Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Jacques Chirac pour un duel Hollande/Mélenchon !

Jacques Chirac pour un duel Hollande/Mélenchon !

Du moins tel pourrait être le résultat de son vote… et plus sûrement si Eva Joly appelait à voter Mélenchon (ne parlons plus de Poutou qui apparemment a choisi définitivement l’indignité c’est-à-dire le seul intérêt de son parti).

Car vous le savez désormais un séisme politique vient de se dérouler, sans pour autant que cela soit présenté de cette manière dans la presse : Jacques Chirac votera bien François Hollande. Et nous n’avons plus à faire cette fois-ci à « une boutade corrézienne ». ( Le clan Chirac se rapproche de Hollande, Sarkozy minimise – L’EXPRESS)

Autrement dit, conséquence immédiate, Sarkozy devrait dévisser, et Hollande grimper brutalement. Fini le vote utile. Les timorés, les anxieux, les traumatisés de 2002, vont pouvoir se libérer. Les mélenchoniens de cœur qui s’apprêtaient à devenir hollandais d’isoloir vont pouvoir laisser libre cour à leur inclinaison. Rendant l’accession de Jean-Luc Mélenchon au second tour bien moins hypothétique.

Mais leur nombre sera-t-il cependant suffisant pour lui permettre de doubler Sarkozy ? Et c’est bien là toute la question. Et qui en ouvre une autre.

Car cet évènement remarquablement orchestré par le clan Chirac fait également une autre victime potentielle. Il met désormais Eva Joly au pied du mur.

Va-t-elle en effet s’avérer être une antinucléaire sincère, dont les propos sur Fukushima ne sont pas des propos de pacotille ( Les candidats et Fukushima - Le blog de Fukushima ). Ou est-elle avant tout une opportuniste ?

Tant qu’elle était en priorité anti-sarkozyste, elle pouvait toujours arguer de ne rien faire qui puisse fragiliser Hollande, avec le devoir supplémentaire de respecter l’accord PS/EELV bien que trahi par Hollande. Mais aujourd’hui qu’il est assuré d’être au second tour et que l’accord PS/EELV prend l’eau de toute part avec les nombreuses dissidences PS, qu’Eva Joly va-t-elle faire ?

Conserver ses 2% dont EELV ne fera rien sinon les engranger dans le lot des échecs cuisants ? Ou les soumettre à Mélenchon qui offre, un an après Fukushima, des potentialités de sortie du nucléaire autrement plus conséquente que Hollande qui se couche devant le PDG d’AREVA au premier coup de téléphone ? Et susciter ainsi un souffle en mesure d’attirer bien des abstentionnistes.

Car si ces 2%, et plus, manquaient à Mélenchon pour doubler Sarkozy, ce sont deux nucléocrates qu’Eva Joly verrait s’affronter au second tour. L’un aux ordres d’AREVA, et l’autre également mais pour lequel, en plus, Fukushima n’est pas un accident nucléaire.

Eva Joly est donc au pied du mur.

Soit par une factice loyauté, malgré sa campagne menée jusqu’au bout « afin de porter les solutions écologiques », elle se maintient. Et elle prend alors la grave responsabilité de possiblement faire chuter Mélenchon.

Soit elle conserve sa dignité, et ainsi son intégrité morale ne sera pas réduite en miettes, et elle donne aux antinucléaires un espoir d’une sortie prochaine du nucléaire.

A priori ce dernier choix s’impose à elle.

En aurait-elle le courage ? A d’autres occasions elle a prouvé qu’elle en a. Et quel sera le degré de son opportunisme personnel (soumis dans cet alternative à l’offre d’un hypothétique ministère par le PS par exemple) ? Car il semble qu’elle en ait également.

Son choix sera d’une certaine manière aussi un évènement.

  

JPEG - 27.3 ko

Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • JL JL1 18 avril 2012 13:11

    Bonjour Patrick Samba,

    si je joue le jeu de l’optimisme que cet article propage, je rebondirai là-dessus :

    Car si ces 2% (l’équivalent des voix EELV), et plus, manquaient à Mélenchon pour doubler Sarkozy, ce sont deux nucléocrates qu’Eva Joly verrait s’affronter au second tour."

    Outre l’aspect nucléaire, le programme de Jean-Luc Mélenchon est, en général et sur beaucpup de points, plus concrètement écologique que celui de EELV.

    Mais Eva Joly est-elle seule à en décider ? Des Gens comme Cohn-Bendit, pour ne citer que lui, sont des accros au libéralisme et à la croissance, deux concepts frères.


    • Patrick Samba Patrick Samba 18 avril 2012 18:15

      Bonjour JL1,

      l’article propage de l’optimisme ? Si c’est vrai alors tant mieux. Mais personnellement je ne parviens pas encore à ressentir ce sentiment. Le 22 au soir ce sera différent, ou avant si Eva Joly crée la surprise.
      Elle en a effectivement les moyens, et ainsi faire de l’échec que certains dirigeants d’EELV ont construit une victoire pour la dignité et le combat anti-nucléaire. Ce serait une bien belle conclusion à son engagement.
      Car bien sûr c’est à elle d’en décider. Et elle seule. Qui peut en dehors d’elle faire vivre sa dignité ?
      Oh certes, la décision ne serait guère facile à prendre. Quel enjeu en effet pour elle-même et ceux et celles qui l’entourent ! Le suicide politique au sein d’EELV probablement. Du moins à court terme. Car finalement à terme comment réagiraient les militants d’EELV ? N’en tireraient-ils pas une fierté des plus grandes ?
      Ah c’est certain les heures qui viennent seront peut-être terribles pour Eva Joly. Car sans doute lui fera-t-on des promesses séduisantes, et la culpabilisera-t-on.
      Mais si au final elle devait faire le choix de l’intérêt général avant celui d’EELV et du sien immédiat, n’y gagnerait-elle pas bien plus ? Et dans bien des domaines ?

      Et la dignité n’en est pas un des moindres.


    • BisonHeureux BisonHeureux 18 avril 2012 23:31

      Eva Joly vient de prononcer un discours révolutionnaire au « Cirque d’hiver » devant une salle comble :



      Ce discours est vraiment une merveille du genre !
      Eva Joly:le vote du coeur !
      Hasta la libertad 
      Salut et fraternité

    • bernard29 bernard29 19 avril 2012 00:09

      je l’ai aussi écouté et c’était un trés beau discours pour une trés belle femme...

      franchement son discours était formidable. Un discours profondément écologique, profondément humain tellement juste et si bien dit. Trés loin de l’emphase gogolisante de Mélenchon... C’est l’écologie que j’aime. Ah, s’il restait encore une semaine de campagne et quelques meetings de cette tenue, Eva Joly aurait fait un malheur.


    • Patrick Samba Patrick Samba 19 avril 2012 01:28

      Le discours d’Eva Joly : un discours enflammé, enthousiasmant qui aurait du être le discours d’entrée en campagne dont on décline tous les thèmes ensuite tout au long de celle-ci.

      Malheureusement elle a fait son réel apprentissage à l’occasion de cette campagne, parce qu’elle n’était pas une écologiste chevronnée.
      Parce que les dirigeants ont observé que EELV ne fait jamais de bons scores aux présidentielles, Eva Joly a été sollicitée sur sa seule qualité d’intégrité morale qui pouvait être une arme contre Sarkozy, et peut-être rapporter quelques pourcentages supplémentaires.

      Ils l’ont instrumentalisée, elle a acceptée. Mais comme elle l’avoue ingénument, elle ne se doutait aucunement de ce à quoi elle allait être confrontée. Et en bon serviteur flatté d’avoir été choisi, elle répète à la fin de son discours ce qu’on lui a dit de dire (je suis désolé Eva Joly, mais de l’extérieur c’est l’impression que ça donne). Cette analyse politique est en total décalage avec les convictions qui sont profondément les siennes. Elle prépare le terrain politique institutionnel des dirigeants d’EELV un point c’est tout.
      Hollande est nucléocrate ? Aucun problème. Il se passe un évènement politique majeur à la gauche du PS ? Pas un mot !! Fukushima l’accident nucléaire le plus grave qu’ait eu à connaitre l’Humanité ? A peine quelques mots !! On hallucine !

      Fukushima aurait dû être le motif de fureur politique d’EELV. Les dirigeants ne songent qu’à leurs maroquins, à leur place de députés !

      Militants d’EELV, vos dirigeants se moquent de vous ! Réveillez-vous ! Indignez-vous ! Virez-les !

      Et Eva Joly, s’il vous plait, sortez rapidement de votre état zombi. Avant le 22. Pour observer à quel point on a abusé de vous.


    • bernard29 bernard29 19 avril 2012 11:12

      antinucléaires , votez PCF  ??? c’est le summum......


    • Emmanuel Aguéra LeManu 19 avril 2012 11:45

      lol...
      Article apparemment écrit par un des 18% de l’électorat de Mélenchon qui pensent que ce dernier aurait des chances au second tour. (remarquez, ils sont 29% au FN à penser que Marine y sera). Voir page 11
      J’aurais bien voté Eva, mais je ne vote que pour ceux qui ont des chances de gagner car je suis un con soumis, comme on m’appelle au FdG. Il en faut bien des cons pour permettre à quelqu’un qui peur gagner de virer le nabot. Donc, pardon Eva, mais bravo, je vous suis sur pratiquement tous les points.
      Et un FdG qui dans ce contexte reproche à EELV de ne pas se rallier, c’est l’hôpital qui se fout de la charité.


    • Emmanuel Aguéra LeManu 19 avril 2012 11:48

      pétard, ça moinsse vite à l’approche du scrutin... lol


    • Melara 18 avril 2012 13:17

      Eva Joly va maintenir sa candidature au premier tour car il est important qu’EELV compte ses voix.

      En cas de second tour FH/JLM ce sera, je pense Hollande. Elle est proche de DCB et ses dernières déclaration sur Mélenchon reprennent des arguments des ouistes contre les nonistes. Sans doute va-t-on retrouver la fracture de 2005.

      Regardez Bové, celui pour qui j’ai voté en 2007 car écologiste et partisan du non. Il n’est pas, à mon sens, parti pour soutenir JLM.

      A noter que Stéphane Lhomme, particulièrement engagé contre le nucléaire, a fini bon dernier à la primaire écologiste. Lui, oui, il appelle à un rassemblement avec le FDG.

      http://stephane-lhomme.blogspot.fr/


      • Patrick Samba Patrick Samba 18 avril 2012 18:25

        Bonsoir Melara,

        nul besoin pour EELV de compter ses voix à ce niveau d’échec. EELV a fait de bien meilleurs scores dans d’autres circonstances.
        Quant à Stéphane Lhomme sa candidature aux primaires était avant tout une candidature d’obstacle à Nicolas Hulot qui n’est pas anti-nucléaire, ou du moins qui ne l’était pas avant Fukushima. L’avenir dira s’il l’est réellement devenu. 


      • Robert GIL ROBERT GIL 18 avril 2012 13:30

        etes vous si naif pour croire que Melenchon qui est rentré dans une carrieere politique la meme année que je rentrais a l’usine veuille changer les choses.....est-il pret a limiter les salaires et les avantages politique sur lesquel il vit depuis 40 ans ; J’ai bien peur qu’une nouvelle foi la desillusion ne soit au rdv de la future gauche plurielle.
        Alors si vous voulez voter pour contester ce systeme absurde dans lequel on vit, les seuls votes de protestation sont ceux de LO ou du NPA, mais n’attendez pas le sauveur suppreme, vous ne pourrez pas faire l’economie d’un mouvement populaire de masse dans la rue et les usines pour reelement changer l’avenir .
        Prenez-vous en main c’est la seul perspective.....


        • logan 18 avril 2012 17:09

          Le mouvement collectif représenté par Mélenchon et leur programme collectif, le fameux programme partagé, valent certainement plus que vos convictions basées sur un raisonnement des plus simpliste et médisant.


        • taktak 18 avril 2012 17:33

          Logan, je ne suis pas d’accord avec votre propos. On ne peut dénier le droit au NPA de présenter un candidat dans la mesure où son projet politique est différent de celui du FdG.

          Et c’est même le Mélenchon qui le dit puisqu’il dit qu’il représente la gauche, celle qui réforme par la urnes. Soit grosso modo le PS de 1981.
          Alors que le NPA, et LO, sont des partis révolutionnaires. Et le désaccord initial sur la candidature commune est ici le non engagement à ne pas participer à un gouvernement PS et à rester dans l’opposition de gauche. Ce qui ne signifie pas un soutien ponctuel selon les projets particuliers.

          Il existe également des désaccords avec d’autres mouvements de la gauche sur la question de l’europe et de l’euro. Le FdG ne souhaite pas se retirer de l’europe et de l’euro. Libre donc à eux de ne pas s’intégrer dans le FdG. Ce qui là aussi ne signifie pas une unité d’action dans le mouvement social

          Il me parait particulièrement problématique d’adopter un ton aussi hégémonique. Unité de la gauche ne veut pas dire tous derrière au garde à vous derrière le chef. Avec l’idolatrie du chef.

          Car cela revient à conditionner notre réussite politique à celle d’un seul homme. Et les boules puantes (le procédé est dégueulasse mais c’est le risque en prenant un candidat qui reste relativement intégré au système) montre alors bien toute la faiblesse de la dynamique.

          Pour faire un parallèle, c’est tous le défaut du chavisme qui repose trop aujourd’hui sur Chavez et dont les visées hégémoniques sur les autres partis progressistes ont parfois conduit à des défaites électorales.


        • Patrick Samba Patrick Samba 18 avril 2012 18:36

          il y a des circonstances dans la vie, dans sa propre vie, dans la vie d’un groupe ou d’un pays où l’on se doit d’écarter les anciennes querelles, de ne pas mettre l’accent sur les divergences et de promouvoir tout ce qu’il y a de commun, et cela parfois pour notre survie tout simplement.

          Et aujourd’hui nous subissons le sarkozysme et Fukushima, ce n’est tout de même pas rien....


        • logan 19 avril 2012 09:50

          Je ne dénie aucunement le droit de tout un chacun de défendre ses convictions. Mais à un moment quand même quand on voit les copains de lutte dans une vaste dynamique en bonne position pour inquiéter le pouvoir en place, on peut aussi accorder aux copains le bénéfice du doute et mettre les divergences de côté pour l’occasion. Moi dans le sens inverse, si c’était le NPA qui portait une telle dynamique je n’hésiterai pas une seconde à voter pour le NPA malgré toutes les divergences que je peux avoir avec eux.


        • chapoutier 18 avril 2012 13:59

          robert gil je ne suis pas d’accord avec votre (ta) déclaration
          les seuls votes de protestation sont ceux de LO ou du NPA,

          robert gil, n’oubliez pas un point essentiel, l’immense majorité de ceux qui votent pour npa lo melanchon et même hollande comme bon nombre de ceux qui s’abstiennent se positionnent sur : dehors sarkozy, dehors les prévaricateurs capitalistes dehors les tenant de la troika.
          ce que veut l’immense majorité du peuple c’est une politique de sauvegarde des intérêts de l’immense majorité de la population.
          ils n’ont que faire de ce qu’ils considèrent comme étant des luttes d’appareils.

          maintenant une question vitale se pose : Mélenchon veut-il gagner ces élections ? car il avait la possibilité de rallier à lui la grande majorité populaire sur des mots d’ordre clairement anticapitaliste et antieuropéanniste, il avait cette possibilité, ce qui aurait contraint lo, npa poi et des couches d’écolos et de sfio à se prononcer sur une candidature unique anticapitaliste, celle de Mélenchon !

          reste la suite, je ne ferai pas les mêmes pronostique que l’auteur, mais il reste le troisième tour, et les millions d’hommes et de femmes et de jeunes qui sont descendus dans la rue contre le cpe, contre la réforme des retraites, qui se sont mobilisés sur le non à la constitution européenne, et qui aujourd’hui se retrouvent derrière Mélenchon et lui font porter leurs espoirs.

          ces millions vont-ils accepter de rentrer bredouille à la maison ? je ne le crois pas !
          vont-ils accepter des tractations de postes ministériels ? non plus !

          la boite de pandore à été entre-ouverte et des millions d’hommes et de femmes s’y engouffrent.

          les semaines et les mois à venir sont pleins de surprises.

          la France s’engouffre dans une période pré-révolutionnaire, ce qu’il en ressortira nul ne peut faire de pronostiques.

          mais une chose est sur et certaine, c eux qui se prétendent être des révolutionnaires ont une responsabilité énorme : ils ne peuvent avoir d’intérêts particuliers et différents de ceux de la classe ouvrière. ceux qui mettront leur égo avant les intérets du peuple porteront une responsabilité au regard des besoins historiques de la classe. robert gil si tu es tk tu m’aura compris même si tu ne partage pas.


          • chapoutier 18 avril 2012 15:08

            il est évident que mon point de vue déplait à de nombreux lecteurs, mais il serait plus constructif de dire en quoi il est faux !


          • taktak 18 avril 2012 17:53

            Rassurez vous, il ne déplaît pas à tous. Vous avez parfaitement raison, en refusant de se prononcer explicitement sur la non participation à un gouvernement PS et sur la sortie de l’UE capitaliste, le FdG aurait sans doute permis d’éviter la candidature du NPA.

            Qui plus est, il aurait ralllié à lui également l’ensemble des républicains (chevenementistes, gaullistes..) et par là même réellement tué la candidate Le Pen en lui retirant son font de commerce de seul candidate anti européenne (certes basé sur des mensonges comme je le montre ici)

            Reste qu’en ces derniers jours de campagne, on sent une ferveur mélenchonnatre, compréhensible au vu du nombre des attaques mais malsaine, l’esprit critique et l’absence d’esprit du chef étant la première caractéristique de touts militants progressistes


          • Ian 18 avril 2012 14:42

            Après le bipartisme, certains voudraient le tripartisme...

            Vu les conneries que racontent Mélenchon, heureusement qu’il y a d’autres candidats à gauche, sinon ce serait le FN ou l’abstention qui récolteraient la mise !
            De toute façon, un 2ème tour Hollande-Mélenchon serait une victoire (encore plus) assurée pour Hollande, donc ça n’a pas grand intérêt...


            • liliette 18 avril 2012 14:59

              « ne parlons plus de Poutou qui apparemment a choisi définitivement l’indignité c’est-à-dire le seul intérêt de son parti »

              Poutou a choisi de défendre la classe qui est la sienne. Vous aurez l’air fin quand vous serz à nouveau trahis par Mélenchon un bourgeois réactionnaire qui à 60 ans après avoir tout voté depuis maastricht contre nous se découvre subitement révolutionnaire.... Il est ami avec Dassault avec Buisson il vote la guerre à l’ONU il vit de la politique...

              Qui divise ? Qui est né pour écraser le NPA et son ancêtre LCR qui se bat depuis aussi logntemps que lui Mélenchon collabore avec la bourgeoisie dans le gouvernement Jospin par exemple qui a privatisé a fond......

              L’indignité de Poutou dit l’auteur indigne lui-même pas foutu de respecter un ouvrier qui n’est pas là pour faire carrière. Et comment s’allier avecx des insulteurs tels que lui. Le NPA est trop gentil avec les crapules qui nous ont trop trahis et qui vont recommencer...


              • logan 18 avril 2012 17:10

                Depuis Maastricht il a voté non à tous les traités, il s’est opposé à toutes les lois scélérates qui ont été votées par l’UMP et le PS. Vous mentez.


              • Ian 18 avril 2012 17:38

                Depuis Maastricht, il a aussi été ministre et participé activement à la casse de l’éducation.
                Donc si tu veux lui trouver une virginité, évite de remonter plus loin que 2002.

                Bon et puis on essaiera d’oublier ses amitiés pas très nettes à droite à gauche (enfin surtout celles de droite !)...


              • taktak 18 avril 2012 18:15

                Pour redresser le débat, la question n’est pas de faire un procès en sorcellerie et de ressortir les casserolles (à ce compte là, en matière d’européisme béat les trotskystes ont aussi leur part de responsabilité en ne voulant pas défendre la Nation)

                Mélenchon et ceux du pdg ont droit à dire des idées intelligentes aujourd’hui sans les leur rappeler. En revanche, cette tendances recente à vouloir faire taire tout le monde en dehors du partie de gauche et du chef mélenchon, accompagné par un pcf qui bénéficie là d’une cure d’idéologie bénéfique après 10 ans d’euromutation à la traine du PS n’a rien de légitime. En un mot, il faut redescendre les petits gars, Mélenchon ne peut pas être président ce coup ci et un score de 15% en étouffant le reste de l’extrême gauche n’est pas une victoire fondamentale sur le plan idéologique qui laisse augurer de la révolution dès demain. Ca ne sert à rien d’expliquer pendant des mois que le vote utile ça n’existe pas si c’est pour reprendre la grosse tête à 3 jours des élections. Ce genre de comportement est d’ailleurs electoralement contre productif

                Moi qui suit convaincu depuis 2 ans que je vais voter Mélenchon, j’en viens à hésiter, en me disant qui s’il fait un trop gros score je vais plus pouvoir l’ouvrir. Prière donc de modérer vos propos car je compte ne plus avoir ce genre d’hésitation, entre gens de gauche.


              • logan 19 avril 2012 09:36

                On est tous humains d’abord. Vous ne pouvez pas empécher que ceux qui luttent ressentent comme une espèce de trahison à voir leurs camarades tenter de leur faire des croche-pattes, ou tout simplement rester sur le côté et ne pas leur venir en aide.

                Nulle histoire de liberté d’expression ici.

                Moi je milite depuis 5 ans, dès que je suis rentré au PS j’ai compris que je n’étais pas au bon endroit, j’ai milité auprès des gens encore de gauche au PS pour qu’ils le quittent et créer un nouveau parti. J’ai fais partie des personnes qui ont exhorté Mélenchon à emboiter le pas. J’ai défendu dès le départ la stratégie de la recomposition de la gauche autour du clivage oui/non de 2005, j’ai défendu dès le départ la création du front de gauche avec le PCF et le NPA. J’ai milité dès le départ aussi pour la stratégie d’affrontement avec les médias et le FN. J’ai expliqué dès le départ à ceux qui partaient perdants qu’on avait une chance et que l’on pouvait créer une dynamique. Et si tout ne s’est pas passé comme prévu, si je suis passé par des moments de doutes quand les choses n’avançaient pas, ou d’espoir après des bons résultats, je vois aujourd’hui tout ce qu’on avait imaginé il y a 5 ans prendre vie devant nos yeux.

                Alors avoue quand même que ce serait bète que tout cela échoue de peu. Et surtout si certains camarades pour des raisons invraisemblables choisissent de voter contre nous ou de ne pas voter.

                On a peut être la possibilité de prendre le pouvoir qui va nous permettre d’affronter la finance et de tout chambouler dans leurs plans dans toute l’Europe, c’est quand même un moment assez historique. Ca ne vous fait pas envie, et en plus voir la tête des journalistes, des sondeurs, de l’UMP ? Ce sont quand même des choses qui méritent d’être vécues, ce serait con de passer à côté.


              • arobase 18 avril 2012 18:29

                si on a mélenchon / hollande au 2° tour, tous ceux qui ont peur des « rouges » vont voter hollande : toute la droite, les modérés , les riches, tout le fn par idéologie...........


                non pas que hollande ferait une politique à leur convenance, non mais dès qu’ils voient un chiffon rouge, ces pauvres d’esprit imaginent des chars russes sur les champs élysées, et comme la peur constitue un terrible moteur la terreur va les faire disjoncter. 
                on aura hollande 80%, mélenchon 20%

                non, la seule bonne solution consiste à un rassemblement de toute la gauche autour d’un programme de gouvernement qui tient compte de toutes les sensibilités, des ministres de toutes ses composantes et une assemblée nationale qui veille au grain.


                • chapoutier 18 avril 2012 19:03

                  arobase

                  hollande est le candidat qui convient aujourd’hui aux financiers car il est en position de pouvoir faire passer la règle d’or.
                  des millions de travailleurs, se prononcent inconditionnellement pour chasser ce gouvernement afin de mettre un terme à cette politique de massacre social, on ne saurait pourtant se contenter de remplacer un président par un autre qui, pour rassurer les marchés financiers, continuerait à payer la dette aux banques, à imposer la réduction des déficits publics et à respecter toutes les exigences de la troïka qui veut démanteler les conquêtes sociales et démocratiques arrachées par la lutte de classe.


                • logan 19 avril 2012 09:42

                  En effet, un second tour Mélenchon / Hollande serait défavorable à Mélenchon vu que ce serait à la droite d’arbitrer, et fort logiquement on peut penser qu’ils voteraient pour le moins pire à leur yeux, donc pour le plus à droite, donc pour Hollande.

                  Mais la volonté de changement peut être plus forte. Si on additionne le noyau dur de la droite, genre 25-30% et le noyau dur du PS seul, soit 15-20%, si tous les autres votent pour renverser la table, on peut peut être avoir un score plus équilibré que prévu, avec une chance folle mais une chance quand même de l’emporter pour Mélenchon.


                • arobase 18 avril 2012 19:58

                  mon cher chapoutier, ce n’est pas ce que dit hollande. mais plutôt ceux qui aimeraient le voir perdre. alors commençons par virer ce régime et donnons le maximum de force aux nouveau justement pour qu’ils soient forcés d’agir dans le bon sens.

                  puis aux législatives élisons des députés dignes de ce nom qui sauront veiller au grain et non pas des beni-oui oui godillots.

                  sinon ce sera sarkosy et là aucune surprise possible, il ira de fouquet’s en Crillon...

                  • wesson wesson 18 avril 2012 22:16

                    bonsoir Robert Gil, Lilette,


                    C’est usant à force cet argument comme quoi pour défendre les moins riches d’entre nous, il faudrait vivre comme Diogène dans sa barrique. 

                    Marx était avant tout un bourgeois, ça ne l’a pas empêché d’écrire « le capital ».

                    Après il y a le programme, et la capacité de l’appliquer. Poutou, Artaud, ils ont un programme, mais ni l’un ni l’autre n’ont les capacités pour le faire appliquer. 

                    • taktak 18 avril 2012 22:58

                      @ wesson

                      vous avez parfaitement raison sur le premier point.

                      Sur le second, on ne peut pas dire non plus que Mélenchon (ou plutot le FdG car il ne s’agit pas d’une question de personne mais je ne crois pas que c’était le sens de votre phrase) a la capacité de le faire. Les sondages, ça vaut ce que ça vaut, le donne à 15%.

                      Et surtout pèse le gros si qui pour moi est un mais de la question européenne sur laquelle le discours du FdG manque pour le moins de clarté. Nous savons tous qu’une politique simplement de gauche façon 1981 est inapplicable dans le cadre de l’UE. Et renverser la table, même en considérant que la France est un grand pays n’a rien de simple quand on sait que tout le capitalisme européen, voir mondial nous fera face. Il ne faut pas se leurrer nous n’aurons pas d’alliés institutionnel à court terme


                    • Tall 18 avril 2012 23:08

                      taktak

                      Mélenchon a prévu de contrer le diktat de l’UE frontalement en partant du fait que la France est la 2e puissance de l’UE, et que donc, sans elle, l’UE ne pourra rien faire.

                      Vous pouvez lire les détails ici dans le programme téléchargeable du FdG

                    • taktak 19 avril 2012 20:12

                      @ tall

                      l’europe sociale, la gauche plus rien la proposé déjà, et ils (y compris Mélenchon et Buffet) ont fait le traité de Nice

                      Et Mélenchon et Buffet étaient sans doute aussi sincère qu’aujourd’hui. Bref, votre attaque frontale, c’est plus un coup de guelle de Mélenchon qui passe bien à la tv plutot qu’un argument sérieux


                    • BA 19 avril 2012 00:55
                      Nicolas Doisy explique comment François Hollande va libéraliser le marché du travail en France.

                      Nicolas Doisy explique comment François Hollande va supprimer le CDI (Contrat à Durée Indéterminée).

                      Lisez cet entretien, et regardez cette vidéo scandaleuse :

                      - François Ruffin : Si je fais un récapitulatif, je me suis amusé à faire des cas à partir de votre document : 
                      Cas n°1 : François Hollande est conciliant, il revient de lui même sur ses maigres promesses de campagne, il libère le marché du travail et en finit avec le CDI comme norme de travail. 
                      Cas n°2 : il lui faut une petite pression de ses partenaires européens, une petite concession qui lui sert de prétexte, et derrière il libéralise le marché du travail. 
                      Cas n°3 : il refuse de se plier à ce programme de libéralisation, à cette injonction, et alors les marchés vont le punir, le rappeler sérieusement à l’ordre.

                      - Nicolas Doisy : Oui.

                      - François Ruffin : Donc là, jusque-là dans les trois cas, quand vous dites, « soit les électeurs, soit les marchés seront déçus », dans les trois cas c’est toujours les électeurs qui seront déçus et les marchés qui gagnent ?

                      - Nicolas Doisy : Oui oui. Eh bien regardez la Grèce, regardez l’Espagne, regardez l’Italie, regardez tout ce qui se passe en Europe depuis 2010. On a bien vu que de toute façon, à la fin, c’est le marché qui l’emporte. Je ne vais pas encore dire que le marché a nécessairement raison au sens moral du terme, en tout cas il aura raison factuellement puisqu’il s’imposera, c’est clair. Donc, c’est de ce point de vue-là que je le dis, oui en effet. Vous avez raison, les électeurs risquent d’être plus perdants que les marchés.

                      - F.R. : Je propose un quatrième cas, l’irruption du peuple sur la scène de l’Histoire.

                      - N.D. : La prise de la Bastille numéro 2 ?!

                      - F.R. : Hier, à Paris, y avait, bon, on va pas chipoter, 80 000, 90 000, 100 000, 120 000 manifestants à l’appel du Front de gauche. Si, comme en 1936, on avait une élection qui était suivie de mouvements de masse, de manifestations, de grèves…

                      - N.D. : Qu’est-ce qui se passerait en Europe ? Ben là je crois que c’est le gros coup d’angoisse, parce que si, quand les grecs manifestent, on a déjà une Europe qui se sent sur le point d’exploser, je vous laisse imaginer pour la France. C’est bien pour ça que je passe mon temps à répéter dans cette note que j’espère bien que François Hollande, se souvenant de ses années de formation en 81-83 auprès de François Mitterrand, évitera précisément de laisser se développer ce genre de scénario à nouveau, ou en d’autres termes trouvera la formule politique qui lui permet de vendre les réformes à la population française d’une façon qui soit acceptable…


                      La vidéo dure 10 minutes.

                      • Patrick Samba Patrick Samba 19 avril 2012 02:12

                        Et avec le discours d’Eva Joly (en réalité d’EELV) : http://evajoly2012.fr/2012/04/18/discours-deva-joly-au-cirque-dhiver/#comment-4074 , l’ensemble PS/EELV fait un magnifique packaging... (cf commentaire plus haut)



                      • BARTH 19 avril 2012 08:59

                        Qui c’est Nicolas Doisy ?


                      • vachefolle vachefolle 19 avril 2012 09:35

                        N’importe quoi ?!
                        Elle a loupé sa campagne, soit, mais a 2 jours du scrutin elle ne va pas se desister, c’est ridicule. De toute maniere elle avait deja gagné il y a 6 mois, en négociant ses sièges a l’assemblée avec le PS.


                        • papi 19 avril 2012 09:46

                          @ l’auteur

                          Je ne voudrai pas ternir vos ardeurs, certainement honnêtes, mais voilà que au fil des jours
                          ce que je subodorais se révèle, : Guenau, Buisson ,Chirac , , on ne peut plus qualifier cela de bizarre, tellement c’est frappant !!
                          Il faudra peut être ouvrir vos yeux à un moment ou à un autre , Non ?

                          Frère d’un jour, frère toujours..


                          • musashi 19 avril 2012 10:10

                            Laissez donc ce vieux monsieur Chirac tranquille plutôt que d’essayer de l’utiliser à des fins politiques...


                            • papi 19 avril 2012 10:26

                              @ Msashi

                              Ho ! mais je le laisse tranquille ce vieux Monsieur !! mais son engagement le fait ressortir de sa retraite ! et il n’est donc pas anormal que son repositionnement POLITIQUE soit commentée !
                              Il y a des décisions qui mettent en évidence le peu de différence entre certains partis, et l’universalité du système . je conçois que ce genre de prise de position vous mette mal à l’aise, mais c’est comme ça..


                            • musashi 19 avril 2012 11:13

                              Sauf erreur de ma part Chirac n’a pas parlé publiquement de son engagement...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès