• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Italie, France : le crépuscule de la gauche eurolibérale se (...)

Italie, France : le crépuscule de la gauche eurolibérale se poursuit

L’actualité politique s’est à nouveau accélérée ces derniers jours. En France, François Hollande a annoncé qu’il ne se représenterait, ouvrant la voie à Manuel Valls, qui a déclaré sa candidature quelques jours après. Mais, ce faisant, il cherche à être le candidat d’une famille politique qui subit revers sur revers en Europe, comme le montre la défaite de Matteo Renzi à son référendum.

 

Quand il ne reste plus que la com.
 
S’il ne devait plus y avoir qu’un eurolibéral supposément de gauche, ce sera peut-être Manuel Valls. Alors que le SPD Allemand est réduit à jouer le petit allié d’Angela Merkel, que le PSOE est débordé par Podemos sur sa gauche, qu’en Grande-Bretagne, le parti travailliste a été pris par son aile la plus à gauche, que le PS semble se diriger vers une élimination dès le premier tour de la présidentielle et pourrait même finir 4ème ou 5ème du premier, celui qui était le chouchou eurolibéral, le premier ministre Italien Matteo Renzi va devoir quitter le pouvoir après une très large défaite lors du référendum qu’il a voulu. Bref, le rejet de cette pseudo-gauche eurolibéral semble la chose la plus partagée en Europe.
 
Le pari de Manuel Valls est sans doute aussi fou que raisonné. Fou car jamais un gouvernement sortant n’a été aussi impopulaire, et s’il l’est un peu moins que le président, on voit mal comment il pourrait réussir. Et le candidat perdant en 2017 portera les stigmates de la défaite, pas forcément un passeport pour prendre le contrôle du PS, à supposer que prendre le contrôle de ce parti ait le moindre intérêt… Fou car il affrontera l’aile gauche de son parti, qui semble se demander s’il vaut mieux que la droite. Mais après tout, sa position peut lui permettre de gagner l’investiture et il y a beaucoup d’espace politique entre Mélenchon et Fillon, car il n’est pas sûr que la bulle Macron n’éclate pas dans l’intervalle.
 
Mais finalement, le plus fou, c’est finalement le discours qu’il a servi pour annoncer sa candidature. Et si celui qui se voit en Sarkozy du PS n’était qu’un Copé ? Un homme à la langue de bois massif, prêt à dire avec conviction des énormités plus grosses que lui, un condensé de ce que les Français et bien des peuples européens ne veulent plus voir. Mettre sa candidature sous le signe du rassemblement est absolument ridicule pour celui qui a fait de la provocation un style politique, lui qui n’a cessé d’irriter une aile de son parti, que ce soit sur la loi dite travail ou la déchéance de nationalité. Le vide absolu au PS et les limites de ceux qui l’affrontent lui laissent un espoir, mais son discours est ridicule.
 
Ce qui ressort de Renzi et Valls, c’est que cette pseudo gauche eurolibérale est à bout de souffle. A quoi bon daigner l’appeler social-libérale quand elle refuse d’augmenter le salaire minimum tout en montant les impôts, ce qui diminue le pouvoir d’achat des plus pauvres, qu’elle diminue les droits des travailleurs, qu’elle flexibilise le travail du dimanche ou qu’elle consacre des dizaines de milliards pour baisser les coûts des entreprises ? Finalement, c’est une droite qui se dit de gauche pour se donner bonne conscience et tenter de séduire l’electorat populaire, qui s’en détourne logiquement de plus de plus, d’autant que les ficelles de communication sont de plus en plus voyantes, et même vulgaires.
 

Toute la question qui se pose, c’est de savoir à qui profitera ce grand recul de cette gauche eurolibérale. La droite classique est au pouvoir à Berlin, Londres et Madrid. Paris lui semble promise. Mais ce n’est pas une solution. En revanche, la question demeure en Italie, où le Mouvement Cinq Etoiles est en embuscade. Mais à supposer qu’il s’impose, il ne faudrait pas qu’il suive le funeste chemin de Syriza.

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

130 réactions à cet article    


  • baldis30 7 décembre 2016 09:48

    bonjour,

    excellent à quelques nuances près ... d’abord je ne pense pas que ce soit la droite classique qui soit au pouvoir à Berlin, mais une droite qui se dissimule dans une nébulosité de mauvaise augure.

    Ensuite 5S n’est qu’un assemblage hétéroclite travaillé par des dissensions internes sous l’effet d’intérêts très divergents, dont certains sont loin d’avoir la limpidité de l’eau pure : ils ne sont pas encore à Regina Coeli mais ils en prennent le chemin .

    Autre paramètre à ne jamais oublier en Italie le problème mafieux dans toute son ampleur qui par réaction a induit une magistrature rigoureuse ( y compris la GdF) à laquelle adhère 98% de la population ( 2% pour les différentes mafias ...). Voir les procès de Palerme sur le plan mafieux ou de Turin sur le plan « industriel » ( Amiante, Thyssen) . 

    Dernier paramètre : une presse nationale au ton libre dont nous avons perdu le goût en France, certes menée au départ par un ou deux titres mais les autres doivent suivre.... ou périr ....

    Peut-on imaginer en France un article sur la qualité de l’huile d’olive publié sur deux pages dans La Repubblica, avec le concours d’une association de consommateurs. Et là on touche à la presse de très haut niveau ... celle que nous n’avons plus depuis longtemps ! Et ce n’est qu’un exemple ! ( voir la position des journaux nationaux italiens sur l’annonce des très célèbres ... neutrinos supraluminiques... beaucoup de réserves et de doutes dès la publication ... ) .

    Et je pourrais citer bien d’autres exemples ... par exemple le procès du Vajont par rapport au procès de .....(ah oui il n’a jamais eu lieu ...)


    • fred.foyn 7 décembre 2016 10:08

      heu ;..c’est pas plutôt une marche arrière ?


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 décembre 2016 13:28

        @fred.foyn
        Excellent article de Romaric Godin :
        « Italie : un non pour dire »basta« à l’ Europe.

         » Chacun savait pourquoi cette réforme était essentielle, pourquoi elle était en réalité « la mère de toutes les réformes ». C’est parce qu’elle était réclamée par les marchés et les autorités européennes. Voici des années que le Sénat est l’élément sur lequel les analystes et les économistes de marché se focalisent : ce serait lui qui empêcherait la « formation d’un gouvernement stable » en Italie. Les Italiens savent parfaitement pourquoi ces pouvoirs extérieurs souhaitent un « gouvernement stable », c’est pour imposer des « réformes » économiques et la politique économique d’ajustement unilatéral de la zone euro. Voici pourquoi ce référendum était bien un référendum sur la zone euro, même et surtout si l’on votait sur le contenu de la réforme elle-même." (...)


      • gerard5567 7 décembre 2016 14:03

        @Fifi Brind_acier C’est vrai. Cet article est infiniment meilleur que celui du Monde, qui semble occulter le poblème, à l’unisson de Juncker.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 décembre 2016 18:25

        @gerard5567
        Je recommande la lecture du journal la Tribune, et particulièrement les articles de Romaric Godin, pas du tout « langue de bois », fait suffisamment rare dans la presse française pour être salué.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 8 décembre 2016 02:42

        @gerard5567

         

         OUI, mais on reste dans l’in-signifiance. Il faudra que quelqu’un tire un trait sur tout cà, Comme Alexandre, tranchant le noeud gordien au grand scandale sans doute des fonctionnaires.... Il est nécessaire que Quelq’un dise ’MERDE" au système, au légalisme, au politiquement correct.. Regardez les options qu’on on nous offre en 2017. Il y a Fillon... ou un coup d’état.

        PJCA

      • Alpo47 Alpo47 7 décembre 2016 10:26

        Valls, ce petit bonhomme haineux, caractériel et impulsif (j’en oublie certainement) et aussi le candidat No1 du CRIF,et le MEDEF ne doit pas être bien loin. Cela en dit long sur sa sujétion totale au système prédateur en place.
        Les sondeurs ne vont pas tarder à nous le faire monter au plafond ... comme d’habitude.
        Tout ceux qui ont ouvert leur TV ont pu assister ce jour là, notamment dans les chaines d’info continue, idem sur les radio, à chaque moment de la journée de Valls avant son annonce.... Valls boit un café ... Valls monte dans sa voiture ... Valls serre la main d’une dame agée ... Valls marche dans la rue ... et ainsi toute la journée.
        Ils n’ont donc rien appris. Plus personne ne donne le moindre crédit à ces procédés. Au contraire, ils nous montrent quel est leur candidat et lequel il faut éliminer (de la course au pouvoir).

        Aucun doute donc , M.Valls es bien le candidat du système ... donc la prochaine « cible » de ceux qui veulent renvoyer aux oubliettes tous ces politiciens qui veulent nous faire prendre des vessies pour des lanternes et continuer de paupériser la population..

        Alors, M.Valls, prochain à se prendre un ’49-3" dans le derrière. ?


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 décembre 2016 13:09

          @Alpo47
          Valls, personne n’en veut, mais les médias en raffolent...


        • bernard bernard 7 décembre 2016 13:53

          @Alpo47


          Dans sa déclaration, Valls le matamore ne s’est pas présenté à la primaire...mais directement à la présidentielle. 
          Ce qui situe d’emblée la « prétention » du personnage, refusant par cette déclaration tout compromis, tout débat avec ses concurents et les ramenant à de simples faire valoir.(même s’ils ne valent pas mieux !).
          Imbuvable cet homme.
          A éliminer dès le premier tour de cette primaire.



        • Alexis Toulet Alexis Toulet 7 décembre 2016 19:55

          @Alpo47

          Ne soyez pas trop dur avec Valls. Le pauvre a subi un choc récemment.


           smiley

        • manu manu 8 décembre 2016 00:30

          @Alexis Toulet

          « M.Valls es bien le candidat du système »
          M. Valls sert apparemment les intérêts de certains ultra riches, tout comme E. Macron, F. Fillon, M. Le Pen, etc... Ces ultra riche n’ont pas tous les même intérêts, cercles de fréquentations, etc. Qui servira les intérêt de qui ?


        • Jeekes Jeekes 7 décembre 2016 10:40

          Valls est une caricature. 


          • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 7 décembre 2016 11:06

            Le crépuscule des imposteurs, certes !

            Et puis ce sera la nuit ?
            Et après ?
            Comment sera l’aube ?
            Que laisse espérer la météo ?


            • Clocel Clocel 7 décembre 2016 11:31

              De profondis l’enfumoir à papa...

              Tout a une fin ma brave Germaine, même Radio Paris...


              • Clocel Clocel 7 décembre 2016 11:36

                @Clocel

                Désolé, commentaire pas à sa place, je le déplace...


              • jmdest62 jmdest62 7 décembre 2016 11:57

                C’est marrant à l’ex-PS ils veulent tous rassembler « La Gauche » sans plus trop savoir ce qu’est « La Gauche » .
                 L’inénarrable Cambadelis a invité Macron (après avoir menacé ses soutiens) , en toute logique , il pourrait aussi demander à François « le cul entre deux chaises » Bayrou qui est , à peine , moins « à gauche » , de se joindre à eux....... au point où ils en sont à l’ex-PS, ça n’étonnera plus personne. smiley
                @+
                Nb : Peut-être qu’Asselineau pourrait tenter sa chance ...après tout il se prénomme « François » et son programme (le CNR) est « de gauche ».....ça lui fera quelques heures de gloire à la TV.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès