Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Jean-François Copé face à Jean-Luc Mélenchon et à Jack Lang : la campagne (...)

Jean-François Copé face à Jean-Luc Mélenchon et à Jack Lang : la campagne 2012 est déjà commencée

Le candidat socialiste a annoncé qu’il envisagerait de désigner des futurs snipers pour répondre éventuellement aux attaques de l’UMP. Pendant qu’il envisage, il y a un sniper qui ne l’a pas attendu…

Le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé était l’invité principal de l’émission "Des Paroles, des actes" animée par David Pujadas le jeudi 17 novembre 2011 sur France 2.

Personne ne s’est donc étonné de son grand talent de débatteur face à ses adversaires, n’hésitant pas, parfois, à utiliser le ton de la polémique ou de la mauvaise foi, mais employant quelquefois, avec parcimonie certes, le langage de la sincérité.

Jean-François Copé va probablement rester présent dans le paysage politique pendant encore une bonne vingtaine d’années, et les socialistes, qui sont ses premiers adversaires, auraient bien besoin de personnalités de ce talent, car il est redoutable.

Pour ce soir-là, deux débats : un avec le candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, un autre avec l’ancien Ministre de la Culture, Jack Lang, devenu conseiller spécial du candidat François Hollande.

En fait, il aurait dû y avoir trois débats : le troisième devait le confronter à Marine Le Pen, mais cette dernière, prudente (car peu sûre de ses thèmes économiques et sociaux), a préféré annuler, montrant ainsi une réelle lâcheté et une grande hypocrisie à crier encore sous tous les projecteurs qu’elle n’est jamais invitée dans les médias !


Débat Copé-Mélenchon

Les échanges entre Jean-Luc Mélenchon et Jean-François Copé n’ont été qu’un dialogue de sourds sans aucun intérêt.

Jean-Luc Mélenchon a su éviter l’écueil des négociations entre le PS et les écologistes (actualité politique des derniers jours) en affirmant haut et fort qu’il comptait rester totalement indépendant du PS en 2012, y compris aux législatives. Stratégie que pourraient mettre en doute les communistes qui, grâce à la bienveillante alliance avec les socialistes, ont réussi à préserver un groupe à l’Assemblée Nationale depuis deux décennies malgré leur baisse historique d’audience.

D’ailleurs, Jean-François Copé n’a pas hésité non plus à pointer du doigt un autre désaccord majeur entre Jean-Luc Mélenchon et son principal soutien, le Parti communiste français : sur le nucléaire, il est sur la même position que les écologistes alors que les communistes sont les défenseurs traditionnels de l’industrie nucléaire.

yartiCopeDebat02

Jean-Luc Mélenchon a cependant trouvé le moyen de botter en touche : proposer un référendum sur le sujet, s’en remettant ainsi à la vox populi sans prendre beaucoup de risque électoral sur le sujet, mais sans non plus prendre ses responsabilités.


Débat Copé-Lang

Le nucléaire, c’était évidemment l’un des deux principaux sujets du débat avec Jack Lang.

La diction vieillie par le temps, même s’il n’a pas perdu de sa pugnacité et de son enthousiasme, Jack Lang (72 ans) est un dinosaure du PS, le seul, avec Jean-Pierre Chevènement, à avoir survécu et à se retrouver encore au combat politique pour 2012.

yartiCopeDebat04

On peut se demander d’ailleurs pourquoi François Hollande a désigné Jack Lang pour le représenter face à Jean-François Copé. N’y avait-il que cet homme de disponible ? Une Aurélie Filippetti (38 ans), députée PS de Moselle et ancienne écologiste, aurait été à mon sens bien plus pertinente dans ce débat sur l’énergie nucléaire si le candidat socialiste voulait apporter un réel vent nouveau dans la vie politique. Elle avait d’ailleurs émis beaucoup de réserve sur la position du PS sur le nucléaire lors de la catastrophe de Fukushima.

Jean-François Copé a eu beau jeu d’appuyer là où l’accord PS-Verts fait mal, à savoir sur l’énergie nucléaire et en particulier, sur le flou concernant la position sur les Mox. Jean-François Copé a répété qu’il était scandalisé que le sort de l’industrie nucléaire soit ainsi scellé rapidement, sans réflexion (sans se préoccuper que les énergies alternatives puissent compenser la réduction du nucléaire), sur un bout de table, mettant en jeu des dizaines de milliers d’emplois et une politique énergétique sur vingt ans, et a même sorti de sa poche la carte de France des réacteurs nucléaires pour demander à Jack Lang comment les socialistes comptaient choisir les vingt-quatre réacteurs à arrêter : avec des fléchettes ? Un réacteur par circonscription donnée aux apparatchiks des Verts.

Le discours de Jean-François Copé était évidemment facile et Jack Lang avait bien du mal à lui répondre puisqu’il était sans doute sur la même longueur d’onde que son contradicteur. Jack Lang a même estimé qu’il n’était pas question de casser l’excellence française dans le domaine nucléaire (ce qui relativise l’accord avec les écologistes).

Jean-François Copé a évoqué le fait que les socialistes auraient décidé de sous-traiter le nucléaire aux écologistes, phrase qui est un évident "élément de langage" puisque le matin même, l’influente Ministre de l’Écologie Nathalie Kosciusko-Morizet avait dénoncé l’accord PS-Verts de la même manière, en parlant de sous-traitance.


Le boulet des 60 000 postes

L’autre thème du débat Copé-Lang, c’était sur l’éducation, un des éléments auxquels tient celui qui fut Ministre de l’Éducation nationale de 1992 à 1993 et de 2000 à 2002. Cet échange m’a encore confirmé que la proposition du recrutement des 60 000 fonctionnaires dans ce ministère était un véritable boulet pour le candidat Hollande.

Sur ce sujet, trois éléments sont à noter.

Le premier est une boulette arithmétique. Ce n’est pas la première fois qu’elle est signalée. Dans son débat face à Martine Aubry, François Hollande avait affirmé que ce recrutement, à raison de 12 000 postes par an, à 500 millions d’euros, coûterait en définitive sur cinq ans 2,5 milliards d’euros. Ségolène Royal avait été la première à évoquer une grosse erreur de calcul, car François Hollande avait oublié de comptabiliser les années suivantes le coût des recrutements dans années précédentes, ce qui fait que sur cinq ans, il faut tabler sur un coût de 7,5 milliards d’euros. On peut être inquiet d’une telle légèreté de calcul.

Eh bien, Jack Lang a continué sur cette lancée et a refusé d’admettre cette erreur de calcul alors que Pierre Moscovici avait clairement reconnu dans le débat qui l’avait opposé à Bruno Le Maire le 14 novembre 2011 que cette mesure coûterait bien 7,5 milliards d’euros.

Évidemment, Jean-François Copé a insisté sur cette erreur et a même rappelé que le recrutement d’un fonctionnaire ne coûtait pas seulement pendant cinq ans, mais pendant quarante ans de carrière (en fait quarante-deux ans avec la réforme des retraites) et sa retraite, mais avec ce raisonnement, les coûts deviendraient inutilement astronomiques (puisqu’il faudrait aussi cumuler les recettes de l’État sur quarante ans). L’unité de temps placée sur une année ou sur un quinquennat semble quand même plus adaptée aux comparaisons.

Le deuxième élément, c’est que Jack Lang est devenu beaucoup plus consensuel que polémique et il avait bien du mal à répliquer aux arguments de Jean-François Copé. Soutien de la politique universitaire du gouvernement (de la loi Pécresse sur l’autonomie des universités), des investissements en recherche et développement, et aussi de la réforme des institutions, Jack Lang n’a rien répondu sur le fait qu’il y avait moins d’élèves dans les écoles et que ce n’est pas en recrutant des enseignants en plus qu’on améliorerait la qualité de l’enseignement.

Pourtant, il est facile de comprendre que plus les classes sont petites, plus l’enseignement peut être adapté au niveau de chaque élève, chose matériellement impossible à faire quand il y a trop d’élèves.

Ce que cela dénote, c’est surtout l’incapacité de François Hollande à bien briefer ses représentants, puisque, si j’avais bien compris la proposition initiale, mise à part la boulette de son coût et de son financement (après tout, si c’était utile et efficace, cela pourrait valoir le coup/coût), ces postes supplémentaires dans l’Éducation nationale ne concernaient pas la fonction enseignante mais plutôt l’encadrement, toutes les compétences autour : surveillants, conseillers pédagogiques, éducateurs, infirmières etc.

Enfin, le troisième élément, c’est que Jean-François Copé en a profité pour marteler l’irresponsabilité budgétaire de François Hollande à vouloir recruter massivement de nouveaux fonctionnaires alors qu’il faut réduire la voilure pour diminuer les déficits, que d’autres pays ont même des plans bien plus draconiens qu’en France avec réduction du salaire des fonctionnaires, et en France, on voudrait au contraire recruter tout azimuts. Aucune réponse de Jack Lang sur ce réel argument.


Questions politiques

En dehors de ces deux débats, Jean-François Copé a montré un réel talent à naviguer à vue sur les différentes questions. Il a convenu qu’il avait un peu changé : il n’était plus antisarkozyste comme en 2007, il ne regarderait plus 2017 comme seul point de mire et il se focalisait uniquement sur l’élection présidentielle de 2012 et la perspective de la réélection de Nicolas Sarkozy.

yartiCopeDebat03

Franz-Olivier Giesbert n’a d’ailleurs rien compris à la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 en se demandant quand reviendrait la rivalité entre Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy. La réponse est simple : à nul moment, puisque les deux hommes ne sont pas en situation de compétition, Nicolas Sarkozy ne pouvant pas se représenter à l’élection présidentielle de 2017 puisque les mandats sont limités à deux successifs (et en cas d’échec en 2012, Nicolas Sarkozy aura bien du mal à faire le consensus autour de lui pour 2017).

Jean-François Copé a été assez transparent sur ses intentions après 2012 : il voulait garder la main sur l’UMP, quitte à renoncer à Matignon. Il est convaincu que sans chapeauter un grand parti gouvernemental, il ne pourrait pas gagner une élection présidentielle. L’histoire électorale depuis 1981 le conforte dans cette conviction.

Sur Nicolas Sarkozy, malgré quelques mots présidentiels sur l’alimentation d'un bébé, il a simplement décrit un Président sur les yeux duquel se lirait la gravité. La gravité, c’est également la posture qu’a adoptée François Hollande depuis le 31 mars 2011.

Jean-François Copé a dû s’expliquer deux fois sur une photo de vacances qui prouve son amitié (confirmée) avec Ziad Takieddine. D’un côté, c’est une photo privée qu’il paraît indécent de mettre en exergue en "prime time" à la télévision ; d’un autre côté, les explications n’ont pas été très convaincantes car se basant uniquement sur une parole (qu’on peut croire ou pas), sans apporter par exemple d’éléments factuels, comme la date de la photo (selon Médiapart, il était déjà ministre) ou sur comment il a rencontré cet intermédiaire. Il a juste rejeté toute implication personnelle dans la campagne d’Édouard Balladur en disant qu’il était à l'époque dans le camp chiraquien et qu’il n’avait que 28 ans (en fait 31 ans).


Et le FN ?

Autre sujet sensible, l’alliance possible entre l’UMP et le FN. Jean-François Copé, sans trop de surprise, a été une nouvelle fois très clair : « Il n’y aura jamais d’alliance avec l’extrême droite. ». Il y voit un réel clivage entre ceux qui stigmatiseraient (le FN) et ceux qui apporteraient des solutions (l’UMP).

Cependant, cette clarté est devenue un peu floue lorsqu’il admettait vaguement être d’accord avec deux des trois mesures présentées de la Droite populaire :non automaticité de la naturalisation à 18 ans et remise en cause des allocations familiales en cas de délinquance, ce qui contredit son refus d’étanchéité politique totale avec les idées du FN.


Capitale versus France profonde ?

Pendant toute l’émission, Jean-François Copé n’a cessé de fustiger Paris face à la province, sans explicitement parler d’etablishment (mot lepéniste), en reprenant le mot "système" qu’avait utilisé Martine Aubry à l’encontre de François Hollande, « le candidat du système », en affirmant un peu rapidement qu’il y aurait deux visions sur la sécurité, sur la fraude sociale, sur la réalité industrielle, une parisienne (tout irait bien et François Hollande serait déjà élu) et une au-delà du périphérique.

Mais quel est donc l’intérêt de Jean-François Copé, député-maire de Meaux qui ne multiplie ses références à son action locale, à fustiger ainsi le parisianisme dont l’ancien député-maire de Neuilly-sur-Seine serait pourtant plus proche que le député de la Corrèze ?

yartiCopeDebat05


Protection versus irresponsabilité ?

Les thèmes de campagne de l’UMP ont été assez clairement exprimés par Jean-François Copé ce 17 novembre 2011 : face à un candidat François Hollande jugé irresponsable si ce n’est indécis (sur le déficit public, l’éducation, sur le nucléaire, sur les retraites etc.), Nicolas Sarkozy serait le Président protecteur, qui veut protéger les Français de la tempête financière mondiale.

Je suis bien incapable de dire si ces arguments vont faire mouche ou pas auprès de l’électorat hésitant, mais ce dont je suis sûr, c’est que François Hollande et ce qu’il croit être son équipe (pléthorique et pas formée à ses propositions) font en tout cas tout pour les rendre convaincants.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (18 novembre 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Débat Le Maire-Moscovici du 14 novembre 2011.
Jean-François Copé, 2017 ?
Jean-Luc Mélenchon.
Les 60 000 postes dans l’Éducation nationale.
Hollande coincé entre Chevènement et Eva Joly.
Jack Lang au secours de la Sarkozye.


Moyenne des avis sur cet article :  1.43/5   (141 votes)




Réagissez à l'article

94 réactions à cet article    


  • geo63 18 novembre 2011 12:58

    Le ton cassant de Copé m’a toujours fait froid dans le dos, il est très souvent à la limite d’être menaçant. Pour moi ceci est un obstacle difficilement surmontable pour arriver au plus haut niveau, on ne peut pas dire qu’il suscite la sympathie.

    Au fait, pourquoi a-t-il modifié son nom ?


    • latortue latortue 18 novembre 2011 14:20

      Copé, Sarkozy même manière de procédé d’un autre temps ,ton cassant ,agressivité ,combatif ,coléreux , langue de bois a outrance,gesticulation ,bref une communication de ouf ,et ça marche Sarko remonte dans les sondages les Français se laissent berner par la prestance et les belles paroles .Mais en face on a qui quoi ??????? des gens qui ne font pas le poids .si la gauche veut gagné il va falloir qu’elle se sorte les doigts du fion et trouver des intervenants qui connaissent leur sujet sur le bout des doigts et qui soient et agressif et compétant .
      Un vrais débat est un débat ou il y a du sang (au sens figuré bien sur) des arguments percutanst ,des leçons données vertement sans langue de bois en face des Copé et des Morano il faut des tueurs de vrais politique avec de grosse burnes qui attaquent ,pas des mémères qui laissent dire en souriant comme des abrutis .


    • garisamui garisamui 18 novembre 2011 16:30

      @ geo63

      il a changé son nom pour donné le change, comme beaucoup de juifs dans l’ audio visuel et la politique.

      de son vrai nom COPELOVICI 
      ( tribune juive du 15-02-2002 ) menbre du Bilderberg en 2003

      vu son tracé politique actuel on comprend ......


    • DSKprésident 18 novembre 2011 17:26

      Le sioniste, faciste, chien de garde UMP, l’anti-français Rakotonaparison va encore nous faire 95% de votes NON.
      Des records à chaque fois qu’il vomit ses conneries... le pauvre, achetez-lui un cerveau


    • DSKprésident 18 novembre 2011 17:36

      Copé a modifié son nom ?
      Comme les juifs ?


    • Parrison Parrison 20 novembre 2011 08:36

      Mais enfin... ! à part ergoter à tout bout de champ.... qu’est-ce qu’il a à dire ce JFC... ?

      Rien de tangible, aucun programme pour la France... cette émission, il l’a voulue pour se rendre visible, non en prévision de 2012, mais de 2017.... plus on le verra, plus ses chances de rafler la mise en 2017 augmentent... 

      Ca vous fait froid dans le dos... ? moi, il m’a suffit de l’écouter une ou deux fois et je zappe... La polémique c’est son péché mignon, à part ça... c’est creux, y a de l’écho... !

      Allez allez..., la grenouille qui veut se faire boeuf....


    • kéké02360 20 novembre 2011 20:31

      Le Premier ministre, François Fillon, a annoncé le 24 août un plan d’économies devant rapporter à l’Etat 1 milliard d’euros en 2011 et 11 milliards en 2012. Il augmente à 7% la taxation des complémentaires santé, pour atteindre 2,2 milliards d’euros par an dès 2012. La Mutualité Française dénonce une mesure « injuste, incohérente et inefficace ».
      Le plan d’économies présenté par le 24 août par le Premier ministre, François Fillon, doit rapporter à l’Etat 1 milliard d’euros en 2011 et 11 milliards en 2012. Dans ce cadre, les garanties santé des mutuelles vont subir une nouvelle taxation brutale, qui passera de 1,2 milliard d’euros en 2011 à 2,2 milliards dès 2012.
      Jusqu’à 2010, les contrats responsables des complémentaires santé ont été exonérés de la taxe sur les conventions d’assurance (TCA). Pourquoi ? Pour inciter les assurés sociaux à suivre le parcours de soins coordonnés et le dispositif du médecin traitant du gouvernement.
      Début 2011, le gouvernement a décidé de taxer ces contrats à hauteur de 3,5%. Cette première mesure rapporte 1,1 milliard d’euros à l’Etat sur l’année pleine. La nouvelle taxe au taux de 7% annoncée hier par le Premier ministre va rapporter 100 millions de plus en 2011, soit 1,2 milliard d’euros à la fin de cette année. En 2012, elle coûtera, tous comptes faits, 2,2 milliards aux complémentaires santé et aux ménages.
      « Dans un contexte de réexamen général des dépenses fiscales et dès lors que les contrats responsables et solidaires représentent désormais environ 90% des contrats d’assurance maladie, il est proposé de supprimer ce régime dérogatoire et d’appliquer le taux de droit commun de 7% à ces contrats », indiquent les services du Premier ministre.
      La Mutualité Française a immédiatement réagi par la voix de son président, Etienne Caniard. Dans un communiqué de presse, elle dénonce une décision « injuste, incohérente et inefficace ».
      Le gouvernement fait peser l’effort sur les usagers de la santé
      « Cette mesure annoncée aujourd’hui par le Premier ministre est un très mauvais coup porté à l’accès aux soins quand on sait que les complémentaires financent aujourd’hui 50% des soins de premier recours, indique-t-elle. Le gouvernement a délibérément choisi de faire peser sur les usagers de la santé une très grande partie de l’effort budgétaire, alors que des secteurs entiers de l’économie en sont totalement exemptés. »
      « Si nul ne conteste la nécessité de lutter contre les déficits, comment comprendre le choix de taxer les complémentaires santé, indispensables à tous les Français, y compris les moins favorisés, quand l’effort demandé aux plus hauts revenus ne sera que symbolique », s’indigne Etienne Caniard.
      De plus, « cette mesure sera inefficace à terme car elle va à l’encontre des ambitions affichées par ce même gouvernement d’une meilleure organisation du système de santé. La taxation quasi uniforme des garanties complémentaire santé ne permettra plus de valoriser les contrats solidaires et responsables, accentuant ainsi la dérégulation et l’exclusion par la sélection des risques ».
      Ghislaine Trabacchi et Pascal Lelièvre


    • Parrison Parrison 21 novembre 2011 10:10

      Kéké....



      Mais qu’on arrête donc de faire semblant de vouloir régler un problème en détournant l’attention ailleurs que là où la solution existe... 

      La fraude fiscale personne n’a les tripes pour s’y atteler... alors qu’elle existe depuis des lustres. Bien plus facile et surtout moins risqué d’appauvrir encore ceux qui le sont déjà : le bas peuple qui n’en peut plus de « rembourser » les dettes de ceux qui les ont contractées...
       
      Comment en ponctionnant les masses jusqu’à la trame, on veut relancer l’économie si les consommateurs n’ont plus les moyens de la faire tourner.... ? Faudra m’expliquer comment ils pensent s’y prendre....
      On se mord la queue ici sous des discours soi-disant d’« austérité ».... qui ne sont en fait que du brassage d’air, une courte vue, dont les conséquences ne sont même pas envisagées... car ce sera la catastrophe et on recommencera à dire « c’est pas moi, c’est l’autre... regardez donc ces profiteurs du système social qui »volent« les FRançais » ....
       On veut quoi au final que le peuple s’étripe... ? pour se défausser de son incapacité à prendre les décisions qu’on s’ingénie à contourner...

      Tenez lisez ça.... 


      Pour faire la guerre on n’a pas parlé des sales profiteurs... on a trouvé l’argent et pas qu’un peu, on parle de millions d’euros par jour, alors que la crise démarrait...

      Mais à qui donc croient-ils avoir à faire ces gens qui ont mission de gouverner notre pays... à une bande d’abrutis que l’on peut berner, que l’on manipule à coups de discours plus faux c**** les uns que les autres... ?

      Le budget de l’armée..., les constructions pour soi-disant la défense du territoire... on croit vraiment qu’avec un porte-avion flambant neuf on sera en sécurité... ? et qui est l’ennemi au final contre qui nous devons nous défendre... ? est-ce qu’il est bien réel ou est-ce qu’on le fabrique de toute pièce pour justifier ces milliards de dépenses qui ne servent à rien, qu’à caresser la clique des militaires dans le sens du poil... pour leur offrir de beaux joujoux... pour qu’ils jouent à nous faire peur... ? ou pour faire diversion en se lançant dans une guerre... ?

      L’ennemi ne viendra ni de la mer ni des airs, ni des planètes... l’ennemi c’est le système économique... point de sang qui coule mais une terreur psychologique portant le nom de « dette », « récession », « chômage », « perte de pouvoir d’achat, » « dégradation du système de santé »... mais c’est péché que de le dire....
       Des économies ce ne sont pas des coupures mais le contrôle des dépenses. 
      Et le gaspillage est énorme... !!!!!!, en le tarissant, on épongerait la dette en max. 10 ans... Mais on préfère prendre des mesures impopulaires, c’est agir pour agir, on avisera par la suite pour régler les problèmes découlant de ces décisions prises dans l’urgence...

      Mais on s’écarte du sujet « Copé » et ses petits jalons pour 2017.... 

      Bullshit que tout ça.... des singeries, du brouillard pour cacher un manque flagrant d’idées, mais qui veut se la jouer... ! Le doigt levé en grand donneur de leçons, le petit coup de baguette sur le bout des doigts de l’élève dissipé... ça, c’est Copé, du théâtre, de la mise en scène... Talentueux débatteur... ? non, instituteur des années après guerre, batteleur plutôt... !






    • Gasty Gasty 18 novembre 2011 13:00

      « auraient bien besoin de personnalités de ce talent, »

       ???? De quel talent parlez-vous ?


      • Jicé Jicé 18 novembre 2011 21:51

        Sûrement du talent d’un roquet plein de morgue...


      • Gasty Gasty 18 novembre 2011 13:05

        Les échanges entre Jean-Luc Mélenchon et Jean-François Copé n’ont été qu’un dialogue de sourds sans aucun intérêt.

         Ça dépend pour qui et pour qui, c’est à dire du sourd.


        • Voltaire Voltaire 18 novembre 2011 13:13

          Très largement d’accord avec cette analyse. On connait le talent de débatteur de Copé, qui sait transformer langue de bois et mauvaise fois en véritable art.
          Avec JL Mélanchon, qui préfère toujours conserver les traits les plus acérés pour ses amis de gauche plutôt que pour les adversaires de droite, on a effectivement assisté à un « dialogue » de sourds, chacun préférant répondre à côté de la question pour rester dans son trip. Mélanchon n’a pas été capable de moucheter Copé, mais les piques de Copé sont largement restées sans effet. La raison en est que de toute façon, ces deux politiques ne se disputent absolument pas le même électorat, et que chacun préfère taper sur le PS ou le centre.
          Avec Lang, ce fut la catastrophe. L’éducation est pourtant un sujet d’échec absolu de ce gouvernement : les résultat de l’OCDE démontre la chute vertigineuse de la qualité de notre éducation, les coupes dans les RASED, surveillants etc. ont agravé une situation dans les écoles tout à fait dramatique, l’illétrisme progresse toujours, on ne compte plus les protestations contre des programmes inadaptés etc. Et pourtant Lang a été incapable de focaliser le débat sur ces problèmes, incapable d’expliquer clairement la vision du PS sur le nucléaire, incapable d’appuyer là où pourtant les faits lui tendaient les bras. Pour Copé, ce fut pain béni... Le PS dispose quand même de personnalités plus compétentes, Hollande a intérêt à former ses lieutenants car des débats de ce type, nous allons en avoir une tripotée ! Plutot que de recourir à des vieux éléphants (enfin, Fabius aurait été bien meilleurs), Hollande serait bien inspiré de faire monter au feu ses futurs ministres.


          • Taverne Taverne 18 novembre 2011 15:09

            C’était Langue de bois contre Lang de bois. Jack n’avait pas son haricot magique.


          • Furax Furax 18 novembre 2011 13:14

            J’ai passé quelques secondes seulement devant ce « débat » et j’ai très vite zappé. Les frétillements de bonheur de Mélenchon, exultant à paraitre devant les caméras m’exaspèrent de plus en plus. Pourtant, j’ai été un des premiers sur ce site à saluer sa candidature.
            Tout bien réfléchi, ça sent l’imposture à plein nez. Prétendre que l’on va s’opposer au profit et aux banques à l’intérieur de l’UE, c’est se moquer du monde !
             Le coup de l’Europe, qui, grâce à nous, va devenir plus sociale, on nous le fait depuis plus de vingt ans. Du temps de Jospin (Mélenchon était ministre), l’Angleterre et l’Allemagne étaient à gauche. Quelles avancées ?
            Sylvain, vous pourrez peut-être me renseigner : il y avait UNE bonne question à poser à l’avocat d’affaires Copé, le même métier que Sarkozy et DSK, leur vie au service des riches. Cette question c’était :
            « Combien coute par an la fameuse »niche Copé" qui permet aux plus grandes fortunes d’échapper à l’impôt (si Wesson parcourt ces lignes, pourrait-il nous en parler ?).
            Pour le reste, débattre avec le frère de Claude Lang ( un deuxième COUTEAU), je comprends que madame Le Pen reste chez elle !


            • taktak 18 novembre 2011 14:35

              Je suis bien d’accord sur l’incohérence de la position du front de gauche sur l’europe et sur l’euro. Je pense qu’il est nécessaire d’obliger la gauche à ce saisir de ce point.
              Je vous invite à lire ici un appel initié en ce sens http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/progressistes-refusons-le-nouvel-104356

              Pour votre bonne question, Mélenchon a été assez bon pour la poser...

              Je n’ai pas trouvé Copé étincelant contre Mélenchon, même s’il a effectivement une technique excellente pour empêcher l’interlocuteur de développé son propos. Bien aidé d’ailleurs par un journaliste passe plat. Détail de forme qui aide à le trouver convaincant ; il y avait 2 personnes (un homme et une femme, l’air sérieux) qui acquiescaient à tout ce qu’il disait....coincidence certainement.

              Il a en revanche été en difficulté sur la question de ces relations avec takiédinne. Il est étonnant que l’auteur ne le mentionne pas, car il a boté en touche par de la langue de bois sur la valeur de l’amitié. Vu le peu de courage des journalistes, ça a suffit


            • logan 18 novembre 2011 17:48

              aucune incohérence, je vous invite à lire le livre de Jacques Généreux « nous on peut » ça vous éclairera


            • Jicé Jicé 18 novembre 2011 22:00

              Taktak dit : "Il a en revanche été en difficulté sur la question de ces relations avec takiédinne. Il est étonnant que l’auteur ne le mentionne pas, car il a boté en touche par de la langue de bois sur la valeur de l’amitié. Vu le peu de courage des journalistes, ça a suffit"
              Justement, une des 2 groupies qui acquiesçaient derrière était l’épouse de Coppé ; et ce fut un régal de voir sa tête au moment où on évoquait la fameuse amitié avec Takkiédine avec photo à l’appui... Pas à la fête manifestement...


            • 59jeannot 19 novembre 2011 09:29

              « exultant à paraitre devant les caméras’ ha bon ?? J’ai certes vu Jean Luc Mélenchon sourire parfois, mais mais c’était en réaction des réponses de Copé dont la mauvaise fois éclatait en plein jour.
              Quant à s’opposer aux banques depuis l’intérieur de l’UE, je vous conseille la lecture du livre de Jacques Généreux » Nous, on peut", vous y trouverez la solution. Mais il faut prendre la peine de lire les arguments de l’adversaire au lieu de baver dessus.


            • Furax Furax 19 novembre 2011 10:27

              59 jeannot
              Mélenchon n’est pas un adversaire, mais, pour le moment une déception. S’il faut lire les livres de ses potes pour connaître sa pensée, à quoi bon passer dans les médias ?
              Il propose un référendum sur le nucléaire : excellente initiative !
              Je lui demande de nous promettre un référendum sur l’adhésion à l’UE dans le mois suivant son élection. Est-ce trop demander ? Notre nationalité ne nous concernerait pas ? On peut s’asseoir sur la volonté du peuple ?
              S’il nous promet ce référendum, je deviens un groupie inconditionnel.


            • William7 21 novembre 2011 06:26

              Mélenchon n’est pas un adversaire, mais, pour le moment une déception. S’il faut lire les livres de ses potes pour connaître sa pensée, à quoi bon passer dans les médias ?
              =====================================================================
              Peut-être parce que les dispositifs médiatiques empêchent de développer une pensée de manière ample et un peu complexe. ¨Cette émission ne vous a t-elle pas mis la puce à l’oreille ?

              Même lorsque Melenchon est seul invité (comme hier midi sur france 3), on lui laisse en moyenne 5 à 10 secondes pour répondre. Ou alors le journaliste pose une question, enchaîne sur une autre alors que l’invité n’a même pas commencé à répondre. Donc oui, il vaut mieux s’intéresser à un programme avant de penser qu’un passage médiatique va aider à tout comprendre.


            • COVADONGA722 COVADONGA722 18 novembre 2011 13:24

              yep , une resultante du hasard ? ce parcours familial et professionel si semblable à celui
              du Président . Comme issu de la meme écurie entrainé pour le meme but détruire l’état
              détruire la nation dans laquelle ils ne se reconnaissent pas ?leur regard énnamouré pour
              les usa un reste d’atavisme peut etre ?


              • paul 18 novembre 2011 13:35

                A la niche, Copé  ! une niche que l’ex ministre du budget a fait voter à-la-va-vite ,et qui a couté 22 milliards à l’État au bénéfice des grandes entreprises .

                 « Promis, j’arrête la langue de bois » : écrire un bouquin pour promettre d’être honnête !

                Ah, bon, alors dites nous M. Copé, pourquoi avez vous passé de luxueuses vacances avec M. Hortefeux, offertes par M. Takkiédine, votre ami millionnaire qui ne paie pas d’impôts ?

                Quelques éléments qui devraient interdire à tout homme honnête de briguer le moindre suffrage, et encore moins de passer à la télé sous le regard bienveillant des journalistes révérencieux .


                • LE CHAT LE CHAT 18 novembre 2011 13:38

                  Nicolas Sarkozy serait le Président protecteur, qui veut protéger les Français de la tempête financière mondiale.

                  j’ai mal aux côtes tellement je rigole encore ......


                  • bigglop bigglop 18 novembre 2011 19:52

                    Bonjour à tous,

                    Sarlo protecteur du peuple, plutôt un petit caîd de Passy, Neuilly, Auteuil qui survelle de près ses gagneuses. La plupart des autres candidats font des promesses, des demi-mensonges pour se glisser dans le lit de Marianne. Pauvre Marianne qui ressemble plus à une « fleur de bitume » qu’à la République sur les barricades de Delacroix.

                    Dans le lien Fil-Info vous trouverez les votes nominatifs des députés, sénateurs du Traité de Lisbonne de 2008 (que JL Mélanchon a rappelé).

                    Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.

                    Edmund Burke

                    Le plus urgent, aujourd’hui, est de mettre en échec l’application du Mécanisme Européen de Stabilité qui est soutenu par les membres l’oligarchie financière, dont l’un des survivants de cette loi n’est autre que Valéry Giscard d’Estaing, grand contributeur du Traité Constitutionnel Européen transformé en traité de Lisbonne.

                    Etes-vous au courant des « manipulations » de la Commission Européenne, du Conseil Européen pour adopter ce fameux MES :

                    Afin de résoudre le problème du fondement juridique, le gouvernement allemand indiqua qu’un amendement au traité serait nécessaire. Cependant, après la ratification difficile du traité de Lisbonne, certains États et hommes d’État se sont opposés à une modification du traité, notamment le gouvernement britannique qui s’opposait à des changements affectant le Royaume-Uni. C’est finalement avec le soutien du président français que l’Allemagne obtint l’aval du Conseil européen d’octobre 2010.

                    La proposition allemande demandait une modification minimale visant à renforcer les sanctions et à créer un mécanisme permanent de sauvetage. Cette modification minimale ne répondant toutefois pas à l’exigence allemande de sanctionner les manquements des États par la suspension du droit de vote. En effet, une telle exigence nécessiterait une modification plus importante du traité.

                    Le 16 décembre 2010, le Conseil européen trouva un accord pour un amendement de deux lignes au traité, ce qui permet d’éviter la tenue de référendums. En effet, le Président du Conseil Européen, Herman Von Rompuy a prévu d’examiner les changements à travers la procédure de révision simplifiée (article 48 TFUE). La modification change simplement le Traité sur le fonctionnement européen pour permettre l’instauration d’un mécanisme permanent.

                    Plusieurs actions sont possibles :

                    - mettre en place une pétition française et/ou européenne avec le concours de personnalités comme Paul Jorion, Frédéric Lordon, Thomas Piketty ; etc...

                    - faire un mailing auprès des décideurs français, européens, des médias....

                    - contacter nos députés, sénateurs leur demandant de voter contre les modifications réglementaires pour la création du MES et devant être présentées devant les assemblées avant le 31 décembre 2011. La création du MES pourrait être effective avant les présidentielles

                    - exiger la tenue d’un référendum européen début 2012 sur le MES.

                    Je suis un internaute lambda (handicapé), sans réseau, qui vous vous propose ce défi, plus passionnant, plus efficace que de faire des articles, des commentaires et être « indignés » derrière vos écrans et claviers

                    ALLEZ, C’EST LE MOMENT DE VOUS ENGAGER

                    http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/05/13/bilderb erg-la-trilaterale-et-le-monde-iv.html

                    http://www.courtfool.info/fr_MES_le...

                    http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/2...

                    http://europa.eu/rapid/pressRelease...

                    http://www.fil-info-france.com/constitution,europeenne/index.html


                  • dialogues de sourds peut etre copé est un avocat d affaires...affaires surement vereuses comme celles de notre empereur ...qui lui depuis qu il est en politique arrive a 70 mega affaires du genre karachi...avec 11 morts d hommes et mediator 2000 morts comme cobayes de servier et de l ump....SERVIER COMME BETTENCORT ...SPONSORISENT L UMP............

                    MERCI A MR BAPT CARDIOLOGUE (toujours ,,, ????) depute ps (encore ?)mais expresident

                     du club HIPPOCRATE/HIPPOCRITE ET SUMNUM DE LA COMPROMISSION EXPRESIDENT

                     de la COMMISSION D ’ENQUETE MEDIATOR/2000 MORTS


                  • volpa volpa 18 novembre 2011 13:39

                    Trois truffes même pas consommables.


                    • latortue latortue 18 novembre 2011 13:49

                      Mélenchon face a un Copé ,lui qui d’habitude est très agressif avec les autres n’a pas fait le poids face a Copé .Il c’est laissé tout le temps couper la parole ,et l’agressivité était du côté de Copé champion de la langue de bois qui débitait connerie sur connerie sans être contesté vraiment vertement .Quand est ce qu’on va avoir un vrais contradicteur aux mensonges que raconte la droite et ses vassaux un bon rentre dedans qui parle vrais en face de ces puants personnages que sont les aboyeurs Copé ,Morano etc .
                      Il fallait voir ça rien ne manquait , même le toutou idiot de la droite , cet abrutis de première qui dodeline de la tête derrière Copé dans le public comme les toutous sur la plage arrière des voitures des années 70 .Un grand festival de bouffonnerie et en face un Mélenchon bien peu agressif ,des journalistes idem ,en comparaison avec la même émission ou Marine Le Pen était l’invité celle ci avait été littéralement agressé .
                      Bref Mélenchon m’a beaucoup déçu entre lui et le festival d’ânerie que laisse raconter la gauche je vois bien la machine a perdre se profiler a l’horizon 2012 .Pourtant la droite est facile a tacler mais en ont il l’envie !!!!!!!!!!! un intervenant qui coupe la parole doit être remis en place vertement et aussitôt ,un intervenant qui ment doit être contredit immédiatement et avec une grande agressivité ,mais ,pour cela il faut connaitre son sujet .
                      la droite dépense des millions d’euros pour former ses ministres et secrétaires d’état a répondre a tout et sur tout avec aplomb ,pour les contrer il suffit de connaitre son sujet et d’attaquer en permanence la politique c’est pas un salon de mémère ou on prend le thé et les petits gâteaux c’est un monde de tueur si tu n’as pas cette faculté va donc planter des salade ne fais de la politique .


                      • devphil30 devphil30 18 novembre 2011 13:53

                        Le seul intérêt de vos articles réside dans le nombre de NON obtenus grâce à la bêtise des contenus.


                        Au pays des truffes vous êtes vraiment au dessus du roi , vous êtes dans un autre monde qui se moque des gens qui souffrent comme les personnalités que vous idolâtrez.

                        Vous êtes tel une groupie buvant les paroles de son bonimenteur sans aucun esprit de réflexion , ni intelligence.
                        Cela n’a pas de nom , c’est juste navrant d’être aussi con ...............

                        Philippe

                         

                        • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 18 novembre 2011 22:23

                          Je suis d’accord avec cette remarque. On aimerait parfois pouvoir prêter un peu d’intelligence aux sots afin de leur permettre de comprendre à quel point ils en manquent.


                        • Taverne Taverne 18 novembre 2011 13:58

                           Jack Lang était en-dessous de tout. Face à lui, Copé pouvait se la jouer tranquille. Mais ce n’était pas impressionnant. En fait, on comprend pourquoi les représentants de la classe politique n’ouvrent pas le débat aux citoyens. Il ne survivraient pas dix minutes dans un débat réel et repartiraient honteux en appelant leurs mères.


                          • Jean 18 novembre 2011 14:09

                            Ras le bol des politiciens et de leurs débats. La France au peuple !

                            Un parti sans étiquette pourrait rafler les voix des abstentionnistes, déçus etc.
                            (y a du monde) ; un président alors élu est chef de la police et des armées, en outre il peut dissoudre les assemblées, donc bousculer l’ oligarchie et instaurer une nouvelle constitution, à la Suisse (même en mieux).

                            On peut imaginer dans les petits bourgs, un conseil municipal sans élus, mais constitués des citoyens eux-mêmes, le maire est élu pour un court mandat en tant qu’ exécutant, et contrôlé.

                            Les grandes villes ...un conseil de « tirés au sort », un maire élu (court mandat et non renouvelable ? ou une fois) exécutant et contrôlé.

                            Idem au niveau de l’ Etat, un président élu (court mandat non renouvelable) exécutant des décisions d’ une constituante de "tirés au sort", aidé de ministres, et aux pouvoirs limités (par ex. urgence militaire avec compte à rendre), et très contrôlé.

                            Plus de place aux lobbies, plus de prises pour eux, plus de pouvoir personnel, de corruption (pas le temps, etc.)

                            Bien étudier les thèses (liens) qui font leur chemin

                            Manifestement un nouveau parti à voir...http://www.lepf.fr/

                            Depuis des siècles, nous sommes conditionnés à être dominés par des rois, pouvoirs personnels, ...

                            On se fait croire à nous-mêmes qu’ il n’ y a pas d’ autres solutions (encouragés par l’ oligarchie et les obscurantismes religieux qui font bon ménage), des exemples contraires existent de plus en plus (démocraties même partielles) dans le monde, même si encore rares.

                            Il faut en finir par la démocratie, et non un ersatz.

                            http://www.democratiedirecte.fr/

                            http://www.dailymotion.com/video/xl...

                            http://www.dailymotion.com/video/xi...


                            • Taverne Taverne 18 novembre 2011 15:05

                              Je n’ai pas regardé le débat entre les deux cumulards : Copé (maire de Meaux, député, sec. général UMP et avocat) et Mélenchon (député européen, sénateur de l’Essonne, président de parti).


                              • taktak 18 novembre 2011 15:41

                                commentaire assez inutile et faux : Mélenchon n’est plus sénateur de l’essonne. (http://www.senat.fr/senateur/melenchon_jean_luc86039k.html)

                                Quand à critiquer le fait que des élus soient également des dirigeants de partis politiques, ou aient également un métier, c’est assez ridicule.

                                Bon pour copé, avocat d’affaire, est ce réellement un métier ? de toute façon, c’est cohérant avec son action politique au service des grands interet privé

                                On peut noter dans le genre que M Le Pen est elle une cumularde assumée qui se présentent à toute les élections et partout.


                              • Taverne Taverne 18 novembre 2011 16:54

                                En tout cas quand il cumulait (jusqu’au 7 janvier 2010), il se faisait 37 000 euros par mois.

                                DEPUTE EUROPEEN (depuis le 14 juillet 2009 représentant du Sud Ouest) : Indemnité parlementaire 7665 euros + indemnité de frais 4202 euros + indemnité de « subsistance » 298 euros par jour + frais divers téléphone, avion, SNCF , etc…..
                                TOTAL ESTIME EUROPEEN mensuel : 20 000 euros

                                SENATEUR de L’ESSONNE (jusqu’au 7 janvier 2010) : Indemnité parlementaire 7065 euros + indemnité de frais de mandat 6100 euros + indemnité de frais de subsistance 100 euros par jour + frais divers téléphone, avion , SNCF, etc…..
                                TOTAL ESTIME SENAT mensuel : 17 000 euros.

                                Total général : 37 000 euros par mois.


                              • Taverne Taverne 18 novembre 2011 16:55

                                Moi je veux bien « subsister » avec 398 euros par jour en plus de mon salaire !


                              • foufouille foufouille 18 novembre 2011 17:36

                                meuh non
                                meluche touches que 6k€
                                les autres 15k€
                                ca fait plus peuple


                              • onetwo onetwo 18 novembre 2011 22:39

                                C’est faux. Le remplaçant de Mélenchon au sénat a été nommé longtemps après que Méluche ait été élu député européen mais entre les deux il n’a pas cumulé les salaires de sénateur et député, c’est interdit par la loi et le fisc ne fait pas de cadeaux.

                                Le hoax sur le salaire de Mélenchon a été lancé par le FN, croyez vous que si c’était vrai les socialistes ne s’en seraient pas fait l’écho ? Toutes la presse de France aurait dénoncé l’histoire depuis longtemps vu comme ils traitent déjà Mélenchon.

                                Je m’étonne que quelqu’un d’intelligent (au vu de certains de vos commentaires) comme vous se laisse prendre à ce piège grossier.


                              • Taverne Taverne 19 novembre 2011 00:30


                                Fin de mandat de sénateur le 7 janvier 2010 (Élu député européen) : source : site du Sénat. Mais élu le 7 juin 2009 comme député européen (source Wikipedia). On est bien d’accord qu’il a cumulé 6 mois ?

                                Monsieur Mélenchon hait les Bretons et il a tenu des propos gravement insultants sur la langue bretonne, selon lui « langue de collaboration » avec l’occupant allemand.


                              • Taverne Taverne 19 novembre 2011 00:32

                                J’écris “pseudo langue bretonne” car ce qui est nommé de cette façon n’est aucune des cinq langues parlées historiquement mais une «  langue unifiée » dont le vocabulaire et la grammaire furent fixés à la demande de l’occupant nazi en 1941 par une plume ensuite condamné à mort par contumace pour sa collaboration avec les tortionnaires de la Gestapo. Je maintiens ma protestation absolue contre la manière honteuse qu’ont les éléments les plus sournois des identitaires ethnicistes de Bretagne d’inclure les bretons d’une manière générale dans leur idéologie et de faire comme s’ils les représentaient tous.

                                Ces prpos ont été tenus par l’abject Mélenchon.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès