Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Jacques Attali est-il devenu fou ? Ou simplement génial ?

Jacques Attali est-il devenu fou ? Ou simplement génial ?

Juste une précision. Cette question sous-entend un usage particulier du mot « fou », plus précisément un emploi identique à celui du journal Marianne qui, avant les élections, avait posé cette même question, mais à propos de Sarkozy. S’il s’avérait qu’Attali est aussi fou que Sarkozy, alors, tels des grands esprits qui se rencontrent, on ne sera pas étonné d’une connivence entre ces deux hommes. Et cette supposée folie, quelle est-elle ? Certainement pas celle qui justifie quelque internement ou traitement avec un psychotique, pas plus que la folie spirituelle célébrée par Erasme. Il s’agit tout simplement d’un trait de caractère qu’on retrouve chez les hommes avides de puissance, parfois aux commandes des nations. Sloterdijk parle tout simplement de mégalopathe. Mégalo, folie des grandeurs, pathie, trouble. Mégalopathie, trouble liée à un excès dans le désir de dominer et imposer ses vues à la société. Un mégalopathe a des convictions puissantes.

Jaques Attali fait partie de cette caste très sélect des conseillers de prince, comme le sont ou l’ont été Karl Rove, Paul Wolfowitz, Robert Kagan, Guy Millière, autrement dit, ceux qu’on a désignés comme néoconservateurs, alors que Richard Perle ou Francis Fukuyama penchent du côté démocrate. Quant à Attali, il semble pencher là où se situe le pouvoir, étant devenu sarkozyste après un long service auprès de Mitterrand ; mais on ne peut réellement savoir quelles sont ses convictions. Une chose est certaine, il est très intelligent, donc capable du bien comme du pire. Attali, homme de réseaux, réussit à concilier des activités dans la sphère politique et un métier de polygraphe, avec de nombreux livres diversement jugés qui se sont bien vendus, notamment le dernier où il joue les prophètes de l’avenir. Mais est-il capable d’évaluer la nature de la crise économique liée aux surprimes, se croyant en 1929 ? En tous cas, il fait une belle équipe avec Sarkozy. On se demandera si Attali n’est pas aussi « problématique » que les néocons américains, ceux-là étant obsédés par l’axe du mal, et prêts à faire la guerre sur la planète, alors qu’Attali n’est juste qu’obsédé par l’axe de l’immobilisme et de la graisse noire étatique, prêt à lancer la France dans la guerre économique au nom d’un idéal suprême, la croissance et le PIB. Quoique, Attali n’a rien demandé, c’est Sarkozy qui est venu le chercher et cette précision doit être signalée !

Le rapport Attali est accessible dans son intégralité. Les citoyens seraient fort inspirés d’en lire quelques extraits car cela les concerne, comme d’ailleurs le TCE en 2004. Notamment le préambule qui indique quels sont les buts poursuivis. On y retrouve les lieux communs récemment propagés sur les plateaux de télé. La question de la dette et surtout, du déclin et d’une France qui ne parvient pas à suivre le mouvement mondial de la croissance parce qu’elle n’a pas voulu se réformer contrairement à d’autres nations, notamment la Grèce et l’Italie. Sur ce point, on questionnera les intéressés sur la bonne santé de ces pays. Quant au PIB, cette France si déclinante vient de repasser devant la Grande Bretagne. Autre argument, celui des nations du monde qui affichent entre 5 et 10 points de croissance. Chine, Inde, Russie, Amérique latine, Afrique... Il n’y a là rien d’étonnant. C’est juste un effet de rattrapage dû à l’industrialisation croissante et l’entrée dans les technologies actuelles offrant une marge de développement importante. Comme d’ailleurs la France, l’Europe et le Japon pendant les Trente Glorieuses, et le rattrapage sur les Etats-Unis. Comparer ainsi n’est pas légitime mais, comme tout mégalopathe qui se respecte, Attali veut imposer sa propre vision et adapter les faits du monde à ce dont il veut se persuader et nous convaincre. Ce phénomène est bien connu. On le retrouve un peu chez Sarkozy ou Bush, alors qu’il était la marque de fabrique des dignitaires soviétiques pour qui toute réalité devait coller avec l’idée communiste alors que les faits contraires étaient jugés comme faux, voire irréels.

Voilà ce qu’on trouve dans le préambule : « La croissance de la production, cependant, est la seule mesure opérationnelle de la richesse et du niveau de vie disponible, permettant de comparer les performances des différents pays. » C’est là un des motifs essentiels justifiant cette série de plus de 300 mesures censées êtres appliquées avec comme résultat la croissance, afin de comparer les performances entre différentes nations et de faire de la France un exemple de loyauté vis-à-vis du tribut que les autres pays offrent sur l’autel de la production, seul moyen selon les termes du rapport, de créer du bien-être et de résoudre la pauvreté. Tous unis, mais pas Maréchal nous voilà. Ne nous trompons pas d’époque. PIB nous voilà, telle est la devise que suggère Attali aux Français.

L’ensemble du rapport nous rappelle l’époque de la planification. Et on se demandera si cette « billevesée bureaucratique » de 300 pages ne vaut pas pour remplacement du commissariat au plan, institution supprimée un peu à la hâte par Villepin. Quelques idées sont bonnes et légitimes mais dans l’ensemble, quel monument bureaucratique, avec la création d’un tas de structures d’observation, d’autorités, d’incitations à conseiller, juger, guider, évaluer la qualité, la quantité, bref, une société sous haute surveillance où chacun sera jaugé, mobilisé, muté au service d’une culture du résultat. Et comme les Ministres du gouvernement Fillon, tout service public sera évalué par des cabinets indépendants (décision 18) Les enseignants seront évalués (décision 5) Chaque individu doit avoir accès au bonheur par la croissance et faire le bonheur de la croissance, en étant si besoin formé dès le plus jeune âge. Dès la crèche si possible, le rapport stipulant que les dix premiers mois sont décisifs pour l’acquisition de la confiance (décision 1) et qu’un enfant mal préparé peut développer des comportements hostiles à l’école. Soyez vigilants, après le jeune adolescent qui menace l’équilibre de la société, voilà le môme qui déstabilise l’école.

On y trouve, proposés sans aucune concertation, des chiffrages de toute sortes, des décisions telles que la création de 10 écovilles et 10 pôles universitaires d’excellence (décisions fondamentales 2 et 4). On se demande pourquoi pas 20 ou 5. Et puis que penser du service civique obligatoire pour des collégiens qui seront mobilisés pour s’occuper des personnes âges et des vieux (sont-ils compétents pour ça ?) ou alors nettoyer les forêts et réhabiliter les vieux logements (décision 10). Mais en ce cas, n’est pas là du travail obligatoire et sur le principe, une régression de deux siècles ?

L’ensemble de ce rapport provoque la nausée, un texte parsemé d’arbitraires ou alors de reprises de dispositifs déjà existants. Tout ça pour sacrifier à une culture de la performance, de la mise en concurrence, de la comparaison, de l’évaluation, du pilotage. Bref, on dirait là une usine à gaz nationale, inspirée par une rationalité soviétique mâtinée de modernismes et de bonnes intentions, pétitions de principe sur le bien-être et le bonheur de l’individu qui se réalise pleinement. Le tout subordonné au scientisme managérial, comme en d’autres temps le matérialisme dialectique scientifique guida les pères du soviétisme. Avec au final le sentiment que les Français sont pris pour les cobayes d’une expérience menée par une caste de chefs en management et de bureaucrates sous la Présidence de Sarkozy. Ce verdict sévère doit quand même faire la part des choses et noter, parmi les vingt mesures principales, quelques éléments positifs et quelques intentions louables. Briser les corporatismes, c’est une bonne initiative, plaider pour un renforcement de la recherche est louable. Mais on ne voit pas dans l’ensemble une cohérence, ni en quoi la suppression de la carte scolaire ou l’évaluation des services publics va augmenter la croissance. Par ailleurs, le parti pris est comptable. La société doit se soumettre au calcul et aux diktats des évaluations pifométrées du polytechnicien, sorties de sa boîte magique. Alors que le chiffrage de toutes les mesures préconisées n’est pas annoncé. Bref, du délire mais soyons fous avec Attali, il faut y aller, au pas de course ! C’est lui qui l’a dit !

Au final, ce rapport, hallucinant, semble à la fois inapplicable par son côté bureaucratique et condamnable pour le dessein de société qu’il supporte. De quoi susciter une double fronde, celle des parlementaires, avec un Président Accoyer déjà remonté sur la question des OGM, un Ollier prêt à dégainer ; et la fronde des citoyens qui seraient bien capables d’orchestrer une pétition contre ce rapport. D’où une interrogation sur un éventuel second degré et un Attali suffisamment génial pour avoir manipulé ce beau monde et livré un cadeau empoisonné à notre Président.

Si Attali n’est pas génial, alors à moi de l’être, modestement et facétieusement ; et de proposer un nouveau concept. Hegel avait imaginé la ruse de la Raison comme instance guidant l’Histoire vers un destin de vérité et de liberté. Avec cet épisode du rapport Attali, on doit prendre au sérieux l’idée d’une ruse de la Déraison. Napoléon étant la Raison et Hegel ce que Sarkozy est à la Déraison et (Attali ? Ou moi ?) Car à la base, cette idée d’aller chercher la croissance paraît tout à fait déraisonnable à une époque où la civilisation nous tend les bras et où deux ruses, celles de Dieu et de la Raison, vont peut-être permettre cet avènement une fois que la comédie de la Déraison sera déjouée et surtout conjurées. Mais pour l’instant, la ruse de la Déraison conduit la France vers un porte-à-faux ! Antichambre ou impasse ? Là est la question ! Et aussi la nécessité d’une réflexion citoyenne pour une alternative de civilisation !

Documents joints à cet article

Jacques Attali est-il devenu fou ? Ou simplement génial ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.73/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

154 réactions à cet article    


  • morice morice 24 janvier 2008 11:08

    Pas "devenu" fou, il l’a toujours été. Un plagiaire, pseudo gourou, faux science-fictionniste, pas apprécié du tout par Mme Mitterand qui voyait en lui un opportuniste de première... bref une mouche autour d’un coche. Si le coche change, il change de coche.


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 24 janvier 2008 11:12

      Merci pour ces précisions. J’espère que par la structure du billet, les commentaires ne vont pas trop se focaliser sur la personne d’Attali et vont débattre du contenu (hallucinant ?) de ce rapport qui a eu l’air de plaire à Madame Royal, ce qui ne m’étonne guère


    • COLRE COLRE 24 janvier 2008 11:24

      « qui a eu l’air de plaire à madame Royal » : références, s’il vous plaît ?


    • COLRE COLRE 24 janvier 2008 11:41

      merci de la réponse.


    • Rage Rage 24 janvier 2008 13:23

      Bonjour,

      Je n’aurais pas la prétention de dire que j’ai tout lu et tout "compris" dans le rapport Attali, mais il ne faudrait pas apporter un jugement aussi "simpliste" sans lire l’ensemble.

      Fou ou terriblement intelligent, quoiqu’il en soit, Attali a pondu un rapport intellectuellement ultra-riche. Tout n’est sans doute pas à prendre, mais plutôt que de nous sortir des analyses avec un peu trop de "Soviet" dans le texte, essayons plutôt d’aller dans le fond des choses.

      J’ai écouté hier Attali sur Public Sénat (désolé) défendre ses propositions face aux députés : il a été brillant. Brillant tant sur le fond que sur la forme, brillant sur la détection du seul fait que les élus ne pensaient qu’à la disposition qui les concernait le plus (suppression des départements) et brillant sur la cohérence d’ensemble.

      Clairement, la force d’Attali, ce n’est de ne pas être partisan et "clivé" : les positions dites libérales sont contrebalancées par une régulation forte et une justice sociale qui se veut elle aussi présente.

      Le projet de société qu’il présente est quand même loin d’être "mauvais" tant il est riche de pistes d’actions ! Quant au pouvoir d’achat, il le dit lui même, cela ne se décrète pas. En ayant une action cohérente sur une multitude de leviers, Attali veut permettre aux salaires de décoler, aux impôts de baisser, aux entreprises de vendre, aux administrations d’être plus efficaces, à la concurrence "pure" d’avoir lieu et à la régulation des excès d’avoir les moyens d’exister.

      C’est quand même loin d’être inaudible et surtout loin d’être à côté de la plaque, surtout sur l’aspect de l’immigration (en totale opposition avec Hortefeux ne lui en déplaise, sinon il est encore plus mauvais que nul et scandaleux).

      Je compte faire un article quand j’aurais lu l’ensemble, mais je pense que parler trop vite sans savoir et prendre le temps de l’analyse, c’est "présomptueux" et surtout pas très crédible.


    • JL JL 24 janvier 2008 15:07

      Je serais assez d’accord avec vous, Rage. Aux autres, les rieurs : dans ce rapport, il y a fort à parier que Sarkozy n’en gardera que le pire.

      Rage cite la suppression des départements comme étant une bonne mesure : c’est la première toquée ! A suivre.


    • Harald 24 janvier 2008 16:12

      Je partage votre avis.

      @ l’auteur : je dois avouer que je n’ai absolument rien compris à votre dernier paragraphe.


    • Harald 24 janvier 2008 16:14

      C’est l’avis de Rage que je partage, bien sûr.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 janvier 2008 16:35

      @ Tous ces "modérateurs" occultes de agoravox qui n’écoutent ni ne répondent jamais

      Pour la n ème fois, Agoravox a « negligé » de mettre dans la colonne « édition précédente » un lien à l’article que j’avais publié hier, en arrêtant court la diffusion. Un article qu’on avait d’ailleurs publié dans la mauvaise rubrique ! Je ne crois pas souffrir de paranoia en en tirant la conclusion que ceux qui gèrent la modération de Agoravox ne me trouvent pas très sympathique. Le fait que je n’ai jamais caché que je les considérais comme ineptes n’est peut être pas étranger à ce manque d’enthousiasme à mon égard. 

      Pourquoi me donner la peine de publier sur AV quand je reçois, pour un article, en un mois, sur mon site personnel, 5 ou 10 fois plus de visites que sur ce media où l’on écourte volontairement les quelques heures de visibilité qui me sont accordées ? Ne cherchez pas pourquoi la moitié des bons auteurs de AV sont désormais sur centpapiers.com , dont la fréquentation devrait dépasser la votre d’ici quelques mois.

      J’envoie une copie à Demian West


      Pierre JC Allard


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 24 janvier 2008 20:20

      @ Harald, désolé que vous n’ayez pas saisi le dernier paragraphe mais je reconnais qu’il n’est pas accessible sauf si on a un peu pratiqué Hegel

      @ Rage, vous me décevez, ce rapport est ultra riche de rien du tout, vous filez un mauvais coton à lire des billevesées bureaucratique d’intello évangéliste qui n’entend rien à l’humain sauf en matière d’utilisation, comme du reste les .....

      héhé, je ne franchirai pas le point Godwin


    • C.Laborde 24 janvier 2008 21:03

      "La croissance de la production, cependant, est la seule mesure opérationnelle de la richesse et du niveau de vie disponible, permettant de comparer les performances des différents pays."

      Tout systéme physique qui ne pourrait fonctionner qu’en croissance permanente est non viable. Tout scientifique peut comprendre cela. Ma Attali est un économiste et l’économie n’est pas une science, c’est de la théologie.


    • Rage Rage 24 janvier 2008 21:26

      Bonjour à nouveau,

      Je ne file pas du mauvais coton : je prends seulement le temps de lire sans fustiger gratuitement.

      Attali ne dit pas que le PIB et la croissance sont une fin en soit, il précise que c’est en l’état actuel des choses le seul repère fiable faute de mieux.

      Je ne suis pas de ceux qui pensent qu’il faut produire plus pour gagner plus, que l’on produise du CO2, des déchets ou de la haute technologie : je pense plutôt qu’une société du "qualitatif" est possible mais pour cela il faut des structures qui tiennent la route.

      Qu’on le veuille ou non, ses propositions sont "provocantes" mais loin d’être débiles. Sur la question des départements, l’un des axes fort si ce n’est LE point fort du dossier, je suis attéré de voir qu’on soit encore capable de défendre une institution "gouffre" qui coûte cher en soit, mais en plus alourdi la capacité de choix, d’action et de financements des échelons pertinents.

      Sur bien d’autres points il n’a pas hésité à prendre des risques : ça change.

      Il y a certes d’étonnants silences sur certaines problèmatiques mais le sens du document, le sens de pensée me semble globalement positif.

      Après qu’il puisse défendre une idée de social-libéralisme, pour ma part je ne vois pas - en dehors du jeu idéologique qu’on nous vend - où se trouve le problème : les 2 sont les faces d’une même pièce.

      Pas de libéralisme sans régulation des excès. Pas de socialisme sans régulation des aides. Il faut combiner les forces des 2 systèmes plutôt que d’opposer les 2 dogmes dans une stérilité affligeante qui produit les excès des uns puis les excès des autres dans une faillite intellectuelle et économique sans nom.

      La France dispose d’atouts indéniables (tourisme, patrimoine, culture, agriculture...), elle n’est pas allée s’embourber en Irak : avec ces atouts là, c’est de la démence de ne pas trouver de solutions pour élever le niveau. Si on fonce vers le mur ; c’est que certains ne savent même plus voir sous leurs yeux leurs propres contradictions et préfèrent profiter d’un pays de "boeuf" naïfs et désinformés.


    • ficelle 28 janvier 2008 06:36

      le type le plus amoureux de lui-même.


    • logic 28 janvier 2008 08:22

      Pas tout à fait d’accord sa folie est la même que celle de tonton : le machiavélisme comme d’ailleurs sont atteints tous les gourous Ce qui fait qu’il est d’une grande utilité à tous ces orgueilleux qui veulent nous gouverner c’est à dire se "hisser" en nous écrasant


    • Harald 24 janvier 2008 17:53

      C’est joli votre chapeau.

      Y a t-il un ventilateur au-dessus pour évacuer la chaleur que produisent vos réflexions ?


    • morice morice 24 janvier 2008 11:52

      Et Mage-post, vous oubliez, MrMage...


      • morice morice 24 janvier 2008 12:00

        question évaluation, là des enseignants.. on a aussi parlé d’évaluation de ministres.. et ce bon Darcos, il va obtenir quoi avec ces scores : il y a 2 023 écoles qui appliquent sa règle de l’accueil ce matin : en france, il y a 36 000 communes, et les 2000 représentent 10% de celles disposant d’une école primaire. A Bordeaux, ce ne sera pas fait. On lui met combien à Darcos ?? 2/20 ???


      • Ceri Ceri 24 janvier 2008 11:55

        c’est juste du délirium néo libéral, comme le rapport Camdessus d’il y a quelques années, qui a servi de justification à des mesures aussi libérales qu’improductives, et bon on recommence.

         

        Et les gens sont tellement occupés dans le vie qu’ils ne vont pas lire cet amas de conneries, comme ils ne liront pas le traité de Lisbonne, ni rien d’ailleurs.


        • TSS 24 janvier 2008 13:12

          pour Attali il suffit de se rememorer son passage de potentat à la BERD d’où il s’est fait virer !!!


          • TSS 24 janvier 2008 13:19

            Pour S.Royal ,je suis tombe sur le cul quand j’ai entendu ce matin qu’elle trouvait tres bien le rapport Attali !!

            après leur forfaiture du T.E c’est bien parti pour la desertification puiqu’ils ont perdu entre 40 et 60000 adherents.


          • COLRE COLRE 24 janvier 2008 17:23

            elle n’a pas dit cela : halte à la désinformation ! un peu de nuance ne ferait pas de mal, @TSS, et "dieu" sait que j’apprécie pourtant votre pseudo…


          • 5A3N5D 24 janvier 2008 15:04

            """Le pire, c’est que d’autres fous lui demandent son avis. """

            Ben, oui. Mais c’est quand même Sarkozy qui a demandé ce rapport !


          • Céphale Céphale 24 janvier 2008 13:48

            Le rapport Attali est hallucinant en effet. Bernard Dugué a eu la bonne idée de mettre un lien qui m’a permis de le lire intégralement. Depuis le temps où il était conseiller de Mitterand, Attali a franchi un pas de plus dans la mégalomanie.

             

            Attali a tellement peur d’être vu par les grands de ce monde comme faisant partie des derniers marxistes qu’il finira, ironie de l’histoire, par faire partie des derniers reaganiens.


            • Roland Verhille Roland Verhille 24 janvier 2008 13:55

              Acceptez je vous prie mes compliments. Acceptez de même de considérez quelques unes de mes réserves, ou même de mes cordiales protestations, même s’il y en de trop. Le tout comme aux courses, en désordre, au fil de la lecture de votre texte bien venu et pertinent. Vous ne semblez pas manquez d’inspiration ni de goût d’écrire, alors, mon commentaire pourrait sous sembler futile.

              1°. Fou, cad. Mégalomane. C’est évident depuis longtemps, mais pas inutile de le rappeler.

              2°. Attali semble pencher du côté du pouvoir. Semble ? Vous être trop complaisant !

              3°. On ne peut savoir quelles sont ses convictions. Je proteste, il est clair qu’il n’en a qu’une seule : tous les moyens sont bons pour arriver.

              4°. Est-il capable d’évaluer la nature de la crise économique liée aux surprimes, demandez vous. Quelle question ! Pas plus qu’être capable de repérer ce qui plombe la croissance française, du moins le laisse-t-il croire. La réalité, c’est qu’il ne veut pas en entendre parler. Je lui ai fourni trois pages de texte illustré de trois pages de tableaux ou graphiques pour lui montrer qu’il ne fallait pas qu’il nous prenne pour des gogos. Je les tiens à votre disposition. Il a du les expédier vite fait au panier.

              5°. Attali juste obsédé par l’axe de l’immobilisme et de la graisse noire étatique ? Pas d’accord, il n’est obsédé que par la conquête du pouvoir sur les autres, qu’il méprise au plus haut point.

              6°. Son idéal suprême, la croissance et le PIB ? Erreur, il est dépourvu de tout idéal.

              7°. Buts poursuivis, la dette. Ah oui, ce me semble être pour lui le passage obligé vers le but final, voir plus loin mon 12°. Qu’il rappelle donc cette ministre de Mitterrand dont j’ai oublié le nom, ayant péremptoirement publiquement déclaré que la dette n’était pas un problème, qu’il suffisait de la vendre. Qu’il la rappelle pour lui enjoindre de la racheter, ce qu’elle a oublié de faire en partant. Ce serait plus expéditif que ses pages et ses pages de balivernes.

              8°. PIB, celui de la France serait repassé devant celui de la grande Bretagne. Oh, ne perdez pas la main du scientifique que vous êtes ! Vous avez vérifié le calcul de ce PIB français dépourvu de tout sens, ne mesurant que du vent pour pas loin de sa moitié ? Celui des pays étrangers est de même faux, mais pas dans les mêmes proportions, ce qui fausse toutes les comparaisons.

              9°. Commissariat au plan supprimé ? Comme le Conseil d’analyse économique ? Et encore d’autres. Des phoenix, ils restent bien là, travestis sous d’autres noms, avec d’autres camouflages.

              10°. L’ensemble du rapport provoque la nausée. Oh que oui, mais aussi le désespoir de voir le pays se redresser.

              11°. Votre verdict serait sévère ? Pas encore suffisamment, dès lors qu’il s’agit de notre sort à tous.

              12°. Pas de cohérence de cet ensemble de « décisions » ? Ah mais si à mes yeux. Il s’agit de dire presque explicitement au Président que l’état doit continuer à siphonner autant le porte monnaie des travailleurs pour alimenter ses caisses sans fond, au point d’acculer les Français pas sots à une sorte de grève sur le tas. Car la meute  des « profiteurs » assiégeant ces caisses s’en rassasie.

              13°. Le parti pris est comptable ? Là, je vous vole dans les plumes. Vous mélangez les torchons et les serviettes. Moi, comptable, je n’ai pas réussi à m’y retrouver dans les comptes de la croissance et des dépenses publiques d’Attali. Vous m’avez lu il y quelques jours ? Si oui, n’hésitez pas à vous venger en commentant ce texte !

              14°. Rapport hallucinant : oui, superbe travail d’illusionniste. Des brassées de leurres jetées en pâture. Mais pas du tout en support d’un dessein de société. Je me demande aussi s’il n’est pas tout simplement un cadeau empoisonné. 

              15°. Chercher la croissance serait déraisonnable ? C’est une alternative de civilisation qu’il faudrait chercher ? Là encore, je vole dans les plumes du scientifique. Il ne faut pas confondre les qualités d’un moyen avec ce qui en est fait, ni confondre les gens avec ceux qui les empêchent d’utiliser eux-mêmes les moyens qu’ils ont produit. Vous voulez renvoyez les humains dans les cavernes ?

              16°. La France conduite vers un porte-à-faux, antichambre ou impasse, serait la question ? Si question il y avait, la réponse coulerait de source, de l’étude du papier Attali.

               

              Surtout, ne vous fâchez pas, votre clairvoyance est précieuse, je viens seulement vous provoquer, espérant ainsi que vous accentuerez vos exercices d’observation.

              Bien cordialement.

               


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 24 janvier 2008 20:25

                Ce sont de belles répliques et ma foi, je n’ai pas l’intention de renvoyer les gens à la chandelle, avec la question de la croissance comme obession déraisonnable de notre temps, sinon, j’ai bien aimé vos extrapolations caricaturales, vous devriez faire un billet dans la rubrique parodie, du genre le discours apocryphe d’Attali, moi, j’ai fait Sarko, ça me suffit


              • Eloi Eloi 26 janvier 2008 15:07

                Roland Verhill,

                Comptez-vous publier, sur Avox, ou ailleurs, vos trois pages de graphiques et de tableaux ? Cela pourrait se révéler intéressant.

                Cordialement


              • Roland Verhille Roland Verhille 27 janvier 2008 15:30

                Il y en a déjà quelques uns dans mon précédent papier : "Le pouvoir d’acheter".


              • pallas 24 janvier 2008 14:16

                Rdej je n’est aucune pitier pour les faibles qui se laissent faire et qui ne bronche pas, et non je n’est jamais ete bouc emissaire, et nonje ne suis pas fasciste, pour moi les cons sont aux meme niveau 99% de la planete, quelque soit le peuple. Je ne suis pas hypocrite, contrairement a vous, j’ai bien plus de respect pour une fourmis que pour le genre humain qui a sciemment detruit ce monde, mon monde, en pleine connaissance de cause, je ne suis pas mechant, je ne Hai que les humains et qu’ils souffrent de leurs propres erreurs, cela me reconforte, tout ce paie, et la le prix sera tres fort.


                • Zalka Zalka 24 janvier 2008 15:18

                  Et ça fait longtemps que tu t’es échappé de ton hôpital psychiatrique ? Ton raisonnement est un bijou de simplisme (et ce n’est pas un compliment).

                  Tu te dis non faciste, mais tu es pour la loi du plus fort, l’esclavage... Tu n’as pas de respect pour le genre humain qui détruit le monde, mais tu ne te rend même pas compte que ce qui fait la force de l’humanité, c’est précisément notre capacité à modifier notre environnement qui fait notre force ! Du coup, pour respecter l’environnement, il faut que l’humanité ne suive pas la loi du plus fort ! Tu n’est pas méchant ? Mais pourtant tu hais 6Mrd de personnes qui ne t’on jamais rencontré ni causé aucun tort !

                  Tu me fais vraiment pitié. Tant d’arrogance et tant d’ignorance en même temps, c’est impressionant.


                • logic 28 janvier 2008 09:33

                  Vous avez raison c’est l’orgueil et la cupidité de certains qui foutent notre planète en l’air et en même temps notre civilisation L’Homme est le seul être vivant qui a capacité à façonner la nature Mais son orgueil et sa cupidité lui font faire n’importe quoi et s’en sert comme d’un prédateur insatiable et se retrouve tout étonné lorsque des catastrophes se déclenchent qui hélas ne sont dûes qu’à sa connerie car il renie les valeurs universelles se servant de ses avancées technologiques à l’encontre de ces valeurs de base incontournables et immuables nous amenant ainsi l’Humanité à sa propre perte


                • joseW 24 janvier 2008 14:35

                  Bon article humoristique.

                  Le contenu de ces mesures est clairement ultra-libéral, malgré quelques ripolinades vertes, quelques lapalissades et quelques mesures gadget permettant de faire passer la pillule.

                  Attali veut en finir avec le système français et implémenter le système économique anglo-saxon, malgré le fait que la France a dépassé l’angleterre en 2006 en redevenant la 5e puissance économique mondiale.

                  Citons notamment et pêle-mêle : La suppression des départements, la suppression de l’âge de la retraite, l’harmonisation des lois financières avec le modèle ultra-libéral anglo-saxon, la libéralisation des professions réglementées, la suppression du principe de précaution, la libéralisation de la grande distribution, le conditionnement des allocations familiales, la libéralisation de l’immigration, la suppression de la carte scolaire, l’évaluation des enseignements, etc.. etc.. etc..

                  Attali et ses 43 experts ne parlent pas de la mondialisation ni du Nouvel Ordre Mondial, mais c’est pourtant de cela dont il s’agit...

                  Plus d’infos sur :

                   


                  • logic 28 janvier 2008 09:54

                    Pour conforter votre raisonnement je vous conseille d’aller faire un tour sur le siecle et sur illuminati cela devrez vous éclairer sur leurs véritables intentions et pour y arriver tous les moyens sont bons Et j’ai bien peur que ce site (agora vox) ne soit qu’un leurre pour nous donner l’impression de démocratie car du temps que l’on disserte sur leur dos eux ils travaillent à démolir notre civilisation pour amener la leur qui hélas est basée sur la race supérieure l’élite et l’on ne sait que trop où amène cette idéologie Donc Attali comme tant d’autres sont bien des gourous qui nous lessivent le cerveau depuis 30ans et comme toute secte il est difficile aux réalistes conscients de dénoncer toutes leurs aberrations car ils ont tout bien noyauté

                     Croyez vous donc qu’il y ait tant de différence que ça entre Sarko et Attali DSK Trichet Raffarin .... bref tous ceux qui pensent pour nous ??? pour moi ils ne sont que le valets d’une race encore supérieure car leur prinipe c’est d’opérer en strates comme toutes les bonnes organisations mafieuses : qu’il s’agisse de la finance de la drogue du traffic d’armes ....


                  • Marsupilami Marsupilami 24 janvier 2008 14:42

                    @ Bernard

                    Très bon papier. L’ex-sherpa de Mitterrand a chopé l’ivresse des hauts-sommets. J’ai lu son rapport qui a effectivement tout d’un œdème cérébral version psychédélique.

                    Comme le dit Dominique Paillé dans cet article, « Henri (Guaino), c’est une boîte à idées comme Attali, mais en mieux car non seulement il a une plume extraordinaire, mais il a aussi des convictions profondes ». Aïe aïe aïe ! Le fou de l’Elysée est conseillé par deux fous !

                    Et la dingue-dinde Démagolène du Poitou-Charente qui s’extasie sur cet inventaire à la Prévert en gloussant : « C’est cadeau ! ».

                    Au secours ! Alertez les bébés !.


                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 24 janvier 2008 20:29

                      La Ségolène se trouve ainsi adoubée par Attali qui la trouve comme la personne la plus importante de l’opposition, et il a raison, c’est la seule qui a accueilli le rapport Attali comme il se doit.

                      Hey Jacques, et moi, je ne compte pas dans l’opposition ?

                      Va te faire foutre, tu m’as dézingué comme aucun

                       


                    • Hohohoho 25 janvier 2008 07:45

                      La coke et les partouzes ça laisse des traces, surtout qu’avec marsupilami la cyrrhose du Bourguignon l’attends !!

                      Bien à vous.


                    • pallas 24 janvier 2008 15:09

                      Mr Dugué, ont se permet de supprimer mes commentaires ? ho elle est belle la democratie que vous defendez


                      • Bernard Dugué Bernard Dugué 24 janvier 2008 16:52

                        Je n’ai pas le temps de répondre, mais juste une mise au point, je ne supprime aucun commentaire, n’ayant pas la commande des machines et je n’ai jamais demandé la suppression d’un seul commentaire. L’équipe d’Agoravox pourra le certifier.


                      • pallas 24 janvier 2008 15:18

                        me Dugué plus agirer ainsi plus vous rentrez dans l’idéeologie que je defend, chacun pour soit, imposez sa force, etre le plus fort et ecraser le plus faible, effacer mes commentaires, alterer ma liberter d’expression est une bonne chose, donc vous etes comme moi mais vous vous le cachez a vous meme. Continuer ainsi, vive le temps de l’obscurantisme et de la haine.


                        • pallas 24 janvier 2008 15:19

                          mr Dugué plus vous agirez ainsi plus vous rentrez dans l’idéeologie que je defend, chacun pour soit, imposez sa force, etre le plus fort et ecraser le plus faible, effacer mes commentaires, alterer ma liberter d’expression est une bonne chose, donc vous etes comme moi mais parcontre vous vous le cachez a vous meme. Continuer ainsi, vive le temps de l’obscurantisme et de la haine.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès