Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Je vole quand je veux

Je vole quand je veux

Le volcan veut pas. La nature est notre ressource principale. Mais elle n’a pas de compte en banque. On ne pense à elle que lorsqu’elle change ses habitudes et nous met des bâtons dans les roues (de la silice dans les réacteurs). Il faudrait payer pour elle, volontairement. Il faudrait payer le blé et le pétrole à la nature. Le carbone aussi… Les discours qui se tiennent sur l’arrêt des avions en ce moment, même par les écologistes ne vont guère dans ce sens.

Dans les bases des réflexions économiques, on cherche les antécédents à toute création de richesse. Qu’est-ce qui est toujours nécessaire pour augmenter les ressources de quelqu’un ou d’un groupe ? Ces antécédents, dont nul ne peut se passer, s’appellent les facteurs de production.
 
Si j’ai un grain de blé, je peux en obtenir plusieurs. C’est la nature qui fait ce travail de multiplication. Je peux l’aider (ramollir la terre, éloigner les parasites, arroser...) j’ai intérêt à l’aider. Cette aide est un travail, mais il n’empêche que l’augmentation de ma ressource est faite par la nature et ne m’appartient en rien. Avec le blé, je peux faire de la farine, avec la farine du pain...etc. Et avec le pain, me nourrir et nourrir ma famille (les enfants ok, j’ai été enfant et mes enfants vont me perpétuer, mais pas trop tout de même, il faut qu’il m’en reste), nourrir les infirmes, les fous (si je veux), les vieux (ok je serai vieux, mais pas trop tout de même. Encore, les enfants c’est l’avenir mais les vieux...) les voleurs... ah non pas les voleurs !
 
On trouve trois grandes catégories de facteurs de production : la nature, le travail (déjà évoqué dans l’exemple drolatique précédent) et le capital. Le capital, c’est le dur qui tient, qui reste, le dur qui dure. Si je reprends mon faux-exemple, les outils, houe, bêche. Mais aussi les silos, les hangars, les maisons, les chemins. La terre peut entrer dans le capital, sans cesser d’être de la nature, par le « droit » de propriété, ce « droit » peut être un sentiment et fonctionner à la violence, servir à justifier l’éloignement des non-propriétaires indésirables (ce « droit » existe avant qu’il y ait un « droit » écrit et validé par des institutions fortes). Rapidement ensuite, on divise le capital en capital technique (celui dont j’ai parlé, machines, outils, véhicules, bâtiments) et capital financier (il faut qu’il y ait de la monnaie).
 
Un certain nombre de définitions de facteurs de production oublient de prendre en compte la nature. C’est un facteur à part. Dans les économies avec monnaie, c’est-à-dire toutes les économies dépassant le village, on ne paie généralement pas la nature. La nature n’a pas de compte en banque.
 
En Economie, la valeur des richesses produites s’exprime en monnaie. On travaille toujours sur les montants que l’on voit dans les échanges ou dans les évaluations. Ainsi, quand on consomme du pétrole, on ne paie pas le pétrole à la nature. On paie le travail et le capital d’extraction à ceux qui travaillent et qui possèdent le capital d’extraction, on paie le transport à ceux qui transportent ... on paie des taxes à l’Etat qui gère nos affaires communes (admettons que l’Etat gère nos affaires communes). Ça c’est la base, et on paie le surplus qui correspond à notre nécessité de consommer du pétrole, et ça, ça peut varier un maximum :
Même quand on vend ou qu’on achète de la terre, on ne paie pas la nature (à la nature). On s’accorde sur un prix ; on valorise l’emplacement (si un appartement est plus cher en centre-ville qu’en banlieue, c’est à cause de la rareté liée à l’emplacement), la productivité de la terre (si le blé est bon et facile à faire pousser, ou si la terre est chiche).
 
Les analyses politico-économiques que l’on entend ou que l’on lit font l’impasse sur la nature comme facteur de production ; même quand elles ne parlent pas de cela, les considérations et les conséquences qu’elles mettent en jeu ne sont crédibles que si on oublie le travail de la nature dans la production de nos ressources.
 
Eva Joly, le 19 avril, sur France Inter, disait qu’on faisait trop confiance à la technique ! Elle qui se présenterait à la Présidence de la République ne parle pas de la nature. Or, la technique est un facteur de production qui s’appuie sans cesse sur la nature, tandis que tous les discours n’y voient que le travail des hommes, leur intelligence… alors que les « circonstances » sont aussi déterminantes pour notre richesse que notre action sur les « circonstances ». On voit toujours la voiture qui roule et on a l’impression que l’automobile roule toute seule, de part la volonté du conducteur de la faire rouler. Pourtant, il lui faut de l’essence, du bitume, un réseau de routes, de ponts, de tunnels, un réseau de point de vente de son essence, un code de la route pour ne pas se cogner aux autres, des assurances… mille choses auxquelles on ne pense pas… il lui faut de l’air, que la voiture rejette sali…
 
Pascale Clark, la journaliste de France Inter, dit : « un nuage est plus fort que la puissance économique ». Eh oui, nous oublions sans cesse que la nature est incorporée à la puissance économique. On n’avait jamais pensé que, pour que les avions volent, il fallait que les volcans ferment leur gueule.
 
Eva Joly dit : « ça nous rappelle que notre monde technologique est fragile ». Eh non, il est greffé sur la nature ; ce n’est pas un « monde », au sens d’un isolat, qui serait fragile, fort mais capable de perdre sa force rapidement. Elle dit encore (et surtout) : « il faut croiser les doigts et espérer que des vents puissants qui poussent les nuages loin des itinéraires des avions ! » Eh oui… Eva Joly raisonne comme si elle ne savait pas que la puissance technologique et économique dépendait de la nature. Elle considère que si la nature respecte sa continuité, ses conditions courantes, normales, ordinaires, tout va bien, on peut l’oublier. Elle croit que la nature n’intervient dans la technologie que lorsqu’elle se manifeste par des irrégularités auxquelles on n’avait pas pensées. Et que la plupart du temps, notre technologie est le produit autonome de notre intelligence humaine, de notre travail humain, de notre histoire (humaine) et seulement de notre travail, de notre histoire, de notre intelligence. Donc, il faut croiser les doigts pour espérer que les conditions naturelles banales reviennent. C’est religieux ! Comme une prière ! On n’y peut rien, on peut juste faire des choses symboliques, « magiques » pour que les dieux, ici les vents, nous soient plus favorables !
 
Cette perception, exprimée par une leader écologique, est aussi celle exprimée par tous les voyageurs impatients qui trouvent que l’on en fait trop du côté du principe de précaution. Ils sont prêts à prendre plus de risques. On pourrait appeler cela le syndrome du Titanic. Au fond, ils ne croient pas à cette domination de la nature sur la technique. Ils ne croient pas que la technique est tissée de nature et que l’on ne peut pas vraiment en démêler les fils. Ils sont tellement dans l’idée que la richesse des hommes est le fruit de leur travail, et du capital, qu’ils pensent tout résoudre avec du travail et du capital. Ils pensent que le pouvoir de l’argent est absolu.
 
Pourtant, le fait qu’il ne l’est pas est dans les principes de base de l’économie. La réponse à la question : Avec quoi produit-on de la richesse ? est dans les toutes-premières choses qu’on réfléchit.
 
Je vole quand je veux. Eh ben non ! Je volcan le volcan veut !
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • joelim joelim 5 mai 2010 12:03

    Eva Joly dit : « ça nous rappelle que notre monde technologique est fragile ». Eh non, il est greffé sur la nature

    « il faut croiser les doigts et espérer que des vents puissants qui poussent les nuages loin des itinéraires des avions ! » Eh oui… Eva Joly raisonne comme si elle ne savait pas que la puissance technologique et économique dépendait de la nature

    Délirantes argumentations qui voient dans des phrases ce qui ne s’y trouve pas...

    Allez un peu de sérieux : je propose de taxer le volcan pour combler le « manque à gagner » des compagnies de zincs.

    • Orélien Péréol Aurélien Péréol 5 mai 2010 13:08

      Virilio disait sur France-Inter, dans un temps où le nuage était là, faisant un parallèle entre les avions empêchés de voler par le volcan et les trains empêchés de rouler par la grève, que c’était comme si la nature faisait grève.
      Le sens de mon article est le même : si la nature fait analogiquement grève, c’est qu’elle travaille sans cesse pour nous.
      Si l’idée de grève est analogique (la nature ne revendique rien et n’a pas de volonté précise, organisée...) son travail pour nous, lui, n’est pas analogique.
      Quand l’atmosphère soutient nos avions, elle ne fait pas d’effort, cependant elle exerce une force (ou un ensemble de forces).


      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 5 mai 2010 18:58

        Ce volcan va relancer l’intérêt du train sous marin - dans un tube sous vide - à très grande vitesse ...


        • Halman Halman 6 mai 2010 08:10

          Qui eux aussi au moindre tremblement de terre ou cargo qui coule et son épave qui tombe dessus, les rendront inutilisables.


        • Cogno2 6 mai 2010 11:03

          Ce volcan va relancer l’intérêt du train sous marin - dans un tube sous vide - à très grande vitesse

          Faut arrêter la masturbation.


        • joelim joelim 6 mai 2010 12:10

          Et la visio, c’est pour le chiens ?

          C’est vrai que les crânes d’oeufs préfèrent le navion, çà leur permet de quitter un peu bobonne, et puis c’est valorisant de prendre souvent le navion.

          Quand aux tourists, ils prennent le navion pour avoir quekchose à dire à la pose kafé du boulot... (ok je schématise...)


        • Alpaco 6 mai 2010 12:06

          Aurélien,
          Il est plaisant à lire cet article. En plus, ajouter l’élément nature au capital et au travail, les deux mamelles de la philosophie politique, c’est assez révolutionnaire.
          Si l’on considère l’élément nature comme étant la gestion des techniques permettant la production , qui en est le détenteur ? Le capital, le travail, ou aucun des deux ? Car il s’agit de savoir la part de plus-value qui lui revient de fait.

          Il semble que tout le monde s’en foute royalement, sauf comme vous le précisez, quand la technique (qui n’est rien d’autre que l’utilisation pratique des lois de la nature) et sa cousine la technologie, ont perverti les deux inséparables (capital-travail) au point qu’ils en oublient les aléas, irrégularités et deséquilibres pourtant caractéristiques de la nature. C’est pourtant le principe des sciences : on isole des cas particuliers pour en extraire des lois ou vérités qui deviennent des erreurs si l’on change le moindre paramètre.

          Aurélien, au delà du débat de fond, ne tombez pas dans la facilité journalistique très/trop polluante pour le débat d’idées qui consiste à faire passer pour une déclaration la réponse à une question. « La mise hors contexte est un leurre efficace pour attraper du gros poisson (pour enfumer du crétin) » aurait pu dire P.Villach (dans sa 250ème sur le thème leurre d’appel et information).

          La nature ne sait pas ce qu’est la grève. Elle évolue en nous portant comme un boulet, et malgré nos efforts elle nous échappe toujours.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès