Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Politique > Je m’interroge au sujet de Nicolas Sarkozy

Je m’interroge au sujet de Nicolas Sarkozy

J'observe depuis un certain temps le mode de fonctionnement de Nicolas Sarkozy.

On a raconté beaucoup de choses sur lui, sur sa "proximité" américaine, qui l'aurait conduit à remettre sous le commandement intégré de l'OTAN les forces françaises ou bien à participer à l'action militaire de Libye, et peut-être que cette proximité est réelle. De même, il est probable que certains réseaux (corses notamment) aient contribué à son essor politique (voir le lien suivant :

http://www.agoravox.fr/actualites/p...)

Au-delà de cela, je constate que son action est uniquement guidée par un seul paramètre qui est sa cote de popularité chez les électeurs. Son seul objectif, un peu comme le sauteur à la perche, est de passer l'obstacle du 6 mai 2012. Tout le reste est strictement sans importance pour lui. Certains se plaisent à noter ses revirements et ses contradictions successives, se demandant comment il peut ainsi tenir plusieurs discours à la fois. Mais il s'en fiche éperdument car la chose qui compte pour lui est l'image instantanée que nous percevons de lui. Il utilise essentiellement comme matière première ce que lui fournit l'actualité.

Il a, naturellement, des domaines de prédilection. Une catastrophe, une prise d'otages, une tuerie sanglante et voila notre président superman prêt à légiférer à lui tout seul pour montrer combien il est affecté par ces évènements tragiques. En fait, il a une tendance naturelle à "surfer sur l'écume des jours". N'attendons pas de lui qu'il nous donne une vision d'avenir de notre pays ou de notre société, il n'en a apparemment pas et je doute même que ce sujet l'intéresse.

Alors il fait des propositions comme d'aucuns mettent la ligne à l'eau. Si l'opinion publique ne "mord" pas sur le sujet, pas grave, on en trouve un autre comme le pêcheur change d'appât.
Sa seule question semble être ; "Ou se trouve les gisements de popularité ?"

N'y voyons pas de conviction politique, il n'en a probablement aucune et doit laisser cela à des théoriciens plus ou moins fumeux. Chaque parole ou chaque acte semble uniquement dicté par un seul critère ; sa popularité qu'il espère traduire en intentions de vote. N'oublions pas qu'il a eu des maîtres à penser dans ce domaine, tel que l'ineffable Charles Pasqua qui avait parfaitement décrit la démarche par son exclamation devenue célèbre " les promesses n'engagent que ceux qui y croient ! "

Au-delà de cette démarche, qui, après tout, n’est pas plus condamnable qu’une autre, émerge la grande interrogation sur le type de démocratie dans lequel nous nous trouvons. Les médias, par leur impératif besoin d’évènements « sensationnels » (au sens étymologique du terme) ne conduisent-t-ils pas à généraliser ce type de comportement.

J'avoue que j'appréhende un peu l'éventualité d'un second mandat de Nicolas Sarkozy car vient l'interrogation : "Que va-t-il faire durant ces cinq années, alors même que son seul paramètre de pilotage aura disparu ?"

Non rééligible et ainsi libéré de cette astreinte, qui pouvait agir comme une sorte de régulateur, ne va-t-il pas entraîner notre pays vers des destinations "aventureuses" avec des conséquences irreversibles ?

Le cas de conscience qu'il nous pose est délicat. Comment pouvoir raisonnablement estimer les limites qu'il mettra -de lui-même- à ses actions futures ?

Nous précipitera-t-il vers cette mondialisation -via le féralisme européen- dont personne ne veut vraiment, et peut-être confiera-t-il à l'Allemagne la conduite économique et politique des affaires françaises, faisant fi du peu de souveraineté qui nous reste encore aprés son premier quinquennat ?

A contrario, comme pourrait le laisser penser certains accents "souverainistes" de son discours, va-t-il opter pour un "désammarage" de la France en regard de l'Europe et rejoindre une position plutôt britannique ?

Qui peut se risquer à répondre ?



Sur le même thème

Le sarkozysme ou la République des boules puantes
Théorie Grand Unifiée de la SuperConspiration
Du retour de Nicolas Sarkozy via Facebook
Pourquoi un tel amour entre journalistes et sondages ?
Sortir de la récession : renaissance de la civilisation en Grèce antique


Les réactions les plus appréciées

  • Par colza (---.---.---.118) 23 mars 2012 13:28

    Il n’y a pas vraiment à s’interroger.

    C’est un malade et il faut le débarquer.
    De toutes manières, les juges l’attendent à la sortie...
  • Par wolf (---.---.---.160) 23 mars 2012 12:21
    wolf

    Assez bonne vue de qui est Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa...
    Somme tout, il y manque un point essentiel qui est son moteur premier :
    L’appât du gain.
    Mais cette forme de réflexion de qui est le sieur Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, comment il fonctionne, s’articule également avec ce moteur premier qu’est l’appât du gain smiley

    En outre, si je m’y tentais, je serais tenté de dire qu’outre avec un second mandat, l’orientation du navire « La France » risque non pas d’être sorti des rochets dans lesquels il nous a fait nous échouer, mais bien risque d’aider à ce que La France sombre, par le simple fait qu’il n’ aucune idée de l’avenir, parce que nul ne le connait, et qu’à ce titre, en lieu et place d’un projet, naviguant (ou plutôt surfant) sur la vague du présent, il ne peut prévoir (et n’en n’a visiblement pas les capacités à la vision des dernier 4 ans et 319 jours de présidence)...

    Or en temps de crise, non seulement il faut prévoir, mais en sus, il faut articuler pour que la mise en oeuvre puisse produire ce qui est attendu (ou à tout du moins s’y approcher).
    Or, on constate que lorsqu’un évènement vient mettre un grain de sable dans son moteur, il ne sait faire qu’appel à des Bush, Merkel ou bien encore Cameron et consort.

    Ceci signifiant rien d’autre que la politique Française n’appartient déjà plus à la France, mais bien à l’étranger, qu’il soit ou non membre de l’UE.
    Et que dire, lorsqu’il fait appel à de riches patrons étrangers, ou bien qu’il met en vente le pays à des Chine, Inde et Cie... ?

    Cela étant, j’aime assez votre développement Cliquet... quoi que... un peu peut-être trop retenu smiley

  • Par jctheo (---.---.---.169) 23 mars 2012 16:24

    Excellent article .Le personnage décrit est criant de vérité creux , sans idée autre que de surfer sur les évènements pour garder sa popularité et donc le pouvoir . Pour ce but unique tout est bon .Tout : les mensonges , les vraies fausses contritions , les attitudes outragées, la colère feinte , les larmes de crocodile .Bref : l’imposture permanente.
    Mais , ou je marque un désaccord c’est dans ses buts soigneusement camouflés : bras armé et docile des forces financières qui lui dictent sa conduite et l’asservissement du peuple français aux USA .Sans conditions .
    Ainsi , importons nous sur notre territoire les conflits qui ne sont pas les nôtres . Sans être sûr que , le moment venu , l’allié américain ne commencera pas par penser à lui et à ses intérêts.Ce qui est fort probable .
    Car, en matière de stratégie une seule chose est à prendre en compte : la géographie.

  • Par epicure (---.---.---.126) 23 mars 2012 16:34

    Sarkozy a le profil du manipulateur classique : narcissique, cherchant à se valoriser, ( la réussite, le fouquet’s et ses amis etc... ), à se montrer, et à pouvoir dire de façon naturelle une chose et son contraire, notamment.
    Mais ça certains l’on déjà dit avant sa première élection.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

cliquet


Voir ses articles

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires