Bernard Dugué

          Avoir une responsabilité sous-entend avoir un pouvoir, le vote serait-il un pouvoir ?


        • non667 17 février 12:17

          @Roubachoff
           comme quoi on peut être bac+12 en science et bac-12 en politique ! smiley
           smiley smiley
          comme certains chanteurs (bruel benguigui !) qui abuse de leur notoriété de chanteur et du micro pour défendre des idées politiques


        • Gasty Gasty 17 février 12:44

          @Bernard Dugué
          "En accordant une responsabilité au peuple, je lui reconnaît une liberté et donc une dignité. En le jugeant irresponsable, vous en faite une communauté de sous-hommes. Comme aurait dit Simone, on ne naît pas crétin, on le devient !"

          C’est votre humilité ou votre bienveillance qui vous le fait reconnaitre ?
          Votre observation ne manque pas de justesse...et puis comme dirait Simone, on ne naît pas crétin, on le devient.


        • Gasty Gasty 17 février 12:47

          Mais à chacun ses responsabilités.


        • Alren Alren 17 février 12:57

          @Bernard Dugué

          Comme aurait dit Simone, on ne naît pas crétin, on le devient !

          Vous savez ce qu’elle vous aurait dit Simone de Beauvoir, à vous le minable réac d’un capitalisme agonisant dans son propre caca spéculatif ?

          Un vers de Brassens : « Quand on est con, on est con »


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 février 21:37

          @Alren

          En quoi ai-je défendu le capitalisme ? Franchement, quand on est con, en effet. Les masses et les perdants sont autant le produit de la nature humaine que des capitalistes qui ont besoin de ces masses. Mélenchon et Le Pen sont les complices idiots du capitalisme.


        • izarn izarn 18 février 03:15

          @Bernard Dugué
          Hahahahahha !
          La ritournelle !
          La responsabilité du peuple, elle est bien bonne celle la !
          Ha ben oui, c’est lui qui est directement aux manettes ?
          Je croyais que nos démocraties étaient representatives....
          Vous vous foutez du monde ?


        • baleti baleti 18 février 08:34

          @Bernard Dugué

          « Le peuple au 21ème siècle n’est pas une victime de la démocratie mais le fossoyeur de la démocratie. »

          La démocratie d’on tu parle, est une mauvaise plaisanterie, pour les naïfs, colporter par des comique sans aucun talent.

          Je crois plutôt que se sont les prétention des intellectuels, qui on enterrer la démocratie, avant même qu’elle est vu le jours.

          A qui incombe de reconnaitre la place des intellectuels dans la société ???????

          Ou plutôt qu’elle est leur place ????????



        • dejaegere 18 février 22:37

          @Bernard Dugu

          La liberte de notre peuple c’est celle du patron et du sans logis qui peuvent tous deux dormir sous les ponts s’ils le desirent .

          C’est celle de tout le monde de voir, comme les dirigeants des 500 plus grandes entreprises de France, leurs profits patrimoniaux augmenter de 55% en 3 ans (voir le journal patronal Challenge).

          C’est celle de constater que depuis 30 ans que PS et droite se sont succedes au pouvoir les riches sont plus riches et que tout se degrade pour les gens et le pays.

          C’est celle de Dugue de qualifier toutes ces victimes d’inconscientes parce qu’elles ne veulent plus de ce paradis.

          Ma liberte c’est de croire que ce monsieur a srement de bonnes raisons personnelles de se sentir bien dans ce systeme pourri.


        • Ciriaco Ciriaco 17 février 10:49

          Vos volontés de simplification à outrance ne regarde que vous. Par contre merci d’avoir l’honnêteté de ne pas faire dire à l’oeuvre de Michel Foucault ce qui ne relève pas du tout de son propos (mais pour le savoir, il faut l’avoir lu).


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 février 10:59

            @Ciriaco

            Chez Foucault, on trouve la célèbre analyse du panoptique. Ne voyez-vous pas dans cette obsession de la transparence une variation assez lointaine mais signifiante du panoptique pour servir le citoyen ?


          • Ciriaco Ciriaco 17 février 11:48

            @Bernard Dugué
            Hum... En évoquant le panopticon Foucault parle (entre autre) de la procédure disciplinaire visant au conditionnement du corps d’un détenu (on a le même phénomène, dans la sphère publique, avec une caméra de surveillance).


            Mais quand on parle des élus, la transparence, ce n’est pas une procédure de conditionnement physique, c’est l’évocation de la responsabilité dans une démocratie représentative : un des aspects fondamentaux d’un État républicain. 

          • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 février 12:01

            @Ciriaco

            Il y a une transparence légale dans le fonctionnement de l’Etat de droit mais aussi une obsession de la transparence dans la sphère morale avec une atteinte à l’intimité. La discipline sur les corps date de l’ancien monde. De nos jours, la discipline s’exerce beaucoup sur les esprits. Le biopouvoir a été remplacé par le psy-pouvoir.


          • Ciriaco Ciriaco 17 février 13:11

            @Bernard Dugué
            Non mais là... Vous savez, il y a aussi la science fiction (au vu de votre propos je vous conseille P.K. Dick).


          • izarn izarn 18 février 03:28

            @Bernard Dugué
            C’est quoi l’Ancien Monde ?
            Vous avez vu ça dans « La révélation des pyramides » ?


          • rogal 17 février 10:56

            « L’année 2017 a été décisive pour ma gouverne. L’imbécillité des citoyens m’est devenue insupportable, comme le peuple, cette denrée vieille d’un siècle qui n’a plus cours mais qui est remise au goût du jour par des agitateurs populistes de gauche et de droite. »
            Il suffisait de le dire.


            • izarn izarn 18 février 03:31

              @rogal
              Et les agitateurs du centre ?
              Ceux de l’UMPS ?
              Ils s’agitent pas dans leur bocal de cornichons ?


            • Aristoto Aristoto 17 février 11:11

              Quoi keski dit le petit ingénieur raté spécialiste es astrologie quantique ?!


              • izarn izarn 18 février 03:35

                @Aristoto
                Un coup de chaleur ; le réchauffement climatique....


              • fred fred 17 février 11:13

                Certain scientifiques de nos jours pédalent dans la semoule de leur univers restreint... !


                • howahkan howahkan 17 février 11:16

                  Salut Bernard...quel cri !!

                  tu dis : Le jeu n’est pas condamnable s’il est encadré par des règles respectées par tous les joueurs et qu’il y a de la place pour tous les acteurs. C’est lorsque le jeu envahit tous les secteurs de l’existence, les problèmes commencent. Par exemple, dans la politique. On entend souvent les médias commenter les mesures fiscales en pointant les gagnants et les perdants suite à une décision du gouvernement. Ce commentaire est complètement déplacé et illégitime. La fiscalité n’a pas pour objectif de décider des perdants et des gagnants mais d’instaurer une équité fiscale.

                  le si est de trop..car il imagine une situation qui n’est pas...c’est un déni du réel, ce qui est devenu la spécificité des humains tels que nous sommes devenus depuis genre + ou - 3000 ans, mais c’est quasi impossible de savoir cela .

                  un événement X s’est produit...nous avons globalement, sauf exceptions qui parsèment les siècles , alors perdu le fil de la vie...ne gardant que celui de la survie...or ce fil est coupé dans le futur par la mort..et la pensée notre outil de survie n’est pas programmé pur vivre cela....

                  jusqu’à là, ça va encore....si la pensée n’essaye pas de fuir ce fait absolu...inconnu...

                  si je ne sais pas que la pensée ne peut analyser l’inconnu, je ne peux rien comprendre de ce qui suit...or savoir cela ne s’enseigne pas, ne se transmet pas , alors je dois le voir moi même .

                  ne pouvant analyser l’inconnu, car elle ne peut que analyser ce qu’elle a mémorisé , elle va essayer de transformer l’inconnu en un connu sorti de son imaginaire...et va alors analyser la mort....

                  Or la mort est un absolu, un absolu ne s’analyse pas par la pensée humaine, IL SE VIT....ce que la pensée ne peut faire...

                  que reste t’il donc que je puisse faire ? pour moi : RIEN..

                  Ce que nous devons comprendre est que la pensée par nature doit échouer des que elle aborde des sujets où elle ne doit pas aller...la pensée est limitée par programmation à certains champs, en gros ce qui est pratique quelle qu’en soi le sujet, , c’est prévu ainsi par le Grand Ordonnateur ..

                  des que elle fait cela , qu’elle va là où elle ne doit pas aller quelque chose en nous, nous envoie un signal, ceci implique que il y a quelque chose qui sait...on a oublié cela....ce signal que l’on n’ écoute pas s’amplifie alors graduellement jusqu’à atteindre des souffrances mentales insupportables..

                  que l’on essaye de fuir....or je suis cette souffrance...et là encore la pensée va échouer à régler cela, car elle croit que il y a un « je » d’un coté et la souffrance de l’autre....ceci n’existe pas....je suis la souffrance, je suis le créateur de ma souffrance..

                  Nous sommes coincés là depuis des milliers d’années ..

                  Tout ce que nous faisons porte la marque de la tentative de fuite impossible de notre souffrance...

                  L’ennui est souffrance, l’espoir aussi, le désespoir de mème, la peur, le désir lui même...etc etc etc

                  jusqu’à devenir une constante à laquelle les humains se sont habitués pensant que vivre c’est cela ...oh bien sur devant les caméras, devant les amis, devant les ennemis ont fait les kéké de la plage...avec des montres en or qui donnent l’heure..

                  mais les fondements de cette non vie sont noirceur....sans vie...on y retrouve le coté obscur de la force..c’est aussi « con » que cela en fait...

                  Cette fuite empêche nos autres capacités de se mettre en route, elles ne sont pas, sauf exceptions comme toujours je suppose mais je n’en connais pas, elles ne sont pas en fonction à la naissance et pur une partie de l’enfance...qui varie....le « câblage » doit être fini pour cela ...

                  On peut savoir quand on est apte à aller dans cette autre direction le jours ou j’ai trop peur, ou la mort est un probleme par exemple. ou je suis sans énergie pour cette vie etc etc etc mon dernier a vécu cela vers 6 ans pour la mort entre autre..comme je sais par et pour moi même à propos de cela, , nous sommes allés en voyage tous les deux, il a tout fait je lui ai juste donné la main mentalement quand cela est nécessaire...il n’y a plus de méthodes ici..les autres capacités sont déjà au moins partiellement en marche ...

                  il s’agit de ne plus fuir....après un moment genre 2 à 3 semaine, alors que nous voyagions ensemble une fois de plus..c’est disons très chamanique, je suis incapable comme lui même aussi de dire avec précision ce qui s’est passé..après quelques semaines donc, soudain il m’a regardé d’un aire totalement différent et il m’a dit ces mots exact ( en anglais car nous parlons anglais) : Daddy it’s over...daddy c’est fini...

                  je ne lui ai rien demandé de dire, c’est à lui, son histoire, voila 7 ans et il est remarquablement équilibré, aidant, gentil, souriant , coopératif etc etc un jours autre chose peut se produire et il devra alors de lui même le vivre comme il a appris à vivre la mort..

                  Voila entre autre pourquoi la négation de cet absolu est une erreur fondamentale...comme l’est la fuite de la souffrance mentale...

                  tout ceci empêche que l’on fleurisse..nous sommes alors des tiges sans fleur, sans parfum, desséchées...

                  et tout ceci donne ce monde ou le sens est absent..

                  Ce qui se passe sur la terre est l’équivalent en plus spectaculaire de ce qui se passe en chacun avec la souffrance ( frustration,peur,ennuie,mécontentent, etc.. , le mot dukkha du bouddha est plus intéressant que souffrance mais je fais avec ..

                  la pensée doit échouer...

                  nos autres capacités que sont elles ? il y en a une qui règle les problèmes dit psychologiques , elle est spécialisée là dedans..elle nous envoie un signal d’erreur qui dit : tu te trompes, laisse moi faire..laisse le signal-symptôme être n’y touche pas, je m’occupe de tout , c’est le catalyseur qui va aider et ne plus être là une fois que j’ai réglé le probleme..

                  pratiquement cela donne quoi par exemple..je ne vais pas bien du tout , j’ai mal, vie de merde , je souffre etc..la pensée cherche des solutions sans connaître l’origine probleme,balaise la pensée non ?? bref il y a ce symptôme qui fait mal, puis un jours, vaincu par tout cela sans rejoindre cette idée que de supprimer le corps est la solution, je veux vivre donc mais pas comme cela, je refuse cette non vie , alors pour une fois vaincu je laisse ce symptôme être..et je n’attends rien du tout...la pensée a admis qu’elle ne sait rien faire à propos de cela..et alors je laisse cette souffrance être sans rien attendre...bien sur la première fois je ne sais pas que je suis en train de faire exactement ce qu’il faut faire : RIEN...............

                  si ceci prends place factuellement ,alors tout va très vite, la pensée ne peut pas suivre elle est bien trop lente quoique déjà assez rapide en elle même quand même bien sur sinon nous ne pourrions survivre, genre oups merde la falaise , ah je tombe ...

                  il y a un moment ou je suis la souffrance-symptome d’erreur et rien d’autre....et là cette autre capacité se mets en route d’elle même, la pensée ne contrôle pas cela, elle trouve une ou des racines de problèmes choisies par elle même, soit elle les montre à tout notre « organisme » toutes nos cellules , tout notre être qui est alors totalement secoué par une telle vision, c’est si puissant que on ne peut méprendre cela pour autre chose, alors je vois, c’est un moment de révélation profond, intense, jamais vécu par la pensée , les problèmes ainsi mis à la mis à la lumière de toutes les composantes de notre être disparaissent de suite par la compréhension et la vision de ce qu’ ils sont ....apparaît alors cette énergie indescriptible..qui est un moment de Grace, un moment de vie indescriptible ..qui a sa propre énergie qui n’est pas celle de la pensée...

                  et là bien sur cela va durer un certain temps inconnu, puis la pensée va bien sur refaire des erreurs ,sans parler de toutes les autres erreurs déjà stockées dans nos zones devenus inconscientes pour nous du fait du totalitarisme de la pensée superficielle de nos cerveaux
                  lumière sont instantanément dissous..ces autres erreurs doivent être résolues également...pas par la pensée bien sur, pas par l’analyse qui crée cette fausse dualité vitale qui n’existe pas ailleurs que pour survivre physiquement

                  tout ceci est instantanée...je décompose ce qui se passe...

                  Je viens d’ avoir un repas de vie...je sais que la vie n’est pas un combat....ni une compétition...et est d’une paix totalement indescriptible...l’imagination n’a pas sa place...elle aura toujours faux..

                  ce n’est même pas extraordinaire, ni grandiose, ni merveilleux, etc tout ceci est le monde de la pensée..qui a sa juste place et qui dans notre cas n’est plus à sa place...parce que nos autres capacités ne s’ouvrent plus...

                  une de nos autres capacité est de pouvoir être touchée par cette énergie qui est pure contentement..ce qui nous manque..là la question du sens n’est plus..

                  une autre est de pouvoir converser de cerveau à cerveau....,

                  une autre est d’avoir des flashs de révélation instantanée...je suis bien incapable de dire où cela s’arrête...

                  car pour le moment et depuis un certain temps, je suis moi même « coincé » dans ces méandres là où il faut vivre le symptôme de souffrance..qui à chaque fois si il est vécu révèle ce qu’il veut..

                  c’est comme cela, j’ai saisis que si je cherche je suis à nouveau trop perdu....

                  je ne dirige pas ma-la vie en fait, des que j’essaye ça part en « couilles »...

                  c’est la vie et son énergie qui dirige , cela correspond bien avec : aide toi et le ciel t’aidera...le ciel étant L’ Origine inconnue

                  perdants et gagnants sont dans la même merde...qui n’est pas le chemin de la vie..


                  • Alex Alex 17 février 11:27
                    Il est clair que Dugué se considère comme une zélite, surtout s’il a réussi à signer le contrat tant espéré avec Pif-Gadget. Mieux, il est persuadé d’être démocrate.
                    Donc le peuple a le droit d’élire les bonnes zélites, mais surtout pas celui de « les surveiller de près et les punir si elles fautent. »
                    À chaque faute de ces élites, le populo (plus adapté que le noble « peuple ») doit s’enthousiasmer, le plus important étant qu’il permette à mr Dugué de passer son temps à chercher d’improbables mécènes et éditeurs.
                    En ce qui concerne le niveau d’instruction, il est effectivement très variable. Mais le QI – qui conditionne entre autres la capacité à s’instruire – étant inné, il ne donne aucun droit supplémentaire à son bénéficiaire que celui de se rendre utile dans un domaine plus pointu. Mais cela ne fait en aucun cas de lui un surhomme hors d’atteinte du jugement du populo. Un petit paysan ignare fait vivre des gens ; il est donc plus utile que ces chômeurs volontaires longue durée persuadés que leur nom sera plus célèbre que Descartes, Poincaré ou Einstein. 
                     
                    Il reste tout de même un début de phrase correct s’il est autobiographique : « Quel naufrage ! » 

                    • pemile pemile 17 février 11:51

                      @Alex « Mais le QI – qui conditionne entre autres la capacité à s’instruire – étant inné »

                      Non, il est multifactoriel.


                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 février 20:31

                      @Alex

                      Le jour où vous avez un cancer en phase terminale, vous irez acheter des carottes bio chez le petit paysan. Je vous épargne la suite. Votre propos fleure bon la révolution culturelle de Mao. Au champ ou à l’usine les intellectuels !


                    • Rincevent Rincevent 17 février 23:38

                      @Bernard Dugué

                      Au champ ou à l’usine les intellectuels ! Et pourquoi pas ? Pas comme les Khmers rouges, bien sûr mais six mois, un an, juste pour voir. Après tout, il y a bien des entreprises qui ont organisé des stages commandos de « motivation » pour leurs cadres, non ?


                    • izarn izarn 18 février 03:38

                      @pemile
                      En plus le QI est une mesure trés contestable.
                      Personne ne sait ce qu’est l’intelligence humaine.
                      Donc les spécialistes de l’intelligence artificielle me font toujours rigoler.


                    • izarn izarn 18 février 03:41

                      @Bernard Dugué
                      Vous savez guérir les cancers ?
                      Utilisez un exemple plus adapté...


                    • Alex Alex 18 février 09:09

                      @Bernard Dugué

                      Vous bottez maladroitement en touche : j’ai écrit que ceux qui ont eu la chance de naître plus doués doivent faire quelque chose d’utile, à leur niveau.
                      Je ne mets pas dans ce groupe ceux qui se prennent pour les nouveaux Einstein, et se font régulièrement remettre à leur place par ceux dont les souvenirs et compétences dans ces domaines où vous souhaiteriez vous faire un nom peuvent vous répondre.
                      Je n’ai aussi pas parlé de bio, mais de gens indispensables à la vie quotidienne. Pour le cancer, malheureusement, je crois me souvenir que plus de 90% des humains en sont atteints, passé un certain âge.

                    • Taverne Taverne 17 février 11:33

                      Le ressentiment, c’est justement la corde sur laquelle jouent beaucoup de politiciens pour remporter des parties (des postes électifs). Le ressentiment est instrumentalisé à ces fins intéressées. Comme nous sommes tout le temps en campagne électorale, le ressentiment, sous toutes ses formes (contre les étrangers, les fonctionnaires, le camp adverse, le « système »...) est nourri en permanence par les candidats populistes et irresponsables.

                      Comment s’étonner dès lors que le ressentiment soit aussi prégnant et dominant dans la société civile ?


                      • Albert123 17 février 12:26

                        « Quel naufrage et quel dommage de ne pas pouvoir trouver un consensus d’espérance »


                        le consensus est une pathologie et l’idéologie que vous nous vanter n’est pas capable de produire autre chose.

                        « Je suis certain que des agitateurs malsains jouent sur le marasme des citoyens et sur le « jeu » qui devient la figure métaphysique déterminante comme le fut celle du travailleur dans les années 30. »

                        la petite couche habituelle des « heures les plus sombres », doublée d’une crise de complotisme aiguë ... visiblement Bernanard « on te manipule »

                        un excès de « pyjama parties secrètes » pour adulescents lucifériens est peut être la cause de cette obsession ?

                        « L’imbécillité des citoyens m’est devenue insupportable »

                        on est toujours l’idiot d’un autre, la votre (d’imbécilité) me l’est tout autant, 

                        ne regardez pas trop le soleil, vous n’êtes habitué qu’a la lueur faiblarde d’une bougie.



                        • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 février 20:30

                          @Albert123

                          Il n’y a aucun complotisme. Une fois de plus je répète que la thèse des agitateurs vient du livre de Broch sur la folie des masses. Il n’y a aucune gloire à noter que Mélenchon et Le Pen jouent sur la folie des masses


                        • capobianco 17 février 21:06

                          @Bernard Dugué
                          Afficher tous vos titres ronflants pour produire de telles inepties. Philosophe genre bhl proche du niveau zéro.

                          Que savez vous des « masses » que vous méprisez ? La folie serait de vous accorder quelque crédit. Vous devez avoir bien mal quelque part pour afficher tant de haine des « masses ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès