Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Jean-Luc Mélenchon prêt à récuser une partie de la dette

Jean-Luc Mélenchon prêt à récuser une partie de la dette

Déclarations fracassantes de Jean-Luc Mélenchon dans le Journal du Dimanche : il "appuie le mouvement" qui s'interroge sur la légitimité de la dette, et demande un audit.

On ne prendra toutefois pas au pied de la lettre ce genre de coup de menton excessif, car Mélenchon reste ambigu sur l'euro et l'Europe. On se demande donc bien par quel miracle il pourrait récuser une partie de la dette tout en obtenant l'aval de nos partenaires européens, aval qui lui serait nécessaire puisqu'il ne semble pas vouloir sortir du cadre européen.

Tout ce qui est excessif est insignifiant. Autant je soutiens la fermeté de Marine Le Pen quand elle propose une sortie ordonnée de l'euro, autant je refuse de prendre au sérieux les excès d'un tribun qui ne met aucune limite à ses audaces verbales tout en finissant, au moment décisif du vote, par apporter sa voix au PS, donc à l'euro-mondialisme, en bon toutou qui aboie mais ne mord pas.

Mélenchon, qui a voté le traité de Maastricht et rejeté celui de Lisbonne, est d'une grande ambiguïté sur l'Europe. Lors de son débat avec Marine Le Pen, il avait souligné l'intérêt que pourrait avoir un SMIC européen, ce qui revient à vouloir rester dans l'Union européenne en lui prêtant un potentiel social dont nous n'avons guère eu la preuve jusqu'ici.

Il faut se frotter les yeux pour croire à ce qu'on lit dans l'édition-papier du Journal du Dimanche en date du 13 novembre.

En pages 2 et 3, figure une grande interview de Jean-Luc Mélenchon, qui pilonne le "capitaine de pédalo" François Hollande, récuse la ligne de rigueur acceptée par le Parti socialiste, et pousse l'excès verbal jusqu'à avoir cet échange avec les journalistes qui l'interrogent :

"Question  : La France doit-elle payer toute sa dette ?

Réponse : Ceux qui veulent nous faire rembourser rubis sur l'ongle nous prêtent toujours plus cher. Il faut rendre les coups. Il est donc normal qu'on s'interesse au contenu de la dette. J'appuie le mouvement qui s'interroge sur sa légitimité et demande un audit."

En tenant ses propos, Jean-Luc Mélanchon se situe dans le cadre de la doctrine de la"dette odieuse" admise par certains économistes. Au sens étroit, il s'agit de dettes illégitimes contractées par des régimes dictatoriaux contre la volonté et l'intérêt du peuple auprès de créanciers conscient de cette situation illégitime. Le sens tend à s'élargir. Wikipedia écrit :

"Aujourd'hui, de nombreuses voix s'élèvent en Europe, notamment parmi les organisations et mouvements sociaux tels que ATTAC, le CADTM, pour dénoncer le caractère odieux des plans d’austérité imposés par le FMI, la Banque centrale européenne et l’Union Européenne aux pays du Nord et des dettes qui en découlent. Ces plans sont assortis de conditions qui violent la Charte des Nations-unies (licenciements massifs dans la fonction publique, démantèlement de la protection sociale et des service publics, diminution des budgets sociaux, augmentation des impôts indirects comme la TVA, baisse du salaire minimum, etc) (...). 

Pour avancer dans la perspective de l’identification de la dette odieuse, ces organisations (ATTAC, CADTM, etc.) préconisent le recours à des audits consistant à analyser les prêts sous l’angle économique, politique, juridique, pour ensuite être fondés légalement à répudier toutes les dettes odieuses. Certains pays sont dotés de dispositions constitutionnelles qui prévoient explicitement le recours à l'audit (Brésil, Constitution de 1988)."

Le concept de dette odieuse peut même presque se prévaloir de l'appui américain, qui en a utilisé les caractéristiques (en évitant quand même de prononcer le mot pour ne pas le légitimer officiellement) pour récuser la dette de Saddam Hussein après l'invasion de l'Irak.

La notion de dette odieuse récusable est donc bien connue, y compris d'économistes sérieux et y compris du gouvernement américain dans les cas où cela les arrange (la dette irakienne récusée était en partie dûe à la France).

Pour autant, le pays qui se lance dans une telle récusation ouvre un champ contentieux important.

Il est bien plus raisonnable, et c'est déjà une rupture forte, de proposer, comme Marine Le Pen, une sortie ordonnée de l'euro et la récupération de notre souveraineté monétaire afin d'éviter l'augmentation exponentielle de la dette sous l'effet des manipulations des créanciers et des spéculateurs.

Sur ce point, Mélenchon reste encore ambigu, et il ne fait que simuler la fermeté quand il répond au journaliste :

"Il y aurait une mesure efficace : que la BCE prête aux Etats à 1,25 % comme elle le fait aux banques privées qui, elles, prêtent ensuite à 18 % à la Grèce. Coupons ce circuit ! Permettons l'emprunt direct ! La spéculation sera immédiatement étouffée."

Cette mesure serait certes efficace, mais elle ne cesse d'être refusée par l'Allemagne et par la BCE, qui se retranchent derrière le traité de Lisbonne, qui l'interdit. On pourrait objecter qu'il est possible de modifier le traité de Lisbonne. Ce traité n'est pas certes intangible ; l'Allemagne et la bureaucratie européenne ne se privent d'ailleurs pas d'en proposer des modifications quand elles vont dans le sens de moins de plus de fédéralisme et plus de rigueur. Cependant, pour obtenir une modification des traités allant dans le bon sens, la France n'obtiendra aucun soutien dans les conditions actuelles.

Une avancée ne pourrait advenir que si un gouvernement français futur montrait une vraie fermeté dans sa politique de récupération de souveraineté, en particulier monétaire, cette vraie fermeté consistant à être prêt si nécessaire à sortir de l'Union européenne.


Moyenne des avis sur cet article :  2.47/5   (95 votes)




Réagissez à l'article

120 réactions à cet article    


  • BHL=MST 14 novembre 2011 10:39

    Il parle bien, derrière ses dents jaunes, et il a raison sur ce point : cette dette correspond en tout point à la définition d’une dette odieuse. Je ne lui confierai pas mon goûter pour autant. Méfi !


    • jaja jaja 14 novembre 2011 10:44

      Pour le NPA : Leur capitalisme est en crise et les travailleurs trinquent. Ne payons pas la dette !
      Socialisation des banques et expropriation des gros actionnaires !


      • jaja jaja 14 novembre 2011 10:52

        Et si Mélenchon va dans le bon sens, tant mieux ! Mais il ne faut pas se contenter d’annuler une partie de la dette de même qu’il faut socialiser toutes les banques et les regrouper dans un pôle unique de Service public ayant le monopole du Crédit....


      • Robert GIL ROBERT GIL 14 novembre 2011 10:59

        entierement d’accord,
        les seules chose que l’on entends est :« pour rassurer les marchés financiers, les marchés financiers souhaites, les marcfhés financiers... » et les citoyens, les frnaçais, les peules, ils comptent pour du beurre ?


      • ne payons pas QUE LES BANQUES SE DEMERDENT OU SOIENT TOUTES NATIONALISEES

        ET QUE TOUS LES PATRONS DE BANQUE NE SOIENT PAS CARTES UMP..PS OU VIRES..


      • BHL=MST 14 novembre 2011 11:17

        Parfaitement d’accord. Très bonne intervention. D’ailleurs, nous sommes en guerre. 


      • jaja jaja 14 novembre 2011 11:42

        « mieux contrôler l’usage des subventions aux entreprises et le fonctionnement des banques privées »

        Une union nationale pour continuer à subventionner les entreprises et les banques privées c’est se moquer du monde !

        Socialisation des moyens de production et des banques puis partage des richesses entre tous sont la seule solution !


      • Nanar M Nanar M 14 novembre 2011 12:38

        Bien dit, il faut évidemment s’unir pour virer la clique mortifère UMPS.


      • Catherine Segurane Catherine Segurane 14 novembre 2011 12:54

        Bien dit !

        La clique mortifère : soit on la tuera, soit elle nous tuera.


      • panpan 14 novembre 2011 14:46

        « Cela doit prendre 6 mois, un an tout au plus ».

        Cela peut prendre 6 jours !

         http://unricpouruneac.unblog.fr/le-referendum-dinitiative-citoyenne/


      • Unghmar Gunnarson Unghmar Gunnarson 14 novembre 2011 15:17

        Bonjour,

        En effet, au delà des caricatures de personnes et partis, il est bon de se souvenir que si nous vivons encore relativement bien en France, c’est que ce n’est que le fruit d’une union droite-gauche sous la forme du C.N.R. et de son programme « Les jours heureux »

        "Parmi les mesures appliquées à la Libération, citons la nationalisation de l’énergie, des assurances et des banques, la création de la Sécurité sociale. Ces actions ont constitué jusqu’à aujourd’hui une grande partie des acquis sociaux de la seconde partie du XXe siècle"

        [Piqure de rappel radio]

        On peut continuer pendant des siècles à se jeter du gauchiste-staliniste vs droitard-fasciste, oui, on peut continuer longtemps, ou bien on peut penser avenir. Personnellement, ça commence à me lasser cette forme de guerre larvée alors que tout le monde hors UMP-PS s’entend quasiment sur le fond.


      • caramico 14 novembre 2011 16:33

        C’est la raison pour laquelle l’auteure de cet article a tant de votes négatifs : arrêtez de vous chamailler et cherchez ce qui vous rapproche plutôt que ce qui vous sépare, les Français en font la demande, pour le bien de tous.


      • Unghmar Gunnarson Unghmar Gunnarson 14 novembre 2011 21:13

        @Kerjean

        "Outre Moulin et ses deux collaborateurs, Pierre Meunier et Robert Chambeiron, ont participé à la réunion du 27 mai 1943 :

        • les représentants des huit grands mouvements de résistance :
          • Pierre Villon du Front national de la résistance créé par le PCF, aucun lien avec le FN de 1972
          • Roger Coquoin pour Ceux de la Libération,
          • Jacques Lecompte-Boinet pour Ceux de la Résistance,
          • Charles Laurent pour Libération-Nord,
          • Pascal Copeau pour Libération-Sud,
          • Jacques-Henri Simon pour Organisation civile et militaire,
          • Claude Bourdet pour Combat,
          • Eugène Claudius-Petit pour Franc-Tireur ;
        • les représentants des deux grands syndicats d’avant-guerre :
          • Louis Saillant pour la CGT,
          • Gaston Tessier pour la CFTC ;
        • et les représentants des six principaux partis politiques de la Troisième République :
          • André Mercier pour le PC,
          • André Le Troquer pour la SFIO,
          • Marc Rucart pour les radicaux,
          • Georges Bidault pour les démocrates-chrétiens,
          • Joseph Laniel pour l’Alliance démocratique (droite modérée et laïque),
          • Jacques Debû-Bridel pour la Fédération républicaine (droite conservatrice et catholique)."

        Oui, j’ai lus la liste et au delà de ça, la volonté de dépasser les clivages me semble bien présente.


      • DSKprésident 14 novembre 2011 21:41

        Mitterrand disait en fin de vie politique : « La france est en guerre contre l’impérialisme financier des USA, mais les français ne le savent pas »


      • Unghmar Gunnarson Unghmar Gunnarson 15 novembre 2011 00:39

        Et bien Paul nous gratifies d’une vidéo pile poil dans ce sujet ce soir sur agoravox.tv.


      • 4A+++ 15 novembre 2011 02:09

        En partie d’accord avec votre argumentaire mais n’oublions pas que les pays qui se sont mis en faillite tel que le Brésil, l’argentine, l’islande qui n’ont plus voulue honorer les dette pendant 1 an voir 2 ans le peuple en a souffert très gravement aussi.

        Ce qui est aberrant dans le fonctionnement de L’Euro c’est que la BCE ne soit pas la banque qui prête aux états directement mais que les états soient obligés de passer par les banques privés tel que CA, BNP, SG, BPCE, DEUTCH BANK, ING, UBS etc... soit taux BCE 1.25% + taux de la banque.
        Ce qui provoque avec un endettement >80 %, l’appartenance des pays aux banquiers et nous en voyons les conséquences. Vous n’êtes plus maître des taux d’emprunts ni de votre politique.

        Devant les incertitudes, la baisse des actions dans le monde entier, les banques pour se refaire vont bien entendu exiger beaucoup plus de la part des états... Il faut que le CASINO se remette à fonctionner très vite sinon qui va payer nos pauvres Traders...

        Autre problème l’Allemagne et les traités Européens ne veulent pas que la banque BCE prête en dernier ressort par crainte d’une chute de la monnaie et de l’hyperinflation.
         
        Une question me perturbe en ce moment les dettes d’états Grecs, Italies qui ont été achetés par nos banques, représentent pratiquement plus rien et aparaissent très amoindrie dans leur bilan, qui les ont rachetées ? La BCE, les particuliers, la titririsation ??? Si quelqu’un pouvait me répondre se serait sympa.

        De plus pour ne rien arranger la spéculation nous pousse toujours dans un Euro trop fort par rapport au dollar alors que justement, pour pouvoir exporter nous aurions besoin d’une bonne dévaluation.

        JE CROIS QUE VRAIMENT NOUS SOMMES ARRIVES DANS UNE IMPASSE...

        Avant la création de l’euro, finalement l’ancien système de change fonctionnait bien mieux car nous avions possibilité d’emprunter à la banque de France, si nous n’étions plus dans les cordes nous pouvions dévaluer notre monnaie et tous le monde était content.

        Donc si l’Europe n’arrive pas à solutionner l’histoire de prêt par la BCE afin de rompre la spéculation, et si nous n’arrivons pas à dévaluer notre monnaie, alors conservons l’Euro comme monnaie d’échange internationale, et revenonsà nos anciennes monnaies Franc, Lire, Deutchmark, pesète etc.. tout en conservant l’Europe. 

        Je vous invite à lire la revue Marianne qui propose des solutions « Oui un autre capitalisme c’est possible » très interessant dans l’approche.

        J’invite nos politiques à trouver des solutions rapidemment et démocratique car nous courons vers la déflation et l’explosion de l’Euro avant les élections de Mai si rien n’est enclenché d’une manière unanime.

        4A+++






      • armand 14 novembre 2011 11:03

        Donc ne pas se tromper, bien voter Melenchon dès le premier tour


        • Nanar M Nanar M 14 novembre 2011 12:39

          Evidemment .


        • Catherine Segurane Catherine Segurane 14 novembre 2011 12:48

          Voter Mélenchon « dès » le premier tour, cela ne veut rien dire puisqu’il ne peut pas accéder au second.

          Ses « promesses » ne sont donc que paroles en l’air.

          Il ne peut que servirde rabatteur de secons tour pour le PS, donc pour l’euro-mondialisme.

          C’est un fake !


        • Walid Haïdar 14 novembre 2011 18:04

          C’est vous le fake.


          C’est vraiment marrant, mais tous les gens qui votent PS autour de moi, et le PS lui-même, ont une peur bleue de Mélenchon. Vous savez de quoi ils nous accusent ?

          De faire le jeu du FN.

          Le principal risque porté par la candidature Mélenchon, c’est que trop de gens comprennent le message et votent FG plutôt que PS, et qu’ainsi le FN passe devant.

          Et vous êtes tellement stupides et de mauvaise foi que vous direz ensuite : « hahaha, bienfait, vous avez joué avec le feu et vous vous en mordez les doigts »

          Cette théorie du rabatteur est complètement débile. Mélechon essaie de faire entendre que le PS n’est pas armé idéologiquement pour faire face à la situation, si bien que les gens qui en sont convaincu voteront bien peu pour le PS. Et Mélenchon a déjà dit et répété tous les points suivants  :
          1/ Les idées qu’il défend ne sont pas défendables au sein du PS, donc il devait se faire entendre en créant un parti puis un front qui rassemble la Gauche, la vraie, celle qui veut affronter le système
          2/ Il faudra devenir la première force à gauche
          3/ au second tour il faudra battre la droite
          4/ l’avenir n’est pas écrit, et certainement pas dans les sondages
          5/ le PS ne doit pas compter sur un report de voix du FG, car même si une parti des élus communistes négociait des accords avec le PS, les électeurs, eux, sont libres de leur vote et ne sont plus dupes : il ne voteront pas PS parce qu’on le leur demanderait, à moins que le PS adopte un tournant à gauche, ce qui est très mal parti, puisque le PS lorgne au centre
          6/ Mélenchon comme pas mal de gens de gauche préfère clairement un PS trop centriste à l’UMP ou au FN, c’est pourquoi Mélenchon votera PS contre la droite si c’est la configuration du second tour, et personnellement, je ferai de même, quoique franchement, j’hésite quelque fois.

          Ces points sont très clairs, mais vous faites semblant de ne pas les comprendre.

          Par ailleurs sur le fond, il ne s’agit pas d’une ambiguité sur l’Europe, il s’ahit d’une position claire et expliquée point par point par JAcques généreux par exemple.

          Vous avez 100% le droit de ne pas être d’accord, mais avant de dire que ce n’est pas clair ce serait bien :
          1/de lire e d’écouter ce que Généreux en dit
          2/ de ne pas caricaturer

        • sleeping-zombie 14 novembre 2011 21:38

          @l’auteur
          Voter Mélenchon « dès » le premier tour, cela ne veut rien dire puisqu’il ne peut pas accéder au second.

          Ses « promesses » ne sont donc que paroles en l’air.

          Il ne peut que servirde rabatteur de secons tour pour le PS, donc pour l’euro-mondialisme.

          C’est un fake !

          hmm... venant de quelqu’un qui appelle a voter Marine Le Pen, je trouve ces propos particulièrement savoureux... Mais j’imagine que dans ta tête, de même que Mélenchon n’a aucune chance d’être au second tour, Le Pen a toutes les siennes...


        • DSKprésident 14 novembre 2011 21:45

          Oui, avec des déclarations comme celle-là, on va finir par voter pour ce révolutionnaire qui s’oppose au système financier international !

          En même temps, un sénateur, franc-maçon, veut-il vraiment révolutionner le système qui le fait vivre depuis 40 ans ?

          couperait-il la branche sur laquelle il est assise ?

          Jean-Luc Mélanchon
          Le révolutionnaire franc-maçon
          est un attrape-couillon
          qui nous fait rire avec ces promesses...

          Il a voté la guerre en Lybie ce sioniste ? donc il travaille pour l’Empire : CQFD


        • Arafel Arafel 14 novembre 2011 22:20

          oui, voter M. Melenchon au 1er tour pour qu’au 2eme tour il puisse appeler à voter ps.
          Car, c’est bien ce qu’il a dit...
          Et accessoirement obtenir un bon poste ministériel....
          Par contre, mettre Lepen au 2eme tour, leur faire peur, ça ils comprennent.
          Je ne suis pas un fanatique de Lepen, mais maintenant il y en a marre.
          Et je regrette que Melenchon, dupont aignan, Chevenement et les autres ne s’allient pas pour nous débarrasser de ces gens là.


        • bigglop bigglop 14 novembre 2011 23:45

          @DSKprésident,
          Décidément la br....lette intellectuelle rend sourd et provoque des amalgames plus que foireux


        • DSKprésident 15 novembre 2011 19:04

          Pensez-vous qu’avec le juif Mélenchon, cela ira mieux qu’avec le juif Sarkozy ?

          C’est remplacer un sioniste raciste par un raciste sioniste.

          En plus, Mélenchon est franc-maçon, donc anti-républicain ! (la maçonnerie est très infiltrée dans les administrations policière et judicière pour que les « frères » puisse s’occtroyer des "avantages par rapport au républicain lambda ! )

          Pour mémoire :
          – MELENCHON, Jean-Luc. Ancien ministre et sénateur socialiste. Attachée de presse : Valérie ATLAN, ancienne présidente de l’Union des Etudiants Juifs de France à Montpellier, ancienne responsable de la communication à SOS Racisme. Conseiller aux conditions et aux cadres de vie des élèves : Eric BENZEKRI, ancien cadre trotskyste. Conseiller technique pour les relations sociales : Daniel ASSOULINE, qui dirigea avec son frère David ASSOULINE la Ligue Ouvrière Révolutionnaire, une chapelle troskyste...

          Mélenchon a voté la guerre en Lybie, le meurtre de Khadafi, il ira faire la guerre de Syrie et celle en Iran, etc...pour le bien de la patrie de son coeur Israel...

          Mélenchon c’est un sioniste fou qui nous conduira vers la 3eme guerre mondiale comme Sarko, et sous la dictature de Goldman Sachs (PDG Lloyds Blankfein - « encore un juif » comme aurait dit Lucien Ginzburg !).

          Le nouveau facisme se dévoile clairement sous nos yeux !


        • Kuota Kuota 14 novembre 2011 11:04

          Bonjour.
          Concernant la proposition de Mélenchon d’emprunter directement à la BCE, il siat qu’il devrai convaincre d’autre partenaire européen. Il a exprimé sa position très clairement face à Alain Minc sur I Téle à voir ici au bout de 6 minutes.
          http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/09/21/debat-face-a-alain-minc-dans-lemission-expliquez-vous-sur-europe-1-et-i-tele/

          Mélenchon propose d’emprunter à la BCE directement, il pense trouver quelques partenaires en europe pour le faire, ce qui est probable. Il propose dans le cas ou on lui refuse cette exigence, de le faire quand même en sollicitant un peu texte, quitte à passer par une loi nationale qui obligerait la Banque de France à préter au même taux que la BCE.

          Quand à Mme Le Pen, sa sortie de l’euro ne s’accompagne pas d’un audit de la dette ou d’en récuser une partie. Toute la dette sera payé dans son programme de sortie. Ce qui est assez incohérent finalement.

          A mon avis, ceux qui veulent sortir de l’euro, et cela est une idée qui mérite qu’on y réfléchisse, Mr Asselineau me semble bien plus cohérent et au point sur ce sujet.
          http://www.u-p-r.fr/vos-questions-nos-reponses/l_euro/pourquoi-on-ne-peut-pas-sortir-de-l-euro-sans-sortir-de-l-union-europeenne

          http://info-resistance.org/2011/10/traite-de-lisbonne-une-arnaque/


          • kev46 kev46 14 novembre 2011 11:48

            sache juste que la BCE ne prête pas mais donne des ordres à toutes les abnques centrales nationales.

            Les banques n’empruntent rien à la BCE mais à la banque de france ou d’italie ... Pour que la banque de france puisse reprêter sous n’importe quel prétexte à un état, elle doit sortir de l’euro et donc de l’UE !


          • Catherine Segurane Catherine Segurane 14 novembre 2011 12:51

            S’agissant de Marine Le Pen, elle ne propose certes pas de nous faire récuser ouvertement et brutalement de la dette (ce qui serait ingérable diplomatiquement), mais, si elle réussit à nous faire sortir de l’euro, (et sachant que l’euro n’a aucune chance de perdurer sans la France, ou alors fortemement dévalué), notredette aura bien minci (de fait).


          • Mylène 14 novembre 2011 13:19

             Mme Le Pen, sa sortie de l’euro : devrait tourner sa langue sept fois avant de parler, je crois savoir que l’Allemagne des années 30 à 45 possédait une chose qu’on a pas pour s’enliser dans le nationalisme pur, c’est les multinationales et l’industrie.... voter lepen c’est s’enfermer c’set renforcer le pouvoir des riches et précariser encore plus les pauvres, pour ceux qui veulent comprendre.... retracez le parcours d’Hitller et vous verrez comment il a exploité l’industrie pendant qu’en Europe on vivotait !!! 

            Il faut revenir sur ces traités signés en catimini point barre ... alors pour ma part, personne ne propose de vraies solutions, ils tournent autour du pot tout en sachant ou est le problème alors pour ma part, c’est tout vu ! personne n’aura mon vote !

          • sisyphe sisyphe 14 novembre 2011 14:23
            Par Catherine Segurane (xxx.xxx.xxx.162) 14 novembre 12:51

            S’agissant de Marine Le Pen, elle ne propose certes pas de nous faire récuser ouvertement et brutalement de la dette (ce qui serait ingérable diplomatiquement), mais, si elle réussit à nous faire sortir de l’euro, (et ! 

            sachant que l’euro n’a aucune chance de perdurer sans la France, ou alors fortemement dévalué), notredette aura bien minci (de fait).


            Ben voyons ! 

            Surtout pas de « brutalité » envers la dette, la pauvre ! smiley 

            En revanche, la sortie de l’€uro serait une catastrophe ; non seulement pour notre pouvoir d’achat (augmentation exponentielle de tous les produits importés) mais également, bien sûr, de la dette, puisque celle-ci est libellée en €uros. 

            Et je ne vois pas où vous allez pêcher que "l’euro n’aurait aucune chance de perdurer sans la France ; vous nous expliquez ? smiley 

            Madame Segurane, il faut réfléchir un minimum avant d’ânonner de telles énormités... 



          • kev46 kev46 14 novembre 2011 15:28

            @sisyphe

            Notre dette n’est pas libéllée en euro mais euro-« français ». C’est à dire issue d’une créance sur la banque de franque, autrement dit dans la devise de cette dernière. Aujourd’hui l’euro mais demain le franc.

            La preuve : pour souscrire à des obligation française vous devez ouvrir un compte dans une banque accrédité comme spécialiste en valeur du trésor (allez voir sur le site de l’agence franque trésor)o u à la poste. Ce compte se situera donc en France.

            Si on passe on franc, notre dette passera automatiquement et légalement en franc sans augmenter.

            Je l’explique ici http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/quelques-idees-pour-plus-de-103733#forum3116141


          • Mylène 14 novembre 2011 15:39

             sisyphe  :

            ok avec vous smiley

          • TSS 14 novembre 2011 17:30

            Il sais quand même, et avant tout, qu’il ne sera jamais président de la République

            Ca « dugenou » il le sait parfaitement !mais ce qui l’interesse ,au premier chef, c’est

             d’avoir le plus de representants aux legislatives pour peser sur les debats !! donc la

             suite de votre phrase est nulle et non avenue.... !!
             


          • sisyphe sisyphe 14 novembre 2011 18:13
            Par kev46 (xxx.xxx.xxx.242) 14 novembre 15:28

            @sisyphe

            Notre dette n’est pas libéllée en euro mais euro-« français ». C’est à dire issue d’une créance sur la banque de franque, autrement dit dans la devise de cette dernière. Aujourd’hui l’euro mais demain le franc.

            Dans le genre total n’importe quoi, difficile de faire mieux !

            Et le franc sera en parité avec l’€uro, of course ! 

            Trop fort, kev46 ! smiley 



          • simir simir 14 novembre 2011 20:19

            @ sisyphe

            Expliquez moi comment on peut s’imaginer, qu’avec l’euro,une politique économique de gauche soit possible, puisque la politique monétaire via la banque centrale européene, resterait contrôlée par des individus indépendants des pouvoirs publics, qui sont des agents des marchés financiers et dont l’orientation est néolibérale ? Coment mener une politique économique de gauche, alors que l’élément le plus important de la politique économique -la politique monétaire- resterait aux mains des classes dirigeantes ?
            On ne peut pas laisser croire que la politique monétaire n’a pas de sexe et quelle ne serait ni de droite ni de gauche. Il y a des politiques monétaires de droite -c’est l’euro - et il y a des politiques monétaires de gauche : c’est le contrôle du peuple sur les politiques monétaires. Battre la monnaie signifie la possibilité de définir une politique monétaire qui servira à financer la politique économique refuser de sortir de l’Euro c’est refuser de donner le pouvoir monétaire au peuple. Est ce cela une politique de gauche ?. Et pour éviter le chaos sur notre pouvoir d’achat comme vous dites il y a l’échelle mobile des salaires et des prix qui n’est pas une mesure inflationniste car l’augmentation des salaires vient toujours près l’augmentation des prix pour en neutraliser les effets s’il n’y a pas d’augmentation des prix à la consommation il n’y a pas besoin d’augmenter les salaires
            Si la france sortait de l’euro cela produirait un effet d’entrainement
            L’économiste Joseph Stiglitz dit : « En sortant de l’euro et en restructurant leur dette la Grèce et l’Espagneretrouveraient leur compétitivité. Ces pays n’auraient plus accès aux marchés de capitaux mais c’est déja le cas de la Grèce aujourd’hui »
            Je vous invite à méditer l’excellent ouvrage de Jacques Nikonoff « Sortons de l’euro » tout cela y est très bien argumenté

          • kev46 kev46 14 novembre 2011 23:49

            Si on sort de l’euro, vous pensez vraiment que notre dette va rester en euro. Vous croyer vraiment qu’ils n’y avaient pas pensé. Je vous ai donnée le lien ou j’explique pourquoi. Apparemment, vous n’êtes pas allez voir, et vous me traiter d’idiot, bravo.

            Je vous directement mon précédent post :

            C’est François ASSELINEAU qui en parle dans ces dernières apparitions radios et sur son passage à BFM business (http://www.u-p-r.fr/passages-media). il dit que les euros francais et les euros allemands n’ont pas la même valeur.

            Il explique que les banques centrales nationales existent toujours et qu’elles possèdent un bilan. La BCE ne fait que donner des ordres à ces banques (tout comme la FED avec ses FED régionales).

            Lorsque vous possèdé un compte courant dans un état, par exemple l’allemagne, et bien vous possèdez une créance envers cette banque qui elle même a une créance envers la banque centrale de ca pays, ici l’allemagne. Il explique ainsi pourquoi beaucoup de compte courant migrent vers les banques allemande. En cas d’explosion de l’euro, il vaut mieux se retrouver avec des deutshmark que des drachme (cf siemens qui rappatrie 500 millions d’euros de la sogiete générale en france vers sa propre filiale bancaire en allemagne http://fr.myeurop.info/2011/09/20/s...).

            Donc, étant donnée que pour acheter des bons au trèsor francais, il faut passer par ces primary dealer (spécialiste en valeur du trèsor possèdant des filiales francaise enregistrèe à la banque de france http://www.aft.fr/article_96.html?i...) en ouvrant un compte chez eux dans leur branche francaise  (http://www.aft.fr/faq_30/index.html#431 sur le site de l’agence france trèsor du trèsor public, c’est donc officiel), notre dette se trouve donc libellée en euro-francais. D’ailleurs c’est logique, si l’euro explose entièrement, dans quel devise se trouverait libellé notre dette ? une partie en deutshmark, une autre en liren une autre en pesetas ... ? Ils y ont pensé, surtout les allemands.

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Sp%C3%...

            Voila.

            Mes sources proviennent directement de l’agence qui gère la dette de la france. Que voulez vous de plus ??

          • kev46 kev46 14 novembre 2011 23:54

            Et j’ai oublié de précisé, que notre dette est donc libéllée dans la devise de la banque de france, aujourd’hui l’euro. Si demain elle revient au franc, notre dette est converti en franc. Peut importe la parité qui s’en suivra, notre dette sera toujours la même.

            D’ailleurs au niveau des pièce et billets. Pourquoi y en t-il avec des motifs allemands et d’autres espagnol ? C’est pas pour le fun, c’est juste qu’ils n’ont pas été émis par la même banque centrale nationale. Ces monnaie ont le même nom mais pas la même valeur juridique.
            En cas d’explosion de l’euro. Vos pièces et billets avec des motif grecques vous seront échangé contre des drachmes. Ceux avec des motifs allemands contre des deutshmarks ....


          • Emmanuel Aguéra LeManu 15 novembre 2011 09:06

            Salut chère Cathy de Nissa, alors comme ça on a eu l’ancien franc, puis le nouveau, puis l’euro, puis on veut retourner au franc... Pétard, vous n’avez que ça à foutre de parler sémantique ?

            Dassault, Lagardère, Boloré et consorts s’en branlent de vos nuances vocabuleuses, chère Bugadière au tafanari mal couvert : ils comptent et convertissent.

            Le résultat est le même, et la douce illusion que vous entretenez (ou plutôt qui vous entretient !) ne montre que béatitude devant des mécanismes qui vous dépassent au point que vous les ré-écrivez : amusant.

            Sauf que vous avez raison, grand mur autour de la France (comment on fait pour la Corse ?), retour au dollar ou en yuan pour les transactions internationales, on va rigoler, il va falloir agrandir les coffres des paradis fiscaux (qui vous remercient de les pérenniser) ou en trouver de nouveaux. Et puis comme il est temps de refaire les carrelages dans ceux du trésor public, on appréciera votre volonté d’y faire place nette. Les fabricants de valises vous remercient au passage.

            En fait, vous confondez l’économie et la finance, ce qui arrange ces derniers et discrédite les autres, tout ce que cherche la Marine au grand large.

            Pas nouveau. Bonne journée.

            PS : il ressort tout-de-même de cet fil, ô combien mémorable, que chez Mémel, on ne voit pas la Marine au second tour, et que dans la Marine, on ne voit pas Mémel au second tour.
            On pense pareil. Quel bonheur...


          • kev46 kev46 15 novembre 2011 16:40

            Vous ne comprenez vraiment pas ce que je dis, ou vous ne voulez pas !

            L’argent que tu as ta banque, sera automatiquement converti en franc. Non ?
            Le prêt que tu as souscrit à ta banque en France, tu le remboursera désormais en franc. Non ?

            Et bien c’est pareille pour l’état. L’état devant rembourser les souscripteurs sur un compte ouvert (chez un spécialiste en valeur du trésor francais ou étranger) situé en france (c’est comme ca que ca marche, vérifie dans les liens vers l’agence france trèsor que j’ai mis précédemment) , il se met donc à rembourser en franc !

            C’est un rique que tu accepte quand tu prête à un étranger (hormis si tu négocie de rester en euro, ce qui n’est pas le cas avec la dette de la france, du moins l’état lui même, les collectivité c’est autre chose).

            Les USA ne nous prête pas en dollar ! Les chinois ne nous prête pas en yen !
            Et bien les allemands ne nous prêtent pas en « euro-allemand », mais comme tous le monde en « euro-francais ».

            Et puis déjà, sache que la dette francaise est déjà possédé à 30% par des agents francais !

            Et si l’euro éclate entièrement, notre dette sera libéllée en quoi ?

            Tu verras. Quand l’euro éclatera, tes billets grecques (« euro-grecque », et bien c’est la banque de Grèce qui te les échangera contre de la drachme. La création de l’euro ne s’est pas faite à la va vite. Ils ont tous prévu même son démantèlement !

            Donc notre dette ne disparaitra pas. Notre dette passera simplement de 2000M € à 2000M de France ! Si elle diminue, ce serait à cause de l’inflation s’il y en a une (la dévaluation c’est différent, c’est juste le taux de change).

            Donc au lieu de dire que mes post sont collectors, renseigne toi !
            J’ai mis du temps a trouver cette info, et j’ai même réussi à trouver des sources officiel, l’agence france trèsor, celle qui emet la dette.

            Pourquoi me prend tu toujours pour un abruti ????? Tu n’aimes pas être contre-dit ?


          • kev46 kev46 14 novembre 2011 11:20

            Melenchon n’est qu’un menteur populiste racontant aux peuples ce qu’il veut entendre pour obtenir le plus de voix et ainsi obtenir, grâce aux nombre de voix qu’il rabattra au PS, un meilleur ministère. Tout comme Montebourg.

            Si l’on efface la dette, nombre de citoyen risque de perdre une partie de leur épargne ou assurance vie. Une bonne partie étant même étranger peut poser de grave problème diplomatique.

            La solution : Arrêter de rembourser les intérêts et soustraire au capital à rembourser à chaque créancier, les intérêt déjà versés. Les déficit en sera grandement réduit et pouvant ainsi revenir à l’équilibre. Se redonner le droit d’emprunter à la banque de france pour combler nos déficit dans une certaine limite qui doit très encadré pour éviter toutes dérives.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès